31/08/2018

Paper Girls 3 par Brian K. Vaughan, Cliff Chiang et Matt Wilson

Titre : Paper Girls 3
Auteurs : Brian K. Vaughan, Cliff Chiang et Matt Wilson
Éditeur : Urban Comics 6 octobre 2017
Pages : 136

Ce tome 3 contient Paper Girls 11-15. Un matin, le premier novembre 1988, une petite ville des États-Unis a connu des événements extraordinaires. Quatre jeunes filles tentent de comprendre ce qui arrive. Malgré les dangers elles survivent et se retrouvent en 2016. Leur arrivée dans le futur est une source de surprises pour elles, et la version adulte de l'une d'entre-elles. Ce 2016 connait lui aussi des événements extraordinaires alors que des monstres et un zeppelin apparaissent. Les quatre jeunes filles décident de fuir. Et elles se retrouvent dans un lieu paisible sans savoir quelle est l'époque. Il ne faut que peu de temps avant qu'elles ne soient attaquées par une femme et son bébé.

SPOILERS

Je ne sais pas comment fait Vaughan pour écrire des séries qui n'avancent pas leurs intrigues mais qui restent intéressantes. Cela fait déjà trois tomes que nous suivons quatre héroïnes sans comprendre ce qui se déroule et pourquoi le temps semble mis à mal, même si l'on ne sait pas vraiment si le temps est blessé. Tout ce que l'on sait, c'est que l'humanité a inventé le voyage dans le temps et décidé qu'il ne fallait rien modifier, même si des actions de réparations semblent possibles. De plus, il semble qu'une génération plus jeune ne soit pas d'accord et souhaite changer l'histoire.

Ce troisième tome reste dans la veine des précédents. Les quatre héroïnes subissent les événements et ne sont pas encore véritablement capable d'agir. Mais elles commencent à mieux savoir comme réussir à survivre et à accepter une certaine dose de changement. Ce troisième tome est surtout rempli de thématiques féminine, voire féministe. Les jeunes filles, encore préadolescentes, parlent de règles et de l'accès à une éducation sexuelle. La personne qu'elles rencontrent ne souhaite pas laisser son enfant sous le contrôle d'hommes qu'elle considère incapables. Et l'une d'elles pourraient bien être attirée par l'une de ses amies... Ce ne sont que de petites touches mais qui rendent ce tome intéressant.

*
**
***
**** Ça n'avance pas et pourtant j'en redemande !
*****

Image : Éditeur

paper-girls-tome-3.jpg

29/08/2018

The Raven's Mark 1. Blackwing par Ed McDonald

Titre : The Raven's Mark 1. Blackwing
Auteur : Ed McDonald
Éditeur : Gollancz 27 juillet 2017
Pages : 384
TW : Torture

Galharrows est un homme qui connait la dureté du monde. Il vit dans la plus grande ville garnison de l'alliance, auprès de la Désolation. La Désolation est le nom donné à ce qui reste du territoire pris dans l'un des derniers actes de la dernière grande bataille contre les Rois souterrains. La magie a détruit la réalité et la vie, transformant ce territoire en un lieu particulièrement dangereux. La garnison protège l'arme qui a permis cet acte de destruction au cas où une armée reviendrait. Galharrows a sa place dans cette guerre. Son travail est double. Il est un mercenaire chargé de poursuivre les hérétiques afin de les punir selon la loi. Mais il est aussi un envoyé de Crowfoot, l'un des êtres les plus puissants du monde, au sein d'un ordre restreint chargé de garder le contrôle d'une population prompte à la corruption, dans tous les sens du terme. Il y a longtemps qu'aucune mission ne lui a été envoyé par son maitre. Mais ce dernier se manifeste soudainement et lui ordonne de protéger une noble à tous prix.

SPOILERS

Pendant longtemps, la fantasy n'hésitait pas à nous faire suivre les aventures d'un bel homme destiné à de grandes choses et suivi par des êtres puissants, fondamentalement bons et discrets. Face à ce grand homme se dressait le mal à l'état pur qu'il était nécessaire de détruire afin de lancer un âge d'or. Cette période est, heureusement, terminée. Ce roman fait partie des livres qui sont sombres non pas à cause d'une violence mais parce que l'univers est fondamentalement pessimiste. L'intrigue débute 80 ans après un cataclysme qui a permis une victoire mais pas la fin de la guerre. Le monde est un champ de bataille pour des êtres puissants mais il est parfois difficile de les différencier. Même si les Rois des profondeurs sont déclarés comme mauvais les Sans noms ne sont pas forcément bons pour autant. Illes n'hésitent pas à manipuler les événements au prix de nombreuses vies si cela permet une victoire et le narrateur du livre se demande de temps en temps qu'elle est la différence entre les esclaves marqués des Rois des profondeurs et lui, marqué par Crowfoot. L'univers de The Raven's Mark est gris et les humain-e-s ne sont que des pions dans une lutte bien plus importante.

Les personnages sont de la même veine. Il y a deux personnages principaux et moins d'une dizaine de personnes secondaires ayant une véritable importance. Galharrows possède un passé dans l'armée régulière, qui ne nous sera dévoilé que tardivement, mais il se décrit et se présente comme un mercenaire vétéran qui ne s'intéresse qu'à l'argent et à l'alcool. Il est décrit comme laid, vieux et lâche. Lâche non pas dans le sens de fuir et de trahir mais parce qu'il ne combat que payé et s'il est certain de gagner. Il n'y a donc pas cet honneur dont toute une littérature nous abreuve. Galharrows est logique et souhaite survivre même si sa vie est misérable. Il est secondé par une troupe de la même trempe dans le principal talent est le meurtre. L'élite dirigeante est décrite comme corrompue et incapable. Seule deux personnes sont vues favorablement, l'une ment et l'autre est une traitresse. Enfin, nous avons la noble Ezanda. Loin d'être une princesse, elle est une mage capable d'utiliser une puissance redoutable. Elle est aussi décrite comme intelligente mais entrant dans la folie que la magie semble toujours créer chez les personnes qui la manipule. Les personnages parfaits au destin déjà écrit n'existent pas dans ce roman. Ce ne sont que de simples humain-e-s qui essaient de survivre dans un contexte de guerre.

*
**
*** Bien que la lecture ait été intéressant je ne crois pas que le lirais la suite de cette saga. D'ailleurs, ce roman se suffit a lui-même.
****
*****

Image : Éditeur

isbn9781473222014-detail.jpg

10:04 Écrit par Hassan dans Fantasy, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : the raven's mark, blackwing, ed mcdonald | | | |  Facebook

27/08/2018

BlacKkKlansman

TW : Racisme, antisémitisme, négationnisme, images d'attentats racistes entre 2016 et 2017

Ron Stallworth vit dans une petite ville du Colorado. La police y est fréquemment accusée d'actes racistes mais les autorités politiques souhaitent changer l'image de ses forces de police. À la suite d’une campagne en faveurs des minorités Ron Stallworth y est inclus au service des archives. Après plusieurs semaines, on lui demande d'infiltrer une réunion du syndicat des étudiant-e-s noir-e-s. Cette mission lui permet d'être intégré à une unité d'enquête. Il décide de débuter une enquête sur le KKK local en contactant son chef local. C'est un succès. Avec l'aide d'un collègue il découvre des informations inquiétantes sur les activités et les membres du Clan, pourtant présenté comme de plus en plus pacifique.

SPOILERS

Ce film est résolument anti-raciste. Que ce soit le racisme contre les personnes de couleurs (pour inclure plus que les personnes noires) ou contre les juifs. La réalisation ne nous épargne pas les propos les plus extrêmes de personnes parfaitement ordinaires. Que ce soit david duke ou le chef du KKK du Colorado, ce sont deux hommes bien habillés qui parlent calmement. Sans appeler au meurtre, ils ne cachent pas leur racisme et leur envie de reconquête. Le film s'intéresse, évidemment, aux actions de la police. Ron Stallworth y est décrit comme le premier policier noir de sa ville et sa première mission est d'infiltrer un groupe d’activiste en faveurs du Black Power. Malheureusement, la réalisation ne s'intéresse pas beaucoup à ce groupe ni aux Black Panthers et encore moins aux activités antisubversives des polices, à l'aide du programme cointelpro. Bien que l'un des policiers soit décrit comme un raciste, le film ne s'intéresse pas à la manière dont les activités policières discriminantes sont permises par le système. Au contraire, la réalisation n'hésite pas à héroïser la police, les racistes devenant des exceptions. Je pense que le film manque ici un thème important qui touche non seulement les États-Unis mais aussi d'autres états occidentaux, dont la Suisse.

Il est très difficile de ne pas voir que ce film est tout aussi contre le racisme qu'il est contre trump. Les différentes scènes sont constellées de références plus ou moins subtiles. Plusieurs personnages du KKK utilise des slogans mis en avant par trump, que ce soit le "make america great again" ou "america first." La réalisation cache encore moins sa posture politique à la fin du film lorsqu'elle diffuse des images d'attentats terroristes racistes avec la réaction de trump, plus que complaisante. Le plus intéressant est que ce film explicite les tactiques pour faire accepter le racisme. Ainsi, l'un des personnages mentionne les recherches "scientifiques" qui prouvent l'infériorité intellectuelle de certaines populations, des recherches largement discréditées et pourtant encore défendues par des chercheurs. La réalisation montre aussi que si david duke et d'autres essaient de se présenter comme propre sur eux c'est pour mieux faire accepter leurs propos dans la population et dans le milieu politique, avec comme but qu'un politicien puisse défendre leurs idées au plus haut niveau de l'état. On observe cette même tactique en Europe par exemple en ce qui concerne les migrations. Les personnes qui migrent, pour recevoir l'asile, ne sont plus qualifiées comme des personnes en besoin d'aides mais des dangers qui impliquent des mesures d'enfermement et d'expulsion même au prix de leur mort. Tandis que les personnes qui les aides ne sont plus des humanitaires mais des criminels qu'il faut arrêter.

*
**
***
**** Un bon film mais qui lisse le rôle de la police et de son héros. J'aimerais aussi savoir quels sont les événements écrits par la réalisation et quelle est la réalité.
*****

Image : IMDB

Site officiel

blackkklansman

10:53 Écrit par Hassan dans contemporain, Film, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blackkklansman | | | |  Facebook

25/08/2018

The Dandelion Dynasty 1. The grace of kings par Ken Liu

Titre : The Dandelion Dynasty 1. The grace of kings
Auteur : Ken Liu
Éditeur : Saga Press 7 avril 2015
Pages : 640

Dara est composé de plusieurs îles avec, au centre, une grande île. L'espace est divisé entre plusieurs états ayant leurs propres spécialités. Les guerres sont nombreuses entre ces petits états et il est rare que la paix et les promesses entre les rois durent longtemps. Mais tout cela a changé lorsque le roi de Xana s'est mis à rêver. Il se demanda s'il ne serait pas mieux pour les peuples de Dara s'il n'existait qu'un seul et unique roi chargé d'unir tout le monde. Son rêve a pris forme après des années de guerre. Mais devint un cauchemar alors que son règne se transforme en tyrannie. Petit à petit, d'anciennes familles nobles et de simples personnes se mettent à rêver de rébellion. Le moment parfait arrive lorsque l'empereur meurt.

SPOILERS

Je n'ai pas apprécié ma lecture. Celle-ci fut très laborieuse. Je n'ai pas réussi à apprécier le style de l'auteur dans ce livre. J'ai eu encore plus de mal vers la moitié du roman lorsque Ken Liu décide d'utiliser la forme épistolaire, que je n'ai jamais appréciée. Mais il faut lui concéder une construction particulièrement réussie de son univers. Sans entrer dans les détails, l'auteur nous fait observer une île à un moment particulier de son histoire tout en n'oubliant pas de mettre en avant son passé et sa richesse. Les personnages naviguent dans un réseau dense de cultures et de traditions basées sur des écrits classiques. Il est rare que ces classiques ne soient pas mentionnés.

De plus, l'auteur met en avant le thème de l'humanité des dirigeants. Le roman est rempli de rois, de reines, de princes et princesses mais aussi de généraux. Ces personnages ont des points positifs mais aussi des points négatifs. Ceux-ci permettent à Ken Liu de montrer ce que le pouvoir fait aux personnes qui le reçoive. Régulièrement, des personnages modestes deviennent cruels et arrogants tandis que d'autres, moins nombreux, tentent de rester humbles. Souvent, la confiance en leurs conseillers devient de moins en moins importantes par peur des trahisons. Au fil du livre, ce sont surtout deux personnages qui montrent deux manières de diriger. Le premier, Mata Xindu, provient d'une vieille famille noble. Il veut gagner par l'honneur et par sa force et déteste la trahison et aime le passé qu'il anoblit de toutes les vertus. Gouverner ne l'intéresse par vraiment. Le second, Kuni Garu, aime gouverner et essaie d'aider le peuple à bien vivre mais il ne s'arrête pas aux trahisons et au déshonneur si cela lui permet de gagner. La lutte entre ces deux personnages est autant une lutte pour la couronne qu'une lutte idéologique.

Le roman est aussi empli de plusieurs personnages féminins qui auraient pu devenir intéressants. Certaines de ces femmes meurent rapidement après qu'on les ait rencontrées mais d'autres restent plus longuement. Malheureusement, la promesse de leur offrir une place équivalente aux personnages féminins est rapidement oubliées. Personnellement, j'aurais apprécié plus de pages du point de vue de Jia et Risana sans oublier Gin Mazoti, une stratégiste particulièrement douée.

* Malgré de nombreuses idées intéressantes je n'ai pas du tout aimé ce livre, à ma grande tristesse.
**
***
****
*****

Image : Site de l'auteur

Grace_of_Kings_cover_with_nebula_badge_blog.jpg

19/08/2018

Injustice II 3 par Tom Taylor, K. Perkins, Mike S. Miller, Bruno Redondo et Marco Santucci

Titre : injustice II 3
Auteurs : Tom Taylor, K. Perkins, Mike S. Miller, Bruno Redondo et Marco Santucci
Éditeur : DC 7 août 2018
Pages : 144

Ce volume contient Injustice II 13, 15-17 et Annual 1. Deux choses différentes sont arrivées à la fin du régime de Superman. Premièrement, les Amazones se sont retournées contre leur princesse, Diana. Celle-ci a perdu son titre de Wonder Woman et elle est enfermée dans un donjon sur l'Île du Paradis. Puis la cousine de Superman est arrivée dans la patrie de Black Adam. Depuis, il essaie de lui permettre de comprendre ses pouvoirs. Mais son but n'est pas simplement de la protéger ni de lui donner une version particulière de l'histoire de son cousin. Il souhaite l'utiliser afin de permettre l'évasion de Diana. Avec une personne comme elle le monde risque beaucoup.

SPOILERS

Ce troisième volume me semble être un moyen de placer plusieurs débuts d'intrigues. En effet, outre l'évasion de Wonder Woman rien ne semble particulièrement construit. Les auteurs essaient plutôt de mettre plusieurs références en route. Ainsi, on apprend l'existence des Red lanterns. En ce qui concerne la Ligue des assassins, celle-ci essaie une nouvelle arme contre une petite ville éloignée. Mais ce qui me semble le plus inquiétant est la création de Brother Eye, une entité connue par les lecteurs et lectrices de l'univers DC pour être particulièrement dangereuse.

La seule intrigue d'ampleur concerne Wonder Woman. Les auteurs nous offrent sont histoire sous la forme d'un flash-back. Celle-ci est connue, Steve Trevor s'échoue sur une île et rencontre Diana qui souhaite l'aider à stopper une guerre. Mais ici Tom Taylor fait de Diana une femme qui n'hésite pas à user de son pouvoir contre des personnes plus faibles et de Steve Trevor un espion du régime nazi. Il est dommage de rendre Diana aussi brutale à la suite de cette information, mais au moins on comprend un peu mieux les raisons derrière son soutien à Superman, qui n'étaient que liés à l'amour selon la première série. Cette intrigue permet aussi de montrer qu'une partie des Amazones est toujours fidèle à Diana ce qui répond à ma question concernant les restes du régime de Superman.

*
**
*** Bien que l'intrigue du volume soit réussie j'aurais aimé une attention plus importante envers les besoins et les difficultés d'une reconstruction après un régime tyrannique.
****
*****

Image : Éditeur

injustice ii,dc,tom taylor,k. perkins,mike s. miller,bruno redondo,marco santucci

De la différence des sexes. Le genre en histoire sous la direction de Michèle Riot-Sarcey

Titre : De la différence des sexes. Le genre en histoire
Direction : Michèle Riot-Sarcey
Éditeur : Bibliothèque historique Larousse 2010
Pages : 287

L'usage du concept de genre est de plus en plus utilisé en sciences sociales et humaines malgré une tentative d'empêcher son usage. Mais la manière dont on use d'un concept moderne dans le cadre des études historiques pose question, que ce soit à cause du manque de sources ou de la nécessité de ne pas user de termes anachroniques. Dans ce livre, dirigé par Michèle Riot-Sarcey, plusieurs auteur-e-s essaient de montrer la capacité d'explication de ce concept en histoire occidentale de l'antiquité à nos jours.

Le livre est divisé en 9 chapitres. L'introduction et la conclusion sont écrits par la directrice du volume. En introduction, l'autrice pose la question de l'usage du concept en histoire. Comme je l'ai noté plus haut, l'une des questions concerne l'anachronisme. Mais elle met aussi en avant la capacité du concept à mettre en avant des questions qui n'existaient pas aux époques étudiées. Le genre permet donc de découvrir des relations de pouvoirs qui ne sont pas explicitées dans les sources. En conclusion, l'autrice mobilise les écrits de Michel Foucault afin d'expliquer en quoi les études genres sont utiles pour comprendre ces mêmes relations de pouvoirs en histoire. Elle s'étonne aussi de l'usage plus important de Foucault dans le contexte états-unien en comparaison avec la France. Les autres chapitres s'intéressent à des civilisations et périodes occidentales précises.

Les deux premiers chapitres concernent Athènes et Rome. Le premier auteur montre que les connaissances des sources anciennes athéniennes ne permettent pas de comprendre le fonctionnement de la société. En effet, nous avons accès à des écrits qui essaient de mettre en place un idéal dans lequel les femmes sont sous tutelles. Mais elles possèdent des capacités proches de celles des hommes. La véritable division se forme entre les personnes citoyennes et non-citoyennes, comme les esclaves. Rome, cependant, fonctionne selon l'idée que les femmes sont soumises aux hommes. Une partie des écrits de contemporains utilisés pour comprendre le Principat usent justement de la domination des femmes sur les hommes pour critiques les premiers empereurs, vus comme dévirilisés. Mais le chapitre montre que ces femmes ne font qui suivre leur rôle en haussant leur famille dans la hiérarchie sociale.

Les trois chapitres suivants concernent plutôt la période médiévale et l'Ancien Régime. Le livre commence avec un article sur Byzance, un empire que je ne connais pas bien. L'auteur tente de comprendre de quelle manière fonctionne la tri-sexualisation à Byzance. En effet, il existe des hommes et des femmes mais aussi des eunuques. Ceux-ci gagnent un pouvoir de plus en plus important dans la ville, jusqu'à être représentés dans les églises, car ils possèdent le rôle de pacifier la cité. Non seulement ils protègent l'empereur mais ils évitent aussi les coups d'états militaires qui pourraient déstabiliser l'empire. Un autre chapitre s'intéresse aux relations entre l’Église et les communautés monacales. Ces dernières se basent sur une interprétation de la Bible pour justifier l'entrée des femmes et la supériorité des personnes vierges. Mais leur interprétation met à mal la puissance ecclésiastique et la première période médiévale voit les princes et l’Église tenter de contrôler les communautés monacales afin d'éviter une concurrence de l'intercession envers la divinité. Enfin, le troisième chapitre s'intéresse à l'Ancien Régime. L'autrice tente de nous montrer que même s'il existe des différences de pouvoirs entre hommes et femmes ces dernières peuvent gagner en supériorité, celle-ci comprise comme masculine. En effet, la noblesse est conçue comme un donné du sang qui se traduit par des comportements masculins que des femmes nobles peuvent donc recevoir, devenant combattantes aussi bien que des hommes.

Les deux derniers chapitres s'intéressent bien plus à l'histoire contemporaine française. Le premier parle du XIXème siècle est des luttes en faveurs de l'égalité. L'autrice montre que des femmes essaient d’accéder à la citoyenneté mais que celle-ci est toujours refusée au nom du respect de l'ordre sociale. Les socialistes eux-mêmes ont peur de l'accès au travail des femmes, considérés comme dangereux pour les femmes et contraires à l'idéal de l'homme pourvoyeur et de la femme ménagère. Le dernier chapitre est une peinture des tentatives d'accès au droit de vote durant le XXème siècle. L'autrice explique que la France est une exception en Europe occidentale. Elle critique aussi l'accès au droit de votre comme récompense pour des actions de résistance lors de la Deuxième guerre mondiale. Enfin, l'autrice pose la question du passage du droit de vote à la parité. Elle montre la difficulté d'accepter l'idée dans une république qui se pense universelle et égalitaire mais aussi face à des partis qui préfèrent payer des amendes plutôt que de suivre la loi. Le chapitre se termine sur l'élection de Sarkozy face à Ségolène Royal qui a souffert de la misogynie de ses adversaires comme des membres de son propre parti.

Ce livre me semble intéressant car il essaie non pas de réfléchir de manière désincarnée sur l'usage d'un concept mais de montrer de quelle manière on peut l'utiliser afin de comprendre des thèmes précis. Le découpage, plus ou moins classique, permet d'avoir des exemples utiles pour les étudiant-e-s de France et d'Europe. Je déplore tout de même le manque d'exemples non-occidentaux, on reste sur des thèmes très européens. Cependant, ce livre permet de mettre en avant la fécondité du concept alors que celui-ci est attaqué par certains milieux.

Image : Éditeur

9782035839831-T.jpg?itok=gN4jqKYU

Orphan Black 5

Orphan Black est probablement l'une de mes séries préférées, que j'ai découverte grâce à une amie. Dès le premier épisode la série m'a fasciné et j'ai été accroché par une galerie de personnages presque toujours bien écrits. Seule la saison 3 est un peu moins bonne que les autres. Cette saison 5 commence immédiatement après la 4 donc attentions aux spoilers. Sarah est traquée sur une île inconnue. Cosima est traitée par Delphine, que l'on croyait morte, dans un village sur une autre partie de l'île. Pendant ce temps, Rachel Duncan fait tout son possible afin de prendre le contrôle total du groupe néolutionniste qui contrôle aussi bien Dyad que Topside ainsi que les expérimentations autours des clones. Le Clone Club est en très mauvaise posture car, cette fois, leurs adversaires ne reculeront devant rien afin de garder le contrôle. Mais on va surtout enfin savoir qui est derrière toutes ces expérimentations : un homme qui prétend avoir plus de 100 ans et qui souhaite offrir le secret de sa longévité à l'humanité.

SPOILERS

Depuis le début de la série on nous donne de petits indices sur les raisons derrière le clonage humain. Les scénaristes ont la bonne idée de garder tout ce que l'on sait tout en simplifiant les données de cette dernière saison. Il n'y a plus plusieurs groupes et plusieurs idéologies mais une unique idéologie qui contrôle toutes les expérimentations. Celle-ci est constituée autour d'un mythe produit par un livre et une personne qui se prétend âgé de plus d'un siècle. Il y a un véritable effet de secte autours de cette personne et de ses idées, sans que jamais ses propos ne soient prouvés par la science. Plusieurs articles parlant de la série, que j'ai parcouru, font le lien avec la philosophie du transhumanisme. Celle-ci prétend, à moins que je ne me trompe, contrôler l'évolution humaine afin d'éviter la maladie et même la mort. Mais la question des conséquences sociales n'est que rarement posée et ses défenseurs semblent souvent être des personnes particulièrement puissantes. La série pose cette question puisque la raison cachée de toutes ces expérimentations et de trouver le moyen de repousser l'âge limite des humain-e-s tout en abaissant la population pauvre du monde. Il y a donc un but eugénique avec l'idée qu'une partie importante de la population ne mérite pas de vivre.

Cette série est aussi une série qui s'attaque frontalement aux questions du contrôle du corps. Les clones sont considéré-e-s non pas comme des humain-e-s indépendant-e-s mais comme des expérimentations qui appartiennent à des corporations privées. Ceci justifie l'usage de méthodes autrement illégale comme les enlèvements et les actes médicaux sans consentements. Dans cette saison, on apprend que les néolutionniste n'hésitent pas à user des corps pour les besoins sans prendre en compte de considérations éthiques. Mais elle va plus loin en plaçant ce groupe au centre d'un effort mondial pour prendre le contrôle des données génétiques de la population humaine, ceci dans un but eugénique. Les activités du Clone Club ne sont pas seulement un moyen de lutter contre une corporation mais aussi et surtout un souhait de garder le contrôle de leurs corps face à un monde médical et scientifique sans éthiques et qui considère que les corps féminins leurs appartiennent. Bien que l'on puisse penser à Kyra et Helena l'un des clones dont l'histoire est la plus tragique de ce point de vue est Rachel. Dès son enfance elle souhaite être libre mais elle apprend qu'elle est toujours contrôlée. Dans cette saison elle pense être enfin émancipée mais elle apprend que l'on contrôle son corps d'une manière encore plus invasive, ce qui mène à ses décisions lors de la fin de la série.

*
**
***
****
***** Une série qui a réussi à garder une qualité importante en 5 saisons et dont la conclusion me semble parfaitement maitrisée. Sans parler des qualités d'actrice de Tatiana Maslany qui porte cette série depuis le premier épisode.

Image : Allociné

Site officiel

512607.jpg

11:04 Écrit par Hassan dans féminisme/gender/queer, LGBTIQ, série | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : orphan black | | | |  Facebook

injustice II 2 par Tom Taylor, Bruno Redondo, Daniel Sampere et Juan Albaran

Titre : injustice II 2
Auteurs : Tom Taylor, Bruno Redondo, Daniel Sampere et Juan Albaran
Éditeur : DC 1 mai 2018
Pages : 160

Ce volume 2 contient injustice II 7-12 et 14. Petit à petit, le monde et les États-Unis sont en train de retrouver un semblant de normalité après le régime de Superman. Un nouveau président a été élu et même s'il y a des points de friction Batman aka Bruce Wayne essaie de créer un lien entre ce président et un groupe de personnes capables de changer le monde. Mais le plan n'a pas eu le temps d'être mis en place qu'une partie des personnes les plus riches de la planète sont assassinées. Derrière cet attentat se cache le retour de la Ligue des assassins dont le chef souhaite prendre le contrôle du monde. Afin d'éviter d'être mis à mal par des héros il décide aussi de capturer leurs enfants et d'en faire des otages. Mais Batman n'est pas du genre à accepter ce genre de comportement.

SPOILERS

Cette nouvelle série débute tout simplement par une tentative de reconstruction. Le premier volume mettait en place une rencontre entre l'ancien président, le nouveau et un groupe constitué autour de Batman. Mais le scénariste essaie aussi de créer de nouvelles menaces dans un monde que l'on sait encore fragile. Malheureusement, cet aspect n'est pas assez mis en avant mais j'y reviendrais. Utiliser la ligue des assassins, dont le fils de Bruce et un nouveau Batman font parties, est une bonne idée. La ligue est capable de frapper fort tout en ayant un but précis en tête. Ce but est mis en avant dans ce second tome et permet de justifier le lien entre plusieurs personnages qui ne sont pas forcément proches. De ce point de vue ce second volume est réussi et n'hésite pas du tout à créer des drames

Malheureusement, l'auteur laisse de côté les intrigues politiques afin de se concentrer sur l'attaque contre la Ligue. On ne nous donne que peu d'informations sur le nouveau président et sa politique, on sait simplement qu'il ne fait pas attention à l'environnement. On ne voit rien du monde extérieur aux États-Unis alors que d'autres états ont souffert de Superman. Et surtout on ne sait rien des restes du régime de Superman. Ou sont, par exemple, les membres de sa milice ? Le scénariste a aussi la bonne idée de donner un but justifiable au chef de la Ligue, bien que ses moyens d'actions ne le soient pas. Pendant une page on pourrait même penser que lui et Batman pourraient dialoguer afin de créer un plan d'action commun et pacifique. Malheureusement, ce lien potentiel est immédiatement anéanti par le scénario, ce que je trouve dommage. Pour moi, ce second volume est donc en demi-teinte.

*
**
*** Bien que l'intrigue du volume soit réussie j'aurais aimé une attention plus importante envers les besoins et les difficultés d'une reconstruction après un régime tyrannique.
****
*****

Image : Éditeur

dc,injustice ii,tom taylor,bruno redondo,daniel sampere,juan albaran

17/08/2018

Kona fer í stríð (Woman at war)

Woman at war est le second film islandais à sortir en deux semaines en Suisse. Halla est une cinquantenaire. Elle se rend à son travail à vélo. Elle donne des cours de chants et elle visite de temps en temps sa sœur, professeure de yoga en attente d'une place pour un voyage dans un sanctuaire. Il y a 4 ans, les deux sœurs ont demandé le droit d'adopter un enfant et Halla reçoit enfin une réponse positive. Mais elle ne sait pas quoi répondre à l'agence d'adoption car sa vie est plutôt compliquée. En effet, elle est responsable de la destruction des lignes électriques qui paralyse l'industrie lourde du pays depuis quelques semaines. À la suite de ces actes de sabotage le gouvernement commence à s’inquiéter et organise une recherche frénétique et hystérique de la ou des personnes responsables. Car ces attaques risquent de mettre à mal un investissement chinois en Islande.

SPOILERS

La première chose que l'on remarque dans ce film est l'attention envers des détails de la photo et l'usage de la musique. Cette dernière est jouée par un groupe de musicien et une chorale féminine. Ce film décide de les inclure directement dans l'image, avec de légères interactions en direction des personnages. Loin d'être incongru, leur apparition est souvent assez drôle car absurde tout en annonçant des problèmes dans l'intrigue. La photo utilise l'Islande dans toute sa splendeur. Il est difficile de ne pas souhaiter organiser une petite randonnée dans les coins filmés par la réalisation. Mais il y a aussi de petits détails assez drôles. Par exemple, les télévisions sont souvent réglées sur des questions concernant l'écologie. J'ai aussi particulièrement apprécié le passage à Thingvellir. Alors que le président explique l'histoire de ce lieu, une sorte de parlement, et l'usage des chefs de se réunir en cercle pour décider des condamnations les aides du président se réunissent elleux-même en cercle afin de discuter de ce qui arrivera à Hella. Ce n'est pas tout à fait maîtrisé mais j'ai aimé.

Bien entendu, le thème principal du film est l'écologie dans un monde capitaliste. Hella, ainsi que sa sœur, sont deux personnes très liées à la terre. À plusieurs reprises, on les observe se coucher par terre et respirer comme moyen de communion. Hella utilise la nature pour se défendre et se cacher lorsque nécessaire ainsi que pour sauver sa vie. Elle le fait car elle considère que le fonctionnement de l'économie n'est pas compatible avec les nécessités de protection de la nature, un point de vue que j'ai tendance à partager. Mais le film s'intéresse aussi aux questions de militantisme dans un cadre sécuritaire. On apprend rapidement que ses actions de sabotage, qui ne tuent ni ne blessent, sont qualifiés d'actes de terrorisme. Ici le film décide de prendre deux directions. En premier lieu, il s'intéresse à un jeune touriste particulièrement malchanceux qui est systématiquement visé par les autorités comme le responsable potentiel des actes de sabotage. Bien que ce ne soit pas explicité, on y voit facilement la tendance raciste des sociétés occidentales. En second lieu, le film met en avant un usage de plus en plus hystérique des technologies de surveillance. Alors qu'il n'y a que des dégâts matériels l'état décide de demander l'aide de la CIA et du Mossad. La police se met à utiliser des satellites espions et des drones équipés de caméras thermiques. Pire encore, il est mentionné, vers la fin du film, que le gouvernement a pris la décision de récolter des échantillons ADN de toutes les personnes quittant et entrant en Islande. Ainsi, pour retrouver une seule et unique personne qui ne crée que des dégâts matériels une grande partie de la population doit accepter d'être fichée. Le film montre très bien la logique d'extension des technologies de surveillance qui ne s'arrêtent pas lorsque la personne recherchée est enfin arrêtée.

*
**
***
****
***** Plutôt drôle, beau, un film qui maitrise plutôt bien les thèmes mis en avant sans nous donner toutes les clés d'explication

Image : IMDB

kona fer í stríð,woman at war

 

Ms Marvel 9. Teenage wasteland par G. Willow Wilson, Nico Leon et Ian Herring

Titre : Ms Marvel 9. Teenage wasteland
Auteur-e-s : G. Willow Wilson, Nico Leon et Ian Herring
Éditeur : Marvel 31 juillet 2018
Pages : 136

Ce volume contient Ms Marvel (2015) 25-30. Ces derniers mois ont été dures pour Kamala Khan. La communauté du New Jersey semble s'être retournée contre elle alors qu'un nouveau super-héros est arrivé. Soudain, elle a disparu. Ses ami-e-s ne savent pas où elle se trouve ni ce qu'elle fait. L'absence de Ms Marvel a été remarquée dans les rues de la ville. Red Dagger essaie de la retrouver tout en patrouillant dans les rues. Mais ce qui est le plus surprenant c'est que de nouvelles Ms Marvel apparaissent. Car l'absence de cette dernière a donné une idée à certaines personnes. Pourquoi ne pas la remplacer en attendant son retour ? Ce plan pourrait bien devenir plus dangereux que prévu car un ancien ennemi est sur le point de revenir.

SPOILERS

Contrairement aux deux volumes précédents ce numéro 9 (selon la numérotation américaine) s'intéresse moins à des questions de communauté et bien plus à l'amitié entre un petit groupe d'adolescentes. On revient donc à une super-héroïne et ses problèmes normaux de la vie de tous les jours, par exemple tomber amoureuse de quelqu'un. L'absence de Ms Marvel et de Kamala est bien mise en scène. On ne la retrouve que tardivement. Pendant quelques numéros on ne fait que suivre les aventures de ses ami-e-s qui essaient d'aider la ville comme elle l'a fait. Ces pages sont souvent assez drôles et permettent de montrer à quel point le personnage de Kamala a évolué depuis le début de la série. Malheureusement, ses aventures de classes sont beaucoup moins montrées brisant un équilibre entre ce qu'elle apprend et ce qui se déroule à l'extérieur.

Ce volume permet aussi de faire revenir L'inventeur, la personne qui a créé le clone de Thomas Edison. Ce personnage a été un ennemi majeur de Kamala durant les premiers tomes. Il n'est apparu que tardivement, après que sa philosophie ait été explicitée pour les personnes qui lisent Ms Marvel. Ce retour se fait beaucoup plus rapidement et sans que ses actions ne soient aussi précisément expliquées. Elles ne sont que la continuation logique de ce qui se déroulait déjà.

*
**
***
****
***** Ms Marvel est probablement l'une de mes séries préférées et j'ai du mal à ne pas l'apprécier.

Image : Amazon

61vwOmz1EsL._SX323_BO1,204,203,200_.jpg

16/08/2018

Chronicles of the fallers 2. Night without stars par Peter F. Hamilton

Titre : Chronicles of the fallers 2. Night without stars
Auteur : Peter F. Hamilton
Éditeur : Pan books 2016
Pages : 766

Nigel Sheldon a échoué. Au lieu de détruire le Vide il a permis l'expulsion de Bienvenido en dehors du Vide et de la galaxie. La planète se trouve dans un système constitué de planètes dont les races se sont éteintes, parfois à la suite de guerres nucléaires. Cela fait près de 200 ans que la planète vit dans l'univers normal. Les habitant-e-s ont perdus les pouvoirs offerts par le Vide mais l'électronique fonctionne à nouveau, permettant d'atteindre une technologie proche du XXème siècle. Le monde est gouverné par un parti unique et surveillé par une police politique aussi chargée de la lutte contre les aliens nommés Fallers. Ceux-ci ont réussi à infiltrer toute la société et face au danger encouru les mentions de technologies provenant du Commonwealth sont considérées comme des actes de trahisons. Un soir, un berceau tombe du ciel avec un bébé possédant les technologies les plus avancées de l'humanité. Son arrivée va tout changer et risque de mener à la destruction des habitant-e-s de Bienvenido.

SPOILERS

Bienvenido était une société aristocratique gouvernée par un dictateur qui contrôlait les ressources de la planète. À la suite de la Révolution de Svlasta, téléguidée par Nigel Sheldon, la planète est entrée dans une société bolchevique avec des souhaits d'égalité mais un fonctionnement basé sur la surveillance et la terreur, justifié par la menace des Fallers. Dans ce livre, la société est divisée en plusieurs factions. Il y a les humain-e-s, les membres du PSR chargés de chasser les Fallers et les traitres et les Eliters qui sont des humain-e-s avec des capacités avancées activées après la sortie du Vide. Le fonctionnement de cette société, paranoïaque et qui veut garder un équilibre à tous prix, est assez logique face à la menace mise en avant par l'auteur. Celui-ci semble avoir pris le temps de se renseigner un peu sur les sociétés dites communistes. Il faut particulièrement attention au fonctionnement bureaucratique, au fichage et à la surveillance constante de tous les individus considérés comme dangereux pour l'ordre.

Ce second tome possède aussi un problème important. La fin du premier tome me donnait l'impression que le récit allait se concentrer sur deux personnages féminins majeurs. Paula Myo, enquêtrice provenant du Commonwealth, et Kysandra. Cette dernière a passé l'entier du premier roman dans une posture d'élève face à Nigel. Bien qu'elle gagne en importance dans cette suite, elle devient un personnage mythique que le gouvernement traque, elle n'est que rarement présente pendant une bonne moitié du récit. L'auteur décide de créer un nouveau personnage masculin : Chaing capitaine du PSR. Ce dernier est un jeune homme récemment monté en grade prêt à tout pour défendre la population contre les Fallers. En gros, c'est un Svalsta un peu paranoïaque. On retrouve donc, une troisième fois, le récit d'un jeune homme qui comprend que sa société doit changer pour survivre mais, cette fois, il ne devient pas le dirigeant. Bien pire est le rôle de sa collègue et amante : Jenifa. Elle est décrite comme impitoyable, cruelle et elle ne cherche qu'à devenir plus forte. Au fil du récit elle devient de plus en plus fanatique jusqu'à mettre en danger l'humanité pour s'attaquer aux Eliters. Mais ce qui m'a posé le plus de problèmes est son usage du sexe, écrit par un homme. Jenifa use du sexe comme d'un moyen de domination pour soutirer des informations de la part des hommes. On a donc un personnage féminin régulièrement décrit pour ses prouesses sexuelles puis que l'auteur montre comme dangereuse car elle en use comme un moyen de gagner en pouvoir. Cela devient pire quand on apprend que cette méthode lui a été apprise par sa mère. Si l'auteur ne voyait pas comment écrire Jenifa autrement il aurait mieux fait de la laisser de côté.

*
**
*** Le roman répond aux questions laissées en suspens sans être original. Mais je déplore la manière dont Hamilton écrit les personnages féminins et ne semble pas être capable de créer un roman sans avoir un personnage masculin comme conducteur du récit.
****
*****

Image : Éditeur

9781509820399night%20without%20stars_jpg_266_400.jpg

15/08/2018

Midnighter and Apollo par Steve Orlando, Fernando Blanco et Romulo Fajardo Jr.

Titre : Midnighter and Apollo
Auteurs : Steve Orlando, Fernando Blanco et Romulo Fajardo Jr.
Éditeur : DC comics 25 juillet 2017
Pages : 152

Ce volume contient Midnighter and Apollo 1-6. Apollo est un héros qui, à la suite d’expérimentations par des aliens, a reçu un pouvoir proche de celui de Superman (et il brille dans la nuit). Midnighter est un combattant qui a été torturé et que les tortionnaires ont relié à un ordinateur dont le seul but est de donner des moyens de tuer efficacement (et il aime s'habiller en noir). Les deux héros travaillent souvent ensemble et Apollo semble être nécessaire pour que Midnighter ne tome pas complétement dans son côté meurtrier. Mais un jour quelqu'un décide de demander l'aide des enfers pour vaincre Midnighter. Car il sait que le seul moyen de survivre est de donner un but différent à sa Némésis : sauver la personne qu'il aime, Apollo.

SPOILERS

Ces deux personnages sont amants et sont très différents. Apollo a pris ce nom afin de donner de l'espoir, de penser que personne n'est jamais totalement perdu. Midnighter considère que certaines personnes doivent mourir et il n'hésite pas à appliquer la sentence lui-même. Il se considère déjà tombé. Une partie de l'intrigue concerne le lien entre Midnighter et la mort. Il entre volontairement en enfer, il combat un tueur des enfers et reçoit sa position en récompense, s'il l'accepte et surtout jamais il ne planifie sa survie à cette aventure.

Apollo, lui, est l'espoir. Selon moi, la partie de l'intrigue qui le concerne est la plus intéressante. En effet, il se pense bon mais il se retrouve en enfer. Il prend le nom d'une divinité mais il devient un esclave pour les démons. Alors qu'il essaie de s'échapper il est rattrapé par un démon qui joue avec lui à un jeu censé dire la vérité. La manière dont ce jeu est mis en scène permet de détruire l'identité d'Apollo. Il se pense héros, mais il est victime du péché d'orgueil. Il se pense meilleur que d'autres mais il a tué à plusieurs reprises. Le jeu permet donc de créer plusieurs scènes de dialogues entre ce démon et Apollo qui réinterprètent les actions du héros. La fin de cette série est tout aussi intéressante puisque seul Apollo est capable de sauver Midnighter des enfers ce qui est remis en scène un peu plus tard alors que le couple est enfin réuni.

*
**
***
**** Je ne suis pas familiarisé avec ces deux personnages mais j'apprécie leur relation telle qu'elle est mise en scène dans cette courte série.
*****

Image : Éditeur

dc,midnighter and apollo,steve orlando,fernando blanco,romulo fajardo jr.

13/08/2018

The darkest mind

TW : abus sur enfants, tentative de viol

The darkest mind débute dans un monde proche du notre. Les enfants vont à l’école tandis que les parents travaillent pour subvenir à leurs besoins. Mais dans ce monde une maladie touche les enfants. En peu de temps, 90% de la population mineure des États-Unis est morte. Les enfants qui survivent sont étudiés pour comprendre la raison de leur résistance. Les scientifiques comprennent que les enfants qui ont survécu ont développé des pouvoirs. Illes sont classifiés selon le type de pouvoir et leur danger en 5 couleurs dans des camps dits de réhabilitation : vert pour l'intelligence, bleu pour la télékinésie, jaune pour le contrôle de l'électricité tandis que les oranges et les rouges sont considérés comme rares et doivent être tués à vue. Ruby a réussi à forcer son classement en tant que verte. Mais en réalité elle est l'une des rares orange encore en vie. Alors que les autorités du camp commencent à comprendre qui elle est, elle réussit à s'enfuir et essaie de retrouver sa maison.

SPOILERS

La réalisation ne souhaite pas simplement jouer avec des pouvoirs et adolescent-e-s. Le but est aussi de nous présenter un état policier, probablement fasciste, qui n'hésite pas à kidnapper des enfants au nom du bien commun. Un tel thème ne peut qu'interpeller à la suite de la politique de trump concernant les enfants migrants. Une partie du film se déroule au sein d'un camp tenu par une autorité militaire tandis que l'extérieur est rempli de chasseurs, de militaires et de deux mouvements de résistance principaux. La présidence semble être restée aux mains de la même personne pour au moins 6 ans me sans que l'on sache si les libertés civiles et civiques ont été abaissée. Le film donne des indices mais rien n'est réellement montré. On a beaucoup de mal à croire en cet univers alors que la majorité des scènes sont vides de personnages autre que les principaux. La réalisation échoue complétement à nous faire croire à cet univers car elle ne nous donne pas assez d'éléments pour comprendre son fonctionnement.

De plus, le film est loin d'être réussi. Bien que l'actrice principale, Amandla Stenberg qui tient le rôle de Ruby, tienne son rôle sans trop de problèmes. Elle est même plutôt talentueuse réussissant à nous faire rire ou à nous rendre tristes selon les moments. Les 4 autres acteurs et actrice qui tiennent l'affiche ne sont pas aussi bons. L'une ne parle pas, n'usant que de gestes et sa relation avec Ruby est assez réussie. Les deux hommes du groupe ne sont pas intéressants, l'un n'étant qu'un beau gosse en vue d'une relation romantique hétérosexuelle. Le méchant de l'histoire est, en revanche, assez bien écrit. Loin d'être cruel il est surtout manipulateur et certain d'être dans son droit. Il est proclamée leader d'une résistance, blanc, fils du président donc d'une classe sociale assez élevée et il parle toujours calmement. Au fil du film, on comprend qu'il considère que certaines personnes sont supérieures à d'autres, en particulier les oranges dont le pouvoir inclut la manipulation des esprits. Se pensant légitime en tout il n'hésite pas à considérer Ruby comme sa propriété et à vouloir la manipuler pour en faire sa femme parfaite. Il est dommage que ces événements ne soient pas servis par une réalisation efficace. Au contraire, on s'ennuie souvent, on ne comprend pas grand-chose à l'intrigue tandis que les grandes révélations sont extrêmement faciles à comprendre à l'avance.

*
** Une idée qui était loin d'être inintéressante mais une réalisation sans intérêt.
***
****
*****

Image : Site officiel

__5b22dfd454111.jpg

09:47 Écrit par Hassan dans Film, science-fiction | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : the darkest mind, rébellion | | | |  Facebook

12/08/2018

Ms. Marvel 6. Dégâts par seconde et 7. La Mecque par G. Willow Wilson, Marco Failla, Diego Olortegui, Mirka Andolfo, Takeshi Miyazawa et Francesco Gastón

Titre : Ms. Marvel 6. Dégâts par seconde et 7. La Mecque
Auteur-e-s : G. Willow Wilson, Marco Failla, Diego Olortegui, Mirka Andolfo, Takeshi Miyazawa et Francesco Gastón
Éditeur : Panini 8 novembre 2017 et 1 mars 2018
Pages : 136

Ces deux tomes contiennent Ms Marvel 13-24. Cette dernière année a été difficile pour Kamala Khan. Elle a reçu des pouvoirs, découvert son origine Inhumaine, elle est tombée amoureuse puis a été trahie et a appris que l'un de ses amis est amoureux d'elle puis elle a survécu à la fin du monde. Si cela ne suffisait pas elle a été impliquée dans la guerre entre Captain Marvel et Iron Man et les conséquences furent difficiles pour elle puisqu'elle a perdu son meilleur ami. Un voyage en direction de ses origines était le bienvenu pour lui permettre de comprendre son identité. Quand elle revient elle est à nouveau prête à se battre pour sa ville. Mais des ennemis très particuliers l'attendent et il se pourrait qu'elle ne soit pas capable de protéger sa ville, ses ami-e-s et elle-même.

SPOILERS

Cette série ne s'est jamais excusée de s'occuper de thèmes concernant l'immigration et l'intégration dans une culture différente, sans pour autant appeler à oublier ses origines. Ces deux tomes continuent sur cette voie. Dans le premier, le numéro 13 s'intéresse spécifiquement aux techniques électorales mises en place pour éviter un vote des "minorités". À l'aide de la construction de circonscriptions le monde politique trouve un moyen de rester au pouvoir en évitant les mises en causes. Ce numéro s'attaque spécifiquement à ce type d'action et donne plusieurs informations pour s'inscrire sur les listes électorales et voter. La question de l'opinion publique et des actions politiques continue dans le second tome. Celui-ci met en scène un ennemi déjà rencontrée, membre d'Hydra, qui essaie de "normaliser" la ville en s'attaquant aux personnes qui semblent différentes, dans le cadre du tome cela concerne les personnes ayant des pouvoirs et les personnes qui se démarquent comme membres d'une culture non-occidentale. Le tome montre que ce type d'ennemi ne peut être vaincu que de manière politique et avec la force du nombre et non en tapant sur des méchants.

Le premier tome, lui, s'intéresse bien plus aux secrets et à leur statut sur l'Internet. Kamala Khan est mise en face d'un être qui récolte les secrets et les diffuse afin d'humilier ses victimes. L'une des premières ayant vu ses messages par SMS avec son petit-ami envoyé à tout le monde tandis que la seconde est outée. Je ne pense pas que les effets du harcèlement et du piratage d'informations personnelles soit inconnu à notre époque. De nombreuses campagnes de harcèlement en groupe ont eu lieu tandis que des informations personnelles ont souvent été utilisée pour s'attaquer à des personnes précises, avec parfois des effets dramatiques. Loin de s'attaquer aux victimes, l'autrice défend une réaction d'entraide et de soutien mutuel afin de soutenir les personnes qui en sont victimes.

*
**
***
**** Deux tomes toujours aussi sympathiques à lire tandis que l'autrice continue à s'attaquer à des thèmes politiques sans s'en excuser.
*****

Images : Éditeur tome 6 et tome 7ms marvel,panini,marvel,dégâts par secone,la mecque,g. willow wilson,marco failla,diego olortegui,mirka andolfo,takeshi miyazawa,francesco gastón

ms marvel,panini,marvel,dégâts par secone,la mecque,g. willow wilson,marco failla,diego olortegui,mirka andolfo,takeshi miyazawa,francesco gastón

10/08/2018

Undir Trénu (Under the tree)

TW : Relations toxiques (violence conjugale, harcèlement, parents toxiques) et maltraitance envers des animaux

Atli et Agnes sont en couple avec une petite fille et vivent dans une copropriété. Tout semble bien fonctionner mais Agnes accuse Atli de l'avoir trompée. Ne lui faisant plus confiance, elle l'éjecte de l'appartement et de sa vie tout en ne sachant pas encore exactement comment les choses se dérouleront. Atli, n'ayant nulle part où aller, se rend chez ses deux parents : Baldwin et Inga. Le couple est encore sous le choc de la perte de leur second fils. Pire encore, leurs voisins, Eybjorg et Konrad, se plaignent de l'ombre portée par l’arbre qui pousse sur leur terrain. Le problème est mineur. Mais les relations entre les deux couples deviennent de plus en plus compliquées alors que les accusations et les attaques mutuelles semblent se multiplier. Petit à petit, le conflit devient incontrôlé.

SPOILERS

Le film est soumis à l'ombre portée par l'arbre, ainsi que l'ombre de la perte du frère d'Atli. Tout ce qui se déroule est excusé par cette perte qui n'est pas encore acceptée par Inga, qui l'utilise pour se justifier sans jamais se remettre en question. Il y a deux conflits dans ce film. Le premier est conjugal. Atli et Agnes doivent résoudre leurs problèmes tout en prenant en compte leur fille. Ce conflit commence difficilement et Atli est montré comme abuseur une bonne partie de l'intrigue. Il suit Agnes, la harcèle jusqu'à son bureau, se rend à l'école de sa fille pour l'enlever avant de la ramener... Mais bien que ce conflit soit difficile il se résout aussi facilement lorsque les deux adultes décident de prendre du recul, de se parler par mail interposés et d'organiser une conciliation juridique qui permette de protéger les intérêts de leur fille. Le conflit se résout donc sur la promesse d'une relation brisée mais qui se casse entre adultes ayant consciences des responsabilités personnelles et sur une médiation juridique qui permette de protéger les personnes en ayant besoin.

Le second conflit se déroule entre deux couples voisins, dont les parents d'Atli. Contrairement au précédent, ce conflit s'envenime jusqu'à devenir incontrôlé. Le film a la bonne idée de ne pas montrer les actes de sabotages que se font subir les deux couples, on peut penser que ces actes ne sont pas commis par les personnes accusées. Petit à petit, la réalisation montre que les quatre adultes ne peuvent tout simplement plus dialoguer normalement sans que l'une des parties ne considèrent être victime de menaces ou de moqueries. Ce sont les images les plus drôles lorsque, par exemple, on observe l'un des voisins sortir une tronçonneuse de sa voiture. Ce sont aussi les scènes les plus dures, je parle en particulier de l'acte de cruauté subit par le chien de l'un des couples. Selon moi, la personne qui est à l'origine de cette escalade est clairement Inga. À plusieurs reprises, elle pousse son mari à refuser le dialogue avec leurs voisins tandis qu'elle jalouse sa voisine, plus jeune. Elle n'hésite pas non plus à pousser Atli à plus de fermeté face à Agnes plutôt qu'à tenter de désamorcer la situation. Son comportement est excusé par la perte de son second fils qu'elle n'arrive pas à accepter. Inga est clairement une personne toxique et il me semble habile que le film se termine sur elle comme seule rescapée.

*
**
***
**** Un film réussit, parfois drôle mais aussi avec des scènes difficiles et d'autres un peu sanglantes.
*****

Image : Allociné

002361.jpg

08:20 Écrit par Hassan dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : undir trénu, under the tree | | | |  Facebook

07/08/2018

The children act (My Lady)

Fiona Maye est une personne qui a réussi. Elle possède un appartement qui lui permet de s'adonner à sa passion, la musique. Bien que son mari ne soit pas très intelligent, voire lâche, son mariage a duré 20 ans dans un respect mutuel intense. Son mari est presque aussi intelligent qu'elle. Et elle a atteint le grade de juge à la Haute Cour, spécialisée dans le droit de la famille et des enfants. Dans sa pratique, elle doit prendre des décisions difficiles et parfois controversée avec, d'une part, la nécessité de respecter la loi et, d'autre part, la nécessité de protéger des enfants face aux dangers encourus. Un soir, un hôpital demande une action urgente de la part de la Cour. Un mineur de 17 ans, Adam, est victime d'un cancer qui nécessite une transfusion de sang pour permettre la possibilité de vivre. Mais l'enfant et ses deux parents refusent cette transfusion au nom de leur religion. Fiona Maye décide d'aller visiter ce jeune homme afin de comprendre ce qu'il souhaite vraiment.

SPOILERS

Je suis déçu. Selon le synopsis, tel que je l'avais compris, le film proposait une réflexion sur l'usage d'une loi chargée de protéger les mineur-e-s et de ses limites face à leur dignité et leur capacité de réflexion. En basant le film sur un jeune homme pratiquement majeur le film pouvait se demander à quel point il est nécessaire de prendre une décision basée sur une limite artificielle. Durant quelques scènes, la réalisation met en place un début de réflexion. Les avocats présentent des points de vue spécifiques tandis que le père, la mère ne parlant jamais, explique de quelle manière fonctionne sa religion. De plus, le film fait parler le jeune homme en question qui remet en question le droit de la juge de s'intéresser à son cas. Il aurait été possible de s'intéresser à la loi, sa pratique, ses limites et la question du respect de la religion de chacun et des limites nécessaires, mais ce n'est pas le cas.

A la place de cette réflexion la réalisation, qui adapte un roman, s'intéresse à la relation entre la juge et Adam. En parallèle, on nous présente la relation entre Fiona et son mari. Ce dernier souhaite un mariage plus affectueux mais semble ne jamais avoir partagé ses souhaits et décide, brutalement, d'annoncer le début d'une relation avec une jeune statisticienne. La réaction de Fiona Maye, compréhensible, est de préparer un divorce. Bien que le film montre surtout les problèmes du couple, et l’absence de communication de la part du mari, la réalisation nous permet de comprendre que ce mariage est un mariage d'amour avec des liens de respect entre les deux membres du couple. La relation entre Fiona Maye et Adam est plus problématique. Bien que majeur durant une grande partie du film Adam reste très jeune et semble chercher chez Fiona Maye une mentor et une guide qui lui permette de comprendre le monde. Mais il agit en la suivant, en cherchant ses informations privées sur internet et en essayant de s'imposer malgré les refus répétés de Fiona Maye. Leur relation me semble pour le moins problématique.

*
** Ce film est une grande déception pour moi. J'ai l'impression que le synopsis m'a induit en erreur.
***
****
*****

Image : Allociné

Site officiel

5924896.jpg

10:49 Écrit par Hassan dans contemporain, Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : my lady, the children act | | | |  Facebook

04/08/2018

Chronicle of the Fallers 1. The abyss beyond dreams par Peter F. Hamilton

Titre : Chronicle of the Fallers 1. The abyss beyond dreams
Auteur : Peter F. Hamilton
Éditeur : Pan books 2014
Pages : 687

Après la guerre contre les Primes l'humanité est devenue encore plus puissante, une des forces les plus importantes de la galaxie au point d'être invité par les Raiel dans la lutte contre l'ennemi le plus implacable de la voie lactée : le Vide. Mais l'humanité a aussi compris qu'elle ne pouvait pas risquer une nouvelle fois la possibilité d'une extinction. Alors que le Commonwealth se modifie de plus en plus, créant une nouvelle culture dont les membres se préparent à un changement de forme d'existence, d'autres humain-e-s décident de créer des vaisseaux trans-galactiques chargés de créer de nouvelles colonies humaines. Certains de ces vaisseaux sont attirés dans le Vide, comme la trilogie du Vide le montre. Face à cette nouvelle information. Les Raiels se tournent vers Nigel Sheldon afin de monter une mission interne au Vide. Mais au lieu de la planète que toute l'humanité connait Nigel s'écrase sur Bienvenido, une planète humaine mais soumise à un assaut constant de la part d'une espèce alien capable de prendre forme humaine.

SPOILERS

J'apprécie toujours autant Peter F. Hamilton, bien que je n'aie pas lu l'entier de son œuvre. Mais c'est par hasard que j'ai aperçu ce premier tome. J'étais un peu surpris et je me demandais ce que Hamilton pouvait bien montrer de plus concernant le Vide alors que sa trilogie précédente répondait à beaucoup de questions. L'auteur préfère, et c'est une bonne chose, changer de perspective en changeant de planète. Bienvenido est hostile, scientifiquement un peu plus avancée et gouvernée par une dictature héréditaire. Face à cela, il décrit un jeune officier fanatique dans sa lutte contre les Fallers qui devient, petit à petit, le chef d'une armée révolutionnaire. Enfin, il fait venir Nigel Sheldon, dont l'absence de la trilogie du vide était surprenante.

Malheureusement, je n'ai pas l'impression que ce livre soit très utile. Le début est très réussi. On observe le stress et la peur de personnes entrées sans le souhaiter dans un univers aux règles différentes. On suit une petite équipe qui rencontre les Fallers et qui est victime de leurs attaques. Mais dès que l'on passe ce point du livre, l'introduction, les intrigues sont bien plus proches de ce que l'on connait déjà. Peter F. Hamilton nous fait suivre un jeune homme talentueux qui essaie de monter les échelons du gouvernement. Mais là où le héros de la trilogie du vide le fait de manière légale celui de ce livre décide de mettre en place une révolution sanglante. Dans les deux cas il y a lutte contre un gouvernement corrompu et placide. Mais l'évolution d'Edeard, telle que décrite par Hamilton, prend le temps de montrer le changement de ses méthodes. Dans ce nouveau livre, ce changement est brusque. On ne comprend pas pourquoi ni comment une personne considérée comme un héros devient un fanatique enragé par la paranoïa. Malheureusement, l'intrigue est beaucoup moins bien écrite.

*
**
*** Loin d'être le meilleur roman de Peter F. Hamilton il reste intéressant dans le cadre plus large de la saga du Commonwealth.
****
*****

Image : Éditeur

9780230769465the%20abyss%20beyond%20dreams_jpg_260_400.jpg

03/08/2018

Mission Impossible: Fallout

Ce nouveau film est la suite directe de Rogue Nation. Après avoir exposé les agent-e-s du Syndicat Mission Impossible est redevenu une agence officielle des Etats-Unis. Hunt est réintégré dans la hiérarchie et continue ses activités de destruction de biens publics et de violations du code de la route. Ses capacités sont à nouveau nécessaires pour sauver le monde. Le Syndicat n'est pas entièrement démantelé et les agent-e-s qui en font encore partie se sont renommé-e-s les Apôtres. Au lieu de suivre un agenda, illes se vendent au plus offrant afin d'aider des attaques terroristes, à l'instar d'une épidémie de variole. Leur prochaine action semble être l'usage de trois bombes atomiques. La mission d'Ethan Hunt est de trouver ces bombes et d'empêcher les Apôtres, et leur client, d'y avoir accès. Mais cette fois il est accompagné d'un agent de la CIA, joué par Henry "Moustache" Cavill.

SPOILERS

Je n'ai jamais été très fan de la franchise Mission Impossible. Les films sont divertissants mais sans plus. C'est le cas de ce nouvel opus qui n'a de loin pas été inoubliable en ce qui me concerne. Comme beaucoup de films d'action, la réalisation souffre d'avoir un personnage principal chargé d'être le meilleur en tout. Hunt est toujours dans l'action et ne prend jamais le temps de souffler un peu pour avoir un véritable plan. Ce film en est l'incarnation. Dès le début du film on comprend que la question ne sera pas la nouvelle menace mais la nécessité de l'existence d'Ethan Hunt. À plusieurs reprises, on nous explique qu'il aurait pu démissionner mais qu'il ressentirait un sentiment de culpabilité à chaque événement qu'il aurait pu empêcher. Même le méchant du film, identique à celui de Rogue Nation, agit pour s'attaquer personnellement à Ethan Hunt, oubliant les raisons de son entrée dans le Syndicat.

La réalisation souffre aussi d'un problème majeur : le scénario. Je ne parle pas des scènes d'action, des combats ou de l'intrigue. Je parle d'une tendance générale à expliciter les événements après qu'ils aient eu lieu. Souvent le film fonctionne dans l'ordre qui suit : on nous explique un plan, ce plan est modifié dans la scène et on termine on nous expliquant pourquoi et comment le plan a été modifié. Dans d'autres cas, une scène a lieu puis on nous explique que le fonctionnement de l'intrigue a été préparé par les membres de l'intrigue en avance, sans que jamais l'on nous montre cette préparation. Le problème est particulièrement important lorsqu'il s'agit de confronter le traitre. Hunt est mis à mal par un dossier et se retourne contre son supérieur. Puis, d'un seul coup, on nous explique que ce n'était qu'un coup de théâtre pour confondre le traitre. Pour que la scène fonctionne il aurait fallu donner à Hunt des raisons de perdre sa confiance envers ce personnage puis de trouver le temps de créer le scénario chargé de l'atteindre. La réalisation préfère laisser ça en dehors du film.

*
**
*** Sans intérêt
****
*****

Image : Allociné

0850449.jpg

08:11 Écrit par Hassan dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mission impossible, fallout | | | |  Facebook