19/09/2018

L'hérésie des pauvres. Vie et rayonnement de Pierre Valdo par Bernard Félix

Titre : L'hérésie des pauvres. Vie et rayonnement de Pierre Valdo
Auteur : Bernard Félix
Éditeur : Labor et Fides 15 mai 2002
Pages : 240

Lorsqu'on parle des hérésies médiévales, aux alentours du XI-XIIème siècle, on parle souvent des Cathares. Mais il existe d'autres hérésies et mouvements durant cette période. Ce livre s'intéresse à un mouvement des pauvres, les personnes qui ont suivis Pierre Valdo. Ce dernier serait un lyonnais, un marchand plutôt aisé, qui a abandonné tous ses biens afin de suivre la voie que Jésus aurait montré aux humain-e-s: une vie de pauvreté basée sur les dons par autrui.

L'auteur examine cette vie selon deux points d’études : Pierre Valdo et l’Église médiévale et les effets de son mouvement sur la Réforme. Selon l'auteur, le mouvement de Valdo, dit des pauvres vaudois, a pu prendre forme à cause des pratiques immorales de l’Église de l'époque. Celle-ci était riche, les ecclésiastiques n'étaient pas toujours bien éduqués et, parfois, mariés. Pire encore, et ce fut une critique des Réformés, les ecclésiastiques vendaient des indulgences ayant le pouvoir de permettre l'entrée au paradis par l'intercession de l’Église. Face à ces pratiques, Pierre Valdo défendrait une pratique de la lecture de la Bible et d'une vie modeste sans hiérarchie. Mais il brise aussi l'ordre social en prêchant et en permettant aux femmes de prêcher. Selon l'auteur, ces critiques peuvent être décrites comme un avant-goût de la Réforme. Il considère que les Vaudois ont pu se protéger, en se cachant, des persécutions puis ont rejoint les mouvements réformés.

Mieux comprendre la vie de Pierre Valdo m'attirait. Je me posais beaucoup de questions sur sa vie mais surtout sur le contexte dans lequel les vaudois ont commencé à exister. Malheureusement, il ne me semble pas que ce livre puisse véritablement répondre à mes questions. À mon avis, ce n'est pas un livre d'histoire mais un essai de théologie. L'auteur fait souvent des bonds en avant à notre époque, considère comme réel des miracles et cite abondamment la Bible. Mais en termes d'histoire le livre est très médiocre. La bibliographie est très succincte, soit, mais le problème concerne le contenu. À de nombreuses reprises, l'auteur se contente de marquer son désaccord avec des historiens sans jamais les citer ni expliquer les raisons de son refus de suivre leurs thèses, qui peut être légitime. L'auteur ne cite jamais les sources d'époque. Mais le pire concerne les hypothèses mises en avant dans le livre. Étant donné que jamais Bernard Félix ne cite d'historien-e-s ni de sources, je me demande de quelle manière il construit ses hypothèses. Le livre est donc rempli de jugements sans jamais que l'auteur ne prenne la peine de les justifier. Selon moi, il vaut mieux laisser cet essai à sa place et chercher un véritable livre d'histoire.

Image : Éditeur

9782830910452.jpg

Écrire un commentaire