• The good place 2

    Eleanor a compris ! Ce qui lui a été vendu comme le paradis, après sa mort, n'est pas le paradis. C'est un concept forgé par Michael. Son but est de créer un moyen pour que des humain-e-s, choisis spécifiquement, se torturent mutuellement pendant plusieurs milliers d'années. Mais Michael a échoué, non seulement Eleanor a compris ce qui se déroule mais le petit groupe d'humain-e-s choisis pour cette expérimentation a réussi à travailler ensemble afin de se rendre meilleurs. Ceci n'est pas censé être possible et les autorités des enfers ne sont pas heureuses. Il est donc décidé de relancer l'expérimentation en effaçant les souvenirs des 4 humain-e-s impliqué-e-s. Mais cela suffira-t-il à les empêcher de comprendre et de s'entre-aider ?

    SPOILERS

    Depuis le début, la série se pose sur des questions philosophiques. L'une des questions principales est comment devenir une meilleure personne. Dans le monde de The Good Place les bonnes actions donnent des points positifs et les mauvaises actions des points négatifs. Il est donc logique de souhaiter faire de bonnes actions et entre dans un paradis. Cependant, il faut se demander comment le faire. Les actions ont des conséquences, parfois inattendues. La série montre très bien cette complexité des processus de décisions. Un acte pensé bénéfique peut impliquer du négatif tandis qu'un acte négatif peut être commis dans un but positif. Ainsi, il est clair dès le début que le système montré dans la série ne peut pas fonctionner car on ne peut pas quantifier facilement des processus de décisions complexes.

    Bien entendu, la seconde décision concerne la raison des bonnes actions. Dans le cadre de la série, une bonne action réalisée afin de recevoir quelque chose en retour est immédiatement annulée. En effet, agir simplement en vue d'une récompense n'est pas une action positive mais une action à but égoïste. Cette saison répond à la question lors du tout dernier épisode. Celui-ci nous montre Eleanor essayer d'être meilleure sur Terre. Mais ce qu'elle reçoit n'est pas positif. Elle perd des ami-e-s, son travail, son appartement et elle est attaquée en justice. On peut sérieusement se demander si être une personne qui agit positivement est utile si cela implique non seulement une absence de récompense mais une punition. La série répond grâce à un autre personnage, Chibbi, et sans donner celle-ci je la trouve plutôt intéressante. En conclusion, une seconde saison tout aussi bien écrite que la première. La réalisation n'hésite pas à poser des questions difficiles sans donner de réponses précises, nous laissant réfléchir.

    *

    **

    ***

    ****

    ***** Impossible de trouver des points négatifs.

    Image : Site officiel

  • The Expanse 2

    L'équipage du Rocinante a assisté, horrifié, à l'attaque contre la colonie d'Éros. Illes comprennent enfin quels sont les enjeux liés à la protomolécule. Une colonie entière, tout une population, détruite simplement pour comprendre le fonctionnement d'une forme de vie qui pourrait ne pas provenir du système solaire. Que ce soit son capitaine, Holden, ou les autres membres de l'équipage, tout le monde est d’accord : les responsables doivent être châtiés. Vu que Éros est un astéroïde, l'OPA souhaite aussi trouver les responsables et les empêcher définitivement de nuire. Cependant, il faut aussi prendre en compte Mars et la Terre. Les relations entre les deux planètes sont de plus en plus tendues et il se pourrait bien que l'humanité assiste aux débuts de sa première guerre interplanétaire. Que fera l'OPA dans ce contexte ? Personne ne le sait vraiment...

    SPOILERS

    La découverte de The Expanse fut une révélation pour moi. Je ne crois pas avoir vu une série de SF prise aussi au sérieux depuis Battlestar Galactica. The Expanse, adapté d'un roman, met en place un monde politique compliqué en nous donnant seulement quelques bribes d'informations. La série comprend aussi l'importance des détails pour la création d'un monde. On peut ne pas les voir mais leur existence permet d'accepter que cet univers fonctionne selon des règles logiques et compréhensibles.

    Tout comme la saison 1, la saison 2 réorganise le système politique en prenant en compte les tensions de la guerre et l'arrivée d'une nouvelle technologie potentiellement illimitée. La série n'hésite pas à montrer que la guerre ne dépend pas uniquement de complots ou de la volonté des dirigeant-e-s. Elle peut aussi éclater simplement par une incompréhension mutuelle ou une envie de contrôler de prêt ce que l'adversaire est en train de faire. Ainsi, les quelques batailles de la série, spectaculaires et dévastatrices, ont rarement lieu auprès de Mars ou de la Terre. Seule la destruction de l'une des lunes de Mars pourrait être considérée différemment. Mieux encore, la série fait la différence entre éthique, droit et realpolitik. On nous apprend que plusieurs accords existent pour réglementer les guerres. Mais cela n'empêche pas de les briser. La protomolécule est utilisée et testée contre des personnes pauvres, isolées, qui meurent. Malgré ces expériences sur des humain-e-s tous gouvernements veulent cette molécule et acceptent les tests, parfois au prix de leurs propres citoyen-ne-s. Bref, la série nous explique que l'éthique existe mais que la realpolitik pend rapidement devenir plus importante et rendre les relations entre états et personnes plus difficiles et dangereuses.

    Pour rendre la série intéressante il faut aussi s'intéresser aux personnages. The Expanse a de nombreux personnages intéressants et cette nouvelle saison ajout une martienne patriote et va-t-en-guerre. Son existence permet de mettre en question certains actes du gouvernement martien. Mais ce qui me semble le plus intéressant est l'équipage du Rocinante, constitué de personnes provenant de différents lieux. Amos et Alex sont surtout présent comme suiveurs. Naomi est la boussole morale du groupe. Holden, en revanche, est quelqu'un qui essaie toujours de choisir la meilleure voie, pour être quelqu'un de bien. Cette saison le montre devant des décisions de plus en plus compliquées. Afin de suivre son but, détruire toutes traces de la protomolécule, il doit accepter de commettre des actes de guerre et de piratage qui placent le bien de l'humanité avant le bien des individus. Cela n'est pas spécifiquement immoral mais peut impliquer de faire du mal ou de refuser d'aider des personnes. La question de savoir quelle est la limite se pose donc de plus en plus pour ce personnage et ses actions. D'une certaine manière, Holden incarne la capacité pour une personne morale de perdre sa capacité à différencier le bien du mal à partir du moment où les problèmes des individus sont oubliés face aux problèmes de l'humanité. Ce qui permet de (se) justifier des actes que l'on refuserait d'accomplir dans d'autres contextes.

    *

    **

    ***

    ****

    ***** Une saison 2 à la hauteur de la saison 1. La série est lente, certes, mais elle fait surtout attention aux détails et à la logique interne.

    Image : Site officiel