• Le monde romain par Martin Colas

    Titre : Le monde romain
    Auteur : Martin Colas
    Éditeur : Armand Colin 12 juin 2019
    Pages : 276

    Ce n'est pas le premier ouvrage de synthèse que je lis sur l'histoire de la Rome antique. Ce n'est pas non plus mon premier ouvrage de la collection Cursus. Pour les personnes qui ne le savent pas, cette collection offre des synthèses sur de nombreux sujets. Celles-ci sont plutôt destinées aux étudiants universitaires mais les personnes intéressées peuvent parfaitement les lire. Ce livre s'intéresse à l'histoire romaine de sa fondation à la chute de l'Empire romain d'occident. Pour synthétiser cette longue histoire Martin Colas met en place quatre chapitres.

    Le premier chapitre examine les origines les plus anciennes de la ville. C'est une histoire que je ne connais que peu. L'auteur commence par examiner les récits des origines, connus principalement par des textes largement antérieurs aux événements. Il a aussi la bonne idée d'offrir une interprétation qui permet de mieux comprendre ce qui peut être réel dans la légende. Ensuite, il examine l'histoire royale de Rome, en particulier sous les étrusques dont les influences sont importantes sur le fonctionnement de la ville. Enfin, il replace la cité au sein d'un réseau de villes et de civilisations méditerranéennes, étrusques et grecques en particulier.

    Un second chapitre examine l'histoire romain de la République à la fin de l'Empire romain d'occident. C'est une longue histoire et ce livre doit forcément choisir les événements les plus importants. L'auteur nous permet de mieux comprendre le fonctionnement de la vie politique romaine. En particulier, il met en avant la création longue de la République qui ne peut pas être considérée comme une démocratie. Les différents organes ne sont ni divisés selon nos trois pouvoirs ni un moyen de rendre les citoyens égaux. Il explicite aussi les problèmes connus par la République lorsque les Imperator prennent une importance grandissante. Des problèmes qui mèneront à de nombreuses guerres civiles jusqu'à la prise de pouvoir d'Auguste. Le fonctionnement du pouvoir de ce dernier, ainsi que la suite du Principat, sont expliqués. L'auteur nous permet de comprendre de quelle manière Auguste prend le pouvoir tout en évitant d'être qualifié de roi. Enfin, le chapitre se terminer sur les changements du bas-empire.

    Un troisième chapitre s'intéresse à l'armée romain et à l'extension de son territoire. Là aussi la réussite de Rome n'est pas considérée comme inévitable. L'auteur considère que cette expansion dépend de choix précis lors d'événements ponctuels. Ces choix ont permis, progressivement, de prendre le contrôle du Latium, de l'Italie puis de devenir une puissance méditerranéenne. Mais Rome aurait pu perdre face à Carthage dont la puissance sur mer était importante. Les réussites militaires ont permis de recevoir des richesses mais aussi de changer l'idée de conquête. De défenses celles-ci deviennent des moyens d'enrichir certaines personnes précises et donc de gagner en pouvoir. Martin Colas nous explique aussi de quelle manière l'Empire est géré, dans le cadre des provinces.

    Le dernier chapitre s'intéresse à la civilisation romaine. Sous ce terme Martin Colas nous présente la société, l'économie et la religion. Ce sont de vastes sujets qu'il arrive à bien synthétiser tout en fournissant des références si l'on souhaite aller plus loin. La description de la société permet de comprendre la hiérarchie très importante en son sein ainsi que l'idéal du citoyen : l'agriculteur soldat. L'économie est plus difficile à examiner. Les statistiques n'existent pas et de nombreuses connaissances sont des extrapolations. Martin Colas prend beaucoup de temps à expliciter la place de la religion au sein de la société romaine. Celle-ci est fondamentalement liée au politique et tout le monde doit suivre certains rituels. Le père, en particulier, est chargé du culte familial. L'auteur s'attache aussi à la religion juive et à la religion chrétienne. Cette dernière devient rapidement sujet à des vexations car elle est accusée de mettre à mal le fonctionnement de la vie civique. Ce n'est que lorsque les empereurs se christianisent qu'elle est mieux acceptée au sein des élites.

    Ce livre est une bonne synthèse de la société romaine. L'auteur ajoute une courte bibliographie thématique qui permet d'avoir connaissance de recherches précises. Personnellement, j'ai beaucoup apprécié le glossaire qui permet de vérifier ses connaissances de certains termes importants pour comprendre cette époque. J'ai aussi apprécié les encadrés que je trouve très clairs. Ils permettent d'illustrer des points difficiles à comprendre, par exemples les fonctionnements des différentes magistratures.

    Image : Éditeur