Histoire de l'Inde par Michel Boivin

Titre : Histoire de l'Inde
Auteur : Michel Boivin
Éditeur : PUF 1996
Pages : 128

Comme beaucoup de personnes, mon parcours scolaire en histoire est principalement européocentriste. Je n'ai vu que peu de choses sur le continent africain, en dehors de l'Égypte antique, et encore moins sur le reste du monde en dehors des luttes contre le colonialisme. Mais je souhaite avoir plus d'informations sur l'histoire de pays qui ne sont pas européens. Cependant, cela implique d'apprendre des concepts et des événements que je n'ai jamais vu auparavant, voilà pourquoi je me suis lancé dans ce petit livre.

L'auteur nous offre une histoire synthétique de l'Inde en 4 chapitres. Le premier chapitre s'occupe de l'Inde dites ancienne. L'auteur y met en avant des sources archéologiques et religieuses qui permettent de comprendre le fonctionnement politique et social des premières civilisations indiennes. On trouve, dans ce chapitre, des informations concernant les religions et leurs doctrines mais aussi les différentes réformes et les liens avec le politique.

Un second chapitre s'intéresse aux liens entre l'Inde et le monde musulman. Après avoir subi de nombreuses invasion l'Inde subit une domination de nature musulmane. Mais celle-ci forme de nombreuses dynasties plus ou moins centralisées. Ce n'est que tardivement que se met en place un empire Moghol auquel les différents princes locaux doivent une certaine forme de loyauté. Cependant, l'Empire est assez faible permettant d'ouvrir la voie aux européens.

Dans un troisième chapitre l'auteur s'intéresse donc au mouvement colonial. Il montre que ce mouvement est d'abord un moyen de commerce de différents pays. Ce n'est que plus tard que l'Angleterre, via la Compagnie des Indes, prend de l'importance. D'ailleurs, ce ne fut pas une politique explicite. C'est la défense des intérêts britanniques qui poussa la couronne à prendre plus d'importance, une importance qui ne fut théorisée sous forme d'impérialisme que durant le début du XIXème siècle.

Cependant, la domination britannique implique aussi des résistances qui sont décrites par le chapitre précédent. Celles-ci ne sont pas toujours pacifiques et permettent de théoriser une forme de nation indienne face à un empire britannique qui pense l'Inde comme incapable de se gouverner elle-même, en particulier en se basant sur l'idée d'une supériorité raciale britannique. Les résistances durant les deux guerres poussèrent les anglais à accepter des négociations pour modifier le fonctionnement administratif de l'Inde. Mais ce n'est qu'à reculons que l'indépendance est acceptée. Celle-ci implique la création d'une constitution spécifique et d'une lutte entre centralisation et nationalisme. Le dernier chapitre se concentre sur ces tensions liées à des problèmes au sein de la classe politique indienne. Ces tensions impliquent des révoltes liées à des identités religieuses. Cependant, l'Inde réussit tout de même à réguler les souhaits d'indépendances et l'unité centralisatrice.

Image : Éditeur

Commentaires

  • Il y aurait tellement de choses à dire sur l'Histoire des Hindous. Mais commençons par le commencement.
    L'Inde : première époque
    La vie primitive aux Indes comme partout, représente le premier âge de l'humanité, l'enfance, l'adolescence, la première jeunesse.
    Les enfants de cette grande famille humaine pratiquaient l'agriculture, ils avaient de nombreux troupeaux qu'ils faisaient paître dans de vastes plaines. C'était la grande vie, simple et naturelle. C'est là, sous un beau climat, au milieu d'une splendide végétation que se déroulèrent les premières scènes du drame humain.
    On vit en s'aimant, la discorde n'est pas née. Les hommes sont des frères.
    Ce qui commande, c'est la Loi éternelle qui avait appris que l'« Esprit » naît chez la Dêva (la Femme), pendant qu'elle avance dans son évolution. C'est pour cela que son nom signifie « Lumière ».
    C'est pour expliquer les lois de la Nature, aperçues spontanément par l'Esprit de la Dêva, que fut composé le grand livre sacré de l'Inde, le Véda.
    Puis, plus tard, bien plus tard, vînt la révolution religieuse...
    L'homme dominateur, ayant fait la conquête de l'Inde, y trouva des peuples primitifs, c'est-à-dire gynécocratiques, dont il fit ses esclaves ou qu'il chassa devant lui et dont, par la suite, il ne parla qu'avec dédain et mépris ; il en fit une race inférieure qu'il appela les Dasyous. Cet homme conquérant, c'est Ahriman, le mauvais principe formant des hordes masculines qui vont envahir graduellement l'Inde, la Perse, l'Afrique, l'Europe, exterminant les populations qu'il rencontrait au point de faire naître dans les pays conquis un monde nouveau de sang mêlé.
    Si bien qu'après avoir été longtemps errants, ils finirent par se cantonner dans les anciennes nations en y formant de nouveaux groupes ethniques qui prirent les noms d'Hindous, Perses, Grecs, Latins, Germains et Slaves.
    Cette invasion des hommes forts a été surtout une révolution morale puisque ces conquérants ont voulu faire régner leurs idées et leur morale masculines qui renversent les idées et la morale féminines.
    Ce fut le commencement de l'âge noir.
    Cependant, cette race orgueilleuse allait se déclarer supérieure et se donner à elle-même toutes les qualités.
    C'est vers l'an 1000 avant notre ère que se produisirent les grandes émigrations qui transportèrent des émigrés dans la vallée de Saraswatî.
    Ceux qui restèrent maîtres du pays changèrent complètement l'esprit de la Religion, ils en modifièrent la base fondamentale, c'est-à-dire les questions fondées sur la loi des sexes. L'homme conquérant cherche toujours à imposer les lois de sa physiologie et de sa psychologie ; mais le changement ne pouvait pas se faire brutalement ; il y eut partout une période de transition.
    Suite : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/perse-et-chine.html
    Cordialement.

  • quelles sont vos sources primaires et secondaires?

Écrire un commentaire

Optionnel