• Harleen par Stjepan Sejic

    Titre : Harleen
    Auteur : Stjepan Sejic
    Éditeur : DC 11 février 2020
    Pages : 208

    Ce volume contient Harleen 1-3. Dr. Harleen Quinzel est une jeune chercheuse qui tente de prouver une de ses thèses majeures. Selon elle, la vie au sein d'un contexte violent pourrait mettre à mal la capacité d'empathie. Bien qu'elle vive à Gotham, il est difficile d'avoir accès aux personnes nécessaires pour prouver son idée. Heureusement pour elle, Bruce Wayne décide de la financer. Elle doit immédiatement déménager à Arkham afin de débuter une série d'interview de criminels considérés comme particulièrement dangereux. Dans ces couloirs elle fera la connaissance d'un criminel qui n'a jamais laissé personne le comprendre : le Joker.

    SPOILERS

    J'entends parler de ce Harleen de Stjepan Sejic depuis quelques temps et j'ai un peu hésité à me le procurer. Mais les critiques dithyrambiques lues sur internet m'ont convaincu. Et, à mon avis, ce fut un bon choix. L'objet même est beau. Une couverture cartonnée noire sur laquelle Harley Quinn est dessinée avec une fourre plastique sur laquelle on retrouve le même dessin mais masqué. L'intérieur est assez grand pour donner toute sa force aux magnifiques planches de l'auteur. Il m'est difficile de dire lesquelles sont mes préférées car rares sont les planches qui m'ont laissé de marbre. J'ai presque envie de posséder une version sans lettrage afin de mieux admirer l'art de Stjepan Sejic.

    Bien que ce comics s'intéresse à Harley Quinn il est intéressant que son destin soit mêlé à celui d'Harvey Dent. Les deux s'intéressent aux criminels mais là où l'une souhaite les aider le second pense qu'illes sont au-delà de toute aide et veut uniquement les enfermer définitivement. Bien entendu, le destin des deux personnages joue autours de la thèse du Joker qui considère que l'humanité est constituée de monstres enfermés par un vernis de moralité.

    Même si Harvey Dent se trouve dans une trajectoire parallèle à celle d'Harley Quinn c'est cette dernière qui nous est présentée dans sa tragédie. Le personnage nous est d'abord montré souffrant de stress post-traumatique après une première rencontre avec le Joker et le Batman. Puis, elle est fatiguée par les jeux du Joker qui ne fait que mentir afin de s'entendre parler. Enfin, une fascination se forme petit à petit. On observe Harley Quinn perdre progressivement pied professionnellement et personnellement alors qu'elle se rapproche de plus en plus du Joker. Ce qui fait la force de Stjepan Sejic est qu'il montre à quel point elle est consciente du danger mais qu'elle n'arrive plus à s'arrêter, en particulier à cause de sa solitude et de son envie d'aider les gens. Comme il est écrit dès les premières pages, l'enfer est pavé de bonnes intentions, qui mènent Harley Quinn en direction d'une personnification du mal.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** Un chef d'œuvre

    Image : Éditeur