13/10/2014

Batwoman 3. L'élite de ce monde par J.H. Williams III, W. Haden Blackman, Trevor McCarthy

Titre : Batwoman 3. L’élite de ce monde9782365773966-couv-M200x327.jpg
Auteurs : J.H. Williams III, W. Haden Blackman, Trevor McCarthy
Éditeur : Urban Comics 4 juillet 2014
Pages : 152

Ce troisième tome regroupe les épisodes 12 à 17. Batwoman est un peu larguée. Les monstres habituels de Gotham qui se cachent dans les recoins les plus sombres des rues obscures de la ville elle sait gérer. Mais les monstres issus de la mythologie c’est un tout autre problème. Elle demande donc au DEUS le droit d’aller poser des questions à la plus grande experte du domaine : Wonder Woman. Le DEUS accepte très rapidement ravi de pouvoir en savoir plus sur les Amazone. Cependant, Batwoman ne savait pas que Wonder Woman a aussi pris connaissance de la secte de Medusa. Et elle sait ce que cette secte veut. Son but est de ramener la mère de tous les monstres. Et ceci se déroulera à Gotham. Décidément cette ville n’est jamais tranquille.

Encore une fois ce Batwoman est une réussite. On se trouve toujours dans le même arc mais on apprend enfin quel est la vraie ampleur de l’intrigue. Et cette intrigue rejoint très bien les aventures de Wonder Woman. Celle-ci est bien amenée dans ce tome et l’inconfort de Batwoman qui passe d’un territoire urbain à la mythologie est bien amené. Le tome contient des planches magnifiques dont deux, en particulier, que j’ai beaucoup apprécié. Mis à part ceci les auteurs ne négligent pas de montrer le début de nouvelle intrigues ainsi que de faire avancer la relation entre Kate Kane et Maggie Sawier pour notre plus grand plaisir. Au final, Batwoman est toujours aussi bien !

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare.

  • À lire.

  • Tolkien. Un troisième tome dans la même veine que les précédents donc une réussite.

Image : Éditeur

12/10/2014

Batwoman 2. En immersion par J.H. Williams III, W. Haden Blackman, Amy Reeder, Trevor McCarthy

Titre : Batwoman 2. En immersion9782365772235-couv-M200x327.jpg
Auteur-e-s : J.H. Williams III, W. Haden Blackman, Amy Reeder, Trevor McCarthy
Éditeur : Urban Comics 10 mai 2013
Pages : 160

Ce second tome (ou troisième) contient les épisodes Batwoman 0 et 6 à 11. L'épisode 0 est un moyen de nous faire entrer dans le passé de Batwoman pour nous faire comprendre son combat mais aussi la période de son entraînement. Celui-ci, en effet, ne nous avait pas été dépeint. Ici ce travail est fait rapidement mais de manière efficace. Les autres épisodes continuent l'enquête sur les enfants disparus et Medusa. Batwoman est à présent sous la botte du DEUS et doit leur obéir malgré sa mauvaise volonté. L'enquête la mène à un bateau récemment arrivé à Gotham et dont le propriétaire est très riche. La question qui se pose est donc de savoir si Batwoman pourra sauver les enfants.

Bien que je lise tous ces Batwoman très rapidement, j'ai envie de connaître la suite dès que possible et on me les prête très généreusement, je ne me lasse pas. Ce second tome est un peu différent. En effet, l'intrigue se déroule principalement sur une soirée. Le reste se déroule sous forme de flash back afin de nous montrer comment nous en sommes arrivé là. Certains pourraient être vu comme peu utiles mais ils permettront probablement de poser les bases pour les prochaines numéros. J'ai tout de même eu l'impression que l'intrigue était rapidement mise en place et, parfois, je trouve qu'il aurait été utile de souffler un peu. Globalement je pense que ce second tome est légèrement moins bons que les précédents tout en restant de très bonne qualité.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare.

  • À lire.

  • Tolkien. Encore une fois tout est presque parfait. Malgré un rythme un peu trop prononcé et une structure différente je me suis tout autant plongé avec délectation dans ces aventures.

Image: éditeur

Batwoman 1. Hydrologie par Blackman W. Haden et Williams III JH

Titre : Batwoman 1. Hydrologie9782365770620-couv-M200x327.jpg
Auteurs : Blackman W. Haden et Williams III JH
Éditeur : Urban Comics 24 août 2012
Pages : 144

Batwoman se trouve toujours à Gotham. Alors qu'elle ne souhaite plus parler à son père, que le DEUS s'intéresse à elle ainsi que Batman sa cousine lui demande de l’entraîner. Bien qu'elle ne soit pas convaincue Kate Kane accepte. Et les deux cousines auront beaucoup à faire. En effet, une étranger créature est en train de kidnapper les enfants de Gotham. La police ne peut rien faire mais Batwoman pourrait bien trouver la réponse que cherchent les parents. Durant sa quête elle va entrer dans un monde étrange et découvrir un nouvel ennemi.

Le tome 0 était très bon. Le premier continue sur la même voie. On commence avec un numéro qui nous montre l'enquête et l'intérêt de Batman pour Batwoman. Par plusieurs moyens, il tente de la comprendre et de savoir qui elle est. Mais la véritable histoire ne commence qu'au numéro suivant. C'est à ce moment là que les auteurs mettent en place un arc qui prendra plusieurs tomes avant d'être conclu. Les graphismes sont toujours aussi bon avec une histoire toujours intéressante. Le personnage est de plus en plus intéressant et je continue à beaucoup l'apprécier. Je continue de conseiller ce personnage à tout le monde.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare.

  • À lire.

  • Tolkien. Toujours aussi bien dessiné, un personnage toujours aussi intéressant avec une intrigue prenante. Que du bon.

Image: éditeur

11/10/2014

Batwoman 0. Elegie par Rucka Greg et Williams III JH

Titre : Batwoman 0. Elegie9782365770606-couv-M200x327.jpg
Auteurs : Rucka Greg et Williams III JH
Éditeur : Urban Comics 17 août 2012
Pages : 256

Ce tome 0 regroupe les épisodes Detective Comics 854-860 et 861-863. Batwoman est le comic de la batfamily qui m'intéresse le plus. Cependant, il m'a fallu du temps et les très bonnes critiques d'une amie pour que je m'y mette sérieusement. Ce tome 0 nous place face à trois arcs. Dans le premier Batwoman tente de combattre le Culte du Crime qui souhaite sa mort. Elle se trouve face à une personnage complètement folle qui semble en savoir plus qu'elle ne le devrait. Le second arc reprend les épisodes précédents pour nous donner plus d'informations. Mais, il permet aussi de construire le passé de Kate Kane durant trois époques afin que l'on comprenne sa motivation. Enfin, le dernier arc la place contre un homme qui a déjà sévi à Gotham. Celui-ci kidnappe des femmes et leur coupe des parties du visage.

J'ai énormément aimé Batwoman. Oui le graphisme est déroutant. On se trouve face à plusieurs styles selon l'époque et la personnalité de Kate. Ceux qui concernent son activité de Batwoman sont, en particulier, très chargé. Comme si Batwoman était plus une œuvre d'art qu'une super héroïne. Son costume est, d'ailleurs, magnifique. Ce rouge et noir marche particulièrement bien. L'histoire est très prenante même en n'ayant pas toutes les clés pour comprendre. J'ai beaucoup apprécié les retour sur le passé durant le second arc. En particulier le chapitre deux est très fort. Bref, nous avons là du très bon que je recommande à tout le monde. Je suis déjà dans la lecture du premier tome qui est toujours aussi bien.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare.

  • À lire.

  • Tolkien. Batwoman 0 fait partie des très rares comics que je conseillerais même aux personnes qui n'en lisent pas ne serais-ce que pour connaître Kate Kane.

Image: éditeur

09/10/2014

Uncanny Avengers 1. Nouvelle union par Rick Remender, John Cassaday, Olivier Coipel

Titre : Uncanny Avengers 1. Nouvelle union
Auteurs : Rick Remender, John Cassaday, Olivier Coipel
Éditeur : Panini 26.03.2014
Pages : 128

Dernièrement les Avengers et les X-Men se sont battus pour le contrôle de la force Phénix. Les uns voulaient en user pour recréer leur race tandis que les autres en avaient peur (et à juste raison). Suite à cette guerre Charles Xavier a été tué par son propre élève: Cyclope. La guerre est terminée. Il est temps de panser les plaies et de se demander de quoi le futur sera fait. Captain America décide qu'il est temps de montrer l'exemple au monde et propose à Alex Summers, le frère de Cyclope, de commander une unité spéciale des Avengers. Une unité qui lie X-Men et Avengers. Mais, à New York, Crâne Rouge organise une attaque terroriste dans le but de créer un mouvement d'émeute sous con contrôle et de détruire les mutants. Il est plus dangereux que jamais car il possède une arme d'une puissance sans égale.

J'ai lu beaucoup de critiques qui expliquent en quoi ce tome a été gâché par des retards du dessinateur. Je suis d'accord de dire qu'il n'est pas parfait. Cependant, la manière dont les relations entre mutants et humains sont dépeintes sont très prenantes pour le lecteur. On se trouve face à une peur qui permet au Crâne de manipuler plus facilement les citoyens. Même les Avengers sont victimes de son influence. Les combats sont donc difficiles et on observe le Crâne devenir de plus en plus certain de sa victoire. Les personnages ne sont pas encore fixés mais on voit déjà certaines caractéristiques comme Captain America qui a du mal à lâcher le commandement ou la Sorcière Rouge et Malicia qui se détestent. Les bases pour un arc plus important sont aussi posées et celui-ci devrait se trouver dans le second tome. Bref, une introduction assez bonne mais pas transcendante.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare.

  • À lire. Pas une grande réussite mais pas mauvais non plus. Je dirais moyen-plus.

  • Tolkien.

Image: éditeur

image_gallery?img_id=6871579&t=1394038462380

06/10/2014

The superior Spider-Man 1. Mon premier ennemi par Dan Slott, Ryan Stegman, Giuseppe Camuncoli

Titre : The superior Spider-Man 1. Mon premier ennemiimage_gallery?img_id=6871547&t=1394037245670
Auteurs : Dan Slott, Ryan Stegman, Giuseppe Camuncoli
Éditeur : Panini 26.01.2014
Pages : 128

Peter Parker est mort. Il a été tué par Otto Octavius lors du numéro 700. Ce dernier a réussi à échanger son esprit avec celui de Peter. Il se trouve donc dans le corps de Spider-Man. De plus, il possède les souvenirs de Parker. Il décide donc de continuer la vie et la lutte de Parker en tant que héros et inventeur. Cependant, Otto veut être un meilleur Spider-Man. Il veut être supérieur. Il prépare donc ses activités pour mieux gérer et réussir la vie de Parker, où plutôt sa vie. Il est l'heure pour New York d'apprendre à connaître le Superior Spider-Man.

D'après mes courtes recherches sur internet cet arc est très critiqué. En effet, le scénariste ose l'impensable dans les comics mainstream: tuer un personnage principal. Bien entendu on sait que Peter reviendra mais, en attendant, ce n'est plus lui le héros mais Otto Octavius. Personnellement, j'ai beaucoup aimé ce premier tome et je me réjouis du second (actuellement en réimpression suite à des problèmes de mise en page). L'histoire est remplie de références mais, surtout, on nous montre ce que pourrait vraiment devenir Spider-Man si il le voulait vraiment. Ainsi, Otto décide d'utiliser son génie pour créer du temps à sa vie de Peter Parker, se faire bien voir des médias et des politiciens ainsi que de la police. Mais c'est aussi un Spider-Man très dérangeant. Un héros qui hésite à sauver des personnes quand elles mettent en péril son plan. Un héros qui n'hésite pas à abandonner une patrouille en cours pour sa vie civile. En somme un homme différent. Et les ami-e-s de Peter commencent à s'en rendre compte. Tout aussi bonne est l'idée d'adjoindre le fantôme de Peter qui commente et critique Otto. Je pense donc que cette série débute par de très bons numéros.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare.

  • À lire.

  • Tolkien. Un petit changement et tous les personnage change. Un arc que j'apprécie déjà et dont je me réjouis de la suite.

Image: éditeur

01/10/2014

Spider-man: Spider-Island par Dan Slott, Christos Gage, Stefano Caselli, Humberto Ramos, Guiseppe Camuncoli

Titre : Spider-man: Spider-Islandimage_gallery?img_id=6936502&t=1396752974247
Auteurs : Dan Slott, Christos Gage, Stefano Caselli, Humberto Ramos, Guiseppe Camuncoli
Éditeur : Panini 23.04.2014
Pages : 264

Ce tome regroupe les numéros US Amazing Spider-Man (1963) 659-660(II), 662-665(II), 666-673 ; Spider-Island : Deadly Foes 1(I-II). Tout semble bien se passer pour Peter Parker. Il a une vie de couple avec une policière qui est aussi scientifique. Sa tante a une vie amoureuse avec le père de Jonah Jameson ancien patron du Buggle et maire de la ville. Son travail lui permet de créer des gadgets pour sa vie de héros puis de les vendre et il apprend à combattre avec un nouvel art martial. Cependant, madame Web le prévient qu'un évènement va tout changer. Le lendemain Peter Parker se lève et apprend que tous les habitants de Manhattan possèdent des pouvoirs d'araignée et que les héros de la ville ont bien du mal à contenir les problèmes engendrés. Que peut faire Spider-man dans une ville remplie de Spider-men / women? Et qui se cache derrière cette transformation?

Ce livre ne sera pas mon comic préféré. C'est aussi le premier Spider-man que je lis. Il y a de nombreux aspects que j'ai apprécié. Par exemple, l'humour de Peter ainsi que ses relations avec les autres héros (qui n'apprécient pas autant son humour). Il faut ajouter le fun que prend Carlie à utiliser ses nouveaux pouvoirs. Marie-Jane s'en amuse tout autant et les utilise pour devenir une héroïne et se sauver elle-même au lieu d'attendre sur Peter (et elle a raison). Jonah, maire de New York, est tout aussi drôle quand il apprend que toute sa ville est remplie de spider-men /women. On aurait presque pitié de lui. Le Chacal est aussi assez bien caractérisé dans sa folie. Cependant, je ne me suis pas autant amusé que l'intrigue le laissait penser. La plupart des événements sont assez confus et je me suis souvent demandé pourquoi telle chose arrive à tel moment. Des bouts de l'intrigue semblent manquer à ce tome.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare. Sans être mauvais il est clairement dispensable. Je trouve aussi dommage de ne pas avoir montré un peu plus de Marie-Jane et de Carlie. Est-ce le cas dans le second album?

  • À lire.

  • Tolkien.

Image: éditeur

28/09/2014

Arrow saison 2

Starling City, à la fin de la saison 1, avait connu la plus grande catastrophe de son histoire. La moitié de la ville est détruite. 600 personnes sont mortes. Et Moira Queen se retrouve en prison après avoir avoué être membre du complot qui a souhaité ceci. Ayant eu l'impression d'avoir échoué Oliver a décidé de s'exiler sur l'Ile et de ne plus être The Hood. Mais ses amis, Diggle et Felicity, décident de le force à revenir. Car la ville n'est toujours pas en paix. Des bandes de masqués s'attaquent aux personnes dans la rue alors que la mafia prend le contrôle des envois de médicaments. Seul The Hood peut réellement agir. Mais il est temps de changer de méthode et de ne plus être un tueur pour entrer sur le chemin de l'héroïsme.

J'avais beaucoup aimé la saison 1 qui réussissait à devenir meilleure au fil des épisodes. Ce pouvait être une exception. Mais j'ai tout autant aimé cette seconde saison. Celle-ci est plus importante pour Oliver Queen. La première saison mettait en danger la ville alors que celle-ci met en danger la résolution d'Oliver. L'intrigue principale place celui que l'on nomme désormais The Arrow face à ses choix passés et à ses activités présentes. Son vœu de ne plus tuer sera mis à rude épreuve quand un ennemi de son passé reviendra et menacera tout ce qui bouge autours de lui. En ce qui concerne l'île les choses restent intéressantes aussi. Cette fois les événements de l'île expliquent directement ce qui se déroule au présent. De plus, la série multiplie les références et augmente légèrement l'univers d'Arrow. Que ce soit la suicide sqad, ARGUS ou StarLab de nombreuses pistes sont posées. J'apprécie toujours autant les personnages que j'aimais déjà ce qui inclut surtout Felicity qui est de mieux en mieux. Il faut tout de même noter une tendance de cette saison à faire mourir les femmes pour donner un but au héros suivant en cela un effet beaucoup trop utilisé.

  • Le scénariste est voué au septième cercle des enfers.

  • Twilight.

  • Film de vacances.

  • Bon scénario. Une seconde saison à mon avis tout aussi bonne que la première et qui permet d'ajouter des possibilités à l'univers qui est en train de se constituer. A voir pour la troisième qui commence bientôt.

  • Joss Whedon.

Image: Site officiel

018179205dc.jpg

12:08 Écrit par Hassan dans BD/Comics, Comics, DC, science-fiction | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : arrow | | | |  Facebook

Thor 1 par Jason Aaron et Esad Ribic

Titre : Thor 1image_gallery?img_id=7270328&t=1409845895237
Auteurs : Jason Aaron et Esad Ribic
Éditeur : Panini 17.09.2014
Pages : 128

Ce premier tome sous le sigle Marvel Now regroupe les épisodes 1 à 5 de Thor: God of Thunder. Dans un lointain passé Thor vit avec les Vikings qu'il protège des monstres. Mais, un jour, une tête est trouvée dans les eaux. Celle-ci est la tête d'un dieu. Qui est-il et comment est-il mort? Thor ne le sait pas. Mais il sait que le dieu est mort dans la peur. De nos jours, Thor apprend que de nombreux dieux de l'univers sont morts. Pourquoi? Comment? Il enquêtera. Dans un très lointain futur Thor est le dernier dieu d'Asgard et il combat tous les jours. Un seul autre être est commun à ces époques: le massacreur de dieux.

Thor est l'un des Avengers que j'apprécie le plus. Pas à cause de ses qualités humaines mais parce que c'est un viking. Oui il en faut peu pour me plaire. Prenez un viking, donnez-lui une cape rouge et un marteau et c'est bon je suis conquis. Heureusement, ce premier tome Thor des marvel now est aussi un bon comic book. La principale bonne idée est d'avoir mêlé le passé, le présent et le futur de Thor. Ainsi, alors que le Thor du présent enquête on apprend l'origine du problème tout en observant comment l'histoire va se terminer. Nous avons aussi trois personnages différents à des stades particuliers de leur maturité. L'histoire permet aussi d'élargir le monde mythique de Thor en lui adjoignant de nombreux panthéons et lieux. C'est un comic que j'ai particulièrement apprécié.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare.

  • À lire.

  • Tolkien. Trois époques et trois Thor différents. Une très bonne idée pour un comic que j'ai beaucoup aimé.

Image: éditeur

20/09/2014

Power Girl 2. Sois belle et bats-toi par Justin Gray, Jimmy Palmiotti et Amanda Conner

Titre : Power Girl 2. Sois belle et bats-toi9782365773935-couv-M200x327.jpg
Auteur-e-s : Justin Gray, Jimmy Palmiotti et Amanda Conner
Éditeur : Urban Comics 12 septembre 2014
Pages : 152

Je n'ai pas résisté. Je me suis tout de suite lancé dans le second tome. Celui-ci regroupe les épisodes 7 à 12 du recueil anglophone Aliens and Apes. Malgré les combats du dernier tome ainsi que la difficulté de faire décoller sa nouvelle entreprise Power Girl alias Kara Zol-L alias Karen Starr (ces multiples identités sont vraiment compliquées) a une belle vie. Ou, du moins, en aurait une si un alien macho au torse poilu et  à la barbe des années 70 ne venait pas sur Terre dans le but de s'accoupler avec Power Girl. Cet alien est le héros de sa propre planète, il se nomme Vartox et il est aussi l'un des mâles les plus exaspérants de la galaxie. Mais Power Girl s'en sortirait sans problèmes si, en plus, l'ex copine de Ultra Humanite ne venait pas en ville pour venger son ex et qu'elle ne devait pas s'occuper d'un maitre chanteur. Pour couronner le tout son chat n'a toujours pas de vrai nom.

Il aurait été possible qu'après un premier tome réussit le second soit moins bon. Il n'en est rien. Celui-ci pourrait même être meilleur. Les ennemis de Power Girl sont toujours aussi drôle et ridicule. Le costume de Vartox, par exemple, est aussi révélateur que celui de Power Girl. Notons aussi l'un des méchants: le bonhomme de neige bleu. Encore une fois, on nous montre une héroïne qui frappe quand elle en a envie mais qui tente aussi d'aider ses ennemis en leur offrant une seconde chance dès que possible malgré tous leurs défauts. Le tome est toujours autant rempli d'humour. On sent que les personnes qui ont travaillé se sont beaucoup amusé et souhaitent nous communique ceci. J'apprécie de plus en plus de suivre ce personnage dans ses aventures et j'attends la suite.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare.

  • À lire.

  • Tolkien. On reste dans le même style et ça marche toujours aussi bien!

Image: éditeur

19/09/2014

Power Girl 1. Un nouveau départ par Justin Gray, Jimmy Palmiotti et Amanda Conner

Titre : Power Girl 1. Un nouveau départ9782365773379-couv-M200x327.jpg
Auteur-e-s : Justin Gray, Jimmy Palmiotti et Amanda Conner
Éditeur : Urban Comics 21 mars 2014
Pages : 160

Ce premier tome regroupe les épisodes 1-6 Power Girl a new biginning ainsi que Wonder Woman 600 intitulé Fuzzy Logic. Power Girl est l'une des héroïnes DC qui est construite pour être observée par des hommes. Outre son costume minimaliste on lui a donné, par je ne sais quelle histoire, une poitrine énorme. C'est donc avec beaucoup de peur que je regardais tous ce qui se faisait autours de ce personnes. Mais je lisais aussi beaucoup de bien de ce tome édité par Urban Comics. Après avoir beaucoup hésité deux choses m'ont fait changé d'avis: une scène que je décrirais plus tard et que Power Girl aime les chats (oui il en faut peu pour me séduire). Power Girl vient de changer de vie. Sa Terre d'origine l'a remplacée par une autre version d'elle-même et elle décide donc de recommencer sa vie sur notre Terre (vive le multivers). Il n'en faut pas plus pour qu'un super vilain décide de lui pourrir son après-midi. Et celui-ci n'est autre que Ultrahumanite un être aussi dérangé qu'immodeste comme son nom permet de s'en rendre compte. Ce dernier décide de prendre Manhattan en otage. Comment Power Girl pourra-t-elle à la fois le vaincre et sauver toute une île? C'est très simple: avec ses poings.

Je suis véritablement surpris par cette petite pépite. Ce tome réussit parfaitement à atteindre son but. Pourquoi je l'aime tant? Tout d'abord parce qu'il est rempli d'humour. Power Girl a une super force mais elle a aussi de magnifiques répliques qui font souvent mouches. Second point: au lieu de dessiner Power Girl pour les hommes sans se rendre compte de ce qui est fait les auteur-e-s ont décidé d'utiliser ceci pour donner un petit message. Alors non, ce comics n'est pas féministe. Mais voir Power Girl prendre position face à des comportements sexistes d'hommes est génial à voir. Je note, en particulier, une scène durant laquelle on trouve les personnages de Big Bang Theory dont Howard Wolowitz. Ce dernier se fait promptement remettre à sa place. J'apprécie aussi que Power Girl tente tout autant de combattre que d'aider ses ennemis. Le numéro avec Wonder Woman est aussi particulièrement savoureux et je vous laisse le découvrir.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare.

  • À lire.

  • Tolkien. Je suis très heureux de cette lecture et je me plongerais dans le prochain tome avec beaucoup de plaisir en espérant que le personnage continue dans la même direction.

Image: éditeur

12/09/2014

L'anneau des 7 mondes 4. Destins croisés par Giovanni Gualdoni, Gabriele Clima, Matteo Piana et Davide Turotti

Titre : L'anneau des 7 mondes 4. Destins croisésAnneau-sept-mondes-T4_COVER_couvsheet.jpg
Auteurs : Giovanni Gualdoni, Gabriele Clima, Matteo Piana et Davide Turotti
Éditeur : Les Humanoïdes Associés mars 2012
Pages : 72

Il y a très longtemps on m'avait offert le premier tome de cette BD de science-fiction. J'avais beaucoup apprécié. Mais je n'avais jamais trouvé la suite du tome. Après de longues années je peux enfin connaitre la fin de l'histoire. Timo et Luce se trouvent sur la légendaire cité des pirates. Ils sont prisonniers et sur le point d'être vendu en esclavage. Mais la cité des pirates est sur le point de changer de leader. Et ce changement pourrait bien permettre à deux amis de s'échapper. En même temps l'Empire tente vainement de lutter contre les démons de Nemo. Et cette guerre est sur le point de révéler le véritable effet des anneaux.

Ce dernier tome me pose de gros problèmes. Et tous ces problèmes peuvent être résumés en un point: quand on tente de conclure de nombreuses intrigues sans en avoir le temps ça ne fonctionne pas (ou ça fonctionne mal). Ainsi, il est clair pour les personnes qui connaissent les trois premiers tomes que les auteurs avaient de nombreuses idées et tentaient de mettre différentes intrigues en liens. Mais quand on ne peut écrire plus qu'un seul tome il devient très difficile de faire ce lien. Ainsi, cette BD, bien que sympathique, a un rythme très saccadé et trop rapide. On passe rapidement sur des points qui auraient dû être développés plus longuement. L'impression est à la fois de ne pas comprendre ce qui se déroule et une frustration face aux histoires laissées de côté. Ce qui ne m'empêche pas d'avoir, globalement, beaucoup aimé cette série.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette. Ce dernier tome souffre de la nécessité de terminer de nombreuses intrigues de manière beaucoup trop rapides.

  • Roman de gare.

  • À lire.

  • Tolkien.

Image: éditeur

18:15 Écrit par Hassan dans BD/Comics, science-fiction | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : l'anneau des 7 mondes | | | |  Facebook

07/09/2014

Nightwing 4 Sweet home Chicago par Kyle Higgins et Brett Booth

Titre : Nightwing 4 Sweet home Chicago9782365774024-couv-M200x327.jpg
Auteurs : Kyle Higgins et Brett Booth
Éditeur : Urban comics 22 août 2014
Pages : 144

Ce tome regroupe les épisodes 19 à 24. Tony Zucco, le meurtrier des parents de Dick, est en vie. Il se cache à Chicago en tant qu'employé du maire. Après les nombreux événements difficiles qu'il connut à Gotham ces derniers mois ce dernier décide donc de déménager, sans en parler à Bruce Wayne, et de traquer Tony Zucco. Mais son arrivée à Chicago ne se fait pas sous les acclamations. La ville est contre les héros. Elle les traque. De plus, un homme qui se choisit le nom de Farceur tue différents truands de la ville. Mais c'est justement du Farceur dont on a besoin Dick.

Enfin! Nous avons enfin droit à une aventure dans laquelle Nightwing est le seul impliqué. Ce changement de ville est non seulement un bon moyen d'éviter les personnages de la famille de Batman mais aussi un moyen d'offrir un nouveau souffle à la série. Ainsi, l'arrivée de Nightwing dans une ville qui déteste les héros alors que son compte en banque atteint 0 le force a être prudent et à se battre à la fois contre le crime et la police. Cette histoire permet aussi d'introduire un arc plus important qui semble nous guider vers la raison pour laquelle Chicago traque les héros. Pour ce nouveau départ je trouve ce tome plutôt bien réussit.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare.

  • À lire. J'aime beaucoup ce premier tome qui offre à NIghtwing ses propres aventures dans une nouvelle ville. C'est un souffle d'air frais bienvenu!

  • Tolkien.

Image: éditeur

Nightwing 3 Hécatombe par Kyle Higgins et Eddy Barrows

Titre : Nightwing 3 Hécatombe9782365773614-couv-M200x327.jpg
Auteurs : Kyle Higgins et Eddy Barrows
Éditeur : Urban comics 21 mars 2014
Pages : 176

Ce tome regroupe les épisodes 13 à 18 plus l'épisode Batman 17. Les choses se passent mal pour Gotham. Bien que les rues soient calmes deux personnes particulières sont de retour. La première est Lady Shiva. Batman et Dick avaient déjà combattu contre cette assassin mais avaient échoués. Personne ne sait qui sont ses cibles mais il y a déjà des morts. Pire encore, le Joker est de retour. Toute la batfamily est sur le pied de guerre. Mais le Joker s'attaque à chacun via ce qu'il considère comme leur faiblesse. Pour Nightwing cette faiblesse c'est le cirque Hally et le Joker fera tout pour que Dick souffre.

Après un second tome plutôt moyen voila un troisième tome bien plus prenant. Celui-ci est aussi directement lié aux événements des comics Batman. On ne possède donc pas tous les éléments dans ce simple tome. Par contre, nous en connaissons beaucoup plus sur l'effet qu'a eu le Joker sur Nightwing. Ce tome annonce aussi un changement important pour Dick qui sera l'occasion d'un autre livre. Comme les précédents la faiblesse principale est le lien (trop ?) fort avec ce que vit Batman. J'espère avoir une aventure durant laquelle NIghtwing a droit à ses propres intrigues et non à vivre sur les histoires de Batman.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare.

  • À lire. Un troisième tome que j'ai beaucoup apprécié et qui me donne envie de savoir ce qui s'est déroulé dans la série Batman.

  • Tolkien.

Image: éditeur

06/09/2014

Nightwing 2 La république de demain par Kyle Higgins et Eddy Barrows

Titre : 2 La république de demain9782365772709-couv-M200x327.jpg
Auteurs : Kyle Higgins et Eddy Barrows
Éditeur : Urban comics 25 octobre 2013
Pages : 144

Ce second tome regroupe les numéros 8 à 12 ainsi que le numéro 0. Ce second tome reprend directement où nous en étions resté. Alors que Dick Grayson vient de comprendre quel était son véritable rôle selon les vœux de la cour des hiboux ces derniers se décident enfin à attaquer. De nombreuses personnes sont menacées dans tout Gotham et tous les allié-e-s de Batman sont appelé-e-s en renfort. Dick, alias Nightwing, s'occupe de la protection de la mairie. Et c'est en tentant de sauver le maire qu'il est confronté, physiquement, à son passé. Son arrière grand-père est venu pour lui expliquer son véritable rôle et le tuer. Parallèlement, Nightwing tente de comprendre comment l'une de ses armes a pu se retrouver sur une scène de crime. Alors que la police enquête sur lui il se retrouve confronté à un nouveau groupe qui se déclare héritier de Gotham.

Ce second tome est, à mon avis, légèrement inférieur au premier. Le premier arc qui comprend le combat contre la cour des hiboux est résolu beaucoup trop rapidement. On a du mal à comprendre l'enjeu que forme cette attaque. En fait, son seul intérêt est de donner de la profondeur à l'histoire de la famille Grayson ainsi qu'à l'arrière grand-père de Dick. Le second arc est assez peu intéressant. Nightwing est confronté à un groupe très bien armé qui souhaite se débarrasser des héros. Bien qu'il soit intéressant de montrer les conséquences des actes des héros sur les citoyen-ne-s de Gotham je ne peux pas passer outre l'idée que cette idée a été sous-exploitée. Pourquoi créer un groupe armé quand il aurait été beaucoup plus intéressant de développer quelque chose de plus dangereux pour les héros de Gotham? Pourquoi ne pas développer les critiques? Dans cette histoire l'enjeu est sans intérêt.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare. Légèrement inférieur au premier tome. Les intrigues sont soit sous-exploitées soit résolues beaucoup trop vite.

  • À lire.

  • Tolkien.

Image: éditeur

05/09/2014

Nightwing 1 Pièges et trapézes par Kyle Higgins et Eddy Barrows

Titre : Nightwing 1 Pièges et trapézes9782365771290-couv-M200x327.jpg
Auteurs : Kyle Higgins et Eddy Barrows
Éditeur : Urban comics 2 novembre 2012
Pages : 160

Batman n'est pas seul. Il a de nombreux alliés. L'un de ceux-ci est Dick Grayson ancien Robin et connu aujourd'hui sous le nom de Nightwing. Après avoir passé un an sous le costume de Batman ce dernier revient dans sa propre rôle. Tout va bien jusqu'à ce qu'un tueur à gage décide de le tuer. Du moins, c'est Dick Grayson qui doit être tué. Mais pour quelle raison? Le mystère s'épaissit quand Dick reçoit le cirque de son enfance en héritage avec un indice sur son passé. Apparemment le cirque n'était pas qu'un simple lieu de plaisir et vie. Mais qu'étais-ce d'autre? Dick décide donc de suivre le cirque dans sa tournée pour comprendre son passé, le but du cirque et la raison du contrat sur sa tête.

Il y a plusieurs raisons qui m'ont mené à faire cet achat (ainsi que l'achat des autres tomes mais ceci est une affaire entre moi et ma banque). Bien entendu il y a l'univers de Batman tout en n'étant pas Batman. Il y a aussi les critiques assez bonnes et l'histoire qui m'intéressait. La moins avouable est mon amour du rouge. Alors oui... je sais que normalement Nightwing porte du bleu mais j'aime le rouge et je ne m'en excuserais pas. Après la lecture de ce premier tome je peux dire que je suis plutôt satisfait. L'intrigue n'est pas forcément intéressante car de nombreuses scènes se déroulent en dehors de celle-ci. Cette même intrigue possède de gros trous (donc Dick rejoint le cirque et Nightwing apparait, comme par hasard, dans toutes les villes de la tournée et personne ne se doute de rien?). Malgré tout j'ai bien apprécié ma lecture. Tout d'abord j'ai bien aimé lire les pensées de Dick en même temps qu'il enquête sur ce qui s'est déroulé dans son passé. Ensuite, j'aime bien ce personnage qui a une histoire comparable à celle de Batman tout en étant moins bloqué dans un besoin de revanche et de peine. Nightwing, au contraire de Batman, plaisante en combattant. Enfin, je trouve intéressant d'approcher l'histoire principale, liée aux intrigue que subit Batman, par le côté. Bien entendu, on peut regretter que Nightwing n'ait pas droit à ses propres histoires mais ça permet de voir les choses dans un autre angle.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare. Sans être particulièrement bon ce tome me fait apprécier le personnage que j'ai maintenant envie de retrouver.

  • À lire.

  • Tolkien.

Image: éditeur

18:14 Écrit par Hassan dans BD/Comics, Comics, DC | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nightwing | | | |  Facebook

23/08/2014

Les gardiens de la galaxie 1 par Brian Michael Bendis, Steve McNiven, Sara Pichelli, Mike Avon Oeming, Mike Del Mundo, Ming Doyle, Yves Bigerel

Titre : Les gardiens de la galaxie 1
Auteurs : Brian Michael Bendis, Steve McNiven, Sara Pichelli, Mike Avon Oeming, Mike Del Mundo, Ming Doyle, Yves Bigerel
Éditeur : Panini 04.06.2014
Pages : 144

Ce premier tome publié dans la collection marvel now contient les épisodes 0.1 et 1-3. Alors que nous venons de voir les Gardiens au cinéma marvel et panini, quelle surprise, décident de publier une nouvelle série concernant les avengers de la galaxie. Alors que le groupe se reforme son leader, Peter Quill alias Star-Lord est convoqué par père. La Terre est intouchable. Toutes personnes qui interagit avec cette planète sera arrêtée. Cependant Quill a conscience qu'une telle loi ne fait qu'attiser la curiosité des empires aliens. Il s'allie donc avec Iron Man pour défendre la Terre.

Je trouve ce premier tome bizarrement constitué. L'épisode 0.1 permet de placer l'histoire de Star-Lord pour les gens qui, comme moi, n'y connaissent rien. Les autres épisodes suivent de manière parfaitement logique ce qui se déroule sur Terre. Mais les dernières pages nous placent face à des introductions sur les autres membres de l'équipe. Je me demande si ceux-ci ne seraient pas mieux au début du tome. Mis à part ceci j'ai trouvé l'histoire intéressante. Il est clair qu'elle n'est pas terminée. En effet, on observe le père de Peter prendre une décision et la justifier (de manière parfaitement logique d'ailleurs). Mais pourquoi agi-t-il ainsi? L'enquête ne semble être qu'au début. L'équipe est la même que dans le film et nous trouvons donc les personnages qu'on apprécie. Au final un bon premier tome.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare.

  • À lire. Un bon premier tome avec des personnages que j'apprécie et une enquête qui ne fait que commencer.

  • Tolkien.

Image: éditeur

image_gallery?img_id=7087284&t=1402124708000

15/08/2014

Justice League. L'autre Terre par Grant Morrison et Frank Quitely

Titre : Justice League. L'autre Terre9782365775137-couv-M200x327.jpg
Auteurs : Grant Morrison et Frank Quitely
Éditeur : Urban comics 20 juin 2014
Pages : 144

La Terre de la Justice League n'est pas la seule. Il existe une multitude de mondes parallèles. L'une d'elles est l'exact inverse de celle que nous connaissons. Alors que la Justice League se bat pour la justice dans un monde qui tente d'entrer en paix cette autre Terre est très différente. Il s'y trouve des opposés des membres de la Ligue. Ils sont regroupés dans un syndicat du crime et font régner la terreur dans un monde corrompu et en guerre. Un homme s'en échappe et vient demander l'aide de la Ligue de Justice pour redonner de l'espoir au peuple de son monde. Cet homme est Lex Luthor le dernier héros du monde. Mais la Ligue pourra-t-elle accomplir sa mission? Et quels seront les conséquences?

Quand on observe les aventures de la Ligue il y a une question qui revient souvent en tête. Que se passerait-il si ces héros changeaient de camp? Cette histoire permet d'y répondre. On voit des personnages qui, au lieu d'être des parangons de vertu qui se font confiances les uns les autres, sont des êtres égoïstes, méprisants et dont le lien peut se briser d'un moment à un autre. L'histoire a aussi un intérêt sur la question des effets qu'ont les actes des membres de la Ligue. Dans un monde corrompu est-ce que 48 heures d'actions héroïques suffisent? J'ai aussi apprécié les bonus qui permettent d'entrer dans le travail de préparation. En effet, on y trouve des recherches sur les personnages, un scénario ainsi que quelques planches. Je suis donc très heureux de mon achat.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare.

  • À lire. Bien que l'histoire soit courte et que je voudrais en savoir plus sur de nombreux points j'ai, globalement, beaucoup apprécié de comic.

  • Tolkien.

Image: éditeur

Batman: The Dark Knight returns (parties 1 et 2)

Cet animé est basé sur un comic de Frank Miller baptisé The Dark Knight returns. Nous sommes dans le futur - du moins un futur tel qu'il pouvait être imaginé en 1986 - depuis 10 ans les super-héros ont accepté de se mettre à la retraite suite à des mouvements de protestations. Batman est devenu une simple légende dont la réalité est mise en doute. Même le commissaire Gordon est sur le point de partir à la retraite. Cependant les rues de Gotham sont de moins en moins sécurisées. Un nouveau gang qui se dit mutant attaque les citoyens de la ville sans aucune craintes et menace même Gordon et la mairie. Alors qu'un ancien ennemi refait surface Batman se décide à sortir de sa retraite pour nettoyer Gotham. Mais son retour ne passe par inaperçus ni pour le Joker ni pour Superman.

Frank Miller est au centre d’œuvres qui ont été récemment adaptées au cinéma. Je parle de 300 et de sin city. Cette œuvre est basée sur un comic qui a reçu de nombreuses critiques positives. On serait face à l'une des meilleures histoires de Batman. Mais, n'ayant pas lu le comic, je ne le critiquerais pas. Je peux simplement dire que l'animé est probablement beaucoup plus simpliste. On se trouve face à un Batman âgé extrêmement violent. Il n'hésite pas à faire du mal. Mais ce héros a toujours eu un côté très sombre. Ce qui m'a choqué, par contre, c'est son dernier acte face au Joker. Je n'ai, personnellement, pas trouvé le Batman que je connais. Ce n'était plus un héros sombre et violent mais qui mesure ses coups mais un fou qui n'hésite plus à tuer et à affronter l'armée et la police. De ce point de vue je trouve le Joker beaucoup mieux caractérisé. On se trouve bel et bien face à un fou dangereux. Mis à part cela j'ai l'impression qu'il n'y a pas vraiment d'histoire dans cet animé. On se contente de placer Batman face à différents criminels et à mettre en scène les combats. Enfin, on sent dans cet animé une opinion politique très tranchée. Tous les personnages qui font mines de critiques Batman sont dépeints soit comme ridicules soit comme mesquins alors que leurs arguments sont légitimes. L'impression qui en sort est que Miller considère que les personnes qui défendent un point de vue opposé au sien n'ont aucune légitimité et leurs propos doit être ridiculisé par tous les moyens. Par exemple, le psychiatre le plus opposé à Batman est une sort de gourou hippie au discours pseudo-mystique. Cet aspect a eu, je l'avoue, un effet négatif sur mon plaisir.

  • Le scénariste est voué au septième cercle des enfers.

  • Twilight.

  • Film de vacances. Un animé intéressant avec une dernière partie que j'attendais beaucoup. Mais un discours politique que je trouve difficile à avaler.

  • Bon scénario.

  • Joss Whedon.

Image: Allociné

20525164.jpg

Batman: Assault on Arkham

Alors qu'Amanda Waller s'attaque au Riddler Batman l'intercepte et empêche la police de l'interroger. Car ce dernier à une question très importante à lui poser. Mais Waller s'en fiche. Elle veut le Riddler à tous prix. Malheureusement pour elle il est enfermé dans la passoire la mieux gardée de Ghotam: Arkham. Pour y entrer il faut soit être arrêté soit être fou. Heureusement, elle se trouve à la tête d'un programme secret du gouvernement des États-Unis. Celui-ci permet d'utiliser des prisonniers sans espoirs de libérations pour des missions à la fois impossibles et extrêmement dangereuses sans soutien officiel du gouvernement. Ce programme se nomme Suicide Squad. Et sa mission est d'infiltrer Arkham pour retrouver le Riddler sans attirer l'attention ni des gardes ni de Batman.

Ce film est basé en grande partie sur la suite de jeu Arkham. Les personnes qui y ont joué retrouvent donc des lieux familiers et des personnages enfermés. Même le graphisme suit les jeux. Mais ce film se déroule en dehors des histoires que l'on connaît. Ce n'est pas non plus un vrai Batman puisque le film se contente de le faire apparaître de temps en temps. Par contre, on se retrouve face à un animé bourré d'action. Les relations entre les différents personnages sont plutôt savoureuses. Harley, par exemple, est totalement folle et c'est exactement ce qu'il faut. Cependant l'histoire n'est pas vraiment développée. Le film est surtout un moyen de voir de l'action dans un bâtiment culte de Gotham. Je note aussi une sexualisation inutile des personnages féminins. Ceux-ci sont souvent dénudés sans qu'il y ait un véritable intérêt à cela. Encore une fois la production fait dans la facilité en ne s'adressant qu'aux hommes ados hétéros.

  • Le scénariste est voué au septième cercle des enfers.

  • Twilight.

  • Film de vacances. Un animé basique mais qui fonctionne bien et que j'ai aimé regarder malgré l'inutile sexualisation des personnages féminins.

  • Bon scénario.

  • Joss Whedon.

Image: Allociné

182766.jpg

10:53 Écrit par Hassan dans BD/Comics, Comics, DC, Film, science-fiction | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : batman, suicide squad, arkham | | | |  Facebook

14/08/2014

Les Gardiens de la Galaxie

Quand j'ai entendu parler des Gardiens de la Galaxie pour la première fois j'étais un peu sceptique. Comment créer un film qui puisse fonctionner avec un arbre parlant et un raton-laveur dans un environnement que personne ne connaît et qui respire le kitsch? Lorsque j'ai vu la première bande annonce cette impression a rapidement laissé la place à de l'impatience. Le teaser donnait l'impression d'un film d'action bourré d'humour. Je ne pouvais donc pas laisser passer une journée après la sortie pour le voir. Le film nous fait d'abord suivre Peter Jason Quill. C'est un voleur de petite nature qui se balade de planètes en planètes pour trouver des choses plus ou moins intéressantes. Suite à un petit qui pro quo une mise à pris est mise sur sa tête. C'est à ce point de l'histoire qu'il rencontre Rocket, Groot, Gamora et Drax. Après quelques explications musclées les cinq compagnons décident de se lancer dans une quête pour s'attaquer à la plus grosse menace de la galaxie: Ronan.

Tout aurait pu mal tourner dans ce film. L'image est kitsch au possible avec des aliens de toutes les couleurs et des vaisseaux qui suivent le même schéma. Les personnages sont peu connus du grand public (ce qui m'inclut) et il aurait pu être difficile de s'attacher à un arbre qui ne parle que trois mots. Enfin, le contexte est assez peu expliqué et les méchants peu charismatiques (ou es-tu Loki?). Et pourtant ça fonctionne. Largement parce que les scènes sont bien pensées. Malgré quelques longueurs on se plaît à observer les cinq bras cassés se frayer un chemin dans la galaxie. Les combats sont aussi magnifiquement mis en scènes. Le second facteur qui explique que ce film marche est, à mon avis, l'humour. Au lieu de prendre au sérieux le côté space opera de ce film, ce qui l'aurait mis en concurrence avec les classiques du genre, il a été décidé de se moquer des poncifs de ce type de films. Cependant, il n'y a pas que du bon.

Je suis particulièrement déçu par le traitement de Gamora. Ce personnage, l'une des quatre seules femmes du film (la mère de Quill, Nova Prime et Nebula sont les autres) est une guerrière sans commune mesure. Ceci ne l'empêche pas de ne se battre que contre sa nemesis féminine. De plus, la réalisation la place trois fois sous la forme d'une princesse en détresse que Quinn doit sauver (et réussit puisque c'est un mâle). Il faut aussi noter les scènes particulièrement peu subtiles qui sexualisent le corps de Gamora sans que ceci ne soit utile. Bref, un personnage qui a un passé et une véritable complexité mais qui a été sacrifié sur l'autel du mâle nécessairement héros et de la femme nécessairement en détresse. Quand on ajoute à cela le caractère de playboy sans réflexions de Quinn on ne peut que déplorer un film qui ne prend pas de risques sur ce point.

  • Le scénariste est voué au septième cercle des enfers.

  • Twilight.

  • Film de vacances.

  • Bon scénario. J'avais des craintes mais c'est une très bonne surprise. Je déplore tout de même, encore une fois, les rôles féminins à la fois peu nombreux et caricaturaux. Quand apprendront-ils?

  • Joss Whedon.

Image: Site officiel

GOTG_wps_teaser.jpg

09/08/2014

Justice league 3 Le trône d'Atlantide par Geoff Johns, Ivan Reis, Paul Pelletier et Tony Daniel

Titre : Justice league 3 Le trône d'Atlantide9782365773591-couv-M200x327.jpg
Auteurs : Geoff Johns, Ivan Reis, Paul Pelletier et Tony Daniel
Éditeur : Urban comics 25 avril 2014
Pages : 208

Ce troisième tome édité par Urban Comics contient les épisodes 13-17 de Justice League et les épisodes 14-16 d'Aquaman. La Ligue se remet tout juste de l'attaque perpétrée contre Steve Trevor. Alors que leurs activités reprennent leur routine malgré un manque de confiance croissant de la population et une inquiétude de la part des États un événement va tout précipiter. En effet, des missiles ont atteint la mythique Atlantide. Le roi décide donc de se venger et d'attaquer la côte des États-Unis. Boston, Metropolis et Ghotam sont atteintes. La Ligue sera-t-elle suffisante pour stopper toute une armée?

Les deux premiers tomes étaient plutôt moyens. Mais j'étais nouveau dans le domaine - du moins encore plus que maintenant - et j'aimais bien l'idée. Dans ce troisième tome nous avons enfin quelque chose de plus intéressant. Malgré un premier épisode assez peu intéressant mais qui place un élément pour le futur et qui donne une impression de secret le reste est assez bon. Pour être honnête c'est surtout ce qui concerne Aquaman qui est bon. Ce dernier est mis au centre des événements et place loin dans l'ombre tous les autres membres de la Ligue. Quant aux autres personnages ils sont tout simplement transparents. Le tome est donc principalement porté par ce personnage. Il reste à voir comment la suite se formera et si elle m'intéresse.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare.

  • À lire. Enfin un tome intéressant avec un Aquaman en grande forme. Dommage que les autres personnages soient si oubliés.

  • Tolkien.

Image: éditeur

01/08/2014

The invincible Iron Man 2: Dislocation par Matt Fraction et Salvador Larroca

Titre : The invincible Iron Man 1: Dans la ligne de mire
Auteurs : Matt Fraction et Salvador Larroca
Éditeur : Panini 24.04.2013
Pages : 264

Ce second tome édité par Panini regroupe les épisodes 15 à 24 couvrant la fin de World's Most Wanted et Stark Disassembled. Nous reprenons l'histoire là où Panini nous avait forcé de la quitter. Soit alors que Madame Masque tenait Tony Stark Et Peper Potts dans son viseur. Cependant ce n'est pas la fin de la cavale de Tony. En effet, il doit encore terminer d'effacer son cerveau. Mais plus il le fait moins il est capable de réfléchir et de se souvenir. Alors que Osborn est au mieux de sa forme. Leur rencontre, quand elle se déroulera, pourrait bien être explosive. Et les conséquences se trouvent dans le second arc.

Je n'ai pas voulu trop en dire. Mais ais-je apprécié ce début de run de Fraction sur un Tony Stark poursuivi et affaibli? On continue, en fait, sur la même veine que dans la seconde partie du tome 1. D'une certaine manière il est dommage d'avoir séparé ces deux parties car elle me semble artificielle. Ainsi, on retrouve un Tony de plus en plus faible qui fuit un Osborn de plus en plus fort. Plus intéressant, on nous montre un HAMMER pas aussi uni que l'on pourrait le croire. Les planches durant lesquelles Maria Hill, Peper Potts et la Veuve Noire se retrouvent sont très intéressantes de ce point de vue. Le second arc nous plonge dans les culpabilités de Stark. En effet, ce long arc est rempli de sa recherche envers une volonté de vivre malgré ses erreurs. Malgré le lien avec le reste des événements du Dark Reign on comprend ce qui se déroule puisque tout est concentré autours de Stark. Mais des éléments extérieurs nous sont offerts. De plus, ce comics reste en dehors des batailles spectaculaires pour se concentrer sur la psychologie des personnages et leurs interactions. Je suis donc toujours aussi content.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare.

  • À lire. Dans la continuité sans perte de qualité. On humanise un peu plus un héros parfois trop distancié.

  • Tolkien.

Image: Éditeur

image_gallery?img_id=6051175&t=1364798557327

26/07/2014

The invincible Iron Man 1: Dans la ligne de mire par Matt Fraction et Salvador Larroca

Titre : The invincible Iron Man 1: Dans la ligne de mire
Auteurs : Matt Fraction et Salvador Larroca
Éditeur : Panini 05.09.2012
Pages : 336

Iron Man est l'un des personnages les plus populaires depuis son adaptation au cinéma. Mais ce n'est pas forcément le cas dans les comics. Car Tony Stark est un homme très conservateur qui ne doute jamais malgré ses échecs et ses mauvais penchants. Ce comics regroupe les épisodes 1 à 14 de The Invincible Iron Man. Nous avons ici deux arcs dont un inachevé. Dans le premier nous sommes peu de temps après la Guerre Civile. Tony Stark est à la tête du Shield. Son armure est plus perfectionnée que jamais. Il est l'homme le plus puissant du monde et rien ne semble pouvoir lui résister. C'est dans ce contexte que ses cauchemars se concrétisent. Dans le second arc nous retrouvons Iron Man après l'invasion secrète. Sa compagnie est détruite, il est viré du Shield qui est lui-même restructuré sous la direction d'Osborn et son armure est inefficace. Stark devient ici l'homme le plus haït et le plus recherché du monde. Mais il doit aussi cacher des informations essentielles à Osborn.

Que penser de ces 336 pages? D'après ce que j'ai lu la première critique des personnes qui ont lu concerne le dessin. Personnellement, et ça n'engage que moi, j'ai trouvé que la manière d'illustrer ce Iron Man était intéressante et plutôt réussie. Bien que les personnages semblent souvent peu expressifs je trouve que l'effet de l'armure est très réussie. J'ai considéré tout aussi intéressant le fait que les événements soient commentés par les différents personnages principaux. Ce qui nous permet non seulement d'observer mais de savoir ce que pense Iron Man, Maria Hill ou Peper Pott. Enfin, nous avons le contraste entre les deux arcs. Alors que le premier nous montre un Iron Man tout puissant qui décrit ses peurs le second nous montre un Iron Man au plus bas. Mieux encore, on observe Tony Stark qui se détruit volontairement petit à petit. Ainsi, chaque pages implique un Tony Stark de moins en moins performant alors que ses ennemis sont au mieux de leur forme. Alors comment Tony va-t-il s'en sortir? C'est une question pour le second tome.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare.

  • À lire. Pas parfait mais du très bon. J'attends la suite.

  • Tolkien.

Image: Éditeur

image_gallery?img_id=5491916&t=1346758807587

26/06/2014

X-Men les origines par Mike Carey, Christopher Yost, Sean McKeever, Kieron Gillen, Roberto Aguirre-Sacasa, Trevor Hairsine, Mike Mayhew, David Yardin, Mark Texeira, Leandro Fernandez, Philip Noto, etc

Titre : X-Men les originesimage_gallery?img_id=6994471&t=1399020129667
Auteurs : Mike Carey, Christopher Yost, Sean McKeever, Kieron Gillen, Roberto Aguirre-Sacasa, Trevor Hairsine, Mike Mayhew, David Yardin, Mark Texeira, Leandro Fernandez, Philip Noto, etc
Éditeur : Panini 21.05.2014
Pages : 352

Qui sont les X-Men? D'où viennent-ils? Qui sont leurs ennemis? Des questions qu'il est légitime de se poser quand on ne connaît pas sur le bout des doigts la mythologie entière des mutants de Marvel. Ce tome de 352 pages édité par panini permet de répondre à ces questions. Il regroupe 11 histoires chacune centrée sur un personnage particulier. Comment il ou elle a découvert ses pouvoirs et qu'elle fut sa réaction? Plus important, comment ce personnage s'est-il inséré dans les X-Men (s'il s'est inséré). Les héros et héroïnes mutant-e-s les plus emblématiques vous sont offerts ici dans leur origine.

Je ne suis pas convaincu. Ce qui m'ennuie n'est pas le récit des origines. Bien que je me demande pour quelles raisons il a été décidé de laisser de coté Charles Xavier et Magneto. Ce qui m'embête dans ce tome c'est sa cohérence. D'un côté celle-ci est respectée. A tel point qu'une grande partie des histoires fonctionne selon un schéma comparable découverte des pouvoirs - se cacher - découverte par l'entourage - intervention du professeur Xavier et entrée dans les X-Men. Par contre, chaque numéro est dessiné par une personne différente. Je n'ai rien contre les différents styles en soi, bien que j'apprécie plus certains que d'autres, mais je n'aime pas devoir m'habituer à un nouveau style de dessin toutes les 20 pages car je n'arrive pas à entrer dans l'histoire. Enfin, je ne suis pas arrivé à vraiment m'intéresser aux différents personnages. Mais ça c'est un problème qui me concerne.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare. Pas mauvais mais ces récits ne m'ont pas non plus donné envie d'en savoir plus. Donc je donne la moyenne.

  • À lire.

  • Tolkien.

Image: Éditeur

08:36 Écrit par Hassan dans BD/Comics, Comics, Marvel, science-fiction | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : marvel, x-men, origines | | | |  Facebook

15/06/2014

Saga tome 3 par Brian K. Vaughan et Fiona Staples

Titre : Saga tome 39782365773744-couv-M200x327.jpg
Auteur-e-s : Brian K. Vaughan et Fiona Staples
Éditeur : Urban comics 11 avril 2014
Pages : 160

Les deux amants maudis se sont enfuis avec leur enfant. Mais ils sont poursuivis à travers l'univers par des soldats, des assassins, des journalistes et leurs parents. Alors que le père de Marko vient de mourir le couple décide de se rendre sur Quietus planète ou habite le romancier D. Oswald Heist. Leur espérance est de lui parler pour avoir une idée sur leur prochain mouvement. Cependant ils ne sont pas les seuls à avoir eu cette idée. Ils sont suivis de près par le Prince Robot ainsi que deux Indépendants. Bien que ces dernier semblent bien s'amuser sur leur monde-paradis. Du moins c'est le cas pour l'instant.

Encore un tome dans lequel peu de choses se passent. En fait, une grande partie de l'intrigue se déroule dans une seule maison autours d'un jeu de société. Et, bizarrement, l'histoire fonctionne encore et toujours. On observe les deux amants tenter de survivre et de protéger leur fille pendant que la mère de Marko essaie de s'habituer à l'absence de son défunt maris. Bien que l'intrigue avance lentement on sent quelques pions se mettre en place dans une direction encore peu claire. Je ne sais pas comment l'histoire va continuer mais je reste un fan de cette série.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare.

  • À lire.

  • Tolkien. Toujours aussi bon avec des personnages qu'on aime regarder évoluer. De rares combats jamais inutiles. Toujours une réussite.

Image: Éditeur

12:08 Écrit par Hassan dans BD/Comics, Comics, science-fiction | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : saga | | | |  Facebook

12/06/2014

Geoff Johns présente Green Lantern 5: La guerre de Sinestro par Geoff Johns, Dave Gibbons, Peter J. Tomasi, Ethan Van Sciver, Ivan Reis, Patrick Gleason, Angel Unzueta, Dustin Nguyen, Pascal Alixe, Jamal Igle

Titre : Geoff Johns présente Green Lantern 5: La guerre de Sinestro9782365773652-couv-M200x327.jpg
Auteurs : Geoff Johns, Dave Gibbons, Peter J. Tomasi, Ethan Van Sciver, Ivan Reis, Patrick Gleason, Angel Unzueta, Dustin Nguyen, Pascal Alixe, Jamal Igle
Éditeur : Urban comics 25 avril 2014
Pages : 192

La guerre continue. Mais, au lieu de s'attaquer à Oa ou à Mogo, Sinestro décide de s'attaquer à la Terre. Son but est à la fois de prendre le contrôle du monde de Hal Jordan et des autres lanterns humains et de contrôler le Multivers. Pour l'aider il aura les plus grands vilains du monde de DC avec lui. Des psychopathes particulièrement destructeurs. Heureusement, le corps entier des Green Lanterns se dirige en direction de la Terre pour aider Hal Jordan, Guy Gardner et Kyle Rayner ainsi que la Ligue de Justice. La seule question qui se pose est: est-ce que ce sera suffisant? Et comment l'univers va-t-il réagir face aux nouvelles lois d'Oa?

Bon, honnêtement je me dis que ce nouveau tome aurait pu être édité avec le précèdent. On se trouve dans la continuité immédiate de la même histoire et Urban a déjà édité des tomes bien plus gros. Le lecteur aurait moins l'impression de payer pour que Urban reçoive de l'argent et la coupure entre les tomes serait moins artificielle. Car cette histoire n'est que la suite de la guerre qui a commencé précédemment. La différence c'est qu'elle se déroule sur Terre. Je n'ai donc pas grand chose à dire mis à part sur le caractère épique de cette bataille. Je note tout de même quelques scènes que j'ai beaucoup aimé. Par exemple la bataille de Ion contre Superboy prime. Ce dernier est un vrai psychopathe comme on les aime. Mieux encore, la réaction de Coast City qui se parre de vert face aux hordes de Sinestro. Un moment très réussit. Darkest Night, lui, est de plus en plus proche.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare.

  • À lire. La continuité du précèdent. Une grosse bataille sans plus donc je garde la note précédente puisque rien ne change dans l'histoire.

  • Tolkien.

Image: Éditeur

09/06/2014

All star Superman

Alors que la première mission humaine vers le soleil est en difficulté Superman décide d'aller la sauver. Mais c'était un piège de Lex Luthor. En effet, après avoir sauvé cette mission Superman se rend compte que ses cellules ont absorbé trop de radiations solaires. Le verdict est inévitable. Superman va mourir. Luthor a enfin réussit. Mais, au lieu de lutter, Superman décide de garder l'information secrète. Et il décide de s'offrir tout ce qu'il voulait faire. Ses derniers moments seront donc consacré à lui-même et à son héritage. Mais même sa mort pourrait ne pas être aussi paisible qu'il le voudrait. Et le monde a toujours besoin de Superman.

Contrairement a la plupart des aventures de super héros ce film n'est pas un moyen pour créer une gigantesque bataille. Cela ne veut pas dire que Superman ne se bat pas. Mais ce n'est pas l'aspect important de l'histoire adaptée d'un comics de Grant Morisson. Bien que ce film soit, à mon avis, réussi il laisse de coté un grand nombre des éléments du comics. Les intrigues vont donc parfois très rapidement tout en donnant l'impression que Superman n'a pas vraiment le temps de réagir. Ainsi, par exemple, le changement psychologique des deux Kryptoniens est trop rapide pour être réaliste. Par contre, on nous offre un Superman tout puissant qui accepte sa mort. Mieux encore, il accepte le sacrifice si cela permet de sauver la Terre. C'est donc une véritable figure christique qui nous est offerte. Le personnage est secondé par un Lex Luthor qui explique la raison de ses actes face à un Superman qui refuse ses arguments et qui lui tend la main. Il est par contre dommage que Lois Lane ne soit pas mieux caractérisée. Bref, un film intéressant qui donne envie de lire le comic book.

  • Le scénariste est voué au septième cercle des enfers.

  • Twilight.

  • Film de vacances.

  • Bon scénario. Un Superman tout puissant et humble face à sa propre mortalité. On découvre ici ce qui fait réellement le superman.

  • Joss Whedon.

11:54 Écrit par Hassan dans BD/Comics, Comics, DC, Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : superman, lex luthor | | | |  Facebook

Wonder Woman

Etant donné que nous attendons toujours une bonne adaptation d'une super héroïne au cinéma nous sommes obligé de nous tourner vers les films d'animation. Celui-ci concerne, comme son titre l'indique, l'amazone Wonder Woman. Dans un lointain passé la reine des Amazones a lutté contre le Dieu Arès et sa soif de guerre. Après sa victoire elle fut chargée par l'Olympe de le garder en prison au-delà du monde des hommes. En échanges les Amazones reçurent l'immortalité et la possibilité de construire une civilisation gardée des méfaits des humains. De nos jours un pilote s'écrase sur l'île. Après l'avoir interrogé il est décidé qu'une émissaire irait le renvoyer dans son pays. Cette émissaire est Diana fille de la Reine. Mais, dans le même temps, Arès s'est échappé et tente de placer le monde dans le chaos d'une guerre sans fin.

Wonder Woman, l'une des trois personnes les plus importantes de la Justice League avec Superman et Batman. L'une des personnes les plus puissantes de la mythologie DC. Et pourtant aucune adaptation n'existe mis à part une vieille série alors qu'elle va probablement apparaitre dans le prochain Superman. Il est donc normal que je m'intéresse à cet animé. Bien que le début soit laborieux et que certaines scènes manquent de ressemblance (détruire tout un centre commercial sans qu'un seul policier n'apparaisse? Vraiment?) j'ai beaucoup aimé ce film. On nous offre un personnage qui ne connait que son île et qui est heureuse d'en savoir plus sur le monde extérieur. Mais son regarde est très acéré et elle ne comprend pas, avec raison, la manière dont les femmes sont traitées. Ce qui permet de mettre en scène des moments particulièrement savoureux durant lesquels Wonder Woman explique ce que peuvent faire les femmes. Il est donc particulièrement navrant que ces propos soient immédiatement contrebalancé par le retour de Diana vers la "normalité féminine" quand elle est "au civil". Ainsi, elle apprend à accepter les signes de faiblesses et de soumissions de son rôle de femmes. Pire encore, les Amazones expriment leur besoin d'être avant tout des mères dans une famille plutôt que des guerrières. Qu'on me comprenne, vouloir une vie de famille n'est pas honteux. Mais pourquoi vouloir détruire la mythologie des Amazones telle qu'elle était dépeinte pour tenter de recréer une "normalité" patriarcale? Ce point est très décevant alors que ce peuple aurait pu permettre une critique du fonctionnement actuel du monde.

  • Le scénariste est voué au septième cercle des enfers.

  • Twilight.

  • Film de vacances. Un début laborieux mais au final réussi et drôle. Je ne souscris par contre pas du tout à la fin du film.

  • Bon scénario.

  • Joss Whedon.

Image: Site officiel

wp5_1024x768.jpg

11:37 Écrit par Hassan dans BD/Comics, Comics, DC, Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : wonder woman | | | |  Facebook

08/06/2014

Geoff Johns présente Green Lantern 4: La guerre de Sinestro par Geoff Johns, Ethan Van Sciver, Dave Gibbons, Ivan Reis, Angel Unzueta et Patrick Gleason

Titre : Geoff Johns présente Green Lantern 4: La guerre de Sinestro9782365773645-couv-M200x327.jpg
Auteurs : Geoff Johns, Ethan Van Sciver, Dave Gibbons, Ivan Reis, Angel Unzueta et Patrick Gleason
Éditeur : Urban comics 21 février 2014
Pages : 192

Dans le tome précèdent Hal tentait de comprendre qui avait placé un contrat sur sa tête. Bien que des indices étaient dispersé dans tous les autres tomes il observe, cette fois directement, son ennemi se transformer grâce à un anneau jaune. Tandis que Batman recevait le même pour faire partie d'un corps de Sinestro. Après un courte enquête Hal décide d'aller voir les Gardiens pour demander leur avis et organiser une recherche. Mais il est trop tard. Les anneaux jaunes parcourent la galaxie. Pire encore, le corps de Sinestro se dévoile et attaque le corps des Green Lantern. Les morts et les souffrances seront nombreuses et les Greens Lanterns ne sont pas prêts. Les choses pourraient bien en finir pour les Gardiens. Un vent de peur s'abat sur tous les mondes.

Les tomes précédents n'étaient pas forcément très subtils mais, dans celui-ci, on n'en ressent vraiment aucune trace. Toute cette première partie n'est que le début d'un assaut inégalés contre les Gardiens et les Greens Lanterns. Les couleurs sont partout et tout explose. Malgré tout on nous offre quelques moments savoureux sur certains personnages précis. On en apprend aussi plus sur les motivations de certains vilains comme Cyborg Superman et Super Boy Prime (bien que ce dernier soit très mystérieux). Mais on se demande surtout comment le Corps va bien pouvoir s'en remettre. Apparemment, rien ne sera plus comme avant. Mis à part cela ce tome nous offre aussi deux histoire sur deux membre du corps de Sinestro. Je les ai beaucoup aimé puisqu'elles permettent "d'humaniser" ce nouveau corps. Petite mention aussi sur Sinestro qui reste l'un de mes personnages préférés. Ses méthodes sont discutables ainsi que sa philosophie mais sa critique des Gardiens est celle que je ferais. A présent il faut se plonger dans la seconde partie.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare.

  • À lire. Bien que ce tome soit surtout rempli de combats j'ai aimé le lire. Mention spéciale pour les deux histoires à la fin et pour Sinestro. Il est aussi intéressant de voir les pions se mettre en place pour Blackest Night.

  • Tolkien.

Image: Éditeur