22/11/2009

Les bannis et les proscrits: la guerre de la sor'cière par James Clemens

Titre: les bannis et les proscritsguerre de la sorciere.jpg
Tome: La guerre de la sor'cière
Titre original: Wit'ch War
Auteur: James Clemens
Traducteur: Isabelle Troin
Éditeur: Bragelonne 2008 pour la traduction (2000 édition originale)
Collection: Milady
Pages: 794

Il y avait longtemps que je voulais connaitre la suite de l'histoire. Si vous vous en souvenez (mais j'en doute) j'avais commencé par me méfier de cette histoire pour finalement l'apprécier lors du second tome. Ici je parlerais du troisième tome. Mais, tout d'abord, que s'y passe-t-il? Eh bien nous avions laissé El'ena devant son armée de dragons après une fuite éperdue. A présent les choses sérieuses peuvent commencer: il est temps de contre attaquer pour mettre la main sur le Journal Sanglant. Pour cela il faudra réunir les différents amis d'El'ena, bien que certains ont d'autres quêtes à accomplir, mais surtout il faudra renouer le lien ancestral entre les Mer'ai et les Sanguinaires. Seul leur alliance permettra de percer les défenses de l'ile de Val'loa ou se trouve le grimoire. Malheureusement, ce n'est pas si simple et El'ena devra se défendre à maintes reprises avant de pouvoir agir tout en essayant de garder le contrôle d'elle-même pendant que certains de ses compagnons la quittent ou la trahissent....

Je ne sais toujours pas comment Clemens a fait pour se retrouver dans toutes ses intrigues secondaires. Heureusement, la plupart des personnages restent autours d'El'ena. Une El'ena qui a changé d'ailleurs, nous n'avons plus une petite fille mais quasiment une femme accomplie. Dans le sens littérale comme le sens figuré. Clemens est toujours aussi fort pour créer des atmosphères et il a réussit à me marquer avec une scène que je trouve magnifique lors de laquelle El'ena perd le contrôle sur elle-même et s'abandonne au pouvoir. J'ai aussi bien aimé le thème de la trahison: comment réagir lorsqu'on sait qu'une personne va trahir mais que l'on ne sait pas si ce savoir est vrai? Ne pourrais.ce pas être un piège? Néanmoins, bien qu'il faille être très fort pour garder autant de fils narratifs différents dans une cohérence sans failles on a toujours l'impression que c'est un bon moyen pour Clemens de faire intervenir des protagonistes au bon moment pour sauver les meubles. Je suis, tout de même, impatient de connaitre la suite.

28/10/2009

Les artéfacts du pouvoir 2: La Harpe des Vents

Titre: Les artéfacts du pouvoir 2harpe des vents.jpg
Tome: La Harpe des Vents
Titre original: Harp of Winds (artifacts of power, 2)
Auteur: Maggie Furey
Traducteur: Isabelle Pernot
Éditeur: Bragelonne 2006 pour la traduction (1994 édition originale)
Collection: J'ai Lu
Pages: 606

Je n'ai pas pu m'empêcher de lire le second tome dans la foulée. Nous retrouvons Aurian et son petit groupe dans une forêt à la limite du désert comme nous les avions laissé. Mais, dans ce tome, Aurian a perdu ses pouvoirs qu'elle ne retrouvera que lorsqu'elle aura mis au monde son enfant. Alors qu'elle se retrouve impuissante pour la première fois de sa vie et elle doit, de plus en plus, s'appuyer sur Anvar et tenter de trouver un endroit ou elle puisse se reposer. Cependant, tout n'est pas aussi simple et Miathan a mis en place un piège autours d'elle pour pouvoir, enfin, la posséder. Dans le même temps, les "résistants" tentent de trouver des informations à l'intérieur de Nexis et Parric est capturé par les Xandims. Les deux groupes découvriront des alliés dans leur tristesses.

Le tome précédent était un grand voyage, celui-ci est plus statique. La plupart des évènements se déroulent à Nexis, chez les Xandims ou dans la tour d'Incondor. Bien sur, il se passe des choses mais ce n'est plus une fuite comme précédemment. Il y a plusieurs points que j'ai apprécié dans ce tome. Premièrement, alors que Aurian avait une grand partie de son intrigue liée à l'abandon de Forral ce tome est celui ou l'amour envers Anvar est, petit à petit, accepté par Aurian. Secondement, bien que je ne sache pas encore ce que va en faire Furrey, je trouve intéressant de donner une sorte de ressenti genré aux artéfacts et de donner l'artéfact mâle a Aurian et le femelle, la Harpe des Vents, à Anvar. Si je souhaitais faire une hypothèse je dirais que c'est un moyen de compléter les deux personnages et de les lier dans la lutte. Mais ce qui est le plus intéressant c'est l'esprit de Miathan. On a été habitué, dans la premier tome, a le considérer comme un être cruel et vil. Dans ce second tome, on découvre la raison de ses actions: l'Amour. C'est l'impossibilité d'avoir Aurian, lié à son enfant, qui ont conduit Miathan à faire le mal et à se créer des ennemis puissants. Cependant, il y a un point que je n'apprécie pas du tout. Pourquoi avoir créé un suspens aussi insoutenable à la fin?

23/10/2009

Les artéfacts du pouvoir 1: Aurian

Titre: Les artéfacts du pouvoir 1aurian.jpg
Tome: Aurian
Titre original: Aurian (artifacts of power 1)
Auteur: Maggie Furey
Traducteur: Isabelle Pernot
Éditeur: Bragelonne 2006 pour la traduction (1994 édition originale)
Collection: J'ai Lu
Pages: 830

Après la déception relative de Judas Déchainé j'ai commencé un nouveau livre d'un auteur que je ne connaissais pas. Mais comme la couverture et le quatrième de couverture me semblaient intéressant j'ai voulu m'y essayer. L'histoire commence dans un val dévasté que la mère d'Aurian tente de reconstruire. Aurian y est laissée à elle même et à ses jeux avec ses pouvoirs. Heureusement pour elle un vieil ami de son père, mort, passe et commence à l'éduquer. Bientôt les deux adultes voient qu'il est nécessaire d'envoyer la jeune Aurian à l'Académie des Mages dans la ville de Nexis pour y apprendre à maitriser ses pouvoirs et éviter une catastrophe. Tandis qu'elle est rudoyée par sa professeur elle découvre l'Archimage qui décide de la prendre sous son aile. Alors que les mages sont détestés pour leur attitude hautaine Aurian, elle, se fait vite aimer de tous en agissant pour le bien des personnes quand elle le peut. Rapidement elle se fait une foule d'alliés et d'amis au grand déplaisir de son mentor qui a d'autres plans pour elle...

L'auteur m'était totalement inconnu mais, désormais, elle ne le sera plus. J'ai énormément apprécié cette histoire. On y découvre un monde de magie et d'équilibre. Un monde vivant avec autant de bonnes personnes que de mauvaises. L'héroïne me plait beaucoup par son entêtement et sa force mêlées de tristesse et de vulnérabilité. D'ailleurs, ce livre possède de nombreux personnages féminins forts et pragmatiques avec des hommes forts mais aussi doux (en l'absence d'un terme plus adapté qui pourrait me venir à l'esprit).

Ce n'est pas qu'une histoire de lutte du bien, incarné par Aurian et ses compagnons, contre un mal vicieux. C'est une histoire parlant de la corruption par le pouvoir mais aussi une histoire parlant d'amour. Non seulement l'amour entre deux personnes mais aussi l'amour naissant, l'amour perdu que l'on doit laisser partir. Le livre en son entier est un processus durant lequel Aurian accepte de vivre alors que l'homme qu'elle a aimé a disparu. C'est aussi un livre d'amitié et qui montre une Aurian soucieuse de faire au mieux avec ce qu'elle a quitte à y perdre la santé. Il y a longtemps que je n'ai pas aimé un livre comme j'ai apprécié celui-la et je ne peux que conseiller sa lecture.

13/10/2009

Krondor: Le legs de la faille 2, Les assassins (Krondor: the assassins)

Titre: Krondor: Le legs de la faille 2assassins.jpg
Tome: Les assassins
Titre original: Krondor: the assassins
Auteur: Raymond E. Feist
Traducteur: Isabelle Pernot
Éditeur: Bragelonne 2006 pour la traduction (1999 édition originale)
Collection: j'ai lu
Pages: 377

Nous recommençons l'histoire à peine une journée après la fin du tome précédent: La trahison. Et il reste beaucoup à faire pour nos héros. En effet, à peine arrivés, Arutha et James découvrent une ville de Krondor étrangement silencieuse et inquiète. Très rapidement il apparait que la ville est en proie à une vague de meurtres sans logiques apparentes. Mais le mal est fait puisqu'une partie des citoyens décident de quitter la ville qu'ils considèrent trop dangereuse. Dans le même temps, Arutha doit accueillir un riche noble étranger et sa famille. Mais, ce dernier aussi, devient la victime de tentatives de meurtres. Le Prince de Krondor comprend très vite qu'il se doit d'agir et envoie James, William et le capitaine Treggar à la recherche du repaire des assassins.

Je trouve un peu étrange d'apprécier ce second tome alors que le premier me semblait presque insipide. Peut être est-ce parce que je retrouve des personnages que j'apprécie? Peut être aussi parce que nous découvrons les débuts véritables de la carrière de James? En tout cas j'ai apprécié ce livre bien que les aventures des personnages soient très linéaires. Néanmoins, il ne faut pas oublier que ces livres du cycle Le legs de la faille ont été écrit après le cycle de la Guerre des serpents. Car, nous trouvons des informations qui ne sont pas compréhensibles avant la lecture des évènements de la Guerre des serpents. Du moins, pas totalement compréhensible. Bien entendu, pour se faire une idée précise, il faudra attendre la lecture des autres tomes.

09:53 Écrit par Hassan dans Fantasy, feist, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : feist, krondor, legs de la faille, assassins | | | |  Facebook

04/10/2009

Krondor: Le legs de la faille 1, La trahison (The betrayal: Krondor (riftwar: Legacy, 1)

Titre: Krondor: Le legs de la faille 1trahison.jpg
Tome: La trahison
Titre original: (The betrayal: Krondor (riftwar: Legacy, 1)
Auteur: Raymond E. Feist
Traducteur: Isabelle Pernot
Éditeur: Bragelonne 2006 pour la traduction (1998 édition originale)
Collection: j'ai lu
Pages: 474

Retour en arrière, nous sommes dix ans après la batailles de Sethanon, les enfants de Pug sont encore jeunes et sa femme encore vivante et le Prince de Krondor Arutha est aussi encore en service Tandis que James n'est qu'écuyer. Tout va bien jusqu'à ce qu'un membre de la Confrérie des Ténèbres voyage depuis ses terres du Nord jusqu'à Krondor dans le but de donner un avertissement à Arutha. Non seulement les Elfes Noirs vont repartir en guerre mais, en plus, six magiciens seraient derrière ces évènements. Alors que le Royaume semble en proie à de multiples troubles liés à la Confrérie de la Nuit et à une nouvelle guilde de voleurs, James, son ami Locklear, Pug, Arutha et Gorath l'Elfe Noir devront enquêter et trouver comment défendre le Royaume de cette menace.

Selon Feist, ce livre vient d'un scénario de jeu vidéo. C'est, peut être, la raison pour laquelle ce livre est, jusqu'à maintenant, le moins bon de la série. Du moins, à mon avis. Bien qu'il se lise facilement j'ai trouvé l'intrigue peu intéressante voir ennuyeuse et même, parfois, mal construite. Heureusement, Feist à le bon sens de nous donner quelques informations que nous n'avions pas sur les évènements qui se déroulent avant Prince de Sang. C'est comme ça que nous découvrons un jeune magicien plus intelligent qu'il ne le croit, un James Duc de Krondor en puissance mais aussi, et surtout, la découverte des Panath-Tiandn qui pourraient jouer un rôle intéressant plus tard. Je noterais encore que l'on peut enfin approcher de la culture des Moredhels. Mais, à part ces points, je n'ai pas trouvé ce tome très stimulant.

09:34 Écrit par Hassan dans Fantasy, feist, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : feist, krondor, legs de la faille, trahison | | | |  Facebook

30/09/2009

Krondor: la guerre des serpents 4. Les fragments d'une couronne brisée (Shards of a broken crown (Volume four of the Serpentwar Saga))

Titre: Krondor: la guerre des serpents 4couronne brisee.jpg
Tome: Les fragments d'une couronne brisée
Titre original: Shards of a broken crown (Volume four of the Serpentwar Saga)
Auteur: Raymond E. Feist
Traducteur: Isabelle Pernot
Éditeur: Bragelonne 2005 pour la traduction (1998 édition originale)
Collection: j'ai lu
Pages: 631

Voici, enfin, les dernières aventures relatant la guerre des serpents. A la fin du troisième tome, l'hiver arrivait enfin permettant aux soldats du Royaume de vaincre les troupes de la Reine Émeraude alors que Pug, Tomas, Dominic, Calis et Nakor luttaient et vainquaient le démon. Nous retrouvons tout ce beau monde à la fin de l'hiver alors que le Royaume de l'Ouest est dévasté et pourrait être perdu à tout jamais. Le Prince Patrick souhaite le reconquérir mais il doit, pour cela, faire attention aux Keshians et aux soldats de Fadawah. Il est possible que le Price doive faire la paix avec d'anciens ennemis pour reconquérir ses terres. Pendant ce temps, Nakor essaie de lancer son église et Pug essaie de savoir si il doit continuer à faire partie du Royaume alors qu'il se heurte de plus en plus aux décisions de Patrick.

Honnêtement, je ne suis pas sur que ce tome ait été vraiment utile. La boucherie continue et je dois avouer qu'elle m'a lassé très rapidement. Bien entendu, les personnages eux-même souhaiteraient en finir une fois pour toutes. Ce tome nous permet surtout de mieux connaitre certains personnages qui pourraient être important dans le futur comme James et Dash, les deux frères et dernier enfants de la lignée de Pug. On découvre aussi que le Royaume a perdu ses meilleurs hommes et qu'il est durablement affaibli. Bien entendu, Feist a décidé de remettre un coup de magie noire pour que nos magiciens préférés aient quelque chose à faire. Encore une fois, on découvre que Feist a presque rendu trop puissant Pug, Tomas et Miranda puisque quasiment rien ne peut les arrêter. En fait, je pense que l'un des seuls points utiles de ce livre, mis à part un peu de détente, c'est la décision de Pug concernant ses liens avec le Royaume et le dévoilement de sa mission.

29/09/2009

Krondor: la guerre des serpents 3. La rage d'un roi démon (rage of a demon king (volume three of the Serpentwar Saga))

Titre: Krondor: la guerre des serpents 3rage d'un roi demon.jpg
Tome: La rage d'un roi démon
Titre original: rage of a demon king (volume three of the Serpentwar Saga)
Auteur: Raymond E. Feist
Traducteur: Isabelle Pernot
Éditeur: Bragelonne 2005 pour la traduction (1997 édition originale)
Collection: j'ai lu
Pages: 695

Les deux premiers tomes de La guerre des serpents étaient une préparation à la guerre dans le Royaume. Ce tome ci nous montre la guerre qui arrive et qui se déploie dans le Royaume. Certains pourraient penser "enfin". Il est vrai que Feist a pris son temps pour la lancer dans son histoire. Il est donc facile de résumer ce livre puisqu'il décrit la préparation en vitesse du Royaume face aux hordes innombrables qui débarqueront sur son rivage et les évènements suivant ce débarquement. Bien sur, il y aussi les intrigues dans lesquelles Pug, Miranda, Macros, Nakor et Thomas sont mêlés. Durant le développement de cette intrigue on apprend qui est le véritable ennemi mais surtout on comprend un peu mieux les évènements qui se sont produits dans leur histoire. Cet ennemi, il faut s'en douter, ne sera pas vaincu en deux tomes et son existence explique le plan d'écriture que Feist a mis sur son site officiel.

Pour faire vite, ce livre est de l'action pure sans énormément de réflexion. Bien que j'aie aimé le déroulement de l'intrigue et que j'aie suivi les évènements avec intérêt je dois avouer que ce n'est pas le meilleur livre de Feist. Il donne l'impression d'être surtout une œuvre créée pour l'action et non pour l'intrigue. Je me suis donc pris à attendre, avec une presque impatience, ce que Pug et Miranda pouvaient bien faire pendant la guerre. Ce qui m'intéressait bien plus que les morts par millier. Après tout, Feist n'est pas un écrivain majeur de la fantasy mais un écrivain avec de l'imagination et dont les intrigues sont plus intéressantes que les actions proprement dites. Du moins, est-ce mon avis à ce stade de mes lectures.

22/09/2009

Faërie (Faerie Tale)

Titre: Faëriefaerie.jpg
Titre original: Faerie Tale
Auteur: Raymond E. Feist
Traducteur: Jean-Daniel Brèque
Éditeur: Bragelonne 2007 pour la traduction (1988 édition originale)
Collection: Milady
Pages: 631

J'ai décidé de faire une courte et rapide pause dans le cycle de Krondor et, donc, j'ai lu un livre que je pensais plus léger et plus jeune. Faërie, de Feist, nous fait voyager dans les légendes concernant le peuple des fées. L'histoire se déroule aux USA dans une petite ville qu'une famille a souhaité acquérir pour se reposer d'Hollywood ou le père était devenu riche et célèbre. Les lieux sont idylliques, grands et agréables. Rapidement, la famille se fait des amis ou en retrouvent, certains plus étranges que d'autres. Cependant, la forêt de la ferme cache des évènements féériques qui toucheront bientôt, et de plus en plus, la famille. Les étrangetés se multiplient et les accidents ou les violences se multiplient contre tout le monde...

Les histoires de fées semblent toujours être faites pour les enfants (même si je ne crois pas qu'il existe une littérature pour enfants) ce livre n'est pas un livre pour enfants. Alors que je pensais découvrir une histoire plutôt légère j'ai découvert une atmosphère non oppressante mais une atmosphère de sensualité. Le livre entier respire la sexualité et l'arrivée des fées s'accompagne toujours de désirs et de sensualité. Je crois bien que c'est la première fois que je vois une telle atmosphère dans un roman de Feist. Un autre point m'a surpris, c'est la création de l'un des personnages: Gabbie. Au début du livre on dirait une adolescente bornée et plaintive alors que le reste du livre voit ce personnage se développer jusqu'à devenir une femme sûr d'elle, amoureuse et, surtout, avec un caractère riche et fort. On aurait presque l'impression que Feist n'imaginait pas créer ce personnage de cette façon et que ses caractéristiques se sont, peu à peu, mises à jour sous sa plume. Je crois, d'ailleurs, que c'est le personnage le plus intéressant du livre. Bref, un livre sympathique et qui se lit vite. Pas un chef d'œuvre mais une belle histoire bien qu'elle semble, parfois, un peu simpliste. La fin, par exemple, semble se construire trop rapidement.

09:55 Écrit par Hassan dans Fantasy, feist, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : faërie, feist, milady | | | |  Facebook

17/09/2009

Krondor: la guerre des serpents 2. L'ascension d'un prince marchand (Rise of a merchant prince volume two of the serpentwar saga)

Titre: Krondor: la guerre des serpents 2prince.jpg
Tome: L'ascension d'un prince marchand
Titre original: Rise of a merchant prince volume two of the serpentwar saga)
Auteur: Raymond E. Feist
Traducteur: Isabelle Pernot
Éditeur: Bragelonne 2004 pour la traduction (1995 édition originale)
Collection: j'ai lu
Pages: 605

Logiquement après un premier tome il y a un second tome: le voici. On reprend l'histoire presque exactement au point ou nous l'avions laissé. Erik devenu soldat, Roo avec ses ambitions de richesses et le bateau en route pour Krondor. Ce second tome nous narre quelques aventures annexes à celles de Roo: Erik prenant du galon et ses missions et Nakor au port des étoiles. Mais l'intrigue principale est celle qui nous fait suivre Roo, alias Rupert Avery, dans sa quête de la richesse. Après son retour, les compagnons sont tous graciés et récompensé. Cet or permettra à Roo de commencer son entreprise mais, bientôt, il découvrira que le monde marchand est sans pitié. C'est pourquoi il décidera de courtiser un riche marchand et sa fille dans l'espoir de posséder de plus en plus d'or et de se hisser au niveau des plus grands de Krondor. Cependant, il saura bientôt que son ascension ne profitera pas qu'a lui...

Oui, Roo est véritablement au centre de ce texte. Et, bien que j'apprécie ce tome sans aller jusqu'à l'adorer, je n'aime pas Roo. On découvre un personnage plus cupide et sans cœur que je ne m'y attendais. Son seul but est l'or, peu importe ceux qu'il écrase durant sa quête, peu importe la tristesse qu'il crée, peu importe ses promesses. Non, je n'aime pas ce personnage. Néanmoins, je reconnais que ce livre est nécessaire pour continuer l'histoire. On sait, depuis le tome précédent, que le Royaume va être confronté à une gigantesque guerre. Il faut bien la financer n'est ce pas? Grâce à ce livre on comprend comment les grands du Royaume se préparent à une guerre plus proche qu'on ne le pense.

13/09/2009

Krondor: La guerre des serpents 1. L'ombre d'une reine noire. (shadow of a dark queen)

Titre: Krondor: la guerre des serpents 1ombre.jpg
Tome: L'ombre d'une reine noire
Titre original: Shadow of a dark queen
Auteur: Raymond E. Feist
Traducteur: Isabelle Pernot
Éditeur: Bragelonne 2004 pour la traduction (1994 édition originale)
Collection: j'ai lu
Pages: 604

Il y a très longtemps que je n'ai ni parlé ni lu un livre de Feist. La dernier que j'ai présenté se déroulait lors du périple du Prince Nicholas jusqu'à Novindus pour sauver les captifs de pirates plutôt singuliers. Nous y découvrions un complot diabolique qui menaçait le Royaume. Comme l'on pouvait s'y attendre l'échec de ce complot n'arrêta pas les Panthatians et nous retournons dans le Royaume presque trente ans plus tard. Nous commençons le livre en apprenant à connaitre Erik de la Lande Noir, bâtard de son père, qui, après un épisode malheureux, risque la pendaison. Après bien des péripéties il se voit offrir une alternative: mourir ou joindre une mission suicide sur Novindus pour le compte du Royaume et si il revient retrouver sa liberté. C'est ainsi que nous retournons sur le continent de Novindus ravagé par la guerre de conquête des Panthatians et auxquels les sans espoirs du Royaume devront se joindre pour espionner l'armée et le commandement de la Reine Émeraude. Il apparait rapidement que la victoire ne saurait exister sans l'aide de Pug alias Milamber et probablement de Macros le Noir. Ou alors doit on chercher un personnage plus puissant?

La fin de Les boucaniers du roi nous laissait entrevoir l'arrivée d'une guerre future. L'ombre d'une Reine noire nous montre que cette guerre est proche et tout, dans ce livre, est fait pour comprendre et ralentir l'ennemi car, quoi que l'on fasse, un jours ou l'autre il apparaitra aux portes de Krondor! Mais le temps a passé depuis le périple de Nicholas. Borric est roi aidé par son frère Erland. Et tous les vieux personnages des premier tomes, sauf Pug, Macros et Thomas pour des raisons évidentes aux lecteurs, ont disparu. Celui dont la perte m'attriste, en temps que lecteur, le plus est celle d'Arutha. Un personnage que j'ai beaucoup apprécié. Mais il ne faut pas s'appesantir sur ces fins. Feist souhaite créer une fresque sur plusieurs décennies, il est donc normal que ses personnages disparaissent les uns après les autres pour être remplacé par d'autres. Encore une fois, Feist réussit son coup et crée un livre divertissant, bien ficelé et à l'intrigue prenante. Comment la suite se déroulera? Je n'en ai aucune idée mais les citoyens du Royaume seront soumis à une rude épreuve!

29/08/2009

Les fils des ténèbres (children of the night)

Titre: Les fils des ténèbresfils.jpg
Titre original: Children of the night
Auteur: Dan Simmons
Traducteur: Monique Lebailly
Éditeur: Albin Michel 1994 (1992 édition originale)
Collection: livre de poche
Pages: 471

Voici le dernier livre ayant comme héros les enfants de Nuit d'été. Ici c'est le père O'Rourke que nous retrouvons en Roumanie juste après la mort de Ceaucescu avec pour mission d'observer les besoins des orphelinats roumains. Après quelques années, Kate Neuman arrive en Roumanie à son tour et essaie, difficilement, de sauver le plus d'enfants possibles dont un qui semble posséder plusieurs dysfonctions hépatiques qui pourraient le tuer. Elle se sent donc obligée de le rapatrier aux USA par adoption pour pouvoir le soigner dans une clinique spécialisée et équipée. Mais, alors qu'elle découvre des effets impressionnant et potentiellement révolutionnaire pour la médecine, un mystérieux homme en noir attaque sa famille pour kidnapper son fils adoptif. Pour comprendre elle devra retourner en Roumanie et plonger dans les secrets d'une famille dont la puissance n'a pas d'égale.

Comment parler de ce bouquin? Comme les autres j'aime bien retrouver un enfant de Elm Heaven. Mais celui-ci est plus difficile à cerner. Simmons, avec sa verve habituelle, nous décrit un pays ravagé et aux mains de la police (secrète ou non). Nous suivons les aventures de Neuman et de O'Rourke avec intérêt mais pas avec passion et, honnêtement, je me suis souvent demandé si l'intrigue n'était pas un peu tirée par les cheveux. Cela semble trop simple. Les descriptions cliniques sont bien dosée, je pense, mais pourraient en rebuter plus d'un qui ne comprend rien en biologie, ce qui est mon cas. Cependant, il est toujours intéressant d'essayer de trouver une explication au phénomène des vampires dans un livre. En fait, ce que j'ai le plus apprécié ce sont les rêves du personnage Trent, le patriarche de la famille de la nuit. Ce retour dans un passé centenaire et ses actions quand il gouvernait la Roumanie actuelle. Mais, sinon, je n'ai pas trouvé ce livre des plus intéressant.

24/08/2009

Les feux de l'Eden (Fires of Eden)

Titre: Les feux de l'Edeneden.jpg
Titre original: Fires of Eden
Auteur: Dan Simmons
Traducteur: Monique Lebailly
Éditeur: Albin Michel 1996 (1994 édition originale)
Collection: livre de poche
Pages: 442

Me voici de retour avec un autre livre d'horreur made in Dan Simmons. Comme Nuit d'été et les chiens de l'hiver ce tome est lié à Elm Heaven. Cette fois par Cordie Cook qui se retrouve au centre de l'histoire. L'intrigue se déroule à Hawaï dans un complexe hôtelier de luxe que son propriétaire tente de vendre à des japonais. Mais les évènements étranges et les disparitions s'enchainent. Certains croient à l'œuvre d'indépendantistes mais Cordie, elle, est sure de retrouver des monstres qu'elle a connu dans son enfance alors que son amie récente, Eleanor, sait, par un petit livre de l'une de ses tantes, qu'elles sont les forces en présence et comment les vaincre. Néanmoins, il faudra trouver des alliés et prouver sa valeur pour combattre les anciens dieux Hawaïens. C'est dans ce genre de combats que les apparences prouvent que leur principale qualité est d'être trompeuses.

Honnêtement, j'aime bien ces pseudo suites d'Elm Heaven. J'aime bien retrouver ces enfants naïfs en tant qu'adultes accomplis avec, parfois, une histoire à laquelle on ne s'attendrait pas et qui continuent de ressentir les effets du paranormal. J'aime bien, aussi, les liens et références aux différents livres ayant comme lien la ville d'Elm Heaven. Mais, cela ne veut pas dire que tous ces livres soient tous aussi bons les uns que les autres. J'ai apprécié Nuit d'été pour son atmosphère, j'ai apprécié les chiens de l'hiver à cause de la question que se pose le personnage: suis je ou non sain d'esprit? Si ce troisième livre ne m'a pas vraiment fait ressentir de l'horreur j'ai beaucoup apprécié les référence mythologiques dont Dan Simmons parsème l'œuvre. Je ne sais pas si elles sont véridiques mais Simmons donne l'impression d'avoir mit en place de véritables recherches pour ce livre et cela donne une impression de "réalisme" que j'apprécie.

16/08/2009

Les chiens de l'hiver (a winter haunting)

Titre: Les chiens de l'hiverchiens.jpg
Titre original: A winter haunting
Auteur: Dan Simmons
Traducteur: Guy Abadia
Éditeur: Du Rocher 2003 (2002 édition originale)
Collection: le Livre de Poche
Pages: 440

ce livre est une sorte de suite de Nuit d'été pas à cause des évènements mais parce que Simmons reprend l'un des enfants et le transporte quarante ans plus tard de retour à Elm Heaven. Dale est devenu docteur en littérature anglaise et écrivain médiocre, marié, 2 enfants et une maitresse dans une petite ville universitaire ou il possède tous les biens matériels qu'il pourrait souhaiter. Mais son histoire d'amour avec l'une de ses étudiantes le conduit à rompre avec sa femme pour être rejeté, ensuite, par sa maitresse. C'est seul et déprimé qu'il revient à Elm Heaven après une tentative de suicide pour écrire un roman sur sa jeunesse dans les années 60, cette fameuse année ou son ami Duane mourut, cette année dont il ne se souvient pas vraiment. Mais, arrivé en ville, les évènements étranges se multiplient autours de lui: les morts reviennent, les chiens hurlent et son ordinateur lui joue des tours. En même temps il est progressivement impliqué dans plusieurs agressions et la police commence à se demander qui il est et si il faut le considérer comme victime que se soit physiquement ou de son esprit?

Si j'ai bien compris, ce livre est aussi censé être un livre d'horreur. Je n'ai pas eu peur, loin de la, mais j'ai trouvé pire. La question principale du livre ne sont pas les fantômes ou les recherches de Dale. La question principale est celle de la santé mentale. Alors que Dale vit à Elm Heaven les évènements étranges ne se déroulent qu'autour de lui. Est ce la réalité ou est ce son esprit qui lui joue des tours? Est il en train de perdre la raison sans s'en rendre compte? Est ce lui qui est responsable des disparitions? Ses fantasmes en sont ils ou sont ils des souvenirs? Est ce lui qui remet la cartouche dans la carabine qu'il a utilisé pour tenter un suicide ou autre chose? Voila ce qui est effrayant dans ce récit: savoir si les évènements sont réels ou si notre esprit se perd lui-même. De ce coté je dirais que ce roman est réussi. Pour terminer, j'ai apprécié les idées que nous découvrons à la fin. L'idée que le suicide est une sorte de moyen pour l'au-delà d'entrer dans la vie d'une personne. Que cet au-delà soit réel ou non...

12/08/2009

Nuit d'été (summer of night)

Titre: Nuit d'éténuit.jpg
Titre original: Summer of night
Auteur: Dan Simmons
Traducteur: Evelyne Gauthier
Éditeur: Albin Michel 1993 (1991 édition originale)
Collection: Livre de Poche
Pages: 597

Ces dernier temps je suis surtout plongé dans les dernier livres de Dan Simmons que je n'avais pas encore lu. C'est pourquoi je parle ici de l'un de ses livres d'horreur: Nuit d'été. L'intrigue de ce livre se déroule dans l'été du Middlewest américain juste après la fin des classes. Nous suivons les aventures innocentes de cinq jeunes garçons encore enfants mais commençant à entrer dans l'adolescence. Mais, rapidement, les étrangetés se multiplient: disparitions, morts mystérieuses, individus étranges dans les rues et tentatives de meurtres sur certains des enfants. Petit à petit les enfants découvrent que ces mystères sont de natures paranormales et découvrent de quoi elles sont issues. Après avoir subit les attaques ils décident de combattre! Mais un enfant innocent est il capable de résister au Mal?

Livre d'horreur? Il y a un peu d'horreur dans cette histoire oui mais je n'ai pas ressenti de peurs. L'histoire est sympathique et j'ai bien aimé suire les tribulations enfantines des héros rappelant nos propres enfances. J'ai bien aimé aussi que les peurs enfantines deviennent réalités (le monstre sous le lit par exemple). Mais je n'ai pas ressenti de peur. Par contre j'ai été curieux de connaitre l'origine de ce mal et son but. Simmons ne nous donne pas de véritables indices sur ce but mais nous dit d'où il vient: l'Égypte antique. Bien qu'aimant l'antiquité je ne suis pas amateur de ces livres qui diabolisent les cultes paganistes de cette manière. Enfin, ce n'est qu'un livre non? Néanmoins je me suis assez bien détendu en lisant ce livre, sans passions mais sans ennuis véritable. Un livre de nuits d'été en somme.

09:51 Écrit par Hassan dans Fantasy, Livre, simmons | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nuit d'été, simmons, summer of night | | | |  Facebook

04/08/2009

L'Homme Nu (The Hollow Man)

Titre: L'Homme Nuhomme nu.jpg
Titre original: The Hollow Man
Auteur: Dan Simmons
Traducteur: Monique Lebailly
Éditeur: Albin Michel 1994 (1992 édition originale)
Collection: Livre de Poche
Pages: 316

Après L'Amour, La Mort j'ai décidé de me plonger dans ce court roman de Dan Simmons. Une chose est sûre, l'histoire est plutôt embrouillée. Non pas que l'intrigue soit difficile à comprendre mais j'ai eu du mal à lier les personnages en un tout cohérent avant la fin. Simmons, ici, décrit la vie de Bremen après la mort de sa femme dont il ne se remet pas. Si il ne se remet pas de cette mort ce n'est pas qu'à cause de la douleur de perdre un être cher. C'est aussi parce que lui et sa femme avaient le talent d'écouter les esprits des autres humains. A deux ils pouvaient se défendre, seul Bremen ne peut que subir le chaos mental du monde. Tandis que nous suivons la décente en enfer de Bremen un narrateur externe nous décrit sa vie passée de mathématicien brillant.

Que dire de ce livre? Ce n'est pas un mauvais livre mais ce n'est pas un chef d'œuvre non plus. L'intrigue peut nous tenir en haleine comme elle peut paraitre un peu trop lente à se déployer. Un livre bon pour se détendre mais qui ne se hisse pas à la hauteur des Cantos d'Hypérion. Bien sur, on retrouve les fascinations maintenant bien connues de Dan Simmons. La aussi nous suivons les pas d'un universitaire un peu hors du monde. La aussi nous trouvons un ancien prisonnier des camps de la mort et le héros subit les cruautés de l'humanité, le mal est quelque chose que Dan Simmons semble vouloir comprendre. Nous avons aussi, encore, un aperçu de la fascination que Simmons possède vis à vis des théories mathématiques et cosmologiques. Heureusement pour nous, il arrive à traduire le langage mathématique en mots bien que je ne puisse pas vérifier la validité de ces même mots. Un livre dans la veine classique de Simmons (horreur de l'humanité et grandes théories cosmologiques et donc, de la vie), sympathique à lire et court ce qui permet d'arriver au bout assez rapidement.

08:57 Écrit par Hassan dans Fantasy, Livre, simmons | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dan simmons, homme nu, hollow man | | | |  Facebook

27/07/2009

Le Lion de Macédoine: L'esprit du Chaos

Titre: Le Lion de Macédoinechaos.jpg
Tome: L'esprit du Chaos
Titre original: Dark Prince
Auteur: David A. Gemmell
Traducteur: Eric Holweck et révisé par Thomas Day
Éditeur: Mnémos 2000 pour la traduction, Gallimard 2002 pour la version révisée (1991 édition originale)
Pages: 374

Enfin, le dernier tome dans cette épopée. La encore Gallimard a coupé en deux le tome original ce qui aboutit, bien entendu, a des bizarreries. Nous retrouvons Alexandre et Parménion exactement ou nous les avions laissé. Presque seuls face à l'adversité qu'ils tentent de vaincre. Mais, après avoir pu retourner dans la Grèce, c'est un Alexandre plus vieux de 14 ans que nous avons en face de nous. L'histoire de ce tome est, donc, celle de la montée au pouvoir d'Alexandre alors que son père son méfie de plus en plus de lui. De plus, Kadmilos, l'esprit du chaos, tente encore de contrôler Alexandre et, pour ceci, tisse les sortilèges et les intrigues autours du jeune prince. Heureusement Parménion est vigilant bien que son amour pour Alexandre puisse l'aveugler.

Pourquoi avoir découpé les tomes en cet endroit est la première remarque qui me soit venue à l'esprit. En effet, nous retrouvons très brièvement Alexandre jeune enfant pour une centaine de pages et, ensuite, la dernière partie de l'histoire se déploie. Cela donne une impression d'étrangeté et d'artificiel très déplaisante. J'ai aussi l'impression que l'intrigue avance trop vite. Nous avançons de trois ans dans l'histoire sans que l'intrigue ne soit décrite dans ces années vides entre deux chapitres. Ceci donne l'impression, que je crois justifiée, que l'histoire a été inachevée ou terminée à la va vite sans explorer les multiples développement qui auraient pu être décrits et mis en scènes. C'est donc un cycle qui commence médiocrement et qui se termine médiocrement ou, en tout cas, qui en donne l'impression. Je trouve d'ailleurs dommage cette inachèvement qui me laisse sur ma faim. Pour donner un point positif car tout ne peut pas être mauvais, j'ai apprécié le changement de caractère de Parménion et de son ami Mothac. Avec tout ce qu'ils ont vécus ils ne pouvaient être inchangés et c'était une bonne idée de créer un conflit en de loyauté en Mothac tandis que Parménion devait regretter ses pertes. Finalement je dois dire que cette histoire ne vaut pas forcément la peine de s'y plonger si on peut l'éviter.

22/07/2009

Le Lion de Macédoine: Le Prince Noir

Titre: Le Lion de Macédoineprince noir.jpg
Tome: Le Prince Noir
Titre original: Dark Prince
Auteur: David A. Gemmell
Traducteur: Eric Holweck et révisé par Thomas Day
Éditeur: Mnémos 2000 pour la traduction, Gallimard 2002 pour la version révisée (1991 édition originale)
Pages: 404

Nous retrouvons ici la seconde partie du Lion de Macédoine. Nous avions quitté l'histoire alors qu'Alexandre venait de naitre et que Parménion avait rajeuni grâce à la guérison prodiguée par Dérae. Ici, nous sommes quelques années plus tard mais dans un contexte moins joyeux. Tous les ennemis de la Macédoine se sont ligués plus ou moins ouvertement et Philippe II commet des massacres et des atrocités qui lui créent des ennemis. Le Prince, Alexandre, est accusé d'être possédé par une entité et les preuves se voient par la douleur que tous ressentent en le touchant et par les animaux qu'il tue sans le vouloir. Mais ce monde n'est pas le seul et il existe un autre monde, une autre Grèce, peuplée par les êtres des légendes et qui lutte contre un autre roi de Macédoine: Philippos. Selon les légendes de ce monde, Alexandre est l'enfant qui permettra de rendre Philippos éternel ou de recréer la magie sauvant les peuples mythiques. Lorsque Alexandre est enlevé par les sbires de Philippos Parménion devra le suivre dans une Grèce ou il ne possède nulle armée et dont il ne sait rien pour se battre contre les millier de soldats de PHilippos et tenter de se faire des alliés.

Étrangement, ce troisième tome me plait plus que les autres. est ce parce que nous quittons une Grèce connue pour retrouver un monde mythique ou la magie coule sur le sol? Peut être. Alors que nous avions une sensation d'étrangeté à cause des altérations que Gemmell créait dans l'histoire nous découvrons ici une véritable autre terre. Il est aussi possible que j'aie apprécié l'utilisation des êtres mythiques par Gemmell? OU alors est ce parce que nous trouvons enfin un Parménion lâche? En effet, celui-ci, plutôt que de devoir réfléchir aux exactions de Philippe, ferme les yeux et fait semblant de ne rien voir. Cependant, bien que j'aie apprécié ce tome, l'histoire n'est toujours pas au niveau des autres livres de Gemmell.

20/07/2009

Harry Potter et le Prince de sang mêlé

Dans cet épisode le monde de la magie a enfin accepté le retour de Voldemort. Les gens sont sombres et apeuré tandis que les enlèvements se multiplient. C'est dans ce contexte de peur que Dumbledore continue sa lutte, secondé par l'ordre du Phénix, contre Voldemort. Harry, lui, comprend qu'il n'a pas vraiment le choix: soit il fuit soit il va au devant du combat qu'il devra accomplir un jours ou l'autre. Bien que cet épisode soit sombre c'est aussi l'épisode qui montre de nombreux couples en train de se faire. Harry réussira t-il à charmer Ginny et Hermione sera t-elle enfin avec Ron? Mais la recherche de l'amour est constamment mis à mal par les forces sombres qui parcourent l'Angleterre. Et Harry, pour vaincre, devra étudier Voldemort, en savoir plus sur son histoire et ses motivations pour découvrir son plus grand secret.

Le livre est sombre, très sombre même si il existe des moments d'optimismes on sent que la lutte au plein jours se fait de plus en plus proche. Les gens disparaissent, les attaques se multiplient et personne ne semble réussir à se protéger. Le film a bien mis en place cette atmosphère de peur. Mais il a aussi mis en place une atmosphère d'amour. Il semble que ce soit lors des plus grands dangers que l'on cherche à ne pas être seul. Dans ce film cela se vérifie et permet de créer beaucoup d'effets comiques (qui oubliera le romantisme exacerbé et dégoulinant de mièvrerie de Lavande Brown?). Néanmoins, la véritable histoire n'est pas la et, même si nous découvrons beaucoup de choses sur l'enfance de Voldemort et que nous suivons Harry et Dumbledore, la plupart des éléments clés de l'intrigue sont oubliés. Par cet oubli nous ne pouvons pas, si nous ne connaissons l'histoire que par les films, comprendre comment Voldemort survit ni comment l'élément final se met en place. Ce qui m'a déçu le plus est aussi l'oubli de la dernière scène dans Poudlard. Il n'y a tout simplement aucune images de l'attaque que lancent les Mangemorts ni de la résistance et encore moins de la panique qu'ils créent dans l'école. L'attaque est censé être la fin d'un monde ou l'école était encore un endroit sure et ceci est tout simplement écarté. Dommage, vraiment dommage. Même si le film est un bon film, le meilleur de la série peut être, ces oublis répétés risquent d'empêcher de comprendre la fin de l'histoire.

19093421.jpg


Image: Allociné

10:16 Écrit par Hassan dans Fantasy, Film | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : harry potter, rowling, prince de sang mele | | | |  Facebook

16/07/2009

Le Lion de Macédoine: La mort des nations

Titre: Le Lion de Macédoinemort des nations.jpg
Tome: La mort des nations
Titre original: Lion of Macedon
Auteur: David A. Gemmell
Traducteur: Eric Holweck et révisé par Thomas Day
Éditeur: Mnémos 2000 pour la traduction, Gallimard 2002 pour la version révisée (1990 édition originale)
Pages: 341

La mort des nations est le second tome découpé artificiellement par Gallimard dans le tome Lion of macedon Alors que nous quittions Parménion en danger de mort et face à des spartiates encore puissant nous le retrouvons combattant pour Thèbes et son hégémonie. Mais Sparte ne l'a pas oublié et la mort de son second amour le conduit à retrouver sa soif de vengeance. Cette soif le conduit, ainsi que la ligue de Thèbes, à la bataille de Leuctres. Une bataille historique ou Sparte fut vaincue et son pouvoir démantelé. Son travail terminé il décide de s'engager comme général mercenaire dans tout l'Oikoumene ce qui lui permet de devenir le général le plus réputé du monde habité. Mais la Macédoine, par Philippe II, l'appelle dans un état de danger extrême puisqu'elle risque le démantèlement pur et simple. Un défi que Parménion ne peut que relever pour prouver sa valeur au monde entier.

D'habitude j'arrive à me faire une opinion rapidement, même si elle est fausse, mais ici j'ai du mal à me décider. Que penser de cette série? En tout cas je pense pouvoir dire définitivement ne pas être d'accord avec Gallimard lorsqu'ils écrivent au verso du livre "avec le Lion de Macédoine David Gemmel nous livre son œuvre la plus aboutie". Non, son œuvre la plus aboutie est ailleurs et le Lion de Macédoine ne possède pas ce qui m'a fait apprécier Gemmell. Néanmoins, ce n'est pas non plus un mauvais livre. J'apprécie beaucoup la façon dont il tisse une histoire de fantasy sur l'histoire d'un pays. Je retrouve des personnages que j'ai connu en cours dans un environnement à la fois familier et étrange ce qui donne un sentiment de bizarrerie mêlé à un sentiment d'authenticité. Que l'on ne s'y trompe pas, Gemmell n'a pas pensé écrire de l'histoire en écrivant ce cycle. Mais nous ne devons pas oublier que l'histoire comme science est aussi une affaire d'art. Je crois, en effet, que ce que Gemmell a réussi avec ce cycle c'est de nous plonger dans la Grèce antique d'une façon différente que celle que l'on connait d'habitude. Mais ce n'est pas son œuvre majeure.

14/07/2009

L'Age de glace 3: Le Temps des dinosaures

Ice Age 3 est un film bienvenu en ces jours de chaleurs. Dans ce troisième épisode Manny s'est mis en couple avec Ellie et ils attendent tout deux un enfant. Ce qui rend Manny anxieux durant la grossesse et pour son futur bébé dont il essaie déjà de contrôler les premier pas. Bien entendu cette future nouvelle arrivée n'est pas du goût de tout le monde. C'est pourquoi Diego décide de retrouver son instinct de chasseur en solitaire et que Sid se sent abandonné. Bien entendu Sid ne peut pas faire attention à lui-même lorsqu'il se retrouve seul et, en trouvant des œufs, il décide de les adopter. Rapidement, il apparait que ces œufs sont ceux d'un dinosaure et que leur maman n'est pas contente de les avoir perdu. Sid se retrouve enlevé par maman dinosaure et ses amis vont tenter de le retrouver dans le monde des dinosaures.

Que dire d'un film comme Ice Age? De toute manière il fera rire. Néanmoins, la franchise semble avoir changé. Alors que les premier épisodes pouvaient être vu par les parents et les enfants j'ai l'impression que ce troisième film est destiné à un public plus adultes. Les gags sont plus subtils ou alors moins enfantins tandis que les personnages se posent des questions sur leur couple, les enfants et la vie de célibataire. Ce qui n'empêche absolument pas ce film à être drôle surtout par le nouveau personnage de Buck, une belette aventurière et complètement folle. Parallèlement. et comme d'habitude, les aventures de Scrat continuent aussi. Ce dernier luttant contre une belle écureuil pour posséder une noisette. Je crois que. la aussi, nous trouvons les évènements les plus drôles du film.

Image: Allociné

18919153.jpg

09:06 Écrit par Hassan dans Enfant, Fantasy, Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ice age, dinaodaures | | | |  Facebook

13/07/2009

Le Lion de Macédoine

Titre: Le Lion de Macédoineenfant maudit.jpg
Tome: L'Enfant Maudit
Titre original: Lion of Macedon
Auteur: David A. Gemmell
Traducteur: Eric Holweck et révisé par Thomas Day
Éditeur: Mnémos 2000 pour la traduction, Gallimard 2002 pour la version révisée (1990 édition originale)
Pages: 403

Le Lion de Macédoine est, dans cette édition, découpé en deux tomes: L'enfant Maudit et La mort des Nations. C'est, pour l'instant, du premier que je vais parler. Celui-ci relate l'enfance de Parménion à Sparte. Enfance triste puisque son statut de sang mêlé, macédonien de mère et spartiate de père, lui vaut d'être refusé comme vrai spartiate même si sa force, son courage, son endurance et son esprit sont dignes de l'histoire de Sparte. C'est, d'ailleurs, son esprit de Strategos qui conduira Xénophon a le prendre sous son aile pour lui enseigner l'art de la guerre. Malheureusement pour Sparte, la femme qu'il aime meurt et il est obligé de partir en exil tout en vouant une haine tenace envers la ville de son enfance.

Il est intéressant, quand on aime l'histoire, de retrouver des personnages et des lieux ainsi que des évènements, que l'on étudie, dans un roman. Mais on peut, parfois, être frustré par les incohérences historiques. Il semblerait que Gemmell ait fait un gros effort pour les éviter mais je ne peux pas me prononcer sur sa réussite ou son échec sur ce point. Néanmoins, je pense qu'il a réussit à nous conduire en esprit dans la Grèce antique même si ce n'est que par un roman. Par contre, je ne suis pas sur qu'il ait réussi à écrire un bon livre. Pour ce jugement il faudra attendre d'avoir lu les autres tomes mais je ne ressens pas la même exaltation que lors de la lecture de ses autres livres. Pour l'instant je ne peux qu'attendre d'en avoir lu plus pour me prononcer.

09/07/2009

Le Roi sur le seuil

Titre: Le Roi sur le seuilroi sur le seuil.jpg
Titre original: The King beyond the gate
Auteur: David A. Gemmell
Traducteur: Alain Névant
Éditeur: Milady, traduction Bragelonne 2001 (1985 édition originale)
Pages: 471

Après plusieurs mois nous avons enfin un nouveau tome des chroniques de Drenaï entre nos mains. Nous nous trouvons, cette fois, un siècle après les évènements de Légende et la nation est mise sous la botte de l'Empereur Ceska. Être cruel qui garde son pouvoirs par les Unis, des humains liés a des bêtes. Cependant il y a encore des personnes pour se soulever contre Ceska. Raywan, une femme qui se dit descendante de Druss a lancé une révolte chez elle lorsque son mari est tué. Et, plus dangereux, Tenaka Khan un descendant d'Ulric et de Regnak a décidé de se lancer dans une vengeance personnelle depuis que Ceska a trahi ses amis guerriers dans l'ordre du dragon. Mais la lutte est quasiment sans espoir et il faudra, peut être, détruire Drenaï pour sauver son peuple. Pour longtemps?

J'ai été déçu par Renégats qui ne fait pas partie de Drenaï mais j'ai adoré Le Roi sur le seuil encore une les héros n'en sont pas au début et nous retrouvons cette façon particulière de lier les héros par une sorte de hasard qui montre qu'ils sont guidés par la Source. L'atmosphère est sombre et les luttes sont épiques comme il sied a Gemmell et nous retrouvons des personnages impitoyables qui n'hésitent pas à tuer pour vaincre. On peur se demander qui est vraiment bon dans cette histoire. D'ailleurs, la fin nous promet une nouvelle lutte dans un prochain tome. Pour finir, je retrouve ce que j'ai toujours apprécié chez Gemmell, des héros qui doutent mais qui décident d'affronter leurs peurs et de se battre même au péril de leur vie. C'est, donc, un livre qui, je crois, ne risque pas de décevoir ses lecteurs.

08/07/2009

Renégats

Titre: Renégatsrenegats.jpg
Titre original: Knights of dark renown
Auteur: David A. Gemmell
Traducteur: Laurent Calluaud
Éditeur: J'ai lu, traduction Mnémos 2002 (1993 édition originale)
Pages: 440

Voici un titre accrocheur mais nous savons tous que cela ne suffit pas pour faire un bon livre. L'intrigue qui se cache derrière ce titre commence lorsque les mythiques chevaliers de la Gabala, champions du peuple, disparaissent à l'intérieur d'un portail magique pour détruire le mal. Quelques années plus tard le royaume de la Gabala est dévasté, son pouvoir impérial détruit et l'ordre des chevaliers de la Gabala remplacé par celui des chevaliers rouges. Pire encore, le royaume est en proie à des dévastations, des pillages et de l'injustice de la part du roi. Et, si c'est encore possible, le roi tente de se débarrasser d'un peuple entier en l'accusant de corrompre son royaume. Bien entendu une telle injustice engendre une réaction et des fuyards se cachent dans les forêts d'où les rumeurs font croire à la constitution d'une armée par le rebelle Law Giffes. Mais la réalité n'a que peu à voir avec les rumeurs et seuls des meurtriers se cachent dans la forêt. Heureusement, le seul chevalier de la Gabala a ne pas avoir traversé le portail, par lâcheté, revient et pourrait aller en quête de ses compagnons et restaurer l'ancien ordre.

L'intrigue est prometteuse et j'ai été surpris par ce concept de magie selon les couleurs. Chaque personne est attirée par une forme de magie dont l'incarnation est une couleur et cette couleur gouvernera la vie de cette personne. Durant les aventures de ce livre l'harmonie est rompue au profit du Rouge: couleur de la peur, de la colère et du mal. C'est donc un rééquilibrage que les héros du livre vont devoir amorcer. Dès que l'on comprend cela on peut comprendre une grande partie de l'intrigue. Les héros, eux même, ne sont pas gentils mais des hommes malfaisants ayant décidés de se levers pour guider les compatriotes ce qui est classique chez Gemmell qui semble apprécier les héros en rédemptions ou essayant de palier à leurs propres déficiences et, surtout, ne cherchant pas à être des héros. Néanmoins ce livre m'a déçu. Alors que l'idée est de plus intéressante je n'ai pas eu ce frisson qui m'habitait dans les autres livres de David Gemmell que j'ai lu. Il manque un soupçon d'épique et de fatalité. C'est toujours un livre sympathique à parcourir mais pas une œuvre majeur.

09:54 Écrit par Hassan dans Fantasy, gemmell, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gemmell, renegats | | | |  Facebook

07/07/2009

Artemis Fowl: Le paradoxe du temps

Titre: Artemis Fowlparadoxe.jpg
Tome: Le Paradoxe du Temps
Titre original: Artemis Fowl and the time paradox
Auteur: Eoin Colfer
Traducteur:Jean Esch
Éditeur: Gallimard Jeunesse 2009 (2008 édition originale chez The Penguin Group)
Pages: 424

Depuis que j'ai découvert le premier Tome des aventures d'Artemis Fowl je suis les épisodes avec beaucoup d'intérêt et de plaisir. L'idée de créer un anti-héros, jeune garçon mais génie planétaire m'a beaucoup plus et la façon dont Eoin fait changer Artemis durant ces aventures est très intéressante. C'est donc avec un peu d'impatience que j'ai lu ce sixième tome. Artemis est revenu de l'ile des démons et essaie de donner des leçons a ses petits frères. Mais sa mère est malade est ce qu'Artemis souhaite le plus au monde, après les larcins, reprend le dessus: aider es parents à survivre. C'est dans l'urgence qu'il demande l'aide du petit peuple et qu'il apprend que sa mère est victime d'une ancienne maladie magique dont l'antidote a disparu huit ans plus tôt détruit part... Artemis Fowl. Il n'y a qu'une solution: retourner dans le passé pour sauver l'animal possédant l'antidote des mains d'Artemis Fowl de l'époque. Simple non? Eh bien les imprévus ne feront que se dérouler les uns après les autres et Artemis Fowl aura besoin de toute son intelligence pour sauver sa mère.

Artemis Fowl: un garçon égoïste, voleur, condescendant mais génial. Un garçon qui a évolué jusqu'à vouloir s'occuper des ses amis et ne délester de leurs biens que ceux qui le méritent. Oui, une histoire que j'aime beaucoup. Mais ce sixième tome m'a déçu. Artemis Fowl semble plus bête que d'habitude et se laisse déborder par les évènements. Bien sur il est maintenant moins impitoyable qu'a ses débuts mais je m'attendais à moins d'échecs. Ensuite je trouve l'intrigue un peu brouillonne et je n'ai pas réussi a rentrer dans le livre aussi facilement qu'auparavant. Mais ce qui me déçois le plus c'est l'oubli de la seconde, est ce la cas, plus grande intelligence de la Terre: la jeune Minerva. J'aurais beaucoup aimé découvrir Artemis Fowl aux prises avec une femme et avec l'amour. Néanmoins l'humour de la série est encore visible et m'a fait rire a plusieurs reprises. J'ai, par exemple, adoré le changement d'Holly, jeune elfe sûre d'elle, en adolescente encore inquiète et victime de bouffées d'amour pour Artemis (bouffées qui, bien entendu, ne dureront pas!) ou alors la découverte d'un Kraken de plus que le centaure Foally par Artemis qui le dit mais fait semblant de rien. Les luttes entre ces deux personnages m'ont toujours fait rire! Mais ce qui est le plus prometteur est la fin du livre qui semble pouvoir ouvrir de nouvelles aventures palpitantes pour Artemis et Holly

17/06/2009

Krondor: La trilogie de l'Empire; Maitresse de l'Empire

Titre: Krondor: La trilogie de l'Empiremaitresse.jpg
Tome: Maitresse de l'Empire
Auteur: Raymond E Feist et Janny Wurts
Traducteur: Anne Vétillard
Éditeur: J'ai Lu
Pages: 924

Voici le dernier tome de cette trilogie de l'Empire. Tsuranuani et les Acoma sont en paix depuis la chute des Minwanabis et Mara possède les plus grandes richesses et les plus grandes armées de l'Empire. Néanmoins on continue à vouloir sa mort et, lorsque son fils tombe, elle souhaite se venger sur les Anasatis. Elle apprendra rapidement que les Anasatis ne sont pas ses véritables ennemis mais que ses véritables ennemis sont les coutumes et traditions meurtrières qui font stagner l'Empire. Elle décide donc de combattre celles-ci et entame un voyage à l'extérieur de l'Empire pour trouver des réponses et les moyens d'en terminer avec le bain de sang que la politique accepte. Elle découvrira que sa nation est encore plus enfoncée dans l'ignominie qu'elle le croyait. Mais arrivera t-elle à change l'Empire alors qu'elle fut touchée au cœur, seule et sans aides?

Je trouve que ce final est très bien écrit. Alors que nous suivons la douleur de Mara et l'amour de ses suivants on apprend, petit à petit, quel est le véritable ennemi de l'Empire. On suivra Mara sur les autres terres de Kelewan pour découvrir que sont véritablement les Cho-Ja et comment leur race a été mise en esclavage. Mais on aura surtout enfin le véritable visage, cruel, des mages de Tsuranuanis face à nous. Mais nous ne voyons pas que cela. Nous découvrons que Mara peut souffrir et perdre sa résolution. La douleur de la perte de son fils est très bien décrite et les conséquences de celle-ci nous sont rapidement claires. Alors que le premier tome nous montre Mara apprenons les conséquences de ses actes, le second nous montre Mara changeant d'avis sur sa culture et le troisième montre le changement salutaire que l'Empire doit recevoir avec la consécration du cœur de Mara et aussi de ses suivants qui comprennent enfin qu'elle l'importance de la vie et de l'amour.

09:56 Écrit par Hassan dans Fantasy, feist, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : krondor, maitresse de l'empire, feist, wurts | | | |  Facebook

16/06/2009

Coraline

Coraline, comment en parler? Le film utilise une technique d'animation images par images que nous n'avons pas vu depuis quelques temps. Ce qui permet de donner une ambiance particulière durant le déroulement de l'histoire. Je trouve, d'ailleurs, que cet aspect est très réussi. Même par cette technique nous avons vraiment l'impression d'entrer dans un monde réel. L'histoire, par contre, est plus compliquée à explique. Coraline est une jeune fille qui déménage dans un un endroit nommé Pink Palace. Mais elle s'y ennuie énormément et ses voisins, ainsi que ses parents, n'arrivent pas à la divertir ou lui semblent ennuyeux. C'est dans la tristesse et la solitude qu'elle reçoit une poupée lui ressemblant et qu'elle ouvre une porte lui permettant d'entrer dans un monde merveilleux avec d'autres voisins, d'autres parents et de magnifiques moments ou elle est l'attention de tous. Mais ce monde est il si beau? Qu'est ce qui se cache derrière les boutons des personnes et qui sont cousus à la place des yeux? Lorsqu'elle le découvrira Coraline devra utiliser tout son courage pour se sauver elle et peut être d'autres personnes et lever le voile sur la réalité de ce monde enchanteur.

Comme vous vous en doutez, bien que l'histoire soit étrange, j'ai aimé ce film. Mais c'est un film sombre et qui peut être effrayant voila pourquoi je doute que des enfants puissent aller le voir seuls. L'histoire décrit la quête d'une jeune fille impatiente et un peu égoïste mais qui ne souhaite que recevoir de l'amour. Une jeune fille qui, bien qu'elle se sente seule, découvrira des amis qu'elle ne connaissait pas et comprendra qu'il est inutile de se cacher dans un monde parfait pour échapper à la grisaille de sa vie. Pour finir, Coraline est une jeune fille très attachante et la musique du film est très belle et parfaitement adaptée à l'ambiance.

Site officiel
Image: Allociné

19030543.jpg

09:49 Écrit par Hassan dans Fantasy, Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : coraline | | | |  Facebook

12/06/2009

Krondor: La trilogie de l'Empire; Pair de l'Empire

Titre: Krondor: La trilogie de l'Empirepair1.jpg
Tome: Pair de l'Empire
Auteur: Raymond E Feist et Janny Wurts
Traducteur: Anne Vétillard
Éditeur: J'ai Lu
Pages: 1021

Voici le second tome de la trilogie de l'empire et quel tome! Ses 1000 pages pages suffisent à peine pour illustrer les différents évènements qui y sont décrits. Ces évènements se déroulent depuis la fin du premier tome, avant la fin du premier tome de la guerre de la faille donc, pour se terminer après les évènements de Ténèbres sur Sethanon! Il est donc difficile de résumer ce livre non seulement à cause du temps qui s'y déroule mais aussi à cause des différents rebondissements. Mais je vais essayer. Nous retrouvons Mara juste après sa victoire sur les Minwanabis. Ceux-ci ne se laissent pas longtemps perdre dans le chagrin et décident de contre attaquer de manière forte. D'autant plus que leur nouveau Seigneur a fait un serment sur le dieu de la mort, Turakamu, de détruire la famille Acoma ou de détruire sa propre famille. Heureusement pour Mara elle découvrira les talents précieux d'un esclave Midkemian qu'elle vient d'acheter. Mais, les évènements continuant, Mara et ses compatriotes découvriront que la lutte entre Acomas et Minwanabis cachent une lutte plus importante qui risque de détruire l'Empire tel qu'ils le connaissent. Soit pour un nouvel âge d'or soit pour sa probable destruction. Quel est le choix que prendra cette société enfermée dans les traditions?

Voila ce que j'appelle un livre! Mille pages de pure plaisir et de suspens savamment dosés. Souvent Feist me déçois un peu en allant pas aussi loin que je le souhaite. Mais l'écriture de ce livre est magnifique. Non seulement la société Tsurani est encore mieux décrite, non seulement nous découvrons de nouvelles facettes du jeux politique, non seulement Feist n'hésite pas à modifier sa création mais il y a plus. Mara change du tout au tout! De souveraine qui ne se préoccupe que de la tradition, de son honneur et de sa famille en écrasant tout sur son passage elle devient une souveraine plus compatissante qui comprend que l'honneur ne dépend pas de l'échelle sociale mais des choix individuels. Elle commence à se rendre compte que, plus important que l'avenir de sa famille, l'avenir de l'empire prime et, enfin, elle commence à voir pourquoi il faut être compatissant envers ses ennemis et vassaux plutôt que de les écraser. Tout cela grâce à l'amour d'un esclave Midkemian. Bien plus, certaines scènes, plus ou moins longues, sont extrêmement bien écrites. Je citerais les différents chapitres suivant la "révolte" de Milamber lors des jeux impériaux et ceux concernant la lutte finale contre les Minwanabis. J'avoue que, au risque d'être dithyrambique, j'ai été époustouflé par ce livre qui n'est autre que du grand art.

09:51 Écrit par Hassan dans Fantasy, feist, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : krondor, pair de l'empire, feist, wurts | | | |  Facebook

08/06/2009

Krondor: La trilogie de l'Empire; Fille de l'Empire

Titre: Krondor: La trilogie de l'Empirefille.jpg
Tome: Fille de l'Empire
Auteur: Raymond E Feist et Janny Wurts
Traducteur: Anne Vétillard
Éditeur: J'ai Lu
Pages: 637

Lorsque nous lisons la guerre de la faille nous avons le point de vue des Midkemians et non celui de l'Empire même si Pug devient un personnage puissant dans Kelewan. Cette trilogie souhaite nous permettre de mieux connaitre l'Empire. L'auteur, pour cela, nous plonge dans la famille Acoma dont la dernière fille, Mara, vient d'hériter après la mort de son père et de son frère durant la guerre dans le Royaume des Isles par trahisons de leur plus grand ennemi: les Minwanabi. Nous découvrons Mara arrivant dans ses domaines alors que son armée est décimée et sa famille presque morte politiquement. Il suffira de peu pour qu'elle soit détruite définitivement et tous le talent et l'intelligence de Mara seront nécessaire pour sauver sa famille.

Feist et Wurts nous dépeignent un monde ou l'honneur est tout, un monde ou la politique peut tuer aussi bien que les armes. En utilisant une famille que nous ne connaissions pas les deux auteurs permettent de se couper presque complètement des autres livres et, surtout, de ne pas être coincé avec des valeurs qui ne sont pas Tsuranuani. Lors de la lecture on se demande souvent comment Mara peut se sauver mais elle y réussit. Cela semblerait trop simple si ce n'était pas en utilisant les faiblesses de ses ennemis et si elle ne payait pas aussi ses actes. Par exemple lorsqu'elle doit observer le suicide rituel de son mari qu'elle a provoqué pour se débarrasser de lui. Ce n'est pas un personnage sympathique car elle utilise tout pour gagner même si des innocents doivent en souffrir. Mais on la comprend car elle souhaite protéger sa vie et sa famille.

09:49 Écrit par Hassan dans Fantasy, feist, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : krondor, fille de l'empire, feist, wurts | | | |  Facebook

05/06/2009

Dead Like Me

Il y a longtemps que je n'ai pas parlé d'un film sur ce blog. Bon, il est temps de réparer ce fait en parlait de Dead Like Me dont je viens de prendre possession des DVDs. Bien sur ce n'est pas un film mais une série mais cela n'est pas important. Mais de quoi parle cette série? Elle dépeint l'histoire de la vie, brève, de George Lass jeune adolescente de 18 ans dont la mort se déroulera quelques minutes après le début de la série tuée par les toilettes de la station Mir. Car, l'histoire de cette série n'est pas l'histoire d'une vie mais l'histoire de la mort. En effet, George ne rejoins pas l'au-delà mais est recrutée par les faucheurs. Son nouveau travail sera de récolter les âmes des vivants avant leur mort et de les guider vers leur passage en direction de l'au-delà. Mais quel est cet au-delà? Mystère...

Pourquoi j'apprécie cette série? Peut être tout simplement à cause de de son humour un peu noir? Peut être à cause des situations burlesques dans lesquelles meurent les personnes? Peut être à cause des personnages caricaturaux (en effet entre la flic grande gueule, la starlette blonde et qui a connu, intimement, une grande partie des hommes du show-biz et le fan de rock qui plane du soir au matin (voir plus longtemps...) on se demande qui est le plus drôle). Peut être aussi parce que, finalement, l'histoire de Dead Like Me n'est pas l'histoire de la mort mais l'histoire de la vie. Nous découvrons une jeune fille qui a refusé de vivre par peur et par intelligence car elle savait qu'elle risquait plus d'échouer que de réussir mourir sans avoir rien accompli. Et c'est dans la mort qu'elle se rend compte de tous ce qu'elle a raté en observant les humains autours d'elle ainsi que son ancienne famille endeuillée. C'est dans la mort qu'elle souhaite vivre et profiter de cette sorte de seconde chance qui lui est offerte. Néanmoins tout n'est pas parfait, la première saison est drôle et la seconde, bien que moins bonne, l'est tout autant. Mais le téléfilm produit pour clôturer l'histoire (et qui se déroule plusieurs années après la série) et répondre aux questions est décevant. Non seulement les règles qui nous ont été donnée sont violées mais en plus une actrice a été remplacée par une autre tout en gardant le même personnage. N'aurait il pas été plus logique de considérer que l'ancienne est passée de l'autre coté? Enfin je n'arrive pas à retrouver la même atmosphère que dans la série originale.


Site officiel
Image: Allociné

18856324.jpg

09:52 Écrit par Hassan dans Fantasy, série | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dead like me | | | |  Facebook

04/06/2009

Krondor: L'entre-deux-guerres; Le Boucanier du Roi

Titre: Krondor: l'entre-deux-guerresboucanier.jpg
Tome: Le Boucanier du Roi
Auteur: Raymond E Feist
Traducteur: Isabelle Pernot
Éditeur: J'ai Lu
Pages: 860

Voici le second tome de l'entre-deux-guerres et il est loin d'être mince. Tout simplement 300 pages de plus que le précédent! Mais que contient il? Le prince Nicolas, que nous avons vu enfant dans Prince de Sang, fils d'Arutha de Krondor, a atteint ses 17 ans. Mais son père le trouve trop prudent pour son âge et décide e l'envoyer chez son frère à Crydee en tant qu'écuyer. Il y apprendra la difficulté de servir mais il connaitra aussi ses premier émois. Cependant un raid meurtrier de pirates et d'esclavagistes ravage la ville de Crydee et la côte. Après avoir aidé les survivants, le jeune Prince décide de rechercher les prisonniers avec l'aide de l'Amiral Amos Trask. Durant ce périple il découvrira la mer et des terres inconnues et il comprendra ce que commander implique.

Autant j'ai été déçu par Prince de Sang autant j'ai aimé ce livre! Nous y découvrons, bien sur, encore une quête initiatique mais nous avons aussi une bonne vieille aventure de pirates. Bien que le Prince n'en soit pas un. Nous découvrons aussi une nouvelle Terre qui, et c'est ce que je trouve un peu dommage, se rapproche de Kesh la Grande même par la langue. Un peu trop facile peut être? Néanmoins, Nakor est aussi de retour, toujours aussi exubérant mais bien plus étrange qu'auparavant à cause de ces connaissances qui semblent nombreuses et probablement plus haute que celles de Pug. Pour terminer nous avons enfin le lien que je cherchais avec le prochain cycle de Krondor: La Guerre des Serpents. Nous découvrons le plan que certaines forces ont pour déstabiliser le Royaume des Isles et atteindre Sethanon. Il semble que le Royaume ne sera pas en sécurité avant longtemps...