24/06/2012

The darkwar: Into a dark realm par Raymond E. Feist (un petit voyage)

Titre : The darkwar: Into a dark realmukhc_iadr_150.jpg
Auteur : Raymond E. Feist
Éditeur : Harper Collins
Pages : 386

Le complot de Leso Varen a été éventé avant que le magicien fou ne réussisse à mettre le chaos dans le grand empire de Kesh la Grande. Le Conclave pensait avoir réussi à s'être débarrassé de lui mais des indices semblent montrer qu'il a survécu grâce à une magie subtile. Leso Varen se serait enfui dans l'empire de Tsuranuani sur Kelewan caché au milieu des Très Puissants de l'Assemblée. Malheureusement, le Conclave n'a pas les moyens de se consacrer entièrement à la poursuite. En effet, outre la destruction des derniers faucons de la nuit, le Conclave doit préparer trois de ses leaders à un voyage périlleux. En effet, Pug, Magnus et Nakor ont décidé d'entrer dans le second niveau de réalité inférieure pour étudier les Dasatis et les comprendre en vue de la guerre qui s'approche.

Le but principal de ce livre est de comprendre les Dasatis. Ainsi, une grande partie des personnages et intrigues préparées auparavant sont mis en sommeil. Ralan Bek, par exemple, permet simplement à Feist de souligner sa nature insensée. Leso Varen est aussi mis de coté puisque sa recherche est tout simplement oubliée par Feist. Alors qu'il me semble que l'Assemblée ferait tout pour retrouver un magicien tel que lui d'autant plus quand la nécromancie est aussi fortement condamnée dans l'Empire de Tsuranuani. L'intrigue principale concerne donc Pug, Mangnus et Nakor. Parallèlement à leur entraînement aux mœurs Dasatis nous suivons un nouveau personnage. Celui-ci est un jeune guerrier Dasati qui vient de prendre le droit d'être l'héritier de son père. Ces deux intrigues permettent au lecteur de comprendre pourquoi cette guerre se fera et de connaître quelques cellules de résistances au milieu des meurtriers.

Image : Site officiel de Feist

18:30 Écrit par Hassan dans Fantasy, feist, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : feist, midkamia, darkwar | | | |  Facebook

22/06/2012

The darkwar: Flight of the nighthawks par Raymond E. Feist (des oiseaux de malheur)

Titre : The darkwar: Flight of the nighthawksukhc_fotn_150.jpg
Auteur : Raymond E. Feist
Éditeur : Voyager 2005
Pages : 420

Cette nouvelle trilogie commence directement après les événements meurtriers de la fin d'Exile's return. Le conclave ne peut pas laisser ces attaques contre l'Île du Sorcier et Elvandar impunie. Mais, surtout, il doit trouver un moyen d'étudier le Talnoy amené par Kaspar ancien duc d'Olasko et retrouver Leso Varen. En effet, les derniers événements ont démontré à Pug que le magicien fou est capable de posséder un corps à volonté ce qui lui permet d'éviter la mort. Le Conclave décide donc d'agir sur trois fronts. Tout d'abord, les magiciens étudieront de très près les 10 000 Talnoy caché sur le continent de Novindus. Pug demande aussi l'aide des magiciens de l'Académie sur Midkemia de l'aider à comprendre le Talnoy ramené par Kaspar. Enfin, Leso Varen doit être traqué et détruit. Cette traque conduit Kaspar, Talwin et Caleb dans Kesh La Grande. Mais un complot d'une ampleur inégalée s'y prépare tandis que des signes du retour des Faucons de la Nuit, cette secte d'assassin, se font de plus en plus clairs.

La trilogie précédente montrait assez peu les activités du Conclave et, donc, de Pug car la guerre était secrète cachée entre un certain nombre d'agents qui ne savaient pas toujours pour quoi ils luttaient. Le cycle Darkwar ouvre une nouvelle possibilité de guerre ouverte. Nous suivons donc les mouvements de Pug d'un peu plus près. Mais il n'est pas le seul personnage et ce nouveau cycle permet d'ajouter une nouvelle famille. Je n'ai pas encore décidé ce que je pensais de ces nouveaux personnages mais leur jeunesse permet de changer un peu le point de vue. Comme d'habitude, le tome permet d'en savoir un peu plus sur le monde de Midkemia et ses lois. Tout ceci se fait dans une course contre la montre alors que Feist développe l'histoire du complot contre Kesh. Il reste à savoir comment ces différentes intrigues seront développées dans le reste de la trilogie.

Image : Site officiel de Feist

11:32 Écrit par Hassan dans Fantasy, feist, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : midkemia, darkwar, feist | | | |  Facebook

17/06/2012

Conclave of shadows: Exile's return par Raymond E. Feist (150 000 km à pied ça use ça use...)

Titre : Conclave of shadows: King of foxesukhc_er_150.jpg
Auteur : Raymond E. Feist
Éditeur : Voyager 2005
Pages : 356

Ce dernier tome du Conclave des ombres prend place immédiatement après les événements du second tome. Il ne se passe donc pas 5 minutes que Kaspar est obligé de se défendre contre des nomades de Novindus qui souhaitent le mettre en esclavage. Bien qu'il se trouve dans un continent très éloigné de son ancien duché Kaspar n'a qu'un seul but: revenir chez lui et se venger de Talon. Mais, tout d'abord, il faut survivre. Et la survie sur Novindus est difficile. Ce continent souffre encore des affres de la guerre de la reine Émeraude et des nations commencent à peine à se reconstituer. Dans sa quête il rencontre des marchands de Krondor qui déplacent une étrange armure et qui pourraient l'aider à voyager avec moins de risque. Mais cette armure est maudite!

Je considères que ces trois tomes sont des préparations au prochain cycle. En effet, ce que ces tomes nous donnent ce sont des informations sur Leso Varen, grand méchant de l'histoire, et quelques personnages que nous rencontreront probablement à nouveau comme Talon, Kaspar, Magnus et Caleb. Mais, surtout, ce dernier tome nous donnent des indices importants sur la suite de l'histoire (que je suis en train de lire). Mis à part ces informations ce livre montre la transformation d'un homme. Kaspar comment dès le début à mettre en cause ses anciennes actions. Certains ont critiqué ce changement rapide. Mais je pense que l'explication de la manipulation par Leso Varen est assez convaincante. Kaspar apprend donc ce qu'est le mal et la folie et remet en question ses motivations. Il apprend à devenir plus humble et comment à vouloir se racheter. C'est la raison pour laquelle je suis certain qu'on va retrouver ce personnage dans les prochains tomes.

Image: Site officiel de Feist

11:26 Écrit par Hassan dans Fantasy, feist, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : feist, midkemia, conclave des ombres | | | |  Facebook

16/06/2012

Conclave of shadows: King of foxes (trahisons en séries)

Titre : Conclave of shadows: King of foxesukhc_kof_150.jpg
Auteur : Raymond E. Feist
Éditeur : Voyager 2005
Pages : 374

Talon avait un but lorsque nous l'avions quitté dans le tome précédent. Ce but est d'entrer au service du duc Kaspar pour récolter le plus d'informations possibles jusqu'à ce que Kaspar le trahisse. Tandis que Talon intrigue, au risque de sa propre vie, pour avoir une bonne raison d'entrer au service de son ennemi qu'il a juré de tuer quelque chose change. Au fur et à mesure que le temps passe Talon se demande si derrière le génocide de son peuple il n'y aurait pas une autre main que celle du duc. Le magicien Leso Varen serait-il plus impliqué qu'il ne le croit ? L'enquête s’avère difficile mais le conclave des ombres est convaincu que Varen sert des forces terribles et qu'il doit être arrêté. Il reste encore à savoir sir Talon survivra assez longtemps pour aider le conclave et tuer le duc.

Le dernier tome n'avait pas une véritable fin. Il devait continuer sur ce second tome. Celui-ci continue à suivre ce personnage que j'apprécie : Talon. Mais c'est pour mieux le voir changer puisque les épreuves qu'il subit le conduisent à modifier son point de vue. En effet, sa vengeance contre le duc s'est formée après la destruction de son peuple pour une simple recherche de pouvoir. Mais sa propre quête le mène à sacrifier des vies humaines aussi. Est-il si différent ? Le second personnage que nous apprenons, brièvement, à mieux connaître est Leso Varen. Ceux qui lisent Feist savent qu'il s'est trouvé impliqué dans plusieurs tomes de la série. Cependant, aucun d'entre eux ne montre à quel point ce personnage est fou. C'est l'un des bons points de ce tome de nous présenter sa démence. Mais l'histoire n'est pas terminée et je présenterai bientôt le tome 3.

Image : Site officiel de Feist

18:20 Écrit par Hassan dans Fantasy, feist, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : feist, midkemia, conclave of shadows | | | |  Facebook

09/06/2012

Conclave of shadows: Talon of the Silver Hawk (V pour Vendetta)

Titre : Conclave of shadows: Talon of the Silver Hawkukpb_totsh_150.jpg
Auteur : Raymond E. Feist
Éditeur : Voyager 2003
Pages : 390

Il y a très longtemps que je n'avais plus lu Feist. Pour ce retour dans le monde de Krondor je me suis mis à la version anglais de l'histoire. Mais, tout d'abord, un petit rappel. La dernière fois que j'avais parlé de Feist la Guerre des Serpents venait de prendre fin. Le Royaume des Isles avait fait face à des centaines de milliers de soldats et la couronne était plus instable que jamais. Dans le même temps, Pug renonçait à la noblesse et fondait le Conclave des Ombres déclarant la guerre contre le Sans Nom et ses agents. Nous nous trouvons trente ans plus tard. Les royaumes sont en paix mais des guerres secrètes sont menées entre les agents de Pug et ceux du dieu Sans Nom. Nous suivons les aventures de Talon of the Silver Hawk. Ce jeune homme venait tout juste de recevoir son nom quand il apprit que son peuple avait été massacré. Un génocide ne peut pas être impuni et Talon décide de se lancer dans une vendetta contre tous ceux qui ont participé à ces crimes. Il apprend que le Conclave et lui-même ont donc un ennemi commun en la personne du duc Kaspar d'Olasko. Il sera donc entraîné pour devenir l'un des hommes les plus dangereux du monde ce qui lui permettra de remplir deux missions : une pour la vengeance et l'autre pour le conclave.

J'étais en partie impatient de retourner dans le monde de Feist pour savoir ce qui se déroulait après les événements de la Guerre des Serpents. Je trouve d'ailleurs dommage que trente ans se passent sans que l'on sache beaucoup sur ceux-ci. J'ai aussi trouvé dommage de ne pas revoir certains des personnages qui m'avaient plu autrement que par des mentions. Ainsi, on entend parler des fils Jameson et de Roo Avery. Mais une grande partie des personnes que l'on connaît sont mortes et il est nécessaire pour Feist d'en inventer de nouvelles. Ainsi Pug a une nouvelle descendance avec Miranda. Contrairement aux livres précédents il ne se passe pas énormément de choses en ce qui concerne la politique ou la guerre. Ce livre montre surtout l'éducation d'un homme qui devient un outil du conclave, par extension du bien, contre les agents du Sans Nom. Nous suivons donc un jeune homme dans sa découverte du monde et de sa mission. Celle-ci, comme je l'ai déjà écrit, concerne la vengeance. Cependant, Midkemia s'enrichit encore de nouvelles informations que tous ceux qui apprécient ces livres aimeront avoir. Il me reste à savoir ce qu'il va advenir de Talon dans les tomes suivants.

Image : Site officiel de Feist

18:34 Écrit par Hassan dans Fantasy, feist, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : krondor, feist, conclave of shadow | | | |  Facebook

01/05/2012

Cachez ce travail que je ne saurais voir sous la direction de Marylène Lieber, Janine Dahinden et Ellen Hertz

Titre: Cachez ce travail que je ne saurais voir29401100653360L.gif
Directrices: Marylène Lieber, Janine Dahinden et Ellen Hertz
Éditeur : Antipodes 2010
Pages: 228

Puisque je suis dans les colloques et que le genre est encore un concept scientifique légitime quel que soit l'avis de certains je vais vous parler, aujourd'hui, d'un ouvrage publié suite à une rencontre à Neuchâtel sur la prostitution. Cette rencontre s'est déroulée en 2008 suite à deux travaux de mémoires portant sur une étude de la prostitution en Suisse. L'ouvrage regroupe neuf contributions qui touchent plusieurs domaines lié au travail du sexe.

Mais quelle est la contribution principale de l'ouvrage? Outre l'utilisation de la méthode ethnographique par les auteurs, ce qui permet d'entrer durablement dans la compagnie des acteurs que l'on souhaite étudier, il offre une nouvelle définition du travail. En effet, les auteurs et les directrices sont unanimes à dénoncer les manquements de la littérature scientifique sur la prostitution. Soit les travaux portent sur la déviance de la prostitution et les liens avec la criminalité organisée les femmes y étant de simples victimes sans visages soit ces mêmes travaux portent des jugements moraux rapides en déniant, par exemple, toutes capacités de réflexions et de compétences aux prostitué-e-s. L'ennui principal est que les politiciens et journalistes reprennent ces points. Ainsi, les femmes - car les hommes existent mais sont invisibles pour les médias - prostituées sont des victimes de crimes esclavagistes sans aucunes capacités de travail ni de compétences qu'il faut aider. C'est mettre de coté le caractère de travail qu'implique la prostitution ainsi que les capacités d'actions des femmes concernées sans oublier l'existence des hommes prostitués. Les différentes enquêtes ethnographiques de ce recueil permettent donc d'entrer dans les compétences des métiers du sexe. Les auteurs montrent que la prostitution n'est pas une simple passivité de la femme qui attend l'homme. Au contraire, se prostituer implique de connaître la législation, les bons coins mais aussi des compétences sexuelles physiques difficiles à apprendre. Outre ces compétences sexuelles la prostitution peut aussi impliquer des compétences de relationnel. Ainsi, l'enquête d'Alice Sala montre avec précision que le travail de prostitution implique la mise en place de relations téléphoniques importantes à travers lesquels l'enquêtée doit réussir à reconnaître les clients prêts à venir mais aussi entretenir le lien avec des clients habituels.

En conclusion, ce livre passionnant sur la prostitution m'a offert un regard neuf et différent sur ce travail. Loin du simplisme que j'appliquais auparavant par manques d'informations ce livre m'a permis de mettre en question un grand nombre de discours médiatiques et politiques. Le travail sexuel est un champ d'étude vaste souvent trop simplifié et moralisé. Il serait nécessaire de l'étudier d'une manière plus neutre pour montrer comment on fait ces métiers et quels sont les compétences impliquées. Plutôt que de victimiser simplement les prostituées il serait plus fécond d'observer comment on entre dans ces métiers. À plusieurs reprises j'ai eu l'impression que les auteurs considéraient que la capacité de contrôler son environnement de travail ainsi que les horaires pouvait être explicatif. Bien que je n'aie jamais été un abolitionniste je suis maintenant convaincu que la simple pénalisation de la prostitution ne peut que mettre en danger ces femmes et hommes. Il serait sûrement plus utile d'organiser une légitimation de ce type de travail en donnant accès aux assurances sociales. Bien entendu, je ne parle pas ici que du cas de la Suisse.

Image: Éditeur

05/03/2012

Triangle rose. La persécution nazie des homosexuels et sa mémoire par Régis Schlagdenhauffen

Titre: Triangle rose. La persécution nazie des homosexuels et sa mémoire2-7467-1485-4.jpg
Auteur: Régis Schlagdenhauffen
Éditeur: Autrement 2011
Pages: 308

J'ai déjà mentionné la persécution des homosexuels par les nazis sur ce blog. J'avais, par exemple, lu le livre du plus célèbre déporté gay de France: Pierre Seel. Bien que ce témoignage soit très impressionnant ce n'est pas un travail scientifique. C'est pourquoi je me suis jeté sur ce livre dès que j'ai vu la couverture. Une petite précision tout de même, l'auteur n'examine pas vraiment la déportation mais plutôt la construction d'une mémoire commune à un groupe. Heureusement, Schlagdenhauffen nous donne rapidement des informations de base sur la culture homosexuelle berlinoise et la manière dont les gays furent traités par les nazis. Après nous avoir démontré la richesse de cette culture qui, à Berlin, était très en vue alors que la France ne connaissait pratiquement aucun groupement l'auteur nous montre comment les nazis ont pu déporter les homosexuels. Pour cela ils se basent sur une loi qui existait déjà: le paragraphe 175. Celui-ci sera aggravé et sa version nazie sera gardé en l'état après la chute du troisième reich ce qui a permis de poursuivre les gays sortant des camps de concentration. Mais attention, bien qu'il existait une volonté de déporter et de rééduquer les gays ceux-ci n'apparaissent pas forcément sous ce terme dans les archives. En effet, la préférence sexuelle dites contre-nature était surtout un facteur aggravant mais les homosexuels étaient souvent considéré comme des criminels. Ce qui a posé des problèmes par la suite. Les lesbiennes, par contre, n'étaient pas systématiquement attaquées par les nazis. Mais cela ne veut pas dire qu'elles sont inexistantes et un travail reste à faire pour clore le débat.

Cependant, le véritable propos du livre concerne la question de la mémoire. Pour cela l'auteur compare trois pays: l'Allemagne, les Pays-Bas et la France. Ces trois pays nous permettent de comprendre comment le contexte national joue sur la manière de commémorer et de construire la mémoire d'un groupe. D'un groupe de victime les homosexuels se constituent progressivement en héritier d'une mémoire de martyrs de la cause des gays et lesbiennes qu'ils souhaitent commémorer. Face à cette volonté plusieurs acteurs collectifs tentent de les arrêter. Tout d'abord l'état qui considère l'homosexualité comme une déviance, pouvant entraîner la prison en Allemagne, durant encore de longues années. Mais aussi les autres groupes de victimes qui n'acceptent pas forcément l'existence des gays en camps de concentrations ou qui considèrent que l'identité gay est une insulte. La France se trouve dans ce cas puisque, pour les déportés politiques français, les seuls homosexuels des camps sont les allemands. Cependant, les homosexuels réussissent à imposer leur vue et l'auteur étudie la manière dont la mémoire commence à s'incarner dans la pierre. A Berlin un mémorial qui exclut les lesbiennes est construit face au mémorial de la Shoah, Paris accepte, finalement, une plaque de commémoration tandis qu'Amsterdam construit un gigantesque monument qui devient une fierté nationale et un lieu de revendication du droit à la différence.

J'ai beaucoup apprécié ce livre qui permet de comprendre comment un groupe de victime a transformé une histoire honteuse en fierté incarnant l'identité du groupe. De ce point de vue la comparaison de trois pays est très éclairante et permet de voir comment le contexte national modifie les possibilités de militantisme des groupes sociaux. Cependant, je trouve dommage que nous n'ayons pas des informations plus nombreuses sur la période du troisième Reich et des années précédentes. Ce n'est pas le but du livre mais je trouve que l'auteur s'appuie un peu trop sur une autre auteure et passe très rapidement sur la plupart des sujets. Un second point problématique concerne les lesbiennes. Bien entendu, l'auteur examine en partie leur histoire et les liens avec les homosexuels. Cependant, elles apparaissent surtout au second plan quand elles ne sont tout simplement pas examinées. Je sais qu'il est difficile de faire l'histoire des lesbiennes qui souffrent d'une double invisibilité dans l'histoire. C'est pourquoi il serait intéressant, voir nécessaire, d'avoir une recherche de la même ampleur sur elles.

Image: Éditeur

20/02/2012

Honoured Ennemy par Raymond E Feist et William Fortchen (les ennemis de mes ennemis sont mes amis)

Titre: Honoured Ennemy
Auteurs: Raymond E Feist et William Fortchen
Éditeur: Voyager 2001
Pages: 323

Je termine ces trois livres intitulé Légendes de la Guerre de la Faille avec celui qui a été publié en premier. Mais ça ne veut pas dire que nous nous trouvons dans une période précoce de la guerre. Au contraire, les fronts sont constitués et les soldats sont déjà des vétérans. Nous suivons une unité dont la mission est d'infiltrer l'arrière des lignes ennemies pour les attaquer furtivement. Après une rude campagne leur commandant, Dennis Hartraft, souhaite retourner en garnison pour prendre un peu de repos pour lui et ses hommes. Malheureusement c'est le moment exact que choisit le destin pour initier deux catastrophes. Tout d'abord, l'unité est attaquée par des Tsuranis alors que Hartraft tentait de mettre en place un guet-apens. Ensuite, la garnison a été attaquée par les Moredelhs massacrant les défenseurs et les premiers attaquants Tsuranis et tentent maintenant de mettre en place un piège. Et comme les coïncidences ont tendances à se suivre c'est aussi le moment exact qui a été choisis par les commandants Tsuranis pour envoyer une unité en renfort dans l'attaque de cette même garnison. Faisant face à un ennemi que les deux troupes craignent ils n'ont d'autres choix, pour survivre, que de décider d'une trêve. Il reste à savoir si celle-ci explosera face aux haines et incompréhensions mutuelles ou si les soldats du Royaume et les Tsuranis vont, peu à peu, accepter leur valeur mutuelle?

Encore une fois, nous ne nous trouvons ni avec les grands nobles ni au centre des événements. Au contraire, nous suivons deux petits nobles dont les unités ne sont que des pions sur l'immense échiquier de la guerre. Ce qui nous permet de connaître un peu mieux les différences entre les deux peuples. Malheureusement pour ce livre Wurst et Feist l'ont déjà fait beaucoup plus brillamment dans le cadre de la trilogie de l'Empire. Mais ce point n'est pas le véritable but de ce tome. Celui-ci nous montre deux ennemis qui se haïssent et qui essaient de se comprendre et, petit à petit, à s'accepter. Le livre est donc une sorte de processus durant lequel on observe un respect grandir entre les deux peuples. Plus important encore, il permet de montrer la guérison d'un homme habité et consumé par la vengeance. L'intrigue, en elle-même, n'est qu'une toile de fond. Et si on apprécie l'histoire qui déploie des rivalités entre deux frères et qui ajoute quelques anecdotes au monde de Midkemia les événements sont largement attendus. Il est clair dès la mise en place de la trêve qu'une trahison prendra place ce qui m'a surpris c'est que je n'avais vu venir que l'une d'entre elle alors que la seconde ne m'est apparue que 20 pages avant. Je trouve par contre dommage que certains personnages intéressants aient été laissé dans l'ombre alors que l'on aurait pu leur offrir un développement plus glorieux. Pour la troisième fois, ce n'est pas vraiment un tome essentiel pour le cycle de Midkemia mais il est tout de même assez plaisant à lire.

Image: Éditeur

011995-FC222.jpg

11:46 Écrit par Hassan dans Fantasy, feist, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : feist, midkemia | | | |  Facebook

13/02/2012

Murder in Lamut par Raymond E Feist et Joel Rosenberg (surtout ne soyons pas impliqué!)

Titre: Murder in Lamut9780060792855.jpg
Auteurs: Raymond E Feist et Joel Rosenberg
Éditeur: Harper Collins 2002
Pages: 324

Après s'être intéressé aux aventures de Jimmy (probablement l'un de mes personnages préférés) on va passer dans une toute autre histoire sans aucuns liens avec celle de Jimmy. Après tout, le but de cette série de légende de la guerre de la faille est bien de nous faire découvrir la guerre par les yeux d'autres individus que ceux que nous connaissons. Nous nous rendons donc à Lamut qui se trouve entre l'ouest et l'est du Royaume des Isles. Un certain nombre de soldats s'y trouvent mais nous avons surtout nos trois héros. Ceux-ci sont des mercenaires qui ne s'impliquent ni dans la guerre ni dans la politique locale. Leur seul but est d'être payé et de survivre. Après avoir combattu en première ligne les trois compagnons décident qu'il est peut-être temps de quitter le service de Lamut pour aller ailleurs si possible au sud. Malheureusement pour eux, le maître d'arme pense qu'un baron local est en danger. Plutôt que de demander l'aide de soldats réguliers il préfère requérir le service de nos trois mercenaires. Mais une mission qui s'annonçait facile prend rapidement un tout autre tour. En effet, les mercenaires se rendent compte qu'ils commencent à être un peu trop impliqué dans la politique locale pour garder un esprit tranquille.

Lire ce tome en ce moment n'était peut-être pas une bonne idée. La majeure partie de l'intrigue se déroule en pleine tempête d'hiver avec des températures proches de l'été pour les habitants de la Brévine. Il faut le dire tout de suite, ce tome n'est vraiment pas le meilleur de la série. Mais ça ne l'empêche pas d'être légèrement plus intéressant que celui concernant Jimmy. En effet, bien que l'intrigue affichée dans le résumé prenne près de 300 pages avant de véritablement commencer, ce livre nous fait entrer dans l'histoire des simples soldats alors que Feist nous donne surtout les aventures des nobles. Alors que le premier livre du cycle de Krondor donne une impression d'harmonie à l'intérieur de l'Ouest ce tome nous permet de voir que les barons et autres nobles locaux sont tout autant déchiré que Borric et Du-Bas-Tyra. Mais nous avons aussi une petite idée des aventures des simples soldats qui se trouvent concrètement en première ligne. Nous en savons plus, du moins en ce qui concerne Lamut, sur leurs missions et leur vie de tous les jours. C'est donc un livre modérément intéressant mais qui n'apporte pas grand-chose au cycle de Krondor au final.

Image (très moche): Éditeur

11:46 Écrit par Hassan dans Fantasy, feist, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : feist, midkemia, krondor | | | |  Facebook

05/02/2012

Jimmy the Hand par Raymond E Feist et Steve Stirling (des petites mains balladeuses)

Titre: Jimmy the Hand9780060792947.jpg
Auteurs: Raymond E Feist et Steve Stirling
Éditeur: Harper Collins 2003
Pages: 368

Il y a très longtemps que je n'ai pas lu ni parlé d'un livre de Feist sur ce blog. Pour le retour du monde de Krondor j'ai décidé de lire, en anglais, les aventures qui se déroulent durant la première guerre de la faille. Et comme j'aime bien ce personnage j'ai décidé de commencer par les aventures de Jimmy. Celui-ci est un orphelin que nous rencontrons brièvement dans le premier livre. Outre l'aide qu'il apporte à Arutha et à la princesse de Krondor il est aussi un voleur talentueux. Mais nous ne savons pas du tout ce qui est arrivé à Jimmy durant la Guerre. Nous ne savons pas non plus comment Krondor a subi le contre coup de l'évasion des deux nobles que je viens de citer. J'étais donc plutôt favorable à un livre qui nous permet d'en savoir plus.

Nous retrouvons Jimmy juste après l'évasion de Krondor par le futur prince et la princesse actuelle de la ville. Le jeune garçon et les moqueurs sont en train de se battre contre la police secrète de Bas Tyra et ses gardes. Mais ce n'est que la première bataille. En effet, l'évasion de la princesse conduit l'administrateur nommé par Bas Tyra à augmenter la pression répressive contre les mendiants, les prostituées et les voleurs. Il ne faut pas plus d'une journée pour que des dizaines de personnes soient menacées du fouet ou de la corde. Jimmy n'accepte pas cet état de fait et décide de préparer une action héroïque. Mais, suite à celle-ci, le chef des moqueurs décide d'exiler Jimmy. Accompagné de l'une de ses amies il part à Lands End. Il découvre une petite ville qui ne peut pas survivre longtemps à un voleur de sa trempe mais, surtout, il découvre que des actes maléfiques sont en train d'être mis en branle dans l'ombre.

J'apprécie les histoires qui se déroulent à Krondor car on découvre un monde que l'on peut facilement remplir avec notre imagination. Les idées de Feist sont intéressantes et plaisantes à lire. Malheureusement, il arrive aussi que ses livres ne soient pas particulièrement bien écrits ni particulièrement intéressants. C'est le cas de celui-ci. En effet, l'intrigue est tout simplement transparente. Il ne m'a pas fallu 20 pages après l'arrivée de Jimmy à Lands End pour comprendre ce qui allait se dérouler. Et si le livre est intéressant dans la symétrie de son intrigue (un homme qui a tué l'amant de sa femme se trouve confronté par le fils de sa femme) il souffre de grandes lourdeurs. Par exemple, les flashbacks ne sont pas toujours bien utilisé et m'ont souvent ennuyé. Il est dommage que Jimmy soit le héros d'un livre qui souffre de ces imperfections car c'est probablement l'un des personnages que je préfère dans ce monde. En bref, ce roman est dispensable.

Image: Éditeur

18:30 Écrit par Hassan dans Fantasy, feist, Livre | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |  Facebook

22/01/2012

le Panoptique par Jeremy Bentham: Une vision d'horreur

Titre: le Panoptique9782842056872-G.jpg
Auteurs: Jeremy Bentham
Éditeur: Belfond 1977
Pages: 221

Je souhaitais lire cet ouvrage depuis longtemps. En effet, je suis tombé sur le concept de panoptique a plusieurs reprise mais je n'ai jamais lu le livre qui a décrit en premier ce qui était un modèle d'architecture et qui est devenu un modèle de société. C'est donc avec un grand intérêt que je me suis attelé à cette lecture. Mais tout d'abord il serait bon de décrire, exactement, ce qu'est cet ouvrage. Le Panoptique a été écrit par Jeremy Bentham en 1786. Il est composé de trois parties. La première est une série de lettres fictives écrites depuis la Russie. La seconde et la troisième sont des postfaces qui réexaminent ou qui précisent certains points. La première version française a été commandé par l'Assemblée Nationale en 1791. Elle est plus un résumé qu'une traduction de l'ouvrage original. Le livre que j'ai consulté contient cette version française suivie de la première partie du Panoptique traduite pour la première fois. On peut les lire en parallèle puisque les textes ne sont pas semblables. Ce livre est aussi précédé d'un entretien particulièrement intéressant avec Michel Foucault qui nous permet de mieux comprendre le texte de Bentham et ses conséquences sociales. Il est aussi suivi d'une postface de Michelle Perrot qui nous offre une remise en perspective historique de la vie de Bentham ainsi que de la vie de l'idée de panoptique.

Jeremy Bentham voulait, en premier lieu, offrir un mode architectural permettant de construire une prison parfaite. Pour éviter les problèmes des prisons classiques (immoralité, maladies, oisivetés, écoles du crime) Bentham proposait plusieurs mesures. Celles-ci découlent toutes de son principe architectural. En effet, l'idée de Bentham est de construire une prison circulaire avec des cellules transparentes. Un second cercle intérieur trouverait, en son centre, une tour dans laquelle logerait l'administrateur de la prison. Celui-ci, depuis ses appartements, serait capable de surveiller tous les détenus. Une telle capacité de surveillance due à la transparence des actes ne pouvait, selon Bentham et j'incline à être d'accord, qu'empêcher l'idée même d'accomplir des délits à l'intérieur de la prison. Mais l'architecture ne suffit pas et Bentham a d'autres idées sur les prisons. Par exemple, il considère que les prisonniers ne doivent manger que très frugalement des aliments peu ragoûtant pour éviter d'être mieux traités que les plus pauvres. Il pense, surtout et c'est cohérent avec son libéralisme, que les prisons doivent être administrée par des privés qui auraient le droit d'utiliser la force de travail des prisonniers - d'ailleurs le travail est un moyen de redressement moral pour Bentham et d'autres - pour faire du profit. Son idée est que les privés, ayant un intérêt dans l'administration, seront plus compétent que le pouvoir public.

Mais que penser exactement de ce programme? Personnellement il m'effraie. Il suffit d'imaginer les conséquences d'un tel modèle que, d'ailleurs, Bentham voulait généraliser à d'autres institutions que la prison. En effet, le caractère principal du panoptique est de créer un ordre basé sur la transparence des individus face au pouvoir. Cette transparence implique, selon les propres mots de Bentham, que les individus n'oseraient même pas penser à commettre des actes illégaux et/ou immoraux. Autrement dit, l'intégration d'une surveillance constante et d'une vie éternellement soumise à la vision supérieure de l'autorité mènerait l'humanité à ne plus pouvoir mettre en cause l'ordre établi. Nous sommes donc dans un monde tyrannique dans lequel personne n'oserait remettre en cause les inégalités ou les illogismes de la loi. Nous serions devant l'une des plus puissantes tyrannies: celle de la transparence totale de l'individu que nous pouvons lire dans ce magnifique livre qu'est 1984 écrit par Orwell.

Mais vous pourriez me demander la raison pour laquelle on fait tant de cas de ce livre? Il se trouve que le concept de panoptique est particulièrement bien adapté pour comprendre une partie du fonctionnement de notre société. En effet, nous nous trouvons dans une société qui met de plus en plus en exergue la nécessité de surveillance. Celle-ci est justifiée par le besoin de sécurité des citoyens. Depuis quelques années, mais le processus est plus profond historiquement parlant, des lois et des technologies ont été développées pour sécuriser les citoyens. Mais celles-ci impliquent une transparence de plus en plus importantes des individus face à l'autorité. Dans le même temps, nous avons connu un développement tout aussi important sur Internet. En effet, quand on écoute les discours des possesseurs de Facebook, Google ou d'autres grandes entreprises on se rend compte que ces personnes ne croient pas en la vie privée. Pour eux, l'individu qui décide d'entrer sur Internet doit être identifiable, identifié et suivi. Nous ne nous trouvons pas dans une prison. Mais il est indéniable que le concept de panoptique permet de mieux comprendre et de décrire la société dans laquelle nous nous enfonçons. Une société dans laquelle il devient de plus en plus difficile d'avoir droit à une vie privée face à l'état et aux entreprises. Mais il faut nous souvenir de ce que Bentham disait: la transparence des individus implique l'incapacité de mettre en cause les lois ou d'agir contre elles. La question que je pose est donc la suivante: la démocratie peut-elle survivre quand ses citoyens ne peuvent plus contester l'ordre établi?

Image: Édition Mille et une nuit de 2002

09/01/2012

La guerre sociale par André Léo

Titre: La guerre socialecrbst_guerresociale.jpg
Auteurs: André Léo
Éditeur: passager clandestin
Pages: 75
J'ai récemment terminé de lire ce petit livre. C'est un discours prononcé par André Léo en 1871 au Congrès de la Paix à Lausanne. Cette femme, qui a pris les noms de ses fils dans son pseudonyme, y parle de la guerre sociale. Mais quelle est cette guerre? Selon André Léo c'est le processus par lequel les personnes au pouvoir tente d'empêcher le peuple de gagner sa liberté. Pour montrer ce processus elle prend l'exemple de la Commune de Paris. En effet, elle fut l'une des leaders de cette révolution. Elle s'occupait, avec d'autres, du problème de l'éducation. Mais comment les dirigeants ont-ils traité la Commune? Selon André Léo la fin de la révolution est passée par deux processus. Le premier c'est la calomnie. En effet, avant même la répression, les citoyens de Paris étaient accusés de pillage, d'incendie et de meurtres. André Loé répond par la négative à ses accusations. Le second processus c'est l'utilisation des armes et d'une pseudo justice. Les anciens communards furent exécutés par les militaires les uns après les autres à l'aide de mitraillette et les différents témoins parlent tous de rivières de sang. Les militaires, selon André Léo, ont volé tous les exécutés et pillé Paris alors que des milliers de prisonniers sont en attente de déportation ou de jugement voir de leur mort.

Dans deux autres parties de ce livre on a une présentation de la vie D'André Léo par Michelle Perrot et un article plus récent mis en parallèle avec les thèses d'André Léo. Ce qui nous permet de nous rendre compte que la guerre sociale continue sous le visage du néo-libéralisme et des arguments sécuritaires. L'auteur de l'article appelle les citoyens à se souvenirs des véritables causes de leur insécurité plutôt que d'écouter les arguments de la répression pure et simple. J'ai apprécié lire ce petit livre pour plusieurs raisons. Tout d'abord parce qu'il permet de lire une femme d'exception. La présentation de Michelle Perrot en est la preuve. Mais aussi parce qu'il permet d'écouter une femme communarde. Il est encore rare de savoir que les femmes ont fait de la politique avant d'avoir le droit d’être élu et André Loé est l'une d'entre elles. Mais ce livre permet aussi de critiquer un discours sécuritaire de plus en plus dominant. Un discours qui oublie que la répression sans la prévention ne sert à rien et qui est utilisé pour mettre en place des lois et des processus dangereux pour la démocratie. C'est donc un texte qui permet de résister à un certains discours dominant.

Image: Éditeur

06/01/2012

Le Rubis des Templiers / El Anillo par Jorge Molist (oh tient une bague)

Titre: Le Rubis des Templiers / El Anillo9782352870807-G.jpg
Auteurs: Jorge Molist
Éditeur: Archipel 2006 (Martinez Roca 2004 édition originale)
Pages: 473

Nous sommes à New-York, Cristina reçoit deux cadeaux le même jour. L'un est la bague de fiançailles offerte par son fiancé. L'autre est une bague de rubis offerte par son oncle espagnol. Alors qu'elle se pose des questions sur les raisons qui ont pu le pousser à lui offrir cette bague en héritage la jeune femme reçoit une nouvelle surprise: elle est conviée à l'ouverture du second testament de son oncle! Elle décide de répondre à ses nombreuses questions en prenant des vacances improvisées à Barcelone dans l'espoir caché de retrouver son amour d'enfance. Mais, lorsque le testament est ouvert, une troisième surprise la prend au dépourvu. Son oncle convie trois de ses héritiers à une chasse au trésor. Mais pas n'importe quel trésor! Le fameux et mythique or perdu des Templiers! Qui pourrait résister à de telles richesses? Pas Cristina en tout cas qui décide de se lancer dans l'aventure. Mais entre les sociétés secrètes et les marchands d'arts peu scrupuleux l'adversité sera rude pour les chasseurs de trésor.

Les Templiers j'aime bien. Principalement parce que je suis fasciné par le Moyen Âge et je trouve l'idée de créer des ordres de moines combattants tellement contradictoire que ça doit forcément cacher quelque chose d'intéressant. Malheureusement, les Templiers sont souvent utilisés, que ce soit dans la littérature, les films ou les téléfilms du samedi après-midi, pour cacher une histoire qui n'a aucun sens sauf celui de faire de l'argent en utilisant un petit truc qui fait vendre. C'est pourquoi j'ai tendance à approcher les œuvres qui ont "Templiers" dans le titre avec une grande circonspection. Et je pense que la circonspection est très utile quand on décide de se lancer dans ce livre. En effet, malheureusement je ne l'ai de loin pas trouvé intéressant. Je pense que la chasse au trésor cache mal une histoire mièvre dont les principales conclusions sont visibles dans les 20 premières pages du livre. Ainsi, c'est sans surprise que le sort des fiançailles de Cristina s'est développé devant mes yeux. Il faut dire qu'il était difficile de faire moins discret. De plus, la chasse elle-même a une conclusion évidente quand elle n'avance pas lorsque Cristina est perdue dans ses ennuis amoureux. Les principaux personnages sont particulièrement transparents ainsi que leurs choix et on ne peut qu'imaginer que les héros sont particulièrement bêtes pour ne pas voir ou sont les sociétés secrètes! Je passe rapidement sur les quelques dialogues parlant de l'origine génétique de l'homosexualité ou encore lorsque les personnages considèrent qu'un viol réussi sur un homme n'en est pas un (bah oui si il ne veut pas il ne pourra pas se faire violer...). Bref, un livre que je considérerais comme plutôt mauvais et qui colle parfaitement à l'étiquette de roman de gare.

Image: Éditeur

15:32 Écrit par Hassan dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : templier | | | |  Facebook

29/12/2011

Queer Zones: Politique des identités sexuelles et des savoirs par Marie-Hélène Bourcier (déconstruire les catégories)

Titre: Queer Zones: Politique des identités sexuelles et des savoirsarton29.jpg
Auteurs: Marie-Hélène Bourcier
Éditeur: Amsterdam 2011
Pages: 263

Le queer m'interpelle de plus en plus depuis quelques mois. Cette posture revendicatrice qui vise à dépasser le féminisme (si j'ai bien compris ce qu'est le queer) ne peut que m'intéresser. En effet, les théories queer semblent permettre de briser les catégories sexuelles et sexuées tout en n'oubliant pas de prendre en compte le corps et sa possible revendication (le corps passerait donc de témoin de la domination a revendiqué). C'est pourquoi j'avais noté, avec intérêt, ce livre en vue de le consulter. Mais il faut bien avouer que je ne m'attendais pas au livre que j'ai tenu entre les mains. Celui-ci m'a surpris non seulement par la posture théorique que l'on y trouve mais aussi par les objets analysés qui peuvent aller du porno au SM en passant par la place du queer à l'université. Ce sont donc des thèmes très différents et/ou que l'on n'a pas l'habitude de voir analysés qui se trouvent dans ce livre. Tous ces thèmes sont reliés par la posture queer de l'auteure qui lui permet de dépasser une certaine condamnation morale ou une posture naturalisante des genres.

Je dois avouer une seconde chose: je n'ai rien compris et je ne sais pas comment parler de ce livre. Ce n'est pas que le propos de Marie-Hélène Bourcier soit inintéressant. Au contraire j'ai trouvé que les thèmes et les arguments de l'auteure sont très stimulant intellectuellement. Malheureusement je n'ai pas réussi à comprendre ce qu'est, exactement, la posture queer et à quel point le queer est une théorie ou une revendication? La lecture m'a donné l'impression que le queer était surtout un retour des revendications face à un féminisme institutionnel et universitaire pensé comme figé. Cette posture serait donc un moyen de retrouver un militantisme radical via une posture tout aussi radicale. Mais il me semble aussi que c'est un moyen de faire entrer les catégories les plus invisibles et invisibilisées de la population. Ces catégories sont celles des lesbiennes encore largement inconnue face aux gays mais aussi des transsexuels. Ces derniers sont particulièrement déstabilisateurs vis-à-vis des catégories de genre puisqu'ils brisent le lien entre corps et genre naturel en changeant de sexe chirurgicalement ou symboliquement (dans le sens de cacher un corps pour montrer une identité). En conclusion je peux affirmer que le queer est très stimulant mais je dois aussi avoir mon incompréhension face à ce terme et ses postures. Une incompréhension que je ne pourrais annuler que par la lecture d'autres textes peut être plus abordables? En l'état je ne peux que m'accuser d'une présentation qui ne rend sûrement pas justice à ce livre.

Image: Éditeur

15:49 Écrit par Hassan dans contemporain, féminisme/gender/queer, Livre | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : queer | | | |  Facebook

30/11/2011

Borrowed Time de Naomi A. Alderman (un taux d'intérêt mortellement bas)

Titre: Borrowed Time250px-Borrowed_Time.jpg
Auteurs: Naomi A. Alderman
Éditeur: BBC 2011
Pages: 255

Après avoir pris le temps d'écrire une note sur un film centré sur le temps je me suis dit qu'il était de parler d'un média avec lequel le rapport au temps est très différent mais dont l'intrigue n'est pas loin d'être proche de la problématique du temps. Après cette diatribe qui ne m'a pas coûté trop de temps je vais peut-être éviter de vous faire perdre encore plus de votre temps par de vaines paroles et résumer ce nouveau Doctor Who book. Le temps est partout et pas seulement dans ces quelques lignes. Il s'écoule inexorablement en avant et il semble que nous en manquions toujours au mauvais moment que ce soit pour le travail ou notre vie privée. Mais que feriez-vous si vous pourriez en emprunter? Alors que le Docteur voulait emmener Amy et Rory observer la plus grande faillite bancaire de l'histoire humaine ils sont pris dans un tout autre type de marché. En effet, les employé de la Lexington Bank travaillent trop et trop vite et semblent pouvoir se trouver en plusieurs endroits en même temps. Des personnes à l'allure de banquier, donc à tête de requins, marchent dans les couloirs de la banque sans que l'on puisse dire d’où ils viennent de comment ils font pour repartir. La banque est au centre d'un marché du temps. On vous en offre contre un taux d'intérêt préférentiel. Mais quand on signe un contrat il vaut mieux lire les petits caractères sinon notre vie peut très bien en être bouleversée.

Ce livre est une bonne surprise. En dessous de la surface de l'intrigue nous avons une peinture du système des prêts. Bien entendu, l'intrigue joue avec les paradoxes des voyages dans le temps. Les personnes sont toujours prêtes, ne savent plus trop quel jour il est et peuvent se croiser et se trouver au même endroit à deux moments différents. Le temps n'est pas que manipulé il se répare puisqu'un acte peut tout changer. Par contre, Amy y est un peu bête puisqu'elle se jette dans le piège sans même se mettre à réfléchir un minimum. Mais, comme je l'ai dit, ce que l'on a c'est surtout une accusation face au système des prêts. En effet, le Docteur nous explique comment fonctionnement les intérêts cumulés qui implique que non seulement on paie des intérêts sur nos emprunts mais aussi des intérêts sur les intérêts. Autrement dit, le Docteur nous explique comment fonctionne la dette du tiers-monde. Mais l'auteure nous montre aussi des traders avides d'argent, à tel point qu'ils oublient toutes prudences et s'empressent d'acheter ce qui semble rapporter sans regarder ce que ce qu'ils ont obtenus vaut vraiment. Il faut faire un énorme effort pour ne pas y voir la crise des subprimes! De plus, l'auteure nous montre ce que le travail peut faire aux individus. On se trouve face à des personnes stressées et constamment sur la brèche pour gagner un peu plus de prestige en vue de monter dans la hiérarchie. A tel point que leur vie privée et inexistante et que certains meurent au travail! Et puis ce livre reste un Doctor Who avec ses situations absurdes et les références à la série. Je ne peux que féliciter Naomi Alderman pour sa réussite!

Image: Tardis Index Base

27/11/2011

"vive la Commune!" de Louise Michel, "la Commune est proclamée" de Jules Vallès et "La guerre civile en France" de Karl Marx trois discours pour une révolution

Titre: "vive la Commune!", "la Commune est proclamée" et "La guerre civile en France"9782757822012.jpg
Auteurs: Louise Michel, Jules Vallès et Karl Marx
Éditeur: Points 2011
Pages: 62

La Commune est un événement révolutionnaire de l'année 1871. Alors que le Second Empire était en train de disparaître face à la Troisième République et que Paris était assiégée les citoyens de la Capitale agissaient seuls. Mais lorsque l'armée régulière tente de désarmer, en cachette, les citoyens parisiens ces derniers se soulèvent suivi, immédiatement, par les recrues qui étaient censées tirer dans la foule. La matinée a à peine montré le bout de son nez que la Commune était née! Ces trois discours ont donc cet événement particulier comme cadre. Le premier se déroule après la Commune. Il nous montre une partie du procès de Louise Michel. Cette dernière est une enseignante révolutionnaire qui aurait non seulement combattu dans un habit d'homme (un crime à l'époque) mais aussi demandé la mort des otages. Elle finira exilée au bagne. Mais son procès nous permet surtout de voir une femme possédant un fort caractère qui garde intact ses convictions appelant même le juge à la tuer! Le second discours est celui d'un journaliste, Jules Vallès, il devient un élu dans le cadre de la Commune mais il est aussi connu pour ses convictions révolutionnaires et sa défense farouche de la liberté d'expression. Enfin, nous avons le discours de Karl Marx. Il a été écrit très rapidement pour les travailleurs de Paris. Mais il s'est surtout transformée en une défense de la Commune qui venait d'être réprimée dans le sang. Il semblerait surtout que ce texte, en expliquant pourquoi la Commune a échoué, soit important pour comprendre la "nécessité" de la dictature du prolétariat. En effet, les communards n'ont pas organisé la classe ouvrière ni tenté de prendre le pouvoir sur la République. Ils se sont "contenté" de construire une démocratie que l'anarchisme ne renierait pas forcément.

Il est tout de même assez difficile de présenter un livre constitué de trois textes très différents. On passe d'un procès à un pamphlet tout en lisant un article de journal. Ces textes permettent surtout de comprendre les pensées de trois acteurs de cette révolution. Des personnes qui condamnent le fonctionnement de classe de la société et qui essaient de construire, intellectuellement ou non, une alternative. La Commune a échoué. Mais son histoire est-elle, pour autant, une simple annexe dans les livres? Au contraire, bien que je n'en sache que peu sur elle je sais qu'elle a été le lieu de nombreuses innovations. Par exemple, l'égalité des salaires entre les sexes y a été proclamée. Bien que les femmes n'avaient pas le droit de vote elles ont eu une forte influence sur l'activité politique de la Commune. De plus, de nombreuses lois de protections des travailleurs ont été proclamées avant même que l'idée ait germé dans la troisième république. Bref, c'est une histoire intense, riche et pleine d'enseignement!

Image: Éditeur

11:47 Écrit par Hassan dans Histoire, Livre, moderne | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : commune, paris | | | |  Facebook

25/11/2011

Paradox Lost par George Mann (et si il existait des monstres avec les même propriétés que les télévisions?)

Titre: Paradox Lost250px-Paradox_Lost.jpg
Auteur: George Mann
Éditeur: BBC 2011
Pages: 239

Le TARDIS, comme d'habitude, ne fait pas ce que le Docteur lui demande de faire. En effet, plutôt que d'aller visiter une jolie petite nébuleuse le TARDIS emmène ses passagers à Londres au 28ème siècle en empruntant des raccourcis (oui, même une machine à voyager dans le temps peut prendre des raccourcis!). Les trois amis arrivent juste à temps pour observer des archéologues en train de remonter un androïde de la Tamise. Mais cet androïde n'est pas logique. La technologie vient d'être inventée mais il semble avoir été sous l'eau pendant des siècles! Le mystère s'épaissit quand le robot nomme le Docteur et lui conseille de retourner en 1910. Il semble que des créatures se répandent dans Londres en ingérant l'esprit des humains. Malheureusement, ces créatures sont bien plus mortels que les télé-réalités. Bien que cela soit encore à prouver...

Si les programmes de certaines chaînes pouvaient prendre forme je suis certains qu'ils prendraient cette forme! Des monstres qui tuent en ingérant l'esprit des humains. Encore une fois, nous nous retrouvons dans une histoire remplie de paradoxes apparents. Comme le dernier roman le Docteur et ses compagnons voyagent dans le temps. Mais ils le font avant même d'avoir agi pour permettre leur voyage. J'ai l'impression que la série part de plus en plus dans ce type de paradoxes et de boucles temporelles auxquelles il vaut mieux ne pas réfléchir. Le personnage que j'ai vraiment apprécié dans ce tome est celui d'Angelchrist. C'est une sorte de savant fou célibataire qui sait que le monde n'est pas aussi simple qu'on ne le croit. Mais j'ai surtout apprécié les nombreuses références à la série comme le chapeau cool, les bus et les failles dans le temps et l'espace ainsi que les événements de la saison 5.

Image: Tardis Index Files

23/11/2011

Touched by an angel par Jonathan Morris (et si vous pouviez vivre dans le passé?)

Titre: Touched by an angel250px-Touched_by_an_Angel.jpg
Auteur: Jonathan Morris
Éditeur: BBC 2011
Pages: 239

Il y a longtemps que je n'avais pas parlé d'un DW Books sur ce blog. Mais comme je viens d'en terminer un autant en profiter pour pallier à cela. Cette fois nous retrouvons le Docteur dans nos années. Il a été attiré par les agissements d'un ange pleureur. Pour ceux qui ne le savent pas ces créatures sont des monstres qui tuent en renvoyant leur victime dans leur passé. En fait, ces monstres détruisent ce que l'on aurait pu être. Plus intéressant encore, ils ont la faculté de se transformer en pierre quand on les regarde. Ce qui en fait, probablement, les meilleurs monstres de cette série. Cet ange précis suit Mark Whitaker. Bien que le Docteur essaie de le sauver ce dernier est finalement renvoyé 17 ans en arrière. Mais être renvoyé dans son propre passé peut être dangereux. En effet, un simple petit changement peut détruire à la fois le futur et le passé. Le Docteur, Amy, Rory et Mark vont donc devoir lutter pour garder le passé intact face aux plans des Anges. Un plan qui fait miroiter un gain difficile à refuser quand on a un coeur.

J'ai beaucoup aimé ce livre. Non seulement les Anges sont toujours aussi stressant (essayez de ne pas cligner des yeux pendant plusieurs minutes!) mais, en plus, l'histoire est bien écrite. En fait, j'ai beaucoup apprécié que l'on ne suive pas spécifiquement le Docteur mais Mark. Nous suivons à la fois le Mark du futur et le Mark du passé. On apprend comment sa vie s'est mise en place en même temps que le Mark du futur et le Docteur tente de garder son passé sur les railles. Mais c'est aussi, et surtout, une histoire d'amour. L'amour entre Mark et Rebecca. Un amour que l'on verra prendre des forces au fil du temps et lors des aventures passée de Mark. Mais vous, que feriez vous si voous étiez renvoyé dans votre passé?

Image: Tardis Index Base

18/11/2011

Chicago le moment 68. Territoires de la contestation étudiante et répression politique par Caroline Rolland-Diamond (une ville sous pression)

Titre: Chicago le moment 68. Territoires de la contestation étudiante et répression politiquechicago_prd.jpg
Auteur: Caroline Rolland-Diamond
Éditeur: Syllepse 2011
Pages: 365

Comme vous avez tous du vous en apercevoir j'ai une certaine fascination pour les années 60 et 70. C'est pourquoi je me suis récemment intéressé à des livres qui parlent de ces années. Donc, après un livre sur le MLF et un autre sur la LMR, j'ai continué dans cette voie avec un livre sur 1968. Plus précisément, l'auteure s'intéresse aux années 60 et au début des années 70 à Chicago dans le cadre précis du mouvement étudiant. Caroline Rolland-Diamond nous fait donc une histoire large des mouvements de 68 en essayant de comprendre comment ils sont devenus si forts et leurs revendications mais aussi pourquoi et comment ils ont brusquement disparu du paysage. Pour cela, l'auteure s'est plongée dans un nombre impressionnant d'archives dont ceux de la red squad (une équipe de la police spécialisée dans la surveillance et la répression des mouvements contestataires).

Le livre de Caroline Rolland-Diamond est structuré en quatre parties qui se déroulent avant, durant et peu après 1968. Les deux premières partie nous permettent de comprendre le militantisme étudiant et ses revendications avant les événements malheureux de cette si fameuse année. L'auteure y montre que le mouvement tire son origine de deux luttes. Premièrement, une lutte pour le pouvoir étudiant au sein de l'université qui consiste à demander la mise en place d'institutions acceptant la prise de parole des étudiants. Le second point concerne la guerre du Vietnam. Les étudiants ne sont pas seulement contre cette guerre pour des raisons d'idéologies pacifistes. Ils sont aussi inquiet des effets qu'elle peut avoir sur leur vie. En effet, ils ont peur de perdre leur droit aux études pour être incorporé de force dans l'armée. C'est dans ce sens que les bureaux de recrutement et la collaboration des universités avec l'armée et l'industrie militaire sont dénoncées. La seconde partie examine un autre mouvement: celui du Black Power. En effet, les afro-américains militent de plus en plus pour une place plus juste dans la société. Ceci les conduit à condamner les politiques raciales de la ville ou des universités. Une politique qui n'est pas toujours consciente mais, parfois, consécutive d'une structure sociale particulière. Au contraire des mouvements précédents, ces militants s’intègrent immédiatement dans la communauté large de la ville en essayant de les défendre et de les politiser. Cependant, l'auteure nous montre aussi que ces deux militantismes se rejoindront de plus en plus pour mener à une critique globale de la société et de son fonctionnement.

La troisième partie se concentre plus précisément sur les événements de 1968. Il est très important de lire d'une manière particulièrement attentive cette partie. En effet, 1968 connaît des événements extrêmement violents à Chicago alors que la Convention Démocrate est en cours. Et quand je parle de violence je ne parle pas, ou pas que, des militants. Je parle de la police dont les actions ont été officiellement qualifiées d'émeutes policières. Mais pourquoi faut-il lire cette partie avec prudence? Tout simplement parce qu'il serait trop simple de condamner unilatéralement la police. Bien entendu, elle est coupable. Mais il faut surtout comprendre comment ces événements ont pu avoir lieu et c'est exactement ce que l'Auteure nous permet de faire. Sa peinture de l'année 68 nous montre un tissus de facteurs qui se rejoignent pour expliquer cette explosion de violences. Les militants étudiants rejoignaient de plus en plus les thèses nationalistes noires et une forme de justification de la violence comme résistance. De plus, les actions précédentes de la police étaient accusées de mollesse par une grande partie de la classe politique dont, principalement, le maire Dailey. De plus, ce même maire faisait tout pour peindre les opposants à sa politique et à la guerre comme des envahisseurs étrangers violents tout en affirmant être prêt à supporter toutes les actions de la police jusqu'à dire publiquement qu'elle devait tirer pour tuer. Dans ce climat de tensions de plus en plus fortes et intenses les événements pouvaient difficilement se dérouler sans incidents.

La dernière partie nous parle de la répression et de la surveillance dont étaient victimes les étudiants. L'auteure nous montre que les opposants, qui pouvaient être simplement des personnes critiques face aux politiques du maire Dailey, étaient soumis à une intense pression policière. Non seulement la red squad faisait tout pour identifier les opposants. Mais, en plus, elle organisait des infiltrations permettant, parfois, de mettre en place des agents provocateurs pour lancer les militants dans des actions illégales ou créer des tensions avec les autres mouvements. Mais la police de Chicago n'est pas seule. Le FBI, la CIA, l'armée et même le fisc surveillent et répriment les militants. Cette pression policière a pris différentes formes. Aussi bien des arrestations massives lors des événements, l'arrestation pour fugues ou viol du code de la route sans preuves et même, dans au moins un cas avéré, une expédition d'assassinat. Nous nous trouvons donc en face d'une formidable force de répression qui a eu deux effets. Tout d'abord, les étudiants se sentaient de plus en plus légitimés à utiliser la violence pour se défendre. C'est donc une radicalisation que nous pouvons observer. Le second effet c'est que les mouvements étudiants qui se radicalisent se coupent de la base des étudiants ce qui les conduira à leur fin. Bien entendu, la répression n'est pas le seul facteur explicatif de la fin des mouvements de 68. Les luttes internes et la perte des ressources financières mobilisées pour payer les frais de justice, la radicalisation de certains, le retour d'un militantisme conservateur qui fait concurrence et la perte de certains leaders sont aussi des explications. Mais il est indéniable que Chicago a été le lieu d'une formidable machine répressive qui visait toutes les personnes critiques envers la politique municipale et fédérale ainsi que le fonctionnement de la société. A tel point que certains politiciens de l'époque ont parlé d'état policier.

J'ai, personnellement, trouvé ce livre très intéressant et très bien écrit. Je pourrais dire que j'aurais souhaité un peu plus d'informations sur des événements précis. Mais le choix d'essayer de trouver des explications et des facteurs plutôt que de se concentrer sur le récit simple des événements est loin d'être critiquable. Simplement, quelqu'un qui ne connais pas bien l'histoire des États-Unis lors des années 60 ou celle de Chicago peut être un peu perdue. Par exemple, je me demande encore ce qu'est exactement cette machine Dailey? Ce qui n'enlève rien au caractère convaincant des recherches de Caroline Rolland-Diamond. En résumé, je trouve que cette recherche a été très bien menée et l'utilisation de sources de la red squad nous permet d'entrer dans une vision différente de cette époque.

Image: Éditeur

09/11/2011

Hunter's Moon par Paul Finch (un peu de sport!)

Titre: Hunter's Moondrwho_hunters_moon_book_125.jpg
Auteur: Paul Finch
Éditeur: BBC 2011
Pages: 256

Vous connaissez Las Vegas? La ville du vice et des jeux? Multipliez tous les excés de Las Vegas par 10 000 et vous aurez la Leisure Plateform 9 ou le Docteur et ses compagnons s'apprêtent à passer quelques heures. Le Docteur souhaite rendre visite à un vieil ami pendant qu'Amy et Rory visiteront et s'amuseront. Mais ils doivent faire attention. Non seulement LP9 n'est pas un lieu de splus fréquentables mais, en plus, la société alien qui s'en occupe est particulièrement machiste. Bien entendu, puisque le Docteur dit à ses compagnons de faire attention ils font tout pour tomber dans le premier piège venu. C'est ainsi que Rory se retrouve coincé dans un duel de machos après avoir accusé son adversaire de tricherie. Et comme on ne peut pas gagner contre un tricheur il se trouve capturé après avoir perdu le TARDIS dans le pari. Rory est maintenant un esclave tandis qu'Amy le suivra clandestinement et deviendra aussi une esclave. Mais comment le Docteur pourra-t-il les sauver sans le TARDIS? Et, surtout, Rory survivra-t-il à la chasse?

Encore une fois les trois personnages sont divisés. Ce qui permet d'accentuer un peu la force de chacun d'eux. Rory, par exemple, gagne beaucoup à lutter seul. On retrouve un leader qui ne perd son charisme que lorsque le Docteur se trouve dans les parages. Il faut dire qu'il a vécu plus longtemps que ce dernier. J'ai bien aimé la nouvelle race qui nous est présentée dans ce tome. Ces aliens sont puissants mais possèdent une société arriérée sur un certain nombre de points dont, principalement, la question des femmes. Je pense que tout le monde aura compris qu'Amy ne peut que se heurter et heurter les mâles de cette société. J'ai aussi apprécié la description des deux grands mafieux qui donnent l'impression d'être de parfaits psychopathes. Du coté des personnages secondaire je trouve que le père de famille totalement débordé par sa fille et au chômage est bien réussi. On passe d'un homme qui geint à un leader capable de se battre et de faire des sacrifices. Cependant, je l'ai tout de même moins aimé que les deux précédents.

Image: BBC

04/11/2011

The way through the woods par Una McCormack (promenons nous dans les bois...)

Titre: The way through the woodsdrwho_way_woods_book_125.jpg
Auteur: Una McCormack
Éditeur: BBC 2011
Pages: 241

Les aventures du Docteur continuent dans une jolie petite ville. Comme toutes les petites villes les habitants ont un poste de police, une poste, des épiceries et des magasins de proximité et, surtout, une forêt. Mais on pourrait croire que cette forêt n'existe puisque les habitants font tout pour éviter d'en parler. A tel point que même l'autoroute l'évite. Mais cela devient encore plus étrange quand on sait que jamais aucune route n'a traversé la forêt. Aussi loin que l'on remonte dans le temps les humains ont toujours évité d'en parler ou de s'en rapprocher. Pour en rajouter un peu plus on sait aussi que 300 personnes ont disparu à l'intérieur de cette forêt dans l'histoire de l'humanité. Et pourtant personne n'en parle vraiment. Sauf en ce qui concerne les deux dernières disparitions. Il n'en fallait pas beaucoup plus pour que le Docteur décide de s'y intéresser et de nettoyer les dégâts.

Nous continuons sur la lancée puisque j'ai bien aimé ce tome. On ne voit pas beaucoup le Docteur qui s'efface au profit de Rory et Amy. Rory retrouve un peu de l'importance qui lui est due grâce à un hommage plus que mérité de la part du Docteur. Quant à Amy, elle montre qu'elle sait très bien se débrouiller seule sans avoir besoin d'être secondée par un timelord solitaire. L'intrigue me plaît aussi beaucoup. L'idée d'une forêt plus étrange et effrayante que d'ordinaire. Une forêt dans laquelle on se perd sans laisser de traces. Mais ce qui est intéressant c'est aussi de voir l'intérieur de cette forêt. Les sauts dans le temps et l'impossibilité d'en sortir. Toujours revenir au même endroit comme dans un labyrinthe. L'idée du vaisseau est aussi très bonne. Un vaisseau vivant qui a besoin d'expérience pour pouvoir naître mais qui ne peut le faire sans douleur. Bref, plein de bonnes idées pour un bon tome.

Image: BBC

03/11/2011

La Ligue Marxiste Révolutionnaire en Suisse romande (1969-1980) par Benoît Challand (la gauche de la gauche de la gauche)

Titre: La Ligue Marxiste Révolutionnaire en Suisse romande (1969-1980)337b3529aa.gif&t=1320416765&hash=282076dd6ca1866e6e44086d6e3bad294591430e
Auteur: Benoît Challand
Éditeur: Université de Fribourg 2000
Pages: 302

J'ai tendance à rester dans le cadre local Suisse romand dans mes dernières lectures sérieuses. Après le MLF de Genève je me suis intéressé à un groupe de la même époque: la Ligue Marxiste Révolutionnaire. Pour comprendre ce parti trotskiste il est nécessaire de lire le superbe mémoire de Benoît Challand. L'auteur nous fait entrer dans le fonctionnement intime de ce parti en organisant une analyse en trois parties. La première partie se base principalement sur les débuts de la LMR et son développement. L'auteur nous fait entrer dans le processus de création de ce parti qui a conduit une partie des membres du POP à préparer, dans le secret, une dissidence qui a abouti sur une scission. Cette partie nous permet de voir que la LMR a non seulement réussi à s'organiser en un temps record mais a aussi réussit à devenir un parti national en relativement peu de temps.

Dans une seconde partie l'auteur nous fait rentrer dans les publications de la LMR: la Brèche. Non seulement ce journal s'est organisé plus rapidement encore que le parti mais il a réussi à se développer dans toute la Suisse. Les thèmes qui y sont traités vont de la politique locale à l'international, des théories à la culture. Mais, après les années d'euphories, les tirages baissent et certains titres traduits cessent même de paraître. La troisième partie se pose la question de la pratique du militantisme. Pour cela l'auteur examine deux points: comment le militantisme est organisé et comment les militants ressentent leur vie dans la LMR. Mais les conclusions de ces deux chapitres sont claires. Le militantisme LMR était structuré, organisé et chronophage. Les membres de la LMR devaient donner de leur temps pour de nombreuses causes et de nombreuses réunions ce qui a engendré un turnover fort et une difficulté de recrutement. De plus, le parti demandait une certaine qualité de réflexion aux militants. Les nouveaux devaient donc passer par une période d’apprentissage rude avant de pouvoir voter.

Je dois le dire tout de suite. Je trouve que le travail de Benoît Challand est très impressionnant. Non seulement il a dépouillé un nombre important de sources mais, en plus, il a conduit une dizaine d'entretiens. Ce travail se ressent tout au long du livre. Nous y trouvons une analyse très précise et détaillée de tous les aspects de la LMR sauf un qui est l'idéologie. Ne pas avoir voulu présenter l'idéologie de la LMR est, à mon avis, le seul point négatif de ce livre. En effet, je pense qu'il est difficile de comprendre le militantisme, surtout dans le contexte de la LMR, sans prendre en compte ce qui pousse à militer. Je pense, de plus, que ce livre aurait pu devenir meilleur si l'auteur avait présenté la LMR dans le contexte historique des années 70. Je ne dis pas que ce contexte n'est pas connu par M Challand. Mais ce livre, bien que brillant, manque singulièrement de vie. La lecture m'a donné une impression de relative aridité. Je pense qu'insérer la LMR dans les réseaux de militantisme, les luttes historiques et les combats politiques aurait pu donner un peu plus de vie à cette histoire. Mais ce point n'enlève rien à la richesse déjà très importante de ce travail de mémoire

Image : Université de Fribourg

15:41 Écrit par Hassan dans contemporain, Histoire, Livre, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lmr, gauche, révolution | | | |  Facebook

30/10/2011

Dead of winter par James Goss (à ne pas lire en hiver)

Titre: Dead of winterdrwho_dead_winter_book_125.jpg
Auteur: James Goss
Éditeur: BBC 2011
Pages: 255

Je viens de terminer le premier tome qui prend place dans la saison 6 de Doctor who (sauf si on compte les 2 in 1). Et j'ai été agréablement surpris par ce livre. Le Docteur et ses compagnons vont s'écraser. Ils ne savent pas ou ni quand mais une perturbation semble attirer le TARDIS. Amy se réveille le lendemain dans un lit. Elle découvre rapidement que sa voisine est une petite fille nommée Maria et que toutes les deux se trouvent dans un institut de soin pour les tuberculeux au XVIII ème siècle. Le médecin qui possède ce centre lui apprend qu'elle a reçu un coup sur la tête après avoir été éjectée de son véhicule ce qui pourrait expliquer ses troubles de mémoire. Elle est rapidement rejointe par son mari, Rory, et le Docteur. Ils semblent aussi avoir des problèmes de mémoire mais pas assez pour se rendre compte qu'il y a quelque chose de louche. Un institut capable de guérir la tuberculose avec des méthodes en avance sur leurs temps? Mais, surtout, ce ne sont que des personnes importantes qui son soignées et leur survie pourrait changer l'histoire du monde.

J'étais d'abord un peu sceptique. Écrire un livre Doctor Who sous forme de lettres me semblait aventureux. Je n'avais pas l'impression que ce style soit particulièrement adapté et je ne l'ai jamais vraiment aimé. Bien que je sois resté sceptique durant un long moment j'ai ensuite totalement changé d'avis. Je pense, maintenant, que ce tome est probablement l'un des meilleurs que j'aie lu et ceci surtout parce qu'il me semble particulièrement proche de l'ambiance de la saison 6. Je m'explique, cette dernière saison nous montre un Docteur de plus en plus sombre, capable de choix difficile est destructeurs, nous connaissions déjà cet aspect de sa personnalité mais, cette fois, elle touche ses compagnons qui subissent directement les effets de ces choix. Je ne dirais pas ce qui se passe dans la sixième saison vous devrez donc me croire se parole. Ainsi, ce tome nous montre des personnages secondaires qui détestent le Docteur pour ses actes. Un Rory, à mon avis, injustement décrit comme peu important par l'auteur mais qui essaie surtout d'éviter que les actes du Docteur ne débouchent sur des destructions par lassitude. Une Amy qui n'écoute plus ce qui lui dit son héros mais n'hésite pas à braver ses conseils. Et, enfin, le Docteur lui-même qui semble las de ne pas pouvoir sauver tout le monde. De n'être parfois capable que du moins pire au prix des souffrances des autres. Bref, un tome sombre quasiment dépressif.

Image: BBC

26/10/2011

The good, the bad and the alien par Colin Brake (Wild Wild Galaxy)

Titre: The good, the bad and the alien250px-The_Good%2C_the_Bad_and_the_Alien.JPG
Auteur: Colin Brake
Éditeur: BBC 2011
Pages: 199

Après avoir parlé du MLF je vais me lancer dans quelque chose de beaucoup moins sérieux en parlant de la seconde partie du 2 in 1 que j'ai mentionné dernièrement. Cette fois-ci nous nous trouvons, et ce n'est pas la première fois, à l'époque du FarWest aux États-Unis. Si le Docteur a choisi cette destination c'est qu'il souhaitait faire plaisir à Rory qui apprécie particulièrement cette époque et les films qui en parlent. Ils sortent donc du TARDIS pour entrer dans une ville typique de l'époque et des lieux. Mais tous les habitants sont endormis en pleine journée. A peine le Docteur et ses amis ont-ils le temps de le constater qu'un gang de voleurs tente d'attaquer la banque pour être tout aussi rapidement mis en fuite par un monstre. Un monstre au FarWest? le Docteur ne peut que se demander quelle est cette créature et ce qui se passe dans cette petite ville. Il semble que des aliens se baladent parmi les humains et qu'ils se sont déguisés. Mais que souhaitent-ils?

Je ne suis toujours pas très sur d'être l'une de ces personnes qui apprécient le farWest mais bon une fois de temps en temps ça ne peut pas faire de mal. Et puis cette seconde histoire n'est pas si mauvaise. Bien entendu, on y trouve tout ce qui fait un film de farwest: le shérif, le saloon, le docteur du coin et les bandits hors-la-lois qui se cachent dans les mines. On y trouve aussi quelques petites choses que nous ne verrons jamais dans un vrai farwest: des aliens et des vaisseaux spatiaux. Mais le Docteur semble attirer ce type d'ennuis. Mis à part cela j'ai apprécié les différentes références à la série par exemple quand Amy parle des fameux freins à main du TARDIS. L'intrigue n'est pas si compliquée et donne lieu à une petite morale bien convenue. Mais il parait qu'il en faut toujours une dans les histoires.

Image: Tardis Index Files

Révolution sexuelle et mouvement de libération des femmes à Genève (1970-1977) par Julie de Dardel (DEBOUT!)

Titre: Révolution sexuelle et mouvement de libération des femmes à Genève (1970-1977)29401100774980L.gif
Auteur: Julie de Dardel
Éditeur: Antipode 2007
Pages: 157

Le MLF est l'un des mouvements féministes les plus actifs que nous ayons connu en Suisse. Peut-être même le plus actif. Mais, étonnamment, il n'est pas très connu. Il est donc nécessaire de le présenter et de l'étudier car ce mouvement n'a pas fait que protester, il a aussi permis de faire de grandes avancées dans le domaine de la lutte des femmes. L'auteure a mis en place quatre chapitres pour étudier le MLF. Les deux premiers étudient les fondements de ce mouvement. Le premier chapitre est très théorique puisque Julie de Dardel nous donne les thèses des maîtres à penser de la révolution sexuelle: Reich Et Marcuse. Ces deux auteurs ont étudié comment la sexualité peut être, doit être, libérée pour pouvoir libérer l'humanité entière de la domination. Ils en viennent à proposer des actions radicales qui détruiraient la famille patriarcale bourgeoise et permettraient aux femmes de reprendre possession de leur corps. Dans ce Chapitre, l'auteure nous présente aussi la nouvelle gauche qui va plus loin que la gauche traditionnelle. Mai 68 se base sur ces théories.

Pourtant, les femmes du MLF remettent en cause mai 68. Selon elles, et elles ont raison, les mouvements de 68 n'ont pas libéré la femme. Au contraire, le rôle des femmes reste souvent celui d'écrire, de s'occuper du ménage et de la cuisine tandis que la révolution sexuelle consiste surtout à ne plus pouvoir dire non. Le MLF s'est donc constitué en réaction à un mai 68 qui n'a de loin pas aidé les femmes comme nous le montre l'auteure dans son second chapitre. Ce mouvement fait surtout partie d'un renouveau du féminisme. Une seconde vague qui, après les suffragettes, reconsidère et reconstruit la lutte des femmes.

Dans une troisième partie l'auteur décrit et analyse les revendications de ces nouvelles féministes. Alors que les premières se contentaient sagement de la lutte pour les droits politiques et civils le MLF va beaucoup plus loin. Il souhaite une reconquête totale de la femme face à la domination masculine et médicale. C'est dans ce sens qu'il faut comprendre que, pour le MLF, le privé est politique. Car le privé est le cadre dans lequel la domination que subissent les femmes est la plus forte tout en étant la moins visible. La première des luttes concerne l'avortement. Mais celle-ci se base sur un thème plus vaste: la reconquête du corps féminin. En effet, durant une grande partie de leurs vies les femmes doivent accepter les jugements et analyses d'un corps médicale. Mais toutes les femmes n'ont pas forcément envie de subir un tel contrôle. C'est dans cette optique la lutte pour le droit à l'avortement et pour apprendre à s'examiner sois-même s'organisent. Dans le même sens qu'une lutte en faveurs du plaisir qui remet en cause l'idée de la pénétration comme étant le stade ultime du plaisir. Ce qui pourrait mener à l’éclatement de la famille traditionnelle en faveurs de formes moins régulées de plaisirs et de liens pas forcément seulement homosexuels mais aussi bisexuels. Il faut noter que la société capitaliste est tout aussi critiquée puisqu'elle fonctionne sur la domination patriarcale. Un homme ne peut travailler, ou une femme pendant qu'on y est, que si un partenaire se trouve à la maison pour s'occuper des tâches ménagères.

Le dernier chapitre est tout aussi intéressant puisqu'il examine comment le MLF agit proprement dit. L'auteure y examine la structure militante, la mise en place de groupes informels plus que d'une structure hiérarchique ordonnée. Comment les femmes du MLF tentent d'éviter les rapports de pouvoir bien qu'elles y échouent, par exemple en refusant la mixité. Ainsi que du fonctionnement des groupes qui permettent de mettre en lumière la domination et de se libérer des médecins. Mais ce chapitre est surtout celui qui présente et examine quatre actions chocs du MLF de Genève. la campagne pour l'avortement dont nous avons parlé, l'occupation illégale du Centre Femme lorsque la ville de Genève a refusé de répondre aux demandes du MLF, la solidarité avec les détenues et, surtout, l'anti-congrès des femmes. Ce dernier est resté célèbre pour avoir non seulement perturbé mais, bien plus important, pour avoir totalement éclipsé le congrès officiel des féministes de la première heure. Pour finir, l'auteure se demande pourquoi cette force militante ironique s'est perdue au profit d'un féminisme beaucoup (trop) consensuel et beaucoup moins revendicatif? Pourrait-on voir un début d'explication dans la fin des utopies? Particulièrement l'utopie communiste qui a perdu une grande partie de sa force après la chute de l'URSS (bien que l'URSS ne fut jamais Communiste mais une tyrannie).

Mais qu'est ce que moi, lecteur masculin, peut dire sur ce livre? Je dois avouer qu'il y a longtemps que j'ai été convaincu par le féminisme et, particulièrement, par le style provocateur et radical du MLF. Que l'on s'entende bien, le mot radical n'implique pas une forme d'action extrémiste mais une remise en cause forte du fonctionnement de la société à partir de ses bases. J'ai beaucoup aimé lire ce livre. Non seulement le style est clair et facile à suivre mais, en plus, je trouve la structure logique. Passer des théories à ses remises en causes puis parler des revendications pour finir sur les actions concrètes me semble un très bon choix qui permet de ne pas se perdre dans cette histoire. C'est pourquoi je pense que c'est un très bon livre à la fois scientifique et facile à lire qui pourrait être mis - devrait être mis? - dans toutes les mains.

Image: Éditeur

15:54 Écrit par Hassan dans contemporain, Livre | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : féminisme, mlf | | | |  Facebook

23/10/2011

System Wipe par Oli Smith (nettoyage de printemps)

Titre: System Wipe250px-System_Wipe.JPG
Auteur: Oli Smith
Éditeur: BBC 2011
Pages: 198

Il y avait longtemps que je n'avais pas parlé d'un doctor who book sur ce blog. La faute à la trilogie Millénium et aux cours. Mais il est temps de réparer cette erreur en parlant de System Wipe. Comme le dernier livre dont j'ai parlé celui-ci fait partie de la collection pour enfants 2 in 1. Autrement dit, je parlerais de la seconde histoire prochainement. Nous sommes dans les années 2200. Le monde est un gigantesque désert aride et stérile. Pas une âme en vue mais un appartement semble connaître encore une vie électronique. En se connectant à l'ordinateur qui s'y trouve le Docteur est envoyé dans le monde virtuel de Paralife qui semble être menacé par un virus détruisant tout sur son passage. Pendant ce temps, Rory et Amy se rendent compte que le monde entier est en train d'être détruit par une armée de robots. Mais que s'est-il passé?

Ce livre étant destiné aux enfants il est assez clair que l'intrigue n'est pas des plus compliquées. Mais j'ai apprécié plusieurs petits points. Tout d'abord Paralife qui est une sorte de world of warcraft du futur. J'aime beaucoup l'idée que les personnages des joueurs et le monde virtuel aient pu continuer à exister et aient pris une conscience individuelle au fil des ans tout en restant lié aux règles du jeu. Je trouve intéressant l'idée de détruire la terre pour la reconstruire. Mais ce qui m'a fait le plus rire c'est la manière dont le Tournevis Sonique est créé. Dans le livre, un personnage doit créer un avatar virtuel du sonique. Ce personnage parle de cet objet si caractéristique et important pour le Docteur comme d'une sorte de cheat code. Je pense que tous les fans seront d'accord pour dire que cette description colle très bien à un objet qui semble n'avoir que peu de limites.

Image: Tardis Index Files

21/10/2011

Millénium 3: La reine dans le palais des courants d'air / Luftslottett som sprängdes (C'est la lutte finale!)

Titre: Millénium 3: La reine dans le palais des courants d'air (Luftslottett som sprängdes)9782742770311.jpg
Auteur: Stieg Larsson
Traducteurs: Lena Grumbach et Marc de Gouvenain
Éditeur: Actes Sud 2007 (2007 édition originale)
Pages: 710

Eh bien voila c'est terminé. Nous n'aurons plus de suite aux aventures de Lisbeth et de Mikael. Ce tome marque la lutte finale de ces deux personnages. Comme je l'ai dit dans la note précédent les tomes 2 et 3 sont incontestablement lié. Mais là ou le tome 2 nous montrait l'enquête de police et le déluge médiatique transparent autour de Lisbeth le tome 3 nous montre une aventure très différente. En effet, Lisbeth est capturée et soignée dans une chambre d'hôpital. Mais rien n'est terminé. Il faut préparer le procès qui ne peut qu'avoir lieu. Et ceux qui doivent se préparer ne sont pas tous des amis de Lisbeth. C'est donc un jeu secret et tacite qui se met en place entre, d'une part, les amis de Lisbeth journalistes et policiers et ses ennemis cachés dans l'ombre de la police secrète. Une ombre tellement sombre que personne n'a connaissance de leur existence. Mais que se passerait-il si on les dévoilait? Que se passerait-il si Lisbeth parlait? Certains ont tout à perdre.

J'avais beaucoup apprécié le tome précédent mais sa fin était très frustrante. Heureusement, je n'ai pas du tout été déçu par ce troisième tome. Il faut dire que j'ai toujours aimé les histoires, réelles ou fictionnelles, qui voient une police secrète se faire démanteler et ses agissements examinés. Il faut dire que je me suis toujours méfiés de ce type d'institutions que je trouve, par essence, dangereuses pour la démocratie et le respect des Droits Humains et constitutionnels. C'est pourquoi je souhaiterais un contrôle intense de la part des citoyens sur tout ce qui ressemble, de près ou de loins, à un service secret. Et je suis vraiment servi dans ce tome puisque, à mon avis, son propos principal est ce même danger. En effet, on nous donne l'histoire d'un service constitué secrètement à l'interne de la police secrète et qui se permet des actes illégaux sans avoir à en référer à quiconque. Comme l'un des personnages le dit dans le livre: c'est un véritable coup d'état. Mais alors, que faire quand des membres d'une institution censée protéger la démocratie et les citoyens (et non pas protéger l'état qu'on ne l'oublie pas) deviennent eux-même un danger pour les citoyens et la démocratie? Ou se place la limite entre une activité difficile et un crime d'état? C'est cette question que l'on peut se poser suite à la lecture de ce tome. Mais, surtout, comment dénoncer de telles pratiques? La réponse donnée par l'auteur est assez simple: un pouvoir judiciaire fort capable d'examiner n'importe quelle institution en cas de doute et une presse critique et n'hésitant pas à investiguer. On peut malheureusement douter que la presse soit aussi capable que l'espère Larsson. Quant à l'institution judiciaire, elle doit avoir des soupçons avant de pouvoir agir et un groupe secret peut très bien ne pas être soupçonné quand on ne connaît ni ses activités ni son existence. D’où le danger.

image: Éditeur

15:34 Écrit par Hassan dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : millénium, complot, média, police, police secrète | | | |  Facebook

19/10/2011

Millénium 2: La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette / Flickan som lekte med elden (boom, son coeur fait boom!)

Titre: Millénium 1: Les hommes qui n'aimaient pas les femmes (Flickan som lekte med elden)9782742765010.jpg
Auteur: Stieg Larsson
Traducteurs: Lena Grumbach et Marc de Gouvenain
Éditeur: Actes Sud 2006 (2006 édition originale)
Pages: 652

Après prés de 20 jours sans nouvelles je peux enfin parler du second tome de la saga de Stieg Larson. Ce n'est pas que je n'avais pas envie de lire cette suite mais une rentrée signifie souvent que l'on va avoir quelque chose à travailler qui n'a pas de rapport avec un roman que l'on souhaite lire pour soi. Lisbeth c'était enfuie. Elle avait vu Mickael au bras d'Erika et elle a préféré sortir du pays pour voyager et changer un peu. Mais, un jour ou l'autre, il faut rentrer. En se mettant au point sur les activités que ses connaissances ont eue durant son absence elle apprend deux choses: premièrement son tuteur n'est pas très nette et deuxièmement Mickael prépare une nouvelle explosion médiatique. Mais les enquêteurs qui s'en occupent vont un peu trop près d'un secret gardé depuis des décennies. C'est pourquoi Lisbet, si discrète, se retrouve du jour au lendemain à la une des journaux sous la forme d'une suspecte plus que dangereuse. Une course entre cinq groupes se lance: la police fait tout pour trouver Lisbeth qu'elle dépeint comme une folle, Mickael cherche ceux qu'il pense être les vrais tueurs, Milton Security tente d'aider la police surtout pour disculper Lisbeth, cette dernière cherche à venger ses amis et à trouver qui sont les personnes qui la mettent en si mauvaises postures et ces mêmes personnes tentent d'effacer leurs traces. En gros, cette enquête démarre mal et ne pourra que devenir de plus en plus bordélique.

Je dois le dire tout de suite, sans faire aucune révélation, si vous ne vouliez pas lire le troisième et dernier tome vous déchanterez vite. L'intrigue est si vaste qu'elle ne peut tout simplement pas se conclure sur un seul tome mais je n'en dirais rien. Je vais plutôt parler de l'aspect médiatique (et policier) du livre. En effet, le premier tome se concentrait sur le journalisme économique et les agissements plus qu'incertain d'un certain groupe que l'on pourrait identifier aux traders. Ce second tome se concentre sur la police et le journalisme au sens général du terme. Dans un premier temps, nous nous trouvons spectateur d'une enquête policière qui, très rapidement, fait des conclusions sur des bases importantes mais qui ne sont pas des preuves directes. On se rend rapidement compte que ceci est lié à une possibilité de faire de l'affaire Lisbeth Salander un tremplin politique important. Les médias et certains témoins ne tardent pas à prendre à leur compte ce que pense la police et à délirer sur le sujet. Le livre, en grande partie, nous montre comme les journaux perdent tout sens critique. Au lieu de réfléchir sur les mobiles, la manière dont est menée l'enquête ou sur la société de manière générale ils lancent des rumeurs, des titres racoleurs et détruisent des vies dans le but de vendre. C'est ainsi que l'on se trouve en face de journalistes parlant sans connaître et disséquant la vie difficile d'une femme dans le seul but de trouver de quoi faire le scoop. Ces méthodes ne sont pas si lointaines que certaines que l'on connaît dans certains journaux suisses que je ne nommerais pas. Ce sont surtout des erreurs qui apparaissent quand le journalisme perd sa place face à la nécessité de vendre et, donc, de faire de l'argent.

Image: éditeur

15:48 Écrit par Hassan dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : millénium, complot, médias, police | | | |  Facebook

29/09/2011

Millénium 1: Les hommes qui n'aimaient pas les femmes par Stieg Larsson (quand on vous propose de travailler sur une vieille affaire méfiez-vous!)

Titre: Millénium 1: Les hommes qui n'aimaient pas les femmes (Män som hatar kvinnor)9782742761579.jpg
Auteur: Stieg Larsson
Traducteurs: Lena Grumbach et Marc de Gouvenain
Éditeur: Actes Sud 2006 (2005 édition originale)
Pages: 574

Je sais, je suis en retard. Tout le monde me dit de lire cette trilogie et, pourtant, je viens de la commencer. Après plusieurs années j'ai donc enfin lu le premier tome de cette saga en trois livres. Nous y rencontrons Mikael Blomkvist dans une période difficile de sa vie. En effet, malgré une carrière de journaliste économique exemplaire, il vient de perdre un procès en diffamation face à un puissant financier. Coup sur coup il doit payer une amende, perdre sa réputation, perdre son poste au journal qu'il a contribué à fonder et accepter une peine de prison. Mais une étrange proposition lui est offerte par un ancien industriel. On lui demande de rédiger les chroniques de la famille Vanger. Mais cette mission cache un point plus important. Sous couvert de faire des recherches sur la famille Vanger Mikael va enquêter sur la disparition jamais élucidée de Harriet Vanger. En effet, le patriarche de la famille est convaincu qu'elle a été assassinée par une membre de la famille. Mikael va donc fouiller dans les affaires sombres et sanglantes des Vanger dont certains membres étaient proches des fascistes et découvrir des événements atroces et une histoire ignoble.

Comment parler de ce livre? Il y a, en effet, plusieurs angles d'approche possibles qui peuvent mener à des développements importants. Si je commence par parler des personnages je peux dire que j'ai beaucoup apprécié Lisbeth Salander. Cette jeune femme a le seul tort de ne pas accepter les règles institutionnelles mises en place pour protéger les individus contre eux-même (mais aussi la société contre ces mêmes individus). En refusant de suivre ces règles elle est immédiatement catégorisée comme déviante et psychologiquement instable ce qui est parfaitement réaliste quand on observe la manière dont fonctionne l'état et les institutions psychiatriques. Je peux aussi parler de Mikael et, de lui, passer à l'aspect économique du livre. Économique dans le sens ou Mikael est le porte parole d'une forme de journalisme économique critique qui essaie de montrer quels sont les aspects et les méthodes douteuses, voir illégales, des grands industriels et des traders. On trouve donc plusieurs critiques que l'on pourrait s'amuser à appliquer à notre situation actuelle (par exemple quand Mikael, dans l'épilogue, explique que la bourse n'est pas la vraie économie mais une forme de fantasme des traders). Enfin, on peut aussi parler de l'aspect féministe du livre. Pas dans le sens d'un féminisme revendicatif mais dans le sens d'un  livre qui dénonce une forme particulièrement violente d'atteinte au droit des femmes. En effet, l'intrigue principale, et même quelques intrigues secondaires, concerne principalement la manière dont elles peuvent être traitées par les hommes. Ce thème, et je pense que je le vérifierais dans le second tome, semble être particulièrement important pour Stieg Larson. Au final je ne peux que conclure sur une très bonne impression de ce livre. L'intrigue est très prenante et assez compliquée pour ne pas être résolue trop vite. Le seul point faible que je noterais est l'aspect artificiel du style de l'auteur. A quel point cet aspect est dû à l'auteur ou à la traduction je ne saurais le dire mais j'ai souvent bûté sur les dialogues.

Image: Actes Sud

15:43 Écrit par Hassan dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : millénium, policier | | | |  Facebook

20/09/2011

Heart of Stone par Trevor Baxendale (Les jolies pierres devraient parfois être laissées tranquilles)

Titre: Heart of StoneHeart_of_Stone.JPG
Auteur: Trevor Baxendale
Éditeur: BBC 2011
Pages: 200

Le Docteur atterrit dans l'un des lieux les plus passionnants de l'univers, du moins selon lui, l'arrière cours d'une ferme. Pour être honnête il n'a pas tout a fait tort puisque cette ferme semble avoir connu quelques problèmes. En effet, ses propriétaires sont obligés de réparer un mur qui a été probablement détruit par des chauffards. Mais ce qui est intéressant c'est que ce mur est réparé à l'aide de pierres lunaires qui sont rigoureusement identiques aux pierres utilisées lors de la construction. Outre la rareté de ces pierres il est étonnant qu'elles soient aussi bien adaptées. Le mystère s'éclaircira quand un monstre de pierre vaguement humanoïde attaquera la ferme transformant tout ce qu'il trouve en pierre sur son passage. Mais d’où vient ce monstre et comment inverser la transformation?

J'ai bien aimé cette seconde partie de ce 2 in 1. Bien que l'intrigue soit relativement simple à comprendre on peut apprécier le temps passé à lire cette histoire. Comme souvent dans les DW books on se retrouve face à une histoire ni mauvaise ni bonne, profondément moyenne donc, qu'il est difficile de défendre mais que l'on ne peut pas non plus dénigrer totalement. Nous retrouvons les bonnes vieilles recettes en somme. Un monstre, le Docteur, des secrets et un choix de vie ou de mort (que je ne dévoilerais pas) tout ceci est saupoudré d'humour savamment dosé. Bref, ni mauvais ni bon mais parfaitement passable quand on souhaite se détendre et surtout destiné aux enfants et/ou aux fans.

Image: Tardis Index Files