09/09/2010

L'habillé et le nu. Pour une éthique du vêtir et du dénuder par André Guindon

Titre: L'habillé et le nu. Pour une éthique du vêtir et du dénudercouv4970g_260.jpg
Auteur: André Guindon
Éditeur: Les éditions du Cerf 1998
Pages: 307

Ce livre qui traite du problème de la nudité dans la société est une œuvre posthume. L'auteur faisait partie d'une faculté de théologie mais s'intéressait surtout aux problèmes de morales. On pourrait donc s'attendre à un propos conservateur sur la nudité et l'habillement mais il n'en est rien. Bien sur la foi chrétienne de l'auteur se ressent durant toute la lecture, particulièrement dans le dernier chapitre, mais ne nuit pas à l'intérêt du livre.

Ce dernier est une recherche large et général sur, tout d'abord, la signification du vêtu. L'auteur y développe une recherche qui nous montre que l'habit, loin d'être neutre, marque des différenciations, des rangs et même un costume. Cette première partie nous permet donc de comprendre que l'habillé n'est de loin pas aussi facile à comprendre qu'on le croit. En effet, de nombreuses cultures ont des points de vues différents sur le sujet et se considèrent habillées alors que d'autres pourraient les voir comme nus. Dans une seconde partie l'auteur nous parle de la nudité et, plus spécifiquement, de l'acte de se dénuder. C'est ainsi que l'auteur explore les significations culturelles mais aussi contre-culturelles de la nudité pour savoir qu'elle est celle qui peut être acceptée. Dans un second temps l'auteur nous montre les discours scientifiques et idéologiques qui parsèment la littérature pour terminer sur son propre discours éthique. On y trouve un point de vue humain de la nudité. Celle-ci n'étant acceptable que dans un respect commun et mutuel de la nudité par la société et l'individu.

Bien que le dernier chapitre développe une problématique strictement chrétienne le reste du livre suit une logique comparatiste. Nous y trouvons des exemples nombreux prenant place dans le passé aussi bien que dans des recherches ethnologique et anthropologiques. Cette manière de faire permet de créer un propos peu dogmatique qui permette de découvrir les multiples manières de considérer l'habillé et le nu dans l'humanité. Cet essai est, à mon avis, réussi même si il est inachevé.

Image: Éditions du Cerf

18:25 Écrit par Hassan dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : habillé, nu | | | |  Facebook

04/09/2010

The seventh sacrament par David Hewson

Titre: The seventh sacrament51Yvi%2B1tqFL._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_AA300_SH20_OU01_.jpg
Auteur: David Hewson
Éditeur: pan books 2007
Pages: 529

Je l'ai déjà dit, je ne suis pas un grand lecteur de policiers. Généralement je m'en méfie. Non pas que les auteurs de romans policiers soient forcément mauvais, il existe de grands auteurs, mais je n'ai jamais réussi à me passionner pour des recherches d'indices. Et pourtant cette histoire et son intrigue m'ont passionné du début à la fin! L'histoire nous mène à Rome après une aventure qui se déroulât à Venise. Nos enquêteurs viennent de terminer une affaire dans cette ville et ont eu droit à un peu de congé. Cependant tout bascule lorsque leur supérieur, et mentor, se fait prendre en otage par un ancien universitaire: Giorgio Bramante. Celui-ci était le père d'un enfant mort il y a quatorze ans. Il avait tué l'un des suspects dans les locaux même de la police et avait été en prison pour ce crime. Alors qu'il vient de sortir les morts s'accumulent autour de l'ancien universitaire sur fond de mithraïsme. Les enquêteurs comprendront rapidement que l'affaire cache encore de nombreuses questions non résolues...

Ce n'est pas seulement la résolution de l'intrigue qui m'a passionné dans ce livre. J'ai aussi été très intéressé par le personnage recherché: Giorgio Bramante. L'auteur le décrit comme un universitaire de classe moyenne reconnu pour ses recherches. Alors pourquoi est-il devenu un meurtrier? Pourquoi tue-t-il tous ces gens liés à son fils lors d'une journée il y a quatorze ans? Mais la véritable question et la véritable intrigue concerne, justement, cet enfant. Pourquoi son père l'a t-il amené dans une ruine dangereuse et que lui est-il advenu? Cette question se pose sur toutes les pages de ce livre. Un autre point qui rend le livre intéressant à lire concerne le mithraïsme. On sent que l'auteur a fait de longues recherches pour comprendre ce que l'on sait de cette religion concurrente du christianisme. Cette manière de faire rend les informations presque vivantes tandis que le culte imprègne l'intrigue toute entière. Le mithraïsme est une part importante du livre et de l'énigme. C'est donc un bon policier, bien que j'aie peu d'expérience dans ce genre, que je suis prêt à recommander.

Image: Amazon

18:47 Écrit par Hassan dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : david hewson, seventh sacrament, nic costa | | | |  Facebook

23/08/2010

Stormbreaker par Anthony Horowitz

Titre: Stormbreaker51GFqcMbhWL._SL500_AA300_.jpg
Auteur: Anthony Horowitz
Éditeur: Walker Books 2005
Pages: 235

Je n'avais pas lu de livres directement an anglais depuis mes dernières années au gymnase. Comme je suis un peu las d'attendre les traductions de plusieurs des séries que je suis et comme je souhaite pouvoir suivre les productions plus sérieuses aussi dans le monde anglo-saxon j'ai décidé de tester mon niveau. C'est pourquoi je me suis tourné, après Timeline, vers un livre de jeunesse. Il semble que les aventures d'Alex Rider soient très populaires dans la jeunesse. A tel point qu'il y eut une adaptation au cinéma du premier tome. Je ne l'ai pas vue et, donc, je ne peux pas la présenter. Ce premier tome nous place peu de temps après la mort de l'oncle d'Alex dans un accident de voiture. Mais Alex a des doutes. Qui sont tous ces inconnus à l'enterrement et pourquoi personne ne lui répond? Il décide donc de vérifier par lui-même et découvre que l'accident était un meurtre. Mais sa conduite le rend intéressant aux yeux des employeurs de son oncle qui décident de le recruter. Alex devient membre du MI6 et, après un court entraînement, continue la mission de son oncle.

Je peux déjà affirmer que ce livre n'est vraiment pas difficile à lire en version originale. D'un coté, on ne s'attend pas à une grande difficulté quand on parcourt un livre pour enfant. Néanmoins, même si un adulte s'amusera moins qu'un enfant, l'intrigue est intéressante. On suit Alex dans ses aventures d'agent secret sans s'ennuyer. Je n'ai pas une grande expérience en romans d'espionnages mais il semble que Horowitz n'ait pas forcément à rougir. Néanmoins, je n'ai pas non plus réussit à avoir un grand intérêt envers l'intrigue et je pouvais m'attendre à plusieurs des surprises qui attendent le héros. C'est donc surtout un bon livre de jeunesse et d'aventures qui se lit facilement mais je n'y vois pas grand chose d'autre.

Image: Amazon.com

09:59 Écrit par Hassan dans Livre | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : stormbreaker, anthony horowitz, alex rider | | | |  Facebook

04/07/2010

Dracula par Bram Stoker

Titre: Dracula41C4GPH8YCL._SL500_AA300_.jpg
Auteur: Bram Stoker
Traducteur: Jacques Finné et présentation de Claude Aziza
Éditeur: Librairie des champs élysées 1979 pour la traduction, pocket 1992 pour la présentation et le dossier
Pages: 572

Comme j'étais bien parti dans les classiques pourquoi ne pas continuer sur ma lancée avec le fameux Dracula de Bram Stoker? Bien entendu, le mythe du vampire existe sous de nombreuses formes bien avant que Bram Stoker soit né mais on pourrait dire que son Dracula est l'une des origines du mythe moderne. L'histoire nous mène dans le pays du vampire par le journal de Jonathan Harker. Ce dernier est spécialiste en droit et a été appelé par le compte pour l'aider à déménager en Angleterre. Il apparaît rapidement a Harker que le compte n'est pas aussi innocent et normal qu'il le dit et qu'il est prisonnier du château jusqu'à ce que le Compte décide de sa mort. Mais que va faire Dracula en Angleterre? Pourquoi s'y rendre et, surtout, comment le combattre et l'empêcher de prendre le pouvoir?

Je ne sais pas si cela est apparu dans le texte ci-dessus mais je trouve difficile de parler de l'histoire de ce livre. En effet, l'intrigue est exclusivement sous forme de journaux intimes voir, dans quelque cas, de coupures de presses fictives. Bien qu'une histoire cohérente se devine facilement au travers des ces récits entre coupés on a parfois l'impression d'avoir des blancs dans l'histoire. En effet, les différents protagonistes ne savent pas forcément ce que savent les autres personnages et même le lecteur. Néanmoins, la lecture reste facile même dans cette forme et avec un langage plutôt suranné. Même avec cette manière d'écrire j'ai réussi à facilement me plonger dans le texte et d'essayer de comprendre les liens entre les différents personnages. Néanmoins, j'ai souvent eu l'impression que les différents héros préféraient parler et raisonner que d'agir alors qu'il me semblait que la vitesse était importante. Ce n'est du, probablement, qu'à la différente époque durant laquelle Stoker a écrit et durant lequel je le lis?

Image: Amazon.fr

10:32 Écrit par Hassan dans Livre | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : dracula, bram stoker | | | |  Facebook

30/06/2010

L'étrange cas du docteur Jekyll et de Mr Hyde par Stevenson

 

Titre: L'étrange cas du docteur Jekyll et de Mr Hyde511HKDYARML._SL500_AA300_.jpg
Auteur: Stevenson
Traducteur: Jean-Pierre Naugrette
Éditeur: Librairie générale française 1999
Pages: 93

Il est difficile de croire que quelqu'un ne connaisse pas l'intrigue de cette histoire. Je la connaissait de longue date et pourtant je n'avais jamais lu le livre. Il fallait bien remédier à ce manquement un jours où l'autre et ce fut hier. Je vais tout de même présenter l'histoire. Nous nous trouvons à Londres alors qu'un homme étrangement repoussant défraye la chronique pour sa conduite inconvenante et même criminelle. Alors que Londres entier est à la recherche de ce Mr Hyde un homme essaiera de comprendre quels sont les liens qui le lie avec son ami le docteur Jekyll. Il lui faudra du temps pour comprendre que ces liens sont bien plus étroits qu'il ne pouvait l'imaginer...

Pour ne parler strictement que de ma lecture je n'ai pas été particulièrement passionné. Bien entendu, le texte est bien écrit et l'histoire intéressante mais elle ne m'a pas intrigué plus que cela. Peut être la forme est-elle pour quelque chose? En effet, je n'aime pas trop cette manière de donner les informations sous formes de lettres à la fin du livre plutôt que dans le cours de l'intrigue. Mais c'est un choix de l'auteur qu'il faut respecter malgré tout. Mais ce qui est intéressant de ce texte c'est surtout le lien entre Hyde et Jekyll. Ce lien entre deux personnalités distinctes d'un homme dont l'un est respectable et l'autre vicieuse. Dans le livre, les deux personnalités se manifestent indépendamment l'une de l'autre bien qu'elles possèdent le même corps. Mais ces personnalités ne sont-elles pas deux faces du même homme? Ou bien nous trouvons nous plutôt devant un cas plus psychiatrique?

Image: Amazon.fr

15:28 Écrit par Hassan dans Livre | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : stevenson, jekyll et mr hyde | | | |  Facebook

27/06/2010

Nouvelles histoires extraordinaires par Poe

Titre: Nouvelles Histoires extraordinaires51QFYR02ZRL._SL500_AA300_.jpg
Auteur: Edgar Alan Poe
Éditeur: Gallimard 1951
Pages: 374

Je n'avais jamais lu du Poe auparavant même si je savais que Lovecraft le considérait comme un génie (à tel point qu'une nouvelle entière voit Lovecraft décrire des clones de Poe) comme ce livre se trouvait dans la bibliothèque j'ai voulu essayer. J'avais un peu peur de me retrouver devant une prose un peu indigeste. En effet, il arrive que la littérature vieillisse mal comme elle l'a fait, à mon avis, pour Lovecraft bien que ça ne change rien à l'intérêt qu'on peut y trouver. Ce livre est donc un recueil de différentes nouvelles écrites par Edgar Alan Poe. Une grande partie sont particulièrement horrible alors que d'autres sont plus proches d'une réflexion. Mais toutes sont, encore selon moi, très bien écrites et souvent l'intrigue est prenante. J'ai particulièrement apprécié la nouvelle intitulée Le chat Noir bien que nous y trouvions des actes particulièrement horribles.

Mais quels sont les points communs de tous ces textes? Je ne pense pas être capable de le trouver même si il semble que le thème de la mort soit souvent utilisé et traité. Ainsi, les premières nouvelles du recueil parlent de meurtres. On retrouve plusieurs mises à mort sans oublier quelque dialogues sur la mort elle-même. Il arrive aussi que la mort devienne un personnage (le masque de la Mort-Rouge). En tout cas, d'un point de vue technique, la lecture est facile et fluide ce qui m'a permis d'avoir beaucoup de plaisir à lire ces différentes histoires. Néanmoins, je ne recommanderais pas de s'y essayer la nuit, surtout quand on est seul.

Image: Amazon.fr

18:41 Écrit par Hassan dans Livre | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |  Facebook

26/06/2010

Le Horla par Maupassant

Titre: Le Horla271816_2735036.jpg
Auteur: Maupassant
Éditeur: Librairie générale française 1994
Pages: 93

J'avais lu ce livre lors de mon parcours scolaire. Je me souviens d'avoir été impressionné par cette histoire et je souhaitais la relire pour en retrouver l'atmosphère et l'intrigue. Tout d'abord, l'histoire existe en trois versions différentes donc chacune nous offre la même intrigue mais avec un point de vue légèrement différent. L'une des versions se déroule dans une maison de santé, la seconde est écrite sous forme de journal intime et la dernière est une lettre écrite pour un docteur. L'histoire reste globalement la même mais peut changer dans des détails importants. Mais quelle est cette histoire? Maupassant nous parle d'un homme sain d'esprit est en bonne santé. Ce dernier ressent, inexplicablement, une mélancolie et une faiblesse physique l'atteindre alors que ses nuits deviennent de plus en plus agitées. Petit à petit l'homme se prend à se sentir observé, à s'inquiéter de petits bruits ou de sensations étranges. Et la question se pose: devient-il fou?

Mon impression de jeunesse ne s'est pas trompée puisque, encore une fois, j'ai ressenti un grand plaisir à la lecture de ces trois versions. Ce n'est pas tant le vocabulaire, un peu suranné mais compréhensible, ou le style mais l'atmosphère d’inquiétude qui se dévoile de plus en plus au fil de l'intrigue. Il faut se l'imaginer. Comment réagirions-nous si nous perdions, petit à petit mais inéluctablement, l'impression d'être sain d'esprit. Si nous voyions des choses étranges se dérouler autour de nous et que nous perdions pied avec toutes explications rationnelles. Si nous ne sachions plus vraiment qui nous sommes et ce que nous sommes. En résumé, se sentir englouti par la folie à moins que ce que l'on s'est mis à croire soit réel... C'est ceci le véritable génie de cette œuvre. Ce long passage progressif, mais inéluctable, dans la folie que décrit Maupassant.

Image: chapitre.com

18:27 Écrit par Hassan dans Livre | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : le horla, maupassant | | | |  Facebook

27/04/2010

Les aventuriers de la mer 2: Le navire aux esclaves par Robin Hobb

Titre: Les aventuriers de la mer 2: Le navire aux esclaves51MuWB1%2BNoL._SL500_AA300_.jpg
Titre original: The liveship traders: Ship of magic
Auteur: Robin Hobb
Traducteur: A. Mousnier-Lompré
Éditeur: Pygmalion 2001 pour la traduction, 1998 édition originale
Pages: 379

Second tome de ce cycle nous retrouvons les différents personnages qui essaient de vivre tant bien que mal. Althèa, après sa spectaculaire fuite, a décidé de s'engager sur un navire de chasse ou elle retrouve un vieil ami. Elle pensait pouvoir aisément démontrer ses capacités mais elle découvrira vite qu'elle s'était un peu surestimée. Sans oublier le danger d'être une femme dans un monde d'hommes. Kyle et son fils commencent enfin à naviguer mais l'équipage n'accepte pas facilement le jeune prêtre qui accepte encore moins facilement d'être coincé sur un bateau. De plus en plus troublé il se prend d'affection avec la vivenef. Quand aux pirates, l'un des leurs accroit considérablement ses réussites et ses biens devenant un personnage de plus en plus en vue et proche de réussir à atteindre son but: devenir roi des pirates.

A la fin de ce tome on se rend compte que les intrigues ne sont pas encore totalement nouées. Les personnages ne se sont pas encore rencontré et les plans ne sont pas tous prêt. Mais les choses bougent et tous perdent et gagnent à leur tour tentant de survivre face à l'océan et à ses richesses. Mais ce qu'il reste encore à savoir c'est comment Terriville va-t-elle réagir face aux nouveaux marchands?

Image: Amazon.fr

23/04/2010

Les aventuriers de la mer 1: Le vaisseau magique par Robin Hobb

Titre: Les aventuriers de la mer 1: Le vaisseau magique51HCJR6QJ5L._SL500_AA300_.jpg
Titre original: The liveship traders: Ship of magic
Auteur: Robin Hobb
Traducteur: A. Mousnier-Lompré
Éditeur: Pygmalion 2001 pour la traduction, 1998 édition originale
Pages: 315

En avoir terminé avec le cycle de l'Assassin Royal n'implique pas que Hobb en a finit avec le monde qu'elle a créé. En effet, dans ce nouveau cycle nous retrouvons le monde où prennent place les événements de Fitz et des Six-Duchés. Mais la nous allons plus loin, nous allons à Terrilville. Un port dont nous avons entendu parler dans le cycle de Fitz comme l'endroit o?u l'on peut trouver tout ce que l'on souhaite. Car la ville est une ville de marchands possédant des navires doués de vie. Ces navires pouvant naviguer là ou d'autres hésiteraient.

Justement, c'est à bord de l'un de ces navires que nous allons retrouver les personnages que nous suivrons dans la suite des aventures: la Vivacia. En effet, la famille qui le possède se déchire le droit à le commander. Qui de Kyle le gendre de l'ancien capitaine ou de Althea la fille de ce même capitaine aura droit à la cabine du commandant? Parallèlement, nous découvrons qu'un pirate du sud développe des ambitions dangereuses pour tout le monde. Et, pour qu'il puisse mettre en place ses idées il doit accomplir un acte exceptionnel. Mais lequel?

Ce livre n'est que le premier tome du cycle. Nous voyons les personnages se mettre en place et les intrigues commencer à se nouer. Mais, pour l'instant, rien qui ne soit prêt. Néanmoins, il reste sympathique d'observer un autre lieu que les Six-Duchés et de voir de nouveaux événements qui se déroulent parallèlement à ceux que Fitz connait. Nous avons, d'ailleurs, quelques allusions sur la guerre des Pirates Rouges. Il faudra continuer la lecture pour savoir comment Hobb compte tisser ses intrigues.

Image: Amazon.fr

21/04/2010

L'assassin royal 13: Adieux et retrouvailles par Robin Hobb

Titre: L'assassin royal 13: Adieux et retrouvailles512SJNNSWNL._SL500_AA300_.jpg
Titre original: Fool's fate: The Tawny man III
Auteur: Robin Hobb
Traducteur: A. Mousnier-Lompré
Éditeur: Pygmalion 2006 pour la traduction, 2003 édition originale
Pages: 367

Il fallait bien y arriver un jours, voici le dernier tome de l'Assassin Royal. Alors que le combat des dragons et des humains a dévasté les rangs, coutant la vie a bien des amis de Fitz, le Prince Devoir repart rencontre le Hetgurd avec sa fiancée pour annoncer la réussite de la quête et expliquer les événements. Un nouveau temps se lève, Fitz et le Fou ont vaincu face à la Dame Pâle. Mais l'Assassin n'est pas satisfait. Il décide de rester sur l'île pour rechercher le corps du Fou et le sauver si il le peut. Quand à la Dame Pâle. Il la tuera si il la trouve. Accompagné de Lourd Fitz lèvera le voile sur quelques dernier mystères et comprendra qu'il est temps pour lui de reprendre la vie en marche plutôt que de la fuir.

Au léger résumé que j'ai fait on se rend compte facilement que ce tome est celui qui clôt toutes les intrigues. Le tome qui nous donne une grande partie des réponses aux différentes énigmes qui parsemaient le récit. Le titre est totalement approprié. Fitz doit faire bien des adieux mais en décidant de suivre la vie plutot que de la fuir il retrouvera aussi beaucoup d'autres personnes chères à son coeur. C'est donc dans le dernier tome que l'on trouve enfin un Fitz réconcilié avec lui-même et avec le monde. Affrontant enfin l'existence afin de recevoir ce qu'il méritait. Et la saga se clôt la dessus.

Image: Amazon.fr

18/04/2010

L'homme pluriel par Bernard Lahire

Titre: L'homme pluriel31RSMXAcrmL._SL500_AA300_.jpg
Auteur: Bernard Lahire
Éditeur: Hachette Littérature (Armand Collin/Nathan 2001) collection Pluriel
Pages: 392

Il y a longtemps que j'avais ce livre en vue. Car je voulais connaitre une partie de la pensée de ce sociologue ancien élève de Bourdieu. Mais j'avais peur que la difficulté du propos m'empêche de véritablement m'enrichir. Néanmoins, j'ai décidé de me jeter à l'eau et d'essayer. Lahire, dans ce livre, essaie de passer outre les grandes théories et les frontières académiques pour essayer de comprendre l'homme pluriel. Mais qu'est ce que l'homme pluriel? J'ai compris cette phrase comme étant une description des acteurs. Ces acteurs étant socialisés dans plusieurs champs de la société. Ce qui implique que nous ne sommes pas, en tant qu'individus, uniformes. Nous possédons de multiples dispositions qui ne prennent sens que dans des lieux sociaux particuliers.

Un second essai de Lahire concerne les concepts utilisés en sociologie. Selon l'auteur, une grande partie de ces concepts sont utilisés a priori sans essayer de les prouver ou de les analyser. L'auteur souhaite, donc, que les chercheurs se posent plus de questions sur ces concepts. L'auteur souhaite aussi que les sociologues acceptent de dépasser les limites de leur champs de recherches pour observer, et collaborer, avec d'autres disciplines. En effet, cette collaboration permettrait de mieux comprendre certains concepts importés et leurs limites mais aussi de mettre en place de nouvelles méthodologies.

Comme je le pensais c'est un livre riche. Un livre riche et compliqué. Mais sa lecture m'a permis de me poser des questions que je n'avais pas identifiées auparavant. Par exemple, j'ai apprécié le questionnement récurrent de l'habitus. Néanmoins, je ne crois pas avoir réussis à comprendre tout le propos de l'auteur. Je pense qu'il me faudra encore un peu de temps avant d'y réussir. Je pense que c'est un livre très intéressant et enrichissant mais que je ne conseillerais qu'aux personnes les plus intéressées et qui possède déjà un minimum de connaissance en sociologie.

Image: Amazon.fr

18:36 Écrit par Hassan dans Livre, Science, sociologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sociologie, lahire, homme pluriel | | | |  Facebook

11/04/2010

L'assassin royal 12. L'homme noir par Robin Hobb

Titre: L'assassin royal 12. L'homme noir51Z0ZXJMSJL._SL500_AA300_.jpg
Titre original: Fool's fate: The Tawny man III
Auteur: Robin Hobb
Traducteur: A. Mousnier-Lompré
Éditeur: Pygmalion 2005 pour la traduction, 2003 édition originale
Pages: 394

Petit à petit on s'approche de la fin du cycle de l'assassin royal. Nous sommes toujours sur l'ile d'Aslejval sur laquelle les compagnons du prince Devoir viennent de débarquer. La quête ne semble pas receler d'aventures romantiques puisque seul le froid et la faim attendent ceux qui décident de suivre le prince. Ils partent donc en direction du dragon dans le but de l'excaver de sa gangue de glace et de le tuer. Mais il semble que d'autres intrigues soient en mouvements dans les parages. En effet, nous ne savons toujours pas pourquoi la narcheeska souhaite la mort du dragon alors que le Fou fait tout pour l'éviter. Y a t-il une traitrise ou sont-ils tous manipulés par une force cachée?

Bien que toute l'intrigue se déroule sur une île des plus inhospitalière je ne me suis pas ennuyé lors de ma lecture. Les compagnons arrivent à la fin de leur quête et découvrent le lieux ou repose le dragon. Oui mais ce qu'on découvre c'est le voile qui recouvrait les intrigues. On sait enfin pourquoi il fallait tuer le dragon et pourquoi le Fou souhaite le sauver. Plus encore, on découvre des réponses à d'anciennes énigmes et le retour d'un vieil ennemi. A moins que ce soit un ami? En tout cas, les intrigues sont si emmêlées que personne ne semble savoir quel est le bon choix.

Image: Amazon.fr

10:25 Écrit par Hassan dans Fantasy, Livre, Robin Hobb | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : robin hobb, homme noir, assassin royal | | | |  Facebook

10/04/2010

L'urbistique. La ville assistée par ordinateur par Claudia Dubuis

Titre: L'urbistique. La ville assistée par ordinateur
Auteur: Claudia Dubuis
Éditeur: Université de Lausanne. Institut d'anthropologie et de sociologie 1994
Pages: 96

C'est intéressant de voir sur quoi on tombe quand on marche tranquillement sans se soucier de chercher quelque chose en particulier. Je ne cherchais donc rien quand je suis tombé sur de petits ouvrages qui semblaient intéressant. J'en ai choisis un et je l'ai lu. Cet ouvrage est une reprise d'un mémoire de licence qui a été amélioré. Vu la date d'édition on se rendra facilement compte, et l'auteure le dit en préface, que la littérature de l'époque était plus que lacunaire. Après tout, nous étions au début de l'informatique populaire. Personne ne pouvait prévoir sa gigantesque extension des dernières années liées à l'extension massive d'internet.

L'auteure, dans ce livre, essaie d'analyser la manière dont un institut, le CREM, tente de contrôler le réseau électrique de la ville de Martigny a l'aide de l'informatique. En lisant son analyse on ne découvre pas seulement des actes techniques mis en place par les membres du CREM mais une thèorie du social. En effet, non seulement l'électricité est vue comme un droit fondamental dont l'absence peut mener à des désordres sociaux. Mais les techniciens qui mettent au point la gestion par ordinateur ont aussi une pensée de ce qu'est le social. Alors qu'ils voient le politique comme un danger pour l'individualité ils essaient de créer un auto-contrôle des usagers qui soit visible au niveau commun en créant une sur-visibilité de l'énergie utilisée par les usagers. L'auteure, pour expliciter, utilise le concept de panoptique. Car les usagers sont susceptibles d'être surveillés en permanence mais ils ne savent pas quand. Ce panoptique virtuel créant une norme désindividualisée qui mène à un processus d'auto-contrôle extrêmement fort chez les individus.

A la fin de ce livre il m'est apparu que les réflexions développées étaient très stimulantes. Bien entendu, l'auteure écrivait un travail dans un contexte ou personne, ou presque personne, ne réfléchissait sur ces points. Donc nous observons beaucoup de manquements dans le texte. Néanmoins ces manquements sont explicables par l'époque. Néanmoins la réflexion reste stimulante et le concept de panoptique m'a particulièrement marqué. Dans le contexte actuel je pense que ce concept pourrait être utilisable pour expliquer des comportements pouvant émerger à cause d'une nouvelle forme, voir d'une destruction, de la vie privée. L'avenir nous le dira.

10:32 Écrit par Hassan dans contemporain, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : urbistique, anthropologie, martigny | | | |  Facebook

08/04/2010

L'assassin royal 11: Le dragon des glaces par Robin Hobb

Titre: L'assassin royal 11: Le dragon des glaces41Y7XQJW1NL._SL500_AA300_.jpg
Titre original: Fool's fate: The Tawny man III
Auteur: Robin Hobb
Traducteur: A. Mousnier-Lompré
Éditeur: J'ai lu (Pygmalion 2005 pour la traduction, 2003 édition originale)
Pages: 381

Comme on peut le voir dans le titre original on change de tome. Et si on change de tome on doit nécessairement changer un peu les intrigues. Bien entendu on suit encore la quête du prince Devoir. Cependant le prince est, cette fois, vraiment parti en direction des îles. Et il s'entoure de ses amis pour ce voyage. Le prince décide, donc, de s'entourer non seulement de son clan d'art mais aussi d'un nouveau, et non-officiel, clan de vif. Mais il faudra toutes les connaissances diplomatiques de Devoir pour résister aux coutumes étranges des Outriliens et accepter les différences avec celles des Six-Duchés. En tout cas, il devient de plus en plus clair qu'une volonté cachée se trouve derrière les événements. Mais laquelle et pourquoi?

Comme toujours l'édition française est coupée en plusieurs tomes. Ce découpage artificiel implique que ce "premier tome" est la partie introductive. Les parties introductives n'étant pas souvent les plus intéressantes. Mais, au moins, nous en apprenons plus sur la société outrilienne que je rapprocherais assez facilement des Vikings bien qu'il y ait de grandes différences. Nous en apprenons aussi un peu plus sur les dragons et la romance de Fitz continue à travers ses rêves brisant, l'un après l'autre, les secrets qu'il avait gardé.

Image: Amazon.fr

07/04/2010

L'assassin royal 10: serments et deuils

Titre: L'assassin royal 10: serments et deuils41bDv3SGt2L._SL500_AA300_.jpg
Titre original: Golden Fool: The Tawny man II
Auteur: Robin Hobb
Traducteur: A. Mousnier-Lompré
Éditeur: J'ai lu (Pygmalion 2004 pour la traduction, 2003 édition originale)
Pages: 411

La Narcheska a enfin quitté Castelcerf après avoir lancé un défi au Prince Devoir. Ils se retrouveront au printemps prochain pour l'accomplir mettant ce temps à disposition pour se préparer. Mais les intrigues continuent à fleurir autours du Prince et de la Reine et ils devront s'occuper d'un problème laissé trop longtemps en friche. En effet, les Pies continuent de menacer la monarchie alors que la Reine tente de nouer des contacts avec le Lignage au grand désarroi de ses conseillers. Ces liens pourraient pacifier le royaume définitivement ou le plonger dans la guerre civile alors même que Devoir doit se préparer à son prochain défi et à l'Art.

Il fallait bien que les Pies reviennent sur le devant de la scène. Ce tome est donc presque entier tourné vers les efforts de la Reine pour intégrer le Lignage tout en combattant les Pies. C'est pourquoi nous en apprenons bien plus sur les coutumes du Lignage. Mais c'est surtout un tome de préparation au prochain voyage. Nous assistons donc aux efforts de Fitz pour préparer un clan d'art alors qu'il se dépêtre encore des ennuis de son propre fils. Ce n'est pas forcément le tome le plus intéressant de tous mais il est loin d'être mauvais.

Image: Amazon.fr

26/03/2010

L'assassin royal 9: les secrets de Castelcerf

Titre: L'assassin royal 9: les secrets de Castelcerf41ZFCRMDA0L._SL500_AA300_.jpg
Titre original: Golden Fool: The Tawny man II
Auteur: Robin Hobb
Traducteur: A. Mousnier-Lompré
Éditeur: J'ai lu (Pygmalion 2003 pour la traduction, 2003 édition originale)
Pages: 443

Nous reprenons l'action juste après la fin du tome 8. Et quand je dis juste après c'est bel et bien juste après. Fitz, sous le nom de Blaireau, vient de rentrer à Castelcerf avec Devoir, le Fou et la Grande Veneuse. Bien entendu Fitz n'a pas le temps de se reposer. A peine revenu il doit déjà s'inquiéter des Pies, de son fils adoptifs et des intrigues de la cour de Castelcerf. Sans oublier les promesses qu'il a faite envers le Prince. Alors que le château se trouve dans un climat de tension inhérent aux problèmes délicats de diplomatie que doit résoudre la Reine Kettricken Fitz devra trouver un moyen de préparer le Prince et de le protéger. D'autant que les intentions pourraient être trompeuses...

Le premier tome de cette seconde trilogie était longuet, le second donnait un peu d'action et là nous nous retrouvons en plein dans les intrigues de la cour. C'est, probablement, ce qui fait le charme de ce récit. Mais ce n'est pas le sujet du livre. On pourrait penser que le véritable thème concerne la parenté. En effet, Fitz se découvre non seulement en fâcheuse posture face à son fils qui ne se prend pas en main mais il se retrouve aussi presque comme un père de substitution pour le Prince. La question est donc: comment être un bon père alors que l'on ne sait pas vraiment ce qu'implique ce rôle. Le charme de ce troisième tome est aussi son ouverture vers de nouvelles intrigues. Il semble, en effet, que les dragons vont jouer un rôle important. Mais de quel ordre et pourquoi? Nous aurons probablement la réponse plus tard. Il faut donc attendre la suite en espérant toujours la même qualité d'écriture.

Image: Amazon.fr

22/03/2010

Des hommes ordinaires. Le 101e bataillon de réserve de la police allemande et la Solution finale en Pologne par Christopher R. Browning

Titre: Des hommes ordinaires. Le 101e bataillon de réserve de la police allemande et la Solution finale en Pologne51rGLWO8FsL._SL500_AA240_.jpg
Auteur: Christopher R. Browning
Éditeur: Tallandier 2007 (1992 première édition originale)
Pages: 367

Hasard du calendrier je termines ce livre, devenu un classique de la littérature sur la Solution finale, alors que l'émission "reproduisant" l'expérience de Milgram est encore dans les débats. Car Browning a le même but que Milgram dans ce livre: comment des personnes ordinaires à tout égards ont-ils pu se muer en tueurs acharnés et sans états d'âmes? Comment devient-on complice du plus grand génocide que l'histoire ait connu? Browning a donc décidé de ne pas s'intéresser aux SS, ni aux Kapos, ni aux camps de concentrations. Non, l'auteur a décidé de ne s'intéresser qu'a des hommes véritablement ordinaires. Il a donc analysé les événements et les motivations d'un bataillon de police précis sur lequel on posséde de nombreuses sources judiciaires: le 101e bataillon de l'Ordnungspolizei.

Au fil du livre Browning nous livre, donc, les événements tels qu'ils peuvent être reconstitué par les souvenirs des membres de ce bataillon. Les tueries, les pogroms, les déportations mais aussi les policiers refusant de tirer, ceux qui ne refusent pas mais ratent intentionnellement sans oublier les états d'âmes de Trapp lors de la première tuerie. A la lecture de ce livre on découvre une palette large de comportements qui vont du refus pur et dur à l'acceptation totale des ordres avec plaisir en passant par des gammes variées de résistances épisodiques lorsque les contrôle par la hiérarchie sont manquant.

Puis, Browning essaie d'expliquer ce qu'il s'est passé. Il ne veut pas excuser mais essayer de comprendre comment ces événements ont été possibles. Qu'est ce qui a mené à de tels horreurs? Pour cela il mobilise de multiples points: pression des pairs, légitimité du pouvoir, distanciation envers les victimes, propagande,... Il semble qu'aucune de ces explications ne puisse, seule, expliquer parfaitement ce qu'il s'est passé.

Ce livre est, donc, un livre vivant. Vivant car on retrouve le déroulement des événements dans leur dynamisme. Comment les choses ont changés pour le bataillon depuis la première tuerie à Jozefow et comment elles évoluent vers une absence de sentiments. Mais c'est aussi un livre explicatif qui essaie de montrer comment la guerre et le régime nazi ont pu déshumaniser une partie de la population et pousser à tuer. Cependant ce sont des événements terribles et, même avec les moments de pitié que Browning nous montre, on ne peut pas excuser les auteurs de ces massacres.

Image: Amazon.fr

15/03/2010

Mindstar: Greg Mandel 1 par Peter F. Hamilton

Titre: Mindstar: Greg Mandel 151OgpGsRajL._SL500_AA240_.jpg
Titre original: Mindstar rising
Auteur: Peter F. Hamilton
Traducteur: Thierry Arson
Éditeur: Bragelonne 2010 collection Milady (1993 édition originale)
Pages: 603

Quand je vois qu'un nouveau livre d'Hamilton va sortir en français j'ai souvent envie de le lire. Je ne pense pas qu'il soit un génie de l'écriture mais j'apprécie ses histoires qui me font souvent réfléchir. Nous nous trouvons, dans ce récit, en Europe après le réchauffement climatique. Le monde tel qu'on l'a connu n'existe plus. La prospérité a quitté le monde occidental remplacé par des déluges d'eau et de réfugiés. Le gouvernement de l'Angleterre est tombé, provisoirement, au profit d'un gouvernement communiste qui vient d'être renforcé après des années de luttes.

Greg Mandel a traversé les différentes périodes de cette catastrophe en tant qu'ancien soldat. Mais pas n'importe quel soldat: un membre de la Mindstar. Les membres de cette unité d'élites ont tous reçu un implant neuronal leur permettant d'utiliser des capacités psys. Pour Mandel c'est l'intuition et une quasi télépathie. Travaillant comme enquêteur pour différents groupes il est amené à s'occuper de plusieurs affaires qui blessent sérieusement la plus grande compagnie industrielle du pays: Event Horizon. Mais qui souhaite détruire une entreprise qui peut remettre sur pied toute l'économie de la nation anglaise?

Comme d'habitude chez Hamilton on retrouve les même recettes. Un hyper capitalisme dé-régulé. Comme d'habitude les gouvernements sont inutiles et ce sont les entreprises qui agissent réellement dans ce monde. Les membres du gouvernement ne faisant que réagir. Comment souvent on se retrouve dans une guerre politico-économique dont seuls quelques personnes peuvent percevoir l'existence et encore moins agir sur elles. Ces personnes agissantes possédant trouvent des moyens financiers illimités et des moyens technologiques tout aussi impressionnant. Bien que l'enquête soit intéressante je ne pense pas que l'on soit vraiment entré dans l'intrigue. Ce n'est que le premier tome et il est possible qu'il ne fasse que poser les personnages? J'attendrais la suite et je verrais.

Image: Amazon.fr

14/03/2010

La diplomatie en trois rounds par John Scalzi

Titre: La diplomatie en trois roundsdiplomatie.jpg
Titre original: After the coup
Auteur: John Scalzi
Traducteur: Mikael Cabon
Éditeur: l'Atalante 2010 collection La dentelle du cygne (2008 édition originale)
Pages: 31

Comment parler d'un livre promotionnel? Car oui, c'est un livre promotionnel étant donné qu'il ne peut pas être vendu. L'éditeur a probablement demandé à l'auteur de lui offrir une nouvelle qu'il puisse donner à peu de frais pour intéresser des lecteurs potentiels au reste de l'œuvre. L'éditeur, en l'occurrence, est connu pour la qualité de ses choix littéraires ce qui rend l'auteur déjà intéressant. Mais si on peut lire un petit échantillon gratuit pourquoi se priver?

Malheureusement je ne connais pas l'univers dans lequel se place la nouvelle. Mais l'intrigue se déroule sur une planète alien après un coup d'état. Les humains souhaitent que ces aliens deviennent leurs alliés mais les négociations s'enlisent. C'est ici qu'intervient Harry Wilson, le seul militaire de l'expédition. Ayant entendu parler de son existence les aliens souhaitent organiser un combat entre lui et un de leurs champions pour savoir si la valeur des soldats humains est usurpée ou non. Ironiquement le seul soldat de l'expédition est un ingénieur mais il n'a pas le choix il devra tout autant réussir à se battre dans les règles d'une autre civilisation qu'essayer de ne pas froisser les membres de cette même civilisation. Difficile...

On ne peut pas vraiment se baser sur une seule nouvelle pour juger de la qualité d'un auteur même si ça donne un indice. Personnellement j'ai apprécié cette petite histoire. Elle est cohérente, prenante et rapide à lire. Les individus sont clairement identifiés même si le temps manque pour mieux les construire. Le combat en lui-même est simple mais intéressant. C'est, en fait, une petite histoire sympa à lire avant de, peut être, se lancer dans les véritables livres de John Scazi. Peut être le ferais-je un jours? Par contre, et je suis désolé envers l'illustrateur de dire ça, la couverture est d'un rare mauvais gout!

09:37 Écrit par Hassan dans Livre, science-fiction | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : john scalzi | | | |  Facebook

13/03/2010

Le sexe du militantisme dirigé par Olivier Fillieule et Patricia Roux

Titre: Le sexe du militantisme27246100394470M.gif
Auteur: Sous la direction de Olivier Fillieule et Patricia Roux
Éditeur: Presses de la fondation nationale des sciences politiques 2009
Pages: 361

Il est sûrement facile de voir pour ceux qui suivent régulièrement mes présentations (plutôt irrégulières ces temps retour aux cours obligent) que je me suis, récemment, intéressé aux problèmes de genre et aux problèmes liés à la sociologie des mobilisations. Le livre dont je parle ce matin, justement, essaie de lier la vision sociologique des dominations de genre dans le champs de la sociologie des mobilisations. Selon Olivier Fillieule et Patricia Roux les explications du militantisme oublient souvent d'observer et d'expliquer comment les femmes se mobilisent. Au lieu de se poser des questions et de trouver des réponses les auteurs auraient tendance à expliquer le statut particulier des femmes dans les mobilisations avec des points comme la maternité, le temps, le ménage,... Si on observer les explications que la sociologie du genre offre de la domination des femmes on se rend compte que ce n'est pas suffisant.

Le but de ce livre commun est donc d'observer le militantisme pour trouver des explications aux manières spécifiques des femmes de militer dans des organisations ou leur absence de militantisme. Pour trouver ces explications il a été décidé de diviser le livre en trois parties distinctes mais complémentaires. La première analyse précisément les femmes militantes, comment elles sont entrées dans le milieu du militantisme, comment elles agissent et comment leurs conjoints réagissent. On y découvre que l'homme impose souvent son agenda aux femmes mais que le contraire est très rare. L'action féminine serait donc tributaire de l'accord masculin et de la souplesse de l'organisation dans laquelle on milite.

La seconde partie prends en compte les tensions entre des organisations de militantismes et les femmes. Comment ces dernières réussissent-elles à militer en tant que femmes dans des organisations qui n'acceptent pas cette possibilité. que ce soit par l'héroïsation de la virilisation (la ligue Padane par exemple) ou par la pensée que l'organisation, étant au fait des structures de dominations, refuse qu'elle puisse recréer une forme de domination à l'intérieur même de ses rangs (les exemples surprenant des anarchistes par exemple). Sans oublier la transgression du genre qu'utilisèrent les mouvements homosexuels pour se rendre visible sur la scène publique, ce qui est analysé dans le dernier article de cette partie.

La dernière partie est probablement l'une des plus intéressante mais aussi l'une des plus compliquée. Car, cette fois, les auteurs ne se contentent pas d'observer les rapports de domination genrées mais essaient de voir comment la prise de conscience de cette domination s'articule avec des formes de domination différentes (classe et race par exemple).

Au final ce livre, très dense, est intéressant. Il permet d'ouvrir le regard vers des actions de dominations envers les femmes qui passent, souvent , inaperçues car elles ne sont pas forcément conscientes (c'est naturel, ça va de sois...). En incluant le genre dans la sociologie des mobilisations il permet de mieux comprendre pourquoi les femmes sont invisibilisées lors des mouvements et pourquoi certaines tentent de créer d'autres mouvements non-mixte. On découvre, lorsque les hommes sont absents, que les suppositions d'incompétence politique naturelle que l'on supposait celle des femmes est totalement fausse. Néanmoins, c'est un livre difficile à aborder et qui demande un certain effort de lecture pour réussir à comprendre les thèses qui y sont développées.

Image: pressesdesciencespo.fr

26/02/2010

L'assassin royal 8: la secte maudite par Robin Hobb

Titre: L'assassin royal 8: la secte maudite41J9R1DKYGL._SL500_AA240_.jpg
Titre original: fool's errand, the tawny man book 1
Auteur: Robin Hobb
Traducteur: A Mousnier-Lompré
Éditeur: J'ai lu (Flammarion 2003 pour la traduction, 2001 édition originale)
Pages: 445

Fitz, ou Tom Blaireau, est toujours à la recherche du Prince Devoir. Prince qu'il retrouve, d'ailleurs, très rapidement. Mais il se rend aussi rapidement compte qu'il est aidé et que les prétendus amis des environs pourraient tous n'être que des ennemis. La course poursuite se lance entre un groupe de vifiers revendiquant le nom de Pies et le groupe de Fitz qui essaie d'agir dans le plus grand secret. Entre ces deux groupes, le Prince, l'avenir des Six-Duchés, l'avenir de la fille d'Ortie et une femme...

Le premier tome résumait la vie de Fitz. Ce tome ci lance l'intrigue. Mais l'histoire va plus loin que ça. Fitz découvre un jeune homme aussi impatient et seul que lui qui essaie simplement de trouver de l'amitié. Ses ennemis utilisant cette envie à leur profit. Fitz découvre un jeune homme qui croit à son devoir même si il souhaiterait s'en échapper. Fitz est donc presque placé devant un second lui mais plus jeune. Et il devra lui aussi accepter les conséquences du refus de son devoir lorsque Umbre l'appela à l'aide. Car n'est-il pas responsable de ces événements lui aussi?

Image: Amazon.fr

21/02/2010

Pourquoi travaillons-nous? Une approche sociologique de la subjectivité au travail sous la direction de Danièle Linhart

Titre: Pourquoi travaillons-nous? Une approche sociologique de la subjectivité au travail41hhB%2BsVBAL._SL500_AA300_.jpg

Auteur: Sous la direction de Danièle Linhart
Éditeur: Erès 2008
Pages: 334

Pourquoi travaillons-nous? Une question plus compliquée qu'elle ne le semble. On peut répondre rapidement pour vivre. Mais on peut très bien quitter la société et vivre seul avec son jardin potager. Bien sur on abandonnerait beaucoup de choses mais c'est possible non? D'ailleurs pourquoi travailler est-il maintenant pensé nécessaire à la vie. Comment une activité si gourmande en temps et en énergie a-t-elle pu s'imposer ainsi dans la société? Il semble que la réponse soit parce que le travail donne un statut. Un statut valorisé et intégrateur dans la société. Mais ce livre dirigé par Danièle Linhart ne se pose pas cette question, compliquée, de front. Elle demande comment la subjectivité, le vécu de la personne, s'intègre dans le travail et comment le travail en est modifié en enquêtant sur le terrain pour découvrir quelques réponses.

Dans la première partie les auteurs se demandent comment le travail peut agir pour valider la personne. L'article qui m'a le plus intéressé dans cette partie est celui concernant les prisons. L'auteur a été enquêté dans plusieurs centres de détentions pour y voir comment les prisonnier intègrent le travail dans l'univers carcéral. Il a découvert que le travail non seulement pacifie les détenus et aide les surveillants à mieux faire leur travail mais qu'il brouille, temporairement, la hiérarchie sociale de la prison. Il permet de rendre aux détenus un statut qu'ils ont perdus quand ils sont entrés en prison. On y lit aussi quelques témoignages de personnes affirmant qu'elles se seraient déjà suicidée si elles ne pouvaient pas travailler. Nous y trouvons aussi un article sur la vision de leur propre travail par les aides à domicile qui sont coincée entre une demande forte de soins et un refus de considérer leur travail d'accompagnement, qui peut passer simplement par la conversation, comme étant un vrai travail. Et un article sur la vision qu'ont des travailleurs sociaux français des bénéficiaires de ces allocations (nommé la Couverture Maladie Universel).

La seconde partie monte comment le travail agit sur les personnes. En prenant l'exemple d'employés d'EDF, de travailleurs sociaux et de membres du ministère de l'équipement. Dans les deux premier cas c'est la relation avec le client qui est problématique. Dans le cas d'EDF c'est l'ordre de couper l'énergie aux familles ne payant pas les factures qui se heurte à la morale personnelle alors que les travailleurs sociaux ont l'impression de ne plus pouvoir faire bien leur travail à cause du manque de temps, de moyens et de personnes. Le troisième cas montre comment un changement heurte une morale acquise précédemment par les travailleurs. Le point commun est donc bien la morale et comment l'entreprise, ou l'état qui peut être l'employeur, tente de court-circuiter cette morale pour permettre à l'employé de faire son boulot et comment les employés réagissent à cette tentative (parfois inconsciente).

La dernière partie est plus surprenante. On y trouve, par exemple, un article sur le travail de nuit. Je m'attendais, comme l'auteur au début semble-t-il, a des plaintes de fatigue, de liens sociaux coupés, de difficultés avec la famille. L'enquêteur a trouvé des personnes équilibrées, dont la vie est bien mieux remplie qu'auparavant avec de meilleurs liens d'amitiés et familiaux et qui dorment bien mieux! Pire encore, des personnes qui ont l'impression d'être privilégiée de pouvoir travailler la nuit.  Cette partie montre, j'ai l'impression, comment le travailleur mêle sa vie privée à sa vie professionnelle.

C'est un livre très intéressant et très surprenant. En le lisant j'ai appris beaucoup de choses et j'ai envie de les connaitre un peu mieux. Les enquêtes sont même souvent surprenantes et, par exemple, on pourrait en conclure que la politique largement utilisée maintenant de prendre des travailleurs pour une durée fixe pourrait être contre productif. En effet, ces travailleurs ne possèdent pas la motivation ou la connaissance des ouvriers et employés véritablement engagés et font à peine leur travail sans aucune envie de qualité. Loin de toutes perspectives partisane je pense que n'importe quel patron pourrait en apprendre beaucoup sur la vraie productivité qui, parfois, demande qu'on laisse les employés faire les choses comme ils le sentent et, surtout, en confiance.

Image: Amazon.fr

10:10 Écrit par Hassan dans contemporain, Livre, sociologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : travail, sociologie | | | |  Facebook

19/02/2010

L'assassin royal 7: le prophète blanc par Robin Hobb

Titre: L'assassin royal 7: le prophète blanc41Z4319FS8L._SL500_AA240_.jpg
Titre original: fool's errand, the tawny man book 1
Auteur: Robin Hobb
Traducteur: A Mousnier-Lompré
Éditeur: J'ai lu (Flammarion 2003 pour la traduction, 2001 édition originale)
Pages: 411

Ce livre est le premier tome de la seconde trilogie (mais subdivisé par l'éditeur). Nous retrouvons le royaume des Six-Duchés prés de 20 ans plus tard. Prospère et en paix le royaume s'est reconstruit sous la régence de la reine Kettricken. Son fils se prépare a prendre le pouvoirs dans quelques années et sa mère lui prépare des alliances pour permettre une paix plus large entre le royaume et les Outrilliens, les même qui ont attaqué le royaume lors de la première trilogie. Mais d'autres évènements se mettent en place. Sans ennemis extérieurs le peuple se tourne vers un ennemi intérieur et martyrise toutes personnes soupçonnées de posséder le Vif. Ces derniers, ne supportant plus ces attaques, ont commencé à se battre en dénonçant des vifiers cachés ou en détruisant des élevages. Fitz Chevalerie, maintenant connu sous le nom de Tom Blaireau, vit tranquillement et loin de tout mais il semble qu'il doive bientôt repartir en quête pour aider le royaume. Ses amis, en tout cas, essaient de l'y pousser.

Ce tome est un peu ennuyeux. Peut être à cause de la subdivision opérée par l'éditeur qui a probablement coupé les évènements plus dynamiques? Je le saurais lors du prochain tome. L'ennui vient du fait que ce tome nous montre comment la vie de Fitz Chevalerie a changé. Ce qu'il a fait entre les deux trilogies mais aussi la façon dont il vit actuellement. Ces récits prennent la majorité des premières 300 pages ne laissant que les 100 dernières pour développer les événements proprement politiques qui seront les intrigues de la seconde trilogie. Ce n'est donc pas un tome a considéré pour lui-même mais en lien avec ses suites. Sinon on ne voudra jamais continuer. Néanmoins, on apprend quelques petites choses sur le monde créé par Hobb. Par exemple la magie des amulettes. Mais c'est peu.

Image: Amazon.fr

17/02/2010

Les artefacts du pouvoir 3: L'épée de feu par Maggie Furey

Titre: Les artefacts du pouvoir 3: L'épée de feu51n0v5i3ihL._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_AA240_SH20_OU08_.jpg
Titre original: The sword of flame
Auteur: Maggie Furey
Traducteur: Isabelle Pernot
Éditeur: J'ai lu (Bragelonne 2007 pour la traduction, 1995 édition originale)
Pages: 670

Il y a longtemps que j'attends ce troisième tome et la suite de l'histoire d'Aurian et d'Anvar. Pour mémoire, les deux mages ont finalement réussis à s'échapper des griffes de l'Archimage Miathan qui les avait emprisonné à la tour d'Incondor. Mieux encore, Anvar a réussi à recréer la Harpe des Vents. Nos deux mages sont donc en possession de deux des quatre artefacts de pouvoir. Mais maintenant il est temps de repartir dans le nord en direction de Nexis. Il est temps de contre attaquer et de rendre coup sur coup à Miathan. Pour cela Aurian essayera de s'allier les Ailés et les fiers Maitres des Chevaux. Il est d'autant plus urgent de retourner au nord que l'Épée de Feu s'y trouve aussi.

J'avais beaucoup aimé les deux premiers tomes mais j'ai moins apprécié ce troisième tome. Peut être parce que l'on pensait que tout, au sud, était réglé et que l'on découvre de nouvelles dissensions. Des dissensions qui retardent Aurian et Anvar. Ce tome est une longue préparation avant que les deux mages puissent enfin retourner dans le nord et combattre Miathan et Eliseth. Ce qui fait que j'ai eu l'impression, parfois, qu'il y avait trop de langueur. Peut être aussi parce que les deux premier tomes avaient des thèmes forts: respectivement accepter de vivre et accepter l'amour. Alors que dans l'épée de feu il n'y a rien d'aussi fort. Néanmoins l'histoire reste intéressante et palpitante et j'attends de connaitre la fin.

Image: Amazon.fr

12/02/2010

La reine solitaire par Robin Hobb

Titre: L'assassin royal 6: La reine solitaire41SH695M18L._SL500_AA240_.jpg
Titre original: Assassin's quest
Auteur: Robin Hobb
Traducteur: A Mousnier-Lompré
Éditeur: J'ai lu (Pygmalion 2000 pour la traduction, 1997 édition originale)
Pages: 380

Dernier tome de la première trilogie de l'Assassin Royal, enfin, comme d'habitude on retrouve Fitz et son groupe juste après qu'on les ai quitté dans le tome précédent. Fitz s'est trouvé transporté par un artefact magique étrange dans une ancienne ville en ruine ou il trouve des traces du roi Vérité. Ces traces redonnent espoir à ses compagnons qui s'empressent de le retrouver le plus vite possible. D'autant qu'il apparait rapidement que Royal a envoyé des soldats aux trousses de Fitz. Mais comment retrouveront-ils Vérité et ce dernier aura-t-il enfin réussi à éveiller les Anciens? Et comment royal réagira-t-il?

Le tome précédent instaurait une atmosphère de plus en plus mystérieuse. On ne savait pas qui était Caudron, qu'était cette voie magique et ou étaient vérité et les Anciens. Ce tome répond à ces questions. On en apprend plus sur comment ils se sont éveillés la dernière fois mais surtout on apprend ce qu'ils sont en réalité. J'ai apprécié de recevoir, enfin, ces informations. Mais les dernier événements sont surement les plus intéressants car le temps commence à presser. Ce que j'attendais le plus, bien entendu, c'était comment Royal et Fitz allait se confronter. J'ai apprécié ce qui s'est passé à ce moment la même si j'aurais pu m'y attendre. En bref, c'est vraiment la fin d'un cycle qui n'était pas censé avoir de suite.

Image: Amazon.fr

10/02/2010

Paroles de déportés : Témoignages et rapports officiels

Titre: Paroles de déportés : Témoignages et rapports officiels51pnD7smAQL._SL500_AA240_.jpg
Éditeur: Bartillat 2009
Collection: Omnia
Pages: 306

J'ai hésité avant de parler de ce livre. Pour plusieurs raisons dont la plupart sont parfaitement compréhensibles et transparentes. Après réflexion j'ai tout de même accepté d'essayer d'en parler. Mais il reste de savoir comment. Car c'est un sujet vaste, difficile et surtout profondément émotionnel. Ce que nous lisons dans ce livre est horrible. Est inhumain. Le livre contient les témoignages de déportés et des rapports concernant la vie quotidienne - peux-t-on la nommer ainsi sans hypocrisie? - dans les camps de la mort découpé selon le "thême" concerné, arrivée, sévices, libération...

Lors de la lecture on découvre un système profondément et fondamentalement inhumain. Dont les deux seuls buts sont la déshumanisation et la destruction des vies humaines. Ce que l'on découvre à travers les paroles de ces survivants ce n'est pas qu'un cynisme sans faille mais aussi, et surtout, une cruauté inconcevable. On ne peut que ressentir une profonde tristesse face aux sévices relatés, avec courage, par ces personnes dont on déniait l'humanité. C'est un livre dur à lire.

En lisant ce livre il m'est venu plusieurs questions sur la façon dont, en tant qu'étudiant en histoire, je pouvais partager ces connaissances des horreurs qui ont eu lieux. Je peux critiquer la manière dont le livre a été découpé: lier des fragments de témoignages selon des thèmes globaux est-il une bonne manière de faire? je peux aussi critiquer l'absence d'explication et d'accompagnement des témoignages mais est-ce vraiment pertinent?

A un certain moment c'est moi-même que je me mis à critiquer. En effet, je connaissais ces événements et sévices. J'en avais une connaissance intellectuel par la lecture de livres d'histoire. Mais un livre scientifique n'a pas la même force qu'un témoignage brute et nu. De la même manière un livre n'a pas la même force que la parole. Réfléchissant sur la manière dont je ressentais ces événements horribles j'en suis arrivé à une conclusion. Même si, intellectuellement, je connaissais la réalité des sévices et pouvais comprendre le système inhumain qui se trouve derrière j'étais incapable. émotionnellement, de concevoir une telle haine à l'égard d'êtres humains. Comment pouvoir concevoir qu'un être humain soit capable de tels tortures et méfaits contre un autre être humain? Comment imaginer qu'un être humain puisse ne voir en d'autres êtres humains que des animaux, voir même pas des animaux? Je ne crois pas en être capable.

Image: Amazon.fr

09:50 Écrit par Hassan dans contemporain, Histoire, Livre | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |  Facebook

09/02/2010

L'assassin royal 5: La voie magique par Robin Hobb

Titre: L'assassin royal 5: La voie magique41YC06366XL._SL500_AA240_.jpg
Titre original: Assassin's quest
Auteur: Robin Hobb
Traducteur: A Mousnier-Lompré
Éditeur: J'ai lu (Pygmalion 2000 pour la traduction, 1997 édition originale)
Pages: 381

Petit à petit on arrive à la fin de la première trilogie de l'Assassin. Les événements ne se précipitent pas mais les différents protagonistes commencent à se retrouver. Nous rejoignons Fitz juste après son évasion dans le désert. Toujours avec sa volonté de rejoindre son roi Vérité. C'est ainsi qu'il fuit dans les montagnes ou il retrouve d'anciens amis qui s'adjoignent à lui dans sa quête. Mais ses ennemis ne sont pas inactifs et alors que la guerre contre les pirates rouges est presque perdue Royal semble vouloir attaquer les Montagnes. Il est de plus en plus nécessaire pour les Six-Duchés de retrouver un vrai roi et la paix.

L'ennui quand on coupe un livre en plusieurs tomes c'est que la cohérence interne peut être sacrifiée. On se retrouve souvent avec des événements qui ne prennent sens que dans d'autres livres ou qui y sont liés. C'est le cas ici mais économie oblige on préfère vendre trois livres plutôt qu'un seul. Néanmoins, l'atmosphère de mystère est croissant. Qui est Caudron par exemple? Que sont ces chemins perdus que les compagnons vont suivre? Ou sont les anciens? On en saura surement plus dans la fin de la première trilogie de l'assassin royal.

Image: Amazon.fr

08/02/2010

Héros et merveilles du moyen âge par Jacques Le Goff

Titre: Héros et merveilles du moyen âge41pueX9-NrL._SL500_AA240_.jpg
Auteurs: Jacques Le Goff
Éditeur: Seuil 2005 et 2008
Pages: 312

Depuis l'année passée le moyen âge me fascine. C'était une époque fondamentalement différente et pourtant créatrice de notre civilisation. Un monde que l'on a vu noir et chaotique alors qu'elle créa de magnifiques œuvres et une philosophie unique. Une époque non de transition mais de création alors qu'elle se pensait comme précédant la fin des temps et déclinante. Lorsqu'on veut s'instruire sur cette période magnifique on touche, forcément, a quelques grands médiévistes dont Jacques Le Goff fait partie.

Ce livre en poche est écrit pour parler d'une forme d'histoire particulière: l'histoire de l'imaginaire. A l'intérieur du texte Jacques Le Goff nous parle de rois, de chevaliers, de femmes et d'objets symboliques du moyen âge et qui ont, parfois, gardé toute leur force jusqu'à nos jours jusqu'à, parfois, incarner une partie de ce que l'on pense être la période médiévale. C'est ainsi que Le Goff nous offre des informations autant sur Charlemagne et Arthur que sur le cloître et les cathédrales en passant pas des métiers comme celui des jongleurs. Mais Le Goff ne se contente pas de nous donner la signification et l'origine médiévale de ces symboles. Il nous offre leurs changements et perpétuations tout au long de l'histoire jusqu'à nous.

Néanmoins, pour celui qui souhaitait un essai, ce sera une déception. Ce livre, en fait, n'est pas fait pour être construit en poche. C'est un livre court et synthétique dans le but d'entourer de belles images en couleurs alors que ce livre en poche nous les montre en noir et blanc. Si on souhaite vraiment jouir de ce livre il faudra dont prendre son alter ego en grand format que, malheureusement, je n'ai pas entre les mains. L'édition en poche ne peut pas donner autant de plaisir même si il donne des informations intéressantes.

Image: Amazon.fr

09:55 Écrit par Hassan dans Histoire, Livre, moyen âge | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : héros, merveilles, jacques le goff | | | |  Facebook

05/02/2010

Honor Harrington 4: Au champ du déshonneur par David weber

Titre: Honor Harrington 451-G1fukv9L._SL500_AA240_.jpg
Tome: Au champ du déshonneur
Titre original: Honor Harrington: the field of dishonor
Auteur: David Weber
Traducteur: Florence Bury
Éditeur: J'ai Lu (l'Atalante 2001 pour la traduction et David Weber 1994 première édition originale)
Pages: 445

Le tome précédent m'avait déçu à cause de sa fin mais j'ai tout de même eu envie de lire la suite de la saga Harrington. Il n'y a presque aucun décalage chronologique entre le tome 3 et le tome 4 puisque nous retrouvons Honor directement à la suite des événements. Comme prévu une cour martiale est en train de se réunir pour juger Pavel Young pour désertion et lâcheté. Mais ce dernier a encore des appuis puissants, malgré son humiliation, et il se pourrait bien qu'il s'en sorte encore. Honor, elle, se retrouve impliquée dans une gigantesque crise politique et harcelée par les journalistes. Ses ennemis essayant tous de l'abattre. Mais ils apprendront vite que l'on ne s'attaque pas à Honor sans qu'elle ne réplique...

Aucune batailles dans ce tome, presque aucun vaisseaux. Mais une superbe bataille politico-juridique dans laquelle je me suis plongé avec un grand plaisir. D'ailleurs, il semblerait que Weber ait étudié l'histoire et la science politique. Si c'est bien le cas ça explique beaucoup de choses puisque ce livre nous montre surtout la mise en place de stratégies politiques plutôt que militaires. Ce tome est, donc, extrêmement haletant. De plus, on en apprend plus sur Honor et ses devoirs sur Grayson ce qui permet d'ouvrir un peu plus l'histoire. Autant le tome 3 m'a déçu autant j'ai adoré ce tome!

Image: Amazon.fr

04/02/2010

Classer, dominer : Qui sont les autres ? par Christine Delphy

Titre: Classer, dominer : Qui sont les autres ?41sG%2BorkkmL._SL500_AA240_.jpg
Auteurs: Christine Delphy
Éditeur: La Fabrique 2008
Pages: 227

Christine Delphy, féministe française, n'a pas vraiment écrit un livre mais mis ensemble plusieurs articles, prises de positions et conférence qu'elle a donnée. Leurs points communs est de parler des rapports de domination. Pour l'auteure ce rapport de domination est structurel de la société et se voit surtout dans le travail de définition. Selon elle, les dominants ont un droit de définir ce que sont les dominés ce qui mène à les indiquer comme différents de ce qui est normal (sous entendu: blanc, bourgeois et hétérosexuel). L'un des moyens de supprimer cette définition est de l'utiliser ou de se définir sois-même. Ce qui est un acte profondément déviant pour le point de vue des dominants. Le second moyen serait de définir ce que sont les dominants. Il faut, en fait, supprimer l'altérité ou démontrer celle des dominants.

Mais l'auteure ne se contente pas de parler de la domination des hommes sur les femmes. Elle tente de mettre en rapport les dominations de classe, de race et de préférences sexuelles. Ainsi, selon l'auteure, il est possible d'être à la fois dominées et dominantes (ou dominants et dominés). C'est une relation plurielle de multiples réseaux de dominations qui se met au jours. Christine Delphy, actualité oblige, parle aussi beaucoup de l'affaire du voile. Elle considère que son interdiction et la façon dont on l'a interdit cache une relation de racisme face à ceux que l'on nomme "immigrés de seconde génération". Car les blancs qui ont rédigés la loi n'ont jamais voulu écouter une de ces femmes ayant choisis le voile. Les définissant d'emblée comme manipulées et incapables de décider pour elles-même. C'est, donc, une relation paternaliste qui se forme.

Je ne connais pas assez bien les théories féministes pour me prononcer sur ce livre. Mais les articles de Christine Delphy sont intéressant et très stimulants intellectuellement. Car, elle ne se contente pas d'analyser. Elle souhaite agir et revendique une certaine vision de la société. Même quand elle se heurte à des intellectuels connus.

Image: Amazon.fr

09:53 Écrit par Hassan dans contemporain, Livre, Politique, sociologie | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : classe, race, genre, domination | | | |  Facebook