science-fiction - Page 11

  • Captain America: Civil War

    Après Batman V Superman il est temps de s'intéresser à l'autre univers des super-héros qui se battent entre elleux : Marvel. Le monde a connu de nombreuses catastrophes que les Avengers et leurs membres individuels ont aidé à arrêter. Que ce soit la chute du SHIELD, la destruction de New York ou celle de la Sokovie les Avengers ont aidé. Mais illes n'ont pas réussi à sauver tout le monde. Et alors qu'une mission tourne mal et se conclut par la mort de diplomates du Wakanda l'ONU se demande s'il ne serait pas nécessaire de contrôler les activités de ces personnes extrêmement puissantes. Un accord est écrit et une grande majorité des pays signent. Il est demandé aux Avengers de signer aussi afin de se soumettre aux décisions d'une autorité légitime. Alors que certain-e-s sont d'accord d'autres, dont Captain America, craignent que cela les empêchent d'agir quand cela est nécessaire. Après un attentat la lutte des arguments devient une lutte physique alors que des ami-e-s s'affrontent.

    Je me suis demandé de quelle manière il serait possible d'adapter Civil War. L'évènement concerne des centaines de personnages et met à mal de nombreuses relations ce qui a des conséquences encore maintenant dans l'univers des comics. Le film, si on le prend comme un simple moyen de s'amuser en regardant de belles scènes d'action, réussit à crée de belles images dont certaines sont tirées des films. Mais il échoue sur bien des points plus importants si l'on souhaite de véritables enjeux. L'arrivée de nouveaux personnages, nécessaire pour créer des batailles plus importantes malgré le petit nombre de personnages, est mal géré et même très artificiel. Les enjeux sont balayés d'un revers de la main. Au final, cette guerre civile n'a aucun impact sur les relations ni sur le futur du MCU. En effet, ce qu'on nous montre ce sont des personnes qui restent amies même en pleine bataille. Normalement, cet événement aurait dû détruire des relations d'amitié. Là elles existent toujours. Par contre, le film réussit à passer d'un point de vue global, les accords, à un point de vue plus intime entre deux personnages. Bref, comme d'habitude Marvel fait mine de prendre des risques sans en prendre aucun. Il faudra bien, un jour, que quelque chose soit vraiment risqué.

    *
    **
    ***
    **** Un bon film d'action mais sans aucuns enjeux ni conséquences.
    *****

    Images : Site officiel

    4.jpg

  • The 100 saisons 1 et 2

    The 100 est une série de la CW. Elle se déroule dans un futur assez proche. Environ 100 ans se sont déroulés depuis que la Terre a vécu une apocalypse nucléaire. Les survivants se sont regroupées dans l'espace dans une douzaine de stations reliées entre elles. Ces stations permettent de nourrir et de faire vivre près de 3000 personnes mais au prix d'une discipline de fer. Tous les crimes sont punis de la même manière : la peine de mort. Seules les personnes mineures sont épargnées pour être réexaminés à leur majorité. Mais la station ne peut plus durer encore longtemps. Il est donc décidé d'envoyer les mineur-e-s criminel-le-s sur Terre afin de vérifier l'habitabilité des lieux. Ces 100 adolescents et enfants devront apprendre à survivre dans un milieu hostile. Et surtout, illes apprendront qu'illes ne sont pas seul-e-s.

    La CW n'a pas une très bonne réputation pour les séries. Pourtant, je trouve que la chaine réussit à créer des œuvres intéressantes. The 100 est l'une d'elle. J'ai énormément apprécié ces deux saisons (et j'attends la troisième avec impatience). De nombreux personnages sont très bien écrit avec une évolution justifiée (bien que parfois un peu abrupt). C'est l'une des rares séries que je connaisse à mettre autant en avant de bons personnages féminins dans des rôles techniques ou de leaders. Le propos de la série, comme l'explique le poster, est la survie. De quelle manière différents groupes d'humains essaient d'éviter la mort. Bien que nous suivions principalement les personnes venues de l'Ark les scénaristes essaient de ne pas trop nous guider dans un raisonnement moral. Ainsi, on peut accepter plusieurs décisions puis se demander si une autre solution aurait pu être possible. Cet aspect est particulièrement important dans la saison 2 qui fait vraiment décoller la série.

    En lien avec le thème de la survie, on observe le rôle des leaders et du pouvoir. Leur position est montrée de manière négative. Ce sont des personnes qui prennent des décisions de vie et de mort avec, parfois, la connaissance exacte des effets de ces décisions. La série, outre la survie, pose donc la question de la légitimité des décisions prises par des personnes élues ou non qui peuvent impacter toute une société et tuer des personnes pour sauver le plus grand nombre au prix d'une position éthique. Ainsi, on peut résumer la série par les mots de l'un des personnages : il n'y a pas de bons côtés. Mais j'ajouterais qu'il n'y a pas de mauvais côté non plus seulement des personnages qui agissent dans certains cadres qui leur imposent des décisions précises. En résumé, c’est une très bonne série.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** Une très bonne série avec une seconde saison magnifique.

    Images : Allociné

    Site officiel

    181925.jpg

  • Injustice. Les dieux sont parmi nous. Année 3. Première partie par Tom Taylor, Bruno Redondo et Mike S. Miller

    Titre : Injustice. Les dieux sont parmi nous. Année 3. Première partieinjustice-annee-3-1ere-partie-tome-5-270x406.jpg
    Auteurs : Tom Taylor, Bruno Redondo et Mike S. Miller
    Éditeur : Urban comics 9 janvier 2016
    Pages : 144

    Ce tome contient Injustice. Gods among us year three 1-6. Superman a gagné la guerre contre les Green Lanterns grâce à ses alliés du corps de Sinestro. Le corps est brutalement atteint et tous ses membres humains sont morts ou ont trahis. Cependant, cette guerre n'a pas été sans conséquences sur le monde. Les dégâts sont importants et les corps jonchent les rues. Des civils innocents ont été tué par le déchainement de puissance de Superman et des Gardiens. Cette guerre a définitivement ouvert les yeux du monde sur celui qui fut un héros et mis à mal le camp de Superman. Un homme en particulier en a marre. Son nom est John Constantine. Il est très puissant et la guerre a mis en danger des personnes importantes à ses yeux. Il décide de lancer les forces de la magie contre le tyran Superman.

    Cette première partie pose de nombreuses questions. Bien entendu, il ne fallait pas longtemps avant que la magie soit utilisée. C'est l'une des rares faiblesses de Superman. Mais on se pose des questions sur de nombreux personnages. Le premier est le Spectre qui se range derrière Superman sans que l'on comprenne vraiment pour quelle raison. Les auteurs décident de laisser l'énigme irrésolue. Beaucoup de personnages sont laissés dans l'ombre tandis que la résistance est totalement oubliée. En fait, l'intrigue magique est trop importante pour laisser de la place. Et Constantine prend une place très importante qui empêche d'autres personnages de se faire une place au soleil.

    *
    **
    ***
    **** J'apprécie toujours autant la série bien que ce tome laisse dans l'ombre de nombreuses choses que je souhaiterais voir.
    *****

    Images : Éditeur

  • Injustice. Les dieux sont parmi nous. année 2, Première et seconde partie par Tom Taylor, Bruno Redondo et Mike S. Miller

    Titre : Injustice. Les dieux sont parmi nous. Année 2, Première et seconde partie
    Auteurs : Tom Taylor, Bruno Redondo et Mike S. Miller
    Éditeur : Urban comics 28 août 2015 et 9 octobre 2015
    Pages : 144 et 184

    Ces deux tomes contiennent Injustice : Gods among us year two 1-12 et Annual 1. La Terre subit une seconde année sous le règne de Superman. Nous n'en sommes pas encore à la dictature. Mais, Superman a prévenu les gouvernements du monde qu'il interviendrait dans les affaires politiques à l'aide d'une milice privée de superhumains. Ces derniers sont envoyés à Gotham sans l'assentiment de Gordon. C'est dans cette ville que la résistance décide de s'implanter malgré l'absence de Batman. De plus, les nouvelles règles de Superman ne sont pas passées inaperçues dans l'univers. Sinestro observe la Terre de près et se dit qu'il pourrait s'allier à cette nouvelle Ligue de justice. Mais cela implique manipulations et discrétion. Car les Gardiens de l'univers sont aussi au courant et souhaitent examiner les actions de l'un des êtres les plus puissants de l'univers.

    La première année a permis de mettre en place les raisons derrière les décisions de Superman. Cette seconde année, en deux tomes, permet de placer définitivement Superman de l'autre côté de la ligne. Bien qu'il se présente encore comme un bienfaiteur ses actes et ses alliés permettent d'en faire une figure de plus en plus malsaine. Que ce soit la prise de contrôle de villes et de parlements ou encore le lien avec Sinestro, un terroriste. Ainsi, pour de nombreux personnages, le point de non-retour est atteint. C'est particulièrement le cas pour Hal Jordan. J'ai, encore une fois, adoré le personnage de Sinestro qui montre une capacité de manipulation tout à fait machiavélique. Bien que les dessins ne soient pas des plus beaux les combats contre les Green Lanterns sont superbes de puissance. Ces deux tomes sont dans la droite ligne des précédents et restent tout aussi bons.

    *
    **
    ***
    **** Pas beaux mais intéressants avec un Sinestro bien écrit et des personnages aux actions qui ont de réelles conséquences.
    *****

    Images : Éditeur tome 1 et tome 2

    injustice-annee-deux-2-eme-partie-270x422.jpginjustice-annee-deux-1re-partie-270x417.jpg

  • Infinite crisis 5. Crise infinie par Geoff Johns, Greg Rucka, Gail Simone et Phil Jimenez

    Titre : Infinite crisis 5. Crise infinieinfinite-crisis-tome-5-270x416.jpg
    Auteur-e-s : Geoff Johns, Greg Rucka, Gail Simone et Phil Jimenez
    Éditeur : Urban comics 1 avril 2016
    Pages : 320

    Ce cinquième, et dernier, tome contient Infinite crisis 5-7, Rann-Thanagar war special 1, OMAC projet special 1, Villains united special 1, Superman 226, Action comics 836, Adventures of Superman 649. Ça explose dans tous les sens. La guerre interstellaire entre Rann et Thanagar implique toutes les espèces pensantes de l'univers autours d'un événement cosmique inconnu et destructeur. Les héro-ïne-s humain-e-s décident de s'en mêler. Mais la Terre elle-même est danger. De nombreux complots attaquent en même temps afin de déborder les héro-ïne-s et laisser Alexander Luthor terminer son plan majeur : créer à nouveau un multivers afin de trouver la Terre parfaite et de détruire les autres. Le monde magique est mis à mal, les vilain-e-s de la Terre entière s'échappent et pendant ce temps les Supermen se combattent alors que Superboy prime devient de plus en plus agressif.

    Ce pourrait être une énorme explosion de personnages. Ça l'est en partie. De nombreuses scènes montrent des centaines de personnages se combattre et mourir. Les morts ont pu d'impacts car on ne connait pas ses personnages et on ne les a pas suivis. Leurs morts ne permettent que de montrer l'atmosphère de guerre. Heureusement, certaines scènes sont plus intimes. En ce qui concerne Superman Terre 1 et Superman Terre 2 des numéros entiers sont dédiés à leur combat. Celui-ci prend la forme aussi bien d'une destruction physique que de la tentative de comprendre son adversaire en apprenant quel a été sa vie. Ceci permet de donner une vision étrange de plusieurs réalités dans lesquels rien ne se déroule bien et dans lesquels Superman pourrait bien devenir un tyran. J'ai beaucoup apprécié les dernières planches même si elles ne sont plus d'actualité.

    *
    **
    *** Ce dernier tome est surtout l'occasion de faire combattre tout le monde. Heureusement il y a quelques intrigues plus intimistes.
    ****
    *****

    Image : Éditeur

  • Infinite crisis 4. Les survivants par Geoff Johns, Bill Willingham, Amanda Conner et Phil Jimenez

    Titre : Infinite crisis 4. Les survivantsinfinite-crisis-tome-4-270x416.jpg
    Auteur-e-s : Geoff Johns, Bill Willingham, Amanda Conner et Phil Jimenez
    Éditeur : Urban comics 27 novembre 2015
    Pages : 336

    Ce tome contient Infinite crisis 1-4, Day of vengeance special 1, JSA classified 1-4 et Infinite crisis secret files 1. Les introductions sont terminées. Il est l'heure d'entrer dans le vif du sujet. Le rocher de l'éternité a explosé au-dessus de Gotham libérant des horreurs sur la ville, l'univers a changé de centre tandis que les guerres interstellaires se multiplient, la ligue de justice n'est plus et la Tour de garde a explosé. En gros, ça ne se passe pas très bien. Depuis le premier tome on nous répète que l'univers, et la Terre, sont de pire en pire. Les héro-ïne-s se comportent comme des vilain-e-s et ces derniers sont plus dangereux que jamais alors qu'illes se sont regroupés au sein d'une organisation commune. Celle-ci a déclaré la guerre. Mais tous ces événements pourraient faire partie d'une même et vaste conspiration. Qui en serait capable ?

    Ce tome contient trois choses. Tout d'abord on nous offre une conclusion sur l'arc day of vengeance. Ceci nous permet de mieux comprendre ce qui arrive au monde de la magie et de terminer la confrontation avec le Spectre. On nous offre aussi plusieurs numéros sur Power Girl. Ceux-ci permettent de réintroduire le personnage mais aussi d'offrir une explication à sa continuité chaotique. Cette explication permet d'introduire le sujet d'Infinite Crisis tout en soumettant Power Girl a une pression psychologique insoutenable. C'est enfin ce dernier arc qui débute dans ce tome. Après trois tomes qui introduisent les différents événements on sait enfin ce qui se cache derrière tout cela. Les différents numéros sont souvent spectaculaires et permettent d'expliquer comment des personnes censées agir pour le bien dérapent vers le meurtre. L'exemple parfait est Superboy Prime qui perd, petit à petit, toute conscience morale mais qui se considère souillé, et donc il n'est pas responsable, par une terre et des héro-ine-s imparfait-e-s. Il n'y a plus qu'à terminer cette crise avec le cinquième et dernier tome.

    *
    **
    ***
    **** On n'a pas beaucoup de temps pour réfléchir car les numéros vont très vites. On en sort avec une impression de catastrophe imminente et sans espoir.
    *****

    Image : Éditeur

  • Shaun of the dead

    Londres, Shaun a 30 ans. Il est un petit employé senior dans un magasin d'électronique local. Sa vie se divise entre sa maison, dans laquelle vivent ses deux colocataires dont Ed qui est resté dans l'adolescence, le travail, dans lequel il subit les moqueries des jeunes employés, et le Winchester, un pu dans lequel il passe toute ses soirées avec sa petite amie Liz. Mais cette dernière n'est pas très heureuse de ne rien faire d'autre que de passer la soirée dans un seul et unique pub. Leur relation est sur la corde raide. De plus, Shaun a un beau-père qu'il n'a jamais apprécié. Shaun n'a rien réussi et ne fais attention à rien. C'est à peine s'il remarque l'apparition de comportements étranges dans le voisinage. Ce n'est qu'après plusieurs jours que la réalité le frappe de plein fouet. À ce moment il décide de reprendre sa vie en main et d'aller sauver les personnes qu'il aime. Cependant, personne ne lui fait confiance.

    Ceci est le second film de la trilogie corneto. Le premier parodie les films d'action, le dernier parodie la SF et celui-ci parodie les films d'horreur. Il y a toutes les briques d'un film d'horreur classique : le héros inattendu, le groupe d'amis face à un péril inconnu et monstrueux, les indices que personne ne remarque, la nuit et les tensions entre les personnes. Mais Shaun of the dead parodie tout cela. On peut donc s'attendre à ce que certaines scènes classiques ne fonctionnent pas comme d'habitude et ça marche très bien. Il y en a un exemple parfait vers le début du film alors que Shaun continue sa vie comme si de rien n'était tandis que le spectateur remarque tout ce que Shaun ne voit pas. Bref, vous aimez les zombies ? Vous aimez l'humour anglais et leurs situations absurdes ? Vous devriez regarder Shaun of the dead.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** Le seul film de zombies dont je n'ai pas peur.

    Image : Allociné

    18430332.jpg

  • Harley Quinn 2. Folle à lier par Amanda Conner, Jimmy Palmiotti et Chad Hardin

    Titre : Harley Quinn 2. Folle à lierharley-quinn-tome-2-270x439.jpg
    Auteurs : Amanda Conner, Jimmy Palmiotti et Chad Hardin
    Éditeur : Urban Comics 12 février 2016
    Pages : 232

    Ce second tome contient les numéros 9-13, futures end 1, annual 1 et Harley Quinne invades Comic-Con international San Diego publiés dans Harley Quinn : Power outage. Il est difficile de résumer Harley Quinn. Ça part dans tous les sens et, d'ailleurs, ça n'a pas de sens. Ce second tome contient plusieurs courtes intrigues dont certaines n'ont lieu que durant un seul numéro. On retrouve Harley à New York dans son immeuble. Mais elle n'y reste pas longtemps. En effet, elle doit sauver son amie, et amante, Poison Ivy. Celle-ci est enfermée dans Arkham la prison la moins bien gardée du monde. Elle a à peine le temps de rentrer qu'elle est kidnappée par son plus grand fan qui ne veut que l'enfermer dans une cage. Et enfin, elle doit s'occuper de Power Girl. L'amnésie de cette dernière donne l'idée à Harley de lui faire croire qu'elles sont un couple d'héroïnes.

    Ce tome, comme le premier, part dans tous les sens. J'ai plutôt bien aimé avoir autant de personnages féminins haut et en couleur qui doivent survivre à des situations abracadabrantes. Il ne faut d'ailleurs pas vraiment chercher de logiques dans les intrigues. J'ai apprécié le futures end qui permet à Harley de retrouver le Joker et de lui rendre la monnaie de sa pièce. Bien que les épisodes autours de Power Girl soient assez drôle je trouve que les blagues autours de la poitrine de Power Girl auraient pu être beaucoup moins nombreuses (voir être absente). Elles sont à la fois lourdes et absolument pas drôle. Ce tome est rempli de références et de bris de quatrième mur ce qui est assez réussi.

    *
    **
    *** Dans l'ensemble j'ai plutôt apprécié mais il manque une véritable intrigue.
    ****
    *****

    Image : Éditeur

  • 10 Cloverfield Lane

    Il y a très longtemps est sorti Cloverfield. Ce film qui suivait la mode de l'époque de la caméra sur l'épaule nous permettait de suivre une bande de jeunes fêtards dérangés par l'arrivée d'un monstre gigantesque dans les rues de New York. On ne voyait que rarement la bestiole mais sa menace était présente durant toutes les scènes. Ce film est censé se dérouler plus ou moins dans le même univers. On nous présente trois personnages : Emmet, Howard un ancien de l'armée paranoïaque et Michelle. Cette dernière est le personnage principal. Alors qu'elle fuit son appartement suite à une dispute avec son fiancé elle est heurtée par un véhicule et perd conscience. Elle se réveille dans une salle grise avec un seul matelas et enchainée à une barre en fer. Elle ne sait pas qui l'a enfermée ni pourquoi. Lorsque son gardien la rencontre ce dernier lui explique que le pays a été attaqué. Il ne sait pas par qui ni pourquoi mais, selon lui, l'air est toxique et il est nécessaire de rester enfermé afin de survivre. Est-ce la vérité ?

    Ce film est très bon ! Oui je le dis tout de suite sans même m'expliquer. J'avoue que, comme beaucoup de monde, j'ai été surpris d'apprendre la sortie de ce 10 Cloverfield Lane. J'avais bien apprécié Cloverfield mais je ne pensais pas qu'une suite, liée ou non, soit possible après autant de temps. Et pourtant celle-ci a eu lieu sans presque aucune information sur l'intrigue. On ne nous offrait qu'une bande annonce assez décalée mais que j'ai beaucoup apprécié. Ce film est un magnifique huis-clos entre trois personnes. Alors que Emmet ne remet pas en question ce que lui dit Howard c'est le cas de Michelle. Howard, lui, est très inquiétant et on passe tout le film à se demander quelles sont ses intentions réelles et à s'inquiéter de son comportement un peu difficile à prédire. Tout le génie du film est de ne pas nous donner d'informations sur la réalité. On ne sait pas si une attaque a lieu et les preuves peuvent être remises en question. De ce point de vue, la dernière partie du film casse cette ambiance et j'aurais préféré qu'elle soit annulée au profit de quelque chose de plus ouvert. Mais ça ne gâche presque rien à la qualité de l'ensemble.

    *
    **
    ***
    **** Un très bon film. Seules les dernières minutes posent des problèmes en cassant l'ambiance que l'intrigue avait patiemment mise en place.
    *****

    Site officiel

    Image : Allociné

    210649.jpg

  • Geoff Johns présente Green Lantern 7. Agent orange par Geoff Johns, Ivan Reis, philip Tan, Eddy Barrows et Raphael Albuquerque

    Titre : Geoff Johns présente Green Lantern 7. Agent orangegeoff-johns-presente-green-lantern-tome-7-270x404.jpg
    Auteurs : Geoff Johns, Ivan Reis, philip Tan, Eddy Barrows et Raphael Albuquerque
    Éditeur : Urban Comics 26 février 2016
    Pages : 176

    Ce septième, et dernier, tome contient les numéros 38-42 édités dans Green Lantern : Agent orange. Dans le dernier tome les green lanterns sont attaqués par le corps de Sinestro ainsi que par les nouveaux red lanterns alors que Sinestro était déplacé sur sa planète d'origine afin d'être exécuté. Après quelques péripéties Hal Jordan se retrouvait possesseur de deux anneaux : un vert et un bleu. Mais les deux ne fonctionnent pas très bien ensemble. Les Gardiens n'ont pas le temps d'examiner le problème qu'un ancien mal décide de se réveiller : Larfleeze. Au début de l'univers ce dernier avait reçu le système Vega de la part des gardiens en échange d'une boite et du contrôle de la lumière orange de l'avarice. Mais les incursions répétées des green lanterns l'ont fâché. Le corps part en guerre. Mais, dans l'ombre, quelque chose se prépare.

    Ce dernier tome est assez mince dans tous les sens du terme. Il est court et je me suis demandé s'il n'aurait pas été possible de l'inclure dans le dernier. D'autant plus que son intrigue n'est pas assez différente du précèdent pour justifier une coupure. Hal Jordan en passe par toutes les couleurs. On se demande s'il souhaite vraiment en rester avec les gardiens. D'ailleurs, je trouve son refus de discuter avec les blue lanterns peu compréhensible. Ce refus est relié à des positions plus ou moins philosophiques sur le lien entre volonté et espoir. Larfleeze est beaucoup moins intéressant que dans Blackest Night. Dans Blackest Night il est drôle et chacune de ses apparitions est un régal. Dans ce comics, par contre, il n'est qu'un simple glouton. Je suis donc un peu déçu par ce dernier tome peu utile.

    *
    ** Court, dispensable, une intrigue sans intérêt.
    ***
    ****
    *****

    Image : Éditeur

  • Divergente 3: au-delà du mur / The Divergent Series: Allegiant

    Après pas mal de temps il est l'heure de connaitre la suite d'une énième adaptation uchronique d'un livre young adult. Divergente nous menait à Chicago. Le monde n'est plus sauf une ville : Chicago. Afin de garantir la paix les fondateurs et fondatrices avaient mis en place un système de castes dont les membres avaient un but précis dans le système. Mais il existait à la fois des personnes sans castes et des personnes capable d'appartenir à plusieurs castes. Durant les deux premiers films on observait la lutte entre des personnes souhaitant garder le système en place sous leur supervision et des exclus souhaitant l'égalité. À la fin du second film on apprend que le système a pour but de créer des personnes capables d'entrer dans plusieurs castes et le message en question appelait à quitter Chicago afin de se rendre à l'extérieur. On reprend les choses à ce moment précis. La nouvelle dirigeante, Evelyn, ferme le mur et lance une campagne d'exécution sous le nom de jugements. On se doute que Tris ne voit pas les choses ainsi. Avec un petit groupe elle décide de franchir le mur et de partir en quête de ces autres humains. Le groupe se trouve confronté face à une civilisation rigide à la technologie supérieure. Les choses sont-elles si belles qu'elles en ont l’air ? Et comment empêcher une seconde guerre civile à Chicago ?

    Ce n'est pas la fin. Quelqu'un a décidé de continuer l'habitude de couper en deux le dernier film pour créer deux parties. C'est une mauvaise habitude qui devrait être abandonnée si sa seule justification est l'argent. Le principal problème du film est de tenter de parler de tout sans, pour autant, développer les problématiques. Ainsi, dès l'arrivée devant cette autre civilisation on sent que quelque chose ne fonctionne pas. Ça pue mais on ne sait pas d'où vient l'odeur. Puis le film tente de nous envoyer des pistes mais le fait d'une manière attendue et sans problématiser. On apprend qu'il existe une division en classe entre les pur-e-s et les impur-e-s. Mais celle-ci ne semble concerne que les ascenseurs et non le fonctionnement systémique de la société. On observe une société militarisée et fortement rigide mais on ne voit pas de répression. Bref, on nous montre du doigt comme pour dire "regardez comme c'est trop nul cette société" mais les conséquences et les problématiques sont ensuite abandonnées au lieu d'être développées. Un autre problème du film est d'être extrêmement prévisible. Il faut 15 secondes pour comprendre les personnages et on en vient à se demander comment les héro-ïne-s ne comprennent pas ce qui se déroule sous leurs yeux. Et pourtant, il y a des idées intéressantes mais le traitement est mou et prévisible.

    *
    **
    *** Ça se regarde mais c'est mou et prévisible. Et dire qu'il faut attendre encore un an pour connaitre la fin alors que l'on souhaite en terminer définitivement avec cette série.
    ****
    *****

    Image : Allociné

    Site officiel

    165342.jpg

  • Flash 3. Guerre au gorille par Francis Manapul et Brian Buccellato

    Titre : Flash 3. Guerre au gorilleflash-tome-3-270x416.jpg
    Auteurs : Francis Manapul et Brian Buccellato
    Éditeur : Urban Comics 28 août 2015
    Pages : 168

    Ce tome contient les numéros 13-19 publiés dans The Flash volume 3 : Gorilla warfare. Barry Allen, le Flash, a eu une année difficile. Il apprend que ses pouvoirs sont responsables du blackout de Central City pour ensuite perdre des citoyen-ne-s dans un lieu en dehors du temps. Il est envoyé dans une cité gorille dont le roi tente de le tuer pour ensuite enfin revenir chez lui. Mais sa compagne déteste Flash et croit Barry mort tandis que les Lascars veulent se venger. Et tout cela se déroule juste avant l'invasion de Grodd. Ce dernier a repris son royaume et il attaque Central City afin de voler les pouvoirs de Flash. La police est dépassée et seuls les Lascars peuvent agir. Les civils sont enlevés et l'armée ne peut pas réagir. De plus, Grodd est bien plus puissant que prévu. Comment Flash pourra-t-il le vaincre ?

    Ce tome conclut un peu les intrigues précédentes. Lorsqu'on le termine le Flash est à nouveau un héros aux yeux de sa ville. Cette conclusion termine rapidement le rapport avec les Lascars tandis que le combat avec Grodd est bien plus long. Je le trouve même un peu trop long. Celui-ci n'a pas beaucoup d'intérêt et je trouve dommage de ne s'être intéressé un peu plus aux Lascars ainsi qu'aux réactions des différentes personnes. Le tome se termine sur le lancement de ce qui semble être deux nouvelles intrigues dont je ne sais pas encore grand-chose. Au final c'est assez bon pour passer un moment sympathique.

    *
    **
    *** Loin d'être mauvais mais pas génial non plus. J'apprécie particulièrement les dessins de Francis Manapul.
    ****
    *****

    Image : Éditeur

  • Orphan Black saison 3

    J'ai enfin reçu la saison 3 d'Orphan Black ! Oui, je sais, la saison 4 devrait débuter ce printemps et je suis un peu en retard sur la série. Je me souviens encore du binge watching intense qu'ont été les deux premières saisons. J'ai rarement été pris par une série comme Orphan Black m'a captivé. Dès le premier épisode, l'un des meilleurs pilotes que j'aie vu, j'étais conquis. Bref, que celleux qui n'ont pas vu les deux premières saisons passent leur chemin (d'ailleurs il y a aussi des risques de spoilers pour la saison 3).

    La saison 3 débute alors que le Clone Club est informé de l'existence d'une seconde partie au projet de clonage. Si elles sont Leda, un projet scientifique privé, les militaires ont pris la tête du projet Castor constitué entièrement d'hommes. Si Leda est composé de clones féminins qui n'ont pas conscience de leur identité le projet Castor est composé d'hommes qui savent ce qu'ils sont. Et alors que Dyad Institute semble être une menace méprisée celle de Castor est inconnue. Mais ils agissent vite. Ils ont déjà kidnappé Helena. Sarah essaie donc de mieux comprendre Castor afin de retrouver Helena et de comprendre leurs motivations. Cette enquête pourrait permettre de trouver des informations précieuses pour tous les camps.

    Les deux premières saisons sont réussies dans tous les sens du terme. Alors que la première est une quête d'identité à l'aveugle la seconde place le Clone Club face à un adversaire aux ressources illimitées. On avait une impression d'urgence et de stress durant chaque épisode tandis que la série réussissait à mettre en place des scènes plus légère sans nuire à l'intrigue principale. Cette troisième saison échoue un peu. Le début de la saison est moins rapide. La menace de Castor n'est pas aussi sérieuse ni aussi incontrôlable que celle de Dyad. On sait qu'ils sont présents mais je n'ai pas eu l'impression d'un danger aussi important que pour les deux premières saisons. Heureusement, cela change vers la fin de la saison alors que l'intrigue se précipite. Certains personnages disparaissent ou sont moins présents sans véritables raisons alors que j'aurais apprécié avoir de leurs nouvelles. Cette absence nuit fortement au versant policier de l'intrigue. Bien que les sous-intrigues soient mises en sommeil, mis à part pour Alyson, elles ne sont pas inintéressantes.

    Le propos principal de la série est légèrement moins présent. Sous couvert de clonage et de conspiration la série se propose de parler du contrôle du corps et d'éthique dans la médecine et la recherche. Étant donné la menace infime qu'est Dyad a présent ce propos est nécessairement moins présent. Mais il est réactualisé à travers Castor. Ce groupe ne contient que des hommes. Ils ont le même défaut génétique que les clones Leda. Mais là ou ce défaut rend infertile les femmes il rend les hommes fous. Ce qui rend les Castor imprévisibles. Cependant, ce défaut est pire chez les hommes puisque celui-ci est contagieux et stérilise les femmes avec lesquelles une relation sexuelle a eu lieu. On apprend ensuite que ce défaut est utilisé à la fois comme future arme de guerre et comme moyen de recherche scientifique sur des civiles. La question de l'éthique est donc revenue à travers ce dernier point. Quant au contrôle du corps il concerne à nouveau les femmes. Castor est une menace a deux niveaux : tout d'abord il y a stérilisation des femmes sans leur accord ce qui ne peut qu'être relié à la stérilisation mise en place sous l'eugénisme dans les pays protestants (comme la Suisse au passage) mais il y a aussi la relation des hommes Castor aux femmes. Ces derniers "expérimentent" sur le plus de femmes possibles. Bien que cela ne soit pas montré dans la série on comprend rapidement que cette "expérimentation" est constituée de nombreux viols. On peut donc penser Castor comme une forme de métaphore du patriarcat alors que Dyad était une métaphore du capitalisme. Castor est composé d'hommes armés, violents constituant une menace pour toutes les femmes qui ne sont que des trophées dans un livre de compte.

    *
    **
    ***
    **** Bien que la série démarre plus lentement que lors des précédentes saisons elle reprend du rythme peu après la mi-saison. Une série que je continue à conseiller.
    *****

    Image : Allociné

    Site officiel

    451168.jpg

  • Evil Empire 1. Nous, le peuple! par Max Bemis, Ransom Getty et Andrea Mutti

    Titre : Evil Empire 1. Nous, le peuple !9782344012031-L.jpg
    Auteurs : Max Bemis, Ransom Getty et Andrea Mutti
    Éditeur : Glénat 3 février 2016
    Pages : 128

    Ce premier tome contient les numéros 1-4. Les USA sont en pleine compagne présidentielle. Deux candidats s'affrontent. L'un est le candidat blanc de la "gauche" jeune et fêtard. L'autre est plus vieux. Il défend les vieilles valeurs américaines ainsi que la famille. Cependant, tout change lorsque ce dernier perd son épouse lors d'un meurtre et annonce vouloir renoncer à la course à la présidence. Durant son discours il annonce être coupable du meurtre de sa femme et justifier son acte par le comportement de cette dernière en utilisant les paroles d'une chanteuse proche de l'autre candidat. Bien qu'il soit arrêté il devient un étendard pour une partie de la société qui souhaite agir en dehors du carcan de la civilisation. Ceci n'est que le début d'un mouvement qui mènera à la constitution de l'Empire. Un monde qui existe 25 ans plus tard. Dans lequel la police tue les personnes qui montrent une once de pitié et essaient d'aider leurs prochains.

    Les uchronies que l'on voit au cinéma ou dans la littérature ont souvent la caractéristique de montrer une société après l'avènement d'une apocalypse (quelle que soit la nature de celle-ci). Le monde est présenté comme dirigé par des personnes inhumaines qui ne souhaitent que le pouvoir et écrasent le peuple. La résistance est souvent peu organisée ou détruite. Ce comics essaie de montrer comment un processus peut être lancé pour créer une société totalitaire dans laquelle la vie humaine et les lois n'ont aucunes valeurs. Pour cela, les auteurs essaient de décrire un homme qui décide de renverser le contrat social. Ce thème est très important et les auteurs semblent avoir fait un certain nombre de recherches. En effet, le contrat social permet aux citoyen-ne-s de ne pas avoir à se défendre ni à faire justice ou à se venger. Car la défense de la personne ainsi que la justice sont déléguées à des organes de la société censés être à la fois justes et efficaces. Dans ce comics, ces organes sont niés et les actes de vengeance et de survie sont considérés comme n'appartenant qu'aux seul-e-s citoyen-ne-s capables de liberté absolue et d'en accepter les conséquences. Ceci ne peut que détruire en totalité le tissu social qui relie les personnes. Bien que j'ai eu du mal à comprendre la psychologie de ce personnage un épisode permet de mieux la comprendre (sans que cela ne soit parfait) et donc de mieux accepter qu'un homme religieux accepte de défendre la fin de toute morale au nom de la liberté absolue. J'attends de voir comment la suite met en place la construction de cet empire. J'espère que ce sera particulièrement bien maitrisé.

    *
    **
    ***
    **** Un sujet intéressant plutôt bien traité. J'attends la suite avec impatience.
    *****

    Image : Éditeur

  • East of west 4. A qui profite la guerre? par Jonathan Hickman, Nick Dragotta et Frank Martin

    Titre : East of west 4. A qui profite la guerre ?east-of-west-tome-4-270x421.jpg
    Auteurs : Jonathan Hickman, Nick Dragotta et Frank Martin
    Éditeur : Urban comics 21 août 2015
    Pages : 160

    Ce quatrième tome contient les numéros 16-21 plus The world publiés dans East of west volume four: Who wants war? Le tome trois se terminait sur plusieurs évènements qui devaient changer le statut quo entre nos personnages et dans le monde. Non seulement l'enfant destiné à devenir la bête de l'apocalypse s'est échappé en combattant les cavaliers de l'apocalypse mais en plus la nouvelle leader de la République Populaire d'Amérique a décidé de lancer une guerre entre les nations. Bien que celle-ci n'était pas souhaitée par la majorité des nations un meurtre a forcé les leaders à demander réparation. C'est ainsi que commence la seconde année de l'apocalypse.

    J'ai, globalement, moins aimé ce tome que les précédents. Bien que j'apprécie le numéro The world qui permet d'en savoir un peu plus sur la chronologie ainsi que les évènements passés et proches ce n'est pas assez pour sauver le reste. En fait, le tome donne l'impression de vouloir créer une transition. Le scénariste place ses pions dans son intrigue et ensuite nous explique qu'elle est l'état d'esprit de ceux-ci. Mais rien de plus substantiel n'est donné. On nous mentionne des éléments sans les développer. Cependant, on en sait un peu plus sur l'enfant de Mort et de Mao Xiaolan. On le suit dans son périple dans la forêt et, surtout, il nous est expliqué ce qu'il doit apprendre afin de devenir ce que les cavaliers souhaitent qu'il devienne.

    *
    **
    *** Un tome que j'ai moins apprécié car une grande partie des intrigues sont simplement mentionnées sans être développées.
    ****
    *****

    Image : Éditeur

  • Earth 2 3. L'ère des ténèbres par Tom Taylor, Nicola Scott, Robson Rocha et Barry Kitson

    Titre : Earth 2 3. L'ère des ténèbresearth-2-tome-3-270x416.jpg
    Auteurs : Tom Taylor, Nicola Scott, Robson Rocha et Barry Kitson
    Éditeur : Urban comics 22 janvier 2016
    Pages : 288

    Ce tome 3 contient les numéros 17-26 et annual 2 publiés dans Earth 2 vol.4 : The dark age et Earth 2 vol.5 : The kryptonian. Le monde a vu, effrayé et horrifié, un dieu mourir. Juste après avoir annoncé sa victoire Steppenwolf est brutalement assassiné par l'un de ses soldats. Non seulement cela crée une réaction en chaine qui détruit tout un pays, tue des millions de personnes et tue Green Lantern mais en plus l'assassin n'est aussi que Superman. Mais Superman n'est plus le même. Il est dévoué corps et âme à Darkside. Peu après sa stupéfiante attaque il kidnappe une partie des merveilles tandis qu'il met en déroute l'armée mondiale en deux jours (il s'était arrêté pour un café). Les merveilles qui restent sont blessées ou en déroute et l'armée n'existe virtuellement plus. De plus, Superman a un plan pour la Terre. Le monde doit trouver un moyen d'arrêter un être capable de détruire des dieux et déesses.

    Pour ce nouveau tome les intrigues mises en place dans le premier et le second sont complétement abandonnées. Personne ne semble vouloir savoir pourquoi le fiancé de Green Lantern a été assassiné. Les pouvoirs de Fate et de Hawkgirl ne sont pas explicités. À la place, on nous offre quelques nouvelles intrigues. Les deux plus importantes concernent les identités de Batman et de Superman. Les deux sont revenus et agissent de manière bien plus brutales qu'avant. Est-ce que se sont bien les mêmes personnages ? On nous parle aussi de l'armée mondiale et du plan pour vaincre les armées de Superman. Il est intéressant de montre une fuite de la part des dirigeant-e-s du monde bien que cela implique que la société s'effondre. Mais on ne voit pas cela. On nous offre aussi un nouveau Kryptonien. Je dois avouer que je l'aime bien. Il a peur, il est jeune et surtout il prend la décision consciente de ne tuer personne et de suivre une voie pacifiste. Cela ouvre la voie à une confrontation magnifique entre Batman et un gamin de 13 ans qui lui remonte les bretelles. Je ne sais pas comment la suite est écrite mais j'espère tout de même avoir un peu plus d'informations sur les premières intrigues et un peu moins de combat (mais je doute qu'il y ait moins de combats au vu des synopsis des prochains tomes).

    *
    **
    ***
    **** Toujours aussi spectaculaires avec des personnages que j'apprécie beaucoup. Mais j'aimerais bien un peu plus de réflexivité.
    *****

    Image : Éditeur

  • Earth 2 2. Secrets et origines par James Robinson, Nicola Scott, Yildiray Cinar et Cafu

    Titre : Earth 2 2. Secrets et originesearth-2-tome-2-270x402.jpg
    Auteurs : James Robinson, Nicola Scott, Yildiray Cinar et Cafu
    Éditeur : Urban comics 10 juillet 2015
    Pages : 232

    Ce second tome contient les numéros 9-16 ainsi que Annual 1 publiés dans Earth 2 vol. 2 : The tower of fate et Earth 2 vol. 3 : Battle cry. Il y a 5 ans la Terre-2 était attaquée par Darkside. Ses héros, ou merveilles, se sont sacrifiés afin d'empêcher l'invasion et le monde s'est unis pour contrer une nouvelle menace. Justement, celle-ci se profile dans l'avenir. C'est la raison pour laquelle, dans le tome 1, de nouveaux héros se sont soulevés afin de protéger la Terre et ses habitant-e-s. Mais les politiciens et l'armée ne sont pas très heureux/euses de leur arrivée. Et leur union pourrait bien ne jamais se concrétiser. Pourtant le temps presse. En effet, un général de Darkside a pris le contrôle d'un pays et les humain-e-s ne l'accepteront pas. La guerre est sur le point d'éclater.

    Le premier tome était un moyen de nous présenter l'histoire de cette terre parallèle ainsi que de nous offrir de nouveaux personnages. Ce second tome est constitué en deux parties. La première continue sur la lancée du premier tome. On nous présente l'histoire du monde ainsi qu'une quête pour l'arrivée d'une nouvelle merveille. Les intrigues se forment sur des mystères qu'il est nécessaire de résoudre. La seconde partie concerne la guerre contre le Dhérain. Ce sont plusieurs numéros de massacre qui se terminent sur un dernier acte inattendu. Les intrigues précédentes y sont oubliées au profit du spectacle. Honnêtement, il est dommage que cette guerre empêche le développement des autres intrigues. On avait un début d'entrée dans quelque chose qui semblait intéressant mais les combats forcent à tout laisser en arrière. J'espère tout de même que nous aurons un retour sur ces intrigues dans le futur.

    *
    **
    ***
    **** Dans la lignée du premier tome. C'est réussi avec une seconde partie spectaculaire.
    *****

    Image : Éditeur

  • Descender 1. Etoiles de métal par Jeff Lemire et Dustin Nguyen

    Titre : Descender 1. Etoiles de métaldescender-tome-1-270x416.jpg
    Auteurs : Jeff Lemire et Dustin Nguyen
    Éditeur : Urban comics 29 janvier 2016
    Pages : 152

    Ce premier tome contient les numéros 1-5 publiés dans Descender vol.1 : Tin stars. Il y a dix ans la galaxie a été attaquée. Ce qui était un groupement politique puissant aussi bien technologiquement que culturellement a été effacé par les machines que l'on a nommé Moissonneurs. Celles-ci faisaient la taille d'une planète et ont détruit les mondes les plus avancés. Il s'en est suivi un massacre des robots par peur de leur soulèvement et de leurs liens supposés avec l'attaque. Dix ans plus tard un robot de compagnie nommé Tim 21 se réveille. Ce réveil attire l'attention de la galaxie entière. En effet, il se pourrait bien que ce petit robot possède le secret derrière les Moissonneurs.

    Plus je m'intéresse aux comics indépendants plus je trouve des perles. Ce premier tome n'est que le début mais j'aime déjà ce que je lis. On nous plonge dans un univers étrange et pourtant familier. Il y a de la technologie, des races aliens, des cultures différentes et surtout du mystère. Le scénariste nous place plusieurs indices et problèmes sur la route afin d'ouvrir son univers tout en ne donnant pas trop d'informations. Ainsi, c'est par Tim 21 que l'on commence à comprendre ce que fut l'attaque et ses suites. Ce qui permet de broder ensuite dessus. Les personnages sont encore nouveaux mais semblent intéressants et le seront surement de plus en plus. Je ne peux que conseiller aux personnes amatrices de space opera. D'autant que la partie graphique est tout simplement magnifique.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** Un très bon premier tome qui ouvre de nombreuses pistes autours de personnages attachant.

    Image : Éditeur

  • Deadpool

    Venu des studios qui n'arrivent pas à faire de bon films de super-héros en dehors des x-men je vous présente Deadpool. Qui est Deadpool et comment a-t-on pensé pouvoir faire un film autours de lui ? Son nom est Wade Wilson. Il est mercenaire et dernièrement il s'occupe de jobs qui lui permettent de s'attaquer à des personnes bien pires que lui. Malheureusement pour lui il apprend, après une bonne année avec sa future femme, qu'il a le cancer. Il sait qu'il va mourir et prépare son départ. Mais, dans un bar louche de mercenaires, un mec en costume cravate lui propose de le guérir tout en lui donnant des pouvoirs extraordinaires. Wade accepte et perd son cancer, devient un tissu de cicatrice ambulant et perd sa raison. Deadpool est né et il n'est pas content !

    Que penser de ce film ? Il a été présenté comme un film de super-héros tel que nous n'en avons jamais vu. On a du sexe, du sang et de la violence avec des blagues irrévérencieuses. Bon, en fait ça a déjà été fait dans Kick-Ass et Misfits. Deadpool c'est un peu ces deux là mélangés ensemble avec une bonne dose de destruction du quatrième mur. Ces destructions sont plus ou moins subtiles et se moquent autant de l'acteur principal, Ryan Reynolds, que des clichés hollywoodiens ou d'autres films du même genre. De ce point de vue c'est assez réussi même si ça n'empêche pas le film de rester très classique. Il n'y a strictement rien de révolutionnaire dans ce film. Nous avons de bons moments d'action entrecoupés de blagues. Une bonne partie de ces dernières ont un lien avec le sexe (un peu trop à mon gout) et bien qu'un certain nombre soient assez drôle une partie est assez problématique d'un point de vue féministe (je pense en particulier à une scène dans un taxi). Le film réussit à être sympa mais ne crée rien de nouveau.

    *
    **
    ***
    **** rien de révolutionnaire mais pas si mal.
    *****

    Image : site officiel

    deadpool1-gallery-image.jpg

  • Batman et Robin 3. Batman impossible par Peter J. Tomasi, Patrick Gleason et Ardian Syaf

    Titre : Batman et Robin 3. Batman impossiblebatman-robin-tome-3-270x424.jpg
    Auteurs : Peter J. Tomasi, Patrick Gleason et Ardian Syaf
    Éditeur : Urban comics 21 août 2015
    Pages : 120

    Ce tome contient les numéros Batman and Robin 15-17 et Batman and Robin annual 1 publiés dans Batman and Robin vol. 3: Death of the family. À la fin du second tome Damian Wayne avait battu tous les Robins, aidé à empêcher la destruction et Gotham et trouvé les premiers indices du retour du Joker. Dans ce tome Robin est consigné au manoir afin de prendre en charge le bat ordinateur en l'absence d'Alfred. Ce dernier a été enlevé par le Joker. La famille entière est la victime du Joker et lorsque Damian décide de sortir il ne fait pas mieux que les autres. En ce qui le concerne le Joker décide de le placer face à sa peur : devoir tuer Batman.

    Ce tome n'est pas aussi bon que les autres. Tout simplement parce que la série se base sur la relation de père fils entre Bruce et Damian. Or, dans ce tome Bruce est absent ou sous le contrôle du Joker. Nous n'avons donc que Damian. Cependant, la relation n'est pas tout à fait laissée à l'abandon. En effet, ce qui compte dans la torture du Joker c'est, justement, cette relation de père et fils. Le Robin voit Batman comme un père qu'il souhaite remplacer. Mais ceci ne peut que passer par la mort du Batman ! Cet aspect est renforcé par l'Annual qui permet de mettre Damian dans la peau du Batman tout en envoyant son père dans son passé. Le dernier numéro renforce aussi cela en plaçant Bruce, Damian et Alfred face à leurs peurs et aux moyens de les vaincre. Ce n'est donc pas un tome nécessaire car celui-ci souffre de l'événement principal. Mais il n'en est pas moins un moyen de faire un peu avancer le propos.

    *
    **
    *** Trop lié à l'événement principal mais entouré par deux numéros très réussis !
    ****
    *****

    Image : Éditeur

  • Batman Eternal 4

    Titre : Batman Eternal 4batman-eternal-tome-4-270x417.jpg
    Auteur : Scott Snyder, James Tynion IV, Ray Fawkes, Tim Seeley et Kyle Higgins
    Éditeur : Urban comics 29 janvier 2016
    Pages : 336

    Ce quatrième, et dernier, tome contient les numéros 40-52 de Batman Eternal ainsi que Batman 28. Gotham a connu des jours meilleurs. Arkham est détruite avec la grande majorité de ses pensionnaires en cavale. Ces derniers se voient offrir tout ce qu'ils souhaitent ainsi que les jouets de Batman. Selina Kyle a pris le contrôle des bas-fonds et règne d'une main de fer bien qu'elle ne veuille pas trop combattre Batman. La ville est donc à feu et à sang alors que la Batfamille est obligée de se séparer afin de s'occuper des vilain-e-s puis de sauver les habitant-e-s. Batman, lui, enquête sur la personne qui a créé cette catastrophe. Mais aucun de ses ennemis ne semble avoir l'envergure ou le style pour ce qui a été accompli. Pourtant, tous les indices sont ici. Et la fin de l'attaque approche. Gotham et Batman vont-ils tomber ou se relever ?

    Maintenant que la série Batman Eternal a connu sa conclusion que penser ? Personnellement, je pense que le choix d'un numéro par semaine était mauvais. Ceci a obligé à rendre les épisodes très, trop, rapidement et donc à faire du simple soit du combat. J'aurais préféré quelque chose de mieux pensé avec un peu moins de vilains qui cachent des vilains ou de combats qui se répètent. Je trouve que l'aspect policier est largement sous-estimé. Pourquoi ne pas avoir mieux mis en scène le changement de relation entre la police et Batman ? De plus, une bonne partie des intrigues n'étaient finalement pas nécessaire et alourdissent le tout. Au final nous avons un grand spectacle qui souffre d'un trop plein d'action.

    *
    **
    *** Bien que j'en ai apprécié la lecture tout cette série aurait pu être meilleure avec un peu plus de temps de réflexion entre les épisodes.
    ****
    *****

    Image : Éditeur

  • Batman Eternal 3 par Scott Snyder, James Tynion IV, Ray Fawkes, Tim Seeley et Kyle Higgins

    Titre : Batman Eternal 3batman-eternal-tome-3-270x423.jpg
    Auteur : Scott Snyder, James Tynion IV, Ray Fawkes, Tim Seeley et Kyle Higgins
    Éditeur : Urban comics 25 septembre 2015
    Pages : 296

    Ce tome contient les numéros 27-39 de Batman Eternal. Le troisième tome est l'avant-dernier publié par Urban Comics. Le dernier sort, hasard des lectures, vendredi 29 janvier. Les deux premiers tomes dispersaient largement la famille ainsi que l'intrigue dans plusieurs villes du monde. Ce troisième tome est bien plus condensé. L'action se déroule à Gotham et l'on suit presque exclusivement Batman. Gotham est bien mal au point. Des explosions et séismes ont secoué la ville tandis que l'asile d'Arkham est contrôlé par des forces magiques démoniaques. La ville est sous la loi martiale tandis que la police ne fait plus confiance envers Batman. Gordon est toujours en prison malgré les preuves le disculpant. Mais ce n'est que le début. En effet, après s'être attaqué à la ville et au symbole un ennemi décide de s'attaquer à Batman et surtout à Bruce Wayne. Ses caches d'armes sont attaquées une à une tandis que Wayne Entreprises est démantelée. Batman pourra-t-il survivre ?

    J'étais plutôt sceptique envers les deux premiers tomes. L'intrigue était trop divisée. Ce tome trois commence par terminer ces diverses intrigues. Chacun des personnages se voit offrir une conclusion à ses problèmes et repart dans l'ombre comme si de rien n'était pour laisser la scène à Batman et à Julia. Ce dernier personnage prend en importance. Alors qu'Alfred restait dans l'ombre elle n'hésite pas, elle, à partir sur le terrain. Ce recentrage de l'intrigue et des personnages est en faveurs du tome. Mais il y a plusieurs problèmes. Tout d'abord, on fait disparaitre de nombreux personnages sans trop nous expliquer pourquoi. Ensuite, l'intrigue de Batman est beaucoup trop centrée sur l'action. On passe d'une case à l'autre sans connaitre la raison de la guerre. D'ailleurs, encore une fois le méchant n'est, en fait, qu'un opportuniste qui suit les ordres ou les opportunités créées par quelqu'un d'autres... Bref, il faudrait moins d'action et plus de réflexion.

    *
    **
    *** L'intrigue est moins difficile à suivre mais reste peu intéressante malgré les bouleversements pour Batman.
    ****
    *****

    Image : Éditeur

  • Batman Eternal 2 par Scott Snyder, James Tynion IV, John Layman, Ray Fawkes, Tim Seeles et Kyle Higgins

    Titre : Batman Eternal 2batmaneternaltome2couv-270x406.png
    Auteur : Scott Snyder, James Tynion IV, John Layman, Ray Fawkes, Tim Seeles et Kyle Higgins
    Éditeur : Urban comics 22 mai 2015
    Pages : 296

    Ce second tome contient les numéros Batman Eternal 14-26. Batman a bien des problèmes. Son ami et commissaire de la Gotham a été enfermé pour meurtre. Le nouveau commissaire est un pourri de mèche avec la mafia. Gotham est en pleine guerre des gangs tandis que la famille se disperse afin de suivre ses propres pistes. Batman, lui, n'a qu'à peine le temps de lutter contre les criminels tandis que la police laisse tout le monde libre. Mais les choses changent un peu. Batgirl est sur une piste qui pourrait faire sortir son père de prison. Red Robin suit une piste à Tokyo tout en embarquant une jeune femme qui commence à l'ennuyer. Et Batman pourrait bien avoir trouvé un nouvel allié. Mais n'existe-t-il pas un lien entre tous les événements à Gotham ? Se pourrait-il qu'un plan plus important existe ?

    Bien que la série pose de nombreuses choses et personnages il y a de nombreux problèmes. Le plus flagrant est le rythme. On passe d'un événement à un autre en quelques pages sans avoir le temps de comprendre ce qui s'est déroulé. Ceci est encore plus flagrant quand on pense aux nombreuses intrigues différentes. On suit de nombreux personnages - qu'il faut parfois présenter créant un problème supplémentaire - sur de nombreuses intrigues et sous-intrigues. Il est difficile de s'y retrouver et de comprendre s'il existe un plan d'ensemble de la part des scénaristes. On a plutôt l'impression d'être jeté dans tous les sens par des personnes qui souhaitent dire des histoires différentes et ce sans se concerter entre eux. Enfin, je trouve particulièrement dommage que la guerre des gangs et la corruption de la police soient résolues aussi rapidement. Il y avait des questions intéressantes ainsi que des effets que j'appréciais. Selon moi, il aurait été mieux d'écrire moins vite et de se concentrer sur une intrigue précise plutôt qu'un tel brouillon incompréhensible.

    *
    **
    *** Je vais être gentil mais bon voilà quoi...
    ****
    *****

    Image : Éditeur

  • Batman 7. Mascarade par Scott Snyder, James Tynion IV et Greg Capullo

    Titre : Batman 7. Mascaradebatman-tome-7-270x417.jpg
    Auteurs : Scott Snyder, James Tynion IV et Greg Capullo
    Éditeur : Urban comics 13 novembre 2015
    Pages : 256

    Ce tome contient les numéros Batman 35-40 et Annual 3. Les choses ne sont pas parfaites pour Bruce Wayne et Batman après Batman Eternal. Cependant, notre héros se remet petit à petit de sa dernière année. Malheureusement, il est immédiatement attaqué par la Ligue de Justice entière. Ses amis ne veulent qu'une chose : le tuer ! Batman se rend rapidement compte que la Ligue a été attaquée et manipulée par son vieil ennemi : le Joker. Oui, le Joker est de retour après sa chute dans les grottes. Et cette fois il ne veut pas rendre Batman meilleur. Cette fois il décide qu'il veut détruire Batman et Gotham avec. Bruce Wayne a connu de nombreux jours difficiles mais survivra-t-il à cette nouvelle attaque ?

    Après la déception que fut le dernier tome celui-ci est un énorme bond en avant. Cette fois le Joker est moins glauque. Il a de nouveau un visage. Mais cette fois il montre à quel point il sait tout de Batman tandis que ce dernier ne sait rien du Joker. Le scénariste tente ici d'ajouter un peu plus au mythe. Et si le Joker ne revenait pas seulement parce qu'il est résistant mais parce qu'il est immortel ? Et s'il était présent depuis les débuts de la ville ? Les chapitres principaux sont suivis par deux autres intrigues. La première place une chercheuse d'Arkham face aux multiples origines du Joker. Elle est forcée de suivre des patient-e-s qui lui racontent une histoire. La question concerne la véracité de ces histoires. L'une d'elle est vraie mais laquelle ? Les auteurs sont aussi très talentueux sur ces épisodes qui à la fois offrent des réponses tout en niant leur utilité et leur véracité. Enfin, on termine sur une histoire concernant un journaliste. En voulant comprendre le Joker il en parle comme d'un homme seul et sans amis. L'histoire est glaçante. Le Joker fait tout pour détruire la vie du journaliste en retournant son papier contre lui. Petit à petit le personnage perd la raison et ne peut que se cacher dans un coin. Bref, un très bon tome que j'ai beaucoup aimé lire.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** J'ai du mal à trouver des points faibles à ce tome.

    Image : Éditeur

  • Batman 6. Passé, présent, futur

    Titre : Batman 6. Passé, présent, futurbatman-tome-6-270x422.jpg
    Auteurs : Snyder, Capullo, Kubert, Maleev, Murphy, Craig et Scalera
    Éditeur : Urban comics 3 juillet 2015
    Pages : 192

    Ce tome contient les numéros Batman 18-20, 34 et Annual 2 ainsi que Detective comics 27. Damian Wayne est mort. Bruce Wayne fait tout pour s'en sortir mais son alter ego, Batman, non. Depuis la mort De Damian il travaille sans repos nuits après nuits et combat tout ce qu'il trouve. Et ce qu'il trouve pourrait bien être plus dangereux que prévu. Car bien qu'il ait l'habitude de combattre les pires des criminels que peut-il faire contre son passé et contre ceux et celles qui sont invisibles, ceux et celles qu'il ne peut voir ou identifier ?

    Ce tome 6 est un interlude. Plutôt que des intrigues précises nous avons plusieurs épisodes non liés qui permettent de faire le lien entre l'après Eternal et l'avant. En effet, entre le tome 5 et le 7 il y a la série Eternal qui a changé pas mal de choses à Gotham. En attendant, Urban nous offre quelques informations sur la manière dont Batman a géré la mort de Damian. On nous montre aussi comment Arkham a changé pour passer de lieu de guérison à un lieu de punition. C'est une histoire que j'ai trouvé assez intéressante car j'ai rarement eu l'impression que le changement de statut d'Arkham ait été thématisé. On nous montre aussi brièvement le nouveau statut après Eternal pour terminer sur une histoire qui explique comment le futur sera protégé par Batman. Au final rien de bien mauvais mais rien de bon non plus.

    *
    **
    *** Un tome de transition afin de patienter avant le prochain et rien de plus.
    ****
    *****

    Image : Éditeur

  • Batgirl 1. Bienvenue à Burnside par Cameron Stewart, Brenden Fletcher et Babs Tarr

    Titre : Batgirl 1. Bienvenue à Burnsidebatgirl-tome-1-270x428.jpg

    Auteur-e-s : Cameron Stewart, Brenden Fletcher et Babs Tarr

    Éditeur : Urban comics 11 septembre 2015

    Pages : 160

    Ce tome contient les numéros 35-40 et secret origins 10 publiés dans The Batgirl of burnside. Tout a changé. Batgirl est seule, elle n’a plus de contacts avec la police ni les Birds of Prey. Son matériel est détruit tandis qu’elle change d’appartement pour se rendre dans le quartier branché de Burnside. Elle y est engagée comme chercheuse dans le cadre d’une thèse autours d’un algorithme qu’elle a créé durant sa convalescence. Comme elle n’a plus de costume ni d’équipement elle doit aussi se recréer son identité. Mais ceci pourrait bien être plus compliqué que prévu. En effet, non seulement elle doit lutter dans Burnside mais une personne anonyme en sait long sur elle. Et elle utilise ses connaissances afin de faire du mal à Batgirl alias Barbara Gordon.

    La première partie des New 52 autours de Batgirl parlaient de son effort face à son passé. Elle retrouvait l’usage de ses jambes (ce qui fit perdre le personnage d’Oracle) et reprit l’identité de Batgirl. Elle tentait de passer outre le traumatisme de l’attaque du Joker. Mais, entre-temps, de nombreux événements ont eu lieu. Non seulement Dick Grayson est mort mais, en plus, son père est mis en prison. C’est dans ce contexte que la nouvelle équipe créative décide de placer le personnage dans un nouveau lieu tout en lui offrant une nouvelle tenue (que j’apprécie beaucoup). De plus, ils décident de moderniser un peu les choses. Barbara vit dans un monde connecté et s’essaie aux réseaux de rencontre et aux réseaux sociaux. Elle débute en s’attaquant à un homme qui dévoile des informations trouvées sur des objets électroniques volés. De plus, elle est harcelée par quelqu’un qui utilise son image, se fait passer pour elle et tente de lui faire du mal. Plus encore, les derniers numéros parlent, à leur niveau, de logiciels prédictifs utilisés afin de contrôler la population sous l’idée d’éviter les crimes. Cette Batgirl est donc très proche de nous avec un comportement parfaitement normal mis à part qu’elle est une justicière.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** Un très bon premier tome. Je me réjouis de lire la suite.

    Image : Éditeur

  • Avengers 4. Infinity par Jonathan Hickman et Leinil Francis Yu

    Titre : Avengers 4. Infinity

    Auteurs : Jonathan Hickman et Leinil Francis Yu

    Éditeur : Panini comics 1 juillet 2015

    Pages : 160

    Ce tome contient les numéros 18-23. Voici enfin le troisième tome qui constitue l’événement Infinity. Pour rappel, celui-ci se déroule à la fois sur Terre et dans l’univers. Dans le tome principal nous avions la prise de contrôle de la Terre par Thanos après le départ des Avengers pour une guerre. Dans le tome 2 de New Avengers nous avions l’effet d’Infinity sur la quête des Illuminatis pour arrêter la destruction de l’univers (et donc de la Terre). Ce tome d’Avengers suit les aventures de Captain America et des Avengers dans l’espace face à la flotte des bâtisseurs. Ceux-ci détruisent tout sur leur passage dans le seul but de mettre fin à l’existence de la Terre. Les Avengers ne sont qu’une petite armée face à des empires entiers. Et si ces derniers ne peuvent rien contre les Bâtisseurs que peuvent les Avengers ?

    Il devient de plus en plus difficile de présenter le travail d’Hickman sur Avengers et de l’apprécier. Encore une fois, l’intrigue est concentrée sur l’aspect héroïque et guerrier plutôt que de nous présenter un groupe et sa constitution. Bien qu’Hickman nous présente un peu mieux les Bâtisseurs dont on avait entendu parler il ne fait qu’ajouter une petite brique à sa construction. En fait, Hickman donne presque l’impression d’être trop arrogant pour le bien de son intrigue. Comme s’il avait une bonne idée mais qu’il partait en roue libre sans contrôle. En bref, je doute de plus en plus.

    *

    **

    *** Un tome qui se concentre sur une guerre sans parler de rien d’autre. Je commence à me lasser.

    ****

    *****

    Image : Éditeur

    image_gallery?img_id=8021920&t=1436774404983

  • Avengers 3. Prélude à infinity par Hickman, Spencer, Caselli et Deodato JR

    Titre : Avengers 3. Prélude à infinity
    Auteurs : Hickman, Spencer, Caselli et Deodato JR
    Éditeur : Panini comics 1 mai 2015
    Pages : 144


    Ce tome contient les numéros 12-17. Depuis quelque temps la Terre connaît des dangers de plus en plus importants. C’est la raison pour laquelle Tony Stark et Steve Rogers décident de reconstruire les Avengers pour en faire une véritable machine de guerre. Ils n’ont même pas eu le temps de dire bonjour aux nouveaux que la Terre est attaquée depuis Mars puis qu’un événement cosmique crée deux nouveaux êtres à la puissance sans limite. Ces derniers font partie d’un ancien système qui est en train de s’effondrer. Ce système n’a pas terminé de poser des problèmes puisqu’il envoie un message automatiquement et que celui-ci détruit toutes activités électronique sur la planète. Les Avengers vont avoir besoin de plus gros bras.


    Il est difficile de parler du run d’Hickman sur les Avengers. Il me semble qu’il est très prudent dans la mise en place de son intrigue. Les choses se construisent lentement mais sûrement. Encore une fois, on nous montre que la Terre fait partie d’un système mais que celui-ci est brisé. Mais on ne perd pas de temps en palabre puisque, extrêmement rapidement et souvent, le scénariste place ses personnages dans d’énormes combats. Ceci donne l’impression d’un tome qui fait la jonction avec la suite plus que d’un tome qui se suffit à lui-même. Il faut aussi noter que ce run ne laisse que très peu de place à la vie civile des Avengers. Tout est concentré sur l’héroïsme et les missions. La lecture est donc déroutante et désincarnée.


    *
    **
    *** Ce n’est pas mauvais mais très déroutant. Ce n’est pas une lecture simple mais difficile avec de nombreuses références et une intrigue difficile à saisir.
    ****
    *****


    Image : Éditeur

    image_gallery?img_id=7898977&t=1431337079397

  • Aquaman 5. Maelstrom par Jeff Parker et Paul Pelletier

    Titre : Aquaman 5. Maelstromaquaman-tome-5-270x424.jpg
    Auteurs : Jeff Parker et Paul Pelletier
    Éditeur : Urban comics 11 septembre 2015
    Pages : 240

    Ce cinquième tome contient les numéros 32-40 ainsi que Secret Origins 2 et 5. Aquaman a changé de main depuis le tome 4. Celui-ci était, d’ailleurs, le plus faible de la série avec des ennemis peu intéressants et une intrigue un peu abandonnée. Je me suis laissé persuader de laisser une chance au nouveau scénariste. Dans ce tome il crée deux intrigues sans aller dans la direction mise en place par Geoff Johns au tome 3. Ainsi, nous avons d’abord une lutte contre la base internationale sous-marine et leur création. Celle-ci est parallèle à des problèmes politique en Atlantide. En effet, une faction considère Arthur et Mera comme des usurpateurs qui détruisent le continent. Le problème c’est qu’ils ont raison. La Terre même refuse Arthur comme roi. C’est pourquoi ce dernier décide de recherche les traces de sa mère afin de se faire accepter comme souverain.

    Que penser de ce tome ? Il semble que le scénariste ait décidé de creuses un peu ce que Geoff Johns avait sous-entendu mais sans concrétiser. Ainsi, on ne revoit ni Orm ni le roi de Xebel. Par contre, on en apprend plus sur le fonctionnement de l’Atlantide ainsi que sur les différents royaumes. Ces connaissances permettent de créer des liens avec les autres héros mais aussi les royaumes mythiques de l’univers DC. On apprécie de voir Arthur traité, enfin, en tant que roi par d’autres dirigeants. Bien que la première partie de l’intrigue, le combat, soit peu intéressant et ne permette pas de comprendre la raison de la présence de la base Triton la seconde est meilleure. Elle permet de réunir Arthur avec son passé et de consolider son rôle. Je suis donc plutôt content.

    *
    **
    ***
    **** Le tome 4 était très moyen celui-ci est bien mieux sans être aussi bien que les trois premiers.
    *****

    Image : Éditeur

  • Star Wars: The force awakens

    Enfin ! Enfin nous avons un nouveau Star Wars ! Enfin après une longue année d’attente depuis le premier teaser ! Et enfin j’ai pu aller le voir malgré la foule énorme qui se masse à chaque projection ! Je vais tenter une petite présentation. Je vais essayer de faire attention mais il est toujours possible qu’il y ait quelques spoilers. If you do not want to be spoiled keep calm and stop reading.

    Il y a 30 ans les rebelles ont détruit la seconde étoile noire alors que l’Empereur et Vador étaient détruits. Sur les cendres se sont soulevés des planètes prenant le nom de Nouvelle République. Mais l’Empire n’est pas terminé et la Résistance lutte encore et toujours. À la place d’un Empereur nous avons le Premier Ordre. Il y a 20 ans Luke Skywalker a disparu. Depuis, une bonne partie de la galaxie est à sa recherche. Et certaines personnes pourraient bien se rapprocher de la solution. En effet, il existe une carte des voyages de Luke. Alors que l’Empire souhaite la posséder afin de détruire le dernier Jedi la Résistance souhaite le faire revenir et restaurer l’équilibre de la Force. La générale envoie son meilleur pilote retrouver cette carte. Mais l’Empire n’est pas loin derrière et détruira absolument tout afin de mettre la main sur Luke Skywalker.

    Que penser de cette nouvelle suite (qui, cette fois, ne se déroule pas dans le passé) ? Est-ce qu’elle est à la hauteur pour relancer une franchise qui n’est jamais morte ? Le film vaut-il la destruction de l’univers étendu ? Difficile à dire… moi, en tout cas, j’ai aimé. Qu’on ne s’y méprenne pas. Il y a de nombreux problèmes scénaristiques et autres. Ainsi on se demande comment Finn passe de soldat loyal à résistant. Pourquoi existe-t-il une carte du lieu où se trouve Luke ? Pourquoi personne n’est au courant de la super base ? Mais ce qui fait la réussite et la faiblesse du film se sont, avant tout, les références. Chaque minute sont remplies de références aux autres films et, au bout d’un moment, on se demande si on regarde un film ou des scènes d’hommages envers les autres films ? Heureusement, nous avons aussi de nombreux nouveaux personnages qui rejoignent les anciens. Ces derniers sont introduits progressivement et ça fonctionne bien. J’apprécie particulièrement l’écriture des nouveaux personnages mis à part Kylo Ren que je trouve un peu bâclé. On a une sorte de nouveau Vador qui fait tout pour ressembler à ce dernier et qui semble suivre son exemple pour des raisons similaires. Donc, pour moi, c’est réussi.

    *
    **
    ***
    **** J’ai bien aimé. Il y a de nombreux problèmes dans l’intrigue ainsi qu’un grand méchant qui n’a pas le charisme de Vador (surtout après avoir enlevé son masque) mais je me suis bien amusé.
    *****

    Image : Site officiel

    TheForceAwakens_dls_wpw_kylo.jpg