image comics - Page 2

  • Low 1. L'ivresse de l'espoir par Rick Remender et Greg Tocchini

    Titre : Low 1. L'ivresse de l'espoirlow-tome-1-39176-270x416.jpg
    Auteurs : Rick Remender et Greg Tocchini
    Éditeur : Urban comics 26 février 2016
    Pages : 176

    Ce tome contient les numéros 1-6 publiés dans Low Vol 1 : The delirium of hope. Dans ce comics Remender tente quelque chose de très personnel. D'une part, il parle d'un thème qui l'avait frappé étant enfant. D'autre part, il essaie de créer un personnage optimiste alors que lui-même est pessimiste. Low se déroule dans le futur très lointain. Le soleil se transforme en géante rouge et la Terre est mourante. L'humanité a réagi de deux manières : elle a envoyé des sondes pour tenter de trouver des planètes habitables et elle s'est réfugiée sous la surface des océans. Mais les sondes n'ont jamais donné de résultats concluants. L'humanité a progressivement perdu espoir et s'est réfugiée dans le cynisme et l'oubli alors que les dernières villes s'éteignent les unes après les autres. Mais une femme, une scientifique, a encore de l'espoir. Et elle lutte afin de récupérer les données d'une sonde qui vient de retourner à la surface.

    Je suis mitigé. Ce comics me parle. J'aime beaucoup l'idée de Remender. Un monde caché, sous la surface, qui tente d'oublier sa future destruction dans un milieu futuristique qui permet une liberté de création importante. Les dessins de Greg Tocchini qui accompagnent l'histoire sont tout simplement magnifique et permettent d'intégrer cet univers sans résistances. J'ai plus de problèmes avec l'intrigue. On suit une femme scientifique, c'est déjà une bonne idée, mais elle semble toujours se retrouver face aux mêmes problèmes. Et je me demande si cela est nécessaire. De plus, le pouvoir de l'espoir me semble être un artifice un peu facilement utiliser par l'auteur. Il aurait pu mieux l'écrire et même le problématiser. Ce qui ne veut pas dire que les effets du désespoir ne soient pas intéressants. Remender réussit à décrire des sociétés qui sont perdues. Mais je me demande si l'intrigue se développera un peu plus ou non. Je verrais lors de ma lecture du second tome.

    *
    **
    *** Un avis mitigé mais j'espère un tome 2 qui me convaincra.
    ****
    *****

    Image : Éditeur

  • Lazarus 4. Poison par Greg Rucka et Michael Lark

    Titre : Lazarus 3. Conclave9782344015988-L.jpg
    Auteurs : Greg Rucka et Michael Lark
    Éditeur : Glénat 4 mai 2016
    Pages : 160

    Ce tome contient les numéros 16-21. Les problèmes sont plus que nombreux pour la famille Carlyle. Le patriarche de la famille a été empoisonné par le Docteur Hock suite au procès par combat engagé, et perdu, par ce dernier. La conclusion n'a donc pu être que la guerre entre les familles qui gouvernent le monde. Mais sans le patriarche la famille Carlyle est-elle capable de vaincre ses nombreux ennemi-e-s? Ses allié-e-s sont de moins en moins nombreux et de plus en plus inquiets. La guerre semble être en passe d'être perdue. Seule Forever pourrait modifier le cours de celle-ci en allant directement sur le terrain. Mais elle pourrait bien ne pas en revenir.

    Bien que les scènes d'action soient nombreuses ce tome est, étrangement, une forme de répit dans l'intrigue. En effet, les questions posées dès le premier tome sont laissées de côté. Les explications sur ce monde dystopique sont aussi abandonnées. Ces manques se font au profit de la guerre et des liens que la famille Carlyle entretien avec ses allié-e-s. Alors que, d'une part, on nous montre que personne ne peut prendre le flambeau chez les enfants de l'autre on nous présente un petit groupe de soldat-e-s mené-e-s par Forever. D'une part nous avons une intrigue politique sommaire et de l'autre l'intrigue d'un film de guerre classique. Le tome est réussi mais on espère rapidement en savoir plus. Par contre, le premier numéro sort clairement du lot. Celui-ci nous fait lire le journal d'une espionne au service des Carlyle. Le numéro est particulièrement bien réussi et intéressant.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** Un tome un peu moins bons que les précédents mais toujours aussi intéressant.

    Image : Éditeur

  • Lazarus 3. Conclave par Greg Rucka et Michael Lark

    Titre : Lazarus 3. Conclave9782344011010-L.jpg
    Auteurs : Greg Rucka et Michael Lark
    Éditeur : Glénat 25 novembre 2015
    Pages : 160

    Ce tome contient les numéros 10-15. Il y a quatre mois l'un des fils Carlyle, Jonah, a trahi sa famille. Il s'est enfui en direction du territoire Hock mais les choses ne se sont pas déroulées comme prévu. Alors que Forever parlementait avec les Morray et qu'elle stoppait une attaque terroriste contre sa famille son frère vivait en captivité. Il est drogué et charcuté afin de découvrir les secrets des Carlyle. Mais le temps du secret est terminé. Les Hock annoncent officiellement détenir Jonah. Face à cette révélation il n'y a que peu de choix. L'un de ceux-ci est la convocation d'un conclave de toutes les familles afin de régler le problème. Mais ces événements, sous leurs dessous aristocratiques, cachent trahisons et complots. La guerre pourrait bien découler des décisions des familles réunies et de leurs Lazares.

    Greg Rucka est un scénariste génial. Les tomes précédents ont donné des aperçus de son univers. On apprenait comment fonctionne la famille ainsi que leurs possessions. Le tome 2 permettait de mieux comprendre le quotidien des déchets et des serfs. Bien que ce troisième tome explique comment fonctionne une famille concurrente - et celui-ci est loin d'être sympathique - l'intrigue se déroule principalement dans un lieu unique. On reçoit peu d'informations sur les relations entre familles car Forever, l'héroïne, et est exclue comme les autres Lazares. Ceci permet de mieux peindre la relation que les Lazares entretiennent. Bien qu'ils et elles soient des allié-e-s ou des ennemi-e-s ces personnes se traitent de manière respectueuses en tant qu'égale. Il est troublant de voir des ami-e-s discuter calmement de la possibilité d'une lutte à mort future. Ce tome permet aussi de comprendre un peu mieux le fonctionnement global de la dystopie mise en place par Rucka. On apprend que les familles sont liées par les termes d'un accord qui défend les intérêts économiques de tout le monde. On savait que le monde appartenait à l'argent et maintenant on comprend mieux le fonctionnement des relations entre les familles. Bref, Rucka donne toujours des miettes tout en réussissant à créer une impression d'un monde bien plus vaste et compliqué mais dont on comprend les règles sans qu'elles soient toujours expliquées. Ce comics est probablement l'un des meilleurs du moment et je ne peux presque pas attendre de lire la suite.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** L'un des meilleurs comics en cours selon moi. J'aime tout et tous les personnages. Vive Greg Rucka.

    Image : Éditeur

  • East of west 4. A qui profite la guerre? par Jonathan Hickman, Nick Dragotta et Frank Martin

    Titre : East of west 4. A qui profite la guerre ?east-of-west-tome-4-270x421.jpg
    Auteurs : Jonathan Hickman, Nick Dragotta et Frank Martin
    Éditeur : Urban comics 21 août 2015
    Pages : 160

    Ce quatrième tome contient les numéros 16-21 plus The world publiés dans East of west volume four: Who wants war? Le tome trois se terminait sur plusieurs évènements qui devaient changer le statut quo entre nos personnages et dans le monde. Non seulement l'enfant destiné à devenir la bête de l'apocalypse s'est échappé en combattant les cavaliers de l'apocalypse mais en plus la nouvelle leader de la République Populaire d'Amérique a décidé de lancer une guerre entre les nations. Bien que celle-ci n'était pas souhaitée par la majorité des nations un meurtre a forcé les leaders à demander réparation. C'est ainsi que commence la seconde année de l'apocalypse.

    J'ai, globalement, moins aimé ce tome que les précédents. Bien que j'apprécie le numéro The world qui permet d'en savoir un peu plus sur la chronologie ainsi que les évènements passés et proches ce n'est pas assez pour sauver le reste. En fait, le tome donne l'impression de vouloir créer une transition. Le scénariste place ses pions dans son intrigue et ensuite nous explique qu'elle est l'état d'esprit de ceux-ci. Mais rien de plus substantiel n'est donné. On nous mentionne des éléments sans les développer. Cependant, on en sait un peu plus sur l'enfant de Mort et de Mao Xiaolan. On le suit dans son périple dans la forêt et, surtout, il nous est expliqué ce qu'il doit apprendre afin de devenir ce que les cavaliers souhaitent qu'il devienne.

    *
    **
    *** Un tome que j'ai moins apprécié car une grande partie des intrigues sont simplement mentionnées sans être développées.
    ****
    *****

    Image : Éditeur

  • Descender 1. Etoiles de métal par Jeff Lemire et Dustin Nguyen

    Titre : Descender 1. Etoiles de métaldescender-tome-1-270x416.jpg
    Auteurs : Jeff Lemire et Dustin Nguyen
    Éditeur : Urban comics 29 janvier 2016
    Pages : 152

    Ce premier tome contient les numéros 1-5 publiés dans Descender vol.1 : Tin stars. Il y a dix ans la galaxie a été attaquée. Ce qui était un groupement politique puissant aussi bien technologiquement que culturellement a été effacé par les machines que l'on a nommé Moissonneurs. Celles-ci faisaient la taille d'une planète et ont détruit les mondes les plus avancés. Il s'en est suivi un massacre des robots par peur de leur soulèvement et de leurs liens supposés avec l'attaque. Dix ans plus tard un robot de compagnie nommé Tim 21 se réveille. Ce réveil attire l'attention de la galaxie entière. En effet, il se pourrait bien que ce petit robot possède le secret derrière les Moissonneurs.

    Plus je m'intéresse aux comics indépendants plus je trouve des perles. Ce premier tome n'est que le début mais j'aime déjà ce que je lis. On nous plonge dans un univers étrange et pourtant familier. Il y a de la technologie, des races aliens, des cultures différentes et surtout du mystère. Le scénariste nous place plusieurs indices et problèmes sur la route afin d'ouvrir son univers tout en ne donnant pas trop d'informations. Ainsi, c'est par Tim 21 que l'on commence à comprendre ce que fut l'attaque et ses suites. Ce qui permet de broder ensuite dessus. Les personnages sont encore nouveaux mais semblent intéressants et le seront surement de plus en plus. Je ne peux que conseiller aux personnes amatrices de space opera. D'autant que la partie graphique est tout simplement magnifique.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** Un très bon premier tome qui ouvre de nombreuses pistes autours de personnages attachant.

    Image : Éditeur

  • Saga 5

    Titre : Saga 5
    Auteur-e-s : Brian K. Vaughan et Fiona Staples
    Éditeur : Urban comics 2 octobre 2015
    Pages : 152

    Étant donné que mon dernier Foucault est un peu long à lire (158 pages sur 679...) je me suis lancé dans le dernier Saga. J'ai déjà dit à de nombreuses reprises à quel point j'adore ce comics écrit par Vaughan et Staples. Ce tome reproduit les numéros 25-30. Marko et IV se rejoignent afin de retrouver leurs familles kidnappées par le robot Dengo. Ce dernier tient d'une main de fer Alana et Klara. Ils les forcent à conduire la fusée sur une planète isolée afin de faire découvrir à l'univers entier l'existence d'Hazel. Mais ses alliés pourraient ne pas être meilleurs que les deux empires qui se combattent. Pendant ce temps, Sophie, La Marque et Gwendolyn se rendent sur demi-monde afin de sauver la vie du Testament.

    Encore une fois, il ne se passe pas grand-chose dans ce tome et pourtant il est génial. Vaughan et Staple décident de nous offrir plus d'informations sur le passé de Marko, relativement peu connu, ce qui permet de mieux comprendre pourquoi il s'est rendu et pour quelles raisons il a décidé de devenir pacifiste. J'ai aussi beaucoup aimé les relations avec IV et le petit Ghüs. On en apprend aussi beaucoup plus sur l'univers de Saga sans que, pour autant, cela ne complique trop l'histoire. Ce comics reste du très bon.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** L'une des meilleurs séries de comics que je connaisse.

    Image : Site officiel

     

    saga-tome-5-270x406.jpg

     

     

  • Rocket Girl par Brandon Monclare et Amy Reeder

    Titre : Rocket Girlrocket-girl-tome-1-270x422.jpg
    Auteurs : Brandon Monclare et Amy Reeder
    Éditeur : Urban comics 9 octobre 2015
    Pages : 128

    Ce premier tome contient les numéros 1-5 publiés dans l'édition originale Rocket Girl vol.1. Nous sommes en 2013. Le monde a bien changé depuis que Quintum Mechanics a créé une technologie extrêmement avancée. New-York est pacifiée. Elle est sous la protection d'une police adolescente qui prend sa retraite à 20 ans. L'une des officières est Dayoung Johansson. Bien que tout semble fonctionner elle sait que Quintum n'obéit pas à la loi. Elle décide d'enquêter et réussit à être envoyées 27 ans dans le passé en 1986 afin d'arrêter l'ascension de l'entreprise. Mais ses actions ont des conséquences aussi bien dans le passé que dans le futur. Alors qu'elle tente d'arrêter Quintum en 1986 ses collèges tentent de le faire en 2013 au risque de créer d'énormes problèmes.

    J'ai lu de très bonnes critiques sur les sites anglo-saxons. Je me suis donc dit que je pourrais tenter l'aventure. Ce premier tome sent fortement l'introduction. On nous explique ce qu'est le monde et comment il fonctionne. Mais on ne dit pas le pourquoi ni le comment. J'imagine qu'on en saura un peu plus au fur et à mesure. Les cases sont dynamiques avec une personnage sûre d'elle et qui vole en jet-pack. Il est assez rafraichissant de voir une ado engueuler un vieux flic avant de stopper un tireur. Cependant, nous avons très peu d'informations sur les personnages. On ne les connait pas et donc on ne sait rien de leurs motivations ni de leurs buts. On peut comprendre ce manque par l'intrigue très nerveuse mais j'espère que cet aspect sera développé dans les prochaines tomes.

    *
    **
    ***
    **** Malgré quelques problèmes je suis plutôt content de cette lecture. J'espère que l'on en saura plus sur cet univers et les personnages à l'avenir.
    *****

    Image : Éditeur

  • Lazarus 2. Ascension par Greg Rucka, Michael Lark et Santi Arcas

    Titre : Lazarus 2. Ascension 9782344009253-L.jpg
    Auteur : Greg Rucka, Michael Lark et Santi Arcas
    Éditeur : Glénat 26 août 2015
    Pages : 128

    Ce second tome contient les numéros 5-9 publiés dans Lazarus vol. 2. Dans le volume précèdent on apprenait à connaitre Forever : une jeune femme chargée de la sécurité de la famille Carlyle dans un futur sans états. Dans ce tome nous avons trois intrigues. La première nous montre quel fut l'enfance de Forever. On observe son entrainement alors que son père se prépare à lui offrir l'épée de la famille. Dans la seconde intrigue on suit une famille de déchets qui tente de se rendre à Denver pour participer à la montée et devenir serfs. Dans la troisième Forever met au jour l'existence d'une cellule terroriste qui pourrait faire exploser une bombe. Elle est chargée à la fois de la sécurité et de trouver le terroriste.

    Le volume précédent ouvrait le bal et donnait quelques informations de base sur ce monde futuriste. Ce volume permet de broder dessus en offrant plusieurs points de vue. Tout d'abord, la condition de déchet n'est pas, comme je le croyais, celle de simples inutiles. On peut travailler pour la famille mais sans droits ni réelles richesses. Mieux, il est possible de monter en grade selon ses capacités afin de recevoir les bons soins de la famille. Suivre les déchets permet de mieux se rendre compte du fonctionnement de ce monde et de ses dangers. On apprend aussi qu'il existe des groupes qui tentent de résister. On ne sait pas grand-chose sur ceux-ci mais leur existence est suffisante pour que l'on ne tienne plus pour acquise la domination des Carlyle. Le message que l'on lisait à la fin du tome 1 est, par contre, laissé de côté. Bien que je sois toujours très intéressé par ce comic je me demande comment Rucka va développer tout cela et dans quelle direction.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** Très bon comic avec un personnage principal très intéressant. On en apprend plus sur le monde décrit ainsi que sur son fonctionnement.

    Image : Éditeur

  • East of west 3. Il n'y pas de "nous" par Jonathan Hickman, Nick Dragotta et Frank Martin

    Titre : East of west 3. Il n'y pas de "nous"9782365775830-couv-M200x327.jpg
    Auteurs : Jonathan Hickman, Nick Dragotta et Frank Martin
    Éditeur : Urban comics 16 janvier 2015
    Pages : 14

    Ce tome contient les numéros 11-15 publiés dans East of West volume three. Il y a des années les trois cavaliers de l'apocalypse ainsi que les élus s'étaient retourné contre le quatrième cavalier et sa femme Xiaolian. Ils avaient, du moins le couple le croyait-il, tué leur enfant. Cependant, il y a peu, Mort a retrouvé sa femme et il sait que son fils est vivant. Les deux amants ont donc décidé d'agir de concert. Pendant que Mort cherche leur fils en interrogeant et tuant tout ce qui se dresse sur son chemin Xiaolian met en place son plan. Ce dernier est simple : la guerre. Et cette guerre aveuglera tous les élus et les cavaliers. Cependant, les servant-e-s du message commencent à se poser des questions. L’interprétation est-elle juste ? Ne peut-on pas changer quelques peu les décisions ? Et que veut faire l'enfant de Mort et de Xiaolian ?

    Ce troisième tome est moins concentré sur Mort que ne l'étaient les deux précédents. Ses aventures ne sont plus une part centrale de l'intrigue. Les événements qui ont lieu autour de Xiaolian et des élus, eux, prennent une plus grande importance et permettent de mieux connaitre le monde créé par les auteurs. Personnellement, je suis très intéressé à la Nation Infinie. Mais les questions les plus pressantes, à la fin du tome, concernent l'enfant. Je me demande quel est son plan et, surtout, quel est le plan de la machine qui l'accompagne ou de la personne qui a programmé la machine ? J'attends la suite.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** J'aime toujours autant à le contexte et l'intrigue. Mais je me demande comment cela va se développer

    Image : Éditeur

  • Lazarus 1. Pour la famille par Greg Rucka, Michael Lark et Santi Arcas

    Titre: Lazarus 1. Pour la famille9782344008621-L.jpg
    Auteurs: Greg Rucka, Michael Lark et Santi Arcas
    Éditeur: Glénat comics 15 avril 2015
    Pages: 112

    Ce premier tome contient les numéros 1-4 ainsi que le prélude. Nous sommes dans le futur. Les frontières politiques telles que nous les connaissons n'existent plus. A la place se sont élevées des familles basées sur la puissance économique. Il n'y a plus de citoyens il y a des serfs et des déchets. Pour se défendre ces familles se reproduisent et font de l'un des leurs ce que l'on nomme un Lazarus. Ce terme décrit un être contrôlé chargé de défendre la famille et de combattre pour la famille. Ils sont améliorés au maximum afin d'être les combattants parfaits. Ils ne peuvent pas trahir. Cette histoire porte sur le Lazare de la famille Carlyle : Forever.

    Les 4 épisodes qui sont édités ici ne font que commencer l'intrigue. On apprend ce qu'est un Lazarus, comment fonctionne le monde et les problèmes qui existent dans la famille Carlyle. Bien que peu d’éléments nous soient donnés on sait déjà qu'il y a trahison dans la famille et que Forever n'est pas ce qu'elle semble être. J'imagine qu'on en apprendra plus par la suite. Rucka réussit aussi, avec ses capacités habituelles, à mettre en place un monde dont on connait peu de choses et qui est déjà conséquent et logique. Les relations à l'intérieur et entre les familles sont très protocolaires alors que les autres êtres humains sont des ressources dont on peut disposer sans état d'âme. Ce qui décrit un monde fortement stratifié socialement dans lequel la vie ne vaut que ce qu'elle peut rapporter économiquement. J'aimerais bien en savoir plus et J'attends la suite avec un grand intérêt.

    *
    **
    ***
    **** Un univers que Rucka semble maitriser sans trop nous en donner. Une histoire qui commence tout juste à se dévoiler. On veut la suite.
    *****

    Image : Éditeur

  • Saga 4 par Brian K. Vaughan et Fiona Staples

    Titre : Saga 49782365774284-couv-M200x327.jpg
    Auteur-e-s : Brian K. Vaughan et Fiona Staples
    Éditeur : Urban Comics 30 janvier 2015
    Pages : 148

    Ce tome reprend les numéros 19-24. ENFIN ! Le tome 4 de Saga est sorti il y a 13 jours ! Après 9 mois d'attente nous pouvons enfin connaitre la suite des aventures de notre couple préféré. Je me suis, bien entendu, jeté dessus le jour même de la sortie (afin de le faire acheter par une amie). Nous quittions nos personnages alors qu'ils tentaient de trouver de nouvelles occupations. L'histoire reprend quelques années plus tard. La jeune Hazel a bien grandi et rend la vie difficile à son père qui tente de s'en occuper tout en la protégeant. Il s'éloigne aussi de sa femme, Alana, qui ne parle que peu de son travail sur le Circuit. Ils ne savent pas vraiment quoi faire mais ils essaient de garder leur couple en vie malgré les difficultés du quotidien. Mais des événements ayant lieu sur la planète des robots vont précipiter les choses.

    Saga fait partie des valeurs sûres. Vaughan est toujours aussi talentueux et réussit à nous montrer l'histoire du couple, à nous présenter un univers riche en espèces et en évènements tout en flirtant avec le quatrième mur de temps en temps. Bien que l'histoire soit relativement modeste et qu'il se passe peu de choses la manière dont tout cela est mené permet de ne jamais s'ennuyer. C'est donc encore un très bon tome pour une série que je recommande à tout le monde.

    • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.
    • Papier toilette.
    • Roman de gare.
    • À lire.
    • Tolkien. Un tome 4 qui montre quelques problèmes dans le couple tout en relançant les intrigues. Je me demande vraiment ce qui va se dérouler dans le prochain et j'espère ne pas devoir attendre 9 autres mois.

    Image : Éditeur