DC

  • Shazam

    1974, un enfant est envoyé dans un endroit étrange. Là, un vieil homme lui annonce qu'il est à la recherche d'un champion afin de protéger le monde des sept péchés. Mis à l'épreuve, cet enfant prouve son incapacité à résister aux tentations des péchés il est donc expulsé et juste après sa famille est impliquée dans un accident de la route. Des années plus tard, Billy Batson a fugué d'une des nombreuses familles qui l'ont accueilli. Malgré tout, il est accepté par une nouvelle famille dont les parents ont connu les placements et dont tous les enfants sont adoptés. Tentant de partir à nouveau il est envoyé chez le même sorcier qui décide de lui offrir son pouvoir et de le nommer champion. Bien qu'il possède à présent de grands pouvoirs Billy n'a que 14 ans. Il ne sait pas quoi faire de toute cette force ni qu'elle est son rôle réel. Il devra apprendre rapidement car les péchés ont choisi leur propre champion et celui-ci se prépare à le combattre.

    SPOILERS

    Au vu du fonctionnement du vilain du film et du héros, Shazam, il semble clair que la question principale concerne la famille. Le vilain provient d'une famille sans mère dans laquelle il n'a jamais été apprécié. Il est moqué pour son incapacité à devenir un homme et tous les malheurs connus lui sont reprochés. On apprend qu'il est même banni des réunions de l'entreprise familiale. Le héros, Billy, est l'enfant d'une fille-mère qui l'a perdu, on apprend plus tard qu'il a été abandonné, mais qui arrive dans un milieu familial aimant qu'il regarde avec suspicion au vu de son passé. Alors que le vilain rejette tous liens familiaux Billy, lui, apprend à accepter l'amour qui lui est offert et donc à partager son pouvoir afin de réussir à gagner : devenant un peu plus homme.

    Ce passage du statut d'orphelin à celui de membre d'une famille marque aussi le passage de l'irresponsabilité enfantine à la responsabilité adulte masculine. En effet, lorsque Billy se considère comme seul il utilise ses pouvoirs comme moyens d'amuser la population, de recevoir de l'argent et de tenter d'entrer dans des lieux normalement interdit (par exemple acheter de la bière ou entrer dans un club de striptease). Dès qu'il accepte sa famille il devient, même si cela est peu montré vu que l'on atteint la fin du film, bien plus responsable et commence enfin à aider les gens au lieu de réagir à ce que ses actes ont provoqué. On pourrait d'ailleurs critiquer la vision de la masculinité, en tout cas corporel, que le film met en avant. En effet, Billy partage son pouvoir avec ses frères et sœurs. Ses sœurs possèdent un corps féminin adulte normé. Mais cet aspect est bien plus fort avec les garçons de la famille. Sans pouvoirs, nous avons un jeune geek à lunette, un enfant gros qui essaie de se faire des muscles et un jeune enfant handicapé. Dès que Billy transfère ses pouvoirs tous ces attributs sont supprimés pour atteindre une norme corporelle masculine parfaite. Le jeune geek n'a plus besoin de lunettes. Celui-ci qui veut avoir des muscles est soudainement musclé et mince. Et Freddy, normalement handicapé, devient valide dans une scène qui permet de montrer sa canne tomber et le personnage être capable de voler. Je ne crois pas que ceci soit entièrement conscient, mais le film défend l'idée qu'un homme a des muscles, est mince et valide.

    *

    **

    *** Un film sympathique mais un peu long.

    ****

    *****

    Image : IMDB

    Site officiel

    dc,shazam

  • Injustice 2. 4 par Tom Taylor, Bruno Redondo, Daniel Sampere, Mike S. Miller et Xermanico

    Titre : Injustice 2. 4
    Auteurs : Tom Taylor, Bruno Redondo, Daniel Sampere, Mike S. Miller et Xermanico
    Éditeur : DC 11 décembre 2018
    Pages : 160

    Ce volume 4 contient Injustice 2 18-24. Il y a peu de temps, Bruce Wayne et Rha's Al'Guhl ont combattu pour d'une part sauver des enfants et ensuite éviter que les plans de Rha's ne puissent être mis en branle. Malheureusement, ce fut un échec et l'entier du gouvernement des États-Unis est mort. Pire encore, une première frappe civile a détruit une ville entière. Bruce Wayne, questionné par ce qui reste du gouvernement et du parlement, comprend qu'il ne peut pas continuer ainsi. Il est temps d'augmenter la taille de ce qui reste de la Ligue des Justiciers en sauvant les Titans.

    SPOILER

    Les tomes précédents se concentraient sur les personnages annexes de l'univers DC afin de les mettre en avant et remplacer un grand nombre de morts. Les combats, bien qu'existants, étaient moins importants que la construction d'un univers et des problèmes que celui-ci connait. Ce tome se concentre sur deux intrigues, une liée aux Titans et la seconde aux attaques de Rha's. Dans les deux cas, les scénaristes ont pris le parti de lancer des combats spectaculaires avec des enjeux importants puisque les personnes qui meurent sont nombreuses, parfois immédiatement après leur introduction. Même si la construction de l'univers est moindre, la vitesse de l'action permet de ne pas s'ennuyer tout en récoltant quelques indices qui mènent au second jeu.

    *
    **
    ***
    **** Peu bavard, mais spectaculaire. Si vous aimez l'univers des séries Injustice vous allez aimer ce quatrième tome.
    *****

    Image : Éditeur

    dc,injustice 2,tom taylor,bruno redondo,daniel sampere,mike s. miller,xermanico

  • Green Lantern: Earth One 1 par Gabriel Hardman, Corinna Bechiko et Jordan Boyd

    Titre : Green Lantern: Earth One 1
    Auteur-e-s : Gabriel Hardman, Corinna Bechiko et Jordan Boyd
    Éditeur : DC 20 mars 2018
    Pages : 144

    Harold Jordan fut un membre de la NASA. Il est maintenant membre d'une équipe de minage chargée d'explorer les astéroïdes afin de trouver les ressources nécessaires pour les industries terriennes. Il ne veut plus jamais retourner sur Terre et encore moins faire partie d'un groupe. Mais le nouvel astéroïde qu'il doit examiner cache bien plus que du métal. Harold Jordan y trouve un vaisseau. À l'intérieur se trouvent un robot, une lanterne verte et un alien portant un anneau vert. Après un accident, Harold Jordan enfile l'anneau et découvre qu'il peut survivre au vide. Il vient d'entrer au sein d'une civilisation galactique dont il n'avait aucune idée de l'existence.

    SPOILERS

    Ce que j'apprécie dans la gamme Earth One, malgré les retards et les abandons, est la possibilité de suivre une histoire complète sans avoir besoin de connaitre tout ce qu'il y a à connaitre sur un personnage. Cette gamme permet aussi de recréer les origines plus facilement. Les auteur-e-s de ce Green Lantern l'ont bien compris. Bien que l'on puisse déplorer une aventure qui prend encore en compte Hal Jordan au moins il est différent. Au lieu d'une personne arrogante et inutilement courageuse les auteur-e-s en font un pilote qui refuse d'user d'une machine qu'il ne connait pas, considérant que cela est dangereux pour lui et ses collègues.

    De plus, les auteur-e-s laissent de côté une grande partie de la mythologie. Illes préfèrent donner un univers dans lequel les Green Lanterns ont disparu après une guerre contre des robots. À présent, le corps n'est plus qu'une légende avec quelques personnes qui se sont donnés les anneaux par héritage. Ce n'est que petit à petit que l'on en apprend plus sur le fonctionnement de cet univers. Les auteur-e-s ont pris la décision d'inverser la mythologie puisque les Manhunters arrivent après les Green Lanterns, au lieu du contraire. Il est malheureusement dommage que la fin du volume annonce une suite potentielle, vu les nombreux abandons que connait la gamme.

    *
    **
    ***
    **** Un volume que j'ai apprécié, mais qui risque malheureusement de ne pas donner de suite
    *****

    Image : Éditeur

    green lantern,earth one,dc,gabriel hardman,corinna bechiko,jordan boyd

  • Black Lightning saison 1

    CW : Racisme d'état, violences policières, expérimentations humaines à caractère raciste

    Jefferson Pierce est une personnalité importante de la ville de Freeland. Non seulement il fait partie des leaders de sa communauté. Mais il est aussi le proviseur d'un établissement scolaire important. En tant que proviseur, il a réussi à protéger ses élèves, les guide mais aussi à éviter que son établissement ne soit transformé en prison pour des raisons dites de sécurité. Cependant, le contexte global reste difficile. Alors que la police use régulièrement de son pouvoir pour s'attaquer à de jeunes hommes racisés la ville est gangrenée par un gang ainsi que la drogue. Tout change lorsque les filles de Jefferson, Jennifer et Anissa, sont kidnappées après avoir refusé les avances d'un garçon. Jefferson décide de renouer avec son passé : le héros nommé Black Lightning. Bien que son retour soit salué par la communauté, il implique aussi des dangers pour sa famille.

    SPOILER

    Bien que la saison 1 ne fasse que 13 épisodes, ce qui implique un final un peu rapide pour cette saison, la production a touché à de nombreux sujets durant les épisodes. Ce qui frappe est l'importance de la communauté. Jefferson Pierce est noir, il est proviseur d'un établissement qui semble contenir un grand nombre de personnes racisées aussi bien au sein des étudiant-e-s que des employé-e-s et il est l'une des personnes importantes de la communauté. Dès le premier épisode, l'une de ses filles est au commissariat après une manifestation contre les violences policières tandis que, sur le retour, sa famille est menacée d'une arme à feux car il est soupçonné d'être un voleur. Régulièrement, la série met en avant les idées de la communauté à l'aide de journalistes. Mais elle met aussi en avant les problèmes rencontrés : violences et drogues en particulier. Bien que la série ne construise pas un propos très critique, l'incarcération massive de jeunes hommes racisés est mentionnée comme un problème tandis que le double standard qui conduit à parler de Black Lightning comme d'un justicier et les blancs des super-héros est au centre du fonctionnement de la série.

    Les relations entre les citoyen-ne-s racisé-e-s et l'état sont donc importantes dans cette série. Bien que celle-ci déroule une intrigue concernant une agence fédérale et ses expérimentations illégales cela n'implique pas que la production ne se base pas sur la réalité. Ainsi, au cours de la série, on apprend que la première expérimentation débute alors que les populations noires se révoltent. Le but est de créer une drogue qui permette de contrôler les populations. Ici, la police est une alliée du pouvoir puisque les agences fédérales usent de tous les moyens pour attaquer les personnes ayant un peu de capacité de défense. Que ce soit par la force ou le mensonge on observe la police user de stratagèmes contre des jeunes et des personnalités.

    De plus, cette série ajoute l'importance de la famille. Jefferson Pierce, contrairement aux autres séries, recommencent une carrière qu'il a abandonné afin de protéger sa famille. Cependant, son envie d'aider est connue aussi par son ex-femme, médecin, et sa fille ainée qui non seulement donne cours, étudie la médecine, milite mais devient une héroïne à part entière. L'intrigue concernant sa seconde fille n'est pas encore particulièrement développée en ce qui concerne ce point. Mais il est clair, dès la fin de la saison, que la série ne parle pas d'un homme mais bien d'une famille qui agit pour se protéger et protéger leur communauté.

    *
    **
    ***
    **** Courte mais plutôt bien construite. Les personnages sont convaincants et l'intrigue intéressante. Je me réjouis de voir la suite
    *****

    Image : IMDB

    black lightning,dc,cw

  • Batwoman 3. Fall of the house of Kane par Marguerite Bennett, Fernando Blanco et John Rauch

    Titre : Batwoman 3. Fall of the house of Kane
    Auteur-e-s : Marguerite Bennett, Fernando Blanco et John Rauch
    Éditeur : DC 22 janvier 2019
    Pages : 168

    Ce volume 3 contient Batwoman 12-18. Kate Kane a été envoyée par Batman afin de combattre une organisation terroriste vendant des armes capables de détruire des nations entières. Mais cette quête a aussi impliqué de revenir sur ses pas, sur son passé et sur une année durant laquelle elle a côtoyé une cheffe de guerre sur une île sans lois. Cette femme lui a récemment annoncé que seule son retour chez elle permettrait à Kate de sauver sa sœur. Envahi par les doutes et l'impression d'être coupable, Kate se rend donc au dernier endroit qui a pu être une maison pour elle et sa sœur.

    SPOILER

    J'ai lu que cette série était moins appréciée. Elle n'a en tout cas pas la magnifique écriture que lui a offert Greg Rucka mais non seulement les dessins sont beaux mais la scénariste a le mérite de placer Kate Kane sur un chemin qui lui correspond. Prenant acte de son passé, la scénariste lui a offert une année oubliée. Elle suit aussi les événements les plus récents afin de la placer contre Batman, et lui offrir une victoire bien pensée. Mieux encore, cette série construit sur la mythologie déjà connue sans donner trop d'informations. Si on en sait plus sur la raison de l'attaque subie par la famille Kane, il y a encore assez de mystères pour permettre de continuer.

    Mais cette série répare aussi ce qui a fait le plus de mal au personnage. Durant la précédente série le première équipe créative avait démissionné. Elle avait été remplacée par une nouvelle équipe qui avait détruit tout ce qui avait été construit. Batwoman était seule, attaquée par une vampire et finalement la série fut stoppée au grand soulagement de tout le monde. Lors des derniers épisodes de cette nouvelle série, la scénariste fait le bon choix de réparer cette erreur. Elle replace Kate Kane et Renee Montoya dans le cadre d'une relation romantique alors que Kate, sa soeur Elizabeth et Julia Pennyworth vivent ensemble.

    *
    **
    ***
    **** Une série que j'ai apprécié avec une fin que mérite le personnage
    *****

    Image : Éditeur

    batwoman,fall of the house of kane,dc,marguerite bennett,fernando blanco,john rauch

  • Geoff Johns présente Green lantern intégrale 5 par Geoff Johns, Tony Bedard et peter J. Tomasi

    Titre : Geoff Johns présente Green lantern intégrale
    Auteurs : Rick Remender, Matteo Scalera et Moreno Dinisio
    Éditeur : Image Comics 31 octobre 2018
    Pages : 112

    Les intégrales de Green Lantern regroupent tous les volumes parus à ce jour. En revanche, cette cinquième intégrale s'intéresse à des épisodes jamais édités soit Green lantern 53-67, Green lantern corps 58-60 et Green lantern emerald warriors 8-10. Cette intégrale débute juste après la guerre contre la mort. Le corps des Green lanterns a dû accepter une alliance avec tous les autres corps afin de vaincre l'entité de la mort ce qui a libéré l'entité de la vie. La guerre est terminée mais une nouvelle menace s'attaque aux différentes entités. Hal Jordan décide de s'allier à des membres d'autres corps afin de les sauver et de les expulser de la Terre. Mais les Gardiens risquent de ne pas aimer cette alliance.

    SPOILERS

    Cette intégrale semble fonctionner en lien avec l'épisode Brightest Day, que je n'ai pas lu. En utilisant cette nouvelle lanterne Geoff Johns ajoute d'autres éléments à la mythologie qu'il manipule depuis plusieurs années. On en sait donc enfin plus sur ces entités mais aussi sur leur pouvoir et sur les origines des Lanterns et des problèmes connus par les Gardiens. Loin d'être une erreur, on apprend que leur premier corps a été manipulé par l'un de leurs membres : Krona.

    Mais ce tome permet aussi d'ouvrir l'intrigue à ce qui arrive lors des New 52 lorsque l'univers DC fut recréé. Les dernières pages s'ouvrent sur le statu quo d'Hal Jordan mais aussi des autres membres humains du corps ainsi que sur la mort de Mogo. De plus, Geoff Johns continue à ajouter des éléments afin de continuer son intrigue. Outre le Premier Lanterne, il tente surtout de montrer en quoi les Gardiens deviennent dangereux et commencent à se méfier de leurs corps, une intrigue qui se conclut lors du quatrième tome de Green Lantern publié par Urban Comics.

    *
    **
    *** Une intégrale qui donne parfois l'impression de ne pas donner toutes les informations nécessaires. Mais elle permet de prouver que Geoff Johns avait préparé ses idées, même si la fin de son run fut plutôt médiocre selon moi.
    ****
    *****

    Image : Éditeur

    geoff-johns-presente-green-lantern-integrale-5.jpg

  • Flash 4

    À la suite de son combat contre Savitar Flash a accepté son enfermement au sein de la Speed Force. Son départ a créé un vide à Central City mais les membres de son équipe sont capables de s'occuper des menaces que la ville subit depuis plusieurs années. Cependant, un nouveau vilain oblige l'équipe à trouver un moyen de faire revenir Flash en ville. En effet, celui-ci refuse de se rendre tant que le vrai Flash ne sera pas revenu. Bien que tout le monde soit heureux de retrouver Barry Allen, son retour fait partie d'un plan long de plusieurs années afin de permettre à une personne bien précise de prendre le contrôle du monde. Cette fois ce n'est pas simplement un flash maléfique qui veut assassiner tout ce qui bouge. Non, cette fois l'équipe se confronte à un génie d'un niveau jamais vu dont le but, selon lui, est positif. Mais il s'attaquera à toutes personnes qui se placent sur son chemin.

    SPOILERS

    Pour la première fois depuis la création de la série le vilain de la saison n'est pas un flash maléfique qui souhaite s'attaquer personnellement à Barry Allen. Cette fois, le vilain est une personne réfléchie qui n'agit que selon les besoins de son plan. Malheureusement, bien que j'aie apprécié cette saison, je n'ai pas été convaincu par l'intrigue générale. On nous présente un personnage qui est censé avoir tout calculé depuis des années. Chacun des épisodes, ou presque, s'inscrit dans ce plan. En dehors des cours 4 épisodes qui placent Barry Allen en prison, dans la cellule de son père, j'ai du mal à croire en ce grand plan. Les scénaristes donnent plutôt l'impression d'écrire un épisode puis de tenter de l'inscrire dans le cadre général avec une dernière scène autours du vilain de cette saison.

    Pire encore, selon moi, le thème général n'est pas vraiment développé. Le Thinker, comme ce vilain est nommé, tente de détruire toute technologie. Il considère que celle-ci est mauvaise pour l'humanité. Vu que la série Flash s'attaque aux conséquences d'une explosion due à une recherche scientifique il y avait, ici, une bonne base pour créer un débat politique interne à la série. On aurait pu faire du Thinker un professeur à la tête d'un mouvement anti-technologique. Au vu des problèmes rencontrés par la ville il aurait été simple de créer une attention médiatique et populaire avec des articles, des manifestations et des débats politiques. Dans ce cadre, l'apparition des métas-humains ne serait pas une question de criminalité individuelle mais une question de dérive technologique. Petit à petit, il aurait été possible de faire dérailler le Thinker dans une direction plus dangereuse jusqu'à sa révélation en tant que super vilain. Malheureusement, la série ne fait rien de tout ça. Ce n'est que tardivement que les idées du vilain sont présentées et seulement pendant quelques minutes. Nous n'avons donc tout simplement pas le temps de vraiment réfléchir au thème porté par cette saison, car les scénaristes n'ont pas eu l'occasion non plus de nous en donner le temps.

    *
    **
    *** Une saison qui change un peu les choses, mais qui échoue à traiter de manière adéquate son thème.
    ****
    *****

    Image : IMDB

    dc,flash

  • Aquaman

    Arthur Curry a combattu aux côtés d'autres héros et héroïnes pour sauver la terre. Mais il est encore peu connu. Lorsqu'il ne sauve pas des navires de pirates ou de tempêtes, il boit de la bière avec son père dans le bar local. Arthur Curry a toujours été étrange mais il a aussi toujours vécu plus ou moins seul, refusant de se rendre en Atlantide depuis qu'on lui a expliqué que sa mère a été sacrifiée pour l'avoir conçu avec un humain. Son frère s'occupe du royaume. Ce dernier est fatigué des atteintes humaines contre les royaumes marins. Il décide de parlementer avec d'autres rois et reines afin de devenir le dirigeant d'une force armée commune chargée de combattre les humains de la surface. Mais ni Mera ni Vulko, sa future femme et son conseiller, ne sont en accord avec cette politique. Illes décident de se rendre à la surface afin de trouver Arthur et de l'envoyer en quête du trident du premier roi de l'Atlantide. Sa possession en ferait le roi à la place de son frère et permettrait de rester en paix.

    SPOILERS

    Les adaptations DC ont une mauvaise réputation depuis quelques années, à raison. Bien que tout ne soit pas aussi catastrophique que l'horrible Suicide Squad, aucun film n'a réussi à convaincre largement. Sauf si l'on prend en compte les avis négatifs. Ce nouveau film doit prouver qu'il est possible d'adapter un personnage peu connu et foncièrement ridicule. De plus, la réalisation doit être capable de filmer sou l'eau de manière convaincante.

    De ce point de vue, il faut avouer que les effets spéciaux me semblent réussis. La réalisation semble avoir lissé les visages et modifié les voix pour donner une impression différente de la vie en pleine air. Outre cela, les paysages marins sont magnifiques et on rêve devant des décors qui semblent aliens et proches de nous à la fois. Les ruines antiques sont mises au même niveau que les bâtiments de science-fiction, donnant l'impression d'une société qui s'est reconstruite sur le passé. Bien que la musique soit intéressante et tente d'accompagner notre impression d'étrangeté, elle n'est pas toujours bien choisie. Parfois, je suis sorti du film à cause d'une bande son inadaptée.

    Si la forme semble réussie, ce qui est un minimum pour un blockbuster, on peut se demander si le scénario est convaincant. Celui-ci est à la fois simpliste et très dense. Simpliste car l'on se trouve face à un roi en exil qui doit prouver sa valeur face à une société traditionaliste. Cette preuve passe par un artefact capable de prouver la royauté d'un individu, dont on ne peut s'emparer qu'après une dangereuse quête. Cette quête est transparente et la réalisation nous bombarde de son message : les personnes humbles qui veulent le pouvoir par nécessité plutôt que par droit font de meilleures dirigeantes. Avec cela, la réalisation crée toute une mythologie qui complexifie le fonctionnement de l'Atlantide. On découvre de nombreux royaumes et leurs propres histoires, sans toujours en savoir beaucoup sur leurs fonctionnements parfois caricatural (les philosophes, les brutes, etc.…). Je ne suis probablement pas le seul à y voir l'influence de Geoff Johns.

    Le film nous offre aussi deux personnages féminins : Atlana et Mera. Les deux sont membres de la royauté et capables de se battre, tout en ayant une connaissance importante de l'histoire et de la politique atlante. Les deux sont aussi destinées à accepter des mariages arrangés. Atlana disparait rapidement, après avoir combattu des soldats, mais elle revient vers la fin du film. Mera est décrite comme une combattante féroce capable de se défendre contre des soldats spécialement entrainés grâce à sa maitrise des arts martiaux et à son intelligence. Elle est un ajout d'intelligence à côté d'un Aquaman peu subtil. Bien que cela doit être confirmé, je ne suis pas certain de mes souvenirs, je crois que jamais Aquaman ne sauve Mera. Soit elle se débrouille seule soit elle est sauvée par une autre femme, quand elle n'est pas la personne qui sauve Aquaman.

    *
    **
    *** Très loin de la catastrophe que je craignais. Mais tout aussi loin d'être un bon film.
    ****
    *****

    Image : Site officiel

    03.jpg

  • Arrow 6

    CW : Tortures

    Oliver Queen possède plusieurs identités. Le jour il est le maire élu de Star City. Son rôle est de protéger ses citoyen-ne-s et d'aider la ville à se remettre de plusieurs années d'attaques terroristes qui ont détruit son infrastructure, son économie et l'espoir. Il est aussi le père de Williams, qu'il a promis de prendre avec lui lors de la mort de sa mère. Mais être père et maire d'une ville rend les choses compliquées. D'autant plus que William ne connait pratiquement pas Oliver Queen. Les seules interactions qu'il a eu avec son père se sont déroulés lors de ses enlèvement par des ennemis de Green Arrow. Et enfin, Oliver Queen est le Green Arrow. Lorsque la nuit tombe il parcourt les rues de la ville afin de sauver, aider et combattre la criminalité. Alors qu'il se croit enfin débarrassé de tous les dangers Oliver Queen commence à reconstruire sa vie et sa ville. Mais une cabale commence à se constituer dans l'ombre. Leur seul et unique but est de s'attaquer à Oliver Queen, par tous les moyens possibles.

    SPOILERS

    Arrow est une série qui est passée par de nombreux problèmes. La première saison fut suivie d'une excellente seconde saison. Puis, soudain, la production s'est perdue à la fois dans la nécessité de trouver des ennemis d'ampleur pour Green Arrow et une entrée dans le spirituel. Cette décision m'a toujours paru étrange puisque Arrow est censé se dérouler dans un milieu urbain, avec une légère conscience politique. Le but d'Oliver Queen est de se battre pour que les personnes puissantes, riches, ne soient pas au-delà de la justice. Heureusement, la cinquième saison repartait sur de bonnes bases avec un ennemi provenant du passé d'Oliver Queen. Cette sixième saison continue sur cette lancée en créant Ricardo Diaz. Un homme qui a connu la pauvreté et qui tente de prendre le contrôle de la ville afin d'étendre son empire criminel.

    La série prend enfin le temps d'enquêter sérieusement sur les activités d'Oliver Queen. Ce dernier a été publiquement accusé à plusieurs reprises, pour toujours s'en sortir. Ce que l'on peut lier à une tendance étrange des citoyen-ne-s de la ville à oublier ces accusations et les meurtres commis par Oliver Queen. Cette fois la série prend au sérieux les accusations et permet même l'enfermement d'Oliver Queen. Cependant, il est dommage que les arguments contre le vigilantisme ne soient pas assez développés. Pire encore, les différentes personnes qui se trouvent dans l'équipe d'Oliver Queen sont finalement utilisées pour aider le FBI à reprendre le contrôle. Le discours sur la nécessité de suivre les lois et procédures pour une justice équitable en est diminué. On semble nous dire que certaines circonstances impliquent que l'état puisse passer outre la loi, ce que je récuse. Cette saison montre aussi la fin de l'équipe constituée lors de la cinquième. Il semblerait donc que la série puisse se diriger vers sa fin lors de la septième saison, ce qui serait probablement une bonne chose.

    Site officiel

    Image : IMDB

    arrow,dc

  • Raven daughter of darkness 1 par Marv Wolfman, Pop Mhan et Lovern Kindzierki

    Titre : Raven daughter of darkness 1
    Auteurs : Marv wolfman, Pop Mhan et Lovern Kindzierki
    Éditeur : DC 23 octobre 2018
    Pages : 152

    Ce premier volume contient Raven daughter of darkness 1-6. Raven est une adolescente élevée dans une autre dimension. Elle est aussi une magicienne membre des Teen Titans. Il y a peu, elle a décidé de vivre avec la famille de sa tante afin de le connaitre et de comprendre comment les gens vivent sur Terre. Son souhait d'éviter les problèmes a échoué lorsqu'elle a dû combattre une menace mystérieuse. Cet acte a permis au monde d'apprendre ou elle se trouvait. Alors qu'elle continue de vivre avec sa tante une armée et des personnes sans visages semblent combattre afin de prendre le contrôle de son destin. Mais pourquoi souhaite-t-on sa mort ?

    SPOILERS

    La première série Raven était aussi simple qu'efficace sans être extrêmement réussie non plus. Je l'avais surtout parce que j'apprécie le personnage. Cette seconde série continue sur la même lancée, avec le même scénariste. Raven se trouve au lycée, elle a une famille et elle doit attaquer des menaces magiques. Ce sont des ingrédients simples mais souvent utilisés : place un être exceptionnel face à des problèmes de tous les jours. En ce qui concerne Raven, il faut ajouter les difficultés pour elle de s'intégrer et de comprendre qui elle est et ce qu'elle souhaite devenir. L'idée qu'elle est aussi bonne que mauvaise est souvent mise en avant dans la série, elle est un équilibre.

    Ce premier volume ajoute quelques personnages mais surtout offre une nouvelle famille à Raven. En effet, une partie des adversaires du tome sont en fait ses sœurs qui essaient de vaincre leur père, le diable nommé Trigon. On nous explique de quelle manière ce diable fait pour avoir des enfants : il cherche des femmes assez fortes pour porter ses filles dans le but de se créer une armée. Leur naissance est forcée et il semble que la relation des femmes avec Trigon l'est aussi. La lutte des sœurs de Raven est donc autant une prise d'autonomie qu'une revanche face à un père qui ne veut qu'user d'elles et non leur offrir une vie.

    *
    **
    *** Pas exceptionnel mais dans la continuité de la série précédente.
    ****
    *****

    Image : Éditeur

    raven,daughter of darkness,dc,marv wolfman,pop mhan. lovern kindzierki

  • Batman Detective Comics 7. Batmen Eternal par James Tynion IV, Javier Fernandez, Eddy Barrows et Alvaro Martinez

    Titre : Batman Detective Comics 7. Batmen Eternal
    Auteurs : James Tynion IV, Javier Fernandez, Eddy Barrows et Alvaro Martinez
    Éditeur : DC 11 septembre 2018
    Pages : 176

    Ce volume 7 contient Detective Comics 975-981. Si j'ai bien compris, ce tome est le dernier écrit par James Tynion IV. Batman, Tim Drake et Batwoman ont décidé de créer une force militaire autours du Batman afin de vaincre les criminels et les menaces importantes pour la ville de Gotham. Le but est de créer la paix pour les habitant-e-s. Mais cette force de maintien de la paix a inquiété la population et les pouvoirs publics, surtout lorsque l'un des membres, Clayface, a perdu le contrôle et a commencé à mettre la ville en danger. Cela a poussé Batwoman à tuer Clayface pour éviter d'autres morts. Mais sa décision est-elle adéquate ? Peut-on tuer lorsqu'on prétend être membre de l'équipe de Batman ?

    SPOILER

    Lorsque j'ai lu la fin du dernier volume et commencé celui-ci je m'attendais à des numéros centrés sur les conséquences des actes de Batwoman. Je pensais que les différents personnages prendraient un camp ou l'autre selon qu'illes pensent que parfois il n'y a pas d'autre choix que la létalité. Ce n'est pas la direction prise par les auteurs. Le procès de Batwoman est assez court et pose moins la question de ses actes que des actes de Batman et de Tim Drake. Lorsque Batman a recruté Batwoman souhaitait-il aider Tim Drake ou éviter que Batwoman ne soit recruté par la colonie ? Ce procès est donc relativement court mais il reste tout de même surprenant.

    Le centre de ce volume, et de la série, est plutôt Tim Drake. L'équipe qu'il met en place devait permettre de créer une force Batman capable de survivre à Bruce Wayne et à l'absence de Tim Drake en tant que Robin. Ce dernier souhaitant étudier afin d'aider le monde différemment. La légitimité d'agir comme héros a souvent été mise en question dans la série, Spoiler décidant de ne plus agir ainsi. Au centre de l'intrigue est aussi la question de l'avenir potentiel de Tim Drake. La série nous montre un Tim Drake adulte obligé de prendre en main le manteau de Batman après la mort de ses ami-e-s et l'échec d'autre personne. Mais moins qu'une Gotham pacifiée on nous présente une ville soumise à la terreur par un Batman qui ne respecte ni les lois ni la vie privée. La fin de cette série essaie de montrer deux choses. Premièrement, on nous explique comme ce futur a pu avoir lieu. En second lieu, l'intrigue essaie d'éviter que Tim Drake ne devienne comme son futur. Pour cela, il doit renoncer à l'idée que Batman est indispensable et qu'il est le seul à pouvoir l'aider. Bien que la fin de la série soit un peu rapide, j'aurais apprécié une dernière confrontation idéologique entre Batwoman et la Colonie contre Batman, elle est efficace et permet de conclure les différentes intrigues.

    *
    **
    ***
    **** Une fin efficace avant qu'une nouvelle équipe ne prenne cette série en main.
    *****

    Image : Éditeur

    batman,detective comics,batmen eternal,dc,james tynion iv,javier fernandez,eddy barrows,alvaro martinez

  • Batman White Knight par Sean Murphy et Matt Hollingsworth

    Titre : Batman White Knight
    Auteurs : Sean Murphy et Matt Hollingsworth
    Éditeur : DC 9 octobre 2018
    Pages : 232
    CW : Violences policières, violences médicales

    Ce tome contient Batman: White knight 1-8. Après l'échec, annoncé, de DC You et la destruction de la branche Vertigo DC a créé un nouveau label : Black Label. Encore jeune, cette branche doit se spécialiser dans des récits en dehors de la continuité dans une direction qualifiée de plus adulte. White Knight débute comme dans toute bonne histoire entre le Joker et le Batman. La batmobile se gare près d'Arkham. Mais la personne qui en sort n'est pas Batman. C'est Jack Napier, alias le Joker. Il y a un an, le Joker a été guéri après une dernière course-poursuite entre lui et Batman. Enfin débarrassé de l'identité du Joker, Napier décider de s'attaquer au plus grand vilain de Gotham. Un être qui sème la terreur sans jamais être mis en cause : Batman.

    SPOILERS

    Je n'aime pas le Joker. C'est un personnage qui m'insupporte et je déteste que l'on écrive encore sur sa relation avec Harley Quinn. Cependant, je comprends que les scénaristes aiment placer le Joker avec Batman. Ce sont deux faces d'une même pièce et l'idée qu'ils se soient créés mutuellement et qu'ils se comprennent mieux que personne n’a été récemment mise en avant par Scott Snyder. White Knight suit exactement la même logique. Jack Napier est décrit comme une personne qui essaie simplement de créer un spectacle. Le Batman est la meilleure personne pour l'aider. Mais Napier, sous son identité de Joker, est aussi fasciné par le Batman.

    Ce qui change est la manière d'écrire cette histoire. Au lieu de se placer du côté de Batman, un mal nécessaire dans une ville en danger permanent. Les scénaristes posent la question des méthodes et du message que l'existence même du Batman implique. Selon les scénaristes, l'existence du Batman est l'incarnation de la corruption d'une ville. D'une part, les dégâts créés par ses activités sont payés par le contribuable. Mais surtout, Batman ne répond devant personne. Il n'écoute pas la police, il n'agit pas en accord avec elle. Cela permet de mettre en scène des pages qui montrent Batman attaquant une manifestation pacifique, mettant en danger des civils et détruisant des bâtiments de la ville.

    Cette histoire est aussi fortement contemporaine. Les scénaristes essaient d'éviter de trop donner leur point de vue. Des positions opposées, mais en dialogue, sont donc mises en scène par deux journalistes : un homme conservateur qui utilise des termes très connotés comme SJW et une femme qui semble être de gauche. Je me demande si cette manière de faire est adéquate dans le contexte actuel. Le terme Social Justice Warrior est utilisé comme un moyen d'attaquer la pertinence de réflexions de gauche et donc de les étouffer dans l’œuf. Heureusement, ces dialogues sont coupés par des scènes qui montrent les obligations de la police et des politiques face aux actions dangereuses du Batman. L'œuvre s'inscrit aussi dans un contexte racial très particulier : les émeutes et les tueries d'hommes noirs par une police raciste. Pour mettre cela en avant les auteurs expliquent que Gotham a connu des émeutes avant le nettoyage de la police par Gordon. Mais on nous montre aussi que les quartiers pauvres, habités par des personnes racisées, sont abandonnés par les pouvoirs publics. Poussant ces quartiers à se gérer seuls et, dans ce comics, à pousser à l'élection de Jack Napier à un poste politique. Les auteurs vont jusqu'à redessiner des scènes prises en photos par des journalistes contemporains !

    J'apprécie aussi que la relation entre le Joker et Harley Quinn soit enfin décrite pour ce qu'elle est : une relation toxique avec un homme abusif. Les auteurs expliquent qu'une première Harley Quinn s'est enfuie, alors que le Joker menaçait de tuer un Robin, et qu'elle fut remplacée par une seconde Harley Quinn. Une partie importante de ce livre s'intéresse à la relation du Joker avec Harley. L'une est l'incarnation d'une relation mutuellement consentie qui rend les deux membres meilleurs. Tandis que la seconde incarne une relation toxique basée sur les abus physiques et psychiques. Bien que cela arrive tardivement, il est intéressant de décrire Harley Quinn comme une force positive dans la vie du Joker, ce qui permet de donner la grande révélation sur l'identité d'Harley et ses actes dans Gotham.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** Non cette histoire n'est pas parfaite et j'aurais aimé plus de numéros pour les auteurs. Mais c'est probablement le meilleur comics autours de Batman, de la batfamily et du Joker que je connaisse.

    Image : Éditeur

    batman,white knight,dc,black label,sean murphy,matt hollingsworth

  • Midnighter 2. Hard par Steve Orlando, Aco, Hugo Petrus, Davis Messina et Romulo Fajardo Jr,

    Titre : Midnighter 2. Hard
    Auteurs : Steve Orlando, Aco, Hugo Petrus, Davis Messina et Romulo Fajardo Jr,
    Éditeur : DC 25 octobre 2016
    Pages : 168

    Ce second volume contient Midnighter 8-12 ainsi que deux numéros classiques. Dans le volume précèdent Midnighter et Apollo se quittaient à cause des méthodes de Midnighter. En effet, ce dernier a tendance à considérer que la seule solution est de faire du mal, voire de tuer, les personnes qui font du mal aux innocent-e-s. Le fait qu'il ait été programmé pour tuer n'excuse pas ses activités en ce qui concerne Apollo. Ce changement a conduit Midnighter à s'ouvrir à d'autres personnes et à se lier romantiquement avec un homme qui utilise ses sentiments pour lui faire du mal. Après avoir survécu Midnighter est recruté par Spyral afin de retrouver une arme volée par la Suicide Squad. Cette recherche permet à Midnighter de comprendre qu'Amanda Waller essaie de recréer ce qui a permis à Midnighter d'exister et il ne veut pas la laisser faire.

    SPOILER

    Le premier volume était très intéressant. Derrière la brutalité du personnage principal on voyait un homme tenter de se lier à d'autres hommes que ce soit pour des relations courtes ou plus longues. La série n'hésitait pas à montrer l'identité de Midnighter ni ses matinées avec d'autres hommes. Cela donnait une certaine cohérence à la série qui essaie de montrer qui est Midnighter et pourquoi il agit comme il le fait. Il est certes brutal mais seulement envers les personnes qu'il considère mériter sa brutalité.

    Ce second volume est moins cohérent. Le scénariste essaie de lier son intrigue au monde plus large de l'univers DC en ajoutant à la fois Spyral et la Suicide Squad. Le problème c'est que je n'apprécie pas la Suicide Squad alors que Spyral ne fait sens qu'autours de Grayson, du moins selon moi. Bien que le scénariste essaie de montrer le danger d'user d'armes de plus en plus puissantes ou la nécessité de les utiliser en vue de créer de la sécurité cet aspect est minimisé par des scènes de combats qui empêchent une véritable réflexion. Ce second volume échoue donc largement à créer une intrigue intéressante mais il permet au moins de remettre en place le couple de Midnighter et d'Apollo.

    *
    **
    *** Un second volume beaucoup moins intéressant que le premier car les auteurs essaient de relier leur intrigue à l'univers DC sans que cela ne soit véritablement utile.
    ****
    *****

    Image : Éditeur

    midnighter,hard,dc,steve orlando,aco,hugo petrus,davis messina,romulo fajardo jr

  • 52. 4 par Geoff Johns, Grant Morisson, Greg Rucka, Mark Waid et Keith Giffen

    Titre : 52. 4
    Auteurs : Geoff Johns, Grant Morisson, Greg Rucka, Mark Waid et Keith Giffen
    Éditeur : Urban comics 28 septembre 2018
    Pages : 344

    Ce tome 4 contient 52 40-52, The origin of Black Adam de 52 16 et The Origin of Steel de 52 15. Les événements de l'année sans Superman, Batman et Wonder Woman commencent à se relier entre-eux. Alors que des personnes plus secondaires ont pris les devants de la scène le monde criminel en a profité pour essayer de prendre le contrôle. Luthor est enfin démasqué ainsi que son programme qui permet à tout le monde de posséder des pouvoirs. La secte du crime continue de lancer son ambitieux programme tout en essayant de tuer Batwoman. Mais personne n'avait pris en compte Black Adam qui, après avoir perdu sa famille, se venge en détruisant un pays entier puis en attaquant la Chine. Sera-t-il possible de l'arrêter à temps ?

    SPOILERS

    Il y a un sentiment d'urgence dans ces derniers numéros. En effet, on nous promet une intrigue sur un an avec des conséquences importantes et des plans reliés entre-eux. Mais il y a de nombreux points d'intrigues et tous les relier n'est pas facile. Ainsi, la chute de Luthor est-elle très, trop, rapide tandis que le combat de Black Adam contre la Chine ne dure qu'un épisode. Cela est un peu court pour ce qui est décrit comme une troisième guerre mondiale. Je déplore aussi que le personnage soit ramené au point de départ, tout son développement étant annulé.

    Les autres intrigues, scientifiques, la secte du crime et intergang, sont reliées au sein d'un complot de la secte du crime qui contrôle aussi bien intergang que les scientifiques enlevés. Ce complot d'une grande ampleur devient beaucoup moins ambitieux alors que leur seul acte est de tenter de tuer Batwoman. Heureusement, cette intrigue permet de revoir quelques pages de Batwoman, bien qu'elle n'y soit pas à son avantage. Finalement, on peut se demander s'il n'aurait pas été nécessaire de donner plus de temps à ce nombre impressionnant de scénaristes aux styles si différents.

    *
    **
    *** Une conclusion abrupte pour une longue série.
    ****
    *****

    Image : Éditeur

    52-tome-4.jpg

  • Prez 1. Corndog-in-chief par Mark Russell, Ben Caldwell et Mark Morales

    Titre : Prez 1. Corndog-in-chief
    Auteurs : Mark Russell, Ben Caldwell et Mark Morales
    Éditeur : DC 9 février 2016
    Pages : 144

    Ce volume contient Prez 1-6 et DC sneak peek : Prez 1. Prez est une jeune femme de 19 ans. Elle vit aux États-Unis en 2036. Le monde a beaucoup changé. Les ressources naturelles sont de moins en moins nombreuses. Plusieurs pays ont disparu à cause du réchauffement climatique. Mais les États-Unis restent la grande puissance qui fait la guerre dans plusieurs pays afin de sauvegarder ses intérêts. Cependant, la présidence est organisée par des corporations aux richesses de plus en plus importantes. Dans ce contexte les candidats officiels ne sont pas élus à la présidence. Mais Prez devient la présidente après avoir été filmée lors d'un accident dans un fast-food.

    SPOILERS

    Je suis honnêtement surpris que ce comics ait été édité par DC. Il est en dehors de leur ligne éditoriale habituelle. Il n'y a pas de super-héros qui usent de leurs pouvoirs pour défendre la loi. Il n'y a qu'une jeune femme pauvre qui se retrouve impliquée dans d'énormes problèmes sans y être préparée mais qui essaie de faire au mieux avec le peu d'aide qu'elle reçoit. Malheureusement, la série a été annulée avant d'atteindre sa conclusion et nous ne connaitrons jamais la fin de l'intrigue bien qu'elle me semble plutôt intéressante.

    Ce comics est très riche. Il s'attaque frontalement aux problèmes de la politique des États-Unis de 2016. Le pays attaque d'autres nations au travers de robots pilotés par des jeunes se croyant dans des deux vidéos. La candidature est décidée selon un système de vote par les réseaux sociaux et non selon les propositions. Mais ce qui rend ce comics si pertinent c'est sa capacité à se moquer tout en dénonçant et ceci aussi bien en écrivant précisément ce qui se déroule ou simplement par le dessin. Ainsi, en parcourant les pages de ce volume on apprend que l'aide alimentaire n'est proposée que si les personnes qui en ont besoin acceptent d'être utilisés comme support de publicités. Les réfugié-e-s climatiques sont parqués dans des zoos humains. Et les débats ne sont pas de confrontations d'idées mais l'occasion de noyer l'adversaire sous des arguments fallacieux afin de gagner le support du public pour des lois dangereuses.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** un OVNI qui n'hésite pas à s'attaquer frontalement à notre époque et aux politicien-ne-s.

    Image : Éditeur

    prez,corndog-in-cheif,dc,mark russell,ben caldwell,mark morales

  • Midnighter 1. Out par Steve Orlando, Aco, Stephen Mooney, Alec Morgan et Romulo Fajardo JR

    Titre : Midnighter 1. Out
    Auteurs : Steve Orlando, Aco, Stephen Mooney, Alec Morgan et Romulo Fajardo JR
    Éditeur : DC 23 février 2016
    Pages : 144

    Ce volume 1 contient Midnighter 1-7. Le Midnighter n'a pas de passé. Il ne sait pas d'où il provient ni qu'elle est son histoire. Il ne sait que peu de choses. Il est amoureux d'Appolo. Il aime se battre. Il a été construit pour vaincre par la Jardinière. Son plaisir le plus important provient de ses combats contre des brutes qui s'attaquent aux personnes innocentes. Mais sa vie va devenir bien plus compliquée lorsqu'il apprend que la Jardinière a été cambriolée par une personne capable de la vaincre ainsi que les défenses de son domaine. Des technologies dangereuses sont maintenant à la disposition de tout le monde. Il n'en faut pas plus pour que le Midnighter décide d'user de ses poings.

    SPOILERS

    J'avais entendu parler du personnage et je voulais mieux le connaitre en lisant Midnighter and Appolo. Ce fut une histoire que j'ai appréciée mais elle est la suite de deux volumes de la série Midnighter. J'ai donc décidé de les lire. Celle-ci commence alors que le couple s'est brisé par l'incapacité de Midnighter de savoir comment ne pas se battre et la colère d'Appolo face aux horreurs subies par Midnighter. Les numéros sont divisés entre les combats et les rendez-vous avec des hommes. Le scénariste est très clair, ce sont en grande partie des coups d'un soir, sauf un seul personnage. Le scénariste n'hésite pas non plus à montrer la sexualité de Midnighter, que ce soit par des préservatifs ou en entrant dans la chambre de son personnage. La série refuse de s'excuser de parler d'un personnage gay et c'est une très bonne chose.

    Bien que l'intrigue principale concerne le vol de technologie par quelqu'un d'inconnu et l'enquête menée par Midnighter cela ne me semble pas être le plus important dans cette série, même si cette intrigue permet de créer des pages plutôt violentes en accord avec le fonctionnement du personnage. La question principale, j'ai l'impression, concerne la possibilité pour Midnighter de vivre une vie de couple plus ou moins normale sans connaitre son passé et tout en luttant contre des criminel-le-s. Que les scènes de combats soient coupées par des scènes prenant place dans sa vie de couple et quelques scènes du passé doit probablement être voulu, afin de montrer ses problèmes mais aussi de quelle manière il tente de résoudre sa vie.

    *
    **
    ***
    **** Violent, montre clairement que son personnage a une sexualité, je ne mettrais pas ce comics dans toutes les mains mais il est suffisamment différent de la ligne éditoriale classique de DC pour être intéressant.
    *****

    Image : Éditeur

    midnighter,out,dc,steve orlando,aco,stephen mooney,alec morgan,romulo fajardo jr

  • Nightwing 5. Raptor's revenge par Tim Seeley, Javier Fernandez, Miguel Mendonça et Diana Egea

    Titre : Nightwing 5. Raptor's revenge
    Auteur-e-s : Tim Seeley, Javier Fernandez, Miguel Mendonça et Diana Egea
    Éditeur : DC 1 mai 2018
    Pages : 128

    Ce volume 5 contient Nightwing 30-34. Dick Grayson a rompu avec Shawn Tsang et s'est immédiatement mis en couple avec son ancienne partenaire, Helena Bertinelli. Leur relation est bien plus tendue que la précédente. En effet, Helena va jusqu'au bout pour atteindre sa revanche contre les mafias. Tandis que Dick n'hésite pas à se lier à des criminels si ceux-ci possèdent un code. Car, encore une fois, Dick décide de faire confiance à Blockbuster. Ce dernier décide d'aider son adversaire puisque la ville subit l'attaque de Raptor, l'ancien partenaire de Dick Grayson.

    SPOILERS

    Tim Seeley s'occupe de Dick Grayson depuis la série Grayson et termine avec le numéro 34. Il n'est pas forcément facile de bien terminer son rôle sur une série alors qu'il ne reste que quelques numéros. Souvent, je lis des épisodes sans grand intérêts qui ne servent qu'à remplir des pages avant l'arrivée d'un-e scénariste. Heureusement, Tim Seeley réussit non seulement à terminer ses intrigues mais il met aussi en place un nouveau statu quo qui permet de rebondir. Pour terminer son passage sur Nightwing il décide de revenir au début en confrontant à nouveau Dick Grayson a Raptor. Raptor essaie toujours de voler aux riches mais il n'aide plus les pauvres. Dick Grayson n'est plus aussi naïf face aux propos de Raptor. Mieux encore, il reconstruit l'histoire de Raptor plutôt que de le croire sur parole. Ceci permet de construire une fin efficace mais il n'y a pas de surprises.

    *
    **
    ***
    **** Un meilleur volume que le précédent avec des idées intéressantes.
    *****

    Image : Éditeur

    nightwing,raptor's revenge,dc,tim seeley,javier fernandez,miguel mendonça,diana egea

  • Nightwing 4. Blockbuster par Tim Seeley, Javier Fernandez, Miguel Mendonça et Chris Sotomayor

    Titre : Nightwing 4. Blockbuster
    Auteurs : Tim Seeley, Javier Fernandez, Miguel Mendonça et Chris Sotomayor
    Éditeur : DC 23 janvier 2018
    Pages : 176

    Ce volume 4 contient Nightwing 22-28. Nightwing a réussi à sauver sa petite-amie et son frère, Damian. Il n'est pas trop mal vu par la police de Blüdhaven mais il n'est pas non plus apprécié, tout va bien tant qu'il reste dans l'ombre. Dernièrement, la ville a été la cible d'une nouvelle forme d’importation : les armes illégales. Des armes qui sont conçues pour abattre des super-héros. Certaines d'entre-elles se sont retrouvées dans la rue. Alors qu'il enquête sur le sujet Nightwing est abordé par un ancien ennemi qui lui propose une alliance pour éviter que ces armes ne tombent dans les mains de gangs. Mais est-il possible de lui faire confiance ?

    SPOILERS

    Le volume précédent revenait sur la relation entre Dick Grayson et Damian Wayne. Dans ce volume Tim Seeley décide de revoir ce qu'il a lui-même créé : la vie de Dick au sein de Spyral. Spyral est une agence d'espionnage dont le but était de trouver les moyens de tuer des super-héros. Mais elle avait été détournée par un vilain qui ne souhaitait que la continuation de la guerre. Bien que l'intrigue se soit terminé toutes les questions n'avaient pas reçus de réponses. Dans ce volume Tim Seeley décide donc d'offrir, enfin, l'identité de Mynos l'ancien chef de Spyral. Bien que cette identité ne soit pas particulièrement inventive elle me semble assez logique si l'on prend en compte la construction du personnage et ses capacités.

    Le volume s'intéresse aussi aux conséquences de la vie de Dick Grayson. Étant un héros la nuit il ne possède pas de travail stable et donc ne pense pas à créer une relation à long terme normale. Il est logique que cela ait des conséquences sur sa relation avec Shawn Tsang. Mais il est dommage que celle-ci ait comme conséquence de faire revenir Shawn Tsang sur son passé de vilaine. Pire encore, je trouve dommage de replacer Dick Grayson immédiatement dans une relation romantique avec Helena Bertinelli. Ne serait-il pas possible de le laisser être célibataire ? Enfin, je déplore que le scénariste ne nous donne pas plus de scènes de jours dans le centre communautaire. C'est, à mon avis, une opportunité manquée.

    *
    **
    ***
    **** Un meilleur volume que le précédent avec des idées intéressantes.
    *****

    Image : Éditeur

    nightwing,dc,blockbuster,tim seeley,javier fernandez,miguel mendonça,chris sotomayor

  • Nightwing 3. Nightwing must die par Tim Seeley, Javier Fernandez et Chris Sotomayor

    Titre : Nightwing 3. Nightwing must die
    Auteurs : Tim Seeley, Javier Fernandez et Chris Sotomayor
    Éditeur : DC 26 septembre 2017
    Pages : 144

    Ce volume contient Nightwing 16-21. Dick Grayson est heureux. Il peut enfin prendre un peu de temps pour lui et sa nouvelle compagne, Shawn Tsang. Alors qu'il s'occupe d'arrêter les criminels durant la nuit il travaille dans un centre communautaire le jours afin d'aider les personnes qui ont en besoin. Tout va si bien qu'il est même décrit comme le Batman de Blüdhaven ! Un tel titre ne peut que déplaire à Damian Wayne, qui se considère comme le véritable héritier de Batman. Damian décide donc de se rendre à Blüdhaven afin de donner son avis à Dick. Mais les deux frères doivent s'entendre lorsque Shawn Tsang est kidnappée par un certain Deathwing.

    SPOILERS

    Pendant un temps, Bruce Wayne est mort. À la suite de cet événement Dick Grayson a pris le costume de Batman avec Damian Wayne comme partenaire. Il y a eu plusieurs numéros autours des deux frères, dont une partie a été écrite par Grant Morisson. Ce volume trois de Nightwing semble vouloir retourner à cette époque. Bien que le costume ne soit pas identique, les deux personnages apprécient de se retrouver. À plusieurs reprises, ils expliquent l'un à l'autre à quel point leur duo leur avait manqué. Dick Grayson pense même qu'il aurait pu être plus adéquat de continuer à s'occuper de Damian plutôt que de laisser Bruce Wayne, et ses problèmes, reprendre son rôle paternel. La confrontation n'est donc qu'un prétexte pour réunir ses deux personnages qui travaillent bien ensemble et qui se respectent.

    Ce volume se concentre aussi sur les peurs de Nightwing. La capture de Shawn et de Damin n'est donc qu'un prétexte pour qu'il comprenne ce qu'il peut devenir. À plusieurs reprises, ces dernières années, Dick Grayson a été défini comme un personnage qui refuse de laisser les drames le définir. Il préfère aller de l'avant, au risque de perdre ses ami-e-s. Mais que se passe-t-il lorsque Nightwing se laisse rattraper par les drames ? Deathwing est l'image de ce qu'il pourrait devenir : une personne brisée qui essaie d'échapper à sa souffrance en s'attaquant aux personnes qu'il juge responsable. Ce n'est qu'un reflet déformé de Dick, qui refuse de devenir cet homme et qui laisse Damian le sauver.

    *
    **
    ***
    **** Un meilleur volume que le précédent avec des idées intéressantes.
    *****

    Image : Éditeur

    nightwing,nightwing must die,dc,tim seeley,javier fernandez,chris sotomayor

  • Nightwing 2. Back to Blüdhaven par Tim Seeley, Marcus To et Chris Sotomayor

    Titre : Nightwing 2. Back to Blüdhaven
    Auteurs : Tim Seeley, Marcus To et Chris Sotomayor
    Éditeur : DC 20 juin 2017
    Pages : 168

    Ce volume contient Nightwing 9-15. Dick Grayson ne sait plus qui il est. Il fut un héros, le compagnon de Batman, un chef de groupe mais aussi un acrobate, un assassin en devenir et un espion. Récemment, il a cru pouvoir faire confiance à un homme qui lui ressemble beaucoup. Mais il a compris trop tard son erreur, ce qui a mis Bruce Wayne en danger de mort. À la suite du conseil du nouveau Superman, Dick Grayson décide de se rendre à Blüdhaven. Cette ville est devenue un lieu touristique mais les criminels sont toujours présents. Sous ces deux identités, il sera confronté à un groupe de vilain-e-s repentis dont les membres sont arrêtés par la police pour des meurtres qui'illes auraient commis. Mais Dick pense qu'illes sont innocent-e-s.

    SPOILERS

    La première partie de ce volume, la plus longue, concerne les relations de Nightwing avec les Repentis. Ce sont des personnages qui ont été arrêtés par Batman et ses allié-e-s lors d'aventures précédentes. Pour s'échapper de l'ambiance de Gotham illes ont choisis de vivre dans une ville qui ne connait pas de héros et de trouver un moyen de se repentir. Ce n'est pas la première fois que la batfamily est confrontée à un groupe qui essaie de leur échapper tout en les critiquant. Mais ces groupes étaient surtout constitués de civils tandis que nous avons ici des costumé-e-s. Je ne sais pas si Tim Seeley va beaucoup les utiliser mais les faire interagir aussi bien avec Nightwing que Dick Grayson pourrait être une bonne idée. Il serait possible d'en faire une réflexion sur les possibilités de changer après une entrée dans le milieu de la criminalité, avec les problèmes que cela implique.

    Le dernier épisode est constitué d'une romance entre Dick et Defacer alias Shawn Tsang. Bien que le numéro soit plutôt bien écrit, il montre des problèmes normaux dans un couple, la romance ne m'a pas convaincue. Je suis assez sceptique sur l'intérêt de créer un couple entre deux personnages qui ne se sont rencontrés qu'il y a peu. Je suis tout aussi sceptique sur l'intérêt de cette romance pour la question posée par le volume, retrouver l'identité de Dick Grayson. Mais je trouve surtout qu'il est trop facile pour Shawn Tsang de comprendre l'identité de Dick Grayson. J'espère qu'au moins elle ne deviendra pas une princesse à sauver, ou pire...

    *
    **
    *** Un tome qui fonctionne mais sans plus. Je le conseille plutôt aux personnes qui apprécient le personnage.
    ****
    *****

    Image : Éditeur

    nightwing,back to blüdhaven,dc,tim seeley,marcus to,chris sotomayor

  • Injustice II 3 par Tom Taylor, K. Perkins, Mike S. Miller, Bruno Redondo et Marco Santucci

    Titre : injustice II 3
    Auteurs : Tom Taylor, K. Perkins, Mike S. Miller, Bruno Redondo et Marco Santucci
    Éditeur : DC 7 août 2018
    Pages : 144

    Ce volume contient Injustice II 13, 15-17 et Annual 1. Deux choses différentes sont arrivées à la fin du régime de Superman. Premièrement, les Amazones se sont retournées contre leur princesse, Diana. Celle-ci a perdu son titre de Wonder Woman et elle est enfermée dans un donjon sur l'Île du Paradis. Puis la cousine de Superman est arrivée dans la patrie de Black Adam. Depuis, il essaie de lui permettre de comprendre ses pouvoirs. Mais son but n'est pas simplement de la protéger ni de lui donner une version particulière de l'histoire de son cousin. Il souhaite l'utiliser afin de permettre l'évasion de Diana. Avec une personne comme elle le monde risque beaucoup.

    SPOILERS

    Ce troisième volume me semble être un moyen de placer plusieurs débuts d'intrigues. En effet, outre l'évasion de Wonder Woman rien ne semble particulièrement construit. Les auteurs essaient plutôt de mettre plusieurs références en route. Ainsi, on apprend l'existence des Red lanterns. En ce qui concerne la Ligue des assassins, celle-ci essaie une nouvelle arme contre une petite ville éloignée. Mais ce qui me semble le plus inquiétant est la création de Brother Eye, une entité connue par les lecteurs et lectrices de l'univers DC pour être particulièrement dangereuse.

    La seule intrigue d'ampleur concerne Wonder Woman. Les auteurs nous offrent sont histoire sous la forme d'un flash-back. Celle-ci est connue, Steve Trevor s'échoue sur une île et rencontre Diana qui souhaite l'aider à stopper une guerre. Mais ici Tom Taylor fait de Diana une femme qui n'hésite pas à user de son pouvoir contre des personnes plus faibles et de Steve Trevor un espion du régime nazi. Il est dommage de rendre Diana aussi brutale à la suite de cette information, mais au moins on comprend un peu mieux les raisons derrière son soutien à Superman, qui n'étaient que liés à l'amour selon la première série. Cette intrigue permet aussi de montrer qu'une partie des Amazones est toujours fidèle à Diana ce qui répond à ma question concernant les restes du régime de Superman.

    *
    **
    *** Bien que l'intrigue du volume soit réussie j'aurais aimé une attention plus importante envers les besoins et les difficultés d'une reconstruction après un régime tyrannique.
    ****
    *****

    Image : Éditeur

    injustice ii,dc,tom taylor,k. perkins,mike s. miller,bruno redondo,marco santucci

  • injustice II 2 par Tom Taylor, Bruno Redondo, Daniel Sampere et Juan Albaran

    Titre : injustice II 2
    Auteurs : Tom Taylor, Bruno Redondo, Daniel Sampere et Juan Albaran
    Éditeur : DC 1 mai 2018
    Pages : 160

    Ce volume 2 contient injustice II 7-12 et 14. Petit à petit, le monde et les États-Unis sont en train de retrouver un semblant de normalité après le régime de Superman. Un nouveau président a été élu et même s'il y a des points de friction Batman aka Bruce Wayne essaie de créer un lien entre ce président et un groupe de personnes capables de changer le monde. Mais le plan n'a pas eu le temps d'être mis en place qu'une partie des personnes les plus riches de la planète sont assassinées. Derrière cet attentat se cache le retour de la Ligue des assassins dont le chef souhaite prendre le contrôle du monde. Afin d'éviter d'être mis à mal par des héros il décide aussi de capturer leurs enfants et d'en faire des otages. Mais Batman n'est pas du genre à accepter ce genre de comportement.

    SPOILERS

    Cette nouvelle série débute tout simplement par une tentative de reconstruction. Le premier volume mettait en place une rencontre entre l'ancien président, le nouveau et un groupe constitué autour de Batman. Mais le scénariste essaie aussi de créer de nouvelles menaces dans un monde que l'on sait encore fragile. Malheureusement, cet aspect n'est pas assez mis en avant mais j'y reviendrais. Utiliser la ligue des assassins, dont le fils de Bruce et un nouveau Batman font parties, est une bonne idée. La ligue est capable de frapper fort tout en ayant un but précis en tête. Ce but est mis en avant dans ce second tome et permet de justifier le lien entre plusieurs personnages qui ne sont pas forcément proches. De ce point de vue ce second volume est réussi et n'hésite pas du tout à créer des drames

    Malheureusement, l'auteur laisse de côté les intrigues politiques afin de se concentrer sur l'attaque contre la Ligue. On ne nous donne que peu d'informations sur le nouveau président et sa politique, on sait simplement qu'il ne fait pas attention à l'environnement. On ne voit rien du monde extérieur aux États-Unis alors que d'autres états ont souffert de Superman. Et surtout on ne sait rien des restes du régime de Superman. Ou sont, par exemple, les membres de sa milice ? Le scénariste a aussi la bonne idée de donner un but justifiable au chef de la Ligue, bien que ses moyens d'actions ne le soient pas. Pendant une page on pourrait même penser que lui et Batman pourraient dialoguer afin de créer un plan d'action commun et pacifique. Malheureusement, ce lien potentiel est immédiatement anéanti par le scénario, ce que je trouve dommage. Pour moi, ce second volume est donc en demi-teinte.

    *
    **
    *** Bien que l'intrigue du volume soit réussie j'aurais aimé une attention plus importante envers les besoins et les difficultés d'une reconstruction après un régime tyrannique.
    ****
    *****

    Image : Éditeur

    dc,injustice ii,tom taylor,bruno redondo,daniel sampere,juan albaran

  • Midnighter and Apollo par Steve Orlando, Fernando Blanco et Romulo Fajardo Jr.

    Titre : Midnighter and Apollo
    Auteurs : Steve Orlando, Fernando Blanco et Romulo Fajardo Jr.
    Éditeur : DC comics 25 juillet 2017
    Pages : 152

    Ce volume contient Midnighter and Apollo 1-6. Apollo est un héros qui, à la suite d’expérimentations par des aliens, a reçu un pouvoir proche de celui de Superman (et il brille dans la nuit). Midnighter est un combattant qui a été torturé et que les tortionnaires ont relié à un ordinateur dont le seul but est de donner des moyens de tuer efficacement (et il aime s'habiller en noir). Les deux héros travaillent souvent ensemble et Apollo semble être nécessaire pour que Midnighter ne tome pas complétement dans son côté meurtrier. Mais un jour quelqu'un décide de demander l'aide des enfers pour vaincre Midnighter. Car il sait que le seul moyen de survivre est de donner un but différent à sa Némésis : sauver la personne qu'il aime, Apollo.

    SPOILERS

    Ces deux personnages sont amants et sont très différents. Apollo a pris ce nom afin de donner de l'espoir, de penser que personne n'est jamais totalement perdu. Midnighter considère que certaines personnes doivent mourir et il n'hésite pas à appliquer la sentence lui-même. Il se considère déjà tombé. Une partie de l'intrigue concerne le lien entre Midnighter et la mort. Il entre volontairement en enfer, il combat un tueur des enfers et reçoit sa position en récompense, s'il l'accepte et surtout jamais il ne planifie sa survie à cette aventure.

    Apollo, lui, est l'espoir. Selon moi, la partie de l'intrigue qui le concerne est la plus intéressante. En effet, il se pense bon mais il se retrouve en enfer. Il prend le nom d'une divinité mais il devient un esclave pour les démons. Alors qu'il essaie de s'échapper il est rattrapé par un démon qui joue avec lui à un jeu censé dire la vérité. La manière dont ce jeu est mis en scène permet de détruire l'identité d'Apollo. Il se pense héros, mais il est victime du péché d'orgueil. Il se pense meilleur que d'autres mais il a tué à plusieurs reprises. Le jeu permet donc de créer plusieurs scènes de dialogues entre ce démon et Apollo qui réinterprètent les actions du héros. La fin de cette série est tout aussi intéressante puisque seul Apollo est capable de sauver Midnighter des enfers ce qui est remis en scène un peu plus tard alors que le couple est enfin réuni.

    *
    **
    ***
    **** Je ne suis pas familiarisé avec ces deux personnages mais j'apprécie leur relation telle qu'elle est mise en scène dans cette courte série.
    *****

    Image : Éditeur

    dc,midnighter and apollo,steve orlando,fernando blanco,romulo fajardo jr.

  • Batman Detective Comics 6. Fall of the Batmen par James Tynion IV, Joe Bennett, Miguel Mendoça et Eddy Barrows

    Titre : Batman Detective Comics 6. Fall of the Batmen
    Auteurs : James Tynion IV, Joe Bennett, Miguel Mendoça et Eddy Barrows
    Éditeur : DC 26 juin 2018
    Pages : 184

    Ce volume 6 contient Detective Comics 969-974 et Annual 1. Tim Drake, alias Red Robin, est enfin de retour après plusieurs semaines enfermés par une personne mystérieuse. Il a aussi fait la connaissance de son alter ego du futur et souhaite éviter de devenir cette personne. Revenu à Gotham, il a plusieurs buts. Premièrement, il souhaite revoir Stéphanie qui a quitté l'équipe après son refus de continuer sur la voie que Batman a prise. Il souhaite éviter le futur qu'il a observé. Et enfin, il veut reconstruire l'équipe pour en faire une machine capable de répondre à toutes les menaces. Mais ses méthodes commencent à inquiéter de nombreuses personnes aussi bien chez les criminels que le gouvernement, et même la population générale.

    SPOILERS

    Les auteurs ont décidé de créer une équipe capable d'affronter des menaces importantes. Face à celle-ci, il y a eu deux ennemis principaux : la Colonie une branche secrète de l'armée et les Premières Victimes suivi par un mouvement populaire. Ces deux menaces n'ont pas disparu mais ce nouveau volume s'intéresse à autre chose. Est-il possible, pour une personne privée, d'agir comme une police parallèle avec des tactiques paramilitaires ? Bien entendu, cette question était sous-entendue depuis le début de la série de Tynion. Les Premières Victimes considèrent que Batman fait partie du problème et doit être puni pour cela. La Colonie considère que Batman peut devenir une menace pour la sécurité de l'État et donc qu'il faut être capable de l'empêcher de nuire.

    Mais ce nouveau volume étend cette question à la société civile. Pour cela, la mairie de Gotham reçoit un nouveau maire dont la première action est de tenter de restreindre les actions de Batman, par la menace si nécessaire. Même Gordon critique son ami encapé. Cependant, il est clair que les auteurs ne souhaitent pas s'arrêter là et continuent de mettre en avant Tim Drake, le véritable cerveau de l'opération. Ses idées sont de plus en plus inquiétantes puisqu'il planifie la prise de contrôle militaire de la ville par son équipe. Ce volume introduit aussi une menace de dissension alors que les membres de l'équipe doivent faire un choix face à un Clayface qui ne se contrôle plus et qui devient un danger pour les habitant-e-s de la ville. Personnellement, je me réjouis de savoir comment les auteurs vont traiter ce point au sein de l'équipe de Batman.

    *
    **
    ***
    **** Un sixième volume toujours aussi intéressant qui continue à créer une équipe tout en la mettant face aux questions qu'elle pose pour la sécurité de la ville et de l'état.
    *****

    Image : Éditeur

    batman,detective comics,fall of the batmen,dc,james tynion iv,joe bennett,miguel mendoça,eddy barrows

  • 52 3 par Geoff Johns, Grant Morrison, Greg Rucka, Mark Waid et Keith Giffen

    Titre : 52 3
    Auteurs : Geoff Johns, Grant Morrison, Greg Rucka, Mark Waid et Keith Giffen
    Éditeur : Urban comics 29 juin 2018
    Pages : 320

    Ce tome contient 52 27-39 ainsi que The origin of the Question et The origin of the Metal Men. Après la crise un an s'est déroulé sans que les principaux personnages de DC ne soient présents dans les événements principaux. Durant cette année, les personnages secondaires durent prendre la place et sauver l'univers des menaces les plus importantes. Et il y a de nombreuses menaces. Alors que Black Adam semble avoir réellement changé une menace se déplace dans la galaxie, sans que les gardiens n'agissent. Gotham est sous le contrôle d'Intergang dont les membres semblent suivre une prophétie tirée d'une bible du crime. Mais surtout, Luthor contrôle de plus en plus de héros et héroïnes au travers de son projet.

    SPOILERS

    Ce troisième tome permet de dépasser la moitié des numéros de la série 52. Les informations sur les trois personnages disparus, Batman, Superman et Wonder Woman, sont toujours aussi peu présents. Wonder Woman semble avoir disparu tandis que même Batman se montre dans ces pages. Ce qui permet à ce tome de gagner en intérêt sont les nombreuses réponses qui sont enfin données aux différentes intrigues mises en place. On sait enfin qui est Supernova, on sait qu'elle est la menace qui fait peur aux Gardiens de la galaxie et on sait enfin ce que souhaite Intergang (bien que l'on ne sache pas pourquoi). Mais les intrigues sont encore très décousues. Le passage d'un personnage à un autre voire d'un lieu à un autre est très rapide, parfois le changement se fait en deux pages. Ceci rend la compréhension un peu difficile et je me demande si la fin sera à la hauteur des problèmes posés.

    *
    **
    *** Quelques réponses et surtout Batwoman.
    ****
    *****

    Image : Éditeur

    52-tome-3.jpg

  • Injustice Ground Zero 2 par Christopher Sebela, Tom Derenick, Daniel Sampere et pop Mhan

    Titre : Injustice Ground Zero 2
    Auteurs : Christopher Sebela, Tom Derenick, Daniel Sampere et pop Mhan
    Éditeur : DC 3 octobre 2017
    Pages : 136

    Ce second volume contient Injustice : Ground Zero 7-12. Dans la série Ground Zero les auteurs essaient de mettre en scène les événements du jeu Injustice afin de placer les intrigues pour la suite, en comic et en jeux. Ce second volume continue sur la lancée du premier en montrant ces combats du point de vue d'Harley Quinn, vilaine devenue héroïne. Ce choix est une bonne manière d'éviter de redire à l'identique ce que le jeu montre tout en développant ce personnage alternatif. En effet, les auteurs essaient de la confronter au Joker mais aussi à ses responsabilités en la plaçant à la tête d'un gang.

    SPOILERS

    On va le dire immédiatement, comme le premier tome ce second est dispensable si l'on ne souhaite pas terminer la série autours de l'univers Injustice. Il est d'autant plus dispensable si l'on connait le jeu puisque le comics ne fait que broder autours. Cependant, il y a tout de même quelques bonnes idées. Ce que j'ai le plus apprécié concerne la manière d'écrire Harley Quinn. Au cinéma, dans le cadre de Suicide Squad, Harley et le Joker sont montrés comme un couple de criminel-le-s. Oubliant la caractéristique principale de leur relation : sa toxicité. Ce comics, malgré ses problèmes, n'oublie pas ce sujet et tenter de montrer de quelle manière Harley Quinn essaie de se détacher du Joker, et échoue souvent. Bien que je déplore le manque d'aide de ses ami-e-s j'apprécie qu'on la montre se battant seule et prenant la décision par elle-même de refuser cette relation.

    *
    **
    *** Une série loin d'être indispensable.
    ****
    *****

    Image : Éditeur

    injustice,ground zero,dc,christopher sebela,tom derenick,daniel sampere,pop mhan

  • Batwoman 2. Wonderland par Marguerite Bennett, Fernando Blanco et John Rauch

    Titre : Batwoman 2. Wonderland
    Auteur-e-s : Marguerite Bennett, Fernando Blanco et John Rauch
    Éditeur : DC 5 juin 2018
    Pages : 128

    Ce second volume contient Batwoman 7-11. Batwoman s'occupe à la fois d'une équipe en plein Gotham chargée d'éviter les problèmes qu’une personne unique ne peut résoudre. Cette équipe a dû s'attaquer à une opération secrète du père de Batwoman : Jacob Kane. Mais Batman a aussi décidé d'envoyer Batwoman en mission à l'étranger. Une société vend des armes à toutes les personnes et organisations qui possèdent assez d'argent. Ces armes sont aussi bien biologiques que nucléaires ou humaines. Elles sont fortement défendues par des agent-e-s spécifiques. Depuis l'île Batwoman a détruit plusieurs de ces armes. En ce moment, elle est sur les traces de Needle, en plein milieu du Sahara. Elle est aussi isolée, sans moyens de fuir ou de communiquer.

    SPOILERS

    Il est difficile d'atteindre le niveau du Batwoman de Rucka, mis à mal par une équipe créative qui n'avait aucune idée de ce qu'elle faisait. J'attendais particulièrement cette nouvelle série dont le premier volume me semblait intéressant et intégré dans une continuité artistique et scénaristique, tout en ajoutant quelques informations. Ce second volume me semble moins bon. Bien qu'une partie de l'impression que j'ai découle des nombreuses pages durant lesquelles Batwoman est droguée, il y a aussi, à mon avis, beaucoup de confusion entre les événements. J'ai presque l'impression qu'il manque des pages afin de vraiment comprendre ce qui se déroule.

    L'intrigue me semble moins importante que la question régulièrement posée dans les pages de ce second volume : qui est Kate Kane alias Batwoman ? Elle est une jeune soldate virée de l'armée pour cause d'homosexualité, une jeune fêtarde héritière d'une fortune, la fille d'un colonel de l'armée, l'un des membres de l'équipe de Batman mais aussi, peut-être, une héroïne qui pourrait aller plus loin que Batman. Dans ces pages elle est aussi décrite comme un poison qui détruit tout ce qu'elle touche : famille, ami-e-s, amantes ou encore protégé-e-s. Si j'ai bien compris les propos de la scénariste, Batwoman est surtout une survivante qui connait ses traumas et les utilise pour se rendre plus forte et agir selon ce qui est nécessaire.

    *
    **
    *** Moins bon que le premier volume mais tout de même intéressant à la fois d'un point de vue artistique et pour le personnage.
    ****
    *****

    Image : Éditeur

    dc,batwoman,wonderland,marguerite bennett,fernando blanco,john rauch

  • Injustice II 1 par Tom Taylor, Bruno Redondo, Daniel Sampere et Mike S. Miller

    Titre :  Injustice II 1
    Auteurs : Tom Taylor, Bruno Redondo, Daniel Sampere et Mike S. Miller
    Éditeur : DC 1 mai 2018
    Pages : 144

    Ce volume 1 contient Injustice II 1-6. La guerre est terminée. Le règne de Superman a touché à sa fin. Le régime est mort et enterré, ses soutiens emprisonnés dans le lieu le plus sécurisé du monde. À la suite des combats des 5 dernières années le monde essaie de se reconstruire. Mais toutes les menaces ne sont pas neutralisées. Le monde a vécu 5 ans de paix forcées, les tensions resurgissent. Tout le monde ne pense pas que Superman ait eu tort et certaines forces sont prêtes à l'aider à s'échapper. Et d'autres personnes veulent prendre le pouvoir. L'une de ces personnes prend le costume de Batman et décide de prendre le contrôle de la Suicide Squad, devenant une cible prioritaire. Et pendant ce temps une capsule provenance de Krypton se dirige en direction de la Terre.

    SPOILERS

    Cette nouvelle série se veut une introduction au second jeu Injustice. Elle permet de faire le lien entre le premier et le second. Pour cela, DC a proposé à Tom Taylor de revenir, scénariste des meilleurs tomes de la première série. Ce premier volume ne donne pas beaucoup d'informations sur l'état du monde mais permet de comprendre que l'on revient au statu quo précédent. Les Etats-Unis ont élu un nouveau président. Les nations sont à nouveau armées. L'administration est fonctionnelle. Bien que cela soit nécessaire il est dommage que Tom Taylor ne fasse pas plus attention aux conséquences de la fin du régime de Superman et à la reconstruction politique.

    Car le scénariste s'intéresse à Batman. Bruce Wayne a perdu sa fortune, ses fils et son identité. Mais il a gagné la guerre. À plusieurs reprises des personnages, dont Superman, explique que Batman est maintenant capable de modeler le monde à son image, mais que cela aboutirait à un cauchemar. Le propos de ce premier volume est de montrer de quelle manière Bruce Wayne va utiliser son nouveau statut afin d'aider à la reconstruction du monde. Tom Taylor décide de lui laisser endosser l'identité de Batman, ce que je trouve un peu dommage. Car ce que montre le scénariste est un Bruce Wayne qui décide de travailler avec les personnes élues et les héros, mais aussi et surtout les riches, afin d'améliorer le monde. D'une certaine manière, Tom Taylor essaie de montrer ce qu'aurait dû faire Superman et la Ligue de Justice plutôt que de prendre le pouvoir et d'imposer leurs idées.

    *
    **
    ***
    **** Un premier volume intéressant qui augure une bonne suite. À voir.
    *****

    Image : Éditeur

    injustice 2,dc,tom taylor,bruno redondo,daniel sampere,mike s. miller

  • Injustice ground zero 1 par Brian Buccellato, Christopher Sebela, Pop Mhan, Tom Derenick et Daniel Stampere

    Titre :  Injustice ground zero 1
    Auteurs : Brian Buccellato, Christopher Sebela, Pop Mhan, Tom Derenick et Daniel Stampere
    Éditeur : DC 2 janvier 2018
    Pages : 144

    Ce volume 1 contient Injustice ground zero 1-6. Le monde est en guerre. Des doubles de la Ligue de Justice ont été introduit par Batman et ses allié-e-s afin de combattre le régime de Superman. Mais ces gros calibres ne sont pas seuls. Mis à part des civils, la police et l'armée de Superman la résistance peut compter sur la personne la plus surprenante dans ce contexte : Harley Quinn. Certes, elle a aidé le Joker à plusieurs reprises. Mais depuis sa mort elle comprend mieux son identité et se sent prête à changer. Il faudrait simplement éviter que le Joker ne revienne mais aussi que Batman lui fasse confiance.

    SPOILERS

    Le dernier tome d'Injustice ne donne pas de conclusion à l'intrigue mise en place par Tom Taylor avant le jeu. Il se contente de mettre en place les différents personnages et s'arrête immédiatement lorsque le jeu commence. DC a donc choisi de redire ce que le jeu fait dans une adaptation accessoire. Cependant, il a été choisi de le faire par les yeux de Harley, dont les combats se déroulent en dehors de l'intrigue principale.

    D'une certaine manière, cette vision du monde de la part de Harley n'est pas totalement inintéressante. Sans être écrit de manière adéquate, sa relation avec le Joker est montrée comme une relation toxique dont elle n'est pas capable de se détacher. Ce qui explique pourquoi elle revient à son point de départ dans cette série. On peut aussi apprécier ses réflexions sur les combats de super-héros qui ne prennent pas en compte les dégâts sur les civils et les bâtiments. Il est dommage que l'écriture soit si faible.

    *
    ** Si vous souhaitez compléter la collection, sinon ce volume est largement dispensable.
    ***
    ****
    *****

    Image : Éditeur

    injustice,ground zero,dc,brian buccellato,christopher sebela,pop mhan,tom derenick,daniel stampere

  • Injustice gods among us year five volume 3 par Brian Buccellato, Mike S. Miller et Tom Derenick

    Titre :  Injustice gods among us year five volume 2
    Auteurs : Brian Buccellato, Mike S. Miller et Tom Derenick
    Éditeur : DC 17 octobre 2017
    Pages : 168

    Ce volume 3 contient Injustice gods among us 15-20 et Injustice gods among us annual 1. Tous les plans ont échoué. Batman avait plusieurs idées mais rien n'a jamais pu mettre à mal le Régime qui ne s'est que renforcé, usant de meurtres et de tyrannie en se justifiant par la paix imposée à la Terre. Mais Superman doute, il sait que certains de ses sujets veulent le détrôner. Il décide donc de forcer les dernières forces encore libres à se soumettre à lui au prix de la destruction en cas de refus. Pendant ce temps, Batman essaie de faire la lumière sur la véritable nature de Superman tout en essayant un plan de la dernière chance : kidnapper des versions alternatives de la Ligue de Justice.

    SPOILERS

    Dès le début de la série je me suis demandé de quelle manière elle serait conclue. J'avais eu beaucoup de craintes à l'arrivée de Buccellato mais il commençait à être un peu meilleur. Ce dernier volume lui permet de mettre en place les derniers éléments du jeu, dont le gang de Harley. Pour cette raison, les attaques de la résistance sont beaucoup moins importantes. Leur but est soit un combat un contre un avec de la kryptonite soit du vol d'informations. En effet, il est nécessaire d'ouvrir la série au jeu et de ne pas donner trop d'informations. La fin de cette série devient donc incompréhensible aux personnes qui n'ont pas joué et donc qui ne connaissent pas le scénario mis en place. En quelques pages, on nous offre une version alternative puis on emmène les personnages à différents points du monde. Puis, tout se termine sans explications.

    *
    **
    *** Un dernier volume qui, malheureusement, ne conclut pas de manière satisfaisante l'intrigue de la série.
    ****
    *****

    Image : Éditeur

    injustice,gods among us,year five,dc,brian buccellato,mike s. miller,tom derenick