17/06/2007

Une Démocratie Dictatoriale 3

Un an plus tard: L'éveil des aveugles

« Bienvenue compatriotes! Bienvenue dans cette marche contre le fascisme. Comme chaque année nous voulons manifester notre envie de démocratie et de liberté par une marche pacifique à travers la ville et comme chaque années le gouvernement refuse de nous l'accorder. Mais nous prenons ce droit et nous assurons le gouvernement que nous ne commettrons aucune déprédations. Ensemble nous marcherons dans les rues et nous montrerons notre détermination et cette année particulièrement contre cette nouvelle attaque des libertés fondamentales et de droits de l'homme qu'est cette initiative de l'UDC. Car nous pensons, nous savons qu'étrangers ou non nous sommes tous humains. L'acceptation de cette initiative serait désastreux pour les étrangers vivant en suisse, elle créerait un état policier et contrôlé, pire, elle pourrait se retourner contre nous! Alors suivez moi! »

Petit à petit les applaudissements s'éteignent et la colonne avance hors de la place, nous avons des pancartes, nous avons des slogans mais nous n'avons pas le droit d'être là. Néanmoins comme beaucoup d0autres étudiants j'ai choisi de venir. Je vois beaucoup de mes amis dans les rangs et nous nous rejoignons en souriant. Certains n'ont pas pu venir mais nous soutiennent tandis que des marches semblables se font dans tout le pays. Nous rions et nous avançons sur la route. Bien qu'elle pourrait nous arrêter la police a décidé de nous escorter pour que les automobilistes ne soient pas bloqués ou que nous ne soyons pas mis en danger par eux.

Nous passons devant des magasins quand quelques personnes cagoulées commencent a faire leur apparition. Ils se regroupent et commencent a hurler des slogans et à donner des coups a des ornements des magasins. Puis l'un d'eux prend une pierre et brise une vitre. Ne souhaitons pas être mêlé et permettre à la police de les différencier nous essayons de les mettre hors de la marche en les semant mais ils ne se font pas avoir aussi facilement et nous suivent de prêt. Après notre passage ce sont des pots renversés, des vitres brisées, des personnes furieuses. Plusieurs d'entre nous tentent de les arrêter et reçoivent des coups en récompenses. Les motards font leur rapport par radio, cela ne présage rien de bon et quelques minutes plus tard des policiers anti-émeutes commencent à nous entourer. Nous nous arrêtons tandis que la bagarre augmente en arrière. La police marche en rangs unis vers nous et, soudain, lance des fumigènes. Il n'y a plus que pleurs et toussotements autour de moi pendant que le gaz se disperse nous faisons de même mais cela ne fait qu'intensifier le chaos tandis que les canons a eux se mettent en marche. Conformément aux consignes nous ne faisons rien qui puisse être considéré hostile tandis que les casseurs fuient aux autre coins de la rue.

Je me réveille en sursaut, durant mon rêve les évènements de la semaine passée m'étaient revenus en tête. Heureusement on prouva vite que la plupart d'entre nous n'étaient pas responsables et seul l'organisateur écopa d'une amende pour les destructions. Mais Friseiger a décidé de nous attaquer en groupe et la presse se fit l'écho de ses mensonges nous traitant de traitres et nous considérant comme manipulé. La presse se prit vite au jeux de parler de l'Emeute et les lecteurs nous insultant copieusement et appelant a des valeurs stricts face à la jeunesse. Je me lève et me prépare tandis que je me rappelle qu'aujourd'hui a lieu le vote que nous refusions durant cette marche. J'espère que tout ira bien. Les heures passent mais à midi a lieu la première estimation, j'allume le journal.

« Bienvenue en ce dimanche, tout de suite les premières estimations. Bien que tous les bulletins ne soient pas dépouillé il semblerait que nous nous approchions d'un Oui à 53%. La tendance semble se confirmer dans tout le pays et ce serait donc une victoire de plus pour la droite nationaliste. Les réactions fusent déjà, et l'UDC annonce qu'elle proposera de nouvelles mesures dès demain tandis que Amnesty International dénonce une rupture des droits de l'homme et demande ou cela va mener le pays. Eh bien la question est posée. »

17:56 Écrit par Hassan dans Démocratie Dictatoriale, Textes | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |  Facebook

16/05/2007

Une Démocratie Dictatoriale 2

Au commencement était l'image:

« Bonsoir et bienvenue sur TSR1 pour ce 19:30. Nous parlerons aujourd'hui du rapport des experts de l'ONU sur le réchauffement climatique, de la troisième guerre du golfe et nous rencontrerons un viticulteur valaisan qui nous expliquera son métier. Mais tout de suite nous parlons de cette nouvelle affaire de moeurs en ville de Lausanne avec notre invité monsieur Friseiger. Mais tout d'abord un éclairage fourni par notre envoyé mademoiselle Alison Frost. »
« Oui bonsoir nous nous trouvons ici au Chemin des Grandes Roches une rue a priori calme et pourtant un drame s'y est déroulé hier soir. Aux alentours de minuit une jeune femme fut trouvée morte par la police et aurait été victime de violences sexuelles. Rapidement des témoins se firent entendre ceci aboutissant a la capture de jeunes suspects actuellement en garde à vue. Ces jeunes ont au plus dix-huit ans et sont originaires des Balkans. Selon le porte parole de la police ils auraient avoués les faits disant vouloir s'amuser un peu. De plus ils auraient filmés leurs actes avec leurs portables. Il semblerait donc que leur culpabilité ne puisse être prise en défaut et nous devons nous demander pourquoi un tel acte arriva. Chers téléspectateurs bonne soirée. »
« Nous nous tournons maintenant vers monsieur Friseiger. Monsieur Friseiger quel est votre analyse ce cette affaire? »
« Eh bien je crois que nous avons encore affaire a un échec de la politique gauchiste d'intégration. Comme vous le savez, au vu de l'actualité, ce n'est pas la première affaire du genre imputable a des étrangers. Je citerais le récent viol de cette jeune suisse par des ressortissants des Balkans à Zürich ou encore cette mise à tabac d'un suisse par des jeunes désoeuvrés parce qu'il ne leur avait pas donné une cigarette. Comme vous pouvez le constater la suisse et les suisses sont en danger du fait de la croissance du nombre d'étrangers. Voila pourquoi nous demandons au Conseil Fédéral d'agir vite et avec fermeté! D'ailleurs je profite de cette vitrine pour indiquer que mon parti, dans l'optique de protéger nos valeurs fondamentales, a réussi de réunir le nombre de signature nécessaire en faveur d'une initiative pour la protection de la jeunesse. Celle ci nous permettra d'agir de manière ferme contre les délinquants et les dealers de drogues étrangers venant s'épanouir dans nos montagnes! »
« Quels sont les solutions que permettrait cette initiative? »
« Eh bien comme je vous l'ai dit elle sera ferme! Et nous espérons être suivi par le peuple pour que la Police puisse surveiller et arrêter ces délinquants. En gros nous voulons qu'il soit noté dans la loi que les jeunes étrangers soient jugés comme adultes sans exceptions, l'expulsion de la famille en cas de délinquances, l'obligation d'avoir un minimum de connaissances sur la suisse, une surveillance accrue des étrangers grâce à la police et par des dispositifs d'écoute et de surveillance vidéo. De plus nous demandons a ce que les suisse voisins soient mis au courant du statut des étrangers allant vivre prés de chez eux. »
« N'est ce pas un peu extrême? »
« Ecoutez, le peuple suisse a bien montré qu'il en marre de ce gauchisme naïf pensant que les étrangers sont gentils. Le peuple suisse veut des mesures fermes et c'est pour ça qu'il a voté pour nous. C'est pourquoi nous somme sur que nous serons écouté. »
« Eh bien merci d'avoir parlé avec nous et bonne soirée. A présent la suisse de l'actualité avec la troisième guerre du golfe, en effet... »

11:25 Écrit par Hassan dans Démocratie Dictatoriale, Textes | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |  Facebook

15/05/2007

Une Démocratie Dictatoriale 1

Une Démocratie Dictatoriale

Introduction: La Haine

Nuit noire dans les rues, une personne marche le long des murs il est tard pour elle. Elle n'a pas l'habitude de sortir seule aussi tard, elle n'a pas peur mais elle n'est pas rassurée. Elle croise trois jeunes. Ils l'insulte, pas de chance elle est tombée sur la haine. Elle ne se retourne pas, il ne vaut mieux pas et elle continue tout droit, elle fuit le plus vite possible. Mais ils la suivent tout en continuant de vociférer. Comment s'en sortir? Soudain une pierre est lancée et la touche à l'épaule. Ils rient. Elle prend peur et court, ils se marrent derrière elle. Ils la rattrapent et l'arrêtent. Ils l'entourent et continue de l'insulter. Soudain l'un deux lui envoie un coup de pied, les deux autres l'imitent, elle crie mais personne ne vient, elle est seule. L'un des trois sors un couteau et la menace goguenard. Elle hurle et cette fois les volets se ferment. Ils la coincent entre les poubelles et la frappe encore en encore la traitant de trainée. L'un d'eux lui arrache son chemisier et sa jupe. Puis ses sous vêtements, elle hurle de plus en plus fort mais plus un bruit ne l'entoure. Le premier baisse son pantalon, puis le second et enfin le troisième. Quand ils eurent finis ils recommencèrent à la frapper. Mais cette fois elle les insulta a son tour, ils entrèrent en colère et celui qui portai le couteau la poignarda. Le corps tomba sur le sol, la vie en fuyant. Ils partirent en courant une minute plus tard arriva la police suivit d'un journaliste qui nota cela comme un fait divers, rien d'important.
Elle était noir, nous ne sommes pas en 1933 et la Haine est de retour en notre monde, une mort pour une vie de haine, une vie de haine pour une mort de haine. Tout est lié.

23:46 Écrit par Hassan dans Démocratie Dictatoriale, Textes | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |  Facebook