Film

  • The Kitchen / Les Baronnes

    Après un gros vide en matière de films que je souhaitais voir je fus quelque peu intrigué par la bande annonce de celui-ci. Nous y suivons trois femmes, deux d'origines irlandaises et une femme noire, dans le quartier de Hell's Kitchen à New York vers la fin des années 70. Leurs maris sont loin d'être des citoyens exemplaires. Ce sont des criminels qui font partie de la mafia irlandais locale. Celle-ci est aux abois car leurs activités sont de plus en plus difficiles. Les trois maris décident d'attaquer un commerce local pour relancer leurs activités, mais ils ne savent pas qu'ils sont sous surveillance active du FBI. À la suite de cette attaque, ils sont envoyés trois ans en prison. Leurs femmes sont censées être aidées par leurs amis mais elles ne reçoivent pas assez d'argent. Discutant entre-elles elles se demandent pour quelles raisons elles ne seraient pas capables de reprendre les activités de leurs maris, et surtout de réussir là où ces hommes ont échoué.

    SPOILERS

    J'ai plutôt apprécié ce film. Il est court et fonctionne assez bien. On comprend rapidement quelles sont les relations entre les hommes et entre les trois femmes. Des relations qui peuvent être mises en avant de manière plus ou moins subtiles. Le film montre ces trois femmes qui changent de voie à cause de l'absence de leurs maris. Elles étaient de bonnes mères de famille qui acceptaient les comportements de leurs maris et leur propre rôle. Mais ce rôle ne les a pas préparées à vivre seule, les rendant dépendant de la générosité d'autres hommes. Elles deviennent donc, petit à petit, les dirigeantes du quartier. Ceci tout d'abord en prenant soin de leur quartier et des habitant-e-s, qui donc acceptent de les payer avec plaisir. Ce n'est que plus tardivement au sein du film que les actes de violence commencent, alors qu'elles se heurtent à des hommes qui ne veulent pas abandonner leur place au sein de la société. La seule manière pour les femmes d'être dominante passe donc par la fin de la culture de domination des hommes.

    Ceci fonctionne assez bien. J'ai apprécié observer ces femmes dépasser les hommes et prendre des décisions difficiles à cause des attitudes masculines. Malheureusement, le film semble prendre des raccourcis à plusieurs reprises. Surtout vers la fin, certaines révélations nous sont offertes sans que jamais un seul indice ne permette de penser que celui-ci est possible. Par exemple, l'un des agents du FBI est décrit durant tout le film comme quelqu'un qui croit à la loi et qui travaille bien. Il est furieux lorsque les trois maris sortent de prison et lorsque les activités de mafia continuent dans Hell's Kitchen. Soudainement, on apprend qu'il est l'amant de l'une des trois femmes. On ne sait ni pourquoi ni comment mais cette relation transforme le film puisque le hasard devient un plan concocté à l'avance. Mais cette révélation sort de nulle part, créant la surprise, certes, mais donnant aussi l'impression que les scénaristes ont choisis la voie de la facilité.

    *

    **

    *** Un film qui n'est pas mauvais mais dont le scénario est un peu fainéant.

    ****

    *****

    Image : Site officiel

  • Spider-Man: Far from home

    Lors du dernier Avengers les personnes détruites par Thanos étaient revenues à la vie. Leur retour fut difficile pour le monde (un véritable cauchemar administratif à mon avis) et changea de nom pour devenir "l'éclipse." Outre des personnes sans histoire ce sont aussi des héro-ïne-s qui sont revenu-e-s. Spider-man est l'une de ces personnes. Depuis, il essaie de suivre l'exemple de Tony Stark. Il aide sa tante à trouver de l'argent pour les victimes de l'éclipse. Il s'occupe de son quartier. Il est un élève sans histoire dans son lycée. Lorsque sa classe a la chance de pouvoir faire un tour en Europe il pense que cela pourrait être l'occasion de se rapprocher de MJ. Malheureusement, Nick Fury a d'autres plans. Lui et un nouveau héros essaient d'éviter la destruction de la terre par des êtres qualifiés d’élémentaux.

    SPOILERS

    Le méchant de ce film est du même acabit que le méchant du premier Spider-Man. Ce dernier était basé sur le premier Avengers. Après avoir perdu son travail il volait la technologie alien récupérée par Tony Stark pour en faire des armes. Le vilain de ce film fait presque la même chose mais au lieu de lutter contre le chômage et pour sa famille il lutte pour lui et ses collègues des industries Stark. Lui, comme d'autres, sont d'anciennes personnes employées par Stark mais qu'il a humilié ou qu'il a licencié. Lors de la mort de Tony Stark, ces personnes ont décidé de mettre en commun leurs connaissances afin de créer un nouveau héros qui puisse leur permettre de valider leurs idées et de devenir riches. Au moins, leur réaction est logique.

    Ce film est aussi un passage de témoin. Durant les deux heures que dure ce Spider-Man il est régulièrement demandé à Peter Parker ce que deviennent les Avengers et s'il est le successeur de Tony Stark. Peter, bien entendu, ne se pense pas capable de sauver le monde. Il essaie simplement de s'occuper de son quartier. Ce passage de témoin est symbolisé par le contrôle de la technologie Stark. Un contrôle qui implique des drones capables d'opérer des frappes dans le monde entier... D'ailleurs, enfin une scène met en question cette technologie et ses capacités. Malheureusement elle ne se trouve que lors mid-credits. Mais cela manquait dans ces films qui questionnent peu, voire pas du tout, la technologie militaire des Avengers.

    *

    **

    ***

    **** Un Spider-Man un peu plus faible que le premier mais qui reste sympathique à voir si vous aimez le genre.

    *****

    Image : Site officiel

  • Yesterday

    Jack Malik est un auteur compositeur britannique. Il a abandonné une carrière d'enseignant de musique pour tenter de vivre de ses créations, ce qui implique un temps partiel dans un grand magasin. Sa manager est une ancienne collègue, enseignante en math. Ces deux personnes sont amies depuis longtemps lorsque tout le monde était certain que la carrière de Jack serait un succès grandissant. Mais celle-ci n'est qu'une suite de déception et personne ne semble aimer ses créations. Après un échec dans un festival local Jack décide d'abandonner la musique tout en rentrant chez lui. Un bus lui fonce dessus et, lorsqu'il se réveille, il se rend compte que tout le monde a oublié les Beatles. Ce groupe n'a même jamais existé. Il y a une opportunité à prendre mais Jack la saisira-t-elle ?

    SPOILERS

    Il est évident que ce film a été écrit par des personnes qui aiment profondément les Beatles et leur musique. Les chansons sont nombreuses et les références encore plus (je ne suis pas capable de toutes les trouver). Le film envoie même Jack dans la ville d'origine du groupe afin de revenir sur les influences des Beatles, passant par là un certain message sur la création sur lequel je reviendrais plus tard. Au premier regard, l'intrigue du film semble être Jack et sa vie amoureuse. Ellie, sa manager, est amoureuse de lui mais jamais il ne s'en est aperçu. Tout le film sera une succession de scène qui pousseront Jack à choisir entre la richesse et la célébrité et Ellie (malheureusement je ne suis pas très heureux de la scène finale lorsqu'il se déclare enfin son amour pour Ellie).

    Mais quand on regarde de plus près on se rend compte que le film s'intéresse à deux autres choses. Premièrement, la réalisation tente de parler de l'industrie de la musique. Le premier CD de Jack est enregistré dans un petit studio près d'une gare avec des idées très artisanales mais qui fonctionnent bien. Dès qu'il est remarqué, il est embrigadé dans une industrie gigantesque qui ne fonctionne que sur la nouveauté, le marketing et l'argent. On oublie l'artisanat et on ne fait que ce qui fonctionne directement. Les choix de Jack sont mis de côté lors d'une séance de marketing lors de laquelle les employé-e-s semblent ne faire qu'applaudir. Seul l'argent et la forme ont une importance, le fond n'est là que pour permettre d'être plus riche. Cette perspective est mise en avant par Debra parfaitement jouée par Kate McKinnon.

    Une autre perspective est celle de Jack. Il est auteur-compositeur. Durant le film, il essaie, avec difficulté, de retrouver les mélodies et les paroles de grandes chansons des Beatles. Loin d'être facile, on l'observe avoir beaucoup de mal à retrouver ces informations. Il travaille de longues heures pour recréer les chansons et vérifier ce qu'il pense être juste. Parfois, il se trompe pendant plusieurs jours et recommence dès le début. La création est donc montrée comme un processus, un travail, qui demande des efforts importants. Mais c'est aussi un processus qui dépend du vécu. À plusieurs reprises, on demande à Jack quelles sont les influences, les histoires, derrière ses chansons. N'ayant pas vécu la vie des Beatles il est difficile pour lui de répondre. D'où sa visite dans leur ville d'origine pour retrouver leur vécu et essayer de comprendre ce qui se cache derrière leurs chansons.

    *

    **

    ***

    ****

    ***** Un film qui permet de se sentir bien. Malgré une impression de simplicité il est plus riche qu'on peut ne le penser.

    Image : IMDB

    Site officiel

  • The White Crow

    Rudolf Nureyev est danseur de Ballet en URSS. En 1961, il est envoyé à Paris avec sa troupe afin de danser lors d'une tournée européenne. À Partir de ce moment la réalisation essaie de nous expliquer qui est cet homme et pourquoi il a décidé de quitter sa patrie pour devenir un réfugié politique en France. Pour cela, le film nous emmène dans le passé et le présent de Nureyev. On l'observe enfant aux alentours des années 40 et 50. On l'observe plus âgé alors qu'il intègre une prestigieuse école de ballet. Et on l'observe à Paris, en train de faire connaissance avec des parisien-ne-s et des musées. Tout ceci nous mènera à la scène de défection directement à l'aéroport.

    SPOILERS

    Bien que ce film m'ait semblé intéressant, de quelle manière un citoyen de l'URSS peut tenter de quitter son pays, je ne suis pas certain d'avoir été convaincu par la réalisation. En somme, je n'ai pas l'impression d'avoir compris ni les événements ni la personne sur laquelle ce film porte. La réalisation place Nureyev face à plusieurs mondes. Le premier est celui de son école de danse, dans laquelle il essaie d'être meilleur en se plaignant des enseignants. Mais aussi via laquelle il apprend à comprendre l'art. Le second monde est celui de Paris. Il y visite des musées pour ne voir qu'une seule œuvre par jours. Il y apprend aussi à connaitre des parisien-ne-s, en particulier des personnes liées aux hauts lieux du pouvoir. Tout cela est très contemplatif avec des dialogues sur la nécessité de l'art et la raison première de la danse.

    Ce qui rend ce film difficile à comprendre sont ses nombreux flash backs. Nous commençons alors que l'un des enseignants de Nureyev parle à ce qui semble être un inspecteur de l'URSS. Puis, nous partons à la naissance de Nureyev. Pour ensuite repartir à Paris, observer son enfant et son éducation à la danse. Bien que ces flash backs aient une logique il n'est pas toujours évident de comprendre la chronologie ni ce qui se déroule exactement lors de la scène. En particulier, une scène montre Nureyev attendant son père près d'un feu dans la forêt. Jamais il ne nous est expliqué ce qui se déroule après. La chronologie est donc particulièrement ardue et ne permet pas vraiment de comprendre comment Nureyev est devenu danseur.

    *

    **

    *** Explique-t-il vraiment la défection de Nureyev ?

    ****

    *****

    Image : Site officiel

  • Toy Story 4

    Comme beaucoup de monde j'ai connu Toy Story lors de mon enfance. Je n'ai jamais vu le 2 mais je me souviens très bien du 3. Toy Story réussit à capturer le lien avec les jouets mais aussi la nécessité de grandir et de changer lorsqu'on est enfant. Je pensais que le troisième était une bonne conclusion puisque l'on suivait Andy jusqu'à l'âge adulte et son entrée à l'université. Ce quatrième volet reprend immédiatement après la fin du troisième et quelques scènes pour que l'on se souvienne des autres films. Nous retrouvons donc Bonnie et les jouets. Tout se passe bien mais Woody est de moins en moins choisi. Il reste dans le placard. Woody reste fondamentalement loyal et suit Bonnie lors de son premier jour d'école. Durant cette journée Bonnie crée un jouet. Mais celui-ci ne sait pas qu'il est un jouet forçant Woodie à l'empêcher de fuir.

    SPOILERS

    Toy Story parle de la nécessité de grandir avec l'aide d'ami-e-s. Mais aussi de la nécessité de jouer afin de se créer un monde imaginaire permettant un développement personnel plus important et de vivre dans un sentiment de sécurité. Mais ce film me semble parler plus de Woody et de sa difficulté à accepter le changement. Woody est loyal. Son but est d'aider les enfants et en particulier les enfants avec lesquels il a été lié. Il est très difficile pour lui de changer d'enfants et d'être délaissé. Durant tout le film il essaie de faire uniquement ce qu'il connait alors qu'il n'est plus aussi utile qu'auparavant. Bien entendu, il nous parait clair en tant que spectateur qu'il est nécessaire pour Woody d'accepter le changement et de trouver un nouveau but dans sa vie. Ce but implique aussi de penser à lui-même et aux personnes vers qui il souhaite être.

    *

    **

    ***

    **** Attention, les enfants sont capables de créer la vie !

    *****

    Image : Site officiel

  • Brightburn

    CW : gore

    Brightburn est une petite ville des Etats-Unis. Dans cette ville un jeune couple rêve de fonder une famille mais n'y arrivent pas. Un soir, un vaisseau s'écrase dans la forêt voisine. À l'intérieur de ce vaisseau se trouve un bébé. Celui-ci est immédiatement adopté par le couple qui l’élève pendant 12 ans sans problèmes. À l'école, le jeune Brandon n'a pas beaucoup d'ami-e-s. Mais il est brillant et remarqué par ses enseignant-e-s. Cependant, tout change lors de ses 12 ans. Du jours au lendemain son attitude devient plus problématique. Petit à petit, ses humeurs inquiètent ses parents qui se demandent comment réagir de manière adéquate. Dans le même temps, Brandon développe des pouvoirs. Alors qu'il apprend à comprendre ses capacités et à tenter d'expliquer son origine plusieurs personnes disparaissent de la ville avec un simple symbole comme indice.

    SPOILERS

    L'idée du film est transparente. Que se passerait-il si Superman n'était pas bon mais mauvais ? Plusieurs comics ont déjà mis en avant une telle idée avec plus ou moins de réussites. Même dans la continuité des comics DC il existe des versions maléfiques de Superman. La base du film est donc relativement connue et sans véritable nouveauté. Le film joue beaucoup sur ce point en utilisant une mythologie et des images proches de ce que l'on connait de Superman. Brendan est un alien adopté. Ses pouvoirs sont les même que ceux de Superman. Il porte même une cape rouge, qu'il agrémente d'une cagoule.

    La question qui m'intéresse bien plus est le passage de "bon" à "mauvais". Brendan n'est pas maléfique dès l'origine. Il est d'abord un adolescent avec ses problèmes et ses questions. Je pensais que le film nous montrerait une progression. Un refus d'une frustration qui le mène à user de ses pouvoirs de manière de moins en moins éthique. Jusqu'à ce qu'il se rende compte que sa puissance implique qu'il peut faire tout ce qu'il souhaite sans que personne ne l'en empêche. Mais le film nous montre un passage instantané en direction de son côté maléfique. Je trouve cela simpliste et bien moins intéressant. D'où la question : Brandon devient-il mauvais où alors la réalisation souhaite-t-elle nous dire qu'il a toujours été mauvais ?

    *

    ** Un film trop gore à mon goût avec une intrigue moins intéressante que je ne le pensais

    ***

    ****

    *****

    Image : IMDB

    Site officiel

  • Parasite / Gisaengchung

    La famille de Ki-taek est au chômage. Les quatre membres, deux parents avec un fils et une fille, vivent dans un appartement en sous-sol. Illes ont à peine une vue sur la rue et les passants. Sans travail, la famille fait tout ce qu'elle peut pour survivre et recevoir un peu d'argent de temps en temps. Mais cela ne fonctionne pas très bien. Cependant, tout le monde a des plans pour le futur. Ki-woo, par exemple, souhaite entrer à l'université. L'un de ses amis étudiants lui propose justement un travail lié à son envie d'étudier. Après avoir falsifié un diplôme, Ki-woo est envoyé dans une famille riche afin d'enseigner à leur fille l'anglais. Tout se passe plutôt bien et Ki-woo comprend qu'il pourrait placer toute sa famille et récolter encore plus d'argent. Mais un tel plan pourrait s'effondrer plus vite que prévu.

    Spoiler

    Ce film est particulièrement bien construit. Tous les éléments du plan qui permettent d'arnaquer la famille sont mis en place petit à petit. On observe, inquiet, chaque membre de la famille Ki-taek s'insérer dans la vie de personnes inconnues afin d'avoir du travail mais aussi de l'argent. Petit à petit, illes deviennent indispensables sans jamais avoir été questionné-e-s. Mais leur chute est aussi inévitable. Celle-ci, bien entendu, se déroule lors d'une soirée d'orage qui détruit leur appartement et implique une confrontation avec l'ancienne gouvernante, des secrets et le danger d'être découvert. Il serait trop simple de terminer le film là-dessus et ce n'est que lorsque le calme semble être revenu que tout est véritablement perdu.

    Le film parle aussi des liens de classes entre différentes personnes. Les Ki-taek sont des personnes pauvres qui se déplacent en métro, utilisent des produits d'hygiène bon marché et donc possèdent une odeur particulière. Cette odeur est mise en avant lors de plusieurs parties clés du film qui montrent les différentes entre personnes riches et pauvres. Alors que la pauvreté implique de chercher sa place et la voir être déniée la richesse implique de toujours se trouver à sa place. Les personnes pauvres sont donc toujours identifiables malgré leurs tentatives de l'éviter. De plus, le film montre que la richesse est souvent mêlée à l'impression, inconsciente normalement, de toujours être secondés dans ses journées. Bien que les victimes de la famille Ki-taek se pensent et sont montrés comme des personnes généreuses et respectueuses illes agissent d'une manière qui marque une différence et qui agresse, à petite dose, les personnes qui les servent. Avec la mise en place de ces agressions il est facile de comprendre pourquoi le père Ki-taek attaque son patron.

    Image : IMDB

  • Tolkien

    John Ronald Reul Tolkien est connu pour être le créateur du Hobbit et du Seigneur des anneaux. Deux romans adaptés en films. Mais il est aussi le créateur d'un univers bien plus vaste et surtout des langues qui vivent à l'intérieur de ces légendes. Tolkien est un film biographique qui se concentre sur la première partie de la vie de l'auteur. Le film débute lors de la bataille de la Somme. Tolkien et un soldat suivent les tranchées lors de la bataille afin de retrouver un ami. Ce parcours, au milieu de séquence d'hallucination basée sur les légendes de Tolkien, sont mêlées au passé qu'a connu l'auteur. On l'observe lors de son enfance en Angleterre, après l'Afrique du Sud, lorsqu'il perd son père puis sa mère et qu'il doit accepter le soutien de l’église. Le film le montre aussi tenter de réussir ses études avant de découvrir son véritable amour : les langues.

    Parlons d'un point qui m'a ennuyé dès le début. La vie de Tolkien est rendue largement plus sympathique. C'est à peine si l'on annonce ses problèmes de pauvreté. Jamais le film n'explicite sa religion, différente de celle de ses amis et d'Edith, sa future femme. Jamais le film ne montre la véritable relation entre Tolkien et Edith, une relation amoureuse mais basée sur un Tolkien qui n'hésite pas à forcer sa femme à faire des choix douloureux. Jamais sa relation avec l'église n'est montrée dans ce que cela implique de contrôle et d'autorité aux choix de son tuteur. Bref, sa vie est rendue plus lisse. Elle est plus facile comme si, dès le début, Tolkien était un génie qui n'attendait que le bon moment pour être reconnu.

    Bien entendu, le film ne peut pas passer outre la relation de Tolkien avec les histoires et les langues. Malheureusement, il me semble que sa relation avec les langues n'est pas assez bien mise en scène. Je doute que cela soit facile mais j'aurais aimé plus d'attention aux langues plutôt qu'aux histoires. Celles-ci sont créées, comme le film le dit, pour donner de la substance aux langues et porter leur signification. En revanche, le film considère que Tolkien a été fortement influencé par la guerre et son expérience de jeunesse. À plusieurs reprises, les références envers ses romans sont montrées comme provenant de sa vie. On peut considérer qu'une expérience telle que la guerre ne peut qu'avoir une influence sur ses créations. Mais il ne faut pas oublier, bien que je ne sois pas d'accord, que ni Tolkien ni ses héritiers n'acceptent cette thèse. Peut-être aurait-il fallu un peu plus de complexité ?

    *

    **

    *** pas très intéressant

    ****

    *****

    Image : IMDB

    Site officiel

  • Greta

    TW : harcèlement, mauvais traitements

    Frances est une jeune femme de Boston. Elle a récemment déménagé à New York chez une amie étudiante. Elle travaille en tant que serveuse dans un restaurant luxueux de la ville. Sa vie est loin d'être parfaite. Elle est brouillée avec son père après avoir perdu sa mère. Mais elle continue de vivre et de faire la fête. Un jour, elle découvre un sac oublié dans le métro. Les objets trouvés étant fermés elle décide de se rendre directement chez la personne pour le lui rendre. Cette personne se nomme Greta. Elle a perdu un grand nombre de personne dans sa vie et se sent seule. Alors que Frances tente de l'aider elle se rend compte, ainsi que sa colocataire, que quelque chose est bizarre dans le comportement de Greta.

    SPOILERS

    Ce film est particulièrement bon. J'ai été stressé du début à la fin alors que la réalisation nous donne des indices d'abord subtils puis de plus en plus inquiétant. Ce que le film nous montre est le fonctionnement d'une personne manipulatrice qui fait tout pour contrôler la vie de quelqu'un. Cela commence simplement par un rapprochement émotionnel. Le partage de son passé et du besoin de retrouver une mère ou une fille. Puis, Greta commence à agir comme une mère utilisant des mots et des gestes. Petit à petit, se met en place une prise de contrôle de la vie de Frances qui ne peut plus échapper à Greta, celle-ci la suivant partout. Le film montre particulièrement bien que tenter d'échapper à de telles personnes implique de risquer des réactions violentes de plus en plus importantes. Malheureusement, le film ne donne pas de recettes pour éviter ces situations, étant un thriller ce n'est pas son but.

    Le film nous parle aussi des personnes d'autorités, police comme patrons. À plusieurs reprises, Frances tente d'alerter la police. Celle-ci se contente d'enregistrer le problème mais ne le résout pas. Le seul conseil que le personnage reçoit est d'ignorer Greta, un conseil particulièrement dangereux et inutile. Pire encore, Frances n'est pas prévenue lorsque Greta est libérée par la police, la plaçant en danger. La justice aussi échoue puisqu'elle ne peut pas offrir une protection officielle à Frances. Son patron aussi échoue. Il s'intéresse plus au calme de son restaurant qu'aux risques que doit prendre son employée face à une personne dangereuse. Bref, on observe là quelque chose que beaucoup de personnes décrivent dans les cas de harcèlement : l'incapacité des autorités et des entreprises à gérer ces actes et à protéger les victimes qui doivent, souvent, enquêter seules et agir seules tout en risquant de perdre ami-e-s, famille, habitation et travail.

    *

    **

    ***

    ****

    ***** Un thriller qui me stress encore plusieurs heures après l'avoir vu. Toutes les actrices sont magistrales.

    Image : Site officiel

  • Men in Black International

    Il y a plusieurs années, deux agents des Men in Black ont sauvé le monde d'une espèce nommée la Ruche. Dans le même temps, une enfant nommée Molly voyait des Men in Blacks et un alien. Elle n'a jamais oublié et depuis 20 ans elle recherche le lieu où se trouve cette agence. Après toutes ces années de recherche elle a enfin un indice qui lui permettrait de trouver les MIB et surtout d'entrer en tant qu'agente. Mais la vie de ces personnes est loin d'être facile. Ce sont des inconnu-e-s qui n'auront jamais de vie sociale. Pire encore, illes risquent leur vie pour gérer le monde alien caché sur Terre. Le danger est démultiplié alors que l'agence de Londres semble être compromise. Mais qui croire, à qui faire confiance et comment lutter contre une agence entièrement secrète ?

    SPOILERS

    Ce film est sorte de reboot sans le dire. Le fonctionnement des MIB, tel qu'il a été mis en place dans les 3 films de la licence, n'est pas remis en cause. Les mêmes véhicules, les mêmes armes, les mêmes aliens parfois. Cependant, il remet en question l'histoire du MIB pour l'étendre quelque peu. Au lieu d'une unique agence à New York on apprend que le MIB possède plusieurs agences avec une hiérarchie précise. Plus encore, son histoire est plus ancienne. Au lieu d'un lancement dans les années 60 les MIB existent depuis le XIXème siècle par la création de la tour Eiffel par l'ingénieur du même nom. Cela pourrait être intéressant, si vous appréciez de connaitre l'histoire global d'un univers.

    Tout comme les opus précèdent, ce film est censé être humoristique. Bien que certaines scènes et blagues aient eu la capacité de me faire légèrement sourire, je suis resté majoritairement de marbre. Bien entendu, il est possible que la traduction n'ait pas permis de transmettre certaines subtilités. Mais j'ai eu l'impression que le film échoue à faire vraiment rire. Il semble surtout se reposer sur Hemsworth et les (in)capacités de son personnage, H. D'ailleurs, le film semble jouer sur l'aspect très esthétiquement appréciable de Chris Hemsworth à plusieurs reprises (et personne ne s'en plaint). Mais le plus problématique est la facilité à comprendre l'intrigue. Les surprises n'en sont pas et il suffit de réfléchir deux secondes pour comprendre dans quelle direction on va nous emmener.

    *

    ** Sans être affreusement mauvais je conseillerais d'attendre la sortie à la TV

    ***

    ****

    *****

    Image : Site officiel

  • Dark Phoenix (X-Men)

    Dark Phoenix commence durant les années 90, quelques temps après les événements d'Apocalypse. Les mutant-e-s et les X-Men sont enfin appréciés et aimés du monde entier. Malgré les attaques destructrices du dernier épisode, les individus qui constituent l'équipe de X-Men sont célèbres. La présidence des Etats-Unis a lien direct avec le Professeur Xavier et n'hésite pas à l'utiliser afin de demander de l'aide. Cet équilibre est, malgré tout, instable. Il suffit de peu pour que la guerre entre l'humanité et les mutant-e-s recommence, menant à un retour des combats de rue contre les autorités et entre les groupes de mutant-e-s. Ces conflits latents risquent d'être mis en plein jour lorsque Jean Grey absorbe une énergie alien, devenant la cible d'une ancienne civilisation.

    SPOILER

    Dark Phoenix est, probablement, le dernier film X-Men de la fox. On peut mentionner le prochain New Mutants mais personne ne sait si et quand il va sortir. Ce dernier film, qui termine une trilogie débutée avec First Class, n'est pas mauvais tout en n'étant pas une réussite. Qu'on le dise immédiatement, le film est meilleur qu'Apocalypse. L'intérêt plus important envers la psychologie des personnages plutôt qu'une menace de fin du monde joue probablement sur une intrigue qui devient plus intimiste, portée par la musique d'Hans Zimmer qui préfère les basses au spectaculaire. Mais il me semble que le film ne sait pas dans quelle direction se diriger. J'ai l'impression que l'intrigue a dû être réécrite afin de terminer une histoire au lieu d'en ouvrir une autre. En effet, des pistes existent pour de prochains films. Mais celles-ci sont inutiles vu que Disney a racheté les droits. Bref, le film semble être en équilibre entre l'ouverture de nouvelles intrigues et la nécessité de terminer l'histoire de ses personnages, parfois d'une manière un peu artificielle.

    En effet, un personnage particulier meurt dans ce film : Raven. Sa mort me semble difficile à accepter au vu de ses pouvoirs mais surtout elle ne sert qu'à lancer les intrigues de deux personnages : McCoy et Magneto. Sans la mort de Raven aucun de ces deux personnages n'auraient choisis la direction que le film leur donne. Encore une fois, une femme meurt pour que des hommes voient leurs intrigues se développer. Heureusement, ce qui manque à Raven est offert à Jean Grey. Outre son passé, on en apprend plus sur ses relations avec ses parents et Xavier. Jean, depuis son plus jeune âge, est considérée comme dangereuse. On lui a inculqué la nécessité de contrôler ses émotions afin d'éviter que ses pouvoirs ne se développent trop. Pire encore, Xavier lui ment régulièrement, même si ces mensonges sont créés par amour. Durant ce film, Jean commence à apprendre à accepter ses émotions, le manque de contrôle et donc la possibilité d'user de ses pouvoirs au plus fort de ses capacités.

    En revanche je dois avouer que ce film pose enfin la question de Xavier, et que j'ai fortement apprécié cela. Charles Xavier est un médium. Depuis le début des X-Men on le montre en train de manipuler les gens, de lire leurs pensées, d'empêcher des personnes de bouger pour fuir lors d'actions illégales et d'utiliser des enfants pour se battre dans une guerre. Jamais ces actions ne sont questionnées. Cependant, ce film questionne le fonctionnement de Xavier dès les premières minutes lors des magnifiques scènes de sauvetage d'Endeavour. Au lieu de laisser sa sœur, Raven, prendre les décisions il oblige l'équipe à prendre des risques et à mettre en danger tout le monde. Immédiatement, Raven l'accuse de plus apprécier la célébrité que la sécurité des mutant-e-s et elle se demande si elle ne devrait pas partir remarquant que la majorité des mutant-e-s pris en charge par Xavier dans les X-Men sont mort-e-s. Plus tard, la remise en cause des actes de Xavier est encore plus importante alors que la perte de contrôle de Jean menace. Il avoue avoir manipulé l'esprit de Jean afin de l'empêcher de se souvenirs de certains événements, oubliant la nécessité de comprendre et d'accepter colère et tristesse. Bien que cela soit tardif, Xavier accepte et reconnait ses erreurs. La fin du film permet de voir l'école être tenue, enfin, par une personne qui a réellement à cœur le bien-être des enfants.

    *

    **

    *** Un film moyen que j'ai tout de même bien apprécié. Je ne me suis pas ennuyé.

    ****

    *****

    Image : Site officiel

  • Avengers Endgame

    SPOILERS

    Les Avengers ont perdu. Depuis des années il a existé une menace dans l'univers. Celle-ci est restée dans l'ombre. Elle a patiemment mis en place des personnes et des batailles afin de réussir à accomplir une quête jusqu'ici jamais réussie : réunir les joyaux de l'infini et créer le gant de l'infini devenant une divinité. Les Avengers ont souvent été mêlé aux tentatives de cet être mais ce n'est que lors d'une attaque massive de ce dernier qu'illes ont compris la menace représentée. Malgré tous les plans et la puissance impliquée les Avengers ont perdu. Thanos a tué la moitié de la vie dans l'univers. Pourrait-il exister un espoir ou faut-il accepter ses pertes ?

    Je ne veux pas parler de l'histoire. Je préfère me concentrer sur quelques points qui m'ont sauté aux yeux. En premier lieu, je veux parler de Thor. Dans Infinity War Thor perd absolument tout. Il n'a plus de maison. Il n'a plus de famille et la majorité de son peuple a été assassiné face à Thanos. Pire encore, il échoue à vaincre Thanos et donc venger son peuple et éviter la destruction voulue par Thanos. Dans Endgame, Thor est montré comme gros. Il est fainéant, alcoolique et il est incapable de passer outre son chagrin. Il aurait été facile de montrer en quoi les événements vécus par Thor peuvent mettre à mal une personne, même si elle se considérer comme un héros. Malheureusement, ce n'est pas ce qui fut choisi. Au lieu de l'écrire d'une manière adéquate Thor n'est utilisé que pour permettre de faire des blagues sur les gros. Jamais sa peine et sa dépression ne sont discutées. Il n'est qu'une vaste blague et je déteste ce traitement.

    Un second point important de ce film concerne la relève. Certain-e-s acteurices sont présents depuis des années dans l'univers cinématographique marvel. Depuis quelques films, le MCU semble se diriger vers d'autres personnages plus diversifiés, bien que la réalisation échoue souvent à offrir ce qu'elle promet (Valkyrie et Carol Danvers SONT lesbiennes donc dites-le !). Ce passage de témoin ne peut passer que par la disparition de certains personnages. Si l'on apprécie la manière dont cela est mis en scène pour certains, on aime moins la manière dont est mise en scène la perte d'autres, comme le dit très bien ce blog. Ce passage de témoin est une demi-réussite et je ne peux pas me départir d'une certaine méfiance envers Marvel qui m'a souvent déçu sur ce point.

    *

    **

    ***

    **** Une seconde partie qui prend le temps de se lancer pour se terminer sur de magnifiques scènes.

    *****

    Image : Site officiel

  • Shazam

    1974, un enfant est envoyé dans un endroit étrange. Là, un vieil homme lui annonce qu'il est à la recherche d'un champion afin de protéger le monde des sept péchés. Mis à l'épreuve, cet enfant prouve son incapacité à résister aux tentations des péchés il est donc expulsé et juste après sa famille est impliquée dans un accident de la route. Des années plus tard, Billy Batson a fugué d'une des nombreuses familles qui l'ont accueilli. Malgré tout, il est accepté par une nouvelle famille dont les parents ont connu les placements et dont tous les enfants sont adoptés. Tentant de partir à nouveau il est envoyé chez le même sorcier qui décide de lui offrir son pouvoir et de le nommer champion. Bien qu'il possède à présent de grands pouvoirs Billy n'a que 14 ans. Il ne sait pas quoi faire de toute cette force ni qu'elle est son rôle réel. Il devra apprendre rapidement car les péchés ont choisi leur propre champion et celui-ci se prépare à le combattre.

    SPOILERS

    Au vu du fonctionnement du vilain du film et du héros, Shazam, il semble clair que la question principale concerne la famille. Le vilain provient d'une famille sans mère dans laquelle il n'a jamais été apprécié. Il est moqué pour son incapacité à devenir un homme et tous les malheurs connus lui sont reprochés. On apprend qu'il est même banni des réunions de l'entreprise familiale. Le héros, Billy, est l'enfant d'une fille-mère qui l'a perdu, on apprend plus tard qu'il a été abandonné, mais qui arrive dans un milieu familial aimant qu'il regarde avec suspicion au vu de son passé. Alors que le vilain rejette tous liens familiaux Billy, lui, apprend à accepter l'amour qui lui est offert et donc à partager son pouvoir afin de réussir à gagner : devenant un peu plus homme.

    Ce passage du statut d'orphelin à celui de membre d'une famille marque aussi le passage de l'irresponsabilité enfantine à la responsabilité adulte masculine. En effet, lorsque Billy se considère comme seul il utilise ses pouvoirs comme moyens d'amuser la population, de recevoir de l'argent et de tenter d'entrer dans des lieux normalement interdit (par exemple acheter de la bière ou entrer dans un club de striptease). Dès qu'il accepte sa famille il devient, même si cela est peu montré vu que l'on atteint la fin du film, bien plus responsable et commence enfin à aider les gens au lieu de réagir à ce que ses actes ont provoqué. On pourrait d'ailleurs critiquer la vision de la masculinité, en tout cas corporel, que le film met en avant. En effet, Billy partage son pouvoir avec ses frères et sœurs. Ses sœurs possèdent un corps féminin adulte normé. Mais cet aspect est bien plus fort avec les garçons de la famille. Sans pouvoirs, nous avons un jeune geek à lunette, un enfant gros qui essaie de se faire des muscles et un jeune enfant handicapé. Dès que Billy transfère ses pouvoirs tous ces attributs sont supprimés pour atteindre une norme corporelle masculine parfaite. Le jeune geek n'a plus besoin de lunettes. Celui-ci qui veut avoir des muscles est soudainement musclé et mince. Et Freddy, normalement handicapé, devient valide dans une scène qui permet de montrer sa canne tomber et le personnage être capable de voler. Je ne crois pas que ceci soit entièrement conscient, mais le film défend l'idée qu'un homme a des muscles, est mince et valide.

    *

    **

    *** Un film sympathique mais un peu long.

    ****

    *****

    Image : IMDB

    Site officiel

    dc,shazam

  • Captain Marvel

    Les années 90, sur une planète éloignée une femme, Vers, est entrainée afin de faire partie de l'élite de sa nation. Un groupe de personnes spécialisées dans le combat et l'exfiltration. Leur travail est dangereux et implique des responsabilités et des pouvoirs importants. Leur raison d'être est de vaincre face à une espèce capable de changer son apparence à volonté afin d'infiltrer des planètes pour les envahir après. Lors d'une mission Vers est kidnappée. Ses souvenirs sont analysés. Et elle se retrouve sur une planète éloignée dont les habitant-e-s n'ont aucune idée des guerres qui se déroulent dans la galaxie. Vers va devoir agir vite si elle compte sauver une planète entière face à une race dont le seul but de l'existence semble être la guerre.

    SPOILERS

    Ce film n'est pas parfait. Certaines scènes ne sont pas tout à fait réussies et le rythme est parfois un peu étrange. Ce dernier point est souhaité par la réalisation puisque Carol Danvers est sujette à des flash-back lorsqu'elle comprend une partie de son histoire. Ce film concerne moins une intrigue générale que l'histoire de Carol Danvers. On la découvre amnésique et, au fur et à mesure, elle récupère son histoire personnelle et donc son identité. D'une simple soldate elle devient une personne individuelle qui prend ses propres décisions. Ce processus passe aussi par son passage d'apprentie à celui d'héroïne. Dès le début, le film et les personnages, masculins, principaux lui déclarent qu'elle n'est pas assez forte, pas assez entrainée et qu'elle a besoin d'eux. Lors d'une scène précise, elle comprend que ce qu'elle pensait être des échecs n'étaient que des épisodes durant lesquels elle se relève afin de continuer à se battre. À partir de ce point, elle refuse d'essayer de prouver ses capacités pour simplement les utiliser.

    Le film s'intéresse aussi à la guerre. Dès le début, on apprend que Carol Danvers est une soldate impliquée dans une guerre entre deux espèces. L'une de ces espèces est qualifiée de terroriste tandis que l'autre est considérée comme bénéfique. Les Skrulls ayant la capacité de changer de forme peuvent s'infiltrer et agir dès que tout est prêt. Illes sont donc accusé-e-s de nombreux actes de terreurs et seuls les Krees, l'espèce alliée avec Carol Danvers, peuvent lutter afin d'éviter leur propagation. Pendant une bonne partie du film, cette présentation n'est pas modifiée. Cependant, on observe les Krees bombarder des civils pendant que des équipes au sol n'hésitent pas à tuer toutes personnes potentiellement Skrulls. Plus tard, on comprend que cette présentation de la guerre était un mensonge. Les Krees ont détruit la planète des Skrulls et celleux-ci ont dû se cacher avant d'essayer de trouver une nouvelle planète. La lutte entre les deux espèces implique des tactiques de guerre qui peuvent être présentées comme terroristes mais dépendent aussi de l'asymétrie de la situation. Les Krees deviennent une espèce impérialiste qui ne recule devant rien pour imposer ses idées, malgré les coûts en vie.

    *
    **
    ***
    **** Si vous cherchez un divertissement, ce film réussit parfaitement à jouer son rôle. Il permet aussi d'introduire Carol Danvers que nous allons revoir dans un prochain film
    *****

    Image : Site officiel

    ow_teaser_1-sht_v2_lg_750x_0.jpg

  • Mary Queen of Scotts / Marie Stuart Reine d'Écosse

    XVIème siècle, Mary Stuart, veuve du roi de France, retourne dans sa partie ancestrale. Son demi-frère a régné en son nom depuis le départ de Mary pour la France. L’Écosse, bien qu'indépendante de l'Angleterre, a suivi l'entrée de sa sœur dans la religion protestante. Mary Stuart, elle, est catholique. Son arrivée pose donc de nombreux problèmes. Des problèmes qui s'étendent lorsqu'il devient clair qu'elle souhaite garder sa couronne. Certains conseillers sont forcés de partir bien qu'elle tente de créer une tolérance religieuse pour son peuple. De plus, elle souhaite être reconnue comme l'héritière d'Elizabeth pour le trône d'Angleterre. Une reconnaissance qui créerait des problèmes importants pour un royaume qui refuse un retour au catholicisme. Les deux reines tentent de se parler alors que leurs conseillers intriguent au sein de leurs cours respectives.

    SPOILERS

    La bande annonce m'avait fait penser à un film qui montrait une relation conflictuelle entre deux reines. Mais ce conflit n'est que peu présent. Les deux reines ne se voient, dans le film, qu'une unique fois et s'écrivent bien plus. Ces lettres montrent, selon le film, un souhait de créer une relation de respect et d'amitié mutuel entre deux personnes à la fois proches et différentes. En effet, là ou Elizabeth est montrée comme prudente, elle refuse de se marier par peur des intrigues, et âgée (bien que pas trop...) Mary est dépeinte comme jeune, belle, maternelle et courageuse. Alors qu'Elizabeth refuse d'entendre parler des intrigues contre Mary, cette dernière n'hésite pas à user d'armes et à prendre la tête d'une armée en armure. Là ou Elizabeth semble subir son conseil, Mary manipule tout le monde. Moins qu'une confrontation le film montre deux personnes différentes qui se retrouvent dans des situations équivalentes : être des reines qui gouvernent à des hommes qui usent d'intrigues.

    Justement, cette confrontation qui n'existe que peu est effacée par les actions masculines. Elizabeth annonce, dans le film, qu'elle est forcée à devenir un homme car se marier impliquerait le risque de perdre son pouvoir face à un homme qui souhaiterait devenir un roi. Mary se trouve dans ce problème. Son mariage est un moyen pour elle de sécuriser son statut. Mais rapidement les hommes de sa cour, et son mari, intriguent afin d'abaisser son pouvoir et de donner la couronne à un homme. Malgré toutes ses réussites, elle est forcée à se soumettre à plusieurs groupes d'hommes qui souhaitent le pouvoir. Bien entendu, ces tentatives se basent sur la prétendue immoralité de la reine Mary, accusée de tromper son mari et de se marier après avoir assassiné son premier mari. Ces attaques sur sa prétendue immoralité permettent de justifier sa déposition. Ainsi, le film permet d'illustrer la difficulté pour une femme, reine, de garder son pouvoir face à des hommes qui la considèrent comme naturellement inférieure.

    *
    **
    ***
    **** malgré des raccourcis, des sauts temporels et probablement beaucoup d’erreurs historique j'ai beaucoup apprécié ce film
    *****

    Image : IMDB

    mary queen of scotts,marie stuart reine d'Écosse

  • The Lego Movie 2. The second part

    Le monde des Legos ne s'en ai jamais remis. Il y a 5 ans, après avoir vaincu Lord Business, des aliens se sont rendus dans Lego City et l'ont détruite. Dès qu'une reconstruction était tentée, les aliens de planète Duplo revenaient et détruisaient à nouveau. Les personnes qui ont tenté de sauver leur univers ont disparus. 5 ans plus tard, le monde a changé. Les habitant-e-s de Lego City vivent au sein d'un désert avec les ruines qui ont pu être sauvées. Le monde est brutal, sans espoir ni faiblesses. Seul Batman est capable de protéger leur monde. Mais Emmet, lui, reste positif et essaie de créer un peu de beauté au sein de son monde. Du moins, jusqu'à ce que les aliens reviennent.

    SPOILERS

    Ce second film reprend immédiatement à la fin du premier. Il fonctionne exactement sur le même type d'humour. Au travers de legos, de nombreuses références sont mises en place envers la pop culture (avec l'arrivée de Bruce Willis). Ces références fonctionnement très bien, malgré quelques moments moins réussis. Bien entendu, le film prend en compte l'âge des protagonistes humains puisque le nouveau monde Lego est créé sur une base dystopique qu'un enfant de 10 ans ne va pas connaitre. Les aliens elleux, sont basé-e-s sur les gammes lego friends et les Duplos.

    Le film fonctionne aussi sur une double intrigue. La première, celle qui concerne les legos, implique l'union entre deux mondes différents qui ne se comprennent pas. Cette union se forme au sein d'un mariage que certains personnages essaient d'arrêter. La seconde intrigue se base sur celle-ci pour parler de la vie de famille. L'une des parties est contrôlées par un jeune adolescent. Le second univers par une jeune fille. Les deux ne jouent pas avec les mêmes gammes de legos mais la jeune fille souhaite toutes les relier afin de jouer avec son grand frère. C'est le refus de ce dernier, qui pense avoir des histoires plus intéressantes, qui crée l'intrigue du film. Ainsi, là où le premier défendait l'imagination le second défend l'union des différences.

    *
    **
    ***
    **** Une suite réussie, tout aussi drôle que le premier film
    *****

    Image : IMDB

    Site officiel

    the lego movie

  • Ralph breaks the internet / Ralph 2.0

    En 2012 un film revenait sur l'époque des salles d'arcades à l'aide de Ralph. Ce dernier est un vilain d'un jeu mais souhaite devenir, un jour, un héros. Sa quête implique de casser son jeu est de se perdre dans la salle d'arcade. 6 ans après, cette même salle fonctionne toujours aussi bien. Sugar Rush est l'un des jeux les plus populaires, en particulier Vanellope. Cette dernière s'ennuie sans son jeu qu'elle trouve trop prévisible. Une tentative de Ralph de l'aider mène à casser le jeu. Pour le réparer, il est nécessaire de se rendre sur l'internet afin de découvrir une pièce détachée spécifique. Mais le monde de l'internet est plus dangereux que prévu.

    SPOILERS

    Ce film est destiné à des enfants et leurs parents. Logiquement, il essaie de parler aux deux publics et offre plusieurs niveaux de lectures. Internet y est expliqué aux enfants, parfois d'une manière peu subtile. Bien que l'internet soit montré comme une ville impressionnante le film n'oublie pas de mettre en scène les aspects moins reluisants, comme les pop-ups ou les spams mais aussi les commentaires haineux et les virus. En ce qui concerne les parents, le film est rempli de références à la culture populaire mais aussi à des sites bien connus.

    Mais le film m'a aussi surpris par l'un des messages mis en avant : la relation toxique créée par Ralph avec Vanellope. Bien que je me sois attendu à des scènes, très drôles, avec les princesses Disney je ne pensais pas que cela irait beaucoup plus loin. Je m'étais trompé. Vanellope est montrée comme une femme qui rêve de changements. Ralph y est montré comme un homme qui fait tout pour empêcher son amie d'atteindre son rêve, allant jusqu'à le détruire. Il est dominateur, il essaie de l'empêcher de se faire de nouvelles amitiés et il refuse d'être considéré comme responsable des problèmes de Vanellope. Au lieu de montrer Vanellope essayant de rester amie, voire plus, le film lui permet de détruire son amitié avec Ralph tant que ce dernier n'est pas excusé et ne fait pas un effort de changement. Ce n'est qu'après, que les deux personnages peuvent commencer à reconstituer leur amitié. Sans user du mot, il est clair que Ralph y est toxique et que seule la compréhension de ses actes peut lui permettre de réparer sa relation avec Vanellope.

    *
    **
    *** Un film plutôt sympathique (je veux les t-shirts des princesses)
    ****
    *****

    Image : IMDB

    Site officiel

    ralph 2.0,ralph breaks the internet

  • Alita: battle angel

    La Terre, un lieu non-identifié, 500 ans après notre ère. L'humanité avait réussi. Nous avions atteint Mars et la Lune grâce à une technologie qui permet de relier cerveau humain et corps robotique. Les sources d'énergies étaient sans fins permettant de faire voler les villes. Mais une guerre a eu lieu. Plus personne ne connait les raisons de celle-ci mais en peu de temps toutes les villes volantes sont tombées. Il n'en reste qu’une : Zalem. En dessous, autours de la décharge créée par les déchets tombés de Zalem, est formée Iron City. Les cyborgs y sont nombreux et aucune police ne défend la population sauf une élite de chasseurs de primes. Le Docteur Dyson Ido y travaille et un jour il découvre la tête d'Alita, tombée de Zalem. Il lui rend un corps mais elle ne sait rien de son passé. Malgré sa naïveté et son amour pour les gens elle comprend rapidement qu'elle a un talent : le combat.

    SPOILERS

    J'étais très sceptique face à ce film. Je ne connaissais pas l'univers d'origine et je ne savais pas de quelle manière il pourrait être adapté. En tout cas, les images sont belles. Zalem est lointaine sans être écrasante alors qu'Iron City semble être construite par des déchets. Le symbole est transparent : une élite supérieure et des inférieurs qui peuvent espère, un jour, monter dans l'échelle sociale, bien que, comme le dit l'un des personnages, il pourrait être mieux d'être un roi des pauvres qu'un esclave des riches. Malheureusement, ces belles images sont détruites par un film très brouillon. La réalisation veut trop en dire en trop peu de temps et on a à peine le temps de comprendre un aspect de cet univers qu'on nous lance sur l'une des intrigues pour ensuite réexpliquer l'univers. Pour finir, on ne comprend rien : on suit l'intrigue sur la découverte du passé d'Alita, l'intrigue "policière", l'intrigue amoureuse, l'intrigue générale qui pourrait implique un second film, l'intrigue sportive et on nous montre le fonctionnement de ce monde. Il y a trop pour trop peu de temps. Ce qui implique une simplification importante des personnages et des liens entre les intrigues créant le second problème.

    Celui-ci est très simple : les personnages sont peu intelligents et réagissent sans raisons. Dyson Ido dit en savoir peu, mais il en sait beaucoup, mais il en sait peu... En revanche il refuse d'aider Alita mais finalement il accepte de l'aider parce que... je ne sais pas mais il y a une question de paternité alors qu'il n'est pas le père d'Alita mais qu'il lui a donné le nom et le corps de sa fille (un peu morbide...). Son ex-femme, Chiren, est prête à tout pour aller à Zalem mais finalement elle change d'idée en 2 secondes et aide Alita. Alita elle-même est construite comme très naïve mais on peut le comprendre vu qu'elle n'a pas de souvenirs. Hugo, cependant, est le personnage le plus insupportable du film et son histoire d'amour avec Alita m'exaspère. Les événements eux-mêmes se déroulent rapidement, sans liens logiques, simplement parce qu'il faut créer un film avec un peu d'action, certes bien mis en scène, mais peu intéressant. Tout cela se termine sur une scène frustrante au possible qui annonce une suite qui pourrait ne jamais avoir lieu.

    *
    ** Je déconseille fortement
    ***
    ****
    *****

    Image : Site officiel

    __5bb53e4927897.jpg

  • Happy Death Day 2u / Happy birthdead 2 you

    CW: Suicides

    Il y a quelques années, un film sans prétentions mais sympathique à regarder était sorti. On suivait une jeune étudiante, Tree, au comportement horrible, membre d'une fraternité, qui se faisait tuer le jour de son anniversaire pour se réveiller le même matin et recommencer toute la journée. Après bien des péripéties et un grand nombre de morts elle réussit à devenir un peu meilleure, elle se réconcilie avec son père et avec la mort de sa mère et elle trouve enfin la personne qui tente de la tuer depuis le début de ses aventures. Tree pense être enfin sauvée de cette boucle infernale et de ses morts à répétition. Mais la boucle va recommencer et cette fois le tueur n'est plus la même personne. En revanche, elle risque enfin de comprendre pourquoi cette boucle a eu lieu et comment l'arrêter définitivement.

    SPOILERS

    Le premier film était sympa, sans être particulièrement bon. Le but était d'offrir un moment pour s'amuser et ça fonctionnait. Le second film reprend exactement les mêmes idées. Il y a une boucle, un tueur avec un masque qui en cache un second et de nombreuses morts. La construction du film est rigoureusement identique : ce qui doit être la dernière scène est annulée afin de sauver tout le monde. Même les motivations de l'héroïne sont identiques : reprendre le contrôle de sa vie et accepter la mort de sa mère. L'unique changement notable est l'explication du phénomène, dû à une expérience scientifique.

    Le film n'offre donc aucune surprise, même si le tueur a changé. Cependant, il semble que certaines idées ont été abandonnées en cours de route. Alors que la victime de la boucle n'était pas Tree et que l'identité du tueur permettait de penser à quelque chose de différent le scénario repart rapidement sur Tree et sa boucle sans jamais l'expliquer. Pourquoi ne pas avoir accepté ces changements plus importants ? Je n'en ai aucune idée. De plus, le film se rapproche des comédies d'adolescents et d'universités en ajoutant des scènes ridicules avec un doyen qui semble ne pas connaitre son travail et le retour d'une amie de Tree qui devient encore plus problématique qu'elle ne l'était déjà.

    *
    **
    *** Un film qui n'offre rien de nouveau. Il n'est ni réussit ni raté il se contente de copier le premier
    ****
    *****

    Image : Site officiel

    image1.jpg

  • How to train your dragon : The hidden world / Dragons 3 : Le monde caché

    Berk est plus prospère que jamais. Hiccup est le chef incontesté du village et, avec ses ami-e-s, il a fait de Berk un havre de paix entre dragons et humain-e-s. Plus encore, il lutte contre les personnes qui chassent et tuent les dragons, offrant un lieu de vie à ces derniers. Mais Berk n'est plus un petit village méconnu. Il est devenu le centre des dragonniers et le nombre importants de dragons qui s'y trouvent en font une cible. Alors que Hiccup réussit toutes ses attaques, les trappeurs décident de demander l'aide d'une légende : l'homme qui a tué tous les nightfury. Après avoir bien réfléchi, il semble qu'il n'existe qu'une solution : se cacher définitivement avec tous les dragons.

    SPOILERS

    Ce qui rend la saga Dragon si intéressante sont ses relations. Le premier film montrait la nécessité de ne pas suivre les pas de ses parents. Le second expliquait que les enfants peuvent être semblables à leurs parents. Ce dernier film marque le passage à la vie adulte et aux responsabilités. Bien que Hiccup soit chef depuis le second film, ce troisième film permet de montrer ce que sont les responsabilités qu'une personne choisie comme cheffe doit accepter. Ces responsabilités impliquent de créer une forme de stabilité mais aussi de prendre en compte les souhaits des personnes mises sous sa protection. Non seulement Hiccup doit accepter que son paradis des dragons ne soit pas forcément souhaité par tout le monde. Mais il doit aussi permettre aux dragons de posséder leur propre destin.

    Malheureusement, ce discours sur les responsabilités passe par un discours très classique sur le mariage, l'amour et les enfants (que je ne suis pas le seul à avoir remarqué si j'en crois les discussions autour de ce film sur les réseaux sociaux). Celui-ci est double, tout comme Hiccup et Toothless sont deux chefs les deux doivent accepter l'amour et la nécessité d'élever une nouvelle génération. Hiccup est poussé par les hommes de son village d'accepter un mariage avec Astrid afin de devenir un véritable chef. Astrid, elle, est poussée par la mère d'Hiccup à accepter un rôle de confidente et de conseillère capable d'aider Hiccup à être un meilleur chef. Jamais personne ne prend en compte leurs souhaits. Une scène seulement marque leur impression de ne pas être prêt à un mariage. Toothless, lui, découvre l'existence d'une femelle de son espèce. Il est poussé par Hiccup à la charmer. Cette intrigue est explicitée par les personnages qui expliquent que les nightfurys sont monogames, la relation entre les deux dragons est donc proche d'un mariage. Faire des enfants et se marier sont donc montrés comme des nécessités qui permettent d'entrer dans l'âge adulte, un discours classique qui oublie les autres possibilités.

    *
    **
    ***
    **** Un dernier film, réussit, d'une saga que j'aime toujours revoir
    *****

    Image : Site officiel

    image8.jpg

  • Colette

    Je me dois de l'avouer, je ne connaissais pas cette autrice ni son histoire avant d'aller voir le dernier film qui met en scène sa vie. Le film débute lors de sa jeunesse en campagne et se termine lors de sa séparation. Colette est une jeune femme qui connait bien la vie campagnarde. Elle n'a malheureusement pas beaucoup de possibilités pour le futur vu la pauvreté de ses parents. Mais un auteur connu de Paris semble tomber amoureux d'elle. Cette personne est connue sous le nom de Willy. Il est l'un des personnages les plus en vues de la ville et il aime ce statut mondain, ainsi que les liens que cela implique. Mais il est aussi quelqu'un de plus pauvre qu'il ne l'avoue, ne réussissant pas à payer les auteurs dont il publie les œuvres, sous son nom. Lors d'une période particulièrement difficile, il enjoint Colette à écrire ses souvenirs d'enfance sous une forme romancée. Avec surprise, le couple se rend compte que ces œuvres sont une grande réussite demandée partout.

    SPOILERS

    Willy est d'abord montré de manière positive. Il est un auteur connu et célébré avec une certaine richesse selon ce que l'on nous montre. Sa relation avec Colette est formée d'une grande complicité et leur amour est difficile à nier. Cependant, petit à petit, ce portrait est brisé pour montrer ce qu'il est réellement. On apprend qu'il implique sa femme dans l'écriture de ses lettres et des travailleurs pour écrire ses romans. Son but est de recevoir assez d'argent pour financer son train de vie. Jamais il n'accepte une remise en cause du fonctionnement de son ménage, laissant Colette dans l'ignorance subissant les problèmes sans pouvoir s'y préparer ni avoir son mot à dire. Pire encore, le film le montre comme une personne paternaliste qui n'hésite pas à enfermer Colette pour la forcer à écrire, sans prendre en compte ses besoins et désirs personnels. Alors qu'il accepte que Colette ait des relations avec des femmes ou des personnes qu'il identifie comme féminine, il refuse toutes relations avec un homme. Lui, en revanche, n'hésite pas à la tromper en refusant de suivre les règles qu'il impose à Colette. Willy est donc un homme toxique qui ment, manipule et vole allégrement les personnes qui se trouvent dans sa vie.

    L'intrigue concernant Colette est très différente. Le film débute sur la présentation de cette jeune femme. Son but est le mariage et même si elle se méfie de Paris elle apprécie de vivre avec Willy en tant que couple officiel. Colette est une provinciale qui ne comprend ni la mode ni les relations mondaines que son mari aime tant. Au début du film, elle accepte toutes les demandes de ce dernier jusqu'à ce qu'elle le trouve avec une prostituée. À partir de ce point, les choses changent de plus en plus. Premièrement, son couple s'ouvre un peu et elle commence à avoir une relation extra-conjugale avec une autre femme. Petit à petit, ces relations lui permettent de s'ouvrir à un monde différent de la ville de Paris. Elle se lie à des femmes mais aussi des personnes que l'on pourrait qualifier de transgenre, je pense en particulier à Mathilde de Morny, marquise, qui, si j'ai bien entendu, est genré au masculin par Colette. Ainsi, on nous présente la libération sexuelle de Colette qui passe de femme mariée à un homme à femme bisexuelle ayant des relations extra-conjugales qui lui donnent bien plus de moments heureux que sa vie avec Willy. En parallèle, elle commence à se détacher de Willy. Elle le comprend de plus en plus comme une personne qui l'utilise pour son propre bien et non comme quelqu'un qui lui donne l'occasion de devenir meilleure. Malgré ses chantages et son paternalisme, elle réussit à le quitter et à devenir son propre nom. Son émancipation est donc aussi sociale puisqu'elle n'a plus besoin d'un homme pour être connue et reconnue en tant qu'artiste.

    *
    **
    ***
    **** Un film très calme mais qui, derrière un aspect très académique, défend une émancipation radicale de son personnage principal.
    *****

    Image : IMDB

    Site officiel

    colette

  • Aquaman

    Arthur Curry a combattu aux côtés d'autres héros et héroïnes pour sauver la terre. Mais il est encore peu connu. Lorsqu'il ne sauve pas des navires de pirates ou de tempêtes, il boit de la bière avec son père dans le bar local. Arthur Curry a toujours été étrange mais il a aussi toujours vécu plus ou moins seul, refusant de se rendre en Atlantide depuis qu'on lui a expliqué que sa mère a été sacrifiée pour l'avoir conçu avec un humain. Son frère s'occupe du royaume. Ce dernier est fatigué des atteintes humaines contre les royaumes marins. Il décide de parlementer avec d'autres rois et reines afin de devenir le dirigeant d'une force armée commune chargée de combattre les humains de la surface. Mais ni Mera ni Vulko, sa future femme et son conseiller, ne sont en accord avec cette politique. Illes décident de se rendre à la surface afin de trouver Arthur et de l'envoyer en quête du trident du premier roi de l'Atlantide. Sa possession en ferait le roi à la place de son frère et permettrait de rester en paix.

    SPOILERS

    Les adaptations DC ont une mauvaise réputation depuis quelques années, à raison. Bien que tout ne soit pas aussi catastrophique que l'horrible Suicide Squad, aucun film n'a réussi à convaincre largement. Sauf si l'on prend en compte les avis négatifs. Ce nouveau film doit prouver qu'il est possible d'adapter un personnage peu connu et foncièrement ridicule. De plus, la réalisation doit être capable de filmer sou l'eau de manière convaincante.

    De ce point de vue, il faut avouer que les effets spéciaux me semblent réussis. La réalisation semble avoir lissé les visages et modifié les voix pour donner une impression différente de la vie en pleine air. Outre cela, les paysages marins sont magnifiques et on rêve devant des décors qui semblent aliens et proches de nous à la fois. Les ruines antiques sont mises au même niveau que les bâtiments de science-fiction, donnant l'impression d'une société qui s'est reconstruite sur le passé. Bien que la musique soit intéressante et tente d'accompagner notre impression d'étrangeté, elle n'est pas toujours bien choisie. Parfois, je suis sorti du film à cause d'une bande son inadaptée.

    Si la forme semble réussie, ce qui est un minimum pour un blockbuster, on peut se demander si le scénario est convaincant. Celui-ci est à la fois simpliste et très dense. Simpliste car l'on se trouve face à un roi en exil qui doit prouver sa valeur face à une société traditionaliste. Cette preuve passe par un artefact capable de prouver la royauté d'un individu, dont on ne peut s'emparer qu'après une dangereuse quête. Cette quête est transparente et la réalisation nous bombarde de son message : les personnes humbles qui veulent le pouvoir par nécessité plutôt que par droit font de meilleures dirigeantes. Avec cela, la réalisation crée toute une mythologie qui complexifie le fonctionnement de l'Atlantide. On découvre de nombreux royaumes et leurs propres histoires, sans toujours en savoir beaucoup sur leurs fonctionnements parfois caricatural (les philosophes, les brutes, etc.…). Je ne suis probablement pas le seul à y voir l'influence de Geoff Johns.

    Le film nous offre aussi deux personnages féminins : Atlana et Mera. Les deux sont membres de la royauté et capables de se battre, tout en ayant une connaissance importante de l'histoire et de la politique atlante. Les deux sont aussi destinées à accepter des mariages arrangés. Atlana disparait rapidement, après avoir combattu des soldats, mais elle revient vers la fin du film. Mera est décrite comme une combattante féroce capable de se défendre contre des soldats spécialement entrainés grâce à sa maitrise des arts martiaux et à son intelligence. Elle est un ajout d'intelligence à côté d'un Aquaman peu subtil. Bien que cela doit être confirmé, je ne suis pas certain de mes souvenirs, je crois que jamais Aquaman ne sauve Mera. Soit elle se débrouille seule soit elle est sauvée par une autre femme, quand elle n'est pas la personne qui sauve Aquaman.

    *
    **
    *** Très loin de la catastrophe que je craignais. Mais tout aussi loin d'être un bon film.
    ****
    *****

    Image : Site officiel

    03.jpg

  • On the basis of sex

    Ruth Bader Ginsburg est l'une des premières, et rares, femmes à entrer dans la faculté de droit d'Harvard, en 1956. Elle se trouve presque seule face à 500 hommes, le corps professoral et un doyen dont la première question concerne la raison pour laquelle ces femmes décident de prendre la place d'un homme. Elle mène ses études, soigne son maris, l'aide dans ses propres études et élève sa fille. Malgré ces nombreux devoirs, elle réussit à devenir la meilleure des étudiantes en droit d'Harvard. Mais alors qu'elle pense pouvoir suivre son rêve de devenir une avocate, toutes les portes se ferment devant elle. Elle devient une professeure en droit à New York mais elle garde son rêve d'être une avocate. Quand soudain elle découvre un cas qui pourrait lui permettre de mettre à bas toutes les lois qui créent une différence entre les hommes et les femmes.

    SPOILERS

    Je ne connais pas la véritable Ruth Bader Ginsburg. Je ne pourrais donc pas juger de ses réussites professionnelles et personnelles. Cependant, le film veut nous montrer une femme parfaite secondée par une famille parfaite, ayant ses propres problèmes. Ainsi, Ruth Bader Ginsburg est montrée comme une étudiante talentueuse capable de suivre deux années de cours en même temps. Elle s'occupe du ménage, bien que sa cuisine ne semble pas parfaite. Elle s'occupe aussi de son mari lorsque son cancer est diagnostiqué. Ce dernier est montré comme un brillant avocat en droit fiscal, un père aimant et attentif mais aussi un homme qui accepte sa part du ménage, en particulier la cuisine. Enfin, il y a leur fille. Celle-ci est décrite comme militante, intelligente et coincée entre son amour pour sa mère et sa frustration. Leur fils n'est que peu décrit, étant un peu jeune lors des faits du film. Si cette famille est décrite ainsi je pense que ce n'est pas un accident. Ruth Bader Ginsburg est montrée se heurtant au système patriarcal qui l'empêche de devenir une avocate. Si une femme aussi parfaite qu'elle ne peut pas y arriver, alors qu'elle a tous les mérites, qui le peut ? Bien entendu, on peut se demander si une personne ordinaire n'aurait pas les mêmes droits ? Pourquoi faut-il que Ruth Bader Ginsburg soit parfaite ?

    Le film s'intéresse aussi, forcément, à l'importance du système légal. Après tout, une grande majorité des personnages sont des avocat-e-s, parfois célèbres. Mais le film pose aussi la question du lien entre la société et la loi. En effet, la période durant laquelle ont lieu les événements et un moment de remises en cause du fonctionnement de la société. Féminisme et antiracisme mais aussi luttes politiques contre la guerre ont lieu sur les campus et dans les lieux publics. Le militantisme est aussi bien public que privé. La société est donc en train de changer. Mais est-il possible de modifier le fonctionnement de la société lorsque les lois protègent un ordre qualifié de traditionnel ? Ou vaut-il mieux changer les lois avant de changer la société ? Ce qui permettrait de valider et défendre ces changements. Selon ce film, il existe une relation difficile entre le système légal et la société. Loin de se diriger l'une l'autre elles s'accompagnent plus qu'elles ne se confrontent. Ainsi, selon Ruth Bader Ginsburg, paraphrasant l'un de ses anciens professeurs, la justice doit interpréter la loi à la lumière du fonctionnement du monde contemporain.

    *
    **
    *** Un film biographique intéressant qui défend avec brio une avocate talentueuse, Ruth Bader Ginsburg, mais il manque un petit quelque chose.
    ****
    *****

    Image : Site officiel

    1537404873_focus-features_on-the-basis-of-sex_unit_armie-hammer_felicity-jones_arrive.jpg

  • Spider-Man: Into the Spider-Verse

    Depuis plusieurs années, Spider-Man est l'unique héros de New-York. Il aide toutes les personnes qu'il peut et il est l'une des personnes les plus populaires de la ville, ce qui implique aussi de nombreux ennemis. Récemment, une suite de tremblement de terre a secoué la ville. En enquêtant, Spider-Man tombe sur Miles Morales. Il comprend vite que Miles est comme lui, il possède les mêmes pouvoirs. Mais Miles Morales est encore très jeune et il ne sait ni comment se contrôler ni que faire de pouvoirs qu'il vient tout juste de découvrir. Heureusement, Spider-Man lui propose de l'aider. Et rapidement, les deux hommes comprennent qu'ils sont loin d'être les seules personnes aux pouvoirs identiques.

    SPOILERS

    Ce film d'animation est une véritable réussite. Il n'était pourtant pas facile de redonner l'envie de découvrir un Spider-Man après les films de Sam Raimi, les catastrophes que furent The amazing Spider-Man et la réussite de l'entrée de Peter Parker dans le MCU. Mais ce film réussit à réunir tous les ingrédients d'un bon Spider-Man. Les personnages sont attachants, drôles et touchants tout en donnant une diversité nécessaire. Ainsi, je salue l'idée de créer un film basé sur le point de vue de Miles Morales avec Gwen comme second rôle important. Peter Parker, ici, n'est qu'un mentor ce qui le rend important mais qui ne fait pas de lui le personnage principal du film, sauf par son impact sur la ville. L'intrigue est servie par une animation magnifique qui permet à la fois de créer une vie de tous les jours réussie et des séquences de combats superbes. Et, bien entendu, la bande originale est magnifiquement choisie.

    De plus, la réalisation a parfaitement compris que les ingrédients d'un bon Spider-Man doivent permettre au film d'être à la fois drôle et sérieux. Nous ne sommes pas dans le dark and gritty de DC. Ce film est lumineux. Les personnages savent plaisanter et montrent leur bonheur d'être des héros et héroïnes mais aussi de tout simplement être vivants, avoir des ami-e-s et être capable d'aider les gens. Mais il ne faut pas oublier que Spider-Man est aussi défini selon ses pertes. Tous les personnages ont en connu et Miles Morales et le dernier à comprendre cela. La réalisation utilise cet aspect mais crée aussi un soutien de la part des autres Spiders qui n'amoindrissent pas les pertes ressenties mais montrent qu'il est possible de les surmonter, même si cela implique de garder des cicatrices ou des problèmes. L'intrigue elle-même se base sur la perte ressentie par l'antagoniste principale. Celui-ci accuse Spider-Man d'être la raison derrière la fuite de sa femme et de son fils, et leur mort dans un accident. Au lieu d'accepter sa perte et sa responsabilité, comme les Spiders le font, il essaie de les retrouver même si cela implique de combattre la ville entière et de la mettre en danger. Ce film est donc une parfaite réussite qui se suffit à lui-même tout en ouvrant la possibilité d'une suite.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** Une véritable pépite. J'ai passé un très bon moment !

    Image : Site officiel

    img8.png

  • Mortal Engines

    1000 se sont passés depuis ce qui est nommé la guerre de 60 minutes. En une heure, le monde a changé. Des bombes ont détruit non seulement les grandes villes mais aussi la technologie et l'écorce terrestre. Au début, les petites communautés se sont repliées en elles-mêmes afin de récolter et de défendre les ressources nécessaires à la survie. Mais, petit à petit, une nouvelle forme d'habitat fut créée. Des villes devinrent mobiles et s'attaquèrent aux autres communautés qu'elles absorbent pour être capable de survivre et de continuer la chasse. Mais un homme souhaite changer ce système.

    SPOILERS

    Le film commence parfaitement bien. On est pris dans l'urgence d'une petite communauté minière qui tente de fuir face à l'arrivée de la ville de Londres. Alors que les londonien-ne-s applaudissent la chasse, le film met en scène une poursuite que j'imagine basée sur les combats navals. Ce début est magnifique et augurait du bon. J'adorais l'idée de la poursuite, d'une forme de piratage entre villes. D'une manière générale, ce film est beau. L'image, les décors et les costumes sont magnifiques et l'on sent une histoire derrière chaque décor. Le mur est aussi particulièrement bien réussi et tente de nous faire probablement penser à la Grande Muraille. Malheureusement, le film perd rapidement de son intérêt pour deux raisons.

    Premièrement, le world building est insuffisant. On ne comprend ni les motivations des personnages ni leur place dans cet univers. On comprend qu'il existe des factions mais on ne connait ni leurs idéologies ni leurs chef-fe-s. Bien qu'il ne soit pas forcément utile de refaire toute l'histoire, il aurait fallu au moins expliciter les enjeux. Ainsi, on ne sait pas pourquoi deux personnages travaillent ensemble au sein de Londres, pour ne plus vraiment apparaitre. On ne sait pas pourquoi il y a un mur ni pour quelle raison Londres devrait l'attaquer. Tout se passe comme si la réalisation nous demande simplement de suivre les événements en donnant la promesse qu'il existe une raison derrière les décisions des personnages, mais sans jamais nous l'expliciter.

    Ensuite, les personnages ne sont pas intéressants (c'est à peine si je me souviens des noms). Hester Shaw aurait pu être sympathique. Mais elle devient simplement une survivante un peu bourrue qui tombe amoureux d'un homme après l'avoir connu à peine trois secondes. Celui-ci aurait pu être intéressant, mais il est simplement quelqu'un d'incapable de survivre sans aides et on se demande fréquemment pour quelle raison il est accepté. Il y en a d'autres qui ont le potentiel de devenir cultures, mais qui ne sont pas assez construits. Même le grand antagoniste n'est qu'un simple homme avide de pouvoir. De plus, il y a le problème de Shrike. Il apparait sans explication, et prend du temps d'écran via des flash-back sans ajouter une once d'information utile à l'intrigue. D'ailleurs, il disparait aussi soudainement qu'il est apparu. Ce film aurait pu être bon, si la réalisation avait décidé de s'intéresser à plus que la photographie.

    *

    ** Une grande déception

    ***

    ****

    *****

    Image : Site officiel

    2488_TP2_00126R.jpg

  • Astérix: Le secret de la potion magique

    Tout se passe bien dans le petit village qui abrite les irréductibles gaulois. La journée commence par un bon rythme connu de tout le monde. Rien ne pourrait mettre à mal la bonne humeur d'un village qui sait ne pas être menacé par les romains. Mais c'est sans compter Panoramix qui, après un faux mouvement, tombe d'un arbre et se casse une jambe. Après réflexion, il en conclut qu'il est temps pour lui de découvrir un successeur à qui donner la recette de la potion magique. Mais personne ne sait qui pourrait bien être assez talentueux pour être accepté par Panoramix. Pour trouver cette perle rare, il est nécessaire de voyager dans toute la Gaule alors que Jules César commence à se douter qu'il se passe quelque chose qui pourrait devenir une rare opportunité de finalement conquérir toute la Gaule.

    SPOILERS

    Bien que, comme tout le monde, je connaisse un minimum Astérix je ne suis pas non plus particulièrement impliqué dans cet univers. Un grand nombre d'adaptation m'ont laissé sceptique sauf une. Mais lorsque Astier se lance dans l'exercice on peut se dire qu'il pourrait réussir quelque chose. Une bonne idée de sa part est de partir sur une histoire originale en créant un nouveau personnage : Pectine. Pectine est une jeune fille intelligente qui aime inventer et qui écoute attentivement les conseils de Panoramix. L'audience sait immédiatement qu'elle est destinée à remplacer Panoramix puisqu'elle possède toutes les qualités requises. Je suis donc surpris que le film ne se termine pas sur cette idée après avoir largement parlé de l'importance de la transmission. En effet, le film se pose la question de la manière dont les connaissances peuvent être défendues et transmises à de nouvelles générations. Pour cela, il faut à la fois être capable de respecter certaines règles et pouvoir trouver de nouvelles idées pas toujours utiles.

    Je me pose aussi beaucoup de questions sur les Gaulois. Premièrement, on laisse le village en arrière pendant une partie du film puis celui-ci réapparait pendant une seconde partie, laissant le village aux femmes et enfants. Bien que cela permette de montrer que les femmes du village n'ont pas du tout besoin des hommes, on se demande pour quelle raison partir. Ensuite, Panoramix annonce qu'il doit donner la recette à quelqu'un d'extérieur. Il défend sa décision en expliquant qu'un druide extérieur reste, culturellement, un gaulois. Dans le même temps, les villageois s’inquiètent et tentent d'empêcher l'entrée d'un étranger dans le village. Finalement, c'est Pectine qui apprend la recette alors que la personne choisie n'en reçoit qu'une partie.

    Je dois tout de même dire que j'ai passé un bon moment. J'ai ri de bon cœur à la plupart des blagues, dont une grande partie sont visuelles. Je trouve que leur écriture est plutôt réussie, malgré un scénario qui semble ne pas fonctionner entièrement. Je suis donc mitigé mais je me demande si mon incompréhension de certains choix n'est pas dû à un manque de connaissance de ce qui entoure Astérix, ce que semble mieux connaitre le youtubeur MrMeeea.

    Image : IMDB

    astérix le secret de la potion magique

  • First Man / First Man : Le Premier Homme sur la Lune

    Le programme Apollo qui permit l'envoi sur la Lune de plusieurs équipes d'astronautes est probablement le plus célèbre des programmes d'exploration spatiale. Apollo 11 est sûrement la mission la plus connue puisqu'elle fut le premier alunissage réussit, Neil Armstrong étant le premier homme à marcher sur la Lune. Si on pose la question, il est probable que la mission Apollo 13 soit aussi citée avec d'autres catastrophes de l'aventure spatiale. Ce film se veut un biopic à la fois fidèle, respectueux et intimiste autour de la personne de Neil Armstrong entre son dernier vol en X-15 et sa rentrée sur Terre après son alunissage. La réalisation essaie de montrer le fonctionnement du programme lunaire de la NASA depuis les tests technologiques des Gemini jusqu'aux missions Apollo. On nous fait aussi rentrer dans l'intimité d'un homme montrée comme stoïque, incapable d'exprimer ses émotions et très professionnel.

    SPOILERS

    Que l'on soit clair, ce film est une ode à l'aventure spatiale américaine. Les réussites communistes sont mentionnées, comme des échecs pour les USA ce qui est en accord avec le contexte de l'époque. La réalisation aurait pu se perdre et ne pas parler des mises en causes ni des contraintes placées sur le projet de la NASA. Ce n'est pas le cas, on nous montre que tout le monde ne pense pas que l'argent soit utile dans le contexte de guerre et de pauvreté des USA. On nous montre aussi les échecs du programme, parfois dangereux. L'explosion d'Apollo 1 est particulièrement rempli d'émotions. Ce sont surtout les enterrements qui se succèdent qui montrent le danger que représente ce programme. La manière dont les fusées sont filmées est aussi particulièrement impressionnant. L'écran, les décors, vibrent avec un son presque assourdissant. On pourrait presque ressentir ce qu'implique le fait de partir dans l'espace dans le nez d'une gigantesque bombe chargée de carburant. On se demande surtout comment ces machines ont pu rester en une seule pièce et comment des personnes ont pu accepter d'entrer à l'intérieur.

    Étant un biopic, le film se concentre sur Neil Armstrong et Janet Elizabeth Shearon, les deux sont mariés. Je ne sais pas si la manière de représenter Neil Armstrong est réaliste. On nous montre un homme profondément affecté par la mort de sa fille. Mais surtout un homme incapable de parler à ses amis, à sa femme et encore moins à ses enfants. Cette incapacité à exprimer ses sentiments conduit à une scène durant laquelle Armstrong fait ses bagages frénétiquement pendant que Janet Elizabeth Shearon lui demande de s'arrêter afin de parler à ses enfants, de les préparer à la possibilité de sa mort. En effet, Neil Armstrong est dépeint de manière respectueuse comme une personne très professionnelle. Un travailleur incapable de s'arrêter qui ne pense qu'à ses missions et refuse presque de s'amuser. Les conséquences du programme sont visibles à travers Janet Elizabeth Shearon qui observe les dégâts de la mort des astronautes sur leurs familles. Bien que je ne sache pas la vérité concernant cette famille, cette peinture de son fonctionnement me semble trop respectueuse et pas assez critique. Je me demande ce que voulait faire la réalisation.

    *
    **
    ***
    **** Un film qui respecte énormément son personnage et la conquête spatiale. Ce respect est presque trop important et parfois on a presque l'impression que certaines étapes ne sont qu'anecdotiques.
    *****

    Image : Site Officiel

    image4.jpg

  • Den skyldige / The Guilty

    Asger Holm est un policier du Danemark actuellement affecté à la centrale téléphonique, le 112. Son travail implique de recevoir les appels d'urgence de la population, récolter un maximum d'informations sur les circonstances et la localisation des personnes et transférer ces informations aux patrouilles de police afin de les envoyer sur les lieux en besoins d'aide. C'est un travail monotone, difficile et ennuyeux. Mais tout change lorsque Asger reçoit l'appel d'une jeune femme inconnue qu'il ne peut localiser avec précision. Rapidement, il comprend que celle-ci a été enlevée et mime une conversation avec sa fille. Alors qu'Asger envoie la police tenter de retrouver cette femme dont il ne connait que peu de choses il essaie de l'aider et de réunir le plus d'informations possibles sur son identité, son kidnappeur et sa famille.

    SPOILERS (des gros spoilers)

    Ce film se déroule entièrement dans deux salles d'une centrale d'appel. L'image est sombre avec seulement la lumière des écrans et du bureau. L'ambiance est donc très froide. On ne voit rien de l'extérieur et toutes les informations nous sont communiqués, ainsi qu'à Asger, au travers des appels téléphoniques. Au film du temps, on ressent la frustration croissante d'Asger qui essaie de comprendre ce qui se déroule tout en ne pouvant pas chercher lui-même les indices dont il a besoin car ce n'est pas son travail. Ce n'est souvent qu'après-coup que l'on apprend ce qui se déroule et donc que l'on apprend l'étendue réelle du problème.

    Ce film est aussi l'histoire de deux personnes. La première est Asger qui est provisoirement assigné à la centrale d'appel après avoir tué un homme, en légitime défense selon lui. On ne sait que peu de choses sur les circonstances sauf que le procès a lieu le lendemain et qu'un partenaire est son témoin. Ce n'est qu'à la fin du film que l'on apprend ce qui s'est réellement déroulé, donnant tout son sens au titre du film. En parallèle, la police poursuit un homme qu'elle pense être coupable de kidnapping et de meurtre. Tout semble l'accuser, il a été condamné pour violences, il a perdu la garde de ses enfants lors de son divorce et sa fille parle d'une dispute entre lui et son ex-femme après une visite dans la chambre d'un des enfants, encore bébé. Ces indices ne sont donnés que petits à petits afin de faire monter la tension. Nous avons donc ceux hommes. Un est coupable mais le cache. Tandis que l'autre est présumé coupable mais il est encore poursuivi. Ce sont deux hommes violents dont on ne connait pas les circonstances. Ce n'est que tardivement que toutes les explications nous sont données, changeant complétement la perspective du film.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** Un très bon huis-clos dont la tension monte rapidement

    Image : Site officiel

    Still2_credit+Nikolaj+M%C3%B8ller.jpeg?format=750w

  • Johnny English Strikes Again

    Le MI7 est la victime d'une attaque d'ampleur inégalée. Un pirate a trouvé le moyen d'entrer dans la base de données des renseignements britanniques et de rendre public l'identité des agent-e-s du MI7. Cette catastrophe a des conséquences incalculables alors que le Royaume Uni s'apprête à organiser une rencontre entre les pays les plus riches de la planète. Personne ne peut enquêter car il n'y a plus aucun agent-e-s. La Première ministre ordonne de faire revenir les membres du MI7 qui se trouvent à la retraite. Cela implique Johnny English, actuellement enseignant de géographie dans une petite école privée. Lorsqu'on lui demande de revenir il s'exécute avec le plus grand plaisir.

    SPOILER

    Ce troisième film s'intéresse à un thème très actuel : la place de la gouvernance par l'informatique dans nos vies. Bien que l'intrigue débute par une série s'attaque informatique contre les infrastructures britanniques et européennes, on comprend rapidement que le but du méchant est de prendre le contrôle des informations créées par les états et leur population. Selon son argumentation, ces données permettent de créer des algorithmes capables d'éviter les plus gros problèmes actuels : des bouchons aux problèmes de santé. Bien entendu, il n'explique pas immédiatement que cela implique une destruction de la démocratie telle qu'on la connait et un gouvernement par une élite capable de comprendre les algorithmes. Cette démission des élites politiques traditionnelles s'explique par leur incapacité à comprendre les enjeux de l'informatique. Ce point est incarné par la Première ministre qui se contente de signer tout ce qu'elle trouve si cela lui permet de gagner quelques points grâce à la proximité du jeune et beau méchant.

    Ce film pourrait donc être assez intéressant. À travers l'humour il pourrait dénoncer la fascination ignorante envers les nouvelles technologies et les miracles que celles-ci pourraient permettre pour notre société, sans jamais penser aux conséquences. La réalisation s'amuse du décalage entre le jeune, beau et intelligent méchant qui use de tout ce qui est neuf, comme les imprimantes 3D, et Johnny English incapable d'utiliser un IPad, de comprendre la réalité virtuelle et qui décide de rouler dans une vieille voiture plutôt qu'une hybride remplie d'aides à la conduite. À certains moments, Johnny English incarne même le passé en se retrouvant dans un costume traditionnel ou en armure. Malheureusement, l'humour me semble très forcé. Plutôt que de laisser les situations parler par elles-mêmes la réalisation explicite toujours, au travers des dialogues, ce qui va se dérouler. Pire encore, l'humour ressemble plus à une série de sketch collés artificiellement ensemble pour construire un film d'une longueur acceptable. Ce qui aurait pu devenir un film intéressant échoue donc largement.

    *
    **
    *** Parfois c'est drôle
    ****
    *****

    Image : IMDB

    Site officiel

    MV5BMjI4MjQ3MjI5MV5BMl5BanBnXkFtZTgwNjczMDE4NTM@._V1_SY1000_CR0,0,674,1000_AL_.jpg

  • La Prophétie de l'horloge / The house with a clock

    Lewis, 10 ans, a récemment perdu ses deux parents. Il rejoint sa seule famille : son oncle Jonathan. Celui-ci vit dans une petite ville dans un immense manoir rempli de livres et d'horloges. Il organise fréquemment des soirées poker avec sa voisine, Florence. Bien que les deux adultes s'insultent mutuellement illes s'apprécient beaucoup et aiment passer du temps ensemble. Selon Jonathan, il n'y a aucune règle dans cette maison. Lewis essaie de passer outre la mort de ses parents tout en cherchant l'amitié dans sa nouvelle école. Être un peu étrange n'aide pas. Vivre dans la maison hantée de la ville rend la chose encore plus difficile. Bien que Lewis rie de l'idée que son manoir soit hanté il se rend rapidement compte qu'il s'y passe des choses étranges. Les meubles bougent, les peintures se modifient et le bruit d'une horloge résonne à travers les murs tandis que son oncle parcoure les couloirs du manoir la nuit tombée.

    SPOILERS

    Une chose au moins est réussie dans ce film : le sens du merveilleux face à la découverte de la magie par un jeune enfant de 10 ans. Dès que Lewis rencontre son oncle on comprend que cet enfant est surpris. Il est intimidé par le manoir. Il a peur des petits bruits durant la nuit, des craquements du plancher. Et il est émerveillé par la magie même s’il ne la comprend pas. Il est naturel que Lewis ne souhaite qu'une chose : apprendre à devenir magicien. Un souhait qui implique de longues études mais qui ne nécessite pas de dons (coucou l'élitisme d'Harry Potter). Ce merveilleux est aidé par une maison mise en scène comme un lieu étrange, dangereux mais aussi beau. La maison est un personnage à part entière avec ses bons côtés mais aussi sa part d'ombre. Elle aide les habitant-e-s mais elle peut aussi combattre si nécessaire ou si l'ordre lui est donné par son possesseur original.

    Bien que la mise en scène soit réussie, les effets spéciaux sont plutôt convaincants, et que l'intrigue soit simpliste mai efficace le film n'est pas aidé par l'humour de Jack Black. Même si j'ai apprécié les piques que se lancent Jonathan et Florence, celle-ci est montrée comme une sorcière bien plus compétente que Jonathan, le reste de l'humour n'est pas très élaboré. À plusieurs reprises, le lion de la maison est montré faisant ses besoins en dehors de sa litière. Une bonne partie des scènes de fin est passée à combattre du vomi de courges. Et je ne parle pas du bébé Jonathan dont le seul acte est de se faire pipi dessus. J'aurais apprécié quelque chose d'un peu plus construit.

    *
    **
    *** De jolies images mais un humour douteux.
    ****
    *****

    Image : Allociné

    Site officiel

    2983112.jpg