Livre

  • Approches didactiques de l'interdisciplinarité sous la direction de Barbara Dufour, Gérard Fourez et Alain Maingain

    Titre : Approches didactiques de l'interdisciplinarité
    Direction : Barbara Dufour, Gérard Fourez et Alain Maingain
    Éditeur : DeBoeck août 2013
    Pages : 284

    On entend souvent parler d'interdisciplinarité, de la nécessité de passer outre les disciplines pour donner aux élèves des compétences utiles en tant que membres d'une société mais aussi comme futurs employé-e-s. Mais il est rare que l'on explique exactement ce que l'on entend par ce terme d'interdisciplinarité, laissant les enseignant-e-s trouver des méthodes. Heureusement, il existe des cours mais aussi des livres qui permettent de définir le terme et d'avoir des méthodologies à appliquer. Ce livre prend 16 chapitres et 4 parties pour cela.

    La première partie permet de réellement définir le terme. L'interdisciplinarité n'est pas un simple agrégat de différentes disciplines. Il est nécessaire de poser une problématique à laquelle seul le lien entre différentes expertises permet de répondre. Cela implique de préparer le terrain de recherche et de travail pour les élèves en liant plusieurs enseignant-e-s au sein d'une équipe pédagogique.

    La seconde partie pose la question des méthodes à mettre en place pour créer cette jonction entre différentes disciplines. À l'aide de plusieurs exemples au sein des chapitres, les auteur-e-s essaient de donner une méthode mais aussi une théorie de l'interdisciplinarité. Cette partie est particulièrement intéressant pour mieux comprendre ce que signifie ce type de travail ainsi que ce que l'on peut en tirer.

    La troisième et la quatrième partie s'intéressent en particulier au travail pédagogique. Que ce soit la définition du terme de compétence ou encore la manière d'évaluer le travail demandé aux élèves. Ce dernier est particulièrement intéressant. Il marque la nécessité de communiquer clairement aux élèves les demandes des enseignant-e-s. Les auteur-e-s défendent la nécessité de fournir une grille d'autoévaluation mais aussi une grille d'analyse de la production des élèves. Celles-ci devraient être formées en commun par l'équipe pédagogique afin de réfléchir à toutes les compétences évaluées. Bien entendu, les auteur-e-s parlent aussi de la nécessité de l'évaluation formative durant le travail qui sera évalué.

    Bien que le thème du livre soit spécifique les auteur-e-s offrent des pistes d'actions pédagogiques qui peuvent facilement être remobilisées dans plusieurs projets. Ainsi, les enseignant-e-s et expert-e-s ne seront pas étonné-e-s par ce que disent les auteur-e-s du livre. Cependant, il s'inscrit dans un cadre méthodologique précis et il permet d'intégrer les méthodes nécessaires pour créer un travail interdisciplinaire utile et réussit.

    Image : Éditeur

  • Servant of the empire 2. Rebel in the rank par Jason Fry

    Titre : Servant of the empire 2. Rebel in the rank
    Auteur : Jason Fry
    Éditeur : Disney 3 mars 2015
    Pages : 176

    Zare Leonis a réussi. Il est intégré à l'académie impériale junior de Lothal. Son but est toujours de comprendre pourquoi sa sœur a disparu et, pour cela, il compte sur deux choses. Sa capacité d'enquêter à l'interne et l'aide de sa compagne, Merei, à l'extérieur en tant qu'experte en systèmes informatiques. Mais Leonis ne pensait pas qu'il serait si difficile de détester l'Empire tout en travaillant pour lui. Tandis que Merei doit se lier à des personnages peu recommandables afin de réussir à trouver quelques traces de la sœur de Zare. Pire encore, un nouveau cadet arrive au sein de l'académie et celui-ci n'est pas tout à fait ce qu'il veut montrer.

    SPOILERS

    Ce second tome peut se lire comme une introduction à un épisode de la série animée Star Wars Rebels. Dans celui-ci, Ezra Bridger infiltre l'académie afin de récolter des informations sur un transport d'armes et finit par sauver un cadet qui serait capturé par l'Inquisiteur. Les dernières pages se déroulent lors de cet épisode mais en prenant en compte le point de vue de Zare sur Ezra Bridger.

    En ce qui concerne l'intrigue, elle est un peu plus intéressante que le premier tome. J'avais détesté ce dernier. Ce second tome s'intéresse bien plus au fonctionnement de l'Académie et de l'Empire. On apprend qu'il existe une académie spécifique aux enfants capables d'user de la Force et que les tests mis en place lors de l'apprentissage ne sont pas seulement un moyen d'évaluer les capacités physiques et psychologiques mais aussi l'accès à la force. Malheureusement, ce tome se termine sur un cliffhanger et il faudra attendre la suite pour savoir ce qui va arriver.

    *

    **

    *** Un peu mieux que le premier tome. Mais toujours très basique.

    ****

    *****

    Image : Éditeur

  • Star Wars: Rebel Rising par Beth Revis

    Titre : Star Wars : Rebel Rising
    Autrice : Beth Revis
    Éditeur : Penguin 7 août 2018
    Pages : 410

    Qui est Jyn Erso ? Lors de la sortie du film Rogue One on découvrait une jeune femme dont le père travaille pour un Empire qui a assassiné sa femme. Jyn se trouvait en prison sans que l'on sache pour quelles raisons. Ce roman nous offre l'histoire de son passé depuis que l'Empire lui prend ses parents jusqu'à ce que la Rébellion essaie de la recruter pour retrouver son père. Le passé de Jyn n'est pas des plus simples. En effet, elle fut sauvée puis élevée par Saw Gerrera un homme que même la Rébellion pense trop radicale.

    SPOILERS

    Ce roman ajoute enfin le passé de Jyn Erso et de Saw au sein de l'univers Star Wars. En effet, nous ne savions pas ce qui était arrivée entre les deux personnages dans le film Rogue One alors que Saw est considéré comme l'un des premiers rebelles. Ce roman nous montre un Saw implacable mais aussi de moins en moins capables de faire confiance. Il considère que rien n'est injustifiable dans une guerre et n'hésite pas à assassiner des personnes innocentes en étant payé pour cela si l'Empire en souffre. Mais il est aussi au centre d'un groupe de rebelles qui refuse de rejoindre l'Alliance qu'il considère trop préoccupée par ce qu'il faudrait faire au lieu d'agir concrètement.

    Mais ce roman parle aussi d'espoir. Jyn Erso, durant ses aventures, recherche d'abord à se lier à une figure paternelle avant de comprendre que Saw ne peut pas être cela pour elle. Elle découvre, par hasard, une famille qui lui offrirait une vie normale mais cela ne fonctionne pas. Les aventures de Jyn sont donc d'abord celles d'une femme qui recherche simplement une vie normale en dehors de la lutte entre l'Empire et les Rebelles. Mais aussi une femme qui, petit à petit, perd sa capacité à espérer en des jours meilleurs. Le récit des mois de prisons est particulièrement glaçant dans cette perspective puisque l'on observe Jyn perdre, peu à peu, tout intérêt envers sa vie et la possibilité d'une libération.

    *

    **

    *** Ce roman est un bon moyen de mieux comprendre Rogue One et les événements qui y ont mené

    ****

    *****

    Image : Éditeur

  • The book of dust 2. The secret commonwealth par Philip Pullman

    Titre : The book of dust 2. The secret commonwealth
    Auteur : Philip Pullman
    Éditeur : Penguin 3 octobre 2019
    Pages : 704

    TW : Mention et récit d'abus sexuels

    Plusieurs années ont passé depuis la guerre entre la République et l'Autorité. Depuis, Lyra Belacqua, connue aussi sous le nom de Silvertongue, est devenue une jeune femme studieuse. Elle continue ses études sans trop de problèmes dans une université pour femmes tout en vivant, durant les vacances, à Jordan College. Mais sans qu'elle ne s'en doute, une partie du Magisterium souhaite toujours sa capture et commence à mettre en place différentes méthodes pour supprimer ses protections légales et secrètes. Pratiquement du jour au lendemain, elle doit fuir et se rend compte que l'Europe entière est touchée par les changements de pouvoir au sein du Magisterium et d'étranges problèmes sur les routes de la soie.

    SPOILERS

    Lorsque la première trilogie, la boussole d'or, sortait je l'attendais avec autant d'impatience que les livres Harry Potter. Le dernier tome a toujours un effet particulièrement fort sur moi. J'aimais tous les personnages et les univers tissés autours d'elleux. Bien entendu, ce fut avec une grande attente que je suivis la nouvelle d'une nouvelle trilogie se déroulant avant et après les événements de la boussole d'or. Malheureusement, le premier livre fut une grande déception...

    Comme l'a très bien dit quelqu'un sur goodreads, on se demande de quoi souhaite parler Pullman. Le livre est rempli de références à différents problèmes qui mériteraient tous une attention soutenue. Nous avons des changements géopolitiques qui semblent être manipulés autours d'une recherche scientifique considérée comme dangereuse par l’église. Nous avons un problème de guerre civile et de réfugiés qui tentent de s'enfuir en Europe. Et nous avons le retour d'une forme de défiance d'un gouvernement contre son propre peuple. Gouvernements qui usent de méthodes illégales pour s'attaquer à des personnes qui n'ont pas les opinions acceptables. Mais tous ces thèmes ne sont pas assez traités pour donner l'impression d'un récit qui traite de son sujet.

    De plus, nous avons le problème de la rationalité face à l'irrationalité. Ce thème est au centre de la relation entre Pantalaimon et Lyra puisqu'il les mène à se confronter et à la fuite de Pantalaimon. Là ou Lyra défende la rationalité à tous prix Pantalaimon essaie de défendre l'existence de l'irrationnel et sa nécessité pour la vie. Malheureusement, il est difficile pour moi de croire que ce désaccord puisse mener aux décisions extrêmes de Lyra et Pantalaimon. De plus, la division entre les deux termes du désaccord me semble trop extrême. Il est parfaitement possible de posséder une posture rationnelle tout en acceptant une part d'irrationalité au sein de l'univers.

    Enfin, je déplore le traitement du personnage de Lyra. Maintenant qu'elle est une jeune femme on apprend qu'elle a une vie sexuelle consentante, ce qui n'est pas critiquable, mais l'auteur démontre sa méconnaissance de certains sujets dans plusieurs chapitres. Premièrement, il explique que Lyra apprécie les regards sexualisant des hommes à cause du pouvoir que cela lui donne sur eux. L'auteur ne comprend donc pas leurs effets sur la vie des femmes, compréhension qu'il aurait eue s'il avait décidé de parler à une femme. De plus, l'auteur explique que Malcolm, personnage de ce roman et du premier Book of dust, fut attiré sexuellement par Lyra alors qu'elle avait entre 15 et 16 ans et lui 26 ans. Malcolm était le professeur de Lyra et il est toujours attiré lorsqu'elle est majeure. Ainsi, l'auteur décrit une relation potentielle basée sur une relation de pouvoir d'un homme plus âgé, socialement plus élevé et en position de pouvoir supérieur, sur une femme plus jeune, voire mineure. Pullman semble user de Lyra pour justifier la potentialité d'une telle relation. Enfin, nous avons le chapitre 31... Dans ce chapitre Lyra subit une tentative de viol. Celle-ci est défendue par le fait que Lyra ne s'est pas habillée assez modestement, qu'elle est seule sans hommes. Soit, que les hommes ne sont pas capables de se restreindre. L'acte ne sera jamais officiellement puni, le fait que Lyra se soit battue étant considéré comme suffisant. À la suite de cet événement, elle portera des vêtements considérés modestes. Soyons clair, rien ne va dans ce chapitre ni dans sa résolution. De plus, il est totalement inutile pour la résolution de l'intrigue générale et ne sert qu'à rabaisser une femme décrite comme arrogante et méritant ses malheurs depuis le début du livre.

    Ce second volume est non seulement une déception, car il ne se termine pas, mais l'auteur prouve, encore une fois, sa méconnaissance des situations qu'il met en place. On a l'impression d'un énorme cheni qui ne sert qu'à préparer au dernier volume.

    *

    **

    *** Confus, désordonné, l'auteur semble ne pas savoir ce qu'il souhaite.

    ****

    *****

    Image : Éditeur

  • The divine cities 3. City of miracles par Robert Jackson Bennett

    Titre : The divine cities 3. City of miracles
    Auteur : Robert Jackson Bennett
    Éditeur : Penguin 26 janvier 2018
    Pages : 439

    Sigrud se cache depuis près d'une décennie. Lors de cette décennie son amie a perdu son statut de Première Ministre. Elle vit recluse chez elle avec sa fille adoptive. Sigurd ne fait qu'attendre la possibilité de rentrer chez lui après les crimes commis à la suite de la mort de sa fille. Mais même lui peut recevoir des nouvelles générales du monde. Lorsqu'il apprend que son amie a été assassinée il décide de comprendre qui souhaitait la mort d'Ashara Komayd et pour quelles raisons. Son enquête lui permet rapidement de comprendre que son ancienne amie s'était lancée dans une nouvelle guerre, mais contre qui ?

    SPOILERS

    Chacun des livres de cette trilogie se concentre sur un personnage précis. Jusqu'à maintenant, Sigurd n'était que la brute de service capable de tuer et de survivre à volonté. Ce livre lui donne enfin un peu plus de substance en posant une question pourtant logique : comment Sigurd fait-il pour survivre ? L'auteur décide d'y répondre en jouant sur le divin. Mais il n'en fait pas une excuse. Il utilise le divin et les miracles comme des objets, des outils, qui agissent d'une certaine manière et qui peuvent être détournés de leur but. Ainsi, Sigurd est fort grâce à un lien avec le divin mais aussi parce qu'il accepte ce lien et ne remet pas en question ses actes. Tout ce roman est donc un moyen de développer le caractère de Sigurd et de lui donner une fin que j'ai beaucoup aimé.

    Mais ce personnage s'inscrit aussi dans un thème plus vaste qui prend sa source dans le premier tome et se termine ici. Depuis le début de cette trilogie se pose la question du pouvoir, du pouvoir de modifier sa réalité. Ce pouvoir est d'abord tenu par les divinités puis les dirigeants de Saypur mais jamais d'une manière égalitaire. Une entité ou un état tente de tout contrôle. Dès le début, le but d'Ashara est de briser cet état de fait et de donner un peu plus de contrôle à bien plus de personnes. Ce roman permet d'intégrer ceci au sein de ce qui reste des divinités, dont l'une souhaite intégrer le pouvoir de toutes les autres afin de marquer sa domination, mais aussi dans les relations entre Saypur et les autres nations de cet univers. Ashara est décrite, à plusieurs reprises, comme une femme qui a décidé de ne pas user de son pouvoir pour s'attaquer aux personnes, même ses ennemies, mais pour donner la possibilité d'un changement dans le futur, que cela soit bon ou mauvais. Ainsi, même si les changements de la fin du roman sont peu décrits ils entrent parfaitement dans cette idée en créant la possibilité d'un futur plus proche de l'égalité pour le plus grand nombre, en donnant l'occasion au plus grand nombre de modifier leur réalité selon leurs souhaits.

    *

    **

    ***

    ****

    ***** Un très bon dernier tome avec l'une des fins les plus réussies que je connaisse.

    Image : Éditeur

  • L'épée de vérité 1. La première leçon du sorcier par Terry Goodkind

    Titre : L'épée de vérité 1. La première leçon du sorcier
    Auteur : Terry Goodkind
    Éditeur : Bragelonne 18 septembre 2015
    Pages : 1025

    CW : Torture, cannibalisme, abus sexuels

    Richard Cypher est un forestier. Son frère est le prochain dirigeant des Terres de l'Ouest. Celles-ci sont l'un des trois royaumes divisés par deux frontières infranchissables. Rares sont les personnes qui tentent de les traverser et leur destin est peu enviable. Mais l'impensable a lieu, une femme suivie par quatre hommes a réussi à traverser. Elle annonce à Richard non seulement un danger futur, la prise de contrôle du monde par un certain Darken Rahl, mais aussi sa recherche d'un ancien sorcier capable de nommer un Sourcier de vérité, un titre qui donne à son détenteur un pouvoir sans mesure. Ce Sourcier aura une mission : empêcher Darken Rahl de prendre le pouvoir absolu.

    SPOILERS

    Je n'avais jamais lu Goodkind jusqu'à maintenant. Ce n'est que parce qu'on m'a offert ce livre que j'ai décidé de me lancer dans cet auteur qui, sans savoir pourquoi, ne m'attire pas franchement. Son univers semble intéressant mais je n'ai pas réellement envie de m'y plonger. En revanche, j'avais vu la série qui est très médiocre tout en sachant comment être drôle à plusieurs reprises. Le livre est, bien entendu, très différent. C'est une bonne chose puisque cela permet de complexifier ce que la série avait (trop ?) simplifié. Ainsi le fonctionnement de la magie et des boites d'Orden est bien plus compliqué que dans la série, même si on souhaiterait en savoir plus. Il faudrait probablement lire les autres tomes pour avoir une compréhension plus forte du système de magie.

    Cependant j'ai eu beaucoup de mal à entrer dans le livre. En particulier, j'ai l'impression que le roman souffre d'une traduction difficile. Je ne sais pas si les termes originaux étaient compliqués à traduire en français mais j'ai souvent eu l'impression d'une forme d'artificialité imposée par la traduction. Peut-être est-ce dû au style de l’auteur ? Il faudrait comparer avec la version originale pour le savoir.

    J'ai aussi eu beaucoup de mal à apprécier les personnages. Celleux-ci sont peu intéressant-e-s et peu intelligent-e-s. Richard, par exemple, ne comprend que très tardivement des faits mis en place dès le début du roman. Pour un être d'exception chargé de découvrir la vérité il est singulièrement aveugle et il me semble que ceci ne dépend pas autant de l'intrigue, même si cet aveuglement est justifié par la première leçon, que du besoin de créer du suspens. Je suis donc un peu sceptique face à l'histoire telle qu'elle est racontée et je ne sais pas si je souhaite en lire davantage.

    *

    **

    *** J'ai craint de ne pas apprécier ce roman. Sans que cela soit le cas je ne pense pas avoir réussi à l'apprécier.

    ****

    *****

    Image : Éditeur

  • The divine cities 2. City of blades par Robert Jackson Bennett

    Titre : The divine cities 1. City of blades
    Auteur : Robert Jackson Bennett
    Éditeur : Penguin 26 janvier 2016
    Pages : 496

    Plusieurs années se sont déroulées depuis le premier Tome. Shara est maintenant la Première Ministre de Saypur et elle fait tout ce qu'elle peut pour donner plus de pouvoirs et de richesses au Continent. Mais ses efforts ne sont appréciés ni par ses collègues ni par l'armée. Afin d'aider à la réussite de son programme elle s'est alliée à la nouvelle République créée par son vieil ami, Sigrud. Celle-ci utilise les capacités considérables en ingénierie et en navigation de ses citoyen-ne-s afin de créer un port international vers la cité de Voortyashtan. Cependant, un agent du ministère a disparu près de cette cité. Shara décide d'envoyer une amie, et générale à la retraite, sur place pour enquêter. Il est l'heure pour Mulagesh de terminer ses vacances.

    SPOILERS

    Le second tome reprend les éléments du premier mais sans avoir besoin de construire autant de décors. On retourne donc immédiatement avec un auteur qui considère que les personnes qui lisent connaissent son univers. Ainsi, ce second tome peut être lu sans avoir lu le premier. Mais lire City of stairs aide à comprendre certains éléments précis.

    Vu que l'on reprend au même niveau cela implique d'entrer dans un univers qui voit une nation tomber tandis qu'une autre possède force économique et militaire. Bien que la fin du premier voulût montrer une tentative de mieux partager le monde on comprend rapidement que les choses ne sont pas si simples. De nombreuses scènes de ce second tome montre que les soldats de Saypur, et le commandement, défendent une vision raciste et colonialiste de leur rôle. Les continentaux sont insultés, considérés comme des sauvages qu'il faut civiliser mais aussi une menace qu'il faut anéantir avant qu'elle ne puisse prendre forme. Le commandement de la ville, dans ce tome, n'hésite pas à organiser des expéditions punitives afin d'attaquer toutes les personnes qui pourraient être insurgées, ce qui implique des enfants.

    Ainsi, le grand thème de ce tome est l'armée et son rôle. Il existe deux visions. D'une part la vision de la divinité Voortya et celle du commandement local. L'armée est présente pour détruire les ennemis. La définition est très étendue et toutes personnes qui refusent la domination de Saypur devient rapidement ennemie, créant par-là les prémisses d'une rébellion générale. L'armée et la guerre, dans cette vision, sont vues comme l'occasion d'imposer sa volonté et de combattre glorieusement sur le champ de bataille. Le principal caractère qui défend cette vision souhaite atteindre une forme de gloire par la guerre et une mort pensée comme héroïque.

    Mulagesh défend une seconde vision. Dans celle-ci, être soldat implique de servir le monde et les personnes. Le but n'est pas de continuer une guerre mais d'y mettre un terme afin de donner à d'autres personnes l'occasion de construire au lieu de détruire. Mulagesh pense que le combat est nécessaire, mais uniquement dans certaines circonstances et d'une certaine manière. Elle ne tue pas par envie d'atteindre la gloire mais par nécessité en cherchant un moyen de stopper le combat avant même son début. Dans ce tome, cette vision est liée à la fille de Sigurd, Signes, qui, même si capable de se battre, est avant tout une créatrice qui tente de changer le monde non par la guerre mais en donnant des opportunités économiques à la population. Elle aussi, souhaite élever sa nation et les autres afin de partager une prospérité commune.

    Ce second tome de la trilogie peut même être qualifié de meilleur que le premier. L'auteur dépeint des personnages intéressants, compliqués et faillibles. Certaines des relations entre ces personnages sont particulièrement bien écrites, en particulier le lien difficile entre Sigurd et Signes. De plus, l'auteur n'a plus besoin de construire l'univers de la trilogie ce qui lui laisse l'occasion de se concentrer sur l'intrigue. Si le troisième tome est de la même qualité ce sera une très bonne conclusion à une trilogie que j'ai beaucoup apprécié découvrir.

    *

    **

    ***

    **** L'auteur aurait pu mieux thématiser l'aspect colonial de l'une des nations. Mais il montre un grand talent dans la construction de son univers. Les deux suites sont déjà dans ma PAL.

    *****

    Image : Éditeur

  • The divine cities 1. City of stairs par Robert Jackson Bennett

    Titre : The divine cities 1. City of stairs
    Auteur : Robert Jackson Bennett
    Éditeur : Penguin 9 septembre 2014
    Pages : 464

    Depuis des siècles, le Continent contrôle le monde. Car le Continent n'est pas qu'un simple lieu géographique avec des humain-e-s. C'est le seul endroit du monde à être protégé par des divinités. Celles-ci offrent aux humain-e-s qui les suivent de nombreux miracles, faisant du Continent la plus grande puissance de l'histoire. Mais, il y a près d'un siècle, l'une des colonies, Saypur, s'est soulevée. Avec l'aide d'une nouvelle technologie les armées de paysans de Saypur ont été capable de détruire les divinités, détruisant par la même occasion les cités et la puissance du Continent. Depuis, Saypur est la plus grande puissance du monde. Mais au sein de la cité de Bulikov un complot est en cours, un complot dont le seul indice de l'existence est le meurtre d'un historien.

    SPOILERS

    Robert Jackson Bennett est un auteur que je commence à apprécier de plus en plus. Il fait partie du mouvement qui s'éloigne de la fantasy classique pour entrer dans une fantasy en plein âge industriel. Dans ce livre, les différentes puissances connaissent la poudre, l'électricité et le télégraphe. Saypur est aussi une puissance colonisatrice. Le but du gouvernement de Saypur n'est pas de faire du Continent une puissance égale mais d'utiliser les ressources tout en imposant des lois et une force militaire. Bien entendu, cela implique la mise en place de mouvements opposés, qui pourraient créer une forme de nationalisme. D'une part un mouvement de restauration basé sur le souvenir d'un âge d'or du continent et d'autre part un mouvement de modernisation. Il est dommage que l'auteur ne s'implique pas plus dans ce thème, mais il reste présent.

    Une grande partie du livre repose sur ces deux mouvements en utilisant l'histoire. La personnage principale, Shara, est historienne. Elle connait parfaitement l'histoire et les légendes du monde. Légendes et histoires que les continentaux n'ont pas le droit d'apprendre. Ce sont ces connaissances qui permettent de faire avancer l'intrigue, l'enquête et de comprendre les buts des différents mouvements. À plusieurs reprises, la passion de Shara pour l'histoire est montrée. Un passage, en particulier, l'illustre parfaitement : lorsque Shara découvre un temple que tout le monde pensait perdu et détruit et qu'elle commence à tester les théories des historien-ne-s en déchiffrant les décorations. Personnellement, je ne crois pas avoir de livres de SFF qui explore à tel point la passion de l'histoire et en fait une base importante des événements.

    Un autre thème que j'ai apprécié dans ce roman est celui de la nature du divin. Selon l'auteur, le divin a comme capacité de modifier le monde naturel. La disparition du divin a donc des effets catastrophiques sur le monde qui doit revenir à un fonctionnement qui suit les lois de la physique. Cela a des effets aussi sur le peuple du Continent qui, auparavant, n'avait pas besoin de science ni de médecins. Comme l'écrivait Pratchett, il existe une relation mutuelle entre le divin et les humain-e-s. Les divinités dépendant des humain-e-s pour exister et avoir une histoire tandis que les humain-e-s dépendent du divin pour leur vie et recevoir des règles. C'est en utilisant cette relation que le talent de l'auteur pour construire un univers est le mieux utilisé. En effet, Bennett va aller jusqu'au bout des conséquences que ce type de relation va avoir ce qui lui permet de démontrer les effets sur les divinités mais aussi sur les humain-e-s !

    En bref, Robert Jackson Bennett ne me déçoit pas dans la première trilogie qu'il a écrite. Tout comme j'attends avec impatience la suite de Fondryside, premier tome d'une nouvelle trilogie, je vais me lancer avec un probable bonheur dans les tomes 2 et 3 de la trilogie Divine cities.

    *

    **

    ***

    **** L'auteur aurait pu mieux thématiser l'aspect colonial de l'une des nations. Mais il montre un grand talent dans la construction de son univers. Les deux suites sont déjà dans ma PAL.

    *****

    Image : Éditeur

  • Journey to Star Wars: The Rise of Skywalker. Spark of the Resistance par Justina Ireland

    Titre : Journey to Star Wars: The Rise of Skywalker. Spark of the Resistance
    Autrice : Justina Ireland
    Éditeur : Disney Book 4 octobre 2019
    Pages : 224

    La Rébellion a vu de meilleurs jours. Après la destruction des principales planètes de la Nouvelle République et l'évacuation hâtive de la base de la Résistance et la bataille contre le Premier Ordre les ressources en personnels et en vaisseaux sont maigres. Poe, Rey et Rose sont chargé-e-s de rechercher de quoi ravitailler la Résistance. Mais, lors de cette mission de routine, ills reçoivent un appel de détresse. Une planète éloignée et méconnue est attaquée par les troupes du Premier Ordre. Ce pourrait être un piège. Ou ce pourrait être l'occasion de stopper le Premier Ordre.

    SPOILERS

    Depuis le huitième film on ne sait pas trop ce qui arrive au sein de la Nouvelle République et de la Résistance. Ce petit roman permet d'en savoir un peu plus en utilisant trois personnages populaires des films. On apprend, sans surprises, que la Résistance est en mauvais état mais qu'elle tente tout de même de lutter contre le Premier Ordre. En particulier, le but est d'empêcher l'organisation de créer assez de force militaire pour réellement tenir la Galaxie ceci grâce à une petite flotte. On sait donc que la Résistance est encore capable de réussites militaires sans pour autant avoir autant de puissance qu'auparavant.

    Cependant, ce roman est destiné à des enfants et donc, comme d'habitude, cela implique une simplification de la narration et de l'intrigue. L'antagoniste du roman a tout de la personne détestable sans que cela ne soit réellement creusé. Pourtant, je pense qu'on aurait pu en savoir plus sur lui et les relations au sein du Premier Ordre entre officier-ère-s. L'action du Premier Ordre est aussi sous-entendu. On sait que l'organisation est dangereuse et cruelle mais jamais on ne le montre, on doit croire l'autrice sur parole. Enfin, l'espèce alien créée pour ce roman ressemble furieusement à des Ewoks. Bref, tout ceci manque de profondeur et d'ambition.

    *

    **

    *** J'aurais aimé un roman avec plus de substances afin de me préparer au prochain film. Dommage.

    ****

    *****

    Image : Éditeur

  • Journey to Star Wars: The Rise of Skywalker. Force Collector par Kevin Shinick

    Titre : Journey to Star Wars: The Rise of Skywalker. Force Collector
    Auteur : Kevin Shinick
    Éditeur : Disney Book 19 novembre 2019
    Pages : 384

    Une petite planète, loin de tout. Sur cette planète un jeune homme, Karr, rencontre une jeune femme, Maize. Cette dernière est la fille d'un diplomate du Premier Ordre. Karr est membre d'une famille d'artisans spécialisés dans le textile. Les deux jeunes suivent les cours dans la même école. Maize est une jeune rebelle tandis que Karr subit les moqueries des élèves à cause de ses évanouissements causés par d'importants maux de tête. Mais Karr a un secret, il est sensible à la force. Depuis son plus jeune âge, il essaie de comprendre comment contrôler ses capacités. Maize, elle, ne croit pas en l'existence des Jedis. Après des problèmes scolaires, les deux fuguent et décident de chercher des traces historiques, archivistiques, de l'existence ou de l'inexistence des Jedis. Leur quête leur permettra de connaitre, enfin, la vérité.

    SPOILERS

    Nous connaissons l'histoire des Jedis, de leur chute et de leur retour. Mais dans l'univers de Star Wars une grande partie de la galaxie ne connait pas cette histoire ni la réalité de l'existence des Jedis. Ce roman explicite ceci puisque les Jedis ne sont qu'une vieille légende, rarement prise au sérieux. Lorsque quelqu'un connait leur existence, souvent il sait ce qu'en a dit Palpatine afin de justifier leur destruction. Le roman nous offre la recherche de deux jeunes pour comprendre ce qui est réel, ce qui est un mensonge ou ce qui lie ces êtres à Karr. D'une certaine manière, on peut voir dans ce roman la défense de la nécessité de posséder des archives qui permettent d'éviter de perdre son histoire. Mais aussi une mise en garde face aux dangers des mensonges lorsqu'ils ne sont pas combattus.

    Cependant, malgré la bonne idée de montrer deux personnages qui ne savent presque rien des Jedis et de leur histoire, le roman est peu intéressant. Il est écrit comme une quête d'objets divers qui permettent toujours d'avancer vers un nouvel objet sur une nouvelle planète. Les personnages se rendent sur plusieurs lieux connus, rencontrent des personnages déjà vus mais ne s’insèrent pas réellement dans l'univers Star Wars. Illes semblent être de simples observateurs. D'une certaine manière, l'auteur ne peut pas faire autrement. Le roman semble se dérouler avant le septième film et il est difficile de créer une aventure qui pourrait avoir un impact important, risquant de contredire les films.

    *

    **

    *** ça se lit, mais ça ne reste pas en mémoire.

    ****

    *****

    Image : Éditeur

  • Phasma par Delilah S. Dawson

    Titre : Phasma
    Autrice : Delilah S. Dawson
    Éditeur : Penguin 24 avril 2018
    Pages : 480

    TW : Torture

    Les Stormtroopers sont censés être la force militaire la plus efficace et la plus crainte de la galaxie. L'armée est composée de personnes dont on ne connait ni les visages ni les noms. Leur identité a été effacée au profit d'un simple numéro. Mais il y a quelques Stormtroopers qui ont gagné le droit de recevoir un nom. Deux de ces exceptions sont chargé-e-s d'entrainer l'armée contre les Rebelles. Ce sont Cardinal et Phasma. Alors que le premier se charge des enfants la seconde se charge des adultes tout en étant présentée comme l'exemple de ce qu'un soldat devrait être. Mais quelle est sa véritable histoire ?

    SPOILERS

    Lorsque les nouveaux films star wars sont arrivés un personnage particulier me frappa par son mystère : Phasma. On ne connait pas son histoire. On ne sait pas comment elle est arrivée à ce point de sa vie. On sait uniquement qu'elle est extrêmement forte et semble avoir une posture de commandement sur d'autres personnes. Le style de son armure, personnalisé, frappe aussi puisque les autres soldats suivent le style dépersonnalisé de l'Empire. Ce roman tente de reconstruire son histoire. L'autrice fait de Phasma non pas une simple guerrière mais quelqu'un qui souhaite avant tout survivre, balayant toutes personnes sur son chemin. Le roman la suit de son passage de guerrière d'une tribu sur une planète oubliée à son entrée au sein de l'armée du Premier Ordre.

    Outre cela, on comprend mieux comment le Premier Ordre peut trouver des soldats et des soutiens. L'organisation utilise les oublis et les incapacités de la Nouvelle République pour faire sa propagande, basée sur l'idée d'un ordre fort qui puisse donner à tout le monde les mêmes chances et punir les personnes corrompues. Les soldat-e-s, elleux, sont trouvé-e-s au sein d'orphelinat puis fortement conditionné-e-s à lutter sans poser de questions. Ce sont des informations intéressantes, pour les fans, mais malheureusement le roman ne réussit pas à créer un fort intérêt pour les personnages et les événements décrits.

    *

    **

    *** Pas mauvais, mais il manque une véritable âme à ce roman qui semble surtout suivre une volonté externe

    ****

    *****

    Image : Éditeur

  • Star Wars. The force awakens. Before the awakening par Greg Rucka

    Titre : Star Wars. The force awakens. Before the awakening
    Auteur : Greg Rucka
    Éditeur : Disney 18 décembre 2015
    Pages : 224

    La Galaxie est en danger. Les forces du Premier Ordre n'hésitent plus à frapper dans les territoires de la Nouvelle République, violant l'accord de paix mis en place après la bataille au-dessus de la planète Jakku. Mais la Nouvelle République refuse d'agir car elle ne souhaite pas être la cause d'une nouvelle guerre galactique. Dans ce contexte de plus en plus difficile trois personnes vont se trouver et être mêlées aux événements de la future guerre : Finn, Rey et Poe. Cette anthologie narre leur histoire peu de temps avant le début de Star Wars : The force Awakens.

    SPOILER

    Ce livre est composé de trois histoires écrites par Greg Rucka. Elles préparent à la sortie du septième film en présentant trois personnages centraux : Finn, Poe et Rey. Autant j'apprécie chacun de ces personnages autant je suis navré d'annoncer que ce livre ne leur fait pas honneur. Sur les trois courtes histoires seule une me semble être intéressante. La pire étant celle de Rey qui se concentre sur ces capacités de pilotes et de mécano mais qui oublie d'être intéressante. On suit Rey alors qu'elle cherche des composants afin de pouvoir survivre au sein du désert.

    La première histoire de l'anthologie, celle de Finn que l'on ne connait que par son nom de code, est en contradiction avec le septième film. Alors que The force Awakens présente Finn comme sous-fifre peu intéressante et même en danger face à sa supérieure, Phasma, cette histoire le présente comme un soldat d'exception qui se trouve dans les meilleurs à tous les tests. Une seule chose le rend différent : il n'arrive pas à accepter d'abandonner ses camarades ni à tuer des civils innocents. Même si ces deux caractéristiques sont louables, et dénoncée par l'Empire et le Premier Ordre, je n'ai jamais eu l'impression de lire les aventures de Finn mais celles d'un autre soldat du Premier Ordre.

    Enfin, nous avons l'histoire de Poe. C'est l'unique nouvelle qui me semble pouvoir être sauvée de cette courte anthologie. L'intrigue autours de Poe permet de présenter sa famille, son père et sa mère étant d'anciens membres de la Rébellion, et les événements présents. J'ai particulièrement aimé les informations autours du père de Poe, dont la principale peur est que la guerre soit rendue inutile. Cette aventure permet aussi d'en savoir plus que les actions du Premier Ordre mais aussi ses liens avec la Nouvelle République, dont certains sénateurs sont des traitres. La Résistance y est présentée comme une organisation très secrètes dont les actions sont à peine connues de la population et des militaires de la Nouvelle République.

    Pour finir, ces trois histoires s’insèrent très bien dans les débuts du septième film. La fin de deux d'entre-elles permettent de comprendre comment les personnages du film se sont trouvés dans le contexte des premières scènes. Malheureusement, elles sont très peu intéressantes voire en contradiction avec les films.

    *

    **

    *** Deux histoires médiocres avec une dernière histoire un peu meilleure.

    ****

    *****

    Image : Éditeur

  • Star wars: Bloodline par Claudia Gray

    Titre : Star Wars : Bloodline
    Autrice : Claudia Gray
    Éditeur : Del Rey 31 janvier 2017
    Pages : 432

    La galaxie est en paix. La Nouvelle République est formée de la majorité des mondes de la galaxie. Seules quelques petites planètes et des lieux inexplorés ne sont pas intégrés. Depuis longtemps, l'Empire a disparu et devient un objet d'histoire pour la nouvelle génération qui commence à entrer en politique. Malheureusement, le Sénat de la Nouvelle République est incapable de dépasser les batailles de factions. Deux mouvements s’opposent : les centristes qui souhaitent un pouvoir central fort et les Populistes qui désirent une indépendance forte des mondes de la Nouvelle République. Alors que le Sénat devient incapable d'agir une nouvelle menace monte. Une menace que la Sénatrice Leia Organa identifie et souhaite examiner. Mais elle est obligée d'accepter que le Sénat la contrôle à l'aide d'un jeune politicien qu'elle n'apprécie que peu.

    SPOILERS

    Quand j'ai lu le résumé j'étais un peu sceptique. Après une première trilogie au cinéma qui démontrait les incapacités d'une démocratie à travailler et à contrer une menace tyrannique ce livre semblait suivre exactement la même direction. Là aussi, quelques personnes observent un Sénat incapable de prendre des décisions, bloqués dans des questions administratives et de préséances, alors qu'une partie de ses membres souhaitent réinstaurer un pouvoir central fort. Heureusement, l'autrice est capable de donner de la substance à la manière dont ce Sénat fonctionne. On comprend parfaitement quelles sont les raisons mais aussi les complots derrière chacune des positions. Il est particulièrement intéressant que l'autrice ne place pas un parti au-dessus de l'autre. Au contraire, le parti de Leia Organa se dirige vers l'abandon de la possibilité d'une politique au niveau de la galaxie. Ainsi, ce livre permet de mieux comprendre le statu quo du septième film sans pour autant trop donner d'indices puisque celui-ci sortait après le livre.

    L'un des points majeurs de ce roman est le secret de la famille de Leia. Depuis le sixième film nous savons que Leia et Luke sont les enfants de Darth Vader. Mais nous ne savions pas de quelle manière l'univers allait réagir face à cela. On apprend, dans ce roman, que les deux enfants ont décidé de garder secret leur père. Bien entendu, l'autrice décide de rendre publique ce secret et imagine les conséquences pour la force politique de Leia. Immédiatement, celle-ci est discréditée, perd ses ami-e-s et risque même d'être incapable de travailler au sein de Sénat. Là aussi, derrière cette révélation on observe la mise en place, par l'autrice, d'un statu quo qui permet d'expliquer pourquoi une politicienne décide de devenir une résistante et de créer un groupe paramilitaire que la Nouvelle République ne soutient pas.

    Avec surprise, je termine l'un des meilleurs romans du nouvel univers étendu Star Wars. Bien que j’eusse apprécié le premier ouvrage de l'autrice j'étais sceptique face au résumé de ce livre qui semblait n'annoncer qu'une mise en place du statu quo avec des idées éculées. Pourtant, l'autrice réussit à donner vie et intérêt à un univers politique en danger. Elle réussit aussi à donner de la substance à la politicienne Leia et à son passage de Sénatrice à résistante proche de l'illégalité. Ce roman permet aussi de mieux comprendre l'état financier de la Résistance et son lien avec la Nouvelle République. Bref, ce roman est une étonnante réussite au sein d'autres livres souvent médiocres.

    *

    **

    ***

    **** Une surprise.

    *****

    Image : Éditeur

  • Last Shot par Daniel José Older

    Titre : Last Shot
    Auteur : Daniel José Older
    Éditeur : Penguin 30 octobre 2018
    Pages : 432

    Nous sommes deux ans après la fin de l'Empire lors de la bataille de Jakuu. Depuis, la Galaxie est en paix au sein de la Nouvelle République. Celle-ci construit, petit à petit, un système démocratique accepté dans le cadre de planètes de plus en plus nombreuses. La Nouvelle République, considérant cela comme une nécessité si la paix doit durer, a fortement abaissé son arsenal militaire tandis que d'autres technologies sont développées. Han Solo et Leia vivent ensemble sur la capitale de la Nouvelle République avec leur fils, Ben. Mais Han ne saut absolument pas comment être un père et encore moins un mari. Bien qu'il essaie de toutes ses forces il est assez honnête envers lui-même pour savoir que son attitude d'homme-enfant n'est pas adapté à un rôle de père de famille et de compagnon d'une sénatrice et héroïne de la République. Il a besoin de temps pour réfléchir et comprendre. Justement, Lando Calrissian vient lui proposer une quête.

    SPOILERS

    Il y a une chose qui m'a frappé dans ce roman : la place prise par les habits. L'auteur adore parler des habits et de qu'ils impliquent concernant leur porteur. On commence immédiatement avec une description très précise des choix de Lando qui impliquent une envie de créer un effet particulier. Tandis que Han choisit ses habits pour se sentir confortable non seulement habillé mais surtout dans un rôle précis.

    Une seconde chose est la place des relations matures. Que ce soit Han ou Lando nous avons deux personnages qui ont du mal à créer des relations mutuelles adultes. Les deux sont des bandits qui aiment utiliser leurs charmes afin de gagner un trésor. Même si Han est marié il craint de ne pas être capable d'être un mari et un père adéquat. Lando, en revanche, ne sait pas s'il est même capable d'être quelqu'un de stable, ce qui repousse immédiatement toutes personnes qui souhaiteraient tenter de créer une relation adulte avec lui.

    On apprécie tout Han et Lando, même si Leia est bien plus intéressante. Un livre qui lie les deux au sein d'une aventure qui prend ses racines dans le passé et qui implique de réfléchir à la place des droïdes dans l'univers de star wars devrait me plaire. Malheureusement, je n'ai pas du tout aimé ce roman. L'intrigue semble intéressante mais elle est divisée en trop de petites intrigues secondaires qui ne font sens que largement plus tard et que les personnages ne comprennent que très tardivement. Le méchant principal est une caricature de ce qui aurait pu être un personnage particulièrement malsain. Enfin, on ne peut que pousser de nombreux soupirs face aux difficultés de Han et Lando de comprendre leurs émotions...

    *

    ** Han et Lando sont présents, c'est tout.

    ***

    ****

    *****

    Image : Éditeur

  • The aftermath trilogy 1. Aftermath par Chuck Wendig

    Titre : The aftermath trilogy 1. Aftermath
    Auteur : Chuck Wendig
    Éditeur : Penguin 29 mars 2016
    Pages : 379

    La seconde Étoile Noire est détruite. L'Empereur et Dark Vader sont morts lors de sa destruction ainsi qu'une partie importante de la flotte impériale ce qui inclut officiers et soldats. Il ne reste plus que des lambeaux tandis que les personnes les moins talentueuses doivent remplir le vide laissé par les morts. Alors que l'Empire essaie de se réorganiser et qu'une partie importante de son administration abandonne l'Alliance rebelle, elle, modifie son fonctionnement afin de constituer une Nouvelle République dont les débuts sont imminents. Face au retour de la démocratie l'Empire peut jouer une dernière carte. Mais pour cela il est nécessaire de trouver un moyen de s'unir. L’Amiral Rae Sloane décide de réunir plusieurs personnes afin de constituer un comité chargé de décider du futur de l'Empire. Mais sera-t-elle capable de créer une union alors que la menace de la Nouvelle République se fait pressante ?

    SPOILERS

    J'ai toujours été intrigué par le film 6, Le retour du Jedi, qui semble décrire la fin totale de l'Empire et la victoire des rebelles. Cela est trop simple. Ce livre permet de comprendre comment l'Empire et la Nouvelle République se sont stabilisés après la mort de l'Empereur. Loin d'être terminée, la guerre continue même si l'Empire a perdu une grande partie de sa puissance. La flotte rebelle n'est plus une simple épine dans le pied de l'Empereur mais une puissance grandissante recevant le soutien ouvert de nombreuses planètes. Ces aspects sont mis en avant par des interludes qui se déroulent sur plusieurs planètes. L'auteur y décrit les conséquences de la guerre que ce soit au sein de familles déchirées, près d'Académies impériales dans lesquelles vivent des enfants ou sur des planètes qui essaient de recréer les conditions de la démocratie.

    Ce dernier point est particulièrement mis en avant dans le dernier interlude. L’Empire est décrit, régulièrement, comme un moyen de préserver l'ordre après l'incapacité de la République de s'intéresser aux besoins des planètes les plus lointaines et les plus pauvres. Mais l'Empire se lie à de nombreuses organisations criminelles et organise une répression plutôt qu'un ordre. Plusieurs interludes, dont le dernier, et certains chapitres illustrent ce point. La Nouvelle République n'y pas présentée comme la perfection. La démocratie y est décrite comme un chaos qui implique des erreurs. Mais ces erreurs peuvent être surmontées d'autant plus facilement qu'il existe un droit à la parole et aux revendications, mais aussi un traitement respectueux des ennemis et des opposant-e-s.

    Malheureusement, ces deux thèmes ne sont pas portés par une intrigue intéressante. Celle-ci multiplie les points de vue, ce qui n'est pas forcément négatif, mais on ne comprend pas toujours pourquoi l'auteur s'y intéresse. L'intrigue avance doucement comme si l'auteur essayait de mettre en place quelque chose mais ne savait pas réellement comment s'y prendre. Ainsi, l'idée d'une rencontre pour régler le futur de l'Empire est bonne. Mais son traitement ne permet pas de comprendre ce qui peut arriver. Pour finir, ce livre donne l'impression d'une introduction, d'un moyen de placer des personnages et des pistes d'intrigues.

    *

    **

    *** De nombreuses bonnes idées mais j'ai eu beaucoup de mal à m'intéresser aux personnages et à l'intrigue. Dommage.

    ****

    *****

    Image : Éditeur

  • Discipline en classe et autorité de l'enseignant : Eléments de réflexion et d'action par Bernard Rey

    Titre : Discipline en classe et autorité de l'enseignant : Éléments de réflexion et d'action
    Auteur : Bernard Rey
    Éditeur : De Boeck Education18 juin 2009
    Pages : 151

    L'enseignement est un métier souvent commenté dans les médias ou dans le champ politique, que ce ne soit pas des expert-e-s ou par des personnes directement concernées. Mais lorsqu'on souhaite enseigner il est nécessaire de dépasser ces aspects médiatiques et de s'intéresser à la réalité de la pratique. Ce petit livre s'y essaie. L'auteur explicite le fonctionnement de l'autorité aussi bien d'un point de vue théorique que par la pratique dans les classes.

    La première partie de l'ouvrage est constituée de trois chapitres. Chacun de ces chapitres se concentrent sur un aspect particulier de la tenue d'une classe du point de vue théorique. L'auteur y explicite les relations psychologiques mais aussi sociologiques de l'école au sein de la société et des enfants au sein de l'école. L'enseignant-e y a une place spécifique. Il est censé transférer un savoir mais il doit aussi mettre en place des règles et un milieu adapté au travail et à la compréhension du savoir. Cela implique de travailler aussi bien sur le contexte que sur la classe et enfin sur les élèves. Tout en sachant que certaines données ne peuvent pas être atténuées facilement.

    La seconde partie se pose des questions pratiques. L'auteur y examine les gestes, la manière d'être nécessaire pour créer un climat serein dans lequel les enseignant-e-s puissent mettre en œuvre une autorité légitimée et acceptée par les élèves. L’auteur comment par expliquer que l'autorité n'est pas naturelle mais qu'elle dépend d'un contexte et d'une manière d'être. Ainsi, la façon de parler, l'habillement mais aussi le langage et la posture sont dommageables ou portent une certaine forme d'autorité. Ce qui implique de mettre en place des rituels et des gestes précis qui permettent aux élèves d'accepter cette autorité. De plus, l'auteur prévient que les actes négatifs des élèves ne doivent pas être considérés comme une attaque contre sa personne. Pour les éviter il est nécessaire de tenter de comprendre ce qui a pu mener à un acte négatif et d'agir sur ces causes. Si l'on réfléchit ainsi, les punitions ne sont pas uniquement inutiles mais deviennent dangereuses pour la classe, l'enseignant-e et l’institution scolaire.

    Ce petit ouvrage se lit relativement facilement. Il n'est pas nécessaire de parcourir les chapitres dans l'ordre, ce livre est conçu comme un moyen de travail qui offre des débuts de solutions. Ainsi, les personnes souhaitant comprendre la pratique vont d'abord s'intéresser aux deux derniers chapitres alors que les personnes souhaitant comprendre les raisons qui expliquent la nécessité d'une pratique vont prendre compte les trois premiers chapitres. L'ouvrage est non seulement clair mais il donne de nombreux exemples qui permettent de comprendre le pratique. Il faut aussi saluer l'effort de l'auteur qui termine ses chapitres par de brefs résumés.

    Image : Amazon

  • Heir to the Jedi par Kevin Hearne

    Titre : Heir to the Jedi
    Auteur : Kevin Hearne
    Éditeur : Del Rey 3 mars 2015
    Pages : 304

    Ce livre se déroule peu de temps après la bataille de Yavin. L'étoile noir fut détruite par un jeune fermier qui redécouvre le fonctionnement de la Force, seul. Depuis, Luke Skywalker est un héros de la Résistance. Mais il y a une différence entre la propagande et la réalité. Le héros de Yavin essaie à peine de comprendre de quelle manière il peut user de la Force pour devenir un Jedi. Bien qu'il soit capable de méditer il ne sait pas encore user de son sabre laser, ni en construire un neuf, et il ne connait presque rien sur les doctrines Jedi. Heureusement pour lui, une mission d'extraction lui donnera quelques occasions d'apprendre à être un peu meilleur.

    SPOILERS

    Ce roman part d'une idée intéressante : de quelle manière Luke Skywalker est-il passé de débutant à capable d'user de la Force dans "L'Empire contre-attaque." Mais le roman est loin d'être parfait. Premièrement, il subit une identité un peu étrange. D'une part il est intégré dans ce qui est canon mais il était destiné à faire partie d'une trilogie au sein de l'univers maintenant Légende. Ceci impacte plusieurs éléments à l'intérieur du roman, des éléments qui se basent sur une construction maintenant abandonnée. Mais il est aussi très rigide. On a l'impression que le roman se base uniquement sur un schéma précis : mission, préparation et achats, début de la mission, problèmes durant celle-ci et fin de mission. Cette écriture a un impact négatif sur les personnages et le contexte général qui ne semblent être que des décors pour l'action.

    Cependant, cela n'enlève pas l'intérêt d'observer Luke Skywalker tenter de mieux comprendre ce qu'est un Jedi et son lien avec la Force. Luke n'est pas présenté comme un génie capable de tout apprendre et de réussir tout ce qu'il souhaite. Il est décrit comme jeune et en apprentissage. N'ayant personne pour le guider il se trompe régulièrement et échoue encore plus souvent. Mais il apprend de ses échecs et devient progressivement plus familier avec ses capacités, même si au lieu d'acrobaties il se contente de faire léviter une fourchette.

    *

    **

    *** Un roman qui part d'une bonne idée mais qui ne réussit pas à me convaincre

    ****

    *****

    Image : Éditeur

  • Guardians of the Whills par Greg Rucka

    Titre: Guardians of the Whills
    Auteur: Greg Rucka
    Éditeur: Disney press 2 mai 2017
    Pages: 240

    Sous la République Jedha fut une planète sainte. La Ville Sainte était un lieu de foi pour plusieurs sectes et croyances diverses. Des pèlerins de toute la galaxie y voyageaient ou refusaient leur vie au sein de cette petite communauté au milieu du désert. Ce qui rend cet endroit si important est l'existence de mines de cristaux spécifiques, importants pour les jedis et la croyance en la Force : les Kyber. Ceux-ci permettent la création des Lightsaber et sont uniques pour chacun des jedis. Mais lorsque la République est tombée l'Empire est arrivé. Les différents temples ont été fermés et les sectes rendues illégales. Depuis, les mines ne sont jamais fermées et Jedha peut à peine survivre. Dans ce contexte, l'arrivée du rebelle Saw Gerrera pourrait aussi bien permettre de sauver la cité que la détruire.

    SPOILERS

    Ce court roman s'intéresse à deux personnes, que je persiste à penser en couple : Baze et Chirrut. Ces deux personnages étaient introduits dans le film Rogue One comme des résistants et d'anciens membres d'une secte fonctionnant autours de la Force. Chirrut, bien que n'étant pas un jedi, était décrit comme particulièrement proche de la Force. Dans ce livre, on suit leurs aventures quelques mois avant les événements de Rogue One. L'auteur y explicite les coûts de la Résistance pour les personnes qui vivent sur Jedha. En effet, chaque acte de résistance est suivi par un acte de contrôle plus important qui ouvre la voie à un acte de résistance plus important encore. Les deux camps ne font que devenir plus radicaux et les personnes innocentes en souffrent de plus en plus. Cette souffrance est concrétisée par le nombre élevé d'orphelins et la difficulté de les aider.

    Ce roman serait intéressant si cet aspect était concrétisé par une intrigue réussie. Malheureusement, il ne me semble pas que Greg Rucka réussisse à donner un véritable intérêt à ses idées. Celles-ci sont bonnes, elles donnent de la substance à cette planète et aux deux personnages qu'il a choisi. Mais ce qui les entoure me semble trop simpliste. Tout s'emboite de manière mécanique sans jamais être véritablement discuté. Ainsi, on doit simplement accepter l'arrivée de Saw Gerrera et sa capacité à comprendre une situation. On doit aussi accepter sa trahison envers Jedha alors que celle-ci n'était pas préparée au sein des chapitres précédents. Ces manques nuisent fortement aux propos de l'auteur concernant les coûts de la guerre, tels que je pense les avoir compris.

    *

    **

    *** Malheureusement trop simpliste

    ****

    *****

    Image : Éditeur

  • Thrawn: Treason par Timothy Zahn

    Titre : Thrawn : Treason
    Auteur : Timothy Zahn
    Éditeur : Penguin 23 juillet 2019
    Pages : 352

    Le Grand Amiral Thrawn est de retour au sein de l'Empire. Il souhaite continuer son attaque contre les rebelles de Lothal, et particulièrement après avoir réussi à capturer leur membre le plus important : Syndulla. Mais il est convoqué à une rencontre entre le Grand Amiral Savit, le Grand Moff Tarkin et le Directeur Krennic. Cette réunion doit non seulement parler des problèmes posés par la construction de l'Etoile Noir mais aussi décider si le projet personnel de Thrawn doit en souffrir. Il en ressort un pari : si Thrawn est capable de résoudre un problème précis pour l'Etoile Noir il gardera son financement. Mais l'Empire est loin d'être un univers dans lequel on joue en suivant les règles. Thrawn pourrait bien en pâtir.

    SPOILERS

    Ce troisième roman s'inscrit dans la continuité des deux précédents. L'auteur nous donne bien plus d'informations sur les Chiss et la menace dont parle toujours Thrawn. Celle-ci est sous la forme d'aliens capables de contrôler des empires entiers avec peu de troupes, préférant rester en retrait. Leur menace est ici bien plus forte puisqu'ils se trouvent au sein de l'Empire, poursuivis par un navire Chiss. Ainsi, ce roman démontre l'incapacité de l'Empire de contrôler un vaste espace malgré sa puissance militaire.

    Mais le roman s'inscrit aussi dans la continuité des séries et des films. Thrawn s'est toujours intéressé à l’Etoile Noire, tout en argumentant contre sa construction. Ce roman continue sur cette lancée en expliquant en quoi une station aussi importante est non seulement inutile mais dangereuse. Premièrement, son coût est bien trop important. Tout ce qui est offert à la construction de la station met à mal le fonctionnement d'autres parties de l'armement militaire de l'Empire. En second lieu, il est toujours possible qu'un ennemi capture la station ou la détruise, faisant tomber une partie importante du complexe militaire de l'Empire.

    Ces deux points sont brodés autours d'un personnage intriguant, Thrawn, qui montre encore son génie tactique. On pourrait croire que cela rendrait les batailles peu intéressantes, mais l'attention de l'auteur envers les choix des commandant-e-s et les raisons qui poussent à ces décisions permet d'intégrer l'importance du moment et des dangers encourus. Ce troisième roman, après un second très faible, est plus que bienvenu.

    Image : Éditeur

  • Thrawn par Timothy Zahn

    Titre : Thrawn
    Auteur : Timothy Zahn
    Éditeur : Penguin 14 décembre 2017
    Pages : 496

    Lorsqu'un vaisseau impérial croise l'existence d'un alien inconnu certaines procédures sont nécessaires. Celle-ci dépendent du passé républicain de la Galaxie et impliquent d'étudier et de contacter les espèces rencontrées. Mais les indices découverts par le vaisseau impérial impliquent une seule personne. Celle-ci se nomme Thrawn. Il provient d'une espèce mythique que peu de personnes connaissent. Selon ses propres mots, il a été exilé à cause de ses activités militaires. L'Empereur décide donc de l'envoyer à l'académie des officiers et d'observer de prêt sa carrière.

    SPOILERS

    Ce roman se déroule avant les événements de la série Rebels et se termine juste avant l'apparition de Thrawn dans celle-ci. Il y a longtemps, j'avais lu la série de livres autours de Thrawn dans ce qui est actuellement l'univers légendes, une série considérée comme particulièrement bien écrite. Le retour de Thrawn dans l'univers canon fut donc fortement attendu. Personnellement, je l'ai retrouvé dans la série Rebels dans laquelle il m'a un peu déçu. Ce roman permet de remettre en place le personnage, d'expliquer ses capacités et surtout de décrire son ascension au sein d'une force militaire raciste. Le personnage est très bien décrit et suit ce que l'on connaissait déjà de lui.

    Le roman s'intéresse aussi à un second personnage apparu dans Rebels : Arihnda Pryce. Celle-ci gouverne Lothal, planète sur laquelle la série Rebels prend place. Elle apparait tardivement mais elle est montrée comme sans compassion. L'auteur montre de quelle manière cette femme passe de simple minière à gouverneur grâce à des actes d'espionnages et de trahisons. Il nous décrit une femme sans scrupules capable de tout si cela implique de gagner un peu de pouvoir politique. Alors que ses débuts pourraient être innocents, la fin de ses actes dans ce livre sont particulièrement violents. Elle est donc elle aussi particulièrement bien décrite.

    Ce qui rend ce roman intéressant est la mise en place progressive des deux carrières. On observe les deux personnages tenter de se faire une place et devoir accepter un fonctionnement raciste au sein de l'administration. Les deux doivent se défendre contre des personnes qui ne veulent pas le bien commun mais augmenter leur pouvoir personnel. Mais les deux s'intéressent à des parties différentes de l'Empire et donc ne se rencontrent que tardivement et rarement avant que l'auteur ne décide de mettre en place une relation d'aide mutuelle. L'auteur use aussi d'un ennemi intelligent mais qu'il laisse largement dans l'ombre afin de nous montrer les difficultés d'un Empire de plus en plus contesté par des groupes de rebelles, augmentant les tensions de cet univers.

    *

    **

    ***

    **** Un roman plutôt intéressant

    *****

    Image : Éditeur

  • Tarkin par James Luceno

    Titre : Tarkin
    Auteur : James Luceno
    Éditeur : Penguin 2 juillet 2015
    Pages : 352

    L'Empire est en place depuis quelques années mais sa puissance militaire est énorme. Une grande partie de ses troupes et de ses armes sont basées sur l'armée de la République, bien que les clones et les armes soient en train d'être remplacés. Il est difficile pour la galaxie de se révolter contre une telle puissance, d'autant que les planètes anciennement séparatistes ont été durement traitées par l'Empire. Mais certaines personnes ont l'espoir de réussir à créer un mouvement de révolte. Ces personnes vont se trouver face à Tarkin. Il est l'héritier d'une ancienne famille, son éducation fut difficile, il est l'un des héros de la guerre des clones et, aujourd'hui, il est chargé de vérifier la construction de la future étoile noire. Il ne laissera rien ni personne mettre en danger l'Empire et l'ordre que celui-ci a créé.

    SPOILERS

    Ce roman est meilleur que celui-ci que j'ai terminé récemment, mais le récit est malheureusement moins intéressant que les thèmes traités. Meilleur car l'auteur s'intéresse de manière précise au fonctionnement de l'Empire. Au lieu de ne faire que décrire quelques soldats et gradés Luceno nous explique le fonctionnement administratif précis de l'appareil militaire de l'Empire. Celui-ci est compliqué mais sa description donne une impression de réalisme. Les procédures sont aussi décrites ce qui permet de mieux comprendre certains actes. On apprend, par exemple, que l'Empereur a tendance à rester caché, préférant préparer ses plans concernant la Force. On apprend aussi que l'Empereur aime laisser les hauts-gradés lutter les uns contre les autres, suivant en cela le fonctionnement de certaines dictatures. Ces luttes permettent, bien entendu, de mieux contrôler les ambitions de personnes qui possèdent des pouvoirs importants. Jusqu'à maintenant, je n'ai jamais eu autant l'impression de voir l'Empire comme un système administratif en fonction. Pour cette réussite, j'apprécie ce roman.

    Ce roman s'intéresse aussi spécifiquement à un personnage : Tarkin. Il est connu pour être le commandant de la première étoile noir. Il semble avoir assez d'autorité pour empêcher Vader de faire ce qu'il veut. Et il est dépeint comme extrêmement intelligent et impitoyable. Il est aussi l'un des plus hauts-gradés de l'Empire. Ces caractéristiques sont mises en avant dans ce roman qui permet de montrer l'importance de Tarkin, décrit comme la troisième personne la plus importante de la galaxie. Grâce à des flash-backs, l'auteur nous explique comment Tarkin est devenu ce personnage. Bien que provenant d'une famille riche, il est éduqué comme un soldat en pays ennemis qui doit survivre et gagner uniquement par ses propres forces, au risque de mourir. Il est aussi rapidement lié à un groupe autours du futur Empereur, montrant par-là que les plans de Palpatine se sont mis en place grâce à un groupe de personnes qui pensaient comme lui. Là encore, cette caractéristique donne plus de réalisme à l'univers Star Wars. Malheureusement, l'auteur est aussi obligé de décrire Tarkin comme incapable de comprendre ce qui se joue réellement derrière la Guerre des clones. Au vu de sa description j'ai du mal à croire qu'il n'ait pas eu certaines connaissances.

    *

    **

    *** Il est dommage que ce personnage n'ait pas eu une intrigue à sa hauteur.

    ****

    *****

    Image : Éditeur

  • Lords of the Sith par Paul S. Kemp

    Titre : Lords of the Sith
    Auteur : Paul S. Kemp
    Éditeur : Penguin 26 janvier 2016
    Pages : 368

    TW : Grossophobie

    L'Empire est de plus en plus puissant. Mais cette puissance est défiée par de petits mouvements de révoltes sur plusieurs planètes. L'un de ces mouvements est plus préparé que les autres car il se base sur une organisation de résistance construite durant la guerre des clones. Son leader, Syndulla, refusait aussi bien la République que les Séparatistes et continuer de lutter contre l'Empire. Palpatine, afin d'éviter des actes de plus grande envergure, décide de se rendre sur Ryloth afin de s'attaquer personnellement à cette organisation. Mais son voyage est aussi une opportunité. Serait-il possible de tuer l'Empereur et Vader par un unique attentat ?

    SPOILERS

    Ce roman débute mal. Il commence après un attentat manqué contre Vader. On apprend immédiatement que l'un des plus hauts gradés de l'Empire, Delkor, sur Ryloth travaille avec les rebelles, pour ses propres besoins. Il agit ainsi car il veut prendre la place de la Moff actuelle : Delian Mors. Jusque-là tout va bien mais cela ne va pas durer. Car l'envie de Delkor de faire tomber Mors est basé sur son incapacité à gérer Ryloth au profit d'une vie hédoniste. Delkor fait tout le travail. Malheureusement, l'auteur décide de montrer à quel point Mors est incapable en se basant non seulement sur l'idée qu'elle est fainéante, droguée et qu'elle aime manger mais sur son poids. Toute une page décrit le dégout de Delkor face à elle en décrivant son corps et le lien avec ses manques intellectuels et psychologiques. Ce n'est pas acceptable et cette description a marqué ma lecture jusqu'au bout.

    De plus, on aurait pu espérer une description du fonctionnement administratif de l'Empire. De quelle manière la hiérarchie fonctionne et permet, ou non, une rébellion. On aurait pu espérer aussi plus d'informations sur Ryloth. En l'état, c'est à peine si l'auteur parle du racisme de l'Empire et du lien avec l'exploitation sexuelle des habitant-e-s de la planète. Nous sommes coincés dans une suite d'événements que l'Empereur persiste à considérer être sous son contrôle sans que jamais celui-ci n'explique de quelle manière. On doit accepter son omnipotence et l'existence d'un plan qui n'est explicité qu'à la fin du roman. Et même si on peut l'accepter je me demande si les bases de ce récit supportent vraiment autant de pertes et de danger pour l'Empire. C'est à peine si ce roman se justifie par les pensées de Vader et l'idée qu'il perd définitivement ses liens avec son passé durant ce roman.

    * Évitez ce roman

    **

    ***

    ****

    *****

    Image : Éditeur

  • Queen's Shadow par E. K. Johnston

    Titre : Queen's Shadow
    Autrice : E. K. Johnston
    Éditeur : Disney 5 mars 2019
    Pages : 400

    Ce roman, le premier que je lis dans l'univers canon de star wars, se déroule peu de temps après l'épisode 1 alors que la conclusion prend place à la fin de l'épisode 3. Nous suivons Padmé Amidala alors que son rôle de reine prend fin. Malgré certaines demandes, elle refuse d'amender la constitution de Naboo afin de continuer son rôle de reine. Mais cela ne l'empêche pas de souhaiter continuer à servir sa planète, la démocratie et la République. La question qu'elle se pose concerne la forme que prendra son nouveau rôle. Rapidement, la nouvelle reine lui demande de devenir la sénatrice de Naboo au sein du sénat. Passer de reine à sénatrice n'est pas simple et Padmé pourrait bien perdre ses illusions au sein d'un système qui fonctionne avec difficulté et dont certains membres se préparent à ce qui deviendra la guerre des clones.

    SPOILERS

    Il y a une chose que j'ai beaucoup apprécié dans ce roman : Padmé et ses compagnes. Dans les films celles-ci ne sont que des ombres à peine décrites et montrées. Padmé elle-même n'est pas explicité dans son rôle de reine puis de sénatrice. Le roman élabore ces rôles. Les compagnes ne sont pas de simples atours mais des gardes et des politiciennes entrainées capables de combattre, de soutenir et surtout de prendre la place de Padmé en cas de besoin. La garde-robe elle-même a une grande importance dans ce roman. Outre les aspects d'images et de fonctions celle-ci permet de se préparer à tous les imprévus en cachant des outils et des moyens de défenses importants.

    J'ai aussi apprécié l'ambition de parler moins de combats spatiaux et plus de politique. Ce roman prend place dans un moment charnière entre la fin de la République et le début de l'Empire. Un moment durant lequel, selon les films, la démocratie fonctionne de moins en moins bien. Malheureusement, il me semble que ce roman échoue à vraiment traiter son sujet. Bien qu'il soit intéressant de montrer le passage de reine à sénatrice le travail politique est assez peu décrit et peu présent. Ce n'est que vers les dernières pages que l'on voit Padmé véritablement agir au lieu de suivre, ce qui joue négativement sur mon avis.

    *

    ** Il manque un aspect politique plus assumé pour faire de ce roman une réussite malgré l'amour porté à Padmé par l'autrice.

    ***

    ****

    *****

    Image : Éditeur

  • The consuming fire (The Interdependency 2) par John Scalzi

    Titre : The consuming fire (The Interdependency 2)
    Auteur : John Scalzi
    Éditeur : Pan Macmillan 18 octobre 2018
    Pages : 336

    L'impératrice Grayland II a annoncé au public la fin du système naturel qui permet les communications et le commerce entre les planètes qui constituent l'Interdépendance. Les effets furent mitigés. Personne ne la croit vraiment et le statu quo reste établi. Grayland décide donc d'agir sur un second levier à sa disposition : elle prend le titre de prophétesse et annonce des visions. Cela n'est jamais vu depuis la création de l'Interdépendance. Face à ces visions le monde politique entier est secoué. Rapidement, plusieurs mouvements différents se mettent d’accord : il est nécessaire de déposer cette impératrice qui souhaite absolument détruire leur pouvoir.

    SPOILER

    Ce second tome reprend immédiatement après le premier. Grayland II annonçait préparer un mensonge afin de permettre d'aider à la transition entre l'Interdépendance et le futur. Dans ce contexte il n'était pas forcément utile de continuer la description de cet univers. Celui-ci étant déjà établi. Pourtant, l'auteur a décidé de nous offrir quelques informations plus importantes sur le passé et le fonctionnement physique de ce qui permet les voyages et commerces entre systèmes. Sans nous donner trop d’éléments, on comprend mieux de quelle manière l'Interdépendance et la Terre se sont trouvés séparés et qui en est responsable.

    Tout comme le premier tome, ce second volume est en premier lieu politique. Les combats spatiaux sont très rares mais assez intéressants. En effet, la question principale concerne la réaction des personnes les plus puissantes face à la volonté de l'Impératrice de changer les choses afin de se préparer à la chute de la civilisation. Là où elle souhaite des changements majeurs ses ennemis souhaitent le statu quo. L'auteur nous montre que cela ne découle pas d'un refus de mettre en question la réalité de ce qui approche mais du souhaite de garder le contrôle et les richesses le plus longtemps possibles. Il est difficile de ne pas faire le lien avec notre monde actuel. Alors que le changement climatique est un fait scientifiquement avéré les décisions pour s'y préparer sont lentes, souvent soumises aux besoins de l'économie et donc d'un système stable le plus longtemps possibles, au prix de l'avenir.

    Image : Éditeur

  • La main gauche de la nuit par Ursula K Le Guin

    Titre :  La main gauche de la nuit
    Autrice : Ursula K Le Guin
    Éditeur : Laffont 1971 (1969)
    Pages : 330

    J'avais déjà tenté de lire des romans de Le Guin, Terremer, mais je n'avais pas du tout aimé. Après réflexions, j'ai décidé de tenter ce roman. Il a reçu le prix Hugo et il est très bien considéré. Ce roman prend place dans un cycle qui décrit un univers géré par une forme d'association reliant toute l'humanité, l'Ekumen. Mais cette association n'est pas toute puissante, elle ne fait que faciliter les contacts. Le héros, est un envoyé de l'Ekumen afin de proposer une alliance à une planète nouvellement découverte : Gethen. Celle-ci est très froide et inhospitalière mais cela n'a pas empêché l'humanité de créer et de survivre jusqu'à mettre en place plusieurs états. Mais la plus grande surprise est la biologie. Les Gethenien-ne-s ne sont ni femmes ni hommes. La majeure partie du temps ce sont des personnes sans genres ni sexes. Ce n'est que lors de périodes précises, sexuelles, que ces humain-e-s peuvent intégrer les caractéristiques de l'un ou de l'autre sexe biologique. L'Envoyé est donc une bizarrerie à plus d'un titre et cela pourrait jouer sur sa réussite.

    SPOILERS

    Ce roman place deux personnages précis face à des informations qui ne sont pas maitrisées. L'envoyé, Genry, provient de l'Ekumen et de la Terre. Il se rend sur une planète dont il ne comprend pas totalement le fonctionnement sociologique et politique. Le seconde, Estraven, est un premier ministre qui tente de comprendre les conséquences de l'entrée dans l'Ekumen pour son peuple. Ce point de départ permet de parler d'un grand nombre de thème qui démontrent une influence de la sociologie et de l'anthropologie sur Ursula K Le Guin. Non seulement l'autrice tente de faire de Genry un observateur du fonctionnement des sociétés de la planète Gethen mais elle essaie d'expliciter la création des états. Je ne pense pas être tout à fait d'accord avec elle mais elle tente d'expliquer que les états modernes, nations, se construisent sur un temps long avec une unification de plus en plus importante et une centralisation du pouvoir. Celle-ci se met en place à l'aide des voies de communications, aussi bien les routes que la radio. Deux états sont visités dans ce roman. Le premier est un lieu quasi féodal avec un roi tandis que le second est gouverné par des Commissaires qui se basent sur une administration importante et le contrôle des déplacements et de l'identité. Ce dernier exemple est inquiétant et Le Guin montre que les personnes marginalisées peuvent souffrir d'un tel contrôle.

    On ne peut pas non plus passer outre l'information la plus importante de ce livre. Ces humain-e-s, sur Gethen, ne sont ni des femmes ni des hommes. Illes n'ont ni genre ni sexe définis pendant une grande partie de leur vie, en dehors des périodes de sexualité ou de grossesse. Toutes personnes peuvent donc intégrer les caractéristiques biologiques du sexe féminin ou masculin lors de leur vie. Le héros, Genly, est biologiquement homme. Bien entendu, la société de Gethen est beaucoup moins divisée en termes de genre. Étant donné qu'il n'y a pas de pensée de dualité biologique il n'y a pas non plus de pensées sur les différences en termes de rôles de genre. Seul Genry pense ces différences et, à plusieurs reprises dans le roman, il tente de masculiniser ou de féminiser ses interlocuteurs en prenant en compte le contexte.

    Bien que ces tentatives via Genry soient très traditionnelles, la personne qui le loge est vue comme féminine tandis qu'Estraven est vu comme masculin dans un contexte politique, on peut se demande si cela n'est pas souhaité par l'autrice. En tentant de genrer cette société en prenant en compte le contexte de ses interactions avec ses interlocuteurs Genry permet de questionner la division duale de la société, basée sur la vision externe des sexes dits biologiques. Si Genry est incapable de genrer sans utiliser le contexte cela ne veut-il pas dire que les divisions de genre sont des constructions sociales et historiques ? Et donc que Genry, et nous par la même occasion, avons tort d'essayer de consolider des différences qui n'existent pas réellement ?

    Ce roman est ma seconde tentative de lire Le Guin. Alors que la première ne fut pas une réussite j'ai bien apprécié ce roman. Il n'est pas parfait mais il est très intéressant. Le contexte général existe mais n'est pas trop important afin de ne pas écraser l'intrigue précise du roman. L'histoire de Genry et d'Estraven permet de présenter des réflexions sur le genre et la construction de l'état. Cela est aidé par des ajouts de type mythologiques au sein du texte, nous permettant de mieux comprendre le fonctionnement de l'humanité de cette planète. Ayant apprécié ce roman je vais tenter un second tome dans ce même cycle.

    *

    **

    ***

    **** Un roman qui subit son âge mais que j'ai beaucoup aimé.

    *****

    Image : Éditeur

  • Doctor Who. Combat Magicks par Steve Cole

    Titre : Doctor Who. Combat Magicks
    Auteur : Steve Cole
    Éditeur : BBC books 22 novembre 2018
    Pages : 272

    CW : Nombreuses morts

    La Doctor et ses ami-e-s voyagent ensembles depuis plusieurs semaines. Mais leur dernier voyage est plus mouvementé que prévu. Illes traversent quelque chose dans l'atmosphère terrestre ce qui pousse la Doctor à atterrir. Le groupe se retrouve en Gaule romain. Ce ne serait pas un problème si le lieu de leur atterrissage n'était pas aussi le lieu de la bataille entre les Romains, les Huns et leurs alliés respectifs. Mais le groupe n'a pas le temps d'observer la création sanglante de l'histoire car des êtres étranges semblent manipuler les événements sous le couvert de la magie. Il n'en faut pas plus pour que la Doctor décide de s'impliquer, malgré les risques.

    SPOILERS

    J'étais curieux de savoir comment les auteurs de ces livres allaient traiter le groupe et la Doctor. Pendant longtemps, seule une ou deux personnes voyageaient dans le TARDIS et cette nouvelle Doctor est bien plus pacifique que ses anciennes incarnations. Il semble que les auteurs et autrices aient reçu certaines informations car le fonctionnement du roman est proche de celui de la saison 11. L'aspect science-fiction et la Doctor ne sont pas aussi importants. Steve Cole se concentre sur l'époque durant lequel a lieu l'intrigue. Il décrit les généraux importants ainsi que les raisons derrière leurs combats, sans pour autant écrire un livre d'histoire. Comme dans la saison 11, quelques faits sont donnés par l'auteur. De plus, la Doctor est tout aussi bricoleuse que dans la série et fait tout pour rester pacifique.

    La caractérisation du groupe et de certains personnages est proche de la série. Cela permet de créer quelques situations cocasses, comme Ryan qui essaie de faire peur à une romaine grâce à son natel. Malheureusement, l'intrigue générale ne m'a pas convaincu. Inclure les ennemis dans l'histoire de Rome et des barbares est intéressant. Cela permet aussi de montrer que la Doctor ne passe pas inaperçue. Mais j'ai l'impression que l'intrigue est trop lente. Steve Cole prend trop de temps à décrire la future bataille et les actes des ennemis au lieu de nous donner des indices sur leur fonctionnement ainsi que de faire avancer l'intrigue.

    *
    **
    *** Un roman moyen même s'il réussit à rester fidèle aux personnages de la série.
    ****
    *****

    Image : Éditeur

    image.jpg

  • Chronicles of Amicae 1. City of broken magic par Mirah Bolender

    Titre : Chronicles of Amicae 1. City of broken
    Autrice : Mirah Bolender
    Éditeur : Tor books 20 novembre 2018
    Pages : 400

    Laura est une jeune femme comme les autres. Elle n'est pas particulièrement riche mais elle n'est pas pauvre non plus. Elle vit au jours le jours, aidant sa tante à l'élever. Comme beaucoup de personnes, elle cherche un travail qui lui permette de subvenir à ses besoins. C'est lors de cette recherche qu'elle tombe sur une annonce qui l'a fait rêver : être une Sweeper. Leur travail est de vaincre les monstres qui s'attaquent à des objets magiques. Des monstres créés il y a des siècles lors d'une guerre coloniale. C'est un travail dangereux. Rendu plus dangereux encore alors que la cité d'Amicae considère être en sécurité grâce à ses murs. Les Sweepers ne sont plus que deux pour éviter à la cité de tomber. Pire encore, illes sont régulièrement attaqué sur le plan politique et médiatique.

    SPOILERS

    Ce roman est la première production de son autrice. Il est donc parfaitement acceptable qu'il ne soit pas parfait et je trouve l'idée prometteuse. On ne suit pas un homme dont le destin est de sauver le monde. Il n'y a pas de prophétie apocalyptique. Ce n'est même pas une guerre. Cet univers se déroule 500 ans après la guerre. La population s'est concentrée dans des villes protégées dont la technologie a avancé en même temps que l'usage d'une magie de plus en plus couteuse. C'est, d'ailleurs, le contrôle de cette magie qui a lancé la guerre coloniale. L'idée que, pour se défendre, des monstres aient été créés est intéressante. Tout aussi intéressante est l'aspect de plus en plus intelligent de ces monstres selon le lieu géographique et le temps de gestation. Les Sweepers, chargés de les détruire, ne sont pas des héros mais une forme de police parallèle spécialisée. Laura doit donc apprendre sur le tas et elle ne réussit rien qui ne soit dû à sa propre intelligence ou à l'aide d'autres personnes aussi formées qu'elle. C'est plutôt rafraichissant.

    Cependant ce premier tome connait un certain nombre de problèmes. Pendant une bonne partie du roman, on n'a pas l'impression de retrouver une intrigue. Bien que des indices soient placés, ce n'est que tardivement que l'on comprend les problèmes. Ceux-ci sont avant tout de nature politique et économique, l'envie de faire plus d'argent aux dépens d'une organisation jugée obsolète. Il faut donc s'accrocher pour enfin comprendre ce que l'autrice souhaitait mettre en place. La construction de l'univers n'est pas non plus parfaite. Plutôt que d'intégrer le racisme de cette société dans son fonctionnement l'autrice semble simplement nous expliquer que certaines populations sont mises au ban de la société, voire mises en esclavage. Cette procédure affaibli fortement le propos, d'autant que les victimes de ce racisme semblent être proche de la culture japonaise. Malheureusement, le roman joue sur l'idée d'utiliser la culture japonaise dans le cadre d'un univers de fantasy mais échoue. Nous restons dans un cadre très occidental.

    *
    **
    ***
    **** Un premier roman prometteur mais l'autrice ne va pas au bout de ses idées et j'ai un peu l'impression de m'être fait avoir.
    *****

    Image : Éditeur

    9781250169273.jpg

  • The Expanse 1 L'éveil du leviathan par James S.A. Corey

    Titre : The Expanse 1 L'éveil du Léviathan
    Auteur : James S.A. Corey
    Éditeur : Actes Sud 2014
    Pages : 640

    À une époque future indéterminée l'humanité a découvert un nouveau mode de propulsion permettant de créer une accélération importante. Cette découverte a permis la colonisation de la Lune et de Mars mais aussi de la ceinture d'astéroïde. Le système solaire reste divisé. La Terre semble unie sous l'égide des Nations Unies. Elle possède une alliance difficile avec Mars dont l'arsenal militaire est récent. Les deux planètes contrôlent la ceinture à l'aide de taxes et des ressources nécessaires pour survivre. Mais celle-ci est aidée par une organisation paramilitaire qui milite pour la liberté des personnes qui vivent dans la Ceinture. En effet, non seulement ces personnes sont taxées mais elles travaillent pour des entreprises privées qui envoient des milices s'occuper de la police. Dans cet équilibre instable un transporteur d'eau civil est détruit par un vaisseau que personne ne semble capable d'identifier.

    SPOILERS

    Comme beaucoup de personnes, je pense, j'ai découvert cet univers à l'aide de la très bonne série de Netflix. Voulant en savoir plus, et avancer plus vite que la série, j'ai souhaité lire le premier tome. Celui-ci se déroule après la première saison de la série, à moins que je ne me trompe. Contrairement à la série, nous ne suivons que deux personnes : Miller un inspecteur de police sur Cérès et Holden second puis capitaine d'un vaisseau civil. Les deux personnages se trouvent impliquées dans des événements qui conduisent à la prise de contrôle de l'avenir de l'humanité. Malheureusement, aucun de ces deux personnages ne m'ont convaincu. Miller est une caricature de vieux policier usé qui s'implique trop dans une dernière affaire tandis qu'Holden est la caricature du type sympa à la morale qui ne souffre aucune exception. Si l'on ajoute des vies privées consternantes de bons sentiments et de sexualités on arrive à la limite de ce que je peux accepter sans soupire d'exaspération.

    Malheureusement, l'intrigue en souffre. La série a pris le bon choix d'utiliser un certain nombre de points de vue qui permettent d'une part d'observer ce qui arrive et de garder un certain mystère, en particulier en ce qui concerne Mars. Les points de vue abordés dans le roman sont trop éloignés pour donner le même intérêt. En effet, le roman essaie de nous dépeindre une situation politique et économique tendue. On nous explique les forces en présences mais aussi leurs équilibres puis on ajoute un événement qui crée une cascade catastrophique et incontrôlée. Mais les deux personnages points de vue sont trop éloignés pour pouvoir donner une impression plus forte de l'effet des événements du roman. Ils se contentent de réagir face à des informations parfois anciennes. Je n'ai donc pas autant réussi à entrer dans l'intrigue malgré une construction intéressante de cet univers. Finalement, je doute fortement continuer à lire cette série de romans.

    *
    **
    *** Un roman que je ne peux pas qualifier de mauvais mais qui ne réussit pas à me convaincre
    ****
    *****

    Image : Éditeur

    9782330033118.jpg

  • Une histoire politique de la démocratie directe en Suisse par Olivier Meuwly

    Titre : Une histoire politique de la démocratie directe en Suisse
    Auteur : Olivier Meuwly
    Éditeur : Alphil 2018
    Pages : 132

    Discuter de la démocratie directe est un exercice périlleux, en particulier en Suisse. Nombreuses sont les personnes qui s'inquiètent d'une force trop importante des mécanismes de démocratie directe, qui pourraient mettre en question des droits fondamentaux. Tout aussi nombreuses sont les personnes qui s'inquiètent d'un irrespect des décisions du peuple. Mais nous ne connaissons que peu les processus qui ont mené aux instruments que sont le référendum et l'initiative utilisés actuellement. Olivier Meuwly essaie, dans cet essai historique, de résumer les idées philosophiques et les changements qui ont présidés à la mise en place de la démocratie directe suisse.

    Avec raison, l'auteur explicite le lien important de la démocratie directe avec l'ancien régime et, en particulier, la landsgemeinde. Cet outil, encore utilisé dans certains lieux, fonctionne dans le cadre d'une pensée médiévale mais n'est pas l'expression du peuple tel qu'on la conçoit aujourd'hui. La landsgemeinde, comme beaucoup d'auteur-e-s l'ont montré, est soumis au pouvoir de certaines familles. Elle est aussi critiquée lors de la Révolution française, et de la mise en place de la République helvétique, car contraire à l'idée de rationalité, tout comme l'usage du sort pour choisir les dirigeants.

    Ce n'est qu'après la restauration puis la guerre du Sonderbund que la démocratie directe a commencé à véritablement ressembler à ce que l'on connait aujourd'hui. Mais ce n'est que progressivement que ces instruments furent imaginés et acceptés par un pouvoir radical puissant. En particulier, ce sont les oppositions face à des politiques de création de lignes de train qui commence à permettre de défendre une volonté populaire face à une centralisation et une homogénéisation du droit en Suisse. Bien que ces droits populaires ne fussent pas encore beaucoup utilisés, ils ont permis d'obliger la confédération à accepter certaines idées. Mais l'essor n'a lieu que bien plus tard.

    En effet, après les deux guerres, et l'usage des pleins pouvoirs par les autorités de la confédération, la Suisse est devenue plus social avec la création de l'AVS. Mais les années 60 sont l'occasion de comprendre que de nombreuses parties de la population ont des idées que ne sont pas défendues par les partis traditionnels. Dans ce cadre, l'initiative et le référendum permettent d'imposer des débats sur des sujets de plus en plus nombreux, marquant un accroissement important des votations. Ceci implique une critique des décisions du peuple et le souhait de réformes, mais qui n'ont jamais pu être mises en œuvre par peur de briser une mécanique délicate.

    Ce petit livre donne un grand nombre d'informations qui permettent de mieux comprendre le fonctionnement politique de la Suisse. L'auteur n'hésite pas à questionner les débats et les idées philosophiques et idéologiques derrière certains souhaits de réformes. Le dernier chapitre est particulièrement délicat de ce point de vue puisque Oliver Meuwly discute initiatives récentes dont l'application fut délicate, si ce n'est abandonnée. Bien qu'il parle des réformes proposées, je trouve frustrant que le message de l'auteur soit d'éviter tout changements. Ceci me donne l'impression de mettre sur un piédestal des instruments certes nécessaires mais dont les réformes devraient pouvoir être discutées afin de défendre certains droits fondamentaux ou de s'adapter à la période.

    Image : Éditeur

    23-sitealphil-une_histoire_politique.jpg

  • Noumenon Infinity par Marina J. Lostetter

    Titre : Noumenon Infinity
    Autrice : Marina J. Lostetter
    Éditeur : Harper Voyager 14 août 2018
    Pages : 576

    Il y a près de 2000 ans, l'humanité a envoyé 12 convois dans l'espace chargés d'étudier des points intéressants de l'espace. Seul Noumenon est revenu sur une terre bien différente avec des informations concernant une mégastructure dans le système Lq Pyx. Malgré les réticences des autorités terriennes, une seconde mission est décidée afin de compléter la super structure et de comprendre l'espèce qui semble l'avoir construite, ou qui semble avoir tenté de continuer sa construction. Là encore, le temps impliqué sera énorme. De plus, une seconde mission pourrait bien donner des informations importantes sur Lq Pyx. Car le convoi 12 qui a étrangement disparu n'est pas perdu.

    SPOILERS

    Noumenon Infinity est la suite directe de Noumenon. Bien que le premier chapitre se déroule bien avant l'envoi des convois, alors que le convoi 12 est réaffecté sous la direction de Vahni Kapoor, titulaire d'un doctorat sur le mode de propulsion utilisé par les convois. Tout comme dans Noumenon, on suit plusieurs points de vue dans des chapitres consacrés après un temps plus ou moins long. Mais cette fois nous avons la perspective du convoi 12 et celle du convoi 7. Alors que ce dernier permet de mettre en avant les changements sociologiques dû à la construction de la mégastructure et de la division de la flotte afin de comprendre les aliens le convoi 12 s'intéresse au mystère de leur arrivée dans une région et un temps inconnu. Ces deux points de vue fonctionnent très bien tout en se mêlant afin de donner de nombreuses réponses à l'intrigue générale.

    Le premier tome se concentrait sur les voyages et les changements culturels et sociologiques, avec le choc du retour sur Terre comme problème majeur de la seconde partie. Ce second tome s'intéresse toujours autant à ces changements mais l'autrice, Marina J Lostetter, s'amuse avec des temporalités bien plus importantes et plusieurs convois. Comme dans le premier tome, ces changements sont logiques et basés sur un fonctionnement antérieur. Mais le convoi 7 s'intéresse bien plus à la construction de la mégastructure et à l'effet que celle-ci a sur l'équipage. Pendant la lecture, on passe d'une attente à la construction puis à la fin de celle-ci pour mieux continuer sur l'impression d'une erreur destructrice et enfin une impression de merveilleux. Lors de toutes ces étapes, ce qui compte n'est pas la division mais la mise en place d'une société unie en direction d'un but commun, que celui-ci soit la survie, une œuvre ou la recherche scientifique. L'autrice nous donne un point de vue optimiste sur l'humanité, certes imparfaite mais capable de tout si on lui donne un but futur.

    Enfin, je suis dans l'obligation de mentionner la diversité mise en place par l'autrice. Cette question est particulièrement importante alors que les communautés concernées demandent une véritable diversité et non une annonce externe sans que rien ne puisse permettre de le deviner au sein de l’œuvre, une annonce dont J.K. Rowling est malheureusement devenue une experte à la tristesse de nombreuses personnes. Premièrement, les personnages sont de cultures et de provenance diverses, ce qui était le cas aussi du premier roman. Mais les personnages du convoi 12 ne sont pas clonés selon leur potentiel génétique, une décision remise en cause dans ce roman, mais selon leurs capacités et les besoins du convoi en termes scientifiques. Illes ne sont pas élevés dans un monde conçu pour les préparer mais proviennent de cultures différentes. De plus, l'autrice n'hésite pas à user de personnages à la sexualité et à l'identité de genre différents. Le premier tome donnait le point de vue d'une lesbienne. Ce tome nous offre une asexuelle en relation polyromantique et une femme transgenre. Ces caractéristiques ne sont pas mises en question mais sont décrites comme une part de l'humanité. Ainsi, l'autrice ne justifie pas leur existence, ces personnages sont ce qu'illes sont. Bien que j'apprécie cet effort, je ne me permettrais pas de juger de la réussite ou de l'échec de l'autrice à bien représenter ces identités. Je terminerais sur l'impression que certaines scènes n'auraient probablement pas pu être écrites par un homme.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** Le premier tome a été l'une de mes meilleures surprises en SF de l'année. Je me suis immédiatement procuré le second tome qui, selon moi, est meilleur que le premier. J'espère que Marina J. Lostetter écrira encore beaucoup de romans.

    Image : Éditeur

    x400.jpg