09/02/2014

Beauté fatale. Les nouveaux visages d'une aliénation féminine par Mona Chollet

Titre : Beauté fatale. Les nouveaux visages d'une aliénation féminine9782355220395.gif
Auteure : Mona Chollet
Éditeur : La Découverte 2012
Pages : 237

Je sais, je sais. Honte à moi de n'avoir jamais lu Mona Chollet avant aujourd'hui. J'avais entendu parler d'elle, et en bien, mais je n'avais pas pris le temps de m'y intéresser. Cette erreur est maintenant réparée avec un livre qui m'intéressait particulièrement (et qui peut fâcher certaines personnes). Celui-ci permet à l'auteure d'analyser la manière dont l'industrie de la mode agit sur la perception de la beauté autant sur soi que sur les autres. Cet essai polémique, plus qu'une étude, place de nombreux points sur les I et on se demande comment une industrie aussi déviante peut encore exister.

Pour cette étude Mona Chollet écrit 7 chapitres qui s'intéressent chacun à certains points de la mode et de la beauté. Alors que les deux premier permettent à l'auteure de noter un certain retour en arrière, backlash, elle note aussi que ces retours se forment souvent lors de certains contextes particuliers. Pour analyser celui-ci elle décide de s'intéresser au milieu de la mode. Les chapitres suivant seront l'occasion d'expliquer pourquoi analyser ce milieu particulier. Il faut bien avouer que la prose de l'auteure et à la fois jouissive et inquiétante. Je ne vous dis pas les rires qui m'ont soudainement pris lors de pique sarcastique. Par exemple, les passages sur Gossip Girl sont magnifiques. Mais elle montre aussi un milieu qui s'observe lui-même tout en se considérant comme supérieur. Un milieu qui impose aux femmes un certain standard et qui, en cas de dérives, rejette toute responsabilité. Ainsi, le fait que les modèles soient majoritairement des femmes blondes et blanches extrêmement mince est considéré comme une demande de consommateur et naturalisé comme la forme de beauté parfaite. On oublie totalement les aspects structurels du racisme et l'historicité de la beauté. J'ai aussi trouvé très intéressant de considérer les maladies que sont la boulimie et l'anorexie non comme de simples désordres psychologiques individuels mais de les placer dans un fonctionnement social qui pousse les femmes à suivre un idéal dangereux et à se priver continuellement. Ce ne sont que quelques exemples d'un livre très intéressant qui frappe là ou ça fait mal et que je considère comme une lecture nécessaire pour tout le monde, femmes comme hommes.

Image: Éditeur

28/06/2011

Web history sous la direction de Niels Brügger

Titre: Web history310469_cover.jpg
Auteur: Niels Brügger
Éditeur: Peter Lang 2010
Pages: 362

Le web, comme tout le monde le sait, a profondément changé notre façon de vivre. En effet, depuis son apparition dans le public celui-ci a révolutionné ou est en voie de révolutionner plusieurs aspects de notre société. Il est donc naturel que des chercheurs tentent de comprendre le web. Mais la rapidité des changements informatiques ont impliqué que les recherches se sont faites surtout sur des aspects immédiats du web sans réussir à comprendre sa dimension historique. Il est vrai que réussir une histoire du web est compliqué. Il faut créer une nouvelle méthodologie à partir d'un matériel dont la principale caractéristique est la rapidité et l'oubli du passé. Comment, dans ce contexte, réussir à analyser d'une manière historique le web? C'est ce que ce livre tente de nous montrer.

Pour comprendre comment on peut faire de l'histoire du web l'éditeur, Niels Brügger, a décidé de diviser le livre en quatre parties. La première nous donne les aspects les plus théoriques de ce type d'histoire. Cette première partie nous permet de connaître l'objet mais aussi les principaux enjeux de l'archivage du web. Un archivage nécessairement incomplet puisqu'une grande partie des contenus ont disparus et puisque l'on ne peut pas tout archiver. Il faut donc faire un choix.

La seconde et la troisième partie m'ont paru plus intéressante car nous entrons dans l'histoire du web proprement dites plutôt que dans les aspects méthodologiques. Pour cela nous avons accès à des exemples qui analysent aussi bien l'aspect culturel que l'aspect économique du web. Les contributions que j'ai le plus appréciées sont celles qui analysent l'usage du web par les groupes d'extrême droite des États-Unis et l'usage de la webcam. Dans le coté économique j'ai beaucoup aimé l'article concernant le développement du site internet de la BBC. Cet article nous montre très bien que le développement ne dépend pas seulement des aspects techniques ou des acteurs mais aussi des événements. En effet, certains événements particuliers ont obligé les acteurs de la BBC à changer leur manière de comprendre le web et de l'utiliser en direction d'un rapport plus étroit avec le citoyen devenu contributeur.

La dernière partie m'a moins intéressé et j'avoue ne pas avoir pris le temps de la lire avec attention. Elle concerne les défis de l'utilisation du matériel du web dans le contexte des musées et des archives. Comment créer une collection avec le web? Comment l'organiser? Et surtout, comment la présenter au public?

Étant donné que ce livre est le premier volume concernant l'histoire du web que j'aie parcouru je ne suis pas capable de faire une véritable critique. Le fait qu'il soit écrit en anglais est aussi un facteur important puisque ma lecture en a été un peu plus difficile. Cependant, le vocabulaire n'est pas particulièrement compliqué pour quelqu'un qui est habitué à lire en anglais. J'ai aussi trouvé les contributions intéressantes dans l'ensemble. Mais ce qui fait l'intérêt de ce livre c'est surtout qu'il s'intéresse à un champs scientifique encore marginal mais qui, à mon avis, ne peut que prendre de l'importance à mesure que le web prendra se développera. Il est donc important que ce champs se développe et que l'on réfléchisse à archiver sérieusement le web.

Image: Éditeur

06/05/2011

La démocratie à l'ère numérique par Henri Oberdorff

Titre: La démocratie à l'ère numérique9782706115745_cv_medium.jpg?1265979892
Auteur: Henri Oberdorff
Éditeur: Presses Universitaires de Grenobles 2010
Pages: 205

Comme je l'ai déjà dit je suis très intéressé par les utilisations des nouvelles technologies de l'information et de la communication. Je suis particulièrement attentif à leurs utilisations en matière de surveillance. Que celle-ci soit le fait de l'état ou d'entreprises privées comme facebook ou apple. C'est pourquoi je me suis intéressé au livre de M. Obrdorff. Ce livre tente de comprendre comment les NTIC influent et transforment la société démocratique. Non seulement en la facilitant mais aussi par les défis que le numérique offre à la démocratie. La question est donc de savoir comment utiliser au mieux les outils que fournissent les NTIC mais aussi de savoir comment éviter ou stopper les dérives qu'impliquent ces même outils.

Le livre de M. Oberdorff se divise en deux grandes parties. La première tente de comprendre comment le numérique peut étendre la démocratie. L'auteur considère que les outils de l'internet permettent, non seulement, de créer des outils de votes en lignes mais surtout de créer une communication plus importante entre le citoyen et l'administration ou/et les élus. Ainsi l'auteur observe que les politiciens et l'état mettent en place de nombreuses plateformes pour communiquer les résultats et les idées mais aussi pour écouter les citoyens. Parallèlement, une e-administration se développe. Celle-ci permet d’accéder beaucoup plus facilement aux outils administratifs dont les citoyens pourraient avoir besoin et, donc, à rendre la réponse plus rapide pour un coût moindre.

La seconde partie du livre permet à l'auteur de se poser la question des dérives et des défis que l'internet offre à la démocratie. Ainsi, l'auteur commence par examiner la cyberdélinquance d'une manière très détaillée ainsi que les réponses que l'état offre à celle-ci. M. Oberdorff considère que la cybercriminalité atteint souvent les droits fondamentaux et, donc, doit être stoppée. Dans un second temps l'auteur examine les dérives sécuritaires de l'internet en observant qu'il est de plus en plus difficile, pour le citoyen, d'éviter d'être fiché à un endroit ou un autre. Ensuite M. Oberdorff examine quel type de citoyen implique une cyber-démocratie. Il propose d'offrir un accès de qualité à un nombre élevé de citoyens pour que ceux-ci puissent participer à la prise de décision ou contester une décision.

Je suis très critique face à ce livre. Par parce que je suis fondamentalement contre les positions de l'auteur ou parce que je considère ce livre comme mauvais mais plutôt parce que je considère qu'il n'est pas complet. Premièrement, je considère que ce livre est beaucoup trop franco-centriste pour être convainquant et beaucoup trop axé sur le droit (français). Je trouve que l'on perd une grande partie des usages réels d'internet si on se base sur un seul pays, l'auteur semble ne pas considère qu'il puisse exister une forme de démocratie directe, et sur le droit. En effet, le droit n'indique pas les usages mais les contrôles que la société souhaite créer. Ensuite, au contraire de l'auteur je considère que les technologies sont formée dans un contexte socio-politique et communiquent une pensée socio-politique particulière. Donc, les technologies sont loin d'être neutres. Je trouve aussi que l'auteur est beaucoup trop positif face aux usages démocratiques de l'internet. En effet, non seulement je pense qu'il faudrait analyser la manière dont les citoyens utilisent ces outils plus que leur existence mais je pense aussi qu'il faudrait être plus prudent face aux utilisations malveillantes de l'internet. Dans ce cadre je trouve révélateur que l'auteur n'analyse que très rapidement la surveillance étatique ou/et des entreprises. J'ai donc eu l'impression de me trouver en face d'un livre techniciste qui analyse l'existence d'outils et qui souhaite créer un nouveau type de citoyens mais qui oublie les usages réels et les attentes de la part de ces même citoyens. Je déplore aussi l'absence d'analyse de l'internet que je qualifierais alternatif. Alternatif dans le sens ou il ne s'inscrit pas dans la société capitaliste telle que nous la connaissons. Ainsi, aucun chapitre ne mentionne le mouvement du libre alors que c'est une action très importante. Cependant, cela ne veut pas dire que je n'ai pas apprécié les propose de M. Oberdorff. Simplement, je suis très critique face à ses positions que je trouve trop détachées du monde social.

Image: Éditeur

11/12/2008

L'industrie du disque viole t'elle nos droits?

Je me pose cette question depuis quelques temps. En effet, l'industrie du divertissement multiplie les procédés de contrôles contre le piratage. Le consommateur semble être devenu un voleur pour tout ce qui concerne la musique, les films et les jeux vidéos (bien que cela concerne aussi les livres mais ceux-ci sont difficilement piratables). Je ne dirais pas que protéger ses œuvres n'est pas légitime même si je pense que les industries concernées devraient revoir leur stratégie.
En effet, il devient de plus en plus difficile de copier un CD/DVD et les protections ont même eu comme conséquences d'empêcher la lecture du produit acheté tout a fait légalement. Certains ordinateurs se voient imposé un contrôle de licence suite à quoi le logiciel est désactivé. J'ai aussi lu (malheureusement je ne retrouve plus l'article mais si je met la main dessus je le fournirais) que des chercheurs ont réussi a créer des lecteurs CD/DVD capable de reconnaitre les CD/DVD gravés et donc, probablement, permettra de bloquer la lecture de ceux-ci.
Mais, en tant que propriétaire légal d'un produit acheté de manière tout a fait licite, je me sens le droit de le copier pour mon usage strictement privé. Il est bien connu que les CD/DVD se détériorent, peuvent se rayer ou alors peuvent être perdu voir détruit. Je trouve donc parfaitement légitime le souhait d'en faire une copie pour éviter de devoir acheter une seconde fois un produit. Et pourtant il semble que cela devienne de plus en plus compliqué. D'où ma question: empêcher la copie, pour un usage privé, d'un objet acquis de manière légale est-elle une violation de nos droits de consommateurs?

21:53 Écrit par Hassan dans Médias | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |  Facebook

21/10/2008

La vérité sur la dépendance aux jeux vidéos

Entre hier et aujourd'hui sortent plusieurs articles parlant de statistiques sur la dépendance aux jeux vidéos. Loin de moi l'idée de penser que la consommation irraisonnée de ces jeux est bon pour les personnes mais je souhaite tout de même faire une remarque. Il se trouve que les jeux vidéos sont les victimes de la chasse aux sorcières envers tout ce qui est virtuel. Oui on semble penser que tout ce qui est virtuel est mal et particulièrement cette catégorie bizarre que sont les jeux vidéos. Ceux-ci détruisent les liens sociaux et empêchent la réflexion.
Et pourtant il existe d'autres catégories du même type qui sont beaucoup moins vilipendées dans la presse. Aujourd'hui même le 24 heure publie un article sur les wargames, Cette article n'est pas élogieux mais fait partie de ce mouvement de redécouverte de jeux prétendus sains puisqu'ils permettent aux enfants de rencontrer d'autres enfants face à face. C'est oublier un peu vite l'assaut de critiques dont ils furent les victimes il y a quelques années, satanisme, perversion, exutoire pour les sectes et j'en passe. Mais ils sont redevenus respectable du jours au lendemain!
Pourquoi donc ce changement? Je pense que c'est la peur, Nous avons peur de ce qui est nouveau ou différent et, donc, nous critiquons ces choses nouvelles non-orthodoxe qu'une personne normale et saie d'esprit ne peut pas aimer. Et pourtant énormément de personnes saines d'esprit existent dans ces différentes formes de liens sociaux. Heureusement je suis certain qu'une nouveauté arrivera prochainement reléguant les jeux vidéos dans la saine conformité de la jeunesse saine.

10:40 Écrit par Hassan dans Général, Médias | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : medias, jeux, normalite | | | |  Facebook

08/10/2008

L'histoire parle de Picasso

Ce mois le magazine l'Histoire a décidé de faire un numéro spécial sur Picasso. Nous trouovons donc un dossier intéressant sur sa vie mais aussi sur ses oeuvres et ses liens avec le communisme. Mais ce n'est pas tout car nous pouvons y trouver un article sur Gilles de Rais et ses supposés crimes. Un autre sur les ressources alimentaires de la planète et les défis qui nous attendent. Mais aussi sur la vision du loup, Garialdi tout en faisant un bilan de la Présidence Bush. Comme d'habitude un bon dossier fouillé et de petits articles intéressant pouvant nous amener a faire des recherches sur des points particuliers.
Sommaire
335.jpg

15:18 Écrit par Hassan dans Culture, Histoire, Loisirs, Médias, Science | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, picasso | | | |  Facebook

22/07/2008

Ciel et Espace LHC, carte céleste et nuit des étoiles

Le magazine Ciel et Espace d'aout est donc sorti aujourd'hui. Celui-ci nous donner un superbe guide pour ceux qui voudraient participer à la nuit des étoiles en observant. Mais a coté de cela nous retrouvons une alternative à la théorie des cordes, un article sur la plus vieille carte céleste connue ainsi qu'un article sur les dangers imaginaires du LHC (Large Hadron Collider). C'est donc, encore une fois, une suite d'articles des plus intéressant pour ceux qui veulent en savoir plus.

11/07/2008

La revue l'Histoire met le Japon à l'honneur

J'ai terminé hier le numéro 333 de la revue l'Histoire. Comme chaque années a cette période la rédaction en profite pour créer un numéro spécial sur un thème particulier et cet été c'est le japon. Moi même ne connaissant pratiquement rien sur le Japon mis a part quelques histoires romancées comme les samouraïs j'attendais ce numéro avec impatience. Et je n'ai pas été déçu car celui-ci fait une bonne synthèse de l'Histoire du Japon, depuis ses débuts jusqu'à aujourd'hui. Donc pour tous les amoureux du Japon et tous les autres je pense que ce peut être un bon numéro a posséder.
Lien vers le sommaire
333.jpg

09:59 Écrit par Hassan dans Culture, Formation, Histoire, Loisirs, Médias, Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, japon | | | |  Facebook