06/06/2015

Ex Machina (attention spoilers!)

Lorsque j'ai vu la bande annonce du film pour la première fois je me suis dit que celui-ci avait l'air intéressant. J'imaginais un film de SF intelligent autours des IA. Le film nous place dans notre époque. Un jeune programmeur gagne un voyage dans la demeure du chef de l'entreprise qui gère un moteur de recherche extrêmement sophistiqué. Mais ce gain n'est pas seulement un moyen de rencontrer un génie et un employeur. C'est aussi l'occasion de signer un contrat. Le rôle du gagnant est de tester une machine afin de vérifier si celle-ci est vraiment une IA. Rapidement, les rôles deviennent de plus en plus flous et on se rend compte que tout le monde cache des choses aux autres.

J'ai vu qu'il y avait de bonnes critiques de ce film sur internet. Honnêtement je me demande si on a vu la même chose. Car je suis très déçu et écœuré. Bon, tout n'est pas raté. La réalisation est superbe. Le ton du film ainsi que son rythme collent parfaitement avec des paysages magnifiques. Mais tout le reste s'effondre. Tout d'abord, les personnages ne sont que des stéréotypes. On a le gentil programmeur naïf, sans petite amie et totalement ébloui, l'employeur génial mégalo et fou et ensuite on a deux femmes dont une est seulement nommée mais ne parle pas (elle ne sert qu'à servir les repas et danser ainsi que pour le sexe et elle est asiatique ce qui pose déjà problème). De plus, le propos du film sur les IA est classique et n'ajoute absolument rien qui ne soit déjà mieux dit.

Mais cela n'est que le début et si j'ai laissé les femmes de côté c'est parce que le problème du film vient de leur utilisation. En fait, la seule phrase du film que l'on peut sauver concerne la programmation des attirances sexuelles. Le reste est à jeter. En effet, le mégalo construit une IA. Il dote cette machine d'un corps et tente de vérifier sa conscience. Pour cela il invite un jeune homme. Mais l'IA est placée dans un corps sexualisé afin de correspondre aux attirances du jeune homme en se basant sur ses recherches pornos sur internet. Le but, et c'est un spoiler, est de vérifier la capacité de la machine à s'enfuir en utilisant la sexualité, la drague et la sensualité. D'ailleurs, le créateur l'a dotée d'un vagin (mais de rien d'autre seule la pénétration est prise en compte). Quand on apprend que l'autre femme qui n'a qu'un nom et rien d'autre est aussi un machine utilisée comme esclave sexuelle (car elle est consciente) on comprend que le créateur est un fou qui s'est créé des poupées gonflables conscientes. De plus, la réalisation ajoute à ce discours puant des scènes inutiles de contemplation du corps de l'actrice principale ; Alicia Vikander. Et encore, il y a de nombreuses autres scènes plus que dérangeantes comme celle des placards dans lesquels se trouvent les autres robots dénudées, sans vie et, parfois, en mauvais état…

* Sexiste et mauvais. À fuir.
**
***
****
*****

Image : Site officiel

 

Ex-Machina-Gallery-20.jpg

 

 

12:35 Écrit par Hassan dans Film, science-fiction | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ai, ia, ex machina | | | |  Facebook

24/11/2012

Pester Power par Cory Doctorow

Titre : Pester Power
Auteur : Cory Doctorow
Éditeur : Site de l'auteur

"Et si". C'est un peu de cette manière que Doctorow construit ses histoires. Dans le cas présent cette (très) courte nouvelle pose la question: Et si on tentait de créer une Intelligence Artificielle? Comment si prendrait-on? Quelles seraient les conséquences? Doctorow nous montre le procès d'une femme accusée de spamming. Mais derrière cette accusation se cache un problème plus important. En effet, pourquoi mettre une jeune étudiante spammeuse dans un quartier de haute sécurité? Pourquoi le DHS (Department of Homeland Security) tente de l'extrader dans des prisons secrètes? Peut-être y a-t-il plus derrière cette affaire que son avocate ne le pense. Et si elle avait créé une AI?

Comme souvent Doctorow me frustre dans cette nouvelle. Il commence par décrire un problème intéressant puis il passe rapidement sur le contexte et ne termine pas l'histoire. Je crois que c'est la raison principale qui explique pourquoi je ne sais pas encore si j'apprécie vraiment Doctorow. Je déteste qu'on m'offre une idée d'histoire exaltante pour me laisser sur ma faim. C'est la raison pour laquelle je ne sais souvent pas vraiment comment commenter les nouvelles de Doctorow. Il ne développe pas assez ses histoires pour que je puisse mettre en place un commentaire un peu plus intéressant. Néanmoins, je trouve que l'idée que les AI puissent être dérivées des spams est intéressantes. En effet, ces robots fonctionnent automatiquement pour passer outre des barrières de plus en plus compliquées. Et si une forme d'intelligence s'y développait?

10:27 Écrit par Hassan dans contemporain, Cory Doctorow, Politique, Science | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ai, doctorow, spam | | | |  Facebook