09/11/2013

Ender's Game

Il y avait longtemps que je n'avais pas entendu parler d'Ender. La stratégie Ender était le premier livre d'Orson Scott Card que j'avais lu. C'était avant que sa fascination pour son ami imaginaire (du nom de dieu) et pour le danger de l'homosexualité ne me gonflent. Je peux passer outre beaucoup de choses mais quand elles deviennent trop centrales dans un livre ça finit par me dégoûter. Ce n'était pas le cas dans Ender qui reste l'une des histoires les plus inventives et intéressantes selon mes souvenirs (qui sont un peu vieux il est vrai). Donc une adaptation ne pouvait que m'intéresser.

Ender est un jeune écolier. Il fait partie d'un programme d’entraînement militaire. Ce dernier a été conçu pour découvrir et élever des stratèges d'exceptions après qu'une invasion alien ait failli détruire notre race. Ce programme est difficile mais Ender l'a réussit. Il est donc envoyé à l'école de guerre en orbite autours de la Terre. Dans un environnement militaire extrêmement rude des enfants y sont habitués à tuer de sang froid et de la manière la plus efficace possible. Ender fera tout pour y prouver ses capacités hors du commun en matière de stratégie et devenir celui qui sauvera la race humaine.

Comme je l'ai dit mes souvenirs concernant le livre sont un peu anciens. Cependant je pense que l'adaptation est particulièrement fidèle. Les principaux événements sont décrits avec exactitudes ainsi que l'environnement qui entoure les enfants. On y découvre une société basée sur la violence et le culte martial. Un culte rendu nécessaire par le danger d'une invasion mais qui broie ses nouvelles générations. Ce culte est rendu plus fort encore par l'usage important des jeux de guerre à l'aide d'ordinateurs. Ces jeux font partie de l’entraînement principal à l'armée. On découvre des environnements réalistes qui permettent aux enfants de réfléchir à des tactiques de plus en plus inventives. Les problèmes concernent surtout les rôles féminins. Ceux-ci, même dans l'école, sont cantonnés à un rôle d'amour et de compassion maternelle envers le héros du film. Sur les quatre femmes importantes deux font parties de la famille d'Ender. Une est une soldate chargée du contrôle psychologique des enfants et la dernière une jeune ado qui sert d'oreiller émotionnel à Ender. Vraiment dommage.

PS: Un gros malus à la propagande contre le soi-disant "piratage" payé, entre autres, par swissmedic et les pharmas. Vous croyez vraiment qu'on ne sait pas ce que vous tentez de faire?

  • Le scénariste est voué au septième cercle des enfers.

  • Twilight.

  • Film de vacances.

  • Bon scénario. Bon j'ai toujours aimé ce livre. Le film étant, à mon avis, réussit sans être flamboyant je lui offre une bonne note.

  • Joss Whedon.

Image: Site officiel

EndersGame_IMAX_Poster.jpg

11:24 Écrit par Hassan dans Film, science-fiction | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ender, invasion, aliens, armée | | | |  Facebook

05/10/2012

the super man and bugout par Cory Doctorow

Titre : The super man and bugout
Auteur : Cory Doctorow
Éditeur : Site de l'auteur
Pages : 47

Hershie est un alien qui a grandi sur Terre dans une famille normale. Quand il a connu ses capacités il s'est mis à aider les gens. Il s'est même engagé dans l'armée pour combattre le terrorisme. A cette époque Hershie, ou super man, avait un but. Protéger les citoyens et les servir. Mais son existence a volé en éclat le jour ou d'autres aliens sont venus sur Terre et ont proposé de supprimer la criminalité et la guerre. Que peut bien faire un héros dans une société pareille? Hershie ne le sait pas mais il croit avoir une idée. Il décide donc de s'inscrire dans la lutte contre un armement devenu inutile et dangereux. Mais cette décision se heurte à ses problèmes pour vivre normalement dans un monde qui voit en lui une relique inutile.

Je crois que Doctorow aime bien imaginer des événements dans une société qui a passé le premier contact. Ici il tente de décrire comment un super-héros du genre de superman pourrait survivre. Le but d'un héros n'est pas la paix mais la lutte pour la paix. Ce but est mis à mal quand une société réussit à supprimer la criminalité et la guerre. Mais, à mon avis, ce n'est pas le vrai message du livre. Ce message se trouve dans l'intrigue même. Est-il légitime de préparer la guerre au nom du maintien de la paix? Les pays, dans cette histoire, sont en paix de manière durable. Pourtant ces même pays tentent de justifier la poursuite de l'armement au nom de la paix. Mais préparer la guerre n'est-ce pas parier sur la possibilité de celle-ci? N'est-ce pas se préparer à des meurtres de masse? Cette histoire pourrait sûrement plaire au GSSA. Personnellement, sans la trouver particulièrement bonne, je l'ai appréciée.

10:38 Écrit par Hassan dans Cory Doctorow, Livre, science-fiction | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : super man, aliens, paix | | | |  Facebook

17/09/2012

Craphound par Cory Doctorow

Titre : Craphound
Auteur : Cory Doctorow
Éditeur : Auto-édité sur le site de l'auteur
Pages : 30

Le premier contact a eu lieu. Des millier d'aliens parcourent la Terre et partagent leur technologie en échange de terres ou d'objets. C'est donc une époque de remises en questions et d'opportunités. Mais pour notre héros le monde n'a pas vraiment changé sauf qu'il a un ami alien qui l'accompagne dans ses chasses au trésor lors des ventes locales. Les deux amis revendent leurs trouvailles aux enchères et peuvent gagner assez pour vivre. Mais il reste une question. Pourquoi ces aliens achètent-ils des objets sans aucune valeurs face aux technologies qu'ils donnent? Notre héros pourrait bien comprendre ce qui se déroule vraiment s'il reste attentif.

Cette nouvelle fait partie du recueil A Place So Foreign and Eight More. Bien que, comme d'habitude, l'auteur n'offre pas assez de contexte pour me contenter j'ai apprécié cette nouvelle. Je pense que l'un des talents de Doctorow est de créer des histoires avec des situations étranges dans un environnement réaliste et même banal. Qu'y a t'il de plus banal que des vides-greniers? Je ne sais pas… Mais ajoutez un alien et vous pouvez commencer à tisser une histoire autours qui permette de passer outre la banalité du début. Mais surtout Doctorow ne fonce pas dans les poncifs du premier contact. On n'a pas d'armée, ni de scientifiques et encore moins de diplomates. On a simplement deux amis qui cherchent des objets. Mais cette recherche cache quelque chose de plus important et, peut-être, de plus réaliste. Honnêtement, je pense que ce que Doctorow a écrit pourrait presque véritablement se dérouler.

11:52 Écrit par Hassan dans Cory Doctorow, Livre, science-fiction | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : doctorow, aliens | | | |  Facebook

30/08/2011

Cowboys et Aliens

Un film qui allie Indiana Jones et James Bond? Comment en pas aller le voir? Bon, d'accord, ce sont les acteurs qui jouent Indiana (Harisson Ford) et James (Daniel Craig) qui jouent dans ce film et non les personnages même. Mais ça reste très attirant! Nous sommes donc dans l'une des périodes les plus célèbres du cinéma: le farwest. Le film commence sur Daniel Craig se réveillant au soleil avec, au poignet, un étrange bracelet et une blessure encore fraîche et amnésique (décidément ce n'est pas son jour). Il est très rapidement rejoint par une famille qui regrettera cette rencontre. Ayant donc fait l'acquisition de vêtements et d'un cheval il se rend dans la ville la plus proche pour se faire soigner. Après quelques péripéties il rencontre le fils du notable local qu'il se fait un plaisir d'humilier ce qui attire l'attention sur lui. Mal lui en a pris car il semble qu'il est recherché pour vol et meurtre. Mais personne n'aura le temps de le pendre puisque des objets étranges attaquent la ville et kidnappent ses habitants. Une alliance devra se faire entre les autorités et cet homme amnésique pour retrouver ses démons et leurs victimes. Mais des cow-boys sont-ils prêt à s'attaquer à des aliens?

Ce que j'aime bien dans ce film c'est qu'il évite d'aller trop loin dans l'absurde. Bien entendu nous avons les aliens et leurs armes puissantes mais les humains gardent les armes de l'époque sauf le héros amnésique qui a le droit de tout faire exploser sur son passage. Ceci crée une impression étrange puisqu'on découvre des technologies très avancées alors que le film est longtemps resté sur le thème du farwest. On y trouve le shérif, le notable local très riche que personne n'ose défier et son fils arrogant et stupide ainsi que le saloon (probablement le bâtiment le plus important suivi par l'église). On se trouve dans une terre ou, hors de la ville et parfois même nulle part, la loi n'est pas garantie et les voyageurs peuvent être attaqués dès qu'ils sortent de la protection de leur communauté. Ce qui m’amène au point un peu raté du film: les embuscades. Deux fois durant le film le petit groupe de vengeurs se fait attaquer et à chaque fois ça finit de la même chose: une alliance après avoir fait jouer les poings. Mais ceci n'enlève pas son caractère à la fois drôle et divertissant au film même si il ne restera jamais dans les annales du cinéma.

Image: Site officiel

cowboysandaliens_1280x1024_1.jpg

18:29 Écrit par Hassan dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cowboys, aliens | | | |  Facebook