25/03/2013

Warmbodies

J'étais fatigué, j'en avais marre, je ne voulais surtout pas réfléchir. Je suis donc allé voir Warm Bodies qui avait l'intérêt de ne pas sembler être casse-tête et de ne pas durer trop longtemps. L'histoire a lieu après un cataclysme mondial qui aboutit à la zombification de la Terre. Une seule enclave humaine résiste à la maigre connaissance des personnes encore capables de réfléchir. Mais le héros est un zombie. Son nom est R et il n'est pas tout a fait comme les autres. Surtout quand il fait la connaissance de Julie. Leur rencontre semble lancer un changement qui risque de tout changer!

Je n'ai pas honte de dire que j'ai bien aimé ce film. Il est bien joué par des acteurs convaincants. Celui qui joue R a dû souffrir mais il réussit à bien incarner un zombie. On aurait pu avoir peur que le film soit ridicule mais la réalisation a réussi à l'éviter. En effet, le film possède un petit coté décalé sympathique qui s'incarne dans les pensées de R sur ce qu'il est et ce qu'il est en train de faire. La réalisation réussit à créer des relations entre les zombies qui sont à la fois humaines et zombies. Mais sa plus grande réussite est sa longueur. En effet, le film dure exactement le temps nécessaire pour qu'il ne devienne pas ennuyeux. J'ai aussi apprécié le message que j'ai pensé trouver dans le film. En effet, il me semble que le plus important pour la fin du film est de montrer que la peur du différent, de l'étranger, ne résout rien. Il est inutile de s'entourer de murs et de considérer que l'extérieur n'est qu'un lieu barbare dans lequel on ne doit voyager que fortement armé et prêt à tirer sur tout ce qui bouge. Au contraire, il faut briser les différences et s'accepter pour réussir à atteindre la paix.

  • Le scénariste est voué au septième cercle des enfers.

  • Twilight.

  • Film de vacances.

  • Bon scénario. Rien qui ne soit révolutionnaire mais un bon film bien joué et bien écrit qui ne tente pas d'être plus que ce qu'il est.

  • Joss Whedon.

Image: Allociné

Site officiel

20477287.jpg

12:07 Écrit par Hassan dans Fantasy, Film | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : zombies, amour, murs, warmbodies | | | |  Facebook

31/07/2009

L'amour, la mort

Titre: L'amour, la mortlovedeath.jpg
Titre original: Lovedeath
Auteur: Dan Simmons
Traducteur: Monique Lebailly
Éditeur: Albin Michel 1995 (1993 édition originale)
Collection: Livre de Poche
Pages: 413

Ceci n'est pas un roman, c'est un agrégats de plusieurs nouvelles de qualités différentes mais ayant toutes, selon l'auteur, le point commun de l'amour et de la mort lié entre eux. Le lit de l'entropie à minuit parle d'un homme, expert en assurance, dont la peur de voir sa fille avoir un accident détruit sa vie. Mourir à Bangkok est une histoire d'horreur sous fond de SIDA. Coucher avec des femmes dentues lui se déroule aux USA mais est l'interview par des journalistes ou chercheur, ce n'est pas précisé, de l'un des dernier hommes sains amérindiens. Flash-back lui se déroule dans une Amérique ayant connu le sort d'une gigantesque crise économique et ayant perdu toute puissance économique, ses citoyens ne peuvent plus que s'adonner à cette drogue qui permet de revivre ses souvenirs. Et enfin, pour terminer c'est le grand amant qui décrit les pensées et actions d'un poète fictif via son journal intime de soldat de la Grande Guerre.

Ce sont donc cinq nouvelles qui constituent ce recueil, cinq nouvelles dont l'histoire n'est pas comparable ni la qualité. Alors que la première est, je pense, la pire je trouve la dernière et les deux suivant le lit de l'entropie à minuit passables mais pas géniales. La seule qui retient mes suffrages est donc Flash-back non pas à cause de l'environnement décrit mais à cause des réflexions que l'idée de cette drogue peut lancer. comment réagirions nous si nous pouvions nous réfugier dans de beaux souvenirs plutôt que de survivre dans un environnement détruit? Mais surtout, qu'elles sont les conséquences d'une telle drogue. Néanmoins, ce recueil est décevant et sa possession n'est absolument pas nécessaire.

09:33 Écrit par Hassan dans Livre, simmons | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dan simmons, amour, mort | | | |  Facebook