18/11/2016

Evil Empire 2. La désunion fait la force par Max Bemis, Andrea Mutti et Joe Eisma

Titre : Evil Empire 2. La désunion fait la force
Auteurs : Max Bemis, Andrea Mutti et Joe Eisma
Éditeur : Glénat comics 6 juillet 2016
Pages : 128

Ce tome contient les numéros 5-8 publiés dans Evil Empire volume 2. Dans le tome précédent les États-Unis étaient enfoncés dans un débat sur le bien et le mal alors que le candidat républicain à la présidentielle professait sa croyance et la liberté totale. Suite à sa mort, le candidat démocrate, Sam Duggins, aidé par sa sœur, Julia Duggins, gagne la présidence. Lors de son discours il professe sa croyance en la même philosophie et appelle le peuple des États-Unis à agir comme il lui semble nécessaire. Personne ne s'y attendait, personne ne comprend ce qui se déroule, alors que le pays sombre petit à petit dans la violence sans fin. Les règles n'ont plus cours et seules les conséquences des actions peuvent avoir une répercussion tant que personne n'est empêché d'agir. Mais, en secret, une résistance s'organise autour de la chanteuse Reese Greenwood.

J'avais beaucoup aimé le premier tome. C'était une bonne surprise, les auteurs prenaient leur sujet au sérieux et tentaient réellement de montrer de quelle manière un débat peut déraper et devenir le fondement d'une modification tellement importante du régime en place et des valeurs d'un pays que celui-ci devient dangereux voir fasciste. Bien entendu, ce comics s’insère dans un contexte américain face à un certain Trump au discours dangereux qui permet de justifier des personnes tout aussi dangereuses que lui (mais ne nous cachons, nous ne somment pas meilleurs). Ce second tome m'a paru moins réussi pour une raison très importante : je n'y crois pas !

Les auteurs sont les même, le style est le même, le sujet est toujours pris au sérieux mais je n'y crois pas. La raison en est simple : tout cela me semble trop facile. Je ne parle pas du débat qui justifie des violences sur une partie de la population (on voit les effets de l'élection Trump en ce moment même). Je ne parle pas non plus de la capacité d'un président d'user de ses pouvoirs pour défendre et étendre son point de vue. Non, je n'y crois pas parce que c'est trop rapide et trop facile. Le comics se déroule sur trois mois après l'élection et le pays est déjà pratiquement à feu et à sang. Or, à mon avis, il devrait au minimum y avoir une guerre civile interne et pas seulement une petite résistance. Dans ce comics, tout fonctionne comme si rien n'arrêtait Sam et Julia. Même au niveau international les choses ne sont pas crédibles. Certains des actes pratiqués devraient, au minimum, déboucher sur une guerre et non un effondrement pur et simple des nations en une journée. Bref, ce n'est pas crédible.

*
**
*** Après une très bonne surprise un second tome beaucoup moins réussi et surtout beaucoup moins crédible.
****
*****

Image : Éditeur

9782344015995-L.jpg

01/03/2016

Evil Empire 1. Nous, le peuple! par Max Bemis, Ransom Getty et Andrea Mutti

Titre : Evil Empire 1. Nous, le peuple !9782344012031-L.jpg
Auteurs : Max Bemis, Ransom Getty et Andrea Mutti
Éditeur : Glénat 3 février 2016
Pages : 128

Ce premier tome contient les numéros 1-4. Les USA sont en pleine compagne présidentielle. Deux candidats s'affrontent. L'un est le candidat blanc de la "gauche" jeune et fêtard. L'autre est plus vieux. Il défend les vieilles valeurs américaines ainsi que la famille. Cependant, tout change lorsque ce dernier perd son épouse lors d'un meurtre et annonce vouloir renoncer à la course à la présidence. Durant son discours il annonce être coupable du meurtre de sa femme et justifier son acte par le comportement de cette dernière en utilisant les paroles d'une chanteuse proche de l'autre candidat. Bien qu'il soit arrêté il devient un étendard pour une partie de la société qui souhaite agir en dehors du carcan de la civilisation. Ceci n'est que le début d'un mouvement qui mènera à la constitution de l'Empire. Un monde qui existe 25 ans plus tard. Dans lequel la police tue les personnes qui montrent une once de pitié et essaient d'aider leurs prochains.

Les uchronies que l'on voit au cinéma ou dans la littérature ont souvent la caractéristique de montrer une société après l'avènement d'une apocalypse (quelle que soit la nature de celle-ci). Le monde est présenté comme dirigé par des personnes inhumaines qui ne souhaitent que le pouvoir et écrasent le peuple. La résistance est souvent peu organisée ou détruite. Ce comics essaie de montrer comment un processus peut être lancé pour créer une société totalitaire dans laquelle la vie humaine et les lois n'ont aucunes valeurs. Pour cela, les auteurs essaient de décrire un homme qui décide de renverser le contrat social. Ce thème est très important et les auteurs semblent avoir fait un certain nombre de recherches. En effet, le contrat social permet aux citoyen-ne-s de ne pas avoir à se défendre ni à faire justice ou à se venger. Car la défense de la personne ainsi que la justice sont déléguées à des organes de la société censés être à la fois justes et efficaces. Dans ce comics, ces organes sont niés et les actes de vengeance et de survie sont considérés comme n'appartenant qu'aux seul-e-s citoyen-ne-s capables de liberté absolue et d'en accepter les conséquences. Ceci ne peut que détruire en totalité le tissu social qui relie les personnes. Bien que j'ai eu du mal à comprendre la psychologie de ce personnage un épisode permet de mieux la comprendre (sans que cela ne soit parfait) et donc de mieux accepter qu'un homme religieux accepte de défendre la fin de toute morale au nom de la liberté absolue. J'attends de voir comment la suite met en place la construction de cet empire. J'espère que ce sera particulièrement bien maitrisé.

*
**
***
**** Un sujet intéressant plutôt bien traité. J'attends la suite avec impatience.
*****

Image : Éditeur