05/11/2016

Doctor Who saison 9

Le Docteur est de retour pour l'une des saisons que je préfère dans la nouvelle série ! Après s'être rabiboché avec Clara qui se remet difficilement, mais sûrement, d'une mort proche les deux ami-e-s repartent pour de nouvelles aventures sur Terre, mer et dans l'univers. Et l'univers leur offre de quoi bien s'amuser. Que ce soit une station de recherche hantée, une révolution ou encore une rue cachée aux yeux des humain-e-s (non je ne parle pas de Harry Potter). Mais derrière ces aventures se cache une quête plus importante débutée lors de la saison 8. Car tout le monde se pose la question. Mais ou se cache Gallifrey ?

Je vais le redire, encore et toujours, la saison 9 fait partie de mes favorites. Je ne déteste qu'un seul épisode (Sleep no more). C'est une saison un peu spéciale car elle est la dernière sous la direction de Steven Moffat. J'avoue en être heureux car même si Moffat sait écrire et sait créer l'envie de voir la suite il ne sait ni conclure ni écrire des personnages féminins. Il sait entendre les critiques et jouer avec mais il ne sait pas les comprendre. C'est aussi la fin de Clara. Un personnage que j'ai apprécié et je me réjouis de découvrir la nouvelle compagne. Cette saison 9 hausse dramatiquement le niveau après plusieurs saisons de moins en moins bonnes. Elle réussit aussi à fonctionner presque exclusivement sur des doubles-épisodes plutôt réussis.

Outre la recherche de Gallifrey, qui ne prend pas une place des plus importantes, le thème de la saison est Clara. Lors de la saison 8 elle apprenait à suivre le Docteur récemment régénéré. Sous cette saison, elle est, souvent, le Docteur. Elle lui apprend à vivre, à bien se comporter et à comprendre les humain-e-s (j'adore les cartes de relations sociales). Clara est une enseignante dans tous les sens du terme pour un Docteur aux réactions parfois extrêmes. Mais c'est aussi une compagne qui commence à prendre des risques et toute la question concerne l'effet de ceux-ci. Les fans réguliers de la série ont, bien entendu, noté les différents indices au fil de la saison. Les autres garderont la surprise. Je vous souhaite une bonne et magnifique saison 9 avant une saison 10 en 2017 !

*
**
***
****
***** L'une de mes saisons préférées ! Avec un Docteur et une Clara magnifiquement campé-e-s par Peter Capaldi et Jena-Louise Coleman.

Image : Site officiel

p0309x5f.jpg

06/09/2016

Deep time (Doctor Who). The glamour chronicles 3 par Trevor Baxendale

Titre : Deep time (Doctor Who). The glamour chronicles 3
Auteur : Trevor Baxendale
Éditeur : Penguin 8 septembre 2015
Pages : 256

Le Docteur et Clara se rendent dans un lointain futur. Un homme extrêmement riche capable de s'acheter des systèmes solaires pour son week-end prépare une expédition avec l'aide des plus grands expert-e-s en archéologie, histoire, ingénierie et navigation. Dans ce groupe de personnes très intelligentes les rôles de Clara et du Docteur ne sont pas faciles à comprendre. Le Docteur, lui, sait exactement ce qu'il fait. Il sait que ce groupe essaie d'explorer le dernier trou de ver du mythique empire des Phareon. Cette race a soudainement disparu après avoir été l'une des plus puissantes de l'histoire. Bien que les raisons de cette disparation soient inconnues le Docteur soupçonne que le Glamour pourrait y être lié. Et il n'y a rien de plus dangereux que cet objet dans l'univers.

En ce qui concerne cette trilogie je suis partagé. J'ai bien aimé le premier tome. Le second était trop mauvais. Ce troisième me réconcilie avec l'histoire. En peu de pages l'auteur a réussi à m'impliquer dans le destin des personnages. Bien que j’aie eu mes préférés ce qui leur arrive a pu me toucher. Les décors sont assez vastes et variés. En effet, on aurait pu croire à huis clos angoissant (ou raté) mais l'auteur décide d'aller dans une autre direction. Bien que l'on se doute de la solution le voyage reste sympathique à lire. Ce tome conclut assez bien la trilogie et est assez plaisant à lire.

*
**
***
**** Un troisième tome assez réussit avec un Docteur bien plus proche de celui que je connais sous les traits de Capaldi.
*****

Image : Éditeur

9781101905791

28/08/2016

Big Bang Generation (Doctor Who). The glamour chronicles 2 par Gary Russel

Titre : Big Bang Generation (Doctor Who). The glamour chronicles 2
Auteur : Gary Russel
Éditeur : Penguin 8 septembre 2015
Pages : 240

Le Docteur navigue sans se soucier de rien en lisant à la lumière des bougies. Mais pendant qu'il se détend une série d'évènements l’amènent sur une planète perdue et criminelle : Légion. Plusieurs personnes, de plusieurs époques, sont reliées à un artefact très particulier : La pyramide de l'éternité et sa clé. Ces deux objets ont été laissé dans la réalité par l'une des races les plus anciennes et puissantes de l'univers. Mais lorsqu'un humain décide de les utiliser il lance un processus qui conduira à la destruction de Sydney, de la Terre puis du multivers et du temps. Le Docteur et ses ami-e-s courent contre la montre afin de sauver tout ce qui existe, a existé et existera.

Je n'ai pas aimé. Bien que l'idée soit intéressante l'intrigue ne m'a pas intrigué plus que cela. On se trouve face à quelque chose d'assez classique : des individus se trouvent devant quelque chose qu'illes ne comprennent pas et leur imbécilité conduit à une catastrophe. On sent que l'auteur souhaitait utiliser certains personnages mais n'a pas pu le faire. Ainsi, Rive Song est remplacée par une ancienne compagne et sa famille. Je ne connaissais pas du tout ces personnages. Ce manque de connaissance m'a donné l'impression de rester en arrière-plan face à un spectacle dont je n'avais pas toutes les clés. Ce ne sont, d'ailleurs, pas des personnages que j'apprécie beaucoup. Je n'ai vraiment pas aimé.

*
** Intrigue et personnages que je n'apprécie pas.
***
****
*****

Image : Éditeur

9781101905814

07/08/2016

The crawling terror (Doctor Who) par Mike Tucker

Titre : The crawling terror (Doctor Who)9781849907736.jpg
Auteur : Mike Tucker
Éditeur : Random House 2014
Pages : 251

Le Docteur et Clara se retrouvent dans un petit village de la campagne anglaise. Celui-ci est comme tous les villages. De nombreux voisin-e-s, un local de poste, une école, ... Il n'y a rien qui ne sorte de l'ordinaire mis à part un cercle de pierre. Le Docteur et Clara se demandent pourquoi le TARDIS décide de passer du temps dans ce village. Mais, dans un petit tunnel, un homme est enfermé dans un cocon. Ailleurs, un enfant est attaqué par un moustique. Dans une maison récemment achetée une femme tente de protéger sa fille contre une araignée. Il y a quelque chose qui se déroule dans ce village et qui modifie les insectes. Et le mystère pourrait bien être lié à un projet secret durant la seconde guerre mondiale et un bombardement allemand.

Deux choses : premièrement je déteste la couvertures - qui a pu penser que mettre une araignée en couverture était une bonne idée - ensuite tous mes pires cauchemars se sont déroulés dans les 16 premières pages. En clair, je me suis plongé dans ce livre et j'ai eu du mal à en ressortir. Durant la première moitié l'auteur réussit à jouer sur nos peurs des insectes (en tout cas sur la mienne). Les pages sont horribles et on se demande comment les personnages peuvent survivre. Malheureusement, dès la moitié on commence à comprendre les règles de l'intrigue. Cela m'a empêché d'être effrayé pour les personnages. Étant donné qu'il y a des règles il y a une manière de les utiliser et, donc, le danger devient moins important. Ce qui n'en fait pas moins un très bon tome pour cette série de livre.

*
**
***
**** Une très bonne première moitié gâchée par une seconde moitié beaucoup trop facile à comprendre.
*****

Image : Éditeur

05/08/2016

Silhouette (Doctor Who) par Justin Richards

Titre : Silhouette (Doctor Who)
Auteur : Justin Richards
Éditeur : BBC 2014
Pages : 245

Comme d'habitude le Docteur et Clara ne sont pas d'accord. Clara souhaite aller voir le roi Arthur mais le Docteur refuse. Les arguments mutuels sont rapidement oubliés lorsque le TARDIS détecte un pic d'énergie en plein milieu de l'époque victorienne, à Londres. Le Docteur ne peut pas faire autrement que d'enquêter sur ce qui est censé être impossible. Alors que les deux compagnons rencontrent à nouveau la détective Vastra, son assistante Jenny et Strax les coïncidences s'accumulent. De nombreux meurtres ont eu lieu dans des circonstances de plus étranges. Et il semble que tout soit lié au carnaval qui a lieu en ce moment même. Et surtout, un homme semble être au centre de tout. Mais quel est son plan ?

Première chose, ce tome réussi à être souvent drôle. Clara est en plein dans le personnage que l'on connait. Strax est encore mieux réussit tandis que le Docteur est le Docteur. Les autres personnages sont plutôt anecdotiques. L'auteur réussit bien à intégrer des références aux épisodes télévisés sans que cela ne soit trop visible. J'apprécie de retrouver des personnages devenus récurrent-e-s dans la série durant l'ère de Capaldi et Coleman. Malheureusement, le problème essentiel de ce tome est lié, justement, aux personnages. Dans la série on apprend que Strax, Jenny et Vastra sont particulièrement intelligent-e-s et plein-e-s de ressources. C'est aussi le cas de Clara et du Docteur. Mais, dans ce tome, on les observe se heurter encore et encore aux coïncidences et accepter des personnes que nous savons être suspectes. Comment comprendre ce soudain manque de méfiances ? Les personnages ne sont tout simplement pas à la hauteur de leur réputation. Dommage, car mis à part cela on aurait pu avoir une histoire intéressante sur le trafic d'arme et l'éthique (ou plutôt le manque d'éthique) que cela implique.

*
**
*** Drôle avec un thème intéressant mais des personnages auquel on ne croit pas.
****
*****

Image : Éditeur

9780804140881

30/07/2016

The blood cell par James Goss

Titre : The blood cell9781785941153.jpg
Auteur : James Goss
Éditeur : BBC books 2014
Pages : 252

Le futur lointain, mais une galaxie très proche, l'univers humain a décidé de construire une prison parfaite afin de prendre en charge les pires criminel-le-s possibles. Cette prison est construite dans un astéroïde. Les systèmes de sécurité empêchent toutes les entrées non autorisées et s'en échapper est impossible. Le Gouverneur de la prison essaie de faire en sorte que la vie de ses prisonniers/ères soit agréable. Mais, dans le même temps, des petites touches sont mises en place afin d'éviter que les prisonniers/ères ne se sentent à l'aise. Il est aidé par des gardiens et par une troupe de robots menaçants. Le gouverneur reçoit un nouveau prisonnier : 422 mieux connu sous le nom de Docteur. Bien que le gouverneur pense avoir compris qui est son prisonnier il se trompe lourdement. Car le Docteur, à peine arrivé, commence par s'échapper sans que personne ne comprenne comment. Pire, la prison semble de moins en moins bien fonctionner. Est-ce une coïncidence que le Docteur apparaisse justement à ce moment précis ? Et qui est la jeune femme, Clara, qui vient aux portes de la prison chaque jour sans que personne ne trouve son vaisseau ?

Le thème de ce livre est facile à trouver : la prison. Plutôt que de nous montrer ce que pense le Docteur l'auteur a préféré nous mettre dans la tête du Gouverneur. Celui-ci n'est jamais nommé. Bien que l'on sente que son identité ait une certaine importance on ne l'apprend qu'à la fin du livre. L'ouvrage nous décrit une prison et ses effets sur une population. Tout y est construit afin d'écraser les personnes. On n'en sort pas. On ne peut pas être contacté et sa famille ne peut pas venir visiter. Les couleurs, le mobilier (ou son absence) et les règlements sont tous fait pour atteindre deux objectifs. Le premier est de déshumaniser les prisonniers/ères. Le second est de permettre aux gardiens de justifier leur choix. Ce livre montre que l'on peut facilement détourner le regarde dès que les règles nous permettent de justifier cela. Malgré ce thème peu sympathique le livre réussit à être drôle. On s'amuse beaucoup devant la perplexité du gouverneur qui ne comprend pas de quelle manière le Docteur s'enfuit. J'aime aussi les apparitions de Clara qui suit un schéma de revendications simples tout en gardant une posture critique face à ses capacités à réussir. Au final, c'est un livre plutôt sympathique.

*
**
*** Assez drôle et intéressant.
****
*****

Image : Éditeur

17/07/2016

Doctor Who. Engines of war par George Mann

Titre : Doctor Who. Engines of war
Auteur : George Mann
Éditeur : BBC Books 18 juin 2015
Pages : 320

Les aventures du Docteur sont largement connues. Toutes ses incarnations sont observées avec attention alors qu'il se déplace dans le temps et l'espace. Mais une incarnation est oubliée : le War Doctor. Tandis que la Guerre du Temps entre les Daleks et les Seigneurs du Temps explose dans l'univers et dans toutes les époques le Docteur a changé. Il a abandonné son nom, son corps et ses idéaux afin de devenir ce qu'il avait besoin d'être pour survivre à la guerre : un guerrier. Alors qu'il mène un escadron de Tardis contre une flotte Dalek le Docteur est touché et s'écrase sur une planète locale : Moldox. Les humain-e-s qui y vivent se trouvent sous le joug des Daleks qui les capturent et expérimentent sur elleux. Seules quelques poches de résistance subsistent. L'une de ces résistantes se nomme Cinder. Alors que le Docteur la sauve d'une mort certaine cette dernière accepte de le mener dans les camps de prisonniers tenus par les Daleks. Le Docteur y découvre le véritable plan des Daleks et doit avertir son peuple. Mais peut-il encore leur faire confiance ?

Depuis le début de la nouvelle série les scénaristes nous expliquent que le Docteur a combattu dans une guerre apocalyptique et que ce qu'il y a vu l'a changé à jamais. Durant cette guerre le Docteur a décidé de prendre la décision de détruire deux races afin de sauver l'univers. Plus tard, Steven Moffat, alors showrunner, nous offrit l'incarnation du War Doctor sous les traits de John Hurt. Mais qui est-il ? Qu'a-t-il fait ? C'est ce que ce seul tome souhaite nous expliquer. Bien que le Docteur y soit dépeint comme beaucoup plus rude il n'est pas fondamentalement différent de ce que l'on connait. C'est un personnage qui place en haute estime les valeurs de pitié et de respect de la vie. Ce que nous offre ce livre est différent. Il montre de quelle manière une civilisation pacifique et avancée perd son identité afin de devenir, en pleine guerre, un ennemi aussi impitoyable que les Daleks. Alors que le Docteur questionne ses choix et refuse de prendre certaines décisions on observe des dirigeants être certains de leurs décisions capables de génocide au nom du bien commun. On observe l'effet d'une guerre sur des personnes qui, autrement, reculeraient devant l'horreur de ce qui leur est demandé. Bref, on parle de l'effet d'une guerre que l'on croit juste, nécessaire et, surtout, sans concession.

*
**
*** Intéressant mais les personnages ne sont pas toujours assez bien décrits pour que l'on s'y attache.
****
*****

Image : Éditeur

cover.jpg.rendition.460.707.png

25/09/2013

Doctor Who: Shroud of sorrow par Tommy Donbavand

Titre : Doctor Who: Shroud of sorrowshroud_of_sorrow_lrg.jpg
Auteur : Tommy Donbavand
Éditeur : BBC 2013
Pages : 254

Pour la première fois je lis un DW Book qui met en scène la nouvelle amie du Docteur: Clara. Alors je ne dirais rien sur la manière dont elle apparaît dans la série. Si vous souhaitez le savoir les DVDs/Blu-rays de la saison 7 sont bientôt en ventes. Je dirais seulement que je l'apprécie déjà. Dans cette nouvelle aventure le Docteur et Clara quittent une planète un peu particulière en urgence. En effet, le TARDIS est en train de pleurer et ceci n'augure rien de bon. Lorsque les deux amis arrivent sur Terre ils se rendent compte que c'est le jours qui suit l'assassinat de Kenedy. Les USA sont en deuil. Et sur celui-ci un parasite commence à se faire voir par les humains. Des images de personnes disparues apparaissent devant les gens et augmentent leur peine. Le Docteur sera-t-il capable de redonner espoir à une planète entière?

On en attend beaucoup d'un livre qui présente pour la première fois une nouvelle compagne. On se demande si l'auteur a réussit à intégrer la relation qui commence à se construire entre elle et le Docteur. À mon avis c'est le cas ici. Le Docteur ne se sent pas tout a fait bien après les événements de la saison 7. Il est encore triste et il ne fait pas vraiment confiance à sa nouvelle amie de la même manière qu'il traitait Amy. Cette relation en dent de scie s'observe fréquemment dans ce livre entre les accusations du Docteur et les répliques de Clara qui refuse de se laisser faire. L'histoire, elle, prend un certain temps avant de décoller. Je me demande s'il n'aurait pas été mieux de couper certains passages un peu longs. Heureusement, vers la moitié, l'intrigue prend un tout nouveau tour bien plus drôle que les pages précédentes. Bien que la conclusion soit un peu facile la manière dont elle est amenée me permet de pardonner celle-ci.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare.

  • À lire. Laborieux au début mais ensuite l'humour et les références deviennent très intéressantes pour les connaisseurs et les amateurs.

  • Tolkien.

Image: BBC

16/09/2013

Doctor Who: Step back in time par Richard Dungworth (Extra time) et Jacqueline Rayner (The water thief)

Titre : Doctor Who: Step back in time250px-6_Step_Back_In_Time.jpg
Auteur-e-s : Richard Dungworth et Jacqueline Rayner
Éditeur : BBC 2012
Pages : 390

Bon un petit retour en arrière puisque, la poste oblige, j'ai reçu cette aventure du Docteur avec Amy et Rory après le dernier livre que j'ai présenté. Nous sommes donc avant les événements de la moitié de la saison 6. Le Docteur se retrouve dans deux aventures. Dans la première il décide d'emmener, sur insistance de Rory, son Tardis lors de la seule coupe du monde gagnée par l'Angleterre en 1966. Mais les amis se rendent bien vite compte que des problèmes les attendent. Et tandis que Rory doit prendre un rôle plus important que prévu dans l'histoire de la finale le Docteur et Amy essaient de sauver Londres. Dans la seconde aventure nos trois voyageurs souhaitent se baigner tranquillement au bord de la mer. C'est sans compter le Docteur qui se trompe quelque peu et atterrit au plein milieu du désert égyptien près d'une excavation archéologique. Un étrange artefact y est l'origine de papyrus aussi étrange que dangereux. Seul un retour dans le passé peut permettre au Docteur de comprendre ce qui se déroule.

Les 2 in 1 ne sont jamais des aventures particulièrement élaborées. Les Doctor Who books ne sont en eux-mêmes jamais très denses. Parfois ceci est négatif et impact fortement le plaisir de la lecture. Mais ça peut aussi bien fonctionner. C'est le cas de ces deux aventures que j'ai beaucoup apprécié lire. Que ce soit le pauvre Rory qui se retrouve au centre de l'attention d'une finale de football ou alors le Docteur maquillé pour passer inaperçu en Égypte antique. Cependant, les intrigues sont loin d'être compliquée et sont presque anecdotiques. Comme d'habitude les personnages secondaires sont à peine décrits. Ce sont d'ailleurs largement des clichés ambulants. Rien de bien excessif donc.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare. Sympa sans plus même si j'aime bien les retours dans le passé.

  • À lire.

  • Tolkien.

Image: Tardis wikia

06/09/2013

Doctor Who: The Dalek generation par Nicholas Briggs

Titre : Doctor Who: The Dalek generationdalek_generation.jpg
Auteur : Nicholas Briggs
Éditeur : BBC 2013
Pages : 253

Le Docteur navigue gentiment et mélancoliquement dans son TARDIS. Quand, soudain, un appel à l'aide réussit à l'atteindre. Il ne faut pas plus de trente secondes pour que le Docteur décide de courir sauver ces pauvres personnes attaquées par les Daleks. Mais par un concours de circonstances il arrive trop tard et se trouve chargé des trois enfants restés en arrière. Tandis qu'il tente de trouver un endroit qui pourrait les accueillir il tente de prouver que les Daleks sont une race de destructeur. Car ceux-ci ont réussi à faire croire qu'ils voulaient du bien aux humains et les critiquer est un crime.

Pauvres Daleks, ils n'ont jamais de chance le Docteur est toujours là quand ils créent un plan particulièrement efficace. C'était donc une bonne chose de les laisser se reposer un peu durant la saison 6. C'est aussi la raison pour laquelle j'étais assez content de les revoir ici tout en n'ayant pas d'attentes particulières. Je n'ai, d'ailleurs, pas extrêmement apprécié ce livre. On y trouve un tout autre type d'histoire que précédemment. Le Docteur est souvent mis en échec mais, surtout, il y a comme une atmosphère de tristesse. Plusieurs fois il annonce ne plus vouloir se mêler des problèmes des autres. En quelque sorte ce livre fait le lien avec le dernier épisode de noël. Bien que j'aie apprécié les enfants et la journaliste c'est surtout la manière dont est construite l'histoire qui me pose problème. Les choses sont lentes à se mettre en place, parfois confuses et, surtout, je n'aime pas les deus ex machina.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare. Comme on dit: ça casse pas trois pattes à un canard.

  • À lire.

  • Tolkien.

Image: BBC

15:38 Écrit par Hassan dans Doctor Who, science-fiction | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bbc, doctor who, matt smith, dalek | | | |  Facebook

03/09/2013

Doctor Who: Dark horizons par Jenny T. Colgan

Titre : Doctor Who: Dark horizonsdw_dark_horizons_125.jpg
Auteure : Jenny T. Colgan
Éditeur : BBC 2012
Pages : 307

Le Docteur s'ennuie dans son TARDIS. Jouer aux échecs contre lui-même est loin de lui offrir le fun qu'il souhaiterait. Il se met donc en quête d'un petit coin où il pourrait trouver quelqu'un avec qui jouer. C'est donc tout naturellement qu'il se dirige vers une petite île plongée au cœur de l'Atlantique nord vers le XIIe siècle. Mais il a à peine le temps de dire bonjour à tout le monde qu'une catastrophe s'abat sur le village. Un bateau viking est visible au loin. Mais quelque chose ne va pas. Ce dernier semble être pris dans le feu. Ce qui est étrange c'est que le feu vient de l'océan.

J'ai beaucoup aimé ce livre. L'auteure, à mon avis, nous offre tout ce qui me fait apprécier Doctor Who. Le Docteur est égal à lui-même et fait de nombreuses références à son passé. Il blague aussi sur tout ce qu'il voit ce qui fonctionne très bien. Bien entendu le fait qu'il y ait des Vikings dans l'aventure ne fait que rendre l'histoire plus intéressante. Tout le monde sait que j'adore les Vikings et que leur seule présence est suffisante pour me faire sourire. L'un de ces Vikings est une princesse que j'ai beaucoup apprécié. Loin d'accepter d'être jetée dans un bateau pour être mariée elle se bat jusqu'au bout et affirme son droit à être traitée comme tout le monde et non comme une marchandise. Mais, surtout, ce livre nous offre l'un des noms du Docteur. Pas le vrai bien entendu, mais un nom qui lui va parfaitement bien et que je donnerais pas ici.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare.

  • À lire. Des Vikings, des gags et une princesse avec une épée. Que demander de plus? Ah c'est vrai un Docteur plus vrai que nature!

  • Tolkien.

Image: BBC

16:44 Écrit par Hassan dans Doctor Who, science-fiction | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bbc, doctor who, matt smith | | | |  Facebook

22/08/2013

Doctor Who: Plague of the cybermen par Justin Richards

Titre : Doctor Who: Plague of the cybermenplague_of_the_cyberman_125.jpg
Auteur : Justin Richards
Éditeur : BBC 2013
Pages : 254

Parfois le Docteur voyage seul. Et quand c'est le cas il a souvent besoin de boire un verre dans un pub enfumé et rempli de monde. C'est la raison pour laquelle il s'arrête au XIXe siècle dans un petit village germanique. Mis à part le temps atroce tout semble plutôt bien aller. Mais c'est sans compter l'épidémie qui frappe les habitant-e-s du village. Depuis quelque temps les morts s'amoncellent. Mais certains corps ne portent pas la trace de maladies mais de coups. Les guerriers de la peste sont une légende qui explique ces morts étranges. Le Docteur, lui, comprend immédiatement que cette légende est tout sauf mythique.

Il est rare que le Docteur quitte l'Angleterre pour voyager dans une autre contrée. Il est donc toujours intéressant de le retrouver ailleurs. Dans ce livre on met le Docteur en face d'ennemis que nous connaissons bien. Mais l'auteur leur donne un petit coté nouveau en offrant de nombreuses références à des épisodes passés de la série classique. J'ai aussi aimé le coté blagueur du Docteur qui ne semble pas avoir atteint le niveau de désespoir de Ten quand il s'est retrouvé seul. Va-t-on avoir une telle évolution dans les autres livres? je ne suis pas certain qu'il y ait le temps de l'accomplir. Comme d'habitude la plupart des personnages annexes sont loin d'être longuement décrits bien que l'auteur ait posé quelques indices ici où là. Au final, un livre intéressant et pas si mauvais.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare. Je n'aime pas trop les cybermen mais j'ai tout de même apprécié cette aventure au XIXe siècle. D'autant plus que le livre possède un certain nombre de références pour les fans.

  • À lire.

  • Tolkien.

Image: BBC

12/08/2013

The silurian gift par Mike Tucker

Titre : The silurian giftDrWhoSilurians-cover.jpg?1360766389
Auteur : Mike Tucker
Éditeur : BBC 2013
Pages : 99

Le monde est en crise. L'énergie manque et personne ne semble pouvoir trouver d'idée pour s'en sortir. Dans le même temps le réchauffement climatique est devenu incontrôlable. Mais un homme annonce pouvoir sauver l'avenir de l'humanité grâce à un nouveau carburant propre qu'il nomme le feu glacé. Une telle promesse ne peut qu'intéresser le Docteur qui décide de poser des questions gênantes et de se rendre au pôle sud sur le site de la raffinerie. Mais quand il arrive il comprend que ce nouveau carburant cache une histoire bien plus importante. Une histoire qui remonte au temps des dinosaures en fait.

Cette fois le Docteur est vraiment seul. Mais nous n'avons pas encore les développements de sa personnalités qui le mènent à l'épisode de noël 2012. De plus, il se trouve une compagne temporaire qui lui permet de s'occuper l'esprit. Mis à part cela j'ai bien aimé l'histoire. On retrouve les siluriens dans leur difficile négociation avec la race humaine. Je trouve dommage que personne n'ait encore osé donner un bon départ dans la relation entre ces deux races. D'ailleurs, on retrouve un schéma déjà connu. Ainsi les scientifiques sont gentils et tentent de trouver une entente et face à eux on trouve des militaires qui ne veulent que la guerre. Et le Docteur se trouve entre les deux races pour tenter d'empêcher l'escalade. Ah, et il ne faut pas oublier le promoteur que tout le monde aime détester. Mais ce petit livre est sympathique avec une histoire intéressante.

Image: quickreads

05/08/2013

Doctor Who: Monstrous mission par Gary Russel (Horror of the space snakes) et Jonathan Green (Terrible lizards)

Titre : Doctor Who: Monstrous mission250px-5_Monstrous_Missions.jpg
Auteurs : Gary Russel et Jonathan Green
Éditeur : BBC 2012
Pages : 378

Oui je suis encore dans Doctor Who. Mais n'est ce pas parfaitement adapté alors que le nouveau Docteur vient d'être annoncé en grande pompe par la BBC? En tout cas c'est ce que je pense. Dans ce nouveau 2 in 1 le Docteur est mis face à différents monstres. Dans la première histoire les trois compagnons que personne n'a plus besoin de présenter se retrouvent sur un bateau au XIXe siècle après un accident temporel. L'équipage est à la recherche de la fontaine de jouvence. Mais les obstacles sont particulièrement difficile à vaincre et, surtout, avec pleins de dents pointues. Dans la seconde histoire le Docteur est seule ayant laissé Amy et Rory sur Terre. Il se retrouve sur la première base lunaire. Bien que tout semble fonctionner des rumeurs de serpents circulent. Mais que sont-ils et pourquoi sont-ils dans la base?

La première histoire ne m'a pas vraiment fait grande impression. Son véritable point fort sont les dinosaures mais, mis à part cela, rien n'est vraiment sorti de l'histoire. C'est à peine si j'ai fait attention aux événements et je trouve les personnages malheureusement trop peu utilisés alors que l'idée de l'auteur aurait mérité un peu plus. La seconde histoire, par contre, est remplie d'humour. Les interactions entre le Docteur et les enfants est superbe. J'apprécierais particulièrement de retrouver Sam dans d'autres aventures. Cependant, encore une fois, nous ne sommes de loin pas face à un monument de littérature.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare. Si vous avez des problèmes de serpent écoutez les enfants. Ils sont plus intelligents que vous ne le croyez.

  • À lire.

  • Tolkien.

Image: Tardis Wikia

26/07/2013

Doctor Who: Alien adventures par Richard Dinnick (The underwater war) et Mike Tucker (Rain of terror)

Titre : Doctor Who: Alien adventures250px-3_Alien_Adventures.jpg
Auteurs : Richard Dinnick et Mike Tucke
Éditeur : BBC 2011
Pages : 396

Dans ce nouveau livre de la collection 2in1 nous retrouvons le Docteur et ses compagnons Amy et Rory. Ils commenceront par visiter la planète Hydron. Celle-ci, selon des explorateurs humains, possède une matière capable de donner une énergie extrêmement importante. Mais les choses ne sont pas ce qu'elles semblent être. Tandis que le Docteur et Amy découvrent une espèce aquatique intelligente Rory essaie de comprendre pourquoi il y a autant de militaires pour une mission d'exploration et ce qui se cache derrière une cloison secrète. Dans leur seconde aventure ils se rendent sur une planète jungle récemment colonisée. Mais celle-ci est sous la menace de créatures destructrices mangeant tout sur leur passage. Alors qu'il ne reste que peu de temps pour sauver les colons le Docteur apprendra que les habitants d'origines savent exactement ce à quoi ils ont affaire. Peut-être même possèdent-ils une arme?

Bien qu'aucune de ces deux histoires ne soit particulièrement élaborée - les personnages secondaires sont à peine dépeints ainsi que l'environnement - j'ai apprécié leur lecture. On retrouve le Docteur toujours autant en forme et tentant de sauver tout le monde malgré de nombreux adversaires. L'intrigue est loin d'être compliquée et j'avais deviné les problèmes et solutions bien avant leur arrivée. Mais il faut bien avouer que ces histoires sont particulièrement bien adaptées à la chaleur actuelle et à la plage.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare. Très bien pour l'été. Le Docteur comme on en a l'habitude. Rien de particulier à signaler.

  • À lire.

  • Tolkien.

Image: Tardis wikia

07/02/2012

Sherlock saison 2

Enfin! Enfin la saison 2 de Sherlock a été diffusée sur la BBC et en DVD. Ceux qui sont allergiques aux versions originales n'ont, bien entendu, encore rien vu. Mais ceux qui peuvent suivre les programmes de la BBC et qui n'ont rien contre l'anglais possèdent sûrement déjà le DVD après avoir vu cette nouvelle magnifique saison. Si vous vous souvenez de la fin de la première saison vous savez que nous avions abandonné Sherlock et Watson en mauvaise posture. Suscitant les cris de frustration d'une grande partie des téléspectateurs. C'est pourquoi il a fallu attendre ce premier épisode pour enfin connaître le dénouement de cette intrigue! Nous suivons donc, une fois de plus, Sherlock sur plusieurs cas en trois épisodes. Mais il y a du changement. En effet, Sherlock devient progressivement un phénomène médiatique en partie à cause du blog de Watson. Il fallait s'y attendre avec son habilité à résoudre des cas compliqués sans trop de problèmes. Nous avons donc trois affaires. La première concerne un personnage que je voulais voir avec impatience: Irene Adler. La seconde affaire nous emmène dans l'une des nouvelles les plus célèbres: le chien de Baskerville. Et enfin, nous retrouvons Reichenbach Fall. Ceux qui ont lu les livres (ce qui n'est pas mon cas) ou vu le dernier film savent ce que cela veut dire.

La première saison était très réussie et on pouvait craindre que la seconde ne soit pas à la hauteur. J'ai le plaisir d'annoncer que ce n'est absolument pas le cas. Cette seconde partie est toujours aussi réussie tout en changeant un peu les choses. En effet, Sherlock s'est humanisé. Bon, n’exagérons pas il reste un exemple d'arrogance. Cependant le contact de Watson semble lui avoir permis de comprendre un peu mieux la manière dont les relations sociales fonctionnent. Ainsi, le premier épisode est l'occasion d'un discours d'une cruauté particulièrement impressionnante suivi d'excuses tout aussi inattendue. Watson aussi a évolué. Mais dans un sens moins positif puisqu'on apprend qu'il est incapable de s'occuper de Sherlock et d'avoir une relation avec une femme. Ce à quoi les fans répondront qu'il peut très bien se consacrer entièrement à Sherlock! Les personnages sont tout aussi bien écrit. Mycroft est très réussi et devient un peu plus humain. Irene Adler est la grande découverte de cette seconde saison. Cette femme est brillamment incarnée par Lara Pulver qui réussit à montrer sont génie désarmant. Mais la véritable attente de cette série est Moriarty. Encore une fois, la confrontation entre Sherlock et Moriarty est brillamment mise en scène. Bien mieux que dans le film. Le Professeur n'hésite devant rien pour inquiéter et faire tomber Sherlock donnant au titre du troisième épisode plusieurs significations. Les derniers instants de cette confrontations sont époustouflantes. Mais ce dernier épisode est aussi, comme plusieurs personnes l'ont remarqué sur Beans on Toast, très proche d'un certain épisode de Doctor Who dans la saison 6. Je serais le dernier à m'en plaindre tant que c'est réussis. Bref, courez vous procurer cette série superbement réalisée.

Image: Allociné

Site officiel

19924429.jpg

11:41 Écrit par Hassan dans série | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : sherlock, moriarty, bbc, watson, cumberbatch | | | |  Facebook

16/12/2011

Doctor Who saison 6 silence will fall!

Puisque j'ai reçu le DVD anglais de la saison 6 de cette série dont je parle temps je peux maintenant la présenter sur ce blog. Bien entendu, les fans et les personnes un peu attentives savent que cette saison a été diffusée durant l'été. C'est pourquoi je pense qu'il est moins dangereux d'en parler en fin d'années puisque la plupart des révélations sont sûrement déjà connues. Nous avions quitté le Docteur en vie et reparti pour de nouvelles aventures avec Amy et Rory à la fin de la saison précédente. Mais ce happy ending n'allait pas de soi puisque l'univers a failli être détruit et que même sauvé une menace plane sur le TARDIS. En effet, silence will fall. Mais qui dit cette phrase et pourquoi. Après un épisode de noël très proche de l'esprit de noël et d'une certaine histoire de Dickens nous entrons directement dans le cœur du sujet. Le premier épisode est l'occasion de savoir qui se trouve derrière cette phrase mais aussi de connaître une part du futur du Docteur. La saison nous permet aussi de savoir, enfin, qui est River Song! Mais, comme je l'ai déjà dit, le TARDIS n'est plus sûr et Amy et Rory pourraient bien être bien plus en danger qu'ils ne l'ont jamais été.

Cette sixième saison a drainé une attente très forte. Nous devions enfin savoir qui est River Song et quel est l'entité derrière le glacial Silence will fall. Il est dommage qu'elle n'ait pas réussi totalement sa mission. Qu'on ne croie pas qu'elle soit à jeter et oublier le plus vite possible. Outre le magnifique épisode de noël qui, pour la première fois, est vraiment dans l'esprit de noël cette saison connaît de grandes réussites. Le double épisode du début de saison est tout simplement haletant. Les épisodes de la mi-saison sont tout aussi impressionnant et le retour de Greg était très attendu. Je ne parle même pas de l'épisode The Doctor's Wife qui a été écrit pour les fans par un fan. Malheureusement ces épisodes impressionnant sont côtoyés par d'autres beaucoup moins bons. Je parle, par exemple, de The Curse of the blackspot. Le final n'est pas non plus à la hauteur. Il est beaucoup trop confus. En fait, cette saison donne l'impression que l'intrigue a dépassé ce à quoi s'attendait la BBC et qu'elle n'arrive plus à la résoudre en une seule saison. C'est pourquoi l'intrigue qui a commencé durant la saison 5 va sûrement continuer durant la saison 7 si ce n'est plus loin. Il reste, en effet, une question à laquelle répondre et dont la réponse n'est pas 42. Je salue aussi l'apparition des épisodes Night and the Doctor qui permettent de savoir ce que font le Docteur et River durant la nuit. Ces courts épisodes sont très réussis et sont à la fois drôle et tragiques.

Image: Site officiel

d11s02_generic_01.jpg

30/11/2011

Borrowed Time de Naomi A. Alderman (un taux d'intérêt mortellement bas)

Titre: Borrowed Time250px-Borrowed_Time.jpg
Auteurs: Naomi A. Alderman
Éditeur: BBC 2011
Pages: 255

Après avoir pris le temps d'écrire une note sur un film centré sur le temps je me suis dit qu'il était de parler d'un média avec lequel le rapport au temps est très différent mais dont l'intrigue n'est pas loin d'être proche de la problématique du temps. Après cette diatribe qui ne m'a pas coûté trop de temps je vais peut-être éviter de vous faire perdre encore plus de votre temps par de vaines paroles et résumer ce nouveau Doctor Who book. Le temps est partout et pas seulement dans ces quelques lignes. Il s'écoule inexorablement en avant et il semble que nous en manquions toujours au mauvais moment que ce soit pour le travail ou notre vie privée. Mais que feriez-vous si vous pourriez en emprunter? Alors que le Docteur voulait emmener Amy et Rory observer la plus grande faillite bancaire de l'histoire humaine ils sont pris dans un tout autre type de marché. En effet, les employé de la Lexington Bank travaillent trop et trop vite et semblent pouvoir se trouver en plusieurs endroits en même temps. Des personnes à l'allure de banquier, donc à tête de requins, marchent dans les couloirs de la banque sans que l'on puisse dire d’où ils viennent de comment ils font pour repartir. La banque est au centre d'un marché du temps. On vous en offre contre un taux d'intérêt préférentiel. Mais quand on signe un contrat il vaut mieux lire les petits caractères sinon notre vie peut très bien en être bouleversée.

Ce livre est une bonne surprise. En dessous de la surface de l'intrigue nous avons une peinture du système des prêts. Bien entendu, l'intrigue joue avec les paradoxes des voyages dans le temps. Les personnes sont toujours prêtes, ne savent plus trop quel jour il est et peuvent se croiser et se trouver au même endroit à deux moments différents. Le temps n'est pas que manipulé il se répare puisqu'un acte peut tout changer. Par contre, Amy y est un peu bête puisqu'elle se jette dans le piège sans même se mettre à réfléchir un minimum. Mais, comme je l'ai dit, ce que l'on a c'est surtout une accusation face au système des prêts. En effet, le Docteur nous explique comment fonctionnement les intérêts cumulés qui implique que non seulement on paie des intérêts sur nos emprunts mais aussi des intérêts sur les intérêts. Autrement dit, le Docteur nous explique comment fonctionne la dette du tiers-monde. Mais l'auteure nous montre aussi des traders avides d'argent, à tel point qu'ils oublient toutes prudences et s'empressent d'acheter ce qui semble rapporter sans regarder ce que ce qu'ils ont obtenus vaut vraiment. Il faut faire un énorme effort pour ne pas y voir la crise des subprimes! De plus, l'auteure nous montre ce que le travail peut faire aux individus. On se trouve face à des personnes stressées et constamment sur la brèche pour gagner un peu plus de prestige en vue de monter dans la hiérarchie. A tel point que leur vie privée et inexistante et que certains meurent au travail! Et puis ce livre reste un Doctor Who avec ses situations absurdes et les références à la série. Je ne peux que féliciter Naomi Alderman pour sa réussite!

Image: Tardis Index Base

25/11/2011

Paradox Lost par George Mann (et si il existait des monstres avec les même propriétés que les télévisions?)

Titre: Paradox Lost250px-Paradox_Lost.jpg
Auteur: George Mann
Éditeur: BBC 2011
Pages: 239

Le TARDIS, comme d'habitude, ne fait pas ce que le Docteur lui demande de faire. En effet, plutôt que d'aller visiter une jolie petite nébuleuse le TARDIS emmène ses passagers à Londres au 28ème siècle en empruntant des raccourcis (oui, même une machine à voyager dans le temps peut prendre des raccourcis!). Les trois amis arrivent juste à temps pour observer des archéologues en train de remonter un androïde de la Tamise. Mais cet androïde n'est pas logique. La technologie vient d'être inventée mais il semble avoir été sous l'eau pendant des siècles! Le mystère s'épaissit quand le robot nomme le Docteur et lui conseille de retourner en 1910. Il semble que des créatures se répandent dans Londres en ingérant l'esprit des humains. Malheureusement, ces créatures sont bien plus mortels que les télé-réalités. Bien que cela soit encore à prouver...

Si les programmes de certaines chaînes pouvaient prendre forme je suis certains qu'ils prendraient cette forme! Des monstres qui tuent en ingérant l'esprit des humains. Encore une fois, nous nous retrouvons dans une histoire remplie de paradoxes apparents. Comme le dernier roman le Docteur et ses compagnons voyagent dans le temps. Mais ils le font avant même d'avoir agi pour permettre leur voyage. J'ai l'impression que la série part de plus en plus dans ce type de paradoxes et de boucles temporelles auxquelles il vaut mieux ne pas réfléchir. Le personnage que j'ai vraiment apprécié dans ce tome est celui d'Angelchrist. C'est une sorte de savant fou célibataire qui sait que le monde n'est pas aussi simple qu'on ne le croit. Mais j'ai surtout apprécié les nombreuses références à la série comme le chapeau cool, les bus et les failles dans le temps et l'espace ainsi que les événements de la saison 5.

Image: Tardis Index Files

23/11/2011

Touched by an angel par Jonathan Morris (et si vous pouviez vivre dans le passé?)

Titre: Touched by an angel250px-Touched_by_an_Angel.jpg
Auteur: Jonathan Morris
Éditeur: BBC 2011
Pages: 239

Il y a longtemps que je n'avais pas parlé d'un DW Books sur ce blog. Mais comme je viens d'en terminer un autant en profiter pour pallier à cela. Cette fois nous retrouvons le Docteur dans nos années. Il a été attiré par les agissements d'un ange pleureur. Pour ceux qui ne le savent pas ces créatures sont des monstres qui tuent en renvoyant leur victime dans leur passé. En fait, ces monstres détruisent ce que l'on aurait pu être. Plus intéressant encore, ils ont la faculté de se transformer en pierre quand on les regarde. Ce qui en fait, probablement, les meilleurs monstres de cette série. Cet ange précis suit Mark Whitaker. Bien que le Docteur essaie de le sauver ce dernier est finalement renvoyé 17 ans en arrière. Mais être renvoyé dans son propre passé peut être dangereux. En effet, un simple petit changement peut détruire à la fois le futur et le passé. Le Docteur, Amy, Rory et Mark vont donc devoir lutter pour garder le passé intact face aux plans des Anges. Un plan qui fait miroiter un gain difficile à refuser quand on a un coeur.

J'ai beaucoup aimé ce livre. Non seulement les Anges sont toujours aussi stressant (essayez de ne pas cligner des yeux pendant plusieurs minutes!) mais, en plus, l'histoire est bien écrite. En fait, j'ai beaucoup apprécié que l'on ne suive pas spécifiquement le Docteur mais Mark. Nous suivons à la fois le Mark du futur et le Mark du passé. On apprend comment sa vie s'est mise en place en même temps que le Mark du futur et le Docteur tente de garder son passé sur les railles. Mais c'est aussi, et surtout, une histoire d'amour. L'amour entre Mark et Rebecca. Un amour que l'on verra prendre des forces au fil du temps et lors des aventures passée de Mark. Mais vous, que feriez vous si voous étiez renvoyé dans votre passé?

Image: Tardis Index Base

09/11/2011

Hunter's Moon par Paul Finch (un peu de sport!)

Titre: Hunter's Moondrwho_hunters_moon_book_125.jpg
Auteur: Paul Finch
Éditeur: BBC 2011
Pages: 256

Vous connaissez Las Vegas? La ville du vice et des jeux? Multipliez tous les excés de Las Vegas par 10 000 et vous aurez la Leisure Plateform 9 ou le Docteur et ses compagnons s'apprêtent à passer quelques heures. Le Docteur souhaite rendre visite à un vieil ami pendant qu'Amy et Rory visiteront et s'amuseront. Mais ils doivent faire attention. Non seulement LP9 n'est pas un lieu de splus fréquentables mais, en plus, la société alien qui s'en occupe est particulièrement machiste. Bien entendu, puisque le Docteur dit à ses compagnons de faire attention ils font tout pour tomber dans le premier piège venu. C'est ainsi que Rory se retrouve coincé dans un duel de machos après avoir accusé son adversaire de tricherie. Et comme on ne peut pas gagner contre un tricheur il se trouve capturé après avoir perdu le TARDIS dans le pari. Rory est maintenant un esclave tandis qu'Amy le suivra clandestinement et deviendra aussi une esclave. Mais comment le Docteur pourra-t-il les sauver sans le TARDIS? Et, surtout, Rory survivra-t-il à la chasse?

Encore une fois les trois personnages sont divisés. Ce qui permet d'accentuer un peu la force de chacun d'eux. Rory, par exemple, gagne beaucoup à lutter seul. On retrouve un leader qui ne perd son charisme que lorsque le Docteur se trouve dans les parages. Il faut dire qu'il a vécu plus longtemps que ce dernier. J'ai bien aimé la nouvelle race qui nous est présentée dans ce tome. Ces aliens sont puissants mais possèdent une société arriérée sur un certain nombre de points dont, principalement, la question des femmes. Je pense que tout le monde aura compris qu'Amy ne peut que se heurter et heurter les mâles de cette société. J'ai aussi apprécié la description des deux grands mafieux qui donnent l'impression d'être de parfaits psychopathes. Du coté des personnages secondaire je trouve que le père de famille totalement débordé par sa fille et au chômage est bien réussi. On passe d'un homme qui geint à un leader capable de se battre et de faire des sacrifices. Cependant, je l'ai tout de même moins aimé que les deux précédents.

Image: BBC

04/11/2011

The way through the woods par Una McCormack (promenons nous dans les bois...)

Titre: The way through the woodsdrwho_way_woods_book_125.jpg
Auteur: Una McCormack
Éditeur: BBC 2011
Pages: 241

Les aventures du Docteur continuent dans une jolie petite ville. Comme toutes les petites villes les habitants ont un poste de police, une poste, des épiceries et des magasins de proximité et, surtout, une forêt. Mais on pourrait croire que cette forêt n'existe puisque les habitants font tout pour éviter d'en parler. A tel point que même l'autoroute l'évite. Mais cela devient encore plus étrange quand on sait que jamais aucune route n'a traversé la forêt. Aussi loin que l'on remonte dans le temps les humains ont toujours évité d'en parler ou de s'en rapprocher. Pour en rajouter un peu plus on sait aussi que 300 personnes ont disparu à l'intérieur de cette forêt dans l'histoire de l'humanité. Et pourtant personne n'en parle vraiment. Sauf en ce qui concerne les deux dernières disparitions. Il n'en fallait pas beaucoup plus pour que le Docteur décide de s'y intéresser et de nettoyer les dégâts.

Nous continuons sur la lancée puisque j'ai bien aimé ce tome. On ne voit pas beaucoup le Docteur qui s'efface au profit de Rory et Amy. Rory retrouve un peu de l'importance qui lui est due grâce à un hommage plus que mérité de la part du Docteur. Quant à Amy, elle montre qu'elle sait très bien se débrouiller seule sans avoir besoin d'être secondée par un timelord solitaire. L'intrigue me plaît aussi beaucoup. L'idée d'une forêt plus étrange et effrayante que d'ordinaire. Une forêt dans laquelle on se perd sans laisser de traces. Mais ce qui est intéressant c'est aussi de voir l'intérieur de cette forêt. Les sauts dans le temps et l'impossibilité d'en sortir. Toujours revenir au même endroit comme dans un labyrinthe. L'idée du vaisseau est aussi très bonne. Un vaisseau vivant qui a besoin d'expérience pour pouvoir naître mais qui ne peut le faire sans douleur. Bref, plein de bonnes idées pour un bon tome.

Image: BBC

30/10/2011

Dead of winter par James Goss (à ne pas lire en hiver)

Titre: Dead of winterdrwho_dead_winter_book_125.jpg
Auteur: James Goss
Éditeur: BBC 2011
Pages: 255

Je viens de terminer le premier tome qui prend place dans la saison 6 de Doctor who (sauf si on compte les 2 in 1). Et j'ai été agréablement surpris par ce livre. Le Docteur et ses compagnons vont s'écraser. Ils ne savent pas ou ni quand mais une perturbation semble attirer le TARDIS. Amy se réveille le lendemain dans un lit. Elle découvre rapidement que sa voisine est une petite fille nommée Maria et que toutes les deux se trouvent dans un institut de soin pour les tuberculeux au XVIII ème siècle. Le médecin qui possède ce centre lui apprend qu'elle a reçu un coup sur la tête après avoir été éjectée de son véhicule ce qui pourrait expliquer ses troubles de mémoire. Elle est rapidement rejointe par son mari, Rory, et le Docteur. Ils semblent aussi avoir des problèmes de mémoire mais pas assez pour se rendre compte qu'il y a quelque chose de louche. Un institut capable de guérir la tuberculose avec des méthodes en avance sur leurs temps? Mais, surtout, ce ne sont que des personnes importantes qui son soignées et leur survie pourrait changer l'histoire du monde.

J'étais d'abord un peu sceptique. Écrire un livre Doctor Who sous forme de lettres me semblait aventureux. Je n'avais pas l'impression que ce style soit particulièrement adapté et je ne l'ai jamais vraiment aimé. Bien que je sois resté sceptique durant un long moment j'ai ensuite totalement changé d'avis. Je pense, maintenant, que ce tome est probablement l'un des meilleurs que j'aie lu et ceci surtout parce qu'il me semble particulièrement proche de l'ambiance de la saison 6. Je m'explique, cette dernière saison nous montre un Docteur de plus en plus sombre, capable de choix difficile est destructeurs, nous connaissions déjà cet aspect de sa personnalité mais, cette fois, elle touche ses compagnons qui subissent directement les effets de ces choix. Je ne dirais pas ce qui se passe dans la sixième saison vous devrez donc me croire se parole. Ainsi, ce tome nous montre des personnages secondaires qui détestent le Docteur pour ses actes. Un Rory, à mon avis, injustement décrit comme peu important par l'auteur mais qui essaie surtout d'éviter que les actes du Docteur ne débouchent sur des destructions par lassitude. Une Amy qui n'écoute plus ce qui lui dit son héros mais n'hésite pas à braver ses conseils. Et, enfin, le Docteur lui-même qui semble las de ne pas pouvoir sauver tout le monde. De n'être parfois capable que du moins pire au prix des souffrances des autres. Bref, un tome sombre quasiment dépressif.

Image: BBC

26/10/2011

The good, the bad and the alien par Colin Brake (Wild Wild Galaxy)

Titre: The good, the bad and the alien250px-The_Good%2C_the_Bad_and_the_Alien.JPG
Auteur: Colin Brake
Éditeur: BBC 2011
Pages: 199

Après avoir parlé du MLF je vais me lancer dans quelque chose de beaucoup moins sérieux en parlant de la seconde partie du 2 in 1 que j'ai mentionné dernièrement. Cette fois-ci nous nous trouvons, et ce n'est pas la première fois, à l'époque du FarWest aux États-Unis. Si le Docteur a choisi cette destination c'est qu'il souhaitait faire plaisir à Rory qui apprécie particulièrement cette époque et les films qui en parlent. Ils sortent donc du TARDIS pour entrer dans une ville typique de l'époque et des lieux. Mais tous les habitants sont endormis en pleine journée. A peine le Docteur et ses amis ont-ils le temps de le constater qu'un gang de voleurs tente d'attaquer la banque pour être tout aussi rapidement mis en fuite par un monstre. Un monstre au FarWest? le Docteur ne peut que se demander quelle est cette créature et ce qui se passe dans cette petite ville. Il semble que des aliens se baladent parmi les humains et qu'ils se sont déguisés. Mais que souhaitent-ils?

Je ne suis toujours pas très sur d'être l'une de ces personnes qui apprécient le farWest mais bon une fois de temps en temps ça ne peut pas faire de mal. Et puis cette seconde histoire n'est pas si mauvaise. Bien entendu, on y trouve tout ce qui fait un film de farwest: le shérif, le saloon, le docteur du coin et les bandits hors-la-lois qui se cachent dans les mines. On y trouve aussi quelques petites choses que nous ne verrons jamais dans un vrai farwest: des aliens et des vaisseaux spatiaux. Mais le Docteur semble attirer ce type d'ennuis. Mis à part cela j'ai apprécié les différentes références à la série par exemple quand Amy parle des fameux freins à main du TARDIS. L'intrigue n'est pas si compliquée et donne lieu à une petite morale bien convenue. Mais il parait qu'il en faut toujours une dans les histoires.

Image: Tardis Index Files

20/09/2011

Heart of Stone par Trevor Baxendale (Les jolies pierres devraient parfois être laissées tranquilles)

Titre: Heart of StoneHeart_of_Stone.JPG
Auteur: Trevor Baxendale
Éditeur: BBC 2011
Pages: 200

Le Docteur atterrit dans l'un des lieux les plus passionnants de l'univers, du moins selon lui, l'arrière cours d'une ferme. Pour être honnête il n'a pas tout a fait tort puisque cette ferme semble avoir connu quelques problèmes. En effet, ses propriétaires sont obligés de réparer un mur qui a été probablement détruit par des chauffards. Mais ce qui est intéressant c'est que ce mur est réparé à l'aide de pierres lunaires qui sont rigoureusement identiques aux pierres utilisées lors de la construction. Outre la rareté de ces pierres il est étonnant qu'elles soient aussi bien adaptées. Le mystère s'éclaircira quand un monstre de pierre vaguement humanoïde attaquera la ferme transformant tout ce qu'il trouve en pierre sur son passage. Mais d’où vient ce monstre et comment inverser la transformation?

J'ai bien aimé cette seconde partie de ce 2 in 1. Bien que l'intrigue soit relativement simple à comprendre on peut apprécier le temps passé à lire cette histoire. Comme souvent dans les DW books on se retrouve face à une histoire ni mauvaise ni bonne, profondément moyenne donc, qu'il est difficile de défendre mais que l'on ne peut pas non plus dénigrer totalement. Nous retrouvons les bonnes vieilles recettes en somme. Un monstre, le Docteur, des secrets et un choix de vie ou de mort (que je ne dévoilerais pas) tout ceci est saupoudré d'humour savamment dosé. Bref, ni mauvais ni bon mais parfaitement passable quand on souhaite se détendre et surtout destiné aux enfants et/ou aux fans.

Image: Tardis Index Files

18/09/2011

Death Riders par Justin Richards (parce que quand on met un panneau danger c'est qu'il y a une raison!)

Titre: Death Ridersdrwho_death_riders_book_125.jpg
Auteur: Justin Richards
Éditeur: BBC 2011
Pages: 197

Ce livre fait partie d'une nouvelle gamme de livres pour enfants édités dans le cadre de la licence Doctor Who. En effet, plutôt qu'écrire deux livres on a mis deux livres différents dans un seul! Ils sont plus courts que ce que l'on était habité d'environ 50 pages. Bon je dois être honnête, je ne savais pas vraiment dans quelle période ces livres 2 in 1 s’insèrent j'ai donc décidé de les lire juste après le tome précédent écrit par Morcoock donc juste après la saison 5. Nous retrouvons donc le Docteur, Amy et Rory dans un astéroïde colonisé par des mineurs. Il s'y déroule des faits sans précédents puisque la foire galactique a fait escale ce qui permet aux enfants et aux adultes d'aller voir les voyantes, des clowns, d'écouter de la musique et, surtout, de se préparer à faire un tour sur le Death Ride! Malheureusement, un homme qui dit être le responsable de la sécurité et de la santé empêche les constructeurs de mettre en place cette montagne russe. Mais n'aurait-il pas raison? Surtout quand des personnes commencent à mourir dans les tunnels qu'il a interdits d'accès. Pourtant, ses explications ne collent pas avec la manière dont sont mortes ces pauvres personnes. Qu'a t'il à cacher?

Comme je l'ai dit dès le début ce livre est écrit pour les enfants. Il est tout aussi vrai que la plupart des romans Doctor Who ne sont pas particulièrement difficile à lire mais ces 2 in 1 sont clairement destiné à un public plus jeune. L'intrigue, d'ailleurs, s'en ressent puisqu'un lecteur avertit et attentif. Ce qui veut dire que j'ai compris qui était le méchant environ 150 pages avant que le Docteur ne l'annonce. Heureusement, les personnages permettent de garder un certain intérêt au livre. Ainsi, le Docteur est toujours aussi drôle et je suis particulièrement content de noter le retour de Rory qui m'avait énormément manqué (et qui ne meurt pas dans ce tome). Il me reste à savoir quel sera la qualité des autres histoires de ces 2 in 1 et, particulièrement, du second livre de ce tome "Heart of Stone".

Image: BBC

15/09/2011

The coming of the terraphiles or pirates of the second aether! par Michael Moorcock

Titre: The coming of the terraphiles or pirates of the second aether!drwho_c_terraphiles_book_125.jpg
Auteur: Michael Moorcock
Éditeur: BBC 2010
Pages: 345

Quand j'ai su que Moorcock avait écrit un livre pour Doctor Who j'ai été plutôt content. Je n'avais jamais lu de Moorcock mais j'avais entendu parler de lui en bien et, donc, je me réjouissais de le lire dans ce cadre. Malheureusement, j'ai trouvé que ce livre était probablement le plus mauvais actuellement écrit pour la nouvelle série. L'auteur envoie le Docteur dans un futur lointain après qu'il ait reçu un message concernant un danger. Il semblerait que l'univers connaisse une extension dangereuse de matière noire. Cette extension menace non seulement de détruire l'univers mais surtout le multivers en mettant en cause son cycle de vie. Le Docteur doit donc trouver ce qu'il s'est passé pour remettre les choses dans l'ordre. Sauver tous les univers existant! Rien que ça!

Il y a au moins une chose que ce livre ait réussi à faire.  Je pensais que les deux premiers tomes mettant en scène Martha étaient les plus mauvais. Eh bien, ce livre m'a prouvé le contraire! C'est au moins un point en sa faveur. Mais qu'est ce que je n'ai pas aimé? Tout d'abord je trouve Amy plus que fade. Plutôt qu'une jeune femme vive et avec du répondant on trouve une midinette inutile. Et pourtant elle devrait normalement ne serais-ce qu'avoir un peu de chagrin comme la série nous l'a montré suite aux événements lié aux Silurans. Mais non, on n'a rien. En fait ce n'est pas Amy mais un archétype de compagnon. Le Docteur est bien décrit dans sa manière de réfléchir. Mais Moorcock oublie totalement sa caractéristique principale: toujours agir et mettre son nez partout. Ce qui veut dire que l'on voit, dans ce livre, le Docteur attendre tranquillement une attaque de pirates puis les laisser se faire massacrer sans réagir! J'ai aussi beaucoup de mal avec les personnages secondaires que je trouve tous plus insupportables les uns que les autres. Entre le Lord transit d'amour, la femme forte mais qui ne connaît pas les priorités dans sa vie et son mari archétype du père grognon mais gentil je ne sais pas lequel est le pire! Quand à l'intrigue elle est entrecoupée de passages concernant, semble-t-il, des thèmes typiquement moorcockien mais qui n'entrent pas vraiment dans le monde whovien. Bref, un très mauvais et très décevant livre.

Image: BBC

11/09/2011

The glamour chase par Gary Russel

Titre: The glamour chase51qJO2CRGrL._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_AA300_SH20_OU01_.jpg
Auteur: Gary Russel
Éditeur: BBC 2010
Pages: 245

Le TARDIS, comme souvent, a reçu un appel de détresse automatique. Dans ce genre de cas il est rare que le Docteur ne réagisse pas et donc Rio est encore une fois abandonné au profit de l'Angleterre des années trente. Mais qu'est ce qu'une balise de détresse fait-elle dans les années trente? Le Docteur, Amy et Rory devront enquêter pour tenter de comprendre ce qui ne tourne par rond dans ce petit village typique. Outre qu'il soit trop calme et que les voisins n'apprécient pas vraiment les recherches archéologiques en cours il y a de drôles d’événements. Des gens disparaissent, parfois des villages entiers, et un homme semble perdu dans ses peurs. Le Docteur, Amy et Rory devront trouver qui est vraiment qui et de quelle manière sauver tout le monde.

J'ai, encore une fois, beaucoup aimé ce livre. Il y a deux aspects principaux qui m'ont permis d'apprécier ce tome. Le premier ce sont les Weavers. Ces aliens se sont écrasés sur Terre et ont été adoré comme des dieux durant leur sommeil. Mais ce qui est le plus drôle les concernant c'est leur physiologie. Franchement, il n'y a que dans Doctor Who que l'on peut rencontrer des aliens qui ne sont rien d'autre que des balles de laine! Ce qui leur permet de prendre l'apparence qu'ils veulent et de faire partie, littéralement, de leur vaisseau et d'être tous lié! Le concept même de ces aliens est génial! Le second point c'est Rory. Ceux qui ont vu la cinquième saison, dans laquelle on se trouve encore, savent ce qu'il est advenu de ce pauvre Rory. Ce livre donne l'impression d'offrir un monument à ce personnage qui n'est pas seulement très utile au Docteur puisqu'il développe aussi, mais on s'y attendait, une empathie très forte. Ce livre ne peut que me pousser à considérer Rory comme l'un des compagnons que je préfère. Malheureusement, je trouve que la fin de l'intrigue n'est pas à la hauteur. Elle me donne l'impression d'avoir voulu faire dans la facilité en se débarrassant d'un problème difficile à résoudre dans le cas contraire. Mais, mis à part ce point, j'ai beaucoup aimé ce tome.

Image: Amazon

08/09/2011

The King's dragon par Una McCormack

Titre: The King's dragondrwho_king_dragon_book_125.jpg
Auteur: Una McCormack
Éditeur: BBC 2010
Pages: 245

La ville de Geath est l'une des plus célèbres de l'univers. Non seulement à cause de sa splendide architecture mais aussi à cause de son système politique résolument démocratique. Mais sa célébrité vient surtout de son histoire. En effet, Geath n'a jamais connu la guerre tout au long de son existence deux fois millénaires. Elle a toujours réussit à vivre en paix avec ses voisins et à éviter la violence. Ce n'est donc pas un hasard si le Docteur souhaite visiter cette ville avec Amy et Rory. Mais quand ils arrivent ils découvrent une ville dont la méfiance a grandi et qui voit des ennemis dans ses voisins et qui, en plus, a élu un roi! Cette méfiance a pour source un nouveau métal doré qui a inondé la cité. Mais ce métal n'est pas de l'or c'est de l'enamour. Une substance dangereuse qui agit sur les pensées des individus qui l'entourent. Mais comment est-elle arrivée sur cette planète alors que la technologie pour la créer n'y est pas connue? Il semblerait que Geath se trouve liée à une guerre civile plus ancienne que son histoire même.

C'est une nouvelle importante! Pour la première fois depuis longtemps le Docteur n'est pas séparé de ses compagnons! Mais trêve de plaisanterie l'histoire est tout de même plus importante. Il se trouve que j'ai beaucoup aimé l'idée de cette substance nommée enamour. Un métal qui ressemble à l'or mais qui accroît l'envie et les méfiances. Un métal qui agit subrepticement sur les individus et qui les empêchent de penser clairement. Je trouve l'idée très intéressante. La ville de Geath ressemble aussi beaucoup à l'idée que je me fais des villes démocratiques de la Grèce ancienne. Athènes, pour un prendre un exemple tout a fait au hasard bien entendu, se glorifiait de ses arts et de son système politique. Mais ce que l'on oublie souvent c'est que ce système était construit sur une fondation esclavagiste. Geath ressemble à cela puisque plus loin que ses débats et son architecture elle repose sur les paysans qui cultivent pour elle mais qui sont considérés comme une possession. Montrer ce type de coin sombre ne peut que me plaire. C'est donc encore un tome plutôt intéressant avec des dialogues savoureux ("respect the sonic!") qui plaira aux fans.

Image: BBC

06/09/2011

Nuclear Time par Oli Smith

Titre: Nuclear Time51Ed8ht-VyL._SL500_AA300_.jpg
Auteur: Oli Smith
Éditeur: BBC 2010
Pages: 246

Rory est probablement l'un des compagnons du Docteur que je préfère. Pourquoi cela? Parce que la manière dont son personnage a été écrit et s'est développé en fait à la fois un individu attachant et un homme aussi courageux que le Docteur. Je suis donc plutôt content de le retrouver dans ce tome. L'intrigue se déroule dans une petite ville américaine au milieu du désert en 1981. Les jardins sont bien tenus, les maisons propres et bien tenue. Bref, un parfait lotissement remplis d'américains moyens (parfaitement ennuyeux si vous voulez mon avis). Mais il y a quelque chose d'étrange dans cet endroit. Les routes n'existent pas, l'herbe semble fausse et les habitants donnent l'impression d'arriver de nul part et agissent un peu trop comme de parfaits citoyens. Il y a quelque chose de caché la dessous et le Docteur et ses amis n'ont que peu de temps pour le trouver avant qu'une bombe nucléaire ne rase la ville.

Je ne sais pas ce que Matt Smith a fait aux différents auteurs mais ils semblent tous s'être donné le mot pour le faire disparaître en laissant ses compagnons seuls. Et il ne le fait pas volontairement. Bon, il est toujours intéressant de voir les compagnons se débrouiller sans le Docteur mais un peu de changement serait sympathique. Mais ce que j'ai apprécié dans ce livre concerne surtout les deux personnages secondaires: Geoff et Albert. Le premier est un soldat revenu du Vietnam et le second un chercheur brillant. On observe comment la vie de ces deux amis est détruite par la découverte d'Albert. Une découverte qui peut changer le monde mais qui a été modifiée pour devenir l'un des plus grands dangers de l'époque. C'est cette relation qui, me semble-t-il, est le véritable cœur du livre et le Docteur et ses compagnons ne font qu'éviter les plus grosses catastrophes.

Image: Amazon