05/09/2010

L'espoir est le dernier à mourir. Une jeune adolescence sous la terreur des nazis par Halina Birenbaum

Titre: L'espoir est le dernier à mourir. Une jeune adolescence sous la terreur des nazis
Auteur: Halina Birenbaum
Traducteur: Corinne Rouach
Éditeur: Musle d'état d'Auschwitz-Birkenau 2008
Pages: 287

Encore une fois je me plonge dans une mémoire de la seconde guerre mondiale. Celle-ci est l’œuvre d'une femme, Halina Birenbaum, qui a connut le régime nazi alors qu'elle était encore une enfant et qui devint une adulte en le subissant. L'auteure a écrit ce livre pour que personne n'oublie cette période et ce qu'il s'y est déroulé. Le récit commence dans sa ville natale alors que la guerre menace. Elle nous décrit aussi comment sa ville fut prise et le ghetto juif créé. On découvre les conditions de vie mais aussi comment les nazis sélectionnaient les juifs qui devaient être déportés. L'auteure nous décrit aussi sa mère qui gardât l'espoir de survivre jusqu'au bout. Même après avoir été prise et envoyée en camps d'extermination. Alors que Halina Birenbaum perd ses amis et sa famille de vue, dont beaucoup furent assassinés, elle apprend à vivre dans les règles du camps. Nous découvrons comment elle a réussit à se battre jours après jours malgré les privations et coups. Mais, tout du long, l'auteure nous affirme avoir gardé l'espoir de la Libération qui, finalement, arrivera.

Encore une fois, c'est un livre de mémoire. La mémoire a une grande importance pour l'histoire mais le style littéraire ne saurait être confondu avec un véritable travail scientifique. C'est néanmoins un travail nécessaire que d'entendre et de lire les paroles des survivants. Non seulement parce qu'ils sont les seuls à connaître la réalité des évènements mais aussi parce que chacune de leur histoire est une part importante des faits. De plus, la parole des survivants nous permet de ressentir les camps. Alors que les travaux scientifiques peuvent souvent sembler arides et sans consciences dans leur recherche des faits et des statistiques. L'écriture d'Haline Birenbaum m'a semblé particulièrement honnête et franche, une volonté de dire ce qu'elle a ressenti sans se camoufler. Il est donc dommage que l'édition de ce livre soit parsemé de coquilles. Néanmoins, ce témoignage m'a fortement ému.

Image: site du musée d'Auschwitz-Birkenau

Birenabaum-nadzieja-FR.jpg