17/05/2018

Imperium par Joshua Dysart, Doug Braithwaite, Scot Eaton, Cafu et Khari Evans

Titre :  Imperium
Auteurs : Joshua Dysart, Doug Braithwaite, Scot Eaton, Cafu et Khari Evans
Éditeur : Bliss comics 12 octobre 2017
Pages : 440

Ce tome édite l'intégralité de la série Imperium soit les numéros 1-16. Toyo Harada a, pendant longtemps, organisé une guerre secrète pour l'avenir. Cet homme est l'un des psiotiques les plus puissants du monde. Ses pouvoirs lui ont permis d'activer d'autres humain-e-s et de se constituer une petite armée. Il a combattu une organisation nommée Rising Spirit qui souhaite contrôler la technologie qui permet d'activer des psiotiques. Mais cette guerre secrète ne l'est plus. Après la rébellion de certaines personnes de son armée les objectifs de Toyo Harada sont maintenant connus dans le monde entier. Il est considéré comme le terroriste le plus dangereux de la planète. Cela ne l'empêche pas de capturer un porte-avion de l'armée des Etats-Unis et de débarquer en Somalie afin de montrer au monde ce qu'il souhaite vraiment.

SPOILERS

Cette intégrale, bien épaisse, se déroule après Harbinger Wars, aussi publiée sous forme d'intégrale par Bliss comics mais malheureusement en rupture de stock, que je n'ai pas pu lire. Il y a donc beaucoup d'événements et de personnes qui nous sont présentés et l'entrée dans l'intrigue demande un certain effort. On comprend rapidement que Toyo Harada est l'une des personnes les plus riches les plus puissantes de la planète. Les premières pages permettent aussi de montrer ce qu'il souhaite pour le monde : une utopie technologique et humaine permise par les capacités des psiotiques qui choisiraient d'user de leurs pouvoirs pour le bien de l'humanité et non pour leurs propres besoins. Dans le présent de cet univers, Toyo Harada est considéré comme un terroriste. On peut se demander s'il est vraiment le vilain de cette histoire. Certes, il envahi des pays, organise des attaques militaires dans d'autres et n'hésite pas à manipuler et tuer si cela lui permet d'avancer son agenda. Mais il se considère comme un mal nécessaire pour permettre à l'humanité d'atteindre son potentiel. Dans une scène il explique qu'il refuse d'être un héros égoïste et qu'il préfère être considéré comme un vilain si cela lui permet d'aider le monde. À mon avis, l'essence du personnage est résumée dans ces quelques cases.

Ce volume est aussi l'histoire d'une guerre. Une guerre entre Harada et le monde, une guerre secrète entre Harada et le projet Rising Spirit mais aussi une guerre entre Harada et une espèce alien qui vit en paix parmi les humain-e-s. Ces différents niveaux de conflits permettent à l'auteur de s'intéresser aux questions de l'armement. Ainsi, Rising Spirit est officiellement la seule manière pour le monde de survivre à Harada. Mais c'est aussi un projet privé qui fait des profits importants en vendant des armes à des pays et à des particuliers. Ces mêmes armes peuvent être fournis par des pays démocratiques à des groupes ou pays considérés comme des alliés potentiels contre un ennemi. Derrière l'aspect SF on a donc une critique de la manière dont fonctionne non seulement les marchands d'armes mais aussi les influences diplomatiques entre pays et groupes. Ainsi, pour lutter contre Harada les Etats-Unis n'hésitent pas à violer les lois et souverainetés d'autres pays où à soutenir des groupes que l'on peut considérer comme terroristes. Il est dommage, mais intéressant, que la série s'arrête brusquement sur un soutien international offert par certains pays à Harada. On ne peut que se demander ce qui arrive ensuite.

*
**
***
**** Encore une fois, Bliss comics nous offre une magnifique intégrale. L'histoire me semble bien écrite et n'essaie pas de nous faire accepter sans réflexions un camp où un autre. Au contraire, les problèmes posés par les deux camps sont montrés ouvertement. À nous de conclure.
*****

Image : Éditeur

imperium,bliss comics,valiant,joshua dysart,doug braithwaite,scot eaton,cafu,khari evans

21/04/2018

Génération Zéro par Fred Van Lente, Francis Portela, Diego Bernard et Andrew Dalhouse

Titre : Génération Zéro
Auteurs : Fred Van Lente, Francis Portela, Diego Bernard et Andrew Dalhouse
Éditeur : Bliss comics 12 janvier 2018
Pages : 248

Ce volume contient Génération Zéro 1-9. Depuis quelque temps je m'intéresse un peu plus à l'univers Valiant qui promet des intrigues intéressantes avec des morts qui restent morts. Génération Zéro parle d'un groupe d'adolescent-e-s et d'enfants qui ont été kidnappé-e-s et entrainé-e-s dans le but de devenir des armes vivantes facilement disponibles et que l'on peut laisser mourir en cas de besoins. Mais ce groupe a réussi à s'échapper de leur prison et, depuis, vit en fuite sur le territoire des États-Unis. Ces jeunes ne se contentent pas de fuir. Un moyen de les contacter a été mis en place. Personne ne sait si Génération Zéro va les aider mais, si la décision est prise, le groupe se rend sur place, enquête et agit. Cette fois c'est une jeune adolescente de la ville de Rook qui demande leur aide car la ville a un secret.

SPOILERS

Le premier avantage de ce volume est de contenir l'intégralité de la série, publiée en deux tomes dans sa version anglaise. Le second avantage est que les personnages ainsi que les circonstances de leur rencontrer sont rapidement résumés sans parasiter l'intrigue principale. Bien entendu, il y a beaucoup de zones d'ombres mais il suffit de s'attacher à Keisha et d'apprendre à connaitre Génération Zéro en même temps qu'elle. Le groupe est constitué d'un certain nombre de personnages, il est donc difficile de tous les présenter dans les détails dans ce volume. J'apprécie particulièrement les jumeaux et Gamète est particulièrement dérangeant. Les autres restent plutôt mystérieux.

L'intrigue est assez simple à suivre. Une adolescente amoureuse demande de l'aide pour comprendre ce qui se déroule dans sa ville. Cette aide ne prend pas la forme qu'elle pensait et met à mal son confort personnel. L'un des protagonistes lui en veut personnellement pour une raison très prosaïque, adaptée au décor adolescent. Mais surtout, la ville cache un secret connu par les adultes. Un secret qui doit rester cacher aux jeunes, ce qui est permis par une drogue donnée en cachette. On a donc un grand nombre d'ingrédients permettant de mettre en place un conflit de générations entre des adultes dépeints comme cyniques et corrompus et une jeunesse encore idéaliste qui essaie de changer les choses en se heurtant à la loi par la même occasion. Personnellement, j'ai bien aimé lire ce comics et je m'y replongerais avec plaisir malgré une fin un peu précipitée.

*
**
***
**** Une série intéressante que j'ai appréciée mais qui se termine trop rapidement.
*****

Image : Éditeur

Couv_GenZero_RVB_TEMPORAIRE-1-600x922.jpg

29/06/2017

Quantum and Woody 3. Jeunesse difficile, présent compliqué par James Asmus, Tom Fowler, Kano et Wilfredo Torres

Titre : Quantum and Woody 3. Jeunesse difficile, présent compliqué
Auteurs : James Asmus, Tom Fowler, Kano et Wilfredo Torres
Éditeur : Bliss comics 9 mars 2017
Pages : 144

Ce tome contient The Goat 0 et Quantum and Woody 9-12 publiés dans Quantum and Woody: crooked pasts, present tenses. Eric a retrouvé une maison, une voiture et, lorsque l'enquête sera terminée, un travail. De plus, il est bien vu par la police et son père lui a laissé un petit héritage sympathique. Woody, lui, est détesté par la police et détruit tout ce qui bouge. Il n'y a donc qu'une seule solution : Éric donne à Woody une journée entière pour lui prouver sa capacité à être un adulte responsable. Mais ces attentes ne pourraient-elles pas envoyer Woody vers son passé de délinquant juvénile ? D'autant qu'il rencontre une ancienne connaissance de mauvais augure.

Ce tome est le dernier de la série. Pour terminer l'intrigue les auteurs décident de revenir à la base et de tout relier à l'ERA (après un épisode d'origine pour le bouc). L’ERA était, à mon avis, la meilleure idée de la série. Un groupe de scientifique dont le but principal est de voler les découvertes afin de se faire de l'argent et de contrôler le futur de la science. Ce qui en fait une idée géniale est d'avoir imposé aux membres de l'ERA un génie en avance sur leur temps mais aussi des techniques en retard sur l'époque présente. C'est ainsi que l'un des membres est un cyborg équipé d'un fax !

Le tome relance l'ERA en utilisant Thomas Edison et les évènements qui précédent. Ainsi, au contraire du tome 2, la lecture donne beaucoup moins l'impression de créer des événements sans trop y réfléchir. Sans être très pensé, l'intrigue suit assez bien ce qui s'est déroulé auparavant bien que certaines étapes soient sautées par les auteurs, donnant une impression de deus ex machina. Ce tome a aussi quelques conséquences pour la vie privée des deux héros en leur donnant enfin un but, lucratif, et en touchant leurs amitiés et vie intime. Contrairement au second ce tome réussit à se rendre indispensable tout en restant très léger.

*
**
***
**** Un dernier tome drôle et bien mieux maitrisé sans être, pour autant, de la grande écriture
*****

Image : Éditeur

quantum-and-woody-tome-3-couverture-bliss-comics-600x923.jpg

Quantum and Woody 2. (in)sécurité nationale par James Amus, Ming Doyle et Jordie Bellaire

Titre : Quantum and Woody 2. (in)sécurité nationale
Auteur-e-s : James Amus, Ming Doyle et Jordie Bellaire
Éditeur : Bliss comics 13 octobre 2016
Pages : 112

Ce tome contient Quantum and Woody 5-8 publiés dans Quantum and Woody: (in)security. Lorsque le père d'Eric et Woody est mort les deux frères ont immédiatement pensé que quelque chose ne collait pas. Ils ont décidé d'enquêter et ont tout fait exploser, recevant par là des pouvoirs. Mais ceux-ci les obligent à rester l'un près de l'autre afin de ne pas mourir. Après avoir survécu à l’enlèvement d'un groupement de scientifique qui prend le contrôle des avancées les plus extraordinaires les deux frères retournent à leur vie. Vivre à 3, avec un bouc, dans un seul appartement n'est pas facile. Heureusement, Eric reçoit une promotion qui lui permet de payer pour les bêtises d'Eric.

Le premier tome était une réussite. Il m'a donné envie de m'intéresser à l'univers Valiant ce qui m'a conduit aux deux tomes de Faith (que je conseille fortement). L'idée de relier deux personnes qui se détestent et qui sont différentes en tout et qui, de plus, sont totalement incapables de réussir leurs missions fonctionne assez bien. Ce second tome est moins bon. Il aurait dû être bien meilleur mais ça ne fonctionne pas. Woody se contente d'être Woody et seul les informations sur le passé d'Eric permettent de sauver ce tome en donnant un peu plus de profondeur au personnage de Quantum.

L'idée de base est intéressante : confronter une milice privée et chrétienne face à un groupe autonomiste de suprémacistes blanc. Les auteur-e-s auraient pu broder beaucoup de choses autours de cette confrontation. On aurait pu examiner le danger des milices privées, du manque de contrôle des armes à feu ou encore l'intolérance de certains groupes face à d'autres personnes. On aurait pu aussi examiner les raisons, sans les excuser, derrière la défiance face au gouvernement, en particulier celui d'Obama, et parler du racisme. Les auteur-e-s ne font rien de tout cela. Ils se contentent de regarder deux ingrédients faire une jolie explosion avec leurs personnages au milieu.

*
**
*** Une petite déception, un tome fainéant, mais il semble que le prochain est meilleur
****
*****

Image : Éditeur

quantum-and-woody-tome-2-couverture-bliss-comics-600x923.jpg

18/06/2016

Quantum and Woody 1. Les pires super-héros du monde par James Asmus, Tom Fowler et Jordie Bellaire

Titre : Quantum and Woody 1. Les pires super-héros du monde
Auteur-e-s : James Asmus, Tom Fowler et Jordie Bellaire
Éditeur : Bliss comics 27 mai 2016
Pages : 128

Ce premier tome contient les numéros 1-4. Mis à part Marvel et DC le marché américain connait un certain nombre d'éditeurs indépendants. L'un de ces éditeurs a choisi de mettre en place son propre univers partagé: Valiant. Jusqu'à maintenant il était difficile de lire ces comics en français puisque panini avait renoncé. Mais un nouvel éditeur s'est lancé : Bliss comics. Pour l'instant seuls trois comics ont été édité mais leur accueil fut très bon. Quantum and Woody est le troisième. Les auteur-e-s nous font découvrir deux frères dont le père vient de mourir. Alors que le premier est un soldat de l'armée américaine bien intégré dans la société le second est un looser, voleur et menteur. Oh, et ils ne se supportent pas ! Lorsqu'un accident de laboratoire leur donne des pouvoir les deux frères décident d'enquêter sur la mort de leur père. Du moins ils essaient car ils font plus de dégâts que de bien.

Être un super-héros est censé impliquer d'incarner la droiture, la justice et surtout la compétence face à un monde de chaos. Ce sont des symboles vers lesquels on se tourne en des temps difficiles (ou que l'on critique parce qu'illes s'arrogent le droit d'enquêter, juger et punir sans avoir à rendre compte de leurs actions). Mais, certains personnages sont tout sauf cela. C'est ainsi que DC possède Harley Quinn tandis que marvel joue avec Deadpool. Chez Valiant ce sont Quantum and Woody. Ce n'est donc pas du tout étonnant de retrouver le même type d'humour. Ici nous avons deux paumés qui essaient de survivre tout en se détestant. Plus qu'une enquête c'est une relation entre deux personnes qui se connaissent depuis l'enfance et qui ont des problèmes relationnels avec leur père. C'est à la fois drôle et parfois émouvant. Je me suis bien amusé sans que je puisse considérer le comics comme parfait. J'ai, en tout cas, envie de continuer.

*
**
***
**** assez drôle et plutôt réussi.
*****

Image : Amazon

51aSO51lb4L._SX319_BO1,204,203,200_.jpg