21/05/2011

The Eagle (l'aigle de la neuvième légion)

J'étais partis pour aller voir le nouveau pirate des caraïbes mais, finalement, j'ai assisté à une séance de The Eagle. Ce film m'intéressait de loin comme un moyen de passer une bonne soirée mais je ne pensais pas y trouver plus. L'histoire prend place en Bretagne alors qu'un nouveau commandant prend ses fonctions dans un fort de province. Mais ce commandant n'est pas n'importe qui. C'est Marcus Aquila (dont je ne me rappelle plus le troisième nom) fils de l'homme qui a perdu la neuvième légion et l'aigle de cette dernière. Un événement qui aurait mené l'empereur Hadrien à souhaiter la construction du fameux mur qui porte son nom. Marcus ne passe pas une journée dans ce fort qu'il sauve déjà ses hommes en les préparant face à une attaque qu'il pensait probable. Ceci lui permet de récolter les honneurs pour lui et sa légion mais aussi d'être demis de ses fonctions à cause de ses blessures. Alors qu'il se remet peu à peu de ses blessures il fait la connaissance d'un esclave avec lequel il décide de partir au nord du mur d'Hadrien pour trouver les traces de son père et de l'Aigle ce qui lui permettra, enfin, de retrouver l'honneur de sa famille.

Si il y a une chose de positive à dire sur ce film, et en paraphrasant une amie, c'est que les acteurs marchent bien. Les premier plans sont principalement des scènes lors desquels on découvre les soldats romains qui marchent plus ou moins rapidement tout en combattant de temps en temps. Pour parler de ceux-ci, ils sont, à mon avis, bien fait. Non seulement on retrouve l'équipement romain qui semble réaliste (je ne suis pas qualifié pour en juger) mais aussi les différentes tactiques comme la très célèbre tortue. Mis à part cela on retrouve aussi de superbes paysages qui ne peuvent que donner envie de voyager dans les highlands à la suite des deux héros. Les habitants de ce pays sont aussi très réussis.

Cependant, mis à part la qualité de passer le temps d'une manière sympathique, j'ai surtout trouvé ce film risible. Mais qu'est ce qui est si drôle? Outre certains comportements un peu étrange des deux héros qui sont, parfois, un peu bête j'ai surtout beaucoup rit envers un message important de ce film. Car, oui, il y a un message. Et celui-ci c'est que le combat, l'armée, sont des lieux d'honneurs dans lesquels on peut voir qui est un homme et qui ne l'est pas. Ainsi, non seulement on s'y moque des politiciens mais on ajoute de vieux légionnaires qui tentent de retrouver leur honneur en mourant au combat par honte de leur ancienne fuite. On trouve deux héros liés par un serment mais aussi, et surtout, par le destin de leurs pères respectifs et qui cherchent tout deux une forme de liberté dans l'honneur. Bref, l'honneur c'est bien. On pourrait presque y greffer une message en faveur de la conscription volontaire suivi d'une ode à la beauté du combat et de la mort sous l’étendard de son pays.

Image: site officiel

950.jpg