23/06/2011

Les Ultras: extrême droite et droite extrême en Suisse, les mouvements et la presse de 1921 à 1991 par Claude Cantini

Titre: Les Ultras: extrême droite et droite extrême en Suisse, les mouvements et la presse de 1921 à 1991
Auteur: Claude Cantini
Éditeur: Éditions d'En Bas 1992
Pages: 176

Comme tous les autres pays la Suisse a eu son lot de mouvements pro-fascistes ou/et pro-nazys. Ils ont eu une certaine importance lors de la seconde guerre mondiale mais ils n'ont pas gagné assez d'influences pour influencer durablement les institutions du pays et sa politique. Néanmoins, ces mouvements ont existé et ont eu des effets. Pire encore, ils se sont renouvelés après la guerre et ont continué à former leur point de vue politique haineux et à infiltrer une partie de la société. Il est donc nécessaire de les étudier pour connaître leur provenance ainsi que leurs méthodes et puissances. C'est pourquoi ce livre est important. En effet, l'auteur nous y offre un panorama de tous les mouvements d'extrême droite que la Suisse a connu. Il le fait en deux parties, tout d'abord les mouvements avant 1945 puis ceux qui se sont créés après 1945 et jusqu'en 1991. Chacun de ces mouvements sont détaillés avec les membres principaux, la force de mobilisation ainsi que les buts généraux et organes de presse. Ce qui nous permet de connaître les liens entre eux ainsi que leur forces relatives.

Bien que j'aie trouvé ce livre très intéressant et qu'il m'ait donné énormément d'informations j'ai quelques critiques. En effet, je trouve dommage que le travail qui a été mené par l'auteur n'ait pas abouti à une analyse détaillée de la rhétorique, du fonctionnement et des liens sociaux de ces mouvements entre eux et avec la société. Bien sur, nous y trouvons un nombre impressionnant d'informations et ce livre réussit largement sont but en nous les offrant. Il est, en effet, très utile d'avoir un ouvrage dans lequel on puisse trouver tous les mouvements d'extrême droite connus en Suisse. Mais j'aurais apprécié avoir plus de profondeur dans l'analyse. De plus, je pense que ce livre mériterait aussi une mise à jours. En effet, il a été édité en 1992 et comptabilise les mouvements jusqu'en 1991. Nous sommes maintenant en 2011 et il y a sûrement eu des changements qu'il serait intéressant de connaître. Je trouve aussi dommage de ne pas avoir de références précises sur les sources et leur provenance. J'aurais, d'ailleurs, apprécié pouvoir les lire de manière plus détaillée avec un commentaire sur celles-ci. Cependant, comme je l'ai déjà dit, je salue l'effort de recherche très important qui a été fait dans le cadre de cet ouvrage.