04/11/2017

Zatanna by Paul Dini par Paul Dini, Adam Beechen, Stephane Roux, Jamal Igle, Chad Hardin et Cliff Chiang

Titre : Zatanna by Paul Dini
Auteurs : Paul Dini, Adam Beechen, Stephane Roux, Jamal Igle, Chad Hardin et Cliff Chiang
Éditeur : DC 7 mars 2017
Pages : 440

Ce volume contient Zatanna 1-16 et Zatanna : Everyday Magic. Lorsque j'ai appris que Paul Dini, créateur d'Harley Quinn et de The New Batman Adventures avait scénarisé 16 numéros de Zatanna je me suis lancé dedans. J'avais déjà beaucoup apprécié Paul Dini sur Batman, édité en trois tomes chez Urban comics. Zatanna, elle, est aussi un personnage que j'apprécie malgré qu'elle n’apparaisse que peu. Ce volume se déroule alors que Zatanna s'est un peu éloignée de la Ligue de Justice, depuis qu'elle a accepté d'effacer les souvenirs de criminels et qu'elle est peu appréciée par Batman pour cela. Mais Zatanna n'est pas simplement une magicienne et une héroïne. Elle est aussi une célébrité dont les spectacles font salles combles tous les soirs. Bien qu'elle aime donne des spectacles et aider elle adore encore plus dormir sur son lit. Mais il semble qu'elle ne puisse jamais avoir de repos sans être dérangée en pleine nuit afin de résoudre une crise mystique. Que ce soit un criminel du monde magique ou de sauver son cousin voire même Constantine.

Ce volume de Zatanna par Paul Dini fonctionne de la même manière que son travail sur Batman. Au lieu d'une intrigue construite sur plusieurs numéros Paul Dini préfère mettre en place de courtes aventures numéros par numéros. Ce qui ne l'empêche pas, de temps en temps, de construire des intrigues sur 2 ou 3 numéros. C'est le cas de la lutte contre Brother Night ou encore contre une marionnette maléfique. Ce genre de fonctionnement permet de varier les histoires et d'éviter de se coincer dans des intrigues trop compliquées pour le nombre de numéros à disposition. Cependant, Paul Dini ajoute un certain nombre de personnes récurrents comme Mickey, le cousin de Zatanna ou un inspecteur de police.

Malheureusement, le problème de Zatanna est le même que son point fort. Le fonctionnement d'intrigues qui se concluent dans le même numéro. En effet, bien que j'apprécie cette construction elle implique une forme de répétition. De plus, cette répétition dépend du personnage même dont les pouvoirs n'ont pas de limites réelles mis à part la nécessité de parler à l'envers. Ainsi, Paul Dini est obligé de toujours trouver une limite ou un problème qui empêche Zatanna de s'en sortir avec trois mots et une page. Ces solutions impliquent souvent un piège ou un manque d'attention de la part de la magicienne (manque d'attention que l'on peut expliquer par son manque chronique de sommeil). De plus, je déplore que certaines pistes aient été laissées à l'abandon. C'est en particulier le cas du problème de Brother Night.

*
**
***
**** Malgré un schéma répétitif et des intrigues en partie non résolue j'ai bien aimé ce Zatanna. De plus, Constantine fait une apparition en tant que guest star.
*****

Image : Éditeur

GalleryComics_1920x1080_20170301_ZATA_by_Dini_589ba6fbd0e6b2.36601731.jpg

15/06/2017

Paper Girls 2 par Brian K. Vaughan, Cliff Chiang et Matt Wilson

Titre : Paper Girls 2
Auteurs : Brian K. Vaughan, Cliff Chiang et Matt Wilson
Éditeur : Urban comics 17 mars 2017
Pages : 136

Ce second tome contient Paper Girls 6-10 publiés chez Image Comics. Lors du tome précèdent quatre jeunes filles se levaient afin de livrer des journaux dans leur ville. C'était la fin de la nuit des Morts et elles ont préférés rester ensemble en cas de problèmes. Mais rien ne pouvait les préparer à l'arrivée de gens étrangers et de dinosaures. Après bien des péripéties elles furent envoyées en 2016 juste avant la fameuse élection. Elles souhaitent toujours comprendre ce qui leur est arrivé. Alors pourquoi ne pas se rendre chez leurs versions plus âgées ? Mais seule Erin est resté en ville et le futur de chacune ne semblent pas aussi rose que prévu. Pire encore, une ville est soumise à l'attaque d'êtres venus du futur. Le groupe à peu de temps pour réfléchir et savoir qui est qui. Il faut aller de l'avant.

Le premier tome m'a beaucoup intrigué. Les auteurs créaient des personnages intéressants et assez différents les uns des autres. L'intrigue était rapide et presque aucunes réponses ne nous était donnée. Je voulais en savoir plus, comprendre ce qui se déroulait et qui étaient les différents groupes qui semblent se battre. Ce second tome permet d'ajouter un peu de mystère tout en répondant à certaines questions. On en sait plus sur la provenance des personnages, voir même l'époque, et leur technologie. On en sait aussi plus sur le fonctionnement de celle-ci dans ce monde précis. Par contre, les causes de la guerre qui semble exister ne sont que peu explicitées. Les auteurs décident aussi d'utiliser l'arc classique de la rencontre entre le passé et le futur des personnages. Bien que l'on puisse craigne le pire, je trouve que celle-ci est assez réussie. Elle permet non seulement de donner des informations sur le futur mais aussi de mieux caractériser chacune des filles. Au final, il ne se passe pas grand-chose et pourtant tout va très vite. Personnellement, je suis toujours accroché et je fais confiance aux auteurs pour la suite.

*
**
***
**** Un second tome tout aussi réussi que le premier mais qui se permet de développer un peu le contexte et les personnages.
*****

Image : Éditeur

paper-girls-tome-2-42637-270x408.jpg

11/06/2017

Paper Girls 1 par Brian K. Vaughan, Cliff Chiang et Matt Wilson

Titre : Paper Girls 1
Auteurs : Brian K. Vaughan, Cliff Chiang et Matt Wilson
Éditeur : Urban comics 7 octobre 2016
Pages : 160

Ce tome contient Paper Girls 1-5. 1988, le monde est encore sous la Guerre Froid. Les États-Unis décident si Bush sera président ou non et, dans une petite ville, 4 jeunes filles se réveillent tôt le matin. Leur travail est de s'occuper de la distribution du journal local afin que toutes les personnes abonnées soient servies. Mais c'est aussi le lendemain d'Halloween et il est mieux de travailler en groupe pour éviter les groupes d'adolescent-e-s idiot-e-s et alcoolisé-e-s. Tout se passe bien jusqu'à ce que le groupe soit confronté par deux jeunes en costumes étranges. Rapidement, tout change et la ville, qui était familière, devient un lieu étrange remplis de monstres.

J'apprécie beaucoup Vaughan. Il est rare que ses histoires me déçoivent et certains des comics dont il est le scénariste sont parmi les meilleurs que je connaisse. Il devient donc difficile de ne pas se jeter sur tout ce qu'il écrit sans même me demande si je vais apprécier ou non. Dans ce comics Vaughan décide de jouer sur la fin des années 80. Une époque souvent mise en scène dans des films classiques de notre enfance. On retrouve donc la formule que l'on connait : un petit groupe d'enfants se retrouve lié à des événements extraordinaires. Mais je ne saurais pas vous dire quels sont ces événements. Les auteurs ne nous offrent aucun indice et nous sommes aussi perdu que les jeunes filles le sont face à tout ce qui se passe.

Ce que j'apprécie dans Saga se retrouve ici. Il y a une grande diversité dans les personnages. Les couleurs sont vives. On retrouve aussi bien des humain-e-s que des personnages qui nous semble très étrangers. Les auteurs semblent vouloir nous dépayser en créant tout ce que leur imagination peut leur donner. Ainsi, ce n'est presque pas une surprise que de lire que certains monstres sont, en fait, les enfants d'un autre personnage. Ce dépaysement est aussi aidé par la langue (je plains les personnes chargées de la traduction). Outre le "français" il existe deux autres langues. L'une est constituée de signes et je suis incapable de la lire. La seconde semble une version futuriste du "français" que l'on peut comprendre mais qui reste très différent de ce que l'on connait, avec une adjonction de latin de temps en temps. Ce premier tome est intriguant. On ne nous donne presque rien et nous suivons l'intrigue au même rythme que les héroïnes du récit sans savoir si les décisions prises sont les bonnes ou des erreurs.

*
**
***
**** Le premier tome est beau, il dépayse fortement mais il ne donne aucun indice. Je me demande comment l'intrigue va continuer et ce qui se déroule.
*****

Image : Éditeur

paper-girls-tome-1-41502-270x416.jpg

15/12/2015

Wonder Woman 6. La chute de l'Olympe par Brian Azzarello, Cliff Chiang et Goran Sudzuka

Titre : Wonder Woman 5. Chair de ma chairwonder-woman-tome-6-270x417.jpg
Auteurs : Brian Azzarello, Cliff Chiang et Goran Sudzuka
Éditeur : Urban comics 27 novembre 2015
Pages : 168

Ce sixième et dernier tome du run contient les numéros30-35 et Secret origins 6. Dans le dernier tome l'Olympe était tombée avec la mort d’Apollon. Ce dernier avait rendu ses pouvoirs à Héra mais le Premier Né règne. Ni la mer ni les enfers ne sont à l’abri. Tandis que Diana tente de convaincre ses sœurs de s'unir à leurs frères afin de faire la guerre au Premier Né elle voit ses allié-e-s disparaitrez et tomber un-e à un-e. Il est temps pour Diana de prendre ses rôles au sérieux : Héroïne, reine, guerrière et déesse de la guerre. Mais, face au Premier Né, cela pourrait ne pas être suffisant. D'autant qu'Eris souhaite la discorde sur l'ile du paradis et qu'Héra est à nouveau elle-même.

Bien que j'ai énormément apprécié ce run je suis content d'en voir la fin. Celui-ci trainait un peu en longueur. Le cinquième tome donnait l'impression de tout faire pour que deux jours tiennent en 160 pages. Ce tome va bien plus vite. Pratiquement immédiatement nous sommes engagés dans la guerre avec la vision d'un Olympe absolument horrible. Ce qui m'a le plus frappé est le destin de Cassandra. Elle passe de chef de guerre à esclave affamée en loque. Je ne m'attendais pas à un tel changement. Diana, de son côté, tente de créer des nouveautés mais celles-ci n'ont pas le temps d'être contestées étant donné la menace du Premier Né. Il est dommage que le prochain run ne soit pas à la hauteur car j'aurais aimé voir ces changements se former dans la société des Amazones. Je ne dirais pas comment le tome se termine et je vous laisse découvrir ce run par vous-même.

*
**
***
****
***** Enfin nous sommes à la fin de l'intrigue. Du début au dernier tome j'ai apprécié ce run pour l'une des meilleurs séries que je possède actuellement.

Image : Éditeur

08/12/2015

Wonder Woman 5. Chair de ma chair par Brian Azzarello, Cliff Chiang et Goran Sudzuka

Titre : Wonder Woman 5. Chair de ma chairwonder-woman-tome-5-270x414.jpg
Auteurs : Brian Azzarello, Cliff Chiang et Goran Sudzuka
Éditeur : Urban comics 22 mai 2015
Pages : 160

Ce tome contient les numéros 24-29. Arès, dieu de la guerre, est mort durant la bataille contre le premier né. Mais, avant de partir pour l'enfer, il a offert ses pouvoirs et ses devoirs à Diana. Le monde a une nouvelle déesse de la guerre. Mais celle-ci ne souhaite pas prendre son rôle. Elle veut seulement protéger Zola et son enfant. Pendant que Wonder Woman tente de suivre Zola qui souhaite rester tranquille l'Olympe ne reste pas sans réagir. Alors que le premier né est torturé par Apollon ce dernier souhaite se préparer à une guerre prophétisée. De plus, Cassandre tente de retrouver son dieu et d'entrer sur l'Olympe. Il sera nécessaire que Diana accepte sa nouvelle identité si elle souhaite vaincre le premier né et protéger les humain-e-s.

J'aime toujours autant ce run sur Wonder Woman malgré sa longueur. En effet, j'ai l'impression que les auteurs tentent de combler du vide avant d'arriver enfin à la fin de leur run sur cette héroïne. Bien que le tome ne soit pas inutile il aurait pu ne pas exister. Wonder Woman doit, ici, apprendre à accepter son statut et retrouver ses différents alliés. Il est presque dommage que sa divinité ne soit pas plus présentée. J'aurais apprécié avoir un peu de politique olympienne sous la dent. Cette première intrigue fonctionne en parallèle avec la torture du premier né par Apollon. Celle-ci fonctionne un peu comme une horloge. On attend la fin qui ne peut qu'advenir et qui ouvre l'intrigue à sa conclusion prochaine dans le tome 6. En ce qui concerne les dessins c'est, encore une fois, une réussite.

*
**
***
****
***** J'apprécie toujours autant ce run mais j'attends sa conclusion avec impatience.

Image : Éditeur

05/04/2015

Wonder Woman 4. a voie du guerrier par Brian Azzarello, Cliff Chiang, Tony Atkins et Goran Sudzuka

Titre : Wonder Woman 4. a voie du guerrier9782365775557-couv-M200x327.jpg
Auteurs : Brian Azzarello, Cliff Chiang, Tony Atkins et Goran Sudzuka
Éditeur : Urban comics 17 octobre 2014
Pages : 144

Ce quatrième tome contient les numéros 19-23 et 23.2: First Born publié dans l'édition original Wonder Woman vol. 4: War. Diana a retrouvé l'enfant de Zola. Mais celui-ci n'est toujours pas en sécurité puisque l'Olympe, maintenant sous le contrôle d'Apollon, souhaite le tuer afin d'éviter que la prophétie ne se réalise. Cependant, l'assassin envoyé par les dieux n'est que le moindre des soucis de Diana. En effet, elle doit gérer ses amis, les dieux qui lui sont alliés ainsi que Néo-génésis et, surtout, le premier-né. Ce dernier, après avoir combattu Hadès et Poséidon a appris l'existence de l'enfant et souhaite s'en emparer. Que pourra faire Diana face à la colère d'un ancien dieu ?

Bien que j'apprécie toujours autant l'histoire celle-ci donne l’impression de s'éterniser. On en apprend plus sur le Premier Né et le statut de Diana évolue vers une direction intéressante. Cependant, les informations sont encore très maigres et on se demande vers quoi les auteurs se dirigent après 4 tomes. Je dois aussi dire que je n'aime pas du tout le personnage d'Orion qui, pour l'instant, semble surtout être un gros misogyne bien lourd sans aucun respect. Sera-t-il plus développé à l’avenir ? Je l'espère. Pour ma part j'attendrais le prochain tome.

*
**
***
****
***** Toujours intéressant et sympa à lire, des personnages globalement attachant mais ça commence à tourner en rond.

Image : Éditeur

02/04/2015

Wonder Woman 3. De sang et de fer Brian Azzarello et Cliff Chiang

Titre : Wonder Woman 3. De sang et de fer9782365773638-couv-M200x327.jpg
Auteurs : Brian Azzarello et Cliff Chiang
Éditeur : Urban comics 10 janvier 2014
Pages : 176

Ce troisième tome contient les épisodes 0 et 13-18 publié dans l'édition originale Wonder Woman vol. 3 : iron. Hermès a trahit. Il a volé le bébé de Zola qu'il a caché dans un endroit inaccessible. Le combat pour celui-ci a aussi débouché sur la fin de l'immortalité d'Héra. Le petit groupe se rend donc en ville afin de trouver quoi faire pour retrouver l'enfant. Du moins lorsque Zola et Héra ne tentent pas de s'entretuer. Cependant, cette quête pourrait bien être impossible. Du moins si les enfants de Zeus n'étaient pas si nombreux et doués de pouvoirs bien utiles. Dans le même temps Orion se rend sur Terre afin d'éviter l'accomplissement d'une prophétie concernant la fin des temps. Et, au nord, un ancien dieu se réveille et recherche les vestiges de son passé alors que l'Olympe se soulève contre lui.

Alors que la précèdent tome m'avait un peu déçu celui-ci revient dans mon top. Je mets de côté le numéro 0 que je trouve peu intéressant mis à part pour donner un peu de profondeur à la relation qu'Arès et Diana entretiennent. J'ai beaucoup aimé les différents enfants de Zeus et j'espère qu'on les retrouvera plus tard voir dans d'autres contextes. Les relations dans le groupe de Diana sont aussi sympathiques alors que les dieux de l'Olympe semblent vraiment avoir décidé de s'y intégrer. Il n'y a qu'Orion que je trouve parfaitement insupportable. La quête de Diana commence à se développer puisque les auteurs nous offrent quelques indices sur la signification de l'enfant. On se retrouve après le tome 4.

*
**
***
****
***** Ce troisième tome remonte tout en haut après une légère chute du second. On garde les ingrédients qui fonctionnent et on ajoute les condiments.

Image : Éditeur

31/03/2015

Wonder Woman 2. Le fruit de mes entrailles par Brian Azzarello, Cliff Chiang, Tony Akins et Kano

Titre : Wonder Woman 2. Le fruit de mes entrailles9782365771764-couv-M200x327.jpg
Auteurs : Brian Azzarello, Cliff Chiang, Tony Akins et Kano
Éditeur : Urban comics 4 janvier 2013
Pages : 144

Ce second tome reprend les numéros 7-12 publié dans l'édition originale Wonder Woman vol. 2. Lors de la tentative précèdent de vaincre Héra Diana a fait une promesse à deux dieux. L'un des deux s'est retiré mais l'autre souhaite que la promesse soit tenue. Pour cela Hadés à kidnappé Zola que Diana s'était juré de protéger. Il n'y a qu'une manière de la faire revenir : descendre aux Enfers. Mais, pour cela, il faudra être armé et s'attendre à ce que le dieu des enfers réagisse vivement. Que faire quand ce dernier demande Diana en mariage ? Le laisser continuer ou tenter de s’enfuir ? Héra, elle, est toujours en colère et celle-ci pourrait bien faire tomber l'Olympe même. Ou offrir un renouveau.

J'ai légèrement moins aimé ce tome. Ceci est dû en grande partie au passage dans les Enfers dont le style, bien que très intéressant (un lieu mouvant construit par les morts), m'a beaucoup déplu. Le reste suit ce qui était donné dans le tome 1 sans trop changer. Nous avons toujours un petit groupe qui tente de protéger une jeune femme enceinte. Ce groupe s'adjoint Éros et Héphaïstos. Le royaume de ce dernier ainsi que ses servants sont une très bonne idée de la part des auteurs. J'ai aussi beaucoup apprécié que l'on dépeigne Diana non comme une déesse, une amazone ou une super-héroïne mais comme une humaine dont la principale caractéristique est d'aimer tout le monde et, donc, de souhaiter protéger tout le monde. Le passage aux Enfers s'attache particulièrement à démontrer cela en confrontant un amour libre à un être qui ne peut aimer et qui ne souhaite que capturer. J'espère que la qualité continue sur le prochain tome.

*
**
***
**** Pour des raisons personnels je l'ai un peu moins aimé que le premier tome. Cependant, on reste dans quelque chose de semblable.
*****

Image : Éditeur

28/03/2015

Wonder Woman 1. Liens de sang par Brian Azzarello et Cliff Chiang

Titre : Wonder Woman 1. Liens de sang9782365770422-couv-M200x327.jpg
Auteurs : Brian Azzarello et Cliff Chiang
Éditeur : Urban comics 1 juin 2012
Pages : 148

Après plus de deux ans je me lance enfin dans le run si apprécié de Brian Azzarello et Cliff Chiang. Naturellement, je commence par le tome 1 qui réunit les épisodes 1-6 de Wonder Woman publié en langue originale dans Wonder Woman volume 1. Diana, alias Wonder Woman, vit depuis quelques temps à Londres. Elle est déjà connue en tant que super héroïne. Alors qu'elle dort paisiblement, du moins aussi paisiblement qu'une guerrière amazone dort, une femme apparait dans sa chambre. Son nom est Zola. Elle porte le dernier enfant de Zeus. Ce dernier a disparu et rien ni personne ne semble pouvoir se placer entre Zola et la colère d'Héra. Diana décide de la protéger. Mais, ce faisant, elle découvre un secret la concernant.

Je lisais de bonnes critiques (et de grandes déceptions lors du changement d'équipe créative) depuis pas mal de temps. Mais le style graphique me faisait un peu peur (sérieusement, y a un mec avec des bougies à la place de la tête !). Mais bon, comme on ne fait rien sans se lancer j'ai acheté Wonder Woman (ce qui est moins dangereux que d'autres choses dans lesquelles je pourrais avoir envie de me lancer). Dès le début les choses partent d'un seul coup. Ce n'est que tardivement que l'on découvre Wonder Woman. Les premières pages sont centrées sur Zola et Héra qui semble vraiment ne pas être heureuse. Ce tome permet surtout de donner une nouvelle identité à Diana et de montrer ce qu'elle en fait. La femme la plus puissante de la Terre est donc humanisée alors qu'elle côtoie des dieux et déesses. Ce qui ne veut pas dire que l'on oublie ses capacités martiales qui sont dépeintes de manière très impressionnantes dans les cases. Bref, du très bon premier tome.

*
**
***
****
***** Malgré mes craintes concernant les dessins j'ai bien fait de tenter le coup. J'ai beaucoup aimé ce tome qui me montre plusieurs personnages auxquels je me suis rapidement attaché. La suite plus tard.

Image : Éditeur