29/10/2010

Moi Pierre Seel, déporté homosexuel

Titre: Moi Pierre Seel, déporté homosexuel9782702122778-G.JPG
Auteur: Pierre Seel
Éditeur: Calmann-Lévy 1994
Pages: 198

Je viens de finir, encore une fois, un livre de mémoire sur la déportation par un acteur de celle-ci. Un récit écrit par le seul déporté homosexuel français ayant témoigné: Pierre Seel. C'est presque la malchance qui l'a mené à ce destin. Un vol contre lui un soir, un rapport de police suivi d'un fichage dans une liste des homosexuels de la ville. Peu de temps après, alors que les allemands ont envahis l'Alsace, ce fichier illégal le mène à la connaissance des allemands qui l'internent dans un camps de concentration proche de la frontière. Nous avons tous entendu les atrocités qui se déroulaient dans ces camps. Pierre Seel réussit à en parler, parfois, réussit à nous communiquer son passé. Après voir été libéré les allemands décident de l'intégrer de force dans l'armée allemande comme de nombreux autres alsaciens. Il est donc obligé de combattre pour ses tortionnaires contre les soldats qui ont le but de le libérer. Durant ces années de guerre il taira toujours son expérience et fera tout pour éviter d'être remarqué. Jusqu'à ce que, enfin, l’Allemagne d'hitler tombe.

C'est alors que nous avons une partie que d'autres livres de mémoires que j'ai lu ne possèdent pas. Une partie dans laquelle Pierre Seel décrit sa tentative de vivre "normalement". Il tait son expérience, encore, il cherche une femme et se marie. Essayant longtemps de trouver du travail il est souvent expulsé. Pendant ce temps il se débat avec sa vie de famille mais aussi avec sa mémoire qui le hante jours et nuits. Jusqu'à ce que, un jours, il décide de témoigner, d'abord anonymement puis à visage découvert. Il s'ensuit une lutte sans fin pour se voir reconnaitre son statut de déporté par les institutions.

Ce livre est poignant non seulement à cause des événements des camps et de son enrôlement forcé mais aussi à cause de ses écrits sur la vie qui suivit. Comment quelqu'un qui a été déporté et torturé peut réussir à revivre normalement? A accepter ses souvenirs et à passer outre. D'autant plus lorsque ses souvenirs sont honteux et refusé par une grande partie de la société? C'est donc un récit de souffrance non seulement pendant la guerre mais aussi après. Les paroles d'un homme qui fut hanté par des souvenirs qu'il ne pouvait faire partager et qui faillirent le détruire. Mais c'est aussi un récit de combat, un combat pour vivre mais aussi un combat pour être reconnu et accepté par l'état et la société. C'est un livre dur, mais nécessaire.

Image: site de l'éditeur