18/08/2011

The Krillitane Storm par Christopher Cooper

Titre: The Krillitane Stormkrill.125.jpg
Auteur: Christopher Cooper
Éditeur: BBC 2009
Pages: 242

Le Docteur est parti au Moyen Âge! Enfin, je retrouve le Docteur dans l'une de mes périodes favorites. Je l'avoue, mes épisodes préférés sont surtout ceux qui prennent place dans le passé. Bref, le Docteur se matérialise dans une ville médiévale anglaise typique. Bien sur il n'avait pas prévu se retrouver dans une ville placée sous couvre-feu à cause de disparitions inexpliquées. Mais le Docteur adore expliquer ce qui est inexplicable et, après un petit malentendu avec les forces de l'ordre local, il est parti pour comprendre quels sont les monstres qui tuent les habitants de la ville. Il sera secondé par une alien humanoïde qui semble en savoir plus que ce qu'elle ne dit et le capitaine de la garde. Il se rendra compte que les apparences sont trompeuses et que les évidences peuvent être fausses.

Je l'avoue, une aventure qui prend place au Moyen Âge me conquiert déjà à moitié. Malheureusement, je n'aime pas trop les Krillitane bien que le concept d'une race capable d'évoluer par elle-même en volant l'ADN d'autres races est très intéressantes. C'est, d'ailleurs, ce point qui est utilisé dans ce tome puisque cette capacité fait l'objet d'envieux. On en apprend un peu plus sur ces aliens qui semblent connaître quelque petits conflits dynastiques de temps en temps et qui explique leur plan tel qu'on l'apprend dans la série. Mis à part cela j'ai plutôt apprécié le personnage du Capitaine même si il est un peu caricatural. Le soldat fatigué qui cherche la paix et la tranquillité mais qui devient un héros est bien mieux utilisé dans les livres de Gemmel. Mais bon, ceci reste un roman dans la veine des autres mais qui sera aussi le dernier qui utilisera la dixième incarnation du Docteur. Je terminerais cette présentation en disant place à Matt Smith et Geronimo!

Image: BBC

16/08/2011

Autonomy par Daniel Blythe

Titre: Autonomy51h8PijrugL._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_AA300_SH20_OU02_.jpg
Auteur: Daniel Blythe
Éditeur: BBC 2009
Pages: 243

Hyperville, une destination pour toute la famille. Pendant que vos enfants s'amuseront dans les attractions à thème prévues à cet effet dans tout le complexe vous pourrez faire du shopping dans les magasins des plus grandes marques ou flâner dans les énormes librairies ou alors vous détendre dans un spa en couple avant de faire un petit restaurant ou un petit tour au casino puis dormir sur place. Hyperville n'est pas qu'une destination de villégiature c'est aussi l'endroit qui possède tout et qui peut tout vous offrir. Alors quand on nous demande de nous détendre dans un tel complexe qui peut y résister? Le Docteur n'y résiste pas en tout cas. Ou plutôt, il ne résiste pas à faire un tour dans les attractions à thème (et il a bien raison c'est plus drôle que le shopping). Et bien sur le Docteur ne peut pas attendre trente secondes avant de tomber dans une conspiration prévoyant la conquête du monde et l'anéantissement de la race humaine (franchement ce Docteur est incorrigible!). Cette fois c'est la conscience Nesteene qui est coupable et il faudra beaucoup de chance pour la vaincre dans un lieu rempli de plastique!

La Conscience Nesteene est le premier monstre qui ait été battu par le Docteur dans la nouvelle série. Autant dire que ce tome fleure bon la nostalgie de la neuvième incarnation et de Rose. On retrouve, d'ailleurs, des blagues semblables comme celle du Docteur qui cherche de l'alcool dans un bar sans se rendre compte ou il se trouve. Le caractère à la fois génial et tête en l'air de ce héros et probablement l'une des raisons de mon attirance pour cette série. La compagne temporaire de ce tome est aussi très sympathique ne serais-ce que parce que, de temps en temps, elle ne se laisse pas faire par le Docteur. Mais ce que j'ai le plus apprécié dans ce tome c'est la manière dont la société, et Hyperville précisément, est décrite. Nous nous trouvons dans un monde qui a abandonné la liberté d'anonymat au profit de la sois-disante sécurité. Ainsi, les clients et citoyens sont surveillés 24/7 par des caméras, des traceurs, des cartes pour éviter tout danger. Dans le même temps, les gardes de sécurités des magasins sont équipés d'armes automatiques et peuvent très bien décider de vous enfermer sans mandats, preuves ou même de répondre à la justice auparavant! Science fiction? Oui pour l'instant mais de la science fiction qui pourrait très rapidement, et même plus vite qu'on ne le croit, se transformer en réalité. D'autant que la plupart des technologies capables de ce type de surveillance sont déjà existantes.

Image: Amazon

07/08/2011

The taking of Chelsea 426 par David Llewellyn

Titre: The taking of Chelsea 426chelsea.125.jpg
Auteur: David Llewellyn
Éditeur: BBC 2009
Pages: 243

La colonie de Chelsea 426 offre un panorama unique en son genre puisqu'elle se trouve au-dessus de la grande tache blanche de Saturne. Mais ce qui fait venir les résidents ce n'est pas seulement la vue mais aussi la fuite d'une Terre trop cosmopolite et trop bruyante. Sur Chelsea 426 les humains trouvent une communauté fermée et protégée dont les immigrants sont triés sur le volet. On y trouve une société qui réprouve toute manifestation publique de familiarité, de joie ou de musique. Autrement dit, on y est peut être polis mais on s'y ennuie énormément! Même la nouvelle exposition qui fait venir des milliers de visiteurs est ennuyeuses. Mais si ces visiteurs viennent ce n'est pas pour la vie trépidante de la colonie mais pour voir une fleur extraterrestre découverte dans les nuages de Saturne. Mais ces fleurs sont-elles ce qu'elles semblent être? Car le Docteur les trouve très étrange et les Sontarans y sont aussi très intéressés ce qui ne peut qu'amener des ennuis.

Les évènements sont presque anecdotiques puisqu'on sait très rapidement qui sont les responsables. La question est plutôt de savoir comment le Docteur va réussir à se débarrasser des deux envahisseurs sans que cela ne pose trop de problèmes. Ce qui m'a fait aimer ce tome concerne plutôt la description de la colonie. Un endroit fermé aux étrangers et dans lequel tout le monde se connaît. Mais c'est surtout un endroit construit contre la jeunesse. Cette jeunesse bruyante, fêtarde et qui ne réagit pas comme on le voudrait. Chelsea 426 est un havre dans lequel tous les jeunes sont enfermés dans les manières et n'ont le droit ni de faire la fête ni même de rire. Et dire que certains souhaiteraient ce type de vie... Mais, mis à part cela, je ne suis pas sur de trouver beaucoup plus d'intérêt dans ce livre.

Image: BBC

03/08/2011

Prisoner of the Daleks par Trevor Baxendale

Titre: Prisoner of the Daleksprisoner.125.jpg
Auteur: Trevor Baxendale
Éditeur: BBC 2009
Pages: 251

Parfois le TARDIS n’emmène pas le Docteur ou il souhaiterait être. Et parfois ça semble ennuyer le Docteur. Mais il est ennuyé surtout quand le TARDIS semble l'emmener sur une planète qui n'a pas connu de vies humaines depuis des centaines d'années. Il est encore plus ennuyé quand il se retrouve enfermé cinq jours durant dans une salle sur cette même planète à cause d'un programme informatique qu'il n'avait pas identifié. Mais, ce qui l’ennuie vraiment, c'est quand des Daleks viennent le chercher sur cette même planète. En effet, alors que des humains le sortent de sa prison, des Daleks atterrissent pour explorer la planète. Ils ne pourront s'enfuir qu'au prix d'une lourde perte même si ils réussissent à capturer un Dalek vivant. Et celui-ci leur offre une information précieuse. Les Daleks tentent de découvrir une faille dans le temps et l'espace pour l'utiliser durant la guerre qu'ils mènent contre les humains. Le Docteur, pris dans une guerre qu'il ne devrait pas avoir connue, n'aura d'autres choix que de stopper les Daleks. Mais si tout allait vraiment mal et qu'il se retrouvait enfermé dans la plus gigantesque et la plus sécurisée des prisons?

J'ai bien aimé ce livre. Il faut dire que les Daleks sont les ennemis les plus impressionnant et les plus tenaces du Docteur. Peu importe ce qu'il fait ils reviennent toujours! Ce tome prend place avant la Guerre du Temps ce qui place le Docteur sur des charbons ardents. Il ne doit, en effet, surtout pas trop en dire sur le futur. Mais ce livre nous permet aussi de voir les conséquences d'une guerre contre les Daleks. Dans la galaxie les deux forces détruisent des planètes à tour de bras et ce sans vraiment regarder en arrière. Cependant, je trouve dommage que les caractères principaux ne soient pas plus développés et servent surtout de chaire à canon. Néanmoins, une scène me restera toujours en tête. Celle qui place le Docteur en train de chercher dans ses poches un objet alors que Daleks et humains l'observent et sont sur le point de mourir. Elle aurait été d'un très bon effet en image.

Image: BBC

02/08/2011

The Slitheen excursion par Simon Guerrier

Titre: The Slitheen excursionslitheen.125.jpg
Auteur: Simon Guerrier
Éditeur: BBC 2009
Pages: 240

Après pas mal de temps je me suis replongé dans les livres de Doctor Who que je finirais bientôt. Ce troisième tome dans lequel le Docteur est seul se déroule en Grèce. Après avoir arrêté l'explosion du Parthénon par des aliens globuleux le Docteur invite une étudiante à faire un tour dans le passé pour voir le même bâtiment au sommet de sa gloire. Mais un message urgent est intercepté par le TARDIS. Le Docteur préfère donc partir encore plus loin dans le passé d'Athènes 1500 ans avant notre ère. A cette datte les humains ne semblent pas être aussi évolué qu'ils ne devraient. Des catastrophes sismiques semblent avoir détruit toutes les villes alors que les habitants ne savent plus cultiver la terre. L'humanité a donc fait un énorme pas en arrière en Grèce! Mais il y a pire. Il semble que de nouveaux dieux soient apparus. Mais ceux-ci ne sont autre que les Slitheens qui utilisent leur caractère divin pour faire combattre les humains dans des arènes pour le divertissement de touristes aliens. Non seulement ce type de tourisme n'est pas éthique mais il met en danger l'avenir de l'humanité entière! Le Docteur doit donc y mettre un terme.

Comme beaucoup je n'aime pas les Slitheens. Je trouve que ce sont les aliens les moins bien réussis de la série. Un livre qui les prend pour adversaire ne partait donc pas sur de bonnes bases. Cependant, j'ai beaucoup apprécié que cette aventure se déroule non seulement en dehors de l’Angleterre mais, en plus, dans le passé lointain de la Grèce. Ceci permet à l'auteur d'utiliser un certains nombre de mythes pour broder une histoire autour. Bien entendu je n'ai pas vérifié l'existence de ces mythes mais je trouve intéressant de créer une aventure qui explique, même si c'est frictionnel, comment Athènes est devenue la ville que l'on a connu. J'ai aussi apprécié la critique du tourisme qui y est présente. En effet, les principaux touristes sont surtout des personnes peu intéressées par l'endroit ou ils se trouvent et qui souhaitent seulement y être sans tenir compte du symbole qu'ils admirent. Enfin, comme d'habitude, le Docteur tente de passer outre les antagonismes pour éviter les combats. Le pacifisme est une caractéristique importante du Docteur dans un grand nombre de ses aventures.

Image: BBC

29/07/2011

Judgement of the Judoon par Colin Brake

Titre: Judgement of the Judoondrwjudoon.125.jpg
Auteur: Colin Brake
Éditeur: BBC 2009
Pages: 250

Nous ne connaissons pas ça mais il est probable qu'un appel au secours lancé dans l'espace en plein milieux de nul part n'ait pas de grandes chances d'aboutir à temps pour sauver les naufragés. Heureusement pour le vaisseau qui a lancé cet appel le Docteur n'était pas loin et a pu réparer les machines et sauver la majorité de l'équipage. Mais qui a détruit à ce point et avec si peu d'égard ce vaisseau flambant neuf? L'une des races les plus dangereuses à croiser dans l'univers. Dangereuse dans le sens ou leur seul intérêt est la justice et ceux qui se trouvent sur leur chemin ne sont que des obstacles à écarter. Les Judoons sont passés par là à la recherche d'un assassin. Mais ils n'ont pas trouvé ce qu'ils cherchaient mis à part un indice: la cité de New-Memphis. Le Docteur arrivera avant eux pour voir que le spatioport souffre d'étranges problèmes. La cité même n'est qu'un cloaque dans lequel les criminels se multiplient. Il ne reste plus qu'au Docteur à réussir de persuader un Judoon de le suivre dans la cité sans arrêter tout le monde et sans tout détruire sur son passage. Non, un bon vieux travail de détective à la Agatha Christie voila ce qu'il faut!

Je vais le dire tout de suite, l'intrigue n'est pas le point fort de ce roman. Bien sur on s'attache à comprendre ce qui se déroule dans le spatioport et entre les criminels mais aussi l'endroit ou se trouve le père de la jeune Nikki. Mais il est, finalement, assez facile de comprendre qui est qui ce qui gâche un peu le suspens. Mais ce point est largement rattrapé par les personnages principaux de ce roman. Tout d'abord Nikki la détective aventureuse et débrouillarde que je trouve très sympathique. Mais surtout le capitaine Judoon. Dans la série on voit cette race de temps en temps. Mais on a l'impression de policiers obtus et un peu bêtes. En gros, deux caractéristiques qui ne vont pas trop avec des armes aussi puissantes que celles que les judoons portent. Mais ce roman permet de leur donner une forme de vengeance. On découvre un Judoon ayant de l'humour et capable d'affection. Personnellement je pense que ce roman vaut la peine simplement pour avoir donné une nouvelle dimension aux Judoons.

Image: BBC

23/07/2011

The Eyeless par Lance Parkin

Titre: The Eyeless TheEyeless-DrWho_125.jpg
Auteur: Lance Parkin
Éditeur: BBC 2009
Pages: 249

Le Docteur est seul depuis un petit moment. Mais cela ne l'empêche pas de savoir qu'il a encore beaucoup de choses à voir et à faire dans l'univers. Entre autre, il y a ce petit problème d'arme de l'apocalypse sur une cité d'une planète au ciel vert. Il y a cinquante l'arme a été activée et a détruit toute la vie sur la planète. Mais il y eut une dizaine de survivants qui tentent de recoloniser la planète. Cependant, l'arme peut toujours être activée et il est nécessaire de braver le danger de ses défenses pour éviter qu'une telle catastrophe puisse se renouveler. Mais est-il vraiment seul? Il semble que des fantômes habitent la ville qui abrite l'arme et tous ceux qui les touchent meurent. Mais un autre danger rôde aussi. Les Eyeless, des créatures aliens qui n'ont qu'un but: trouver de la technologie et la posséder.

Je pense que c'est probablement le meilleur livre Doctor Who que j'aie lu jusqu'à présent. Il y a plusieurs raisons à cela. Je parlerais d'abord des Eyeless. Ceux-ci sont ce que l'on pourrait nommer des anti-docteur. Ils incarnent un peu ce que le Docteur pourrait être puisqu'ils traversent l'univers la recherche de nouvelles expériences et technologies. Mais ils le font d'une manière totalement irresponsable voir violente. Mais la raison principale c'est le Docteur lui-même. Premièrement, l'auteur nous montre les sentiments de celui-ci. On ressent, grâce à lui, la lassitude du Docteur devant ses pertes et ses combats éternels. Au point de presque abandonner. Mais la seconde raison est encore plus intéressante. Comme je l'ai dit auparavant le Docteur combat pour aider et sauver mais en combattant il détruit aussi au point, parfois, de créer des génocides. J'avais expliqué que je pensais que le Docteur devrait ressentir plus durement ces morts même si il a toujours donné une chance à ses ennemis. Ce livre nous offre cela. Le Docteur y est ravagé par les dégâts qu'il a accomplit, les races qu'il a détruite d'une manière justifiée, peut être, mais irrémédiablement. C'est, à mon avis, le grand point fort de ce livre.

Image: BBC

20/07/2011

The Darksmith Legacy: the end of time par Justin Richard

Titre: The Darksmith Legacy: the end of time120px-DLWP10a.jpg
Auteur: Justin Richard
Éditeur: BBC 2009
Pages: 115

Non ce n'est pas le dernier épisode mettant en scène David Tennant dans Doctor Who dont je vais parler ici. Par une coïncidence un peu étrange le dernier livre des Darksmith Legacy porte le même nom. Alors que le Docteur essayait de détruire le cristal depuis le début de l'aventure il a réussit à le perdre et à perdre Gisella avec. Cette dernière se trouve enfermée sur le vaisseau Krashoks et sur le point d'être capturée ce qui implique la découverte du cristal. Heureusement l'appareil n'est pas encore calibré pour ne fonctionner qu'avec les krashoks et ressusciter tous les membres de cette race. Le Docteur a donc encore le temps de les suivre et de les empêcher d'allumer l'appareil. Mais encore faut-il savoir ou ils se dirigent. Peut être vers l'école la plus importante de la galaxie regroupant les enfants ayant le potentiel le plus important? Après tout quand on a besoin de cerveau autant aller vers le plus gros n'est-ce pas?

Que dire de ce dernier tome? Il conclut une série d'aventures qui ne brillent pas par leur intelligence ou par une écriture particulièrement maîtrisée mais qui réussit son but de divertir. Mais qu'est ce que j'ai aimé dans ce tome? Sûrement la peinture de l'école qui en est faite. En effet, le Docteur visite un école qui est censée éduquer les plus intelligents des enfants mais qui manque d'argent. Dans Doctor Who comme dans la réalité il semble que l'argent ne soit jamais versé pour l'éducation (probablement que le parlement galactique a préféré mettre ses milliards dans des chasseurs comme on s'apprête à le faire en Suisse). J'ai aussi aimé la vision qui est dégagée de l'enseignement. Que les maths soient forcément ennuyeuses n'est pas forcément naturel. Les maths peuvent être drôles il suffit de savoir comment les enseigner de cette manière. Mais, pour cela, il faut se défaire d'un programme imposé. Mis à part cela, il est à noter que ce tome voit le Docteur mettre en place un nouveau génocide. Bien entendu son inaction aurait mené à une guerre dévastatrice et il a prévenu à de nombreuses reprises ses ennemis. Mais le résultat reste qu'un nouveau génocide se marque dans la conscience du Docteur. Il serait adéquat de le lui faire ressentir d'une manière plus intense.

Image: Tardis Index Files

19/07/2011

The darksmith legacy: the art of war par Mike Tucker

Titre: The darksmith legacy: the art of war121px-DWDL09_The_Art_of_War.jpg
Auteur: Mike Tucker
Éditeur: BBC 2009
Pages: 127

Le Docteur pensait avoir réussit à bloquer les Krashoks mais ceux-ci ont utilisé une technologie qu'ils avaient volé et sont partis dans le passé. Plus précisément, ils sont arrivés dans le Londres médiéval. On ne peut pas vraiment laisser une race extraterrestre avec un appareil pouvant détruire une planète entière faire joujou avec le passé. Il est donc normal que le Docteur prenne son TARDIS et suive les krashoks pour les empêcher de nuire. Arrivé dans une forêt il prend connaissance de rumeurs circulant dans les villages. On aurait vu arriver des démons capable de tuer sans toucher. Ils se trouveraient dans un château et demanderaient à des villageois de travailler pour eux. Mais qu'est ce qui peut permettre à un noble d'accepter des démons sur ses terres?

Maintenant que nous savons qui est le méchant de l'histoire il faut l'empêcher de jouer son rôle de méchant. En plus, il faut réussir à sauver les innocents qui environnent ces méchants. L'intrigue de ce neuvième tome concerne donc surtout la protection que le Docteur tente de créer. L'intrigue secondaire concerne plus spécifiquement Darkheart. Elle permet de comprendre pourquoi ce dernier accepte ces démons chez lui. J'ai trouvé que la raison était plutôt facile à utiliser et assez classique mais ça reste un livre pour enfants. Mais bon, j'ai toujours apprécié l'époque médiévale et une aventure qui prenne place lors de cette époque me plait déjà! Bref, la fin arrive bientôt.

Image: Tardis index Files

The darksmith legacy: the pictures of emptiness par Jacqueline Rayner

Titre: The darksmith legacy: the pictures of emptiness120px-The_Pictures_of_Emptiness.jpg
Auteur: Jacqueline Rayner
Éditeur: BBC 2009
Pages: 124

Le Docteur a été capturé et doit être jugé sous l'égide de la proclamation des ombres. La cours devra statuer sur la possession du cristal. Le Docteur a-t-il été coupable de vol ou alors les darksmith ne sont-ils pas vraiment justifiés dans leurs réclamations? Ce procès sera riche en surprises et manipulations diverses jusqu'à la trahison finale. Heureusement, le Docteur recevra un indice précieux: le lieux ou les darksmiths et leurs clients se rencontreront pour terminer le contrat qui n'est autre que Londres. Mais cette ville connaît d'étranges maux. Des personnes perdent des membres alors que d'autres semblent, soudain, sans personnalités. Qu'est ce qui peut bien voler les âmes et des parties du corps? Bien que l'heure du rendez-vous approche le Docteur devra aussi résoudre cette affaire.

J'ai beaucoup plus apprécié ce tome que le précédent. Outre le procès en lui-même qui permet au Docteur de multiplier les arrangements juridiques et les paroles inutiles, ce qui implique des scènes très drôles durant lesquels les darksmiths se voient remis à leur place, il y a aussi l'intrigue secondaire. Celle-ci met en scène un alien qui n'est rien tant qu'il n'a pas volé ce qui le constitue. On se retrouve donc avec quelque chose qui vole des parties du corps puis des personnalités. La question est: qu'arrive-t-il quand on vole la personnalité d'une star? C'est simple on en veut plus! J'aime beaucoup ce concept et je trouve dommage qu'il ne puisse pas être plus développé dans une histoire plus conséquente. L'intrigue principale, elle, fait enfin un pas de géant puisque l'identité des acheteurs est enfin révélée!

Image: Tardis Index Files

The darksmith legacy: the planet of oblivion par Justin Richards

Titre: The darksmith legacy: the planet of oblivion120px-DWDL7_Planet_of_Oblivion.jpg
Auteur: Justin Richards
Éditeur: BBC 2009
Pages: 125

On approche petit à petit de la fin de cette saga et on en sait de plus en plus sur l'histoire du cristal éternité. Cette aventure nous emmène, grâce au robot, sur la planète Oblivion. Une planète qui porte mal son nom puisqu'on y voyage pour oublier les soucis et les peurs de la vie moderne et entrant dans un cadre paradisiaque. C'est donc une planète pour touristes stressés. C'est aussi la planète sur laquelle les darksmiths ont rencontré les acheteurs qui ont commandés le cristal et la machine qui va avec. Mais il semble qu'une catastrophe se soit abattue sur la planète. Toutes les villes d'un hémisphères ont été rasées par une attaque éclair et les stations de contrôles ont été détruites. Sauf une qui a réussit à survivre. Pour avoir des indices le Docteur et Gisela doivent donc s'y amarrer. Mais ils ne sont pas seuls. Une autre espèce a offert son aide aux locaux mais le font-ils de gaieté de cœur ou y a t-il quelque chose d'autre derrière leur offre? Il faudra que le Docteur le trouve rapidement puisque l'armée des darksmiths suit de près.

Cette fois l'intrigue principale n'avance pas vraiment et il faudra attendre le prochain tome pour en savoir plus. C'est donc sur l'intrigue secondaire que les efforts de Justin Richards se concentrent. Mais celle-ci ne m'a pas vraiment plut. En fait, je trouve dommage que l'intrigue principale n'avance pas plus et reste au point mort lors de ce tome. Le Docteur aurait pu savoir directement qu'elle est l'espèce qui se cache derrière la commande mais non ils restent caché. Ce qui donne l'impression de rendre artificiellement plus longue la fin de la saga. Heureusement, ce tome est peu décevant sera rattrapé par le prochain qui met en scène un procès.

Image: Tardis Index Files

18/07/2011

The darksmith legacy: the game of death par Trevor Baxendale

Titre: The darksmith legacy: the game of death117px-DWDL6_Game_of_Death.jpg
Auteur: Trevor Baxendale
Éditeur: BBC 2009
Pages: 127

Voici le troisième et dernier tome dont je parlerais aujourd'hui. Le Docteur et Gisela ont suivi le robot Agent en espérant qu'il les amènerait vers un endroit qui permettrait de détruire le cristal. Le TARDIS réapparait donc dans la désolation argentée. Un endroit ou deux galaxies se sont percutés et dans lequel ne reste rien d'autre que des débris et du vide. Et pourtant, en sortant du TARDIS le Docteur et Gisela se retrouvent dans une jolie maison de campagne gardée par un jardinier souriant et une femme âgée mais pleine de vie. Celle-ci est très heureuse d’accueillir le Docteur et Gisela avec ses autres invités célèbres. En effet, le jeu de la mort va commencer bientôt.

Un jeu de la mort dans lequel concourent les plus grandes célébrités de la galaxie? Voila qui est alléchant. Mais ce jeu n'est pas ce que croient les invités. Plutôt qu'un gala de charité ils vont devoir survivre et se battre. Le plus intéressant dans cette intrigue n'est pas vraiment de savoir qui va survivre et qui va mourir. Les personnages secondaires ne sont pas très utiles sauf en tant que nourriture sur pâtes. Non, ce qui est intéressant c'est de savoir qui est le monstre qui chasse les humains. Bien que j'avais des soupçons qui se son avérés justes par la suite j'avoue avoir été surpris de savoir que les choses ne sont pas si simples que cela. L'intrigue principale, elle, n'avance que petit à petit puisque le Docteur ne sait pas encore qui a commandé le cristal. Mais il est proche de le trouver grâce au cerveau du robot envoyé contre lui.

Image: Tardis Index Files

The darksmith legacy: the vampire of Paris par Stephen Cole

Titre: The darksmith legacy: the vampire of Paris119px-DWDL5_Vampire_of_Paris.jpg
Auteur: Stephen Cole
Éditeur: BBC 2009
Pages: 125

Ces petits livres se lisent plutôt rapidement il va donc y avoir un certains nombre de billets les concernant ces deux prochains jours. J'ai donc terminé le tome cinq qui reprend la recherche de Varlos par le Docteur. Il est aidé en cela par la fille de Varlos, Gisella, qui sait ou et quand son père s'est réfugié. Nos deux héros partent donc pour le Paris de la fin du XVIIIème siècle et, plus précisément, à Montmartre terre des artistes. Mais Paris connaît des heures sombres. Un mal inconnu sévit dans ses rues et a commencé à attaquer des enfants. Ces derniers ont, d'un seul coup, pris plusieurs dizaines d'années et sont devenu des vieillards. Mais qu'est ce qui peut voler le temps de cette manière? Et quel est le rôle de Varlos dans ces évènements? Sans oublier que le robot agent des Darksmiths est toujours à la poursuite du Docteur...

Comme d'habitude nous avons deux intrigues dans ce livre. La première est celle d'un vampire qui sévit dans les rues de Paris. J'ai apprécié cette intrigue qui nous permet de suivre le Docteur dans les rues et les catacombes de la ville Lumière. Il est dommage que cette intrigue ne soit pas plus développée puisque je trouve intéressante l'idée d'un être capable de voler le temps. Comme toujours on retrouve des informations sur les lieux et, ici, nous en avons sur Paris. Ces en les lisant que j'ai découvert une petite faute qui fera sourire les lecteurs francophones assez attentifs. L'intrigue principale n'avance guère bien que nous rencontrions enfin Varlos. Malheureusement ce dernier n'a pas le temps de dire au Docteur comment détruire le cristal mais il lui donne des informations et un objet très important pour la suite.

Image: Tardis Index Files

The darksmith legacy: the depths of despair par Justin Richards

Titre: The darksmith legacy: the depths of despair113px-DWDL4_Depths_of_Despair.jpg
Auteur: Justin Richards
Éditeur: BBC 2009
Pages: 121

Toujours sur les traces de Varlos nous retrouvons le Docteur dans une jolie petite aventure nommée The Depths of Despair. Si nous croyons le titre l'aventure se trouvera donc sous l'eau et elle ne sera pas très drôle. Le Docteur, après avoir volé des informations sur Varlos et repris l'Eternity Cristal, essaie de retrouver son créateur. Pour cela il doit voyager sur une planète qui a connu un effet de serre catastrophique puisque plus aucune terre émergée n'existe. Mais une équipe tente de comprendre ce qu'il s'est passé en étudiant les profondeurs marines. Leur chef se nomme Gisela et donne l'impression d'avoir à peine onze ans! Mais des créatures commencent à attaquer la station sous-marine et, alors que les Darksmiths retrouvent le Docteur, l'intégrité même de la station est menacée. Mais pourquoi cette attaque et le Docteur réussira-t-il à fuir les soldats des Darksmiths?

Ce quatrième tome ne trahit pas ce que j'avais déjà dit. Un petit livre écrit principalement pour des enfants. Mais je dois avouer que j'ai moins apprécié les intrigues que nous y trouvons. Je trouve que l'intrigue du tome n'est pas assez bien mise en place et j'aurais apprécié en savoir plus. En fait, il semble que ce livre serve surtout à nous donner une information importante puisque nous y trouvons la fille de Varlos. Mis à part les indices qu'elles donne sur son père le Docteur y trouve un nouveau compagnon temporaire qui va voyager quelque temps avec lui. Quand on connait la série on sait ce qu'il peut se passer quand le Docteur est seul...

Image: Tardis Index File

06/07/2011

The darksmith legacy: the colour of darkness par Richard Dungworth

Titre: The darksmith legacy: the colour of darkness121px-DL3ColourofDarkness.jpg
Auteur: Richard Dungworth
Éditeur: BBC 2009
Pages: 120

Bon, le Docteur s'est fait voler le cristal qu'il avait lui-même volé (ou refusé de rendre) à l'agent envoyé par les darksmith. Il n'y a qu'une seule solution mais qui ne plait pas du tout au Docteur: aller sur Karagula récupérer le cristal et des information sur lui et son créateur. Mais même les timelords lors de leur puissance n'ont pas attaqué Karagula. Qu'est ce que le Docteur pourrait bien faire? Ce n'est de toute manière pas le genre de questions qui l'arrête et, donc, il part immédiatement pour cette planète légendaire. Arrivé en plein désert près de la cathédrale il est invité, sans qu'on lui demande son avis, par une tribu locale. Il y apprend qu'une belle et puissante femme a exaucé des vœux et échange d'un prix terrible: tous les enfants de la tribu. Mais pourquoi a-t-elle besoin de ces enfants?

Encore une fois, on s'en doute, il y a deux intrigues dans ce tome. Celle qui n'existe que dans ce livre concerne cet enlèvement d'enfants. Il permet d'en savoir un peu plus sur l'univers de Doctor Who et j'aime beaucoup la manière dont cette femme contrôle les personnes. Mais elle n'est pas forcément très intéressante. La seconde intrigue avance aussi, petit à petit, puisqu'on en apprend plus sur Varlos, le créateur du cristal, et sa cachette éventuelle. On en apprend aussi beaucoup plus sur les motivations et les forces des darksmith ainsi que sur leur planète. En bref, ce tome est surtout un moyen de recevoir des informations. Comme d'habitude, les chapitres sont entrecoupés de petites énigmes pas très difficiles à résoudre. Il reste à savoir ce que le Docteur découvrira sur Varlos.

Image: TARDIS index files

04/07/2011

The darksmith legacy: the graves of Mordane par Colin Brake

Titre: The darksmith legacy: the graves of Mordane118px-DS2GravesofMordane.jpg
Auteur: Colin Brake
Éditeur: BBC 2009
Pages: 125

Nous avions laissé le Docteur aux prises avec un robot envoyé par le collectif des Darksmith. Nous le retrouvons en train de négocier sa vie en argumentant sur son identité. En effet, le robot croit avoir en face de lui un traître. Mais ce que le robot veut c'est surtout le cristal. Et comme le Docteur lui promet de le lui rendre en cherchant dans sa cabine il part avec sa cabine. Ce qui m'amène à donner un petit conseil aux personnes qui souhaiteraient capturer le Docteur: ne le croyez jamais et ne le laissez surtout pas atteindre une boite bleu même si elle est petite ni son tournevis même si il ne semble être qu'une torche! Bref, le Docteur décide d’enquêter sur les évènements lié à la création du cristal d'éternité. Pour cela il doit se rendre sur la planète cimetière Mordane. Mais celle-ci a été abandonné depuis une centaine d'année suite à sa mise en quarantaine. Il y rencontrera un groupe de survivants d'un crash qui tentent de trouver les éléments nécessaire pour réparer leur vaisseau. Mais l'un d'eux semble en savoir trop. Et, surtout, pourquoi les morts se réveillent-ils la nuit?

La dynamique se confirme puisque ce second tome (ou plutôt ce second épisode) renferme deux intrigues. La première est celle du groupe de survivants dont l'un des membres cherche quelque chose qui devrait lui permettre de retrouver un héritage familial. Mais, surtout, on en apprend plus sur le cristal grâce à l'intrigue principale. J'ai bien aimé le coté film de zombies avec les morts qui se réveillent et poursuivent les héros. Mais ces dernier ont tout de même agit d'une manière assez bête. En effet, ils décident, pour trouver ce qu'ils cherchent, d'entrer en pleine nuit dans des catacombes! Il faudra qu'on m'explique à quel moment il est prudent d'entrer dans des catacombes quand on sait que les morts se réveillent! Bref, mis à part cette petit bêtise qui aurait pu être fatale si le Docteur n'était pas le héros, j'ai bien aimé cette seconde partie. Celle-ci, comme je l'ai déjà, reste tout de même largement écrite pour des enfants.

Image: TARDIS index files

30/06/2011

The darksmith legacy: the dust of ages par Justin Richard

Titre: The darksmith legacy: the dust of ages250px-DL1DustofAges.jpg
Auteur: Justin Richard
Éditeur: BBC 2009
Pages: 125

Cette fois le Docteur est seul. Depuis qu'il a perdu Donna il a refusé de prendre un ou une compagne avec lui. Il voyage donc solitaire entre les étoiles en continuant à aider les personnes qu'il peut aider. Nous le retrouvons sur la Lune alors qu'il voulait atteindre la Terre. Comme d'habitude, il ne sait pas ce qui l'a conduit hors de sa route. Mais bon, puisqu'il est là pourquoi ne pas aller voir ce que font les humains dans cette base qui s'ouvre à ses pieds? Il apprend que celle-ci sert de prospection pour de futurs mines. En effet, les ressources de la Terre en minerais commencent à tarir. Mais les prospecteurs viennent de détecter une source d'énergie probablement alien. Il n'en faut pas plus pour intéresser le Docteur.

Ce livre est clairement fait pour les enfants. Il fait partie d'une série de dix tomes de moins de 150 pages. Les chapitres sont entrecoupés de différentes énigmes que l'on peut s'amuser à résoudre. Celles-ci soit loin d'être compliquées à comprendre pour un adulte et sont assez classiques. Mis à part ce point l'intrigue est aussi adaptée pour les enfants et le caractère du Docteur n'y est pas dans son meilleur état. Les autres caractères sont, d'ailleurs, très peu développé. Mais je ne vais pas juger trop vite l'intrigue puisque celle-ci est censée tenir sur encore neuf autres livres. Mais je doute que l'on se retrouve avec un roman très novateur même si il est reposant et sympathique à lire. Et puis cela nous permet de savoir ce qu'a accomplit le Docteur quand il était seul.

Image: TARDIS Index File

29/06/2011

Beautiful chaos par Gary Russel

Titre: Beautiful chaosBeautifulChaos-DrWho_125.jpg
Auteur: Gary Russel
Éditeur: BBC 2008
Pages: 237

Malheureusement les aventures en roman de Donna Noble ont une fin rapide. En effet, ce tome est le dernier DW book qui implique cette compagne si attachante. Cette fois nous retrouvons le Docteur et Donna en route pour Londres dans le but de visiter la famille Noble en l'honneur de l'anniversaire du père de Donna. Mais, comme d'habitude, le Docteur semble attirer les ennuis. Il ne faut pas plus de quelques heures pour qu'il se rende compte que le nouvel ordinateur mis en exposition par M-Tek est trop avancé pour cette époque. Et il ne lui faut que quelque secondes pour se rendre compte que de nouvelles étoiles sont apparues dans le ciel. Des étoiles qui agissent étrangement au-delà des lois de la physique. Il faut dire qu'elles ne sont pas ce qu'elles semblent être. En effet, elles sont le signe qu'un mal ancien est revenu pour attaquer la Terre. Une race que le Docteur croyait avoir vaincue il y a 500 ans.

Je ne suis pas très positif envers ce dernier tome avec Donna. Un tome qui est aussi le dernier dans lequel cette incarnation du Docteur aura des compagnons réguliers. L'intrigue ne m'a pas autant intéressé que dans d'autres livres même si j'ai aimé certaines choses. Par exemple, je trouve intéressant de mettre en place l'idée que l'humanité puisse être assujettie en utilisant l'informatique. Mais, à mon avis, le véritable point positif de ce livre n'est pas la mais dans la peinture qui est faites de la famille Noble. On en apprend aussi beaucoup sur la façon dont les familles des compagnons ressentent les aventures de leurs filles (le Docteur sort rarement avec des hommes). Mais cela ne suffit pas pour rendre ce livre vraiment intéressant.

Image: BBC

24/06/2011

Shining Darkness par Mark Michalowski

Titre: Shining Darknessshingdarkness-drw_125.jpg
Auteur: Mark Michalowski
Éditeur: BBC 2008
Pages: 251

Je devrais, normalement, parler du film que j'ai vu hier mais j'ai besoin d'y réfléchir encore un petit moment. Donc, j'ai décidé de parler du dernier Doctor Who que j'ai terminé. Pour une fois le Docteur ne sait pas vraiment comment fonctionnent les choses autour de lui. En effet, il a décidé d'emmener Donna dans une galerie d'art de la galaxie d’Andromède. Hors, le Docteur ne connaît pas très bien cette galaxie. La première chose qui saute aux yeux c'est que les machines sentientes y sont nombreuses ce qui trouble Donna. Bref, comme nous sommes avec le Docteur il ne suffit pas d'attendre une heure pour que Donna soit enlevée par un culte d'organiques anti-machines. Le Docteur, lui, se laisse emmener par des pro-machines. Le second suivra le premier dans toute la galaxie à la recherche de parties d'une machine qui fait partie d'un plan que personne, ou presque ne connaît. Bien sur, on sait que ce plan ne peut que signifier la guerre et la destruction particulièrement pour ses probables victimes: les machines.

Bon, après la déception du tome précédent je suis content de dire que j'ai mieux apprécié ce roman. On retrouve Donna dans toute sa splendeur de rousse gueulant sur ses kidnappeurs et réussissant l'exploit de créer l'une des scènes que j'ai trouvé les plus drôles: sa transformation en déesse! Le Docteur, lui, me semble un peu plus mou que d'habitude mais bon on ne peut pas toujours être le meilleur. Mais ce qui fait l'intérêt de ce livre, mis à part la poursuite et l'enquête, c'est le message. Bien entendu, celui-ci n'est pas difficile à comprendre. En effet, il concerne le danger de considérer qu'une partie des personnes puissent être inférieurs à d'autres ou ne pas mériter certains droits. Cette idée revient régulièrement dans l'histoire tout en n'étant pas forcément revendiquée par des racistes purs et durs. Mais, comme le dit le Docteur, il est inutile de blâmer les autres pour la vie que l'on a sous prétexte qu'ils sont différents.

Image: BBC

21/06/2011

The doctor trap par Simon Messingham

Titre: The doctor trap518ouIKfnwL._SL500_AA300_.jpg
Auteur: Simon Messingham
Éditeur: BBC 2008
Pages: 249

La seconde aventure de Donna et du Docteur est un plus compliquée que la précédente. Le Docteur a reçut un signal de détresse. Comme il est lui il est obligé d'aller voir ce qui se passe pour aider les personnes qui ont envoyé ce signal qui qu'elles soient. Mais il y a quelque chose de bizarre avec ce signal et avec les personnes que le Docteur tente de sauver. Comme un sentiment d'irréel le prend. Il n'a pas le temps d'y penser puisque Donna et le TARDIS sont kidnappés. Le signal n'était-il qu'une diversion? Ce qui est certain c'est qu'un dictateur possédant une planète entière sur laquelle il vit seul à récolté les douze meilleurs chasseurs de l'univers. Ceux-ci font partie d'un jeu de chasse dont la proie est le Docteur lui même. Celui qui réussira à le tuer aura l'honneur d'être connu comme celui qui a éliminé le fameux Docteur. Mais est-ce vraiment le but du jeu?

Que dire? Déjà que ce livre m'a déçu. Bien entendu le scénario est intéressant. On met ensemble les douze meilleurs tueurs de l'univers et on regarde comment le Docteur s'en sort. Mais je n'ai pas aimé lire cette aventure. J'ai l'impression que l'auteur s'est embrouillé dans les multiples plans et pièges qu'il a imaginé. La lecture m'a donné une impression de grande confusion puisqu'il est difficile de savoir qui est qui et quel est le plan global. Bon, j'avoue avoir bien aimé que le méchant principal se fasse prendre par sa propre imagination. Mais était-il nécessaire d'y aller en faisant autant de circonvolutions? Un autre point que je n'ai pas vraiment apprécié est que Donna se retrouver seule alors que je pense que ces deux personnages fonctionnent beaucoup ensemble. Bref, je ne suis pas du tout convaincu par la prestation que ce livre nous offre.

Image: Amazon

20/06/2011

Ghosts of India par Mark Morris

Titre: Ghosts of IndiadrWhoGhostsIndia_125.jpg
Auteur: Mark Morris
Éditeur: BBC 2008
Pages: 249

Je suis plutôt content d'être passé à la partie des aventures du Docteur qui concernent Donna Noble. Celle-ci est probablement l'une de mes compagnes préférées non seulement à cause de l'actrice mais aussi de son caractère mordant. C'est donc avec pas mal d'intérêt que j'ai lu le premier livre qui la met en scène. Celui-ci nous emmène en 1947 à Calcutta. L'histoire nous apprend que ce n'est pas la période la plus heureuse de l'Inde puisque de nombreux troubles meurtriers ont eu lieu. Malheureusement, le Docteur apprend vite que les humains ne sont pas les seuls à se battre. En effet, il semble qu'un vaisseau alien laisse trainer des traces d'énergies qui ont pour particularité de faire muter et de rendre agressif ses victimes. De plus, des humanoïdes blancs semblent être en train de kidnapper les habitants de la ville. Heureusement, Gandhi sera là pour aider le Docteur.

Je dois dire que j'ai bien aimé ce livre surtout comparé au précédent. Ce n'est pas vraiment l'intrigue qui m'a plu même si celle-ci est mieux ficelée que la précédente. Non, ce qui m'a plus c'est le cadre qui me semble assez bien décrit pour un roman du genre mais surtout Gandhi. Malheureusement je ne connais pas l'histoire de ce personnage historique (et quand je dis historique j'entends un grand H) et je sais qu'il a connu des critiques. Mais j'ai beaucoup aimé son interaction avec le Docteur. Les deux, selon ce livre, aiment la vie et l'exploration. Mais, surtout, il est intéressant que l'auteur ait décidé de montrer, par la voix du Docteur, que Gandhi est meilleur que le Docteur. En effet, celui-ci tente de sauver ceux qu'il peut mais il a aussi un coté sombre qui peut le conduire à condamner et refuser sa pitié. En est témoin la manière dont il traite le méchant de l'histoire.

Image: BBC

The story of Martha par Dan Abnett, David Roden, Steve lockley, Paul Lewis, Robert Shearman et Simon Jowett

Titre: The story of MarthaStoryofMartha-DrWho_125.jpg
Auteurs: Dan Abnett, David Roden, Steve lockley, Paul Lewis, Robert Shearman et Simon Jowett
Éditeur: BBC 2008
Pages: 239

Ce livre est le dernier tome qui met en scène Martha Jones comme compagne du Docteur. Il prend place lors de l'année qui n'exista pas. Une année durant laquelle le Master, l'un des plus grands ennemis du Docteur et Timelord, a pris possession de la Terre et construit une flotte d'invasion. Lors de cette année qui vit la population de la Terre décimée et mise en esclavage Martha Jones a accompli une mission pour le Docteur. Une mission dangereuse mais dont nous n'avons pas eu l'histoire durant la série. Ce livre compte nous donner les événements qu'a connu Martha Jones alors qu'elle accomplissait ce que le Docteur lui avait demandé. Nous pouvons donc la suivre de l'Europe au Japon poursuivie par les soldats du Master alors qu'elle lutte avec les mots ayant en vue un jours précis pour déchainer les forces de la Terre contre le Master.

Pour ce livre qui souhaite compter les événements d'une année entière nous avons plusieurs auteurs. Chacun s'occupent d'une partie précise de l'histoire. Celle-ci est divisée en plusieurs parties, il y a les événements proprement dit et ce que Martha dit aux survivants qu'elle rencontre. Pour un fan de la série il est plutôt exaltant de connaître ce qu'il s'est passé au Japon et comment Martha a pu voyager. Malheureusement je ne trouve pas que la qualité des histoires soit à la hauteur. Je n'ai pas vraiment apprécié celles-ci que je trouve trop courtes pour être intéressantes. C'est un peu comme si on regardait un film en avance rapide. On se rend bien compte qu'il y a une idée derrière mais on n'arrive pas à apprécié le film. Quand à la trame principale j'ai l'impression qu'elle consiste surtout à brosser largement sur ce que la série nous a dit des voyages de Martha sans vraiment les développer. Même si on retrouve le Brigadier, ou du moins son fils, ce que tous les connaisseurs de la première série pourront apprécier. Bref, un bilan plutôt défavorable envers ce tome.

Image: BBC

19/06/2011

The many hands par Dale Smith

Titre: The many handsDrWho-TheManyHands_125.jpg
Auteur: Dale Smith
Éditeur: BBC 2008
Pages: 244

Après un petit voyage dans le futur on retrouve Martha et le Docteur dans le passé au XVIIIème siècle à Edinburgh. Les deux compagnons observent la magnifique vue qu'offre le château quand un homme se met à attaquer une voiture. Ni une ni deux le Docteur fait ce qu'il fait de mieux: il se crée des ennuis. Alors qu'il lutte contre l'homme qui a attaqué la voiture et que Martha tente de courir pour prévenir tout le monde des soldats les prennent en chasse. Mais quand la voiture s'arrête le Docteur et Martha comprennent avec stupéfaction que l'attaquant était mort bien avant de sauter sur le toit de la voiture. En effet, il a une cicatrice qui n'existe qu'après une autopsie. Il semble que quelque chose, ou quelqu'un, tente de faire revivre les morts. Il va falloir que le Docteur mette la main sur la personne qui en est responsable avant que les morts ne submergent les vivants entre leurs mains avides.

Je n'ai pas vraiment aimé ce tome. Dès le début j'ai eu l'impression que c'était mal parti. C'est plus une impression qu'un avis argumenté mais je trouve que le rythme n'était de loin pas parfait. Je n'ai jamais vraiment eu l'impression de savoir ou en était l'intrigue. On pourrait presque dire que l'intrigue semble s'être mise en place en même temps que le livre était écrit. C'est dommage car certaines idées étaient intéressante. Par exemple le besoin de l'un des personnages de retrouver son père même si, pour cela, il doit faire des choses qui ne peuvent pas être considérées comme bonnes. Je pense que l'on aurait pu se concentrer un peu plus sur l'aspect Frankenstein de l'histoire. J'ai tout de même apprécié que Martha se fasse arrêter pour avoir porté des pantalons. Il fallait bien que ça arrive un jours!

Image: BBC

17/06/2011

Snowglobe 7 par Mike Tucker

Titre: Snowglobe 7DrWho-Snowglobe7_125.jpg
Auteur: Mike Tucker
Éditeur: BBC 2008
Pages: 256

Martha souhaite des vacances et le Docteur n'a absolument rien contre. Il faut dire que les voyages avec le Docteur à bord du TARDIS sont loin d'être une promenade de santé. Entre les courses poursuites, les aliens meurtriers ou les humains obtus et les possibles fin du monde il y a du boulot! Ils souhaitent donc reprendre un peu leur souffle en se détendant sur l'une des meilleures plages du monde à Dubai. Du moins ils le croyaient puisqu'ils se retrouvent en plein désert, oui, mais de glace! Pas vraiment les cocotiers et la plage de sable en face d'une mer azur... Ils se rendent rapidement compte qu'ils se trouvent dans un gigantesque complexe mis en place pour sauver un environnement mis en danger par le réchauffement climatique: l'un des 20 dômes baptisés snowglobe. Ils s'aperçoivent aussi qu'ils n'y sont pas seuls. Un prédateur les poursuit sur la glace et, quand ils sortent du dôme, ils apprennent qu'une épidémie incompréhensible à suivit un accident qui s'est déroulé dans l'un des globes. Tous ces événements sont liés, une race de prédateurs aliens s'est réveillée au sein du dôme. Une race puissante qui se reproduit en tuant. Pour éviter un bain de sang le Docteur devra comprendre comment cette race fonctionne.

J'ai bien aimé ce tome, ce n'est pas à cause des personnages qui sont assez caricaturaux puisqu'on retrouve la leader brisée et le commandant obtus. Si j'ai apprécié ce livre c'est parce qu'ils montrent deux choses. Tout d'abord, un essai, imaginaire puisque c'est un roman, de sauver une partie de l'habita climatique de la Terre et de l'étudier. Et ensuite il montre que l'homme oubliera cette mission pour utiliser ces lieux comme des moyens de faire de l'argent. C'est donc une forme de condamnation du fonctionnement actuel de la société particulièrement en ce qui concerne les questions écologiques. On trouve aussi le Docteur aux prises avec sa conscience dans un problème bien précis. En effet, encore une fois, il doit faire face à la possibilité qu'il soit obligé de détruire une race entière. Oui, le docteur a souvent été coupable de génocide, dont celui de son propre peuple, bien que jamais il ne l'ai fait de gaieté de cœur et toujours pour sauver l'univers ou une autre race.

Image: BBC

Martha in the mirror par Justin Richards

Titre: Martha in the mirrorDrWho-MarthaInMirror_125.jpg
Auteur: Justin Richards
Éditeur: BBC 2008
Pages: 245

Le château Extremis: ses donjons, ses couloirs sombres et humides, ses salles majestueuses, son histoire mouvementée par les guerres et les sièges, son jardin qui s'arrête abruptement sur le vide de l'espace. Comment ne pas être attiré par le meilleur parc à thème de la galaxie? Mais il semble que le Docteur et Martha sont arrivés un peu tôt puisque le parc n'est pas ouvert et que le traité qui l'inaugurera, la paix entre deux nations qui ont toujours connu la guerre, est sur le point d'être signé. L'histoire est en marche devant les yeux de nos deux voyageurs. Mais un meurtre remet tout en cause. Un meurtre étrange qui a été accompli à l'aide d'un bras de verre! Il faut donc se poser la question. Qui ne souhaite pas que le traité de paix soit conclu et, surtout, qui a perdu un bras?

Qui ne s'est jamais demandé si il y avait un autre monde à travers le miroir? Un monde inversé dans lequel on pourrait passer voir être enfermer. Cette idée existe depuis longtemps puisque Lewis Carrol lui-même a écrit sur le sujet. Mais si un miroir peut cacher un monde entier avec de nombreux individus comment peut-on le quitter? Bref, c'est un point que j'ai apprécié avec le château que j'adorerais pouvoir visiter si il existait réellement. Mais, encore une fois, l'intrigue est très simple à comprendre. J'ai trouvé le plupart des révélations à partir de la page trente sans faire trop d'effort. Bref, comme d'habitude un livre destiné aux fans de Doctor Who plus qu'à un large panel de lecteurs.

Image: BBC

09/06/2011

Peacemaker par James Swallow

Titre: Peacemakerdrwhopeacemaker_125.jpg
Auteur: James Swallow
Éditeur: BBC 2007
Pages: 239

Martha et le Docteur souhaitaient se faire un cinéma et, pourquoi pas, un bon vieux western sur la planète Hollywood. Malheureusement le cinéma a fermé à cause d'une séance qui a été un peu trop réaliste pour la santé des spectateurs et l'infrastructure du bâtiment. Et c'est à ce moment qu'un idée a traversé l'esprit du Docteur. Pourquoi aller voir un western quand on peut vivre le western! Le TARDIS les emmène donc directement au XIXe siècle dans une petite ville typique avec son saloon, son shérif et ses joueurs de cartes tous plus tricheurs les uns que les autres. Mais cette ville vient de sortir d'une épidémie particulièrement dangereuse. Hors, les habitants semblent agir comme si de rien n'était et ne portent aucune marques de la maladie. Il semble qu'un guérisseur itinérant face le tour des villes et vende ses services. Pourtant, les potions qu'il a laissé derrière lui n'ont aucun effet bénéfique. Le mystère s'épaissit quand des hors la loi demandent ou ils peuvent trouver le guérisseur et menacent la population avec des armes à énergie.

La conquête de l'ouest, qui n'a pas voulu connaître cette recherche d'espace vierge et sans loi. Cette conquête semble être tellement incarnée dans l'histoire américaine que certains disent que la conquête de l'espace n'en est que l'un des avatars. Le Docteur ne peut qu'être heureux et s'amuser comme un petit fou et nous avec lui. Il faut aussi avouer que le stetson lui va bien et que j'arrive très bien à l'imaginer galopant dans le désert. Mais bon, il faut bien avouer que ce tome n'est pas le meilleur qui aient été écrits. Bien que les ennemis qui y sont décrits sont intéressants puisqu'ils sont des armes les événements sont assez faciles à deviner. De plus, les personnages de la ville sont plutôt stéréotypés puisque l'on a le shérif rude, le fils qui veut se venger et les tricheurs à la gâchette facile. Mais bon, quand on aime on pardonne n'est ce pas?

Image: BBC

06/06/2011

The pirate loop par Simon Guerrier

Titre: The pirate loopdrwhopirateloop_125.jpg
Auteur: Simon Guerrier
Éditeur: BBC 2007
Pages: 239

Martha souhaite visiter le Brilliant. Un vaisseau mystérieux qui a disparu peu avant le déclenchement d'une guerre à l'échelle de la galaxie. Il faut dire que le Docteur vient de lui en parler tandis que des robots tentaient de régler leurs propres différents en tuant les deux seuls être organiques du coin. Bien que le Docteur ne soit pas très heureux de cette idée il décide d'aller enquêter pour comprendre pourquoi le Brilliant a disparu. Mais il y a des règles! Ne pas être impliqué et ne rien changer à l'histoire! Malheureusement, au lieu d’atterrir le TARDIS se crash dans la salle des machines du vaisseau. Pire encore, le mode de propulsion expérimental utilisé par le Brilliant est sur le point d'exploser! Et pour ne rien arranger le Brilliant a été abordé par des pirates. Ils ne sont peut être que trois mais il faudra s'en occuper.

Nous avons déjà eu une histoire de pirate avec le Docteur. The resurection casket était très sympathique et j'aime bien les pirates même si je sais qu'ils ne sont pas aussi romantique dans la réalité qu'on ne le dit à Hollywood. Ici nous n'en avons que trois mais ils sont très drôles. Non seulement ils sont un peu bête et naïf mais, en plus, ils sont incapable de tuer quelqu'un. En effet, toutes personnes mortes revient automatique à la vie. Bien que ce soit utile cela semble ennuyer ces pauvres pirates qui ne trouvent pas ceci très juste. D'ailleurs on meurt beaucoup dans ce livre. Rory, de la saison cinq et six, y serait sûrement très heureux. Le plus intéressant reste les quelque sous-entendu sur les classes dominées que l'on peut lire dans ce tome. En effet, les humains semblent avoir créé des êtres génétiquement modifiés qui s'occupent de toutes les tâches salissantes. Ce sont donc des êtres inférieurs considérés et conçus comme tel à tel point que certains n'ont même pas la capacité de parole! Un tout petit peu d'imagination peut facilement nous mener à réfléchir sur qui fait le travail salissant dans notre propre société occidentale.

Image: BBC

03/06/2011

Wishing Well par Trevor Baxendale

Titre: Wishing Welldrwhowishingwell_125.jpg
Auteur: Trevor Baxendale
Éditeur: BBC 2007
Pages: 239

Rien de tel que des scones avec de la confiture et un peu de crème n'est ce pas? Le Docteur et Martha sont absolument d'accord (et moi aussi par la même occasion) et s'apprêtent à rendre visite à un salon de thé anglais pour prendre ce petit plaisir. Le TARDIS apparaît donc dans les environs d'un petit village typiquement anglais qui, malheureusement, ne possède aucun salon de thé. Ce n'est pas si grave puisqu'il possède deux choses très intéressantes: un puits à vœu et un pub nommé malicieusement Drinking Hole. Dans ce dernier les deux amis rencontrent une grande partie des habitants du village ainsi que trois autres touristes. Ceux-ci disent préparer un guide mais, en fait, ils viennent creuser aux abords du puits car une légende dit que celui-ci cache un trésor digne d'un roi! Mais le Docteur ne pense pas que ce soit la seule chose qui s'y cache. Il pense qu'un monstre s'y s'est terré et qu'il ne faut surtout pas lui permettre de vivre car il se pourrait que rien ne puisse lui résister.

Mis à part m'avoir donné l'envie de manger des scones qui sont, probablement, l'un des plats les plus délicieux au monde tout en étant l'un des moins sains, ce livre se trouve dans la tradition des histoires de fantômes qui semblent être nombreuses en Grande Bretagne. Nous pouvons aussi y trouver, comme toujours, la petite morale qui justifie le livre en entier. Celle-ci est très facile à reconnaître et attaque l'avidité. Je pensais aussi me retrouver avec une refonte de The Stone Rose qui s'attaquait au thème de la dangerosité des vœux. J'ai donc été agréablement surpris de retrouver une autre histoire dont j'ai plutôt apprécié le développement. Le Docteur est toujours aussi doctoresque et savant alors que Martha gagne encore un peu de galon en étant un minimum utile et courageuse. J'ai aussi beaucoup aimé le personnage d'Angela que j'ai trouvé particulièrement drôle et savoureux.

Image: BBC

30/05/2011

Wetworld par Mark Michalowski

Titre: WetworldDrWho-Wetworld_125.jpg
Auteur: Mark Michalowski
Éditeur: BBC 2007
Pages: 245

Le Docteur et Martha sont en route pour prendre le déjeuner. Mais il y a une incompréhension, Martha pense que le Docteur l’emmène à New York dans l'un des restaurants les plus luxueux du monde alors que le Docteur est convaincu que Martha a compris qu'il parlait d'une autre planète remplie d'aliens. Mais bon, aucun des deux n'aura l'occasion de s'expliquer puisque, encore une fois, le TARDIS décide de s'en mêler en atterrissant sur la planète Sunday qui vient d'être colonisée par quelque centaines d'humains. Bon, atterrir n'est pas vraiment le bon mot puisque le vaisseau du Docteur s'enfonce presque immédiatement dans un marais laissant le Docteur à l'extérieur et Martha seule à l'intérieur dans une splendide robe. Le temps que le Docteur trouve de l'aide Martha aura réussi à se faire enlever et le Docteur réussira à trouver que des événements étranges se déroulent sur Sunday. Des événements qui impliquent des loutres et une hausse de leur intelligence.

Encore une fois, un tome que j'ai plutôt apprécié. Il faut dire que le Docteur semble toujours aussi bien décrit et que cela fait beaucoup pour me donner une bonne impression. Ainsi, le livre est constellé de répliques doctoresques suivies d'une forme plus ou moins élevée d'incompréhension de la part des gens qui l'environnent. Je trouve aussi que l'aspect très peu modeste de ce cher Docteur est très bien mis en avant (au cas ou certains ne l'avaient pas remarqué). Sinon, j'ai apprécié l'idée de l'alien que je n'avais jamais vue nulle part. Ce monstre qui utilise l'intelligence des animaux en créant une forme de réseau est très intéressante. Pour ne rien changer Martha, par contre, est toujours aussi inutile et accompli gaffes sur gaffes en brisant la couverture du Docteur. Heureusement, personne n'a le temps de demander à ce dernier de se justifier. Bon, il y a quand même deux trois moments ou cette chère Martha est utile mais c'est rare.

Image: BBC

26/05/2011

Sick Building par Paul Magrs

Titre: Sick BuildingDrWho-SickBuilding_125.jpg
Auteur: Paul Magrs
Éditeur: BBC 2007
Pages: 243

Cette fois le Docteur ne peut rien faire. En effet, rien n'a jamais réussi à échapper aux Voracious Craw. Ces êtres sont non seulement gigantesques mais aussi affamé et capable de détruire une planète entière. L'un de ces êtres colossaux se trouve sur une planète habitée par une seule famille. Mais le Docteur pense tout de même qu'il faut les prévenir au cas ou ils ne seraient pas au courant du danger. Mais Martha et le Docteur se retrouvent au milieu d'une famille des plus étranges. Ils sont au courant oui mais ils ne se préparent pas. Ils continuent de vivre dans leur maison parfaite et luxueuse entouré de robots. Mais ces derniers ne sont-ils que des robots ou leur sophistication leur a-t-elle permis de réfléchir par eux-même? Dans ce cas il n'est pas forcément intelligent de les utiliser pour les abandonner. Dans le même temps, l'influence du Voracious Craw se fait de plus en plus sentir sur les appareils électroniques de la maison mettant en danger tous ses occupants.

Rien de tel que de vivre dans le luxe et l’opulence servit par des robots sur une immense propriété n'est ce pas? Ce n'est pas ce que le Docteur pense. Et ce livre nous montre comment le luxe de ne rien faire peut mener à la paresse. Une paresse telle qu'elle aboutit à un manque d'esprit de survie et même d'initiative. C'est l'une des raisons pour lesquelles j'ai apprécié ce tome. La seconde étant l'aspect dangereux de la maison même. Que faire lorsque sa propre demeure se retourne contre sois? C'est ce que nous observons se dérouler dans ce tome sans trop de surprises. Mis à part ces deux points j'ai apprécié les différentes références à la série. En particulier les pensées de Martha, un peu résignées, concernant Rose.

Image: BBC