20/11/2016

Ex Machina 4 par Brian K. Vaughan et Tony Harris

Titre : Ex Machina 4
Auteurs : Brian K. Vaughan et Tony Harris
Éditeur : Urban comics 24 juin 2016
Pages : 272

Ce tome contient les numéros 30-40 publiés dans Ex Machina deluxe edition book 4. Le maire Hundred entame sa quatrième année de mandat. Et il est temps de penser à la suite. Que deviendra-t-il après avoir été maire de New York ? Que souhaite-t-il accomplir ? Est-ce que son bilan est réellement bon ? Autant de questions qui pourraient aussi propulser sa carrière que n'en faire qu'une simple anecdote de bas de page. Et il n'est pas le seul à se poser des questions. Une ancienne admiratrice voudrait bien se rendre visible et imposer une conduite à Hundred. Pire, ou mieux, le Pape souhaite le rencontrer.

Ce tome est composé de deux grandes intrigues et de trois numéros qui se suffisent à eux-mêmes. Le numéro 34, par exemple, est un bon moyen de nous présenter le point de vue de la commissaire présente depuis le début mais dont les idées sont assez peu développées. Concrètement, ce tome permet de lancer le début de la fin. Ainsi, les décisions locales sont moins dépeintes que dans les tomes précédents. Au contraire, ce sont les niveaux internationaux et nationaux qui prennent le devant de la scène. Pour cela, les auteurs décident de parler d'une rencontre avec le Pape et de la Convention nationale républicaine. Ces deux intrigues permettent au personnage de poser la question de son futur et de l'usage de ses pouvoirs. Sont-ils diaboliques ? Peut-il faire plus ? Mais surtout, est-ce que nous saurons enfin d'où ils viennent ?

*
**
***
**** Les auteurs commencent à préparer la fin de leur création et c'est plutôt réussi.
*****

Image : Éditeur

ex-machina-tome-4-39659-270x416.jpg

02/10/2013

Arrow saison 1

Bon ces temps les super-héros sont partout. Je n'ai rien contre car j'aime bien un bon film sur le sujet sans en attendre une illumination philosophique. D'autant que les valeurs portées par ces super-héros sont en contradiction avec les valeurs de justice et d'état de droit que je défends. Superman, Batman, Spiderman, les Avengers etc sont tous des personnes qui font la justice en leur nom sans rendre de comptes à personne. Ils sont donc dangereux pour une démocratie puisque personne ne les contrôlent. Mais c'est aussi un bon moyen de se divertir.

Il faut l'avouer DC comics n'a pas de chance avec ses adaptations. Non seulement ils sont en retard du Marvel mais en plus, mis à part quelques réussites, la plupart des films et séries sont mauvaises (sauf si on prend en compte les animés). Ainsi qui pourra dire avoir aimé le désastre que fut Green Lantern? C'est donc avec peur que l'on pourrait s'approcher de l'adaptation du héros Green Arrow dans cette nouvelle série. Et c'est avec circonspection que j'ai récolté les avis autours de moi avant de me lancer.

La saison 1 commence à Starling City 5 ans après que le personnage principal ait été porté disparu en mer. Ce miraculé est Oliver Queen le fils d'un couple d'industriels ultra riches. Mais son retour ne cache pas seulement un miracle mais aussi une volonté. Oliver Queen a reçu la mission, par son père, de guérir Starling City d'un groupe d'individus qui tentent de la contrôler pour l'argent. Pour ce faire il décide de créer un alter ego qui pourra agir dans l'impunité. C'est ainsi qu'il décide de porter un capuchon vert et de tirer des flèches sur les principaux ennemis de la ville et de ses citoyens. Mais la police n'apprécie pas cet individu qui tue sans poser de questions.

Pour un grand nombre de raisons cette série est limitée. Les personnages ne sont pas aussi psychologiquement poussés que possible. Les épisodes se basent tous sur un même schéma sans beaucoup d'informations sur un fil rouge. Il n'y a pas de message particulièrement réfléchi sur les activités d'Arrow. Et des répliques reviennent souvent. Pourtant je me suis senti accroché à cette série. Il faut dire que même peu développés je me suis attachés aux personnages et particulièrement à Felicity. De plus la série réussit à mettre en place une double intrigue. Alors que l'on observe la création du Green Arrow a Starling City ainsi que le développement d'un fil rouge le long de la saison on en apprend aussi plus sur la manière dont Oliver Queen a été entraîné durant ces 5 ans d'absence et ce qu'il a connu. Les deux intrigues sont très prenantes et je pouvais difficilement attendre pour connaître la suite (d'ailleurs je voudrais voir la saison 2 dès maintenant). C'est donc une série que je trouve, pour l'instant, très intéressante et dont je suivrais avec intérêt les développements futurs.

  • Le scénariste est voué au septième cercle des enfers.

  • Twilight.

  • Film de vacances.

  • Bon scénario. ça pourrait être bien pire mais je pense que la série pourrait facilement se développer dans une plus grande qualité pour les prochaines saisons (ou tomber dans les enfers de la médiocrité). Dans tous les cas je pense qu'il ne faudra surtout pas dépasser 4 ou 5 saisons si le fonctionnement actuel est conservé.

  • Joss Whedon.

Image: Allociné

Site officiel

20132836.jpg

12:15 Écrit par Hassan dans série | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : arrow, green arrow, dc comics | | | |  Facebook