23/04/2017

La différence invisible par Mademoiselle Caroline et Julie Dachez

Titre : La différence invisible
Auteures : Mademoiselle Caroline et Julie Dachez
Éditeur : Delcourt 31 août 2016
Pages : 196

Il y a quelques mois je suis tombé sur ce roman graphique chez Delcourt. Je me suis posé beaucoup de questions et, après pas mal de temps, j'ai souhaité lire cette BD. La différence invisible est l'histoire d'une jeune femme de 27 ans, Marguerite. Elle est en couple, elle a un appartement, elle a un chien et deux chats et un boulot pour lequel elle est très appréciée. Mais Marguerite se sent mal dans le cadre de relations sociales qu'elle doit accepter et gérer tous les jours. Personne ne semble comprendre pourquoi elle ne s’intègre pas à des activités que tout le monde semble apprécier et accepter. Et, elle-même, ne comprend pas l'intérêt de ces activités qui l'épuisent. Après quelques temps, elle comprend qu'elle pourrait être différente et avoir besoin de modifier son cadre de vie.

Je le dis tout de suite, je ne suis pas un concerné. Je ne suis pas diagnostiqué asperger et, donc, je ne peux pas parler pour les personnes qui le sont. Les autrices de cette BD sont, elles, en partie concernée puisque l'histoire qui y est racontée et l'histoire de l'une d'elles, basée sur deux blogs. J'ai apprécié cette histoire. Elle est bien récitée. Le développement de la compréhension de Marguerite est particulièrement intéressant. Tout comme, et c'est bien plus important, la manière dont elle gère les interactions sociales au jour le jour. Le graphisme est tout aussi intéressant. Il commence en noir et blanc avec des nuances de rose et de rouge. Celles-ci permettent de mettre en avant les moments et les objets de stress. Au fur et à mesure du livre, les couleurs sont plus nombreuses alors que la gestion de la journée et de ses émotions devient plus facile et maitrisée. C'est une BD intéressante, qui explique bien les choses et dont les ressources, à la fin du livre, permettent de se rendre plus loin si on le souhaite.

*
**
***
**** Une BD maitrisée, bien écrite et bien mise en scène. Une bonne lecture en cas d'intérêts en ce qui concerne le sujet.
*****

Image : Site officiel

20eb247d011f8314fb0dfc1995b428d2.jpg

03/10/2015

Peau neuve par Elise Griffon

Titre : Peau neuve
Auteure : Elise Griffon
Éditeur : Delcourt 23 septembre 2015
Pages : 128

J'entends parler de cette BD depuis une petite semaine. L'histoire se déroule durant les années 90. Laura est une jeune fille de 12 ans. Elle rentre de vacances pour se retrouver dans une nouvelle classe dans une nouvelle ville. Elle ne connait personne et voit rapidement que les relations entre élèves ne sont pas au beau fixe dans l'indifférence générale des adultes présents. Lors d'une des premières journées il est demandé à sa classe une rédaction de français sur les vacances d'été. Elle décrit donc les siennes. Ce qu'elle a fait et ce qu'elle ressent. Et aussi aventures qu'elle a connu cet été particulier. La professeure lui donne la meilleure note. Cependant, sa rédaction porte sur ses vacances dans un camping naturiste. Elle devient rapidement une curiosité puis une victime des brimades de certaines personnes.

Le naturisme est au centre de cette BD mais n'est pas la question principale de celle-ci. Je pense qu'il y a deux thèmes principaux. Le premier concerne la transformation de Laura. Au début du livre elle est encore une enfant alors qu'à la fin elle entre dans l'adolescence. Plus que son propre corps elle observe ses amie-e-s changer aussi. Elle voit des connaissances d'enfance grandir et s'intéresser à de nouveaux sujets. L'année qui passe lui permet d'entrer complètement dans l'adolescence et d'accepter ce changement d'identité malgré la douleur que cela a impliqué pour elle (en est témoin le dernier t-shirt qu'elle porte).

Le second thème concerne la honte. A la première page elle n'a aucune honte de son corps ni de sa nudité. Certaines aventures lui font prendre conscience de son corps mais rien qui ne soit sexuel. Durant l'année scolaire, par contre, il lui est bien fait comprendre par ses pairs que la nudité est un problème. Le fait qu'elle ait vécu des vacances naturistes fait d'elle non seulement quelqu'un de différent mais aussi quelqu'un "d'impur". Immédiatement la nudité est associée à la sexualité et, donc, une femme qui accepte d'être nue doit être ouverte pour s'exhiber devant n'importe qu'elle personne le demandant. Ces agressions se portent aussi bien sur son physique que sur sa moralité qui est reportée à celle d'un animal sans hygiène. Ce n'est donc pas une surprise si ces événements brisent l'innocence qu'elle possédait face à son propre corps. Heureusement les dernières cases sont très positives grâce une femme d'un certain âge.

*
**
***
****
***** Quelques transitions étranges mais globalement très bon et intéressant.

Image : Éditeur

 

peau-neuve.jpg

 

15:51 Écrit par Hassan dans BD/Comics | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : peau neuve, delcourt, elise griffon, naturisme | | | |  Facebook

16/04/2015

Walking Dead 1. Passé décomposé par Robert Kirkman, Tony Moore et Charlie Adlard

Titre: Walking Dead 1. Passé décomposé
Auteurs: Robert Kirkman, Tony Moore et Charlie Adlard
Éditeur: Delcourt 6 juin 2007
Pages: 142

Ce premier tome regroupe les numéros 1-6 de The Walking Dead, TPB vol. 1 : Days Gone Bye et Image Holiday special 2005. Je pense que je n'ai pas besoin de présenter la série dont tout le monde a entendu parler et que je refuse de voir (je n’aime pas les zombies). Cette série est une adaptation d'un comics qui est édité par Delcourt en France. Ce premier tome nous place sur les lieux du drame. Un policier, après avoir été abattu, se réveille d'un coma dans un hôpital vide. Enfin, pas tout à fait, dans les couloirs il y a des humains qui l'attaquent sans aucune raison. Il sort et ne trouve absolument personne sauf un père et son fils. Ces derniers lui expliquent que le pays a connu un évènement terrifiant. Les morts se réveillent et attaquent les vivants. Selon eux, les autorités avaient demandés de se regrouper en ville. Le policier décide donc de s'y rendre afin de retrouver sa femme et son fils.

Les zombies me font peur. Ce sont de sales bestioles horribles qui puent et infatigables. On est censé pouvoir facilement s'échapper mais il suffit de peu pour être piégé. Dans ces comics on retrouve plusieurs aspects du genre zombie. La fin du monde, un héros qui tente de survivre et de retrouver sa famille, de petites bandes de survivant et aucunes nouvelles de l'extérieur. On trouve aussi plusieurs erreurs que font les survivants dans le genre comme tirer avec des armes à feu au risque d'attirer tout ce qui est mort à 50km à la ronde. Le premier tome nous explique un peu ce qui s'est passé et nous présente les personnages auxquels on peut commencer à s'attacher. On voit une petite bande tenter de survivre (tout en réactivant le patriarcat). Personnellement je n'ai pas aimé. Mais je déteste les zombies.

*
** Je n’aime pas les zombies.
***
****
*****

Image : Éditeur

 

9782756009124v.jpg