06/10/2016

Batman. L'énigme de Red Hood par Judd Winick, Doug Mahnke, Shane Davis et Jeremy Haun

Titre : Batman. L'énigme de Red Hoodbatman-lenigme-de-red-hood-270x417.jpg
Auteurs : Judd Winick, Doug Mahnke, Shane Davis et Jeremy Haun
Éditeur : Urban 29 avril 2016
Pages : 512

Ce tome contient Batman 635-341 et 646-650, Batman Annual 25 et Red Hood: The lost days 1-6. Depuis la mort de Sue Dibny le monde DC est de pire en pire, de plus en plus sombre. Gotham a connu de nombreuses épreuves entre les vilain-e-s et l'épisode No Man's Land. Et Batman a des soucis avec une invention de son cru. Mais la ville frémit de nouvelles rumeurs. Il semble que quelqu'un prenne en cible les trafiquants et les malfrats de Gotham. Bien qu'il soit sans pitié il s'attaque à des personnes spécifiques. Et ses activités mettent à mal l'empire difficilement construit par Black Mask. Mais son existence est-elle un mythe ou une réalité ? Même Batman a du mal à le savoir et lorsqu'il trouve cette personne il ne peut que se poser la question : qui se cache derrière le masque rouge ?

Le tome est constitué de trois parties. Dans la première et la seconde nous avons la confrontation proprement dite. La troisième offre des informations sur des points obscurs de l'histoire. On aurait presque pu la mettre avant les deux autres mais cela aurait pu gâcher la surprise. Il faut se souvenir, tout de même, que l'identité du Red Hood n'allait pas de soi. Bien entendu un Jason était apparu dans Silence mais, à l'époque, c'était un usurpateur. Jason semblait bel et bien mort. Cette saga était l'occasion de le remettre sur le devant de la scène. On pourrait croire que l'intrigue est un moyen de confronter deux visions : la justice aveugle de Batman mais soumise à des règles et la vengeance aveugle et sans pitié de Jason. Il y a un peu de ça. L'histoire permet de se demander pourquoi Batman ne tue pas la bande de psychopathes qui vivent à Gotham ce au prix de la mort de personnes innocentes. Mais, le reste de l'histoire permet de comprendre que l'intrigue concerne la trahison et la déception. L'histoire de ce tome est celui d'un enfant se sentant abandonné par son père et c'est plutôt réussi.

*
**
***
**** Une histoire connue mais efficace
*****

Image : Éditeur

02/10/2016

Batman et Robin 5. La brûlure par Peter J. Tomasi, Patrick Gleason et Doug Mahnke

Titre : Batman et Robin 5. La brûlurebatman-robin-tome-5-40550-270x420.jpg
Auteurs : Peter J. Tomasi, Patrick Gleason et Doug Mahnke
Éditeur : Urban 26 août 2016
Pages : 168

Ce tome contient Batman and Two-Face 24-28 et Batman and Robin annual 2 publiés dans Batman and Robin vol. 5 The Big Burn. Robin est mort et son corps enlevé par Ras Al Ghul. Batman compte bien le lui faire payer. Mais une autre affaire le force à rester à Gotham. Une cheffe de famille vient de rentrer après avoir passé son temps en Irlande pour se cacher. Elle est responsable de ce qui est arrivé au procureur Harvey Dent, faisant de lui Two-Face. Son retour à Gotham intéresse donc énormément la police et Batman. Mais il se pourrait qu'il force aussi Two Face à revenir sur le devant de la scène afin d'exercer une vengeance nourrie pendant des années. De plus, la pègre de Gotham semble avoir des plans pour la ville. Mais quels sont-ils ?

La série change un peu et prend le nom de Batman et Two face pour ces 5 épisodes. Alors que les 4 autres tomes sont très précis dans leur idée de base, la relation entre un père et son fils, ce tome est tout autre chose. Je dois dire que j'ai apprécié les origines d'Harvey Dent. On nous montre un personnage qui aurait pu être attachant avec un peu plus de substance. D'ailleurs, son origine est tellement courte que le scénariste est obligé d'utiliser le woman in the refrigerator pour donner un but à Harvey. Je pensais que l'on avait dépassé ce stade. Pire encore, l'ennemie mortelle de Two Face a, elle-même, une woman in the refrigerator ! Le tome est donc facile et peu intéressant au final malgré une idée intéressante. L'idée que la mafia de la ville en a marre des costumé-e-s. Mais celle-ci est à peine développée. Vivement que la série retourne à la normale.

*
**
*** Un tome 5 faible et peu intéressant
****
*****

Image : Éditeur

11/07/2015

Green Lantern 4. Le premier lantern par Geoff Johns, Tony Bedard, Doug Mahnke et Szymon Kudranski

Titre : Green Lantern 4. Le premier lanterngreen-lantern-tome-4-270x433.jpg
Auteurs : Geoff Johns, Tony Bedard, Doug Mahnke et Szymon Kudranski
Éditeur : Urban comics 13 février 2015
Pages : 168

Ce tome 4 reprendre les numéros 17-20 de Green Lantern et 19 de Green Lantern : new guardians. Le run de Geoff Johns se conclut enfin avec ce quatrième tome de la saga new 52 qui voyait Hal Jordan exclut et Sinestro réintégré dans le corps. Simon Baz a enfin retrouvé Hal Jordan ainsi que Sinestro. Le problème c'est qu'il est tombé dans l'anneau noir de Black Hand et, donc, qu'il est techniquement mort. Cependant, son arrivée permet d'ouvrir une porte afin de retourner dans l'univers. Celui-ci est en danger. Le premier lantern est en train de devenir de plus en plus puissant alors que les Gardiens, pour la première fois depuis longtemps, ressentent de la peur. Enfin, tout ce que ces gardiens ont fait a une conséquence. Il est dommage que celle-ci risque de détruire l'univers

Que penser de cette conclusion ? Bien que j'apprécie ce qu'a fait Geoff Johns autours de l'univers des Green Lantern je ne peux que m'estime un peu déçu. La conclusion est assez mauvaise bien qu'elle permette de donner une fin à de nombreuses intrigues et d'offrir quelques dialogues intéressant (par exemple entre Jordan et Sinestro) tout en relançant le tout pour un-e prochain-e scénariste. J'ai aussi beaucoup aimé ce qui a été fait autours de Sinestro. Sa plus grande peur a enfin lieu et ceci a des conséquences très importantes sur le personnage. Cependant, ce tome et celui qui précède avait placé la lutte bien trop haut pour que l'on ne se sente pas déçu par la manière de la conclure. Tout cela est beaucoup trop facile. C'est, pour moi, un bilan en demi-teinte

*
**
*** Peut mieux faire.
****
*****

Image : Éditeur

20/12/2014

Green Lantern 3. La troisième armée par Geoff Johns, Peter J. Tomasi, Doug Mahnke et Chriscross

Titre : Green Lantern 3. La troisième armée9782365775380-couv-M200x327.jpg
Auteurs : Geoff Johns, Peter J. Tomasi, Doug Mahnke et Chriscross
Éditeur : Urban Comics 22 août 2014
Pages : 176

Ce troisième tome contient les épisodes 0, 13-16 de Green Lantern, 16 de Green Lantern Corps et 1 de Green Lantern Corps Annual qui ont été publiés dans Green Lantern : Rise og the third army et Green Lantern Vol. 3 : The end. Les Gardiens ont perdu la raison. Dans l’épisode qui précède ils venaient tout juste de créer leur troisième armée et de la lancer contre Hal Jordan et Sinestro. Immédiatement, ils entreprennent de s’attaquer au reste de l’univers afin d’éradiquer toute pensée individuelle et créer un ordre parfait sous leur supervision. Cependant, ils n’avaient pas imaginé que Hal et Sinestro réussiraient à recruter un nouveau membre : Simon Baz. Bien qu’il ait des problèmes personnels à gérer il prouve rapidement ses capacités. Il est temps de combattre les Gardiens.

Le bilan est mitigé. Je passe d’abord à ce qui m’a ennuyé. Premièrement, ce qui arrive à Hal et Sinestro est assez peu montré. Les paysages sont mornes et on ne sait pas grand-chose. Le second point négatif concerne la Troisième Armée. En effet, on sait qu’elle est lancée. On nous apprend qu’elle a fait des victimes mais on ne nous montre rien. Tout se passe au second plan ce qui ne nous laisse pas le temps de comprendre la fin du tome malgré son aspect spectaculaire. Trop d’éléments sont laissés dans l’ombre. Par contre, j’ai beaucoup aimé le nouveau Lantern : Simon Baz. Je le trouve intéressant et attachant. J’espère que d’autres numéros permettront de lui offrir plus de profondeur ce que ce troisième tome ne permet pas.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare. Des idées intéressantes mais un problème de rythme.

  • À lire.

  • Tolkien.

Image : Éditeur

15/11/2013

Green Lantern 1: Sinestro par Geoff Johns et Doug Mahnke

Titre : Green Lantern 1: Sinestro9782365770446-couv-M200x327.jpg
Auteurs : Geoff Johns et Doug Mahnke
Éditeur : Urban comics 2012
Pages : 144

J'avoue, après Blackest Night je n'ai pas résisté à l'appel des green lanterns. J'ai donc continué dans la foulée des new 52 et de cette nouvelle aventure autours d'Hall Jordan. Ce dernier n'est pas vraiment dans une phase particulièrement sympathique de sa vie. Les gardiens lui ont pris son anneau et l'ont expulsé du corps. Il tente donc de survivre sur Terre malgré le chômage, les factures et les tentatives de se rapprocher, encore, de Carol. Mais il y a pire. Car sur Oa les gardiens décident de rendre son anneau à Sinestro. Ce dernier n'en a aucune envie mais on ne lui donne pas le choix. Encore mieux, il est chargé du secteur que Hall Jordan devait protéger. Mais Sinestro a d'autres plans. Il décide de s'allier à Jordan pour sauver sa planète de son propre corps. Et les gardiens, quel est leur plan?

Après Civil War et Blackest Night ce nouvel achat peut semble un peu court. En effet, il ne fait que 144 pages. Mais ça ne l'empêche pas de toucher sa cible. J'ai beaucoup apprécié cette aventure malgré le manque d'informations sur l'éjection d'Hall Jordan du corps des green lanterns. Quoi de mieux que d'obliger Jordan à suivre son ancien mentor devenu son ennemi? J'ai beaucoup rit face aux discours de Sinestro qui semble considérer Jordan comme un moins que rien. Pour un homme aussi arrogant ce doit être difficile à digérer. Les scènes durant lesquels Sinestro semble montrer sa cruauté et son indifférence sont facilement tournées pour montrer que ce qui lui importe n'est pas d'être un héros mais d'être efficient. Un très bon cru et je lirais la suite avec plaisir.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare.

  • À lire.

  • Tolkien. Court mais efficace. Un Sinestro que l'on se prend à apprécier face à un Jordan peu utile. Des intrigues qui commencent à se nouer. Que du bon pour l'instant.

Image: Éditeur