dracula

  • Hotel Transylvanie

    Transylvanie, fin du XIXe siècle, un homme enveloppé dans une sombre cape observe la construction d'un énorme château. Cet homme est Dracula et il souhaite construire un lieu qui puisse offrir la sécurité à sa fille. Mais ce sera aussi un lieu dans lequel les monstres du monde entier pourront venir se réfugier pour éviter l'humanité et ses colères. Tout se passe bien durant une centaine d'année. Mais quand sa fille souhaite partir explorer le vaste monde Dracula décide de mettre en place un faux village pour lui faire peur. Ce plan mettra en danger la sécurité du château puisqu'un humain sera attiré par ces événements. Alors comment s'en débarrasser? Et comment éviter que sa fille ne suive cet humain baroudeur qui parle toujours de ses voyages?

    J'ai bien aimé ce film. Il n'a rien d'extraordinaire et je ne m'en souviendrais plus dans trois jours. Mais je l'ai mieux aimé que les Misérables. Il y a une raison simple à cela: Hôtel Transylvanie ne tente pas de faire croire qu'il est plus que ce qu'il est réellement. C'est un simple film de divertissement familial destiné surtout aux enfants. Cet aspect se sent très fortement dans l'humour et dans la construction des caractères des monstres. L'humour, donc, est assez pipi caca. Rien de très subtil juste quelques situations et un peu de blagues sympathiques. Les monstres ne sont de loin pas des monstres. Ils ont peur des humains et, d'ailleurs, ils ne savent plus comment les effrayer! Mieux encore, aucun d'entre eux n'a envie de tuer des humains (Dracula n'aime pas le sang humain trop gras). Leur histoire montre surtout que ces monstres ont été incompris et qu'ils ne souhaitaient pas faire du mal. C'est aussi un film sur le passage à l'age adulte. Le moment ou les enfants doivent quitter la maison pour commencer à construire leur propre vie et une relation (avec un mec en l’occurrence on est pas dans Trueblood avec des vampires bisexuels). Ça casse pas trois pattes à un canard mais c'est bien sympa.

    Site officiel

    Image: Allociné

    20416443.jpg

  • Dracula par Bram Stoker

    Titre: Dracula41C4GPH8YCL._SL500_AA300_.jpg
    Auteur: Bram Stoker
    Traducteur: Jacques Finné et présentation de Claude Aziza
    Éditeur: Librairie des champs élysées 1979 pour la traduction, pocket 1992 pour la présentation et le dossier
    Pages: 572

    Comme j'étais bien parti dans les classiques pourquoi ne pas continuer sur ma lancée avec le fameux Dracula de Bram Stoker? Bien entendu, le mythe du vampire existe sous de nombreuses formes bien avant que Bram Stoker soit né mais on pourrait dire que son Dracula est l'une des origines du mythe moderne. L'histoire nous mène dans le pays du vampire par le journal de Jonathan Harker. Ce dernier est spécialiste en droit et a été appelé par le compte pour l'aider à déménager en Angleterre. Il apparaît rapidement a Harker que le compte n'est pas aussi innocent et normal qu'il le dit et qu'il est prisonnier du château jusqu'à ce que le Compte décide de sa mort. Mais que va faire Dracula en Angleterre? Pourquoi s'y rendre et, surtout, comment le combattre et l'empêcher de prendre le pouvoir?

    Je ne sais pas si cela est apparu dans le texte ci-dessus mais je trouve difficile de parler de l'histoire de ce livre. En effet, l'intrigue est exclusivement sous forme de journaux intimes voir, dans quelque cas, de coupures de presses fictives. Bien qu'une histoire cohérente se devine facilement au travers des ces récits entre coupés on a parfois l'impression d'avoir des blancs dans l'histoire. En effet, les différents protagonistes ne savent pas forcément ce que savent les autres personnages et même le lecteur. Néanmoins, la lecture reste facile même dans cette forme et avec un langage plutôt suranné. Même avec cette manière d'écrire j'ai réussi à facilement me plonger dans le texte et d'essayer de comprendre les liens entre les différents personnages. Néanmoins, j'ai souvent eu l'impression que les différents héros préféraient parler et raisonner que d'agir alors qu'il me semblait que la vitesse était importante. Ce n'est du, probablement, qu'à la différente époque durant laquelle Stoker a écrit et durant lequel je le lis?

    Image: Amazon.fr