16/12/2013

Les manuels à l'usage des gardiens de camps nazis

Titre : Les manuels à l'usage des gardiens de camps nazis
Éditeur : Berg International 2013
Pages : 64

Je n'ai rien lu sur la période nazie en Allemagne depuis un certain temps. Bien que cette période intéresse un grand nombre de personnes, dont moi, j'ai aussi un sentiment mitigé face à mon propre intérêt. J'hésite donc souvent à lire et présenter de tels livres. Je n'hésite pas parce que j'ai peur de la période mais parce que je crains de ne pas être capable de présenter de manière adéquate ce que je lis. Récemment, j'ai donc emprunté ce petit ouvrage. Celui-ci, entre une présentation et une postface, nous offre trois textes non-commentés. Ces textes sont des manuels édités pour les gardien-ne-s des camps nazis. Il y a un règlement disciplinaire, des instructions et des consignes de service.

Pour quelles raisons lire ces trois textes? Parce qu'ils permettent de comprendre un peu mieux l'idéologie qui se place derrière les gardiens. Bien qu'on ne puisse comprendre les camps de concentration seulement par ces textes ils permettent d'illustrer comment l’Allemagne nazie considérait ses prisonniers/ères et les gardien-ne-s. Car ce qu'on trouve ce sont des phrases courtes mais qui illustrent une idéologie. Le manuel d'instruction est particulièrement intéressant ici. Il est constitué de séances de questions-réponses. Celles-ci montrent que le/la gardien-ne est à la fois placé-e en position supérieure et éloigné-e des prisonniers/ères. Ce qui permet à la personne qui garde les camps de se considérer comme un exemple parfait face à des ennemis intérieurs déshumanisés.

Je suis un peu plus sceptique face aux textes d'introduction et de postface. Le choix, revendiqué, est de ne pas commenter les sources éditées. Ce choix se comprend mais j'aurais tout de même apprécié un commentaire, même court, de ce que je lisais. Par exemple, quelles furent les détournements des règlements? Comment furent-ils rédigés? Sont-ils appliqués rigoureusement? Des questions qui restent sans réponses dans ce livre. J'ai aussi eu quelques réactions de surprises face à certaines formules et considérations des personnes qui ont écrit l'introduction et la postface. Sans être choquantes je me demande si elles étaient nécessaires. Ce qui n'enlève rien à l'intérêt du travail de ces deux personnes ainsi que du traducteur.

Image: Éditeur

COUV_Les-Manuels_OK.jpg

18/11/2013

Green Lantern 2: La vengeance de Black Hand par Geoff Johns et Doug Mahnke

Titre : Green Lantern 2: La vengeance de Black Hand9782365772143-couv-M200x327.jpg
Auteurs : Geoff Johns et Doug Mahnke
Éditeur : Urban comics 2013
Pages : 192

Bon je n'ai pas résisté. Oui je suis faible. Mais comment pouvais-je ne pas vouloir connaître la suite le plus vite possible? Ce petit chou me faisait des coucous depuis son emplacement à la librairie. Bref, nous sommes juste après la fin du tome 1. Alors que Jordan se pensait tranquille dans son coin pour recréer sa vie Sinestro vient encore embêter tout le monde. Bon on lui pardonne, un peu, parce qu'il a une bonne raison. Il a découvert que les Gardiens souhaitent détruire les Green Lanterns et les remplacer par une nouvelle armée. Mais Hal et Sinestro ont à peine le temps de parler avant que la tribu indigo ne décide de capturer ce dernier pour le convertir. Comment pourront-ils survivre au cœur du plus inconnu des corps?

Personnellement je trouve ce second tome encore mieux que le premier. Car le tome 1 ne faisait que poser les premières pierres du problème. Dans celui-ci nous entrons dans le problème de plein fouet. On en sait beaucoup plus sur les buts et fonctionnement de la tribu indigo. Je dois bien avouer que cette dernière m'intriguait depuis Blackest Night. Mais, surtout, on en sait plus sur les plans des Gardiens. Et on voit bien que ces derniers ont définitivement perdu la raison. Le troisième tome va probablement être épique! Par contre je suis très déçu du traitement de Carol Ferris. Bien qu'on la menace, ce qui implique d'être sauvée par Jordan, elle avait la possibilité de lui venir en secours à son tour (ce qui l'aurait mise sur un pied d'égalité). Malheureusement il en a été décidé autrement. Mais une seconde opportunité existait qui a été gâchée par un tour de passe-passe qui ne valait pas Carol venant au secours des Green Lantern. Dommage.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare.

  • À lire.

  • Tolkien. J'ai beaucoup aimé. Quelques imperfections, comme le traitement de Carol, mais beaucoup de bon. J'ai hâte de connaître la suite!

Image: Éditeur

28/11/2010

Le royaume de Ga Hoole. La légende des Gardiens (Legend of the Gardians. The owls of Ga'Hoole)

J'avais vu les bandes annonces concernant ce film depuis longtemps. Bien que je n'étais pas sur d'apprécier ce film j'y suis quand même allé pour me faire une idée. Le film nous dépeint les aventures d'une famille de chouettes qui ont été enlevées par une autre tribu. Elles découvrent que leurs ravisseurs ont un plan pour conquérir et asservir tous les autres royaumes des chouettes. Mais l'un des frères garde l'espoir car il croit en une légende que son père lui racontait le matin avant de dormir: la légende des Gardiens. Ceux-ci sont une tribu de chouettes qui s'est soulevée contre un oppresseur et qui a juré d'aider et de sauver les faibles au moment ou ils en auront besoin. Notre jeune chouette part donc pour un long périple à la recherche d'une légende. Il sera suivit par plusieurs amis qui l'aideront souvent.

Il apparaît rapidement au spectateur que ce film est destiné, principalement, aux enfants. Ce qui n'implique pas forcément qu'un adulte ne puisse pas l'apprécier. En tout cas, les images sont très belles. Les chouettes sont si bien dessinées que j'ai eu l'impression qu'elles étaient presque vraie même quand elles parlaient ou combattaient. C'est, d'ailleurs, la première fois que je trouve la 3D intéressante pour un film. Il faut dire aussi que je n'avais probablement pas choisi le bon film pour tester cette technologie. Le film ne manque pas d'humour non plus et je retiendrais particulière le sempiternel "Cela avait été prédit!" de l'un des personnages. Mis à part ça nous n'y trouvons pas de thèmes novateurs. Le combat fraternel qui se transforme en rivalité puis en haine dès le début du film, la quête durant laquelle une famille se construit entre des individus qui ne connaissent pas, l'héroïsme des faibles etc. Sans oublier le caractère chevaleresque des chouettes de Ga Hoole dont le serment ressemble furieusement au serment des chevaliers que l'on a retenus dans la littérature (bien que ce serment ne soit pas réaliste, comme l'a dit l'un de mes professeurs les chevaliers sont surtout des brutes épaisses en armure). Bref, rien que du classique mais bien mis en scène sans, pour autant, être admirable ni mémorable.

Image: Allocine

19501192.jpg

11:43 Écrit par Hassan dans Fantasy, Film | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : ga hool, gardiens | | | |  Facebook