05/07/2018

Letter 44 5. Décalage vers le bleu par Soule, Alburquerque et Jackson

Titre : Letter 44 5. Décalage vers le bleu
Auteurs : Soule, Alburquerque et Jackson
Éditeur : Glénat 10 janvier 2018
Pages : 128

Ce tome contient Letter 44 7, 14, 21, 28 et 32. Au début du millénaire le président des Etats-Unis d'alors lancé une mission spatiale chargée de découvrir le but d'une construction engagée par une espèce alien. Parallèlement, il a multiplié les guerres afin de préparer assez de soldats pour une potentielle confrontation. Son successeur a décidé de rendre l'information publique et le monde est entré dans une troisième guerre mondiale qui ne s'est terminée qu'il y a peu. Le nouveau président apprend que les aliens sont prêts à sauver 666 personnes, le reste du monde va être détruit. Mais les agissements de l'équipage de la mission spatiale remettent en question cette offre. Ce volume nous permet de comprendre comment et pourquoi les membres du vaisseau ont accepté de partir pour un voyage qui ne peut que se terminer par leur mort.

SPOILERS

Ce volume est une série de one-shots qui s’insèrent dans la trame principale afin de nous permettre de mieux connaitre les personnages. L'éditeur, anglophone comme francophone, a décidé de les relier dans un même volume. Ce nouveau tome donne donc l'impression d'une simple pause dans l'intrigue. On n'apprend rien que l'on ne connait déjà et les problèmes politiques et humains sont laissés à part. Le seul ajout intéressant concerne la manière de recruter l'équipage. La présidence n'hésite pas à piéger les personnes qu'elle souhaite inclure si cela permet d'aller plus vite.

En revanche, les auteurs nous offrent enfin un peu plus de substances concernant les aliens, baptisés bâtisseurs. Revenant largement dans le passé, les auteurs parlent d'une espèce qui a entièrement conquis son système mais qui doit rigoureusement contrôler le nombre d'enfants qui naissent. Deux scientifiques proposent d'utiliser l'énergie d'une autre étoile afin de permettre de dépasser leur système. À la suite de cette expérience une catastrophe qui va détruire la galaxie a eu lieu et les aliens décident de tout faire pour la stopper, bien que cela prenne des millions d'année. Ce petit one shot ne donne que peu d'informations mais il permet d'offrir une histoire tragique aux bâtisseurs qui deviennent les seul-e-s représentant-e-s de leur espèce.

*
**
*** Un tome en soi peu intéressant.
****
*****

Image : Éditeur

9782344022962-L.jpg

22/06/2018

Lazarus 6. X+66 par Rucka, Lark et Arcas

Titre : Lazarus 6. X+66
Auteurs : Rucka, Lark et Arcas
Éditeur : Glénat 13 juin 2018
Pages : 176

Ce volume 6 contient Lazarus X+66 1-6. Il y a deux ans l'un des fils de Carlyle trahissant. Il y a deux ans ce même fils parti chez la famille Hock, et fut capturé et torturé avant de disparaitre lors d'une réunion diplomatique de toutes les familles. Lors de ce conclave débute la guerre du même nom. Depuis deux ans les familles qui se divisèrent le monde il y a 66 ans luttent les unes contre les autres. Les Carlyle ne sont pas seul-e-s et ce tome nous permet de mieux connaitre la vie de nombreuses autres personnes qui sont aussi impliqué dans cette guerre, que cela soit voulu ou subi.

SPOILERS

Cette minisérie est un bon moyen, pour son auteur, d'étendre l'univers créé. Bien que l'on n'en sache que peu sur les événements qui ont mené à cette dystopie, tout au plus sait-on qu'il y a eu une division du monde après la chute des nations, on en sait un peu plus sur le fonctionnement contemporain de cet univers. Ce tome construit sur ce que l'on sait afin de rendre l'intrigue plus riche. Les 6 histoires s'intéressent aussi bien aux Lazares qu'aux serfs ou encore à la possibilité d'une révolte.

Mieux encore, ces 6 histoires ne font pas qu'étendre l'univers du scénariste, elles préparent la suite. En effet, chacun des personnes que l'on nous présente ou qui gagne en profondeur a un rôle à jouer dans l'intrigue principale. Ces personnages se préparent à changer de métier ou découvrent des informations importantes sur la guerre, par exemple la survie du frère perdu des Carlyle. Il est difficile de savoir ce qui sera conservé pour la série principale mais je pense que plusieurs indices s'y retrouveront. Je suis particulièrement intéressé de voir comment Johannah, Jonah, Forever est une potentielle résistance pourraient se rencontrer.

*
**
***
**** Un tome constitué entièrement de standalones qui enrichissent beaucoup l'univers de cette série.
*****

Image : Éditeur

9782344028551-L.jpg

01/03/2016

Evil Empire 1. Nous, le peuple! par Max Bemis, Ransom Getty et Andrea Mutti

Titre : Evil Empire 1. Nous, le peuple !9782344012031-L.jpg
Auteurs : Max Bemis, Ransom Getty et Andrea Mutti
Éditeur : Glénat 3 février 2016
Pages : 128

Ce premier tome contient les numéros 1-4. Les USA sont en pleine compagne présidentielle. Deux candidats s'affrontent. L'un est le candidat blanc de la "gauche" jeune et fêtard. L'autre est plus vieux. Il défend les vieilles valeurs américaines ainsi que la famille. Cependant, tout change lorsque ce dernier perd son épouse lors d'un meurtre et annonce vouloir renoncer à la course à la présidence. Durant son discours il annonce être coupable du meurtre de sa femme et justifier son acte par le comportement de cette dernière en utilisant les paroles d'une chanteuse proche de l'autre candidat. Bien qu'il soit arrêté il devient un étendard pour une partie de la société qui souhaite agir en dehors du carcan de la civilisation. Ceci n'est que le début d'un mouvement qui mènera à la constitution de l'Empire. Un monde qui existe 25 ans plus tard. Dans lequel la police tue les personnes qui montrent une once de pitié et essaient d'aider leurs prochains.

Les uchronies que l'on voit au cinéma ou dans la littérature ont souvent la caractéristique de montrer une société après l'avènement d'une apocalypse (quelle que soit la nature de celle-ci). Le monde est présenté comme dirigé par des personnes inhumaines qui ne souhaitent que le pouvoir et écrasent le peuple. La résistance est souvent peu organisée ou détruite. Ce comics essaie de montrer comment un processus peut être lancé pour créer une société totalitaire dans laquelle la vie humaine et les lois n'ont aucunes valeurs. Pour cela, les auteurs essaient de décrire un homme qui décide de renverser le contrat social. Ce thème est très important et les auteurs semblent avoir fait un certain nombre de recherches. En effet, le contrat social permet aux citoyen-ne-s de ne pas avoir à se défendre ni à faire justice ou à se venger. Car la défense de la personne ainsi que la justice sont déléguées à des organes de la société censés être à la fois justes et efficaces. Dans ce comics, ces organes sont niés et les actes de vengeance et de survie sont considérés comme n'appartenant qu'aux seul-e-s citoyen-ne-s capables de liberté absolue et d'en accepter les conséquences. Ceci ne peut que détruire en totalité le tissu social qui relie les personnes. Bien que j'ai eu du mal à comprendre la psychologie de ce personnage un épisode permet de mieux la comprendre (sans que cela ne soit parfait) et donc de mieux accepter qu'un homme religieux accepte de défendre la fin de toute morale au nom de la liberté absolue. J'attends de voir comment la suite met en place la construction de cet empire. J'espère que ce sera particulièrement bien maitrisé.

*
**
***
**** Un sujet intéressant plutôt bien traité. J'attends la suite avec impatience.
*****

Image : Éditeur

07/11/2015

The infinite loop 2. La lutte par Pierrick Colinet et Elsa Charretier

Titre : The infinite loop 2. La lutte9782344011003-L.jpg
Auteur-e-s : Pierrick Colinet et Elsa Charretier
Éditeur : Glénat 4 novembre 2015
Pages : 112

Ce second tome contient les numéros 4-6. Teddy n'est pas contente. On lui a enlevé l'amour de sa vie. Il n'y a qu'un seul espoir : tout détruire afin de forcer les patrons de se manifester et de lui parler. Bien entendu, les autres Teddy ne sont pas d'accord. Mais le plan fonctionne et elle découvre que les anomalies sont bien plus nombreuses qu'elle ne le croyait. De plus, elles sont toutes cachées dans un lieu secret permettant leur étude. C'est le seul espoir de retrouver Ano. Mais est-il vraiment légitime de lutter pour sauver une seule personne alors que sa perte pourrait en faire un symbole ? Sans oublier que la réaction conservatrice tente de mobiliser ses troupes par la peur et la haine.

Je n'ai pas mis longtemps à terminer ce second tome. Je n'avais pas envie d'attendre plusieurs jours. L'histoire est toujours aussi bonne. On retrouve une Teddy en colère qui décide de quitter la sécurité de son placard pour faire exploser son identité dans tous les coins de la réalité. Face à elle nous avons des militantes qui tentent de lui expliquer la valeur du fonctionnement en groupe (un thème magnifiquement repris dans la dernière planche) et des conservateurs qui hurlent la non existence d'une alternative à leur vision du monde (avec une petite mention parfaitement avouée contre Thatcher). On retrouve Ulysse qui passe du stade du Nice Guy au véritable allié en restant à sa place : dans l'ombre. L'histoire, au début, est un peu difficile à comprendre mais c'est voulu et adapté à l'intrigue. Dans un second temps on en apprend plus sur la nécessité de la lutte pour les personnes qui ne peuvent vivre leur identité et leur amour au grand jours ou qui sont traités en citoyen-ne-s de seconde zone. Ce comics est un appel à la mobilisation contre toutes les formes de discrimination. Il le fait en revendiquant l'importance de l'espoir contre les personnes qui ont peur et qui ressentent de la haine (si vous ne comprenez pas le lien vous devriez vous mettre à Star Wars). C'est un message particulièrement important quand on se souvient que, le 28 février 2016, les suisse-sse-s voteront sur une initiative du PDC qui vise à interdire le mariage entre personnes de même sexe. Autrement dit, une initiative homophobe qui vise à ancrer une discrimination dans la constitution.

*
**
***
****
***** Le second tome propose une histoire tout aussi magnifique que dans le premier. Bien que je me soies demandé pourquoi il a été choisi de faire deux tomes il y a, en fait, un sens puisque Teddy change énormément entre les deux.

Image : Éditeur

The infinite loop 1. L'éveil par PierrickColinet et Elsa Charretier

Titre : The infinite loop 1. L'éveil9782344009529-L.jpg
Auteur-e-s : Pierrick Colinet et Elsa Charretier
Éditeur : Glénat 26 août 2015
Pages : 112

Ce premier tome contient les numéros 1-3. Dans le futur les voyages dans le temps sont possibles. Cependant les paradoxes sont extrêmement dangereux. Il existe un groupe terroriste qui crée ces paradoxes, nommés anomalies, afin de détruire le futur. Heureusement, un groupe policier est chargé de les effacer afin d'éviter une catastrophe. L'une des agentes de ce groupe policier est Teddy. Elle est l'une des meilleurs. Elle est secondée par Ulysse. Ce dernier pourrait être plus intéressé que Teddy ne le croit. En fait, je ne vous ai pas dit que ce futur a supprimé tout ce qui est trop extrême ? Les sentiments amoureux sont inclus. Ces derniers sont considérés comme la cause de toutes les erreurs du passé. Teddy croit intimement en cela. Mais lorsqu'une anomalie prend la forme d'une jeune femme dans une ruelle de New York en 1970 tout change.

Les personnes qui aiment la SF le savent : le futur n'est qu'un moyen de décrire ce qui nous inquiète aujourd'hui. Derrière ce comics qui parle de futur et de voyage dans le temps nous avons une histoire entre deux femmes. Car oui, le lobby lgébété a infiltré même ce bastion hétérosexuel que sont les comics (et depuis de nombreuses années) pour le plus grand bonheur de tout le monde et une créativité exacerbée. Les paradoxes ne sont qu'une conséquence. Ce qui importe c'est le choix de deux femmes qui se découvrent face à l'adversité. L'une est ouverte non seulement à ce qu'elle est mais aussi aux autres. Teddy, elle, est enfermée dans un placard au propre comme au figuré. Nous avons aussi le Nice Guy qui cache, derrière sa gentillesse, l'homophobie et la jalousie quand il se rend compte qu'il "seulement un ami". Et enfin, nous avons le patriarcat hétéro-sexiste sous la forme de deux hommes policiers absolument immondes les quelques fois qu'ils apparaissent. Une belle histoire aux couleurs et dessins magnifiques. On nous offre aussi un petit bonus sous la forme d'une brève histoire de l'homosexualité dans les comics américains. Il est écrit par la rédactrice du site https://thelesbiangeek.wordpress.com/ que je recommande à toutes les personnes intéressées. Sur ce je vous laisse... j'ai le second tome à lire.

*
**
***
****
***** Cette minisérie est un vrai coup de cœur!

Image : Éditeur

12/09/2015

Letter 44. 1 Vitesse de libération par Charles Soule, Alberto Jiménez Alburquerque et Dan Jackson

Titre : Letter 44. 1 Vitesse de libération9782344008614-L.jpg
Auteurs : Charles Soule, Alberto Jiménez Alburquerque et Dan Jackson
Éditeur : Glénat 9 juin 2015
Pages : 160

Ce premier tome contient les numéros 1-6 publiés dans Letter 44 volume 1. Stephen Blades est le nouveau président des États-Unis. Il succède à Francis T. Carroll. Ce dernier a multiplié les guerres, les mensonges et détruit l'économie du pays. Blades s'est lancé la mission de réformer le pays afin de réparer les erreurs de son prédécesseur. Cependant, la lettre de ce dernier lui offre une nouvelle vision du monde. Les guerres du pays ont été menées afin de suivre un plan pour préparer le pays face à un possible ennemi. En effet, la NASA a détecté la construction d'une structure alien dans la ceinture d'astéroïde. Une mission habitée à la fois scientifique et militaire a été envoyée. Mais le pays doit être prêt aussi bien en ce qui concerne les personnes que la technologie. Que va bien pouvoir faire Blades face à ces révélations ?

Ce comic est double. Il a à la fois un coté SF et un coté politique. Les deux intrigues fonctionnent en parallèle mais ne se rejoignent que peu. Dans le coté SF nous suivons les aventures des membres de l'équipage du Clark. Illes sont chargé-e-s d'atteindre et d'enquêter sur les aliens. Bien que l'on se pose beaucoup de questions les informations ne sont pas encore nombreuses sur cette intrigue et permettent tout juste d'en apprendre un peu plus sur les aliens. En ce qui concerne l'intrigue politique on observe le premier président afro-américain tenter de réparer les bêtises de son prédécesseur. Cependant, les choses ne sont pas si simples. Il se heurte à la fois à un appareil mis en place par Carroll qui lui est hostile et aux intrigues politiques de l'ancien président. Il apprend aussi l'existence de nouvelles armes et doit décider s'il compte les utiliser au risque de prévenir la Terre entière et l'univers des nouvelles capacités américaines ou s'il vaut mieux garder le secret. Il est aussi chargé de remettre sur pied un pays exsangue économiquement parlant. Les intrigues ne font que commencer et Blades aura fort à faire

*
**
***
****
***** Un très bon premier tome qui donne envie de lire la suite. Je me pose beaucoup de questions et j'espère avoir des réponses. J'aime particulièrement le lien entre intrigue politique et SF.

Image : Éditeur

17/04/2015

Lazarus 1. Pour la famille par Greg Rucka, Michael Lark et Santi Arcas

Titre: Lazarus 1. Pour la famille9782344008621-L.jpg
Auteurs: Greg Rucka, Michael Lark et Santi Arcas
Éditeur: Glénat comics 15 avril 2015
Pages: 112

Ce premier tome contient les numéros 1-4 ainsi que le prélude. Nous sommes dans le futur. Les frontières politiques telles que nous les connaissons n'existent plus. A la place se sont élevées des familles basées sur la puissance économique. Il n'y a plus de citoyens il y a des serfs et des déchets. Pour se défendre ces familles se reproduisent et font de l'un des leurs ce que l'on nomme un Lazarus. Ce terme décrit un être contrôlé chargé de défendre la famille et de combattre pour la famille. Ils sont améliorés au maximum afin d'être les combattants parfaits. Ils ne peuvent pas trahir. Cette histoire porte sur le Lazare de la famille Carlyle : Forever.

Les 4 épisodes qui sont édités ici ne font que commencer l'intrigue. On apprend ce qu'est un Lazarus, comment fonctionne le monde et les problèmes qui existent dans la famille Carlyle. Bien que peu d’éléments nous soient donnés on sait déjà qu'il y a trahison dans la famille et que Forever n'est pas ce qu'elle semble être. J'imagine qu'on en apprendra plus par la suite. Rucka réussit aussi, avec ses capacités habituelles, à mettre en place un monde dont on connait peu de choses et qui est déjà conséquent et logique. Les relations à l'intérieur et entre les familles sont très protocolaires alors que les autres êtres humains sont des ressources dont on peut disposer sans état d'âme. Ce qui décrit un monde fortement stratifié socialement dans lequel la vie ne vaut que ce qu'elle peut rapporter économiquement. J'aimerais bien en savoir plus et J'attends la suite avec un grand intérêt.

*
**
***
**** Un univers que Rucka semble maitriser sans trop nous en donner. Une histoire qui commence tout juste à se dévoiler. On veut la suite.
*****

Image : Éditeur