gotham

  • Batman l'an zéro 2ème partie par Scott Snyder et Greg Capullo

    Titre : Batman l'an zéro 2ème partie9782365776165-couv-M200x327.jpg
    Auteurs : Scott Snyder et Greg Capullo
    Éditeur : Urban Comics 13 février 2015
    Pages : 240

    Ce cinquième tome est l'occasion d'éditer la seconde partie de l'arc an zéro qui revient aux origines du Batman. Les numéros concernés sont les 25-27 et 29-33 édités dans l'édition originale Batman vol. 5 : zero year - dark city. Lors du précédent tome Bruce Wayne a combattu le gang du red hood. Durant ces jours le jeune milliardaire a conçu le Batman afin d'avoir un symbole sur lequel se reposer. La suite reprend directement après le numéro précédent. Le Batman n'a pas eu le temps de se reposer puisqu'un nouvel ennemi plonge Gotham dans le noir suite à une énigme. Alors que Batman tente de vaincre Edward Nygma il doit, dans le même temps, enquêter sur des meurtres et lutter contre la police. En effet, le commissaire ne porte pas les justiciers dans son cœur. Alors que ses héros s'entredéchirent la cité de Gotham est prise en otage et souffre de la dictature d'Edward Nygma.

    Les auteurs avaient expliqués qu'ils souhaitaient une nouvelle interprétation des origines de Batman sans, pour autant, penser remplacer Zero Year de Frank Miller. Le premier tome présentait la création du Batman, physique du moins, face au gang du Red Hood permettant par-là la création du plus ancien ennemi de Gotham. Ce second tome est la mise en place du Batman en tant qu'esprit de Gotham. Lorsque Bruce Wayne le conçoit ce n'est qu'un instrument de vengeance. En tant que tel il échoue. Mais ses combats contre Edward Nygma permettent de créer un Batman comme instrument d'espoir et, surtout, de ténacité : un humain qui se relève encore et toujours face à l'adversité. Autour de lui se mettent progressivement en place les éléments de la mythologie comme Gordon et le Signal. Cet arc s'inscrit aussi dans une vision de la terreur. Le premier tome montrait une violence absurde. Le second place Gotham dans les griffes d'un être qui contrôle tout, qui voit tout, qui surveille tout et qui peut éliminer tout le monde. C'est une terreur pratiquement désincarnée, mais construite rationnellement, qui se place dans les machines utilisées par Nygma. Ces deux aspects permettent de réussit un bon retour sur la création du Batman. Je note aussi le dernier numéro qui montre ce que la vie de Bruce aurait pu être s'il avait pris un autre choix. Lui aussi est très réussi.

    *
    **
    ***
    **** Deux tomes réussis qui permettent de montrer la création du Batman face à deux formes de terreurs différentes ainsi que la mise en place de la mythologie.
    *****

    Image : Éditeur

  • Batman eternal 1 par Scott Snyder, James Tynion IV, John Layman, Ray Fawkes et Tim Seeley

    Titre : Batman Eternal 19782365776202-couv-M200x327.jpg
    Auteurs : Scott Snyder, James Tynion IV, John Layman, Ray Fawkes et Tim Seeley
    Éditeur : Urban Comics 6 mars 2015
    Pages : 296

    Ce premier tome contient les numéros Batman Eternal 1-13. Dans un futur proche la ville de Gotham est en feu, dévastée, Batman est attaché au signal sur un toit tandis qu'une voix lui explique ce qui s'est déroulé. Ceci est la fin. Le début commence une page plus tard avec l'arrivée d'un nouveau policier à Gotham : Bard. Ce dernier rejoint le commissaire Jim Gordon alors que ce dernier combat Pyg avec Batman. Malheureusement, durant le combat, Gordon tire sur un suspect désarmé et fait exploser un métro. Des centaines de morts sont à déplorer et le commissaire est immédiatement arrêté et mis en prison. Bien que Batman ne croît pas en sa culpabilité il ne peut pas vraiment l'aider. En effet, dans le même temps Falcone revient à Gotham et tente de reprendre le contrôle de son ancien empire. La police, elle, déclare la guerre au Batman. Les coïncidences sont trop nombreuses et les indices semblent pointer vers un plan de grande envergure. Mais qui se trouve derrière tout cela ?

    J'ai lu une critique qui compare ce comic à un blockbuster. Je trouve l'analogie plutôt adaptée. En effet, l'histoire commence dès le début par du spectaculaire. On nous laisse peu de temps pour souffler durant les presque 300 pages et les 13 numéros. C'est aussi une intrigue qui semble réintégrer une grande partie des personnages du batverse dans les new52. Entre Falcone, le maitre des indices, Pyg et d'autres on est parfois submergé par le nombre. C'est aussi une histoire qui s'inscrit profondément dans la mythologie actuelle et passée du Batman. Passée par les personnages mais actuelle par les événements mentionnés. Ce premier tome se consacre à deux choses. Tout d'abord on observe la mise en place d'une guerre des gangs par Falcone et les réactions de la police et de Batman. Ensuite on en apprend un peu sur le plan plus vaste qui semble se mettre en place à Gotham. Mais les intrigues avancent peu. On nous donne beaucoup de personnages sur des sous-intrigues particulières mais avec peu de temps pour comprendre ce que cela va donner. Batwing, par exemple, n'apparait presque pas en dehors des scènes durant lesquelles Batman lui confie une mission à Arkham. Il faut noter aussi le grand nombre de scénaristes et d'illustrateurs qui impliquent une différence parfois importante dans le style. Tous ces facteurs rendent difficile d'apprécier complétement ce premier tome. En bref mon avis est mitigé.

    *
    **
    ***Beaucoup d'action, de personnages, d'intrigues et de pistes. Probablement un peu trop puisque j'ai du mal à identifier une histoire sur laquelle me concentrer.
    ****
    *****

    Image : Éditeur

  • No man's land 2 par Devin Grayson, Dennis O'Neil, Kelley Puckett et Greg Rucka

    Titre : No man's land 29782365773928-couv-M200x327.jpg
    Auteurs : Devin Grayson, Dennis O'Neil, Kelley Puckett et Greg Rucka
    Éditeur : Urban Comics 4 juillet 2014
    Pages : 352

    Ce second tome reprend: Legends of the dark knight 118-119, Batman chronicles 16, Shadow of the bat 86-87, Azrael 53-55, Batman 566-567, Detective comics 733-734, JLA 32 et Young Justice no man's land 1. Le premier tome nous faisait découvrir le No man's land qu'est devenu Gotham ainsi que le retour de Batman dans sa ville. Ce second tome reprend là ou on s'était arrêté alors que l'ancienne police et Batman ainsi que ses alliés tentent de redonner un semblant d'ordre à l'ancienne ville. Mais Batman n'est pas seul. Non seulement il a des alliés proche mais il fait aussi partie d'une équipe : la JLA. Bien que celle-ci ait appris à ne pas agir ouvertement non seulement contre le gouvernement des USA mais aussi en faveurs de Gotham elle se charge de protéger l'ancienne ville contre d'autres menaces. Pendant ce temps Batman défend son territoire.

    J'avais dit que le premier tome me semblait très brouillon malgré des idées intéressantes. Ce second tome a exactement le même problème. L'édition est remplie de nombreuses histoires qui n'ont pas toutes un lien logique entre-elles. Ce ne sont que les dernières qui donnent l'impression d'offrir un semblant de continuité. Les autres s'intéressent à des moments et à des personnages précis. Ce qui ne veut pas dire qu'elles sont mauvaises. Il y a de nombreuses histoires que j'ai beaucoup aimées. J'ai eu, en particulier, un coup de cœur pour celle qui inaugure ce tome. Cependant, je sors de ce tome avec la même impression que pour le précèdent : quelque chose de très brouillon.

    • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.
    • Papier toilette.
    • Roman de gare. Bien que de nombreux chapitres de ce second tome soient de bonne qualité l'impression d'ensemble est très brouillonne.
    • À lire.
    • Tolkien.

    Image : Éditeur

  • Batman: The Dark Knight returns (parties 1 et 2)

    Cet animé est basé sur un comic de Frank Miller baptisé The Dark Knight returns. Nous sommes dans le futur - du moins un futur tel qu'il pouvait être imaginé en 1986 - depuis 10 ans les super-héros ont accepté de se mettre à la retraite suite à des mouvements de protestations. Batman est devenu une simple légende dont la réalité est mise en doute. Même le commissaire Gordon est sur le point de partir à la retraite. Cependant les rues de Gotham sont de moins en moins sécurisées. Un nouveau gang qui se dit mutant attaque les citoyens de la ville sans aucune craintes et menace même Gordon et la mairie. Alors qu'un ancien ennemi refait surface Batman se décide à sortir de sa retraite pour nettoyer Gotham. Mais son retour ne passe par inaperçus ni pour le Joker ni pour Superman.

    Frank Miller est au centre d’œuvres qui ont été récemment adaptées au cinéma. Je parle de 300 et de sin city. Cette œuvre est basée sur un comic qui a reçu de nombreuses critiques positives. On serait face à l'une des meilleures histoires de Batman. Mais, n'ayant pas lu le comic, je ne le critiquerais pas. Je peux simplement dire que l'animé est probablement beaucoup plus simpliste. On se trouve face à un Batman âgé extrêmement violent. Il n'hésite pas à faire du mal. Mais ce héros a toujours eu un côté très sombre. Ce qui m'a choqué, par contre, c'est son dernier acte face au Joker. Je n'ai, personnellement, pas trouvé le Batman que je connais. Ce n'était plus un héros sombre et violent mais qui mesure ses coups mais un fou qui n'hésite plus à tuer et à affronter l'armée et la police. De ce point de vue je trouve le Joker beaucoup mieux caractérisé. On se trouve bel et bien face à un fou dangereux. Mis à part cela j'ai l'impression qu'il n'y a pas vraiment d'histoire dans cet animé. On se contente de placer Batman face à différents criminels et à mettre en scène les combats. Enfin, on sent dans cet animé une opinion politique très tranchée. Tous les personnages qui font mines de critiques Batman sont dépeints soit comme ridicules soit comme mesquins alors que leurs arguments sont légitimes. L'impression qui en sort est que Miller considère que les personnes qui défendent un point de vue opposé au sien n'ont aucune légitimité et leurs propos doit être ridiculisé par tous les moyens. Par exemple, le psychiatre le plus opposé à Batman est une sort de gourou hippie au discours pseudo-mystique. Cet aspect a eu, je l'avoue, un effet négatif sur mon plaisir.

    • Le scénariste est voué au septième cercle des enfers.

    • Twilight.

    • Film de vacances. Un animé intéressant avec une dernière partie que j'attendais beaucoup. Mais un discours politique que je trouve difficile à avaler.

    • Bon scénario.

    • Joss Whedon.

    Image: Allociné

    20525164.jpg

  • Batman: Year one

    Oui bon ce n'est peut-être pas chronologiquement logique mais après Red Hood j'ai regardé Year one. Nous sommes à Gotham City et deux personnes sont sur le point de faire leur entrée. La première est Gordon. Il a été muté avec sa femme enceinte dans la pire ville du pays. Bien qu'il en ait peur il compte bien garder son sang froid et nettoyer la ville. Mais que se passe-t-il quand même la police est devenue criminelle? La seconde personne est Bruce Wayne. Après 12 ans à l'étranger il revient chez lui. Mais derrière le masque du milliardaire se cache le futur Batman. Il ne tardera pas à faire parler de lui et à intéresser à la fois la police et les milieux criminels. En un an Gotham va changer.

    Cet animé est tout aussi sombre que la précèdent. Cela se voit tout autant par l'histoire que par le dessin qui se déroule la nuit parfois sous la pluie. Les nuances de gris sont nombreuses. Il est intéressant de suivre les deux partenaires de Gotham pour observer ce qu'ils peuvent faire avant même de se connaître. Ainsi, Gordon se perd dans un département corrompu au maximum et qui n'hésite pas à tuer. Batman, lui, tente de se construire tout en survivant aux différents gangs et policiers. Ce qui m'a intéressé sont aussi les références. Ainsi, on découvre Harvey Dent en tant que procureur inconnu. On a aussi la naissance de Catwoman. Mais il est dommage qu'on n'en sache pas plus. Ce film promettrait presque une suite.

    • Le scénariste est voué au septième cercle des enfers.

    • Twilight.

    • Film de vacances. Moins de questionnements que dans Red Hood mais une peinture des débuts de Batman que j'ai beaucoup aimé.

    • Bon scénario.

    • Joss Whedon.

    Site officiel

  • Batman Terre-un tome 1 par Geoff Johns et Gary Frank

    Titre : Batman Terre-Un tome 19782365772488-couv-M200x327.jpg
    Auteurs : Geoff Johns et Gary Frank
    Éditeur : Urban Comics 2013
    Pages : 142

    Bon j'ai lu et terminé mon premier comic book. Pour cette première fois j'avais décidé de m'intéresser à Batman et, particulièrement, le reboot de ses origines dans ce tome 1. Faut-il vraiment présenter l'homme chauve-souris? Je n'en suis pas certains mais je vais me plier à l'exercice. Nous sommes à Ghotam. La ville est l'une des moins sûres et des plus corrompues au monde. Bruce Wayne, riche héritier, est orphelin depuis le meurtre de ses parents à la sortir d'un cinéma. C'est Alfred qui l'a élevé. Mais Bruce souhaite se venger et découvrir qui est le tueur. Pour cela il décide de devenir le Batman.

    Batman est un individu sombre et violent mais aussi extrêmement intelligent. Dans ce premier tome nous découvrons les débuts de ce héros alors qu'il est encore un simple homme qui se cache sous une cape et non un symbole. C'est donc un Bruce Wayne faillible qui ne maîtrise pas encore les gadgets qui nous est dévoilé. Un homme qui, pour l'instant, ne souhaite que retrouve le responsable de la mort de ses parents et non protéger sa cité. Ghotam est plus sombre que jamais. La police n'agit pas et ferme les yeux face aux exactions des criminels qui pourrissent la vie de tous les citoyens. Gordon n'est pas encore l'homme que l'on connaîtra et son partenaire est un jeune blanc-bec qui ne souhaite que la célébrité. Mais le véritable point fort de cette histoire n'est pas l'enquête qui aboutit à un résultat contrasté et peu intéressant. Ce que j'ai apprécié c'est la relation entre Alfred et Bruce. Les deux ne se comprennent pas vraiment mais se protègent l'un et l'autre. J'ai aussi trouvé les dessins très réussis et agréables. Pour une première fois c'était sympa.

    • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

    • Papier toilette.

    • Roman de gare.

    • À lire. Je n'y connais presque rien en comics book. Je me lance donc et je pense être bien tombé sur ce premier tome de la genèse de Batman. J'attendrais la suite avec intérêt tout en espérant un peu plus de challenge du coté des adversaires. De plus, de nombreuses pistes sont dessinées qui pourrait devenir intéressantes.

    • Tolkien.

    Image: Éditeur