18/12/2017

Batman 9. La relève - 2e partie par Scott Snyder, James Tynion IV, Greg Capullo, Yanick Paquette et Riley Rossmo

Titre : Batman 9. La relève - 2e partie
Auteurs : Scott Snyder, James Tynion IV, Greg Capullo, Yanick Paquette et Riley Rossmo
Éditeur : Urban Comics 10 novembre 2016
Pages : 208

Ce tome contient Batman 46-52. Batman est mort, Bruce Wayne est amnésique. Il a perdu son entreprise ainsi que le manoir familial. Mais jamais il n'a été plus heureux. Il essaie d'aider les enfants de Gotham avec l'aide de sa fiancée tandis qu'Alfred se réjouit de voir l'homme qu'il a élevé prendre enfin soin de lui. Mais Gotham ne peut pas existe sans Batman. La famille Powers, qui a racheté les entreprises Wayne, lance donc un programme afin de créer un nouveau Batman. Celui-ci doit fonctionner au sein des forces de polices et non comme un possible adversaire. Et qui mieux que Jim Gordon pour être le Batman ? Mais la ville possède de nombreuses surprises. L'une de celles-ci est le dénommé Bloom. Ce dernier donne des pouvoirs à tous les habitant-e-s de Gotham, ce qui débouche sur une catastrophe. Bruce Wayne doit redevenir Batman même s'il doit tout sacrifier pour cela.

SPOILERS

J'ai l'impression que le run de Snyder s'est basé sur des thèmes principaux : Gotham et Batman. Durant son run la ville de Gotham est décrite de différentes manières par plusieurs groupes. Au lieu de la ville de Batman on apprend qu'un groupe s'y cache, et contrôle la politique et l'économie dans l'ombre. Pire encore, l'an zéro permet de briser la ville pour mieux la reconstruire. Gotham, dans le run de Snyder, est un personnage à part entière qui se modifie selon les besoins de l'intrigue. Elle n'est que trompeusement familière. Dès que Batman semble comprendre la ville elle mute en autre chose.

Mais si l'on se demande ce qu'est Gotham on doit se poser la question de l'identité de Batman. En donnant le rôle à Jim Gordon je pense que Snyder voulait mieux décrire ce qu'il pense. Il crée un personnage qui fonctionne avec la police. Qui utilise un robot géant avec de nombreuses options accessoires. Dont le logo est décliné en nombreuses marchandises. Mais Gordon n'est pas Batman. Selon Snyder, l'identité profonde de Batman fonctionne sur deux points. Premièrement, il est nécessaire de vivre une crise intense au point de briser la personne. Ensuite, le symbole doit être un moyen de rendre espoir aux habitant-e-s de la ville. Ce qui permet au scénariste d'écrire que jamais un super-héros ne pourrait réellement résoudre les problèmes d'une ville. Il peut s'attaquer au crime et aux super-vilains mais les problèmes systémiques sont au-delà de ses capacités. Batman est présent pour s'attaquer aux cauchemars, la réalité doit être résolue par des personnes vivantes

Il faut aussi noter que le scénariste termine son run sur deux numéros que j'ai beaucoup apprécié. Le premier a lieu lors d'une coupure de courant. Alors que la police et Batman cherchent la personne responsable et se préparent à une attaque il apparait rapidement que la ville continue à vivre normalement et que, parfois, personne ne tente de la détruire. La seconde explique pourquoi Bruce Wayne est devenu Batman. Il crée une liste des pas à prendre pour passer au-delà du deuil de la mort de ses parents et se termine sur une étape inscrite par Alfred. Ces deux numéros sont à la fois en dehors de l'intrigue précèdent et un bon moyen de terminer un run sur une dose d''optimisme.

*
**
***
**** Ce tome est loin d'être parfait mais j'ai beaucoup apprécié les deux derniers numéros.
*****

Image : DC

Éditeur

GalleryComics_1920x1080_20160323_bm_50_56d9d3898bd774.52001353.jpg

17/09/2016

Batman 8. La relève 1ère partie par Scott Snyder, Brian Azzarello, James TYnion IV, Greg Capullo, Jock et Roge Antonio

Titre : Batman 8. La relève 1ère partiebatman-tome-8-39639-270x416.jpg
Auteurs : Scott Snyder, Brian Azzarello, James Tynion IV, Greg Capullo, Jock et Roge Antonio
Éditeur : Urban 27 mai 2016
Pages : 184

Ce tome contient Batman 41-45, Batman annual 4 et Divergence FCBD special edition 1. Lors du dernier tome la ville a été attaquée par le Joker. Depuis, plusieurs mois ont passé. Ni le Joker ni le Batman n'ont réapparu. Il semblerait bien que les deux ennemis se soient entretués lors d'un dernier combat. Mais la ville est toujours en danger. Elle commence à peine à se remettre l'attaque. Plus que jamais Gotham a besoin d'un héros. C'est ici que la famille Powers, et son entreprise, décident de s'allier à la police et à la mairie afin d'offrir un nouveau Batman. Celui-ci fonctionnerait avec les institutions et non en marge. Mais qui pourrait porter le masque ?

J'aime beaucoup le travail de Snyder sur Batman. Je ne sais pas ce que devient le titre après lui mais l'heure de son départ approche et ce n'est pas forcément une mauvaise chose. Mais avant de partir Snyder décide de faire un dernier gros coup : il change l'identité du Batman ! Bruce Wayne n'est plus. C'est James Gordon qui prend la cape et le masque et le robot lapin géant. Derrière ce changement Snyder essaie surtout de nous expliquer ce qu'est le Batman selon lui. Et si on lit bien on se rend compte que le statu quo pourrait changer très rapidement. Il crée aussi un nouveau vilain qui semble intéressant. Malheureusement, l'histoire n'est pas aussi bonne que précédemment d'autant que le costume est assez ridicule. Mais ça reste une idée qu'il fallait oser écrire !

*
**
*** Une baisse de rythme mais une idée intéressante.
****
*****

Image : Éditeur

09/01/2016

Batman 7. Mascarade par Scott Snyder, James Tynion IV et Greg Capullo

Titre : Batman 7. Mascaradebatman-tome-7-270x417.jpg
Auteurs : Scott Snyder, James Tynion IV et Greg Capullo
Éditeur : Urban comics 13 novembre 2015
Pages : 256

Ce tome contient les numéros Batman 35-40 et Annual 3. Les choses ne sont pas parfaites pour Bruce Wayne et Batman après Batman Eternal. Cependant, notre héros se remet petit à petit de sa dernière année. Malheureusement, il est immédiatement attaqué par la Ligue de Justice entière. Ses amis ne veulent qu'une chose : le tuer ! Batman se rend rapidement compte que la Ligue a été attaquée et manipulée par son vieil ennemi : le Joker. Oui, le Joker est de retour après sa chute dans les grottes. Et cette fois il ne veut pas rendre Batman meilleur. Cette fois il décide qu'il veut détruire Batman et Gotham avec. Bruce Wayne a connu de nombreux jours difficiles mais survivra-t-il à cette nouvelle attaque ?

Après la déception que fut le dernier tome celui-ci est un énorme bond en avant. Cette fois le Joker est moins glauque. Il a de nouveau un visage. Mais cette fois il montre à quel point il sait tout de Batman tandis que ce dernier ne sait rien du Joker. Le scénariste tente ici d'ajouter un peu plus au mythe. Et si le Joker ne revenait pas seulement parce qu'il est résistant mais parce qu'il est immortel ? Et s'il était présent depuis les débuts de la ville ? Les chapitres principaux sont suivis par deux autres intrigues. La première place une chercheuse d'Arkham face aux multiples origines du Joker. Elle est forcée de suivre des patient-e-s qui lui racontent une histoire. La question concerne la véracité de ces histoires. L'une d'elle est vraie mais laquelle ? Les auteurs sont aussi très talentueux sur ces épisodes qui à la fois offrent des réponses tout en niant leur utilité et leur véracité. Enfin, on termine sur une histoire concernant un journaliste. En voulant comprendre le Joker il en parle comme d'un homme seul et sans amis. L'histoire est glaçante. Le Joker fait tout pour détruire la vie du journaliste en retournant son papier contre lui. Petit à petit le personnage perd la raison et ne peut que se cacher dans un coin. Bref, un très bon tome que j'ai beaucoup aimé lire.

*
**
***
****
***** J'ai du mal à trouver des points faibles à ce tome.

Image : Éditeur

06/01/2016

Batman 3. Le deuil de la famille par Scott Snyder, Greg Capullo et Jock

Titre : Batman 3. Le deuil de la famillebatman-tome-3-270x428.jpg
Auteurs : Scott Snyder, Greg Capullo et Jock
Éditeur : Urban comics 14 février 2014
Pages : 176

Ce tome contient les numéros 13-17 publiés dans Batman Vol. 3 : Death of the family. Batman a tout juste réussit à vaincre la cour des hiboux. Ce groupe était constitué des plus hauts dignitaires de Gotham ainsi que d'un grand nombre d'assassin. Mais Batman a tout de même été touché plus que prévu. Non seulement il a été psychologiquement torturé mais il ne pensait pas que la ville même se retournerait contre lui. Malheureusement, ce n'est que le début. En effet, un vieil ennemi est de retour après un an d'absence. Le Joker est revenu à Gotham et organise plusieurs meurtres en vue d'un final explosif. Et cette fois Batman n'est pas visé directement. Ce sont ses alliés qui sont en danger.

J'ai mis longtemps avant de décider de prendre ce tome. Je me suis finalement lancé car le tome 7 parle du Joker et parce que j'apprécie beaucoup le travail de Snyder. Cependant, je n'aime pas le personnage du Joker. Il est plus que dangereux en tant que personnage. L'écrire demande un grand talent si on souhaite éviter de tomber dans le grotesque ou l'effusion de sang inutile. De plus, le Joker écrit par Snyder, ici, porte son propre visage sous la forme d'un masque et torture ses plus proches (pauvre Harley). En gros, tout ceci est très glauque ! Cependant, j'ai tout de même apprécié l'intrigue. En effet, Snyder décider de décrire Batman et le Joker comme un couple. Le Joker est jaloux des alliés de Batman et tente de retrouver son ancien partenaire de jeu en recréant ses anciens crimes tout en cassant la relation qui existe dans la bat-family. Ce plan est particulièrement bien écrit. Je salue aussi la recréation absolument terrifiante de l'asile d'Arkham. Celle-ci pourrait donner des cauchemars. Enfin, les interludes permettent de se "détendre" entre deux crimes du Joker tout en expliquant comment ceux-ci ont été mis en place. Au final, ce tome est glauque mais j'ai tout de même réussit à le lire.

*
**
***
**** Ce tome me faisait peur mais je suis content de l'avoir finalement lu.
*****

Image : Éditeur

03/05/2015

Batman l'an zéro 2ème partie par Scott Snyder et Greg Capullo

Titre : Batman l'an zéro 2ème partie9782365776165-couv-M200x327.jpg
Auteurs : Scott Snyder et Greg Capullo
Éditeur : Urban Comics 13 février 2015
Pages : 240

Ce cinquième tome est l'occasion d'éditer la seconde partie de l'arc an zéro qui revient aux origines du Batman. Les numéros concernés sont les 25-27 et 29-33 édités dans l'édition originale Batman vol. 5 : zero year - dark city. Lors du précédent tome Bruce Wayne a combattu le gang du red hood. Durant ces jours le jeune milliardaire a conçu le Batman afin d'avoir un symbole sur lequel se reposer. La suite reprend directement après le numéro précédent. Le Batman n'a pas eu le temps de se reposer puisqu'un nouvel ennemi plonge Gotham dans le noir suite à une énigme. Alors que Batman tente de vaincre Edward Nygma il doit, dans le même temps, enquêter sur des meurtres et lutter contre la police. En effet, le commissaire ne porte pas les justiciers dans son cœur. Alors que ses héros s'entredéchirent la cité de Gotham est prise en otage et souffre de la dictature d'Edward Nygma.

Les auteurs avaient expliqués qu'ils souhaitaient une nouvelle interprétation des origines de Batman sans, pour autant, penser remplacer Zero Year de Frank Miller. Le premier tome présentait la création du Batman, physique du moins, face au gang du Red Hood permettant par-là la création du plus ancien ennemi de Gotham. Ce second tome est la mise en place du Batman en tant qu'esprit de Gotham. Lorsque Bruce Wayne le conçoit ce n'est qu'un instrument de vengeance. En tant que tel il échoue. Mais ses combats contre Edward Nygma permettent de créer un Batman comme instrument d'espoir et, surtout, de ténacité : un humain qui se relève encore et toujours face à l'adversité. Autour de lui se mettent progressivement en place les éléments de la mythologie comme Gordon et le Signal. Cet arc s'inscrit aussi dans une vision de la terreur. Le premier tome montrait une violence absurde. Le second place Gotham dans les griffes d'un être qui contrôle tout, qui voit tout, qui surveille tout et qui peut éliminer tout le monde. C'est une terreur pratiquement désincarnée, mais construite rationnellement, qui se place dans les machines utilisées par Nygma. Ces deux aspects permettent de réussit un bon retour sur la création du Batman. Je note aussi le dernier numéro qui montre ce que la vie de Bruce aurait pu être s'il avait pris un autre choix. Lui aussi est très réussi.

*
**
***
**** Deux tomes réussis qui permettent de montrer la création du Batman face à deux formes de terreurs différentes ainsi que la mise en place de la mythologie.
*****

Image : Éditeur

01/11/2014

Batman 4. L'an zéro - 1re partie par Scott Snyder, Greg Capullo et Rafael Albuquerque

Titre : Batman 4. L’an zéro – 1re partie9782365774253-couv-M200x327.jpg
Auteurs : Scott Snyder, Greg Capullo et Rafael Albuquerque
Éditeur : Urban Comics 3 octobre 2014
Pages : 192

Ce tome est formé des numéros 21-24 ainsi que du 0. Il y a six ans Batman n’existait pas. Bruce Wayne, lui, était officiellement mort. Mais ceci n’était qu’un mensonge. Bruce est revenu à Gotham et cache son existence. Il souhaite combattre le crime qui gangrène la ville caché sous de nombreux masques. Cependant la mise en place du gang du Red Hood l’oblige à entrer beaucoup plus profondément dans son personnage de justifier. Et ceci devient bien plus compliqué lorsque son oncle décide de le forcer à revenir dans la lumière. Car ce dernier pense que Bruce a la mission d’être à la tête des entreprises Wayne pour aider au développement de Gotham. Batman n’existe pas, mais le combat contre le gang de Red Hood pourrait bien le créer.

J’étais très sceptique. Pourquoi vouloir revenir dans le passé de Batman alors que tout le monde le connaît. Pourquoi vouloir refaire un année un alors que celui de Miller est toujours une référence ? Je me trompais. Mis à part le choix de mettre Batman 0 dans ce tome alors qu’il n’est pas tout a fait relié au reste du tome était étrange mais, selon l’éditeur, justifié. On verra bien pourquoi dans le prochain tome si j’ai bien compris. On retrouve un discours de Wayne à la ville semblable à celui qu’il fait dans le tome 1. Ce n’est pas trop problématique. Mais ce que l’on trouve dans ce comic c’est surtout un homme qui tente de comprendre comment lutter non contre le crime mais pour une ville. Comment donner à celle-ci l’envie de vaincre la peur d’une violence absurde dont n’importe qui pourrait être l’auteur. Car le gang de Red Hood semble être violent pour rien et ses membres sont recrutés partout via le chantage. Il est intéressant de voir, et c’est cette review que m’en a rendu conscient, que Batman est montré ici comme la conséquence d’un nouveau type de crime alors que le discours traditionnel fonctionne dans l’autre sens. J’ajoute aussi que j’ai bien aimé les numéros qui se concentrent sur la jeunesse de Bruce Wayne et son entraînement. Ils sont courts mais plutôt intéressants.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare.

  • À lire. Un arc assez intéressant mais qui souffre une édition en deux tomes. Je pense qu’il faudra lire le prochain pour comprendre certaines choses qui sont mentionnées dans ce volume 4.

  • Tolkien.

Image : Éditeur

Batman 2. La nuit des hiboux par Scott Snyder et Greg Capullo

Titre : Batman 2. La nuit des hiboux9782365772068-couv-M200x327.jpg
Auteurs : Scott Snyder et Greg Capullo
Éditeur : Urban Comics 12 avril 2013
Pages : 208

Ce second tome contient les numéros 8-12 et annual 1 édités dans Batman vol. 2 : the city of owls. Nous avions quitté Batman alors qu’il venait de s’échapper de la Cour des hiboux et de comprendre leur puissance. Peu de temps après la cour envoyait ses ergots pour attaquer les notables de Gotham. Alors qu’elle allume son propre signal, annonçant posséder la ville, la nuit des hiboux commence. Et durant cette nuit un grand nombre de personnalités sont condamnées à mort par la cour. Cependant, Batman se place résolument entre eux et les ergots avec l’aide de sa famille. Mais suffiront-ils à stopper la Cour ? Et qui est vraiment à la tête de celle-ci ?

Le premier tome était très bon et le second est dans la même lignée. Il commence particulièrement fort par le combat de Bruce pour se défendre contre le grand nombre de tueurs qui sont envoyés contre lui. On l’observe aussi en train d’enquêter pour découvrir qui a le contrôle de la cour. Il est tout de même dommage que l’on ne voie pas les combats des autres membres de la famille. Le scénariste a aussi eu la bonne idée de stopper la menace mais pas de l’éradiquer. Batman risque de se retrouver contre cette organisation tentaculaire a nouveau dans le futur. Cet arc est suivi par deux numéros qui reviennent sur un événement particulier de la famille Wayne via une lettre envoyée à Alfred par son propre père. Ces numéros permettent d’éclairer un peu les liens entre la famille Wayne et les hiboux. Le tome se termine sur une histoire qui implique Freeze. Bien qu’elle soit courte elle permet d’expliquer qui est ce vilain et de nous donner des informations sur son enfance. Ce sont donc deux tomes que j’ai beaucoup apprécié.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare.

  • À lire. Un second tome qui continue le premier avec une histoire tout aussi bonne.

  • Tolkien.

Image : Éditeur

31/10/2014

Batman 1. La cour des hiboux par Scott Snyder et Greg Capullo

Titre : Batman 1. La cour des hiboux9782365770415-couv-M200x327.jpg
Auteurs : Scott Snyder et Greg Capullo
Éditeur : Urban Comics 8 juin 2012
Pages : 176

Ce premier tome de Batman contient les épisodes 1-7 publiés dans l’édition originale Batman vol. 1 : The court of owls. Batman est revenu à Gotham. Il s’offre un petit comité de bienvenue avec une évasion à Arkham. Mais Batman est, dans la réalité, Bruce Wayne. Mis à part d’être le Batman ce dernier a un plan pour Gotham. Il souhaite rénover la ville afin d’attirer les investisseurs. Ce qui lui permet d’être approché par le candidat à la mairie. Durant ce temps la police découvre un homme poignardé à de multiples reprises et cloué à un mur. Sa mort, des indices ainsi qu’un nouveau vilain pointent du doigt en direction d’une comptine pour enfant. Celle-ci parle d’une cour des hiboux qui aurait la véritable propriété de la ville. Alors qu’il croyait connaître sa ville Batman va devoir apprendre qu’il y a encore de nombreux secrets et que sa ville n’est pas sienne.

Il m’a fallu du temps pour acheter ce tome car je n’étais pas certain du graphisme. Cependant, les critiques très positives m’ont convaincu de tenter l’essai. Et j’en suis très heureux. Toute la question de ce premier tome est Gotham. Elle est partout, elle est presque vivante et Batman est certain d’être son allié voir son ami intime. Certaines sont directs en ce qui concerne ce point. Ce premier tome place Batman face à la réalité. La ville n’est pas son amie. Elle est un être mystérieux avec de nombreux secrets. A ce point de vue il faut saluer l’épisode du labyrinthe qui place Batman face à un environnement qu’il ne connaît pas mais qu’il tente d’apprivoiser. La folie de plus en plus importante de Bruce est particulièrement bien mise en scène alors qu’il déambule. Bien que ceci soit déroutant le changement de sens des pages est une idée intéressante. J’attends de voir ce que vaut le second tome qui continue cette histoire.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare.

  • À lire. Un premier tome de Batman qui m’a convaincu d’acheter le second. J’apprécie beaucoup la manière dont Batman a été lié à Gotham.

  • Tolkien.

Image : Éditeur