11/02/2019

Le moyen âge en occident par M. Balard, J.-Ph. Genet et M. Rouche

Titre : Le moyen âge en occident
Auteurs : M. Balard, J.-Ph. Genet et M. Rouche
Éditeur : Hachette supérieur 11 janvier 2017
Pages : 367

La période médiévale est l'une des plus compliquée à comprendre. Elle est reconstituée par des penseurs de la Renaissance qui souhaitaient se rapprocher de l'Antiquité. Elle a une durée longue de près de 1 000 ans. Et surtout nous sommes victimes d'une vision à la fois négative et romantique de la période. Ce livre, destiné à des étudiant-e-s, permet de mettre à plat les connaissances les plus récentes sur la période médiévale et de mieux comprendre sa complexité. Il est divisé en trois parties selon que les auteurs examinent le haut, le classique ou le bas moyen-âge.

Le haut moyen-âge dure de 410 à 1050 dans ce livre. C'est une période charnière puisque l'europe occidentale passe du système de l'empire romain au système médiéval. Mais les changements ne sont pas brusques. Ils se mettent en place au cours des siècles par la mixité entre aristocratie romaine et barbare. Les royaumes des peuples qualifiés de barbares prennent une part de plus en plus importante en occident. Alors que les premières arrivées sont souhaitées, comme moyen de défense, cela implique rapidement un changement de mœurs et de droit. En effet, le droit romain a fonctionné avec d'autres types de droit. Les barbares suivent leurs propres codes tout en essayant de se rapprocher du fonctionnement de Rome. C'est aussi une période de consolidation et de création de l’église catholique. Toutes les populations ne sont pas converties ou sont converties à des hérésies. La conversion est fondamentale pour comprendre la réussite des Francs face aux autres royaumes. Cette période voit aussi la création et la destruction d'une nouvelle idée impériale sous la forme de l'Empire carolingien. Basé sur les relations directes entre nobles et empereur, le système est rapidement dévié pour justifier des possessions privées et des luttes contre l'empereur carolingien.

La fin de l'empire carolingien ouvre la période classique, XIème au XIIIème siècle ici. Le fonctionnement de la période est basé sur la possession de la terre et les liens féodaux. Ceux-ci étaient d'abord un moyen de contrôler les nobles et d'assurer leur loyauté. Mais au lieu de garder la terre les empereurs la donnèrent et perdirent le contrôle de la possession. Pire encore, l'empire fut divisé en plusieurs royaumes avec des rois peu puissants et des nobles attachés à leur indépendance. Les prérogatives royales sont intégrées aux droits des seigneurs qui s’insèrent dans un réseau complexe de féodalité et de serment de loyauté. L'église, elle, tente de pacifier la période tout en acceptant la création d'ordres monacaux chargés de prêcher et d'éduquer la population.

La troisième période, XIVème-XVème, est à la fois une période de perte et de recréation. D'une part, le monde occidental connait une forte perte économique et humaine à la suite des épidémies de peste. De plus, les luttes contre les hérésies commencent à prendre de l'importance alors que des mouvements s'attaquent au fonctionnement de l'église catholique. Mais c'est aussi le début d'un renouvellement du monde artistique et scientifique. Les auteurs antiques sont utilisés afin de justifier les réformes tandis que le monde de l'art connait de nouveaux mouvements basés sur l’individu qu'est l'artiste. Cette période annonce ce que l'on nomme la renaissance qui pourrait être considéré comme faisant partie de la période médiévale.

Deux aspects sont, selon ce livre, cruciaux pour comprendre le monde médiéval : l'église et l'état. Ces deux organes peuvent être en lutte mais l'église unifie le monde médiéval occidental autours d'une philosophie et d'une croyance. L’état, quant à lui, se crée selon les tensions entre les organes centraux et les seigneurs. Ces derniers veulent garder leur puissance mais l'importance des rois est de plus en plus importante à la fin de période face aux besoins militaires et financiers. Petit à petit, les seigneurs perdent leurs prérogatives et sont contrôlés par une administration de plus en plus importante. De plus, les auteurs ont ajouté, comme de coutume dans cette collection, une chronologie et de nombreuses cartes.

Image : Éditeur

9782017009696-001-T.jpeg?itok=wcmHKunC

17/08/2017

Rome et son empire par Michel Christol, Daniel Nony, Clara Berrendonner et Pierre Cosme

Titre : Rome et son empire
Auteur-e-s : Michel Christol, Daniel Nony, Clara Berrendonner et Pierre Cosme
Éditeur : hachette supérieur 2014
Pages : 304

Les livres d'histoire sont souvent très spécialisés, se portant sur un thème ou évènement précis. Les manuels ont un autre but : donner les informations les plus modernes de manière concise sur un thème ou une époque large. Ce manuel entre dans cette catégorie puisque les auteur-e-s examinent l'histoire de la Rome depuis sa fondation mythologique jusqu'à la chute de la ville de Rome, qui marque le début de la période médiévale. La période est très large et couvre des moments très différents ainsi que des évènements de crise rapides. C'est pour cette raison que les auteur-e-s ont divisé leur manuel en quatre parties.

La première partie se concentre sur les origines de l'Empire romain. En cinq chapitres les auteur-e-s s'intéressent aussi bien à la mythologie qu'à la Rome de rois. C'est une histoire un peu difficile car les origines mythologiques se mêlent à des histoires postérieures et aux traces archéologiques. On nous montre une ville qui n'avait rien de ce qu'elle devint plus tard. En effet, elle est d'abord une cité monarchique sous la coupe des étrusques avant de bannir les rois et de créer une forme de République, basée sur deux peuples. C'est aussi une époque durant laquelle la ville de Rome commence à prendre le contrôle de l'Italie pour, ensuite, s'attaquer à sa concurrente : Carthage.

La seconde partie part de la mise en place de la République à la création de l'Empire. En effet, bien que la ville ait banni les rois cela n'implique pas que les structures politiques dont on nous parle en cours d'histoire sont déjà en place. D'une partie il faut prendre en compte un contrôle des institutions politiques par une élite, la noblesse, d'autre part il faut s'intéresser au fonctionnement de la plèbe qui force des réformes afin d'être prise en compte. Malgré tout, cette République connait plusieurs crises, en particulier économique, avec des tentatives de réformes qui se terminent dans le sang. Les auteur-e-s nous décrivent les premiers débuts des guerres civiles qui se termineront par la bataille d'Actium, et le triomphe d'Auguste.

Dans une troisième partie, qui débute après la crise de la fin de la dynastie des Julii, les auteur-e-s s'intéressent au fonctionnement de l'Empire après qu'il ait été définitivement accepté. Ces quatre chapitres permettent de décrire un fonctionnement politique, administratif et militaire bien rôdé malgré des problèmes internes et externes. Cette partie se termine sur une crise, au IIIème siècle, qui début la dernière partie du livre. Celle-ci tente d'expliquer les causes des problèmes de l'Empire romain ainsi que les tentatives de solutions. Ainsi, on nous montre des empereurs mis en place par l'armée, ce qui débouche fréquemment sur des usurpateurs. Mais aussi des réformes économiques et religieuses qui font de l'Empire un État chrétien sous le contrôle d'un Empereur chrétien. Les causes de la chute de Rome sont aussi explicitées et prennent en compte aussi bien l'incompréhension envers les peuples dit barbares que les problèmes internes qui ont dévasté l'armée romaine.

Ce manuel est court si l'on prend en compte l'importance de la période ainsi que le nombre important de thèmes étudiés. Outre ceux-ci, les auteur-e-s ont la bonne idée de joindre plusieurs cartes, un index, des extraits de sources mais aussi des bibliographies thématiques, faisant de ce manuel un outil indispensable pour les étudiant-e-s. De plus, certains chapitres sont assortis d'un état de la recherche sur un thème précis qui permet de mieux comprendre l'historiographique actuelle.

Éditeur

Image : Amazon

51E9AjU1bNL._SX354_BO1,204,203,200_.jpg