02/04/2018

American Gods par Neil Gaiman

Titre : American Gods
Auteur : Neil Gaiman
Éditeur : Harper Collins 28 mars 2017
Pages : 576
TW : Meurtres, violences physiques, mentions de suicides

Shadow est en prison depuis 3 ans. La semaine qui vient il pourra enfin sortir et retourner vivre avec sa femme, Laura. Mais il est libéré en avance. En effet, Laura est morte dans un accident de voiture et les autorités acceptent de lui permettre de voir son enterrement. Pire, Laura est morte en trompant son mari. Ce n'est donc pas une bonne semaine pour Shadow. Alors qu'il se trouve dans l'avion il rencontre un homme qui dit se nommer Wednesday et qui semble en savoir bien plus qu'il ne devrait. Wednesday souhaite engager Shadow comme chauffeur et garde du corps. Lorsqu'il accepte, Shadow ne se rend pas compte qu'il entre dans un monde différent de ce qu'il connait, un monde de divinités anciennes et nouvelles luttant pour survivre sur une terre qui ne les accepte pas.

SPOILERS

J'avais vu la série, mais je n'avais pas réussi à l'apprécier. Je souhaitais lire le livre puisque l'expérience est différente. C'est aussi le premier roman de Neil Gaiman que je lis, je ne compte pas Good Omens qui est écrit à deux. Le roman est magistral. Il est très bien écrit et les nombreuses intrigues sont plutôt intéressantes. Je me suis particulièrement intéressé à Lakeside et aux disparitions que la ville connait. De plus, il est clair que l'auteur a fait de nombreuses recherches historiques, géographiques et mythologiques pour écrire son livre. J'ai beaucoup aimé ces informations et la recréation des divinités dans un contexte contemporain. Malheureusement, pour une raison que je ne comprends pas, le livre ne m'a pas parlé.

Pourtant, mis à part la thématique mythologique, le livre devrait me parler. À l'aide des divinités, le roman parle de l'identité et, en particulier, de l'identité des États-Unis. Le pays est décrit comme un lieu dans lequel les divinités ne peuvent pas survivre. Car les habitant-e-s changent régulièrement de mode de vie suivant en cela une forme de modernité. Les nouvelles divinités sont l'incarnation de ces difficultés puisqu'illes ne s'incarnent pas forcément ou ne sont pas des entités précises mais souvent des abstractions. Que ce soit la technologie, le marché ou encore la mondialisation. De plus, l'auteur s'attache à décrire non les villes qui réussissent mais les villes qui sont en souffrances. On ne semble observer que chômage et récession. Les villes sont abandonnées, les habitant-e-s n'ont pas grand-chose à faire et vivent dans de petites communautés avec, parfois, le rêve des grandes villes. Gaiman semble vouloir nous montrer un pays en perte de vitesse dont la véritable identité ne dépend ni des églises ni des monuments mais de petits lieux touristiques en bordure de routes. Ainsi, les personnages de ce livre sont souvent un peu tristes dans un contexte difficile, le glorieux passé n'étant qu'un lointain souvenirs.

*
**
***
**** Objectivement American Gods est un très bon roman. Pour une raison que je ne comprends pas je n'ai pas réussi à l'apprécier et j'ai l'impression d'être passé à côté d'une expérience.
*****

Image : Éditeur

167878.jpg

10:29 Écrit par Hassan dans Fantasy | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : american gods, neil gaiman, harper collins | | | |  Facebook