harry potter

  • Harry Potter and The Deathly Hallows (part 2)

    Ce dernier volet de la saga d'Harry Potter est probablement l'un des films les plus attendus de cet été même par ceux qui connaissent déjà l'histoire (ceux qui ne la connaissent pas ont probablement vécu dans une grotte depuis une vingtaine d'année). C'est le volet qui nous permettra de comprendre qui est Voldemort mais aussi quel est le destin final de Harry Potter. Un destin qui, je le rappelle, il a accepté de suivre volontairement. Nous sommes donc à la moitié de l'histoire originale. Après avoir fuit des mois durant en cherchant les objets cachant des morceaux de l'âme de Voldemort Harry et ses amis avaient été capturé mais ont pu s'enfuir. Nous les retrouvons immédiatement après ces évènements et ils savent ou se trouvent les derniers Horcruxes. Mais, pour les détruire, ils devront passer sous le nez de toute le monde magique et entrer  la banque Gringotts puis revenir à Poudlard pour un dernier combat! Car l'école va entrer en guerre! Et rien ne sera plus jamais comme avant pour ceux qui participeront à la bataille contre Voldemort.

    Toutes les scènes d'actions ayant été laissée dans ce dernier film alors que la première partie ne connaissait que les scènes de fuite et d’auto-apitoiement il est logique que ça pète de tous les cotés. J'utilise ce mot à dessein puisque, effectivement, on voit beaucoup d'explosions durant le temps que dure le film. En fait, la majeur partie de celui-ci se déroule à Poudlard et consiste à nous montrer la bataille. Et c'est beau avec plein d'effets spéciaux et d'explosions un peu partout dans les couloirs d'une école qui ne tient probablement plus sur grand chose. Ça ne peut que plaire ne serais-ce que parce que nous avons tous souhaité faire exploser nos écoles! L'intrigue reste celle de la première partie: trouver les horcruxes. Mais, au lieu de fuir et de geindre, nos héros se lèvent, enfin diront certains, et commencent à lutter contre un ennemi qui sent qu'il perd ses atous chaque secondes qui passent!

    On retrouve aussi les scènes classiques Harry Potter d'amour dans lesquels Harry est incapable de se jeter sur celle qu'il aime (sept ans qu'on lui répète de rester près de ceux qu'il aime et il n'a toujours pas compris...). Les scènes de Ron qui joue au macho un peu bête mais qui montre qu'il possède un peu plus que ça et Hermione qui comprend toujours tout avant tout le monde. Bref, du Harry Potter classique que l'on ne peut que apprécier si on apprécié les autres films. Surtout que le jeu des acteurs s'est largement amélioré depuis les premier volets. Tout de même, comme dans le livre, il y a cette scène totalement inutile et même particulièrement grotesque des 19 ans plus tard. Je ne sais pas pour vous mais j'ai toujours trouvé ce chapitre inutile et il ne s'est pas amélioré à l'écran. Aucun des acteurs n'est crédible en trentenaires approchant de la quarantaine et cette scène a surtout le mérite de faire éclater de rire l'assistance (et Harry porte toujours les même lunettes affreuses!).

    Image: site officiel

     

    HP_wp_hero_1280x1024.jpg
  • Harry Potter and the deathly hallows

    Comme énormément de monde j'ai lu les livres sur Harry Potter. Comme encore plus de monde je suis allé voir le septième film. Je ne suis pas allé voir ce film pour regarder un chef d’œuvre mais parce que j'apprécie l'histoire et le monde que Rowling a créé. Bref, pour ceux qui ne le savent pas, nous retrouvons Harry Potter l'été qui suit la mort de Dumbledore. Ce dernier lui a légué sa mission et il compte bien l'accomplir. Mais par ou et comment commencer? D'autant que le monde des sorciers est sous pression puisque les partisans de Voldemort agissent presque sans être inquiétés, les événements touchant même le monde non-magique, et réussissent à faire tomber le ministère. C'est donc poursuivi par toute la machinerie étatique que Harry, Ron et Hermione devront fuir et continuer la mission de Dumbledore.

    Je l'ai dit. Je ne m'attendais pas à un chef d’œuvre. Dans cette optique je dois avouer que j'ai été surpris en bien. Cet épisode et bien filmé et suit assez fidèlement les pérégrinations de Potter. De plus, il garde un certain caractère humoristique. Néanmoins, le film souffre de quelque longueurs pas forcément utile qui nous donnent envie d'aller plus vite dans l'intrigue. Sans oublier les quelque scènes censées être romantiques qui sont surtout ridicules voir pathétiques. Personnellement, je les considère comme peu réussies voir ratées. Enfin, le réalisateur affiche clairement l'analogie avec le nazisme sous forme d'hommes en habits plus ou moins militaires noirs avec un brassard rouge aux bras. J'ai tout de même beaucoup apprécié la prise de contrôle du ministère qui montre bien comment Voldemort utilise les institutions pour assurer son pouvoir sans avoir besoin d'être présent.

    Image: allocine

     

    19537986.jpg
  • Harry Potter et le Prince de sang mêlé

    Dans cet épisode le monde de la magie a enfin accepté le retour de Voldemort. Les gens sont sombres et apeuré tandis que les enlèvements se multiplient. C'est dans ce contexte de peur que Dumbledore continue sa lutte, secondé par l'ordre du Phénix, contre Voldemort. Harry, lui, comprend qu'il n'a pas vraiment le choix: soit il fuit soit il va au devant du combat qu'il devra accomplir un jours ou l'autre. Bien que cet épisode soit sombre c'est aussi l'épisode qui montre de nombreux couples en train de se faire. Harry réussira t-il à charmer Ginny et Hermione sera t-elle enfin avec Ron? Mais la recherche de l'amour est constamment mis à mal par les forces sombres qui parcourent l'Angleterre. Et Harry, pour vaincre, devra étudier Voldemort, en savoir plus sur son histoire et ses motivations pour découvrir son plus grand secret.

    Le livre est sombre, très sombre même si il existe des moments d'optimismes on sent que la lutte au plein jours se fait de plus en plus proche. Les gens disparaissent, les attaques se multiplient et personne ne semble réussir à se protéger. Le film a bien mis en place cette atmosphère de peur. Mais il a aussi mis en place une atmosphère d'amour. Il semble que ce soit lors des plus grands dangers que l'on cherche à ne pas être seul. Dans ce film cela se vérifie et permet de créer beaucoup d'effets comiques (qui oubliera le romantisme exacerbé et dégoulinant de mièvrerie de Lavande Brown?). Néanmoins, la véritable histoire n'est pas la et, même si nous découvrons beaucoup de choses sur l'enfance de Voldemort et que nous suivons Harry et Dumbledore, la plupart des éléments clés de l'intrigue sont oubliés. Par cet oubli nous ne pouvons pas, si nous ne connaissons l'histoire que par les films, comprendre comment Voldemort survit ni comment l'élément final se met en place. Ce qui m'a déçu le plus est aussi l'oubli de la dernière scène dans Poudlard. Il n'y a tout simplement aucune images de l'attaque que lancent les Mangemorts ni de la résistance et encore moins de la panique qu'ils créent dans l'école. L'attaque est censé être la fin d'un monde ou l'école était encore un endroit sure et ceci est tout simplement écarté. Dommage, vraiment dommage. Même si le film est un bon film, le meilleur de la série peut être, ces oublis répétés risquent d'empêcher de comprendre la fin de l'histoire.

    19093421.jpg


    Image: Allociné

  • Les Contes de Beedle le Barde

    Titre: Les contes de Beedle le bardeNumériser00022.jpg
    Auteur: J. K. Rowling
    Traducteur: Jean-François Ménard
    Editeur: Gallimard

    Je pense que tout le monde en a déjà entendu parler dans les journaux mais je vais tout de même y mettre mon grain de sel. Pour ceux qui ne le savent pas Beedle le barde est un conteur sorcier dont une histoire est au centre du septième livre d'Harry Potter. Rowling nous offres donc cinq contes de ce barde. Nous y trouvons de petites histoires sympathiques avec une morale comme dans tous les contes de fées. Il y a aussi des commentaires de Dumbledore sur ceux-ci. Ce livre ne fera jamais l'histoire de la littérature mais il est plaisant à lire avec un autre avantage: on le finit en une heure (une heure et demi si on se fait un café). A vous de voir, il n'est pas indispensable mais sympathique et l'argent récolté ira à une association en faveur des enfants (en plus la couverture est vraiment réussie).