image comics

  • East of West 9 par Jonathan Hickman et Nick Dragotta

    Titre :  East of West 9
    Auteurs : Jonathan Hickman et Nick Dragotta
    Éditeur : Image Comics 22 mai 2019
    Pages : 136

    Ce volume contient East of West 39-42. Ce volume 9 est, si j'ai bien compris, l'avant-dernier. La fin des temps approche rapidement et tous les personnages sont progressivement placés à leur place par les auteurs. Ce neuvième volume est avant tout un moyen de comprendre le passé de ces personnages et de montrer quelques surprises. Bien que ce passé soit intéressant, il n'y a ici rien qui ne soit pas connu ou inattendu.

    Ce tome permet donc surtout de mettre en avant les raisons qui se cachent derrière la colère qui existe entre les 4 cavaliers de l'apocalypse. Enfin, on nous montre la bataille durant laquelle Mort s'est attaqué aux autres cavaliers. Et on sait que Mort et Guerre vont probablement se combattre à nouveau. On en sait aussi plus sur le fonctionnement de Chamberlain et du père du Prince John. Malheureusement, les auteurs ne nous donnent aucune information sur le fonctionnement et la raison de la fin des temps. Est-ce une véritable fin ou un recommencement ?

    *

    **

    ***

    **** Bien que ce volume permette surtout de remplir les vides avant la fin de la série, et que les informations offertes sont connues, j'ai apprécié ma lecture ainsi que les dessins de Dragotta, toujours aussi réussis.

    *****

    Image : Éditeur

  • Paper Girls 5 par Brian K. Vaughan, Cliff Chiang, Matt Wilson et Jared K. Fletcher

    Titre :  Paper Girls 5
    Auteurs : Brian K. Vaughan, Cliff Chiang, Matt Wilson et Jared K. Fletcher
    Éditeur : Image comics 5 décembre 2018
    Pages : 128

    Ce volume 5 contient Paper Girls 21-25. Nos quatre aventurières sont perdues dans le temps depuis plusieurs jours. Elles commencent tout juste à comprendre la guerre dans laquelle elles sont impliquées de force. Elles apprennent surtout de plus en plus de choses sur leurs futurs alors qu'elles rencontrent leurs doubles. Dans ce volume, elles se retrouvent dans le lointain futur, celui des ancêtres qui ont créé le voyage dans le temps et les règles que cela implique. Mais cette période est particulièrement dangereuse. Seront-elles capables de survivre au futur ?

    SPOILER

    Dès le début, cette série pose la question du destin. Lorsque les 4 jeunes filles apprennent des choses sur leurs futurs elles se demandent toujours s'il ne serait pas possible de la modifier afin d'éviter erreurs et tristesses. Ce thème est particulièrement important ici puisque l'une d'elles pourrait être guérie, et donc ne pas mourir. Plus encore, ce volume met en avant l'une des visions qui avait été mise en scène précédemment. Outre la réponse à la possibilité de changer son destin ce volume commence donc à conclure les différents indices en vue de sa fin.

    En effet, le premier volume était compliqué à comprendre. Nous étions lancés dans une intrigue chaotique sans savoir dans quelle direction l'intrigue se rendait. Cette difficulté était plus importante encore lorsque nous avons rencontré les symptômes de la guerre lors de plusieurs époques. Dans ce cinquième volume, les auteurs commencent enfin à nous permettre de comprendre de quelle manière fonctionne l'intrigue et donc l'ordre dans lequel se déroule les différents événements. On ne peut qu'admirer la capacité des auteurs à mettre en places des scènes qui ne seront expliquées que bien plus tard et ce sans se contredire.

    *

    **

    ***

    **** Un avant-dernier volume pour une série que j'apprécie beaucoup. Je me réjouis de lire la fin de l'histoire.

    *****

    Image : Éditeur

  • Black Science 8. Later than you think par Rick Remender, Matteo Scalera et Moreno Dinisio

    Titre : Black Science 8. Later than you think
    Auteurs : Rick Remender, Matteo Scalera et Moreno Dinisio
    Éditeur : Image Comics 31 octobre 2018
    Pages : 112

    Ce volume 8 contient les épisodes 35-38. Grant et Sara ont tout perdu. Leur monde d'origine a été attaqué par deux espèces, l'une parasitaire et l'autre génocidaire, avant que Kadir ne tente d'envoyer leur univers au-delà de tous liens avec le reste des univers. Il n'y a pratiquement pas d'espoir de les retrouver mais ni Grant ni Sara n'ont abandonné. Et les deux sont convaincu d'une chose : il faut atteindre le centre des univers pour avoir une chance, même infime, de retrouver leurs enfants. Mais cela demande de lutter et de découvrir la réalité derrière le multivers.

    SPOILERS

    Ce volume 8 est divisé en deux parties distinctes mais qui fonctionnent entre-elles et avec le reste de l'histoire. La première partie forme une thérapie à la fois individuelle pour Grant et Sara et commune pour leur couple. Durant les autres volumes, nous avons observé ces deux personnages se détruire mutuellement. Cette thérapie permet non seulement de leur offrir une nouvelle voie, mais aussi de leur permettre de faire le deuil de leurs enfants et donc de sauver le multivers. Derrière un discours de l'importance de la parole Remender n'oublie donc pas son intrigue générale ni les dangers des voyages entre univers parallèles.

    La seconde partie se déroule, enfin, au centre du multivers. Bien que les auteurs ne nous aient donné que quelques indices et théories, un personnage apparaissait régulièrement comme une forme d'observateur, la vérité est à la fois simple et inattendue. On comprend enfin les raisons des voyages des différents Grant mais aussi la vérité derrière le centre du multivers. Celui-ci est un monde dans lequel les individus vivent des vies différentes, au sein d'autres mondes qui ne sont, pour elleux, que des simulations. Les voyages de Grant sont un moyen de détruire ce multivers afin de sauver les individus du centre. Une destruction simplifiée par l'idée que ces univers parallèles n'existent pas vraiment. Ce huitième volume permet donc à la fois de s'intéresser aux individus et à l'intrigue générale d'une manière, à mon avis, parfaitement maitrisée. Je ne peux dire qu'une chose : vivement la suite !

    *
    **
    ***
    ****
    ***** Un volume à la fois intimiste et mythologique. Un plaisir à lire.

    Image : Éditeur

    black science,later than you think,image comics,rick remender,matteo scalera,moreno dinisio

  • East of West 8 par Hickman, Dragotta et Martin

    Titre : East of West 8
    Auteurs : Hickman, Dragotta et Martin
    Éditeur : Image Comics 21 août 2018
    Pages : 136

    Ce volume 8 contient East of west 35-38. Le monde n'est pas tel qu'il devrait être. Un événement ancien a changé le destin des États-Unis, divisés en plusieurs nations. Suivant un message en trois parties, un groupe de personnes se proclament élues ont décidé de pousser leur continent dans une direction précise. Mais le contrôle commence à leur échapper. Alors que des pèlerins commencent à former une armée et que la guerre menace les élue-s sont chassées, une personne après l'autre.

    SPOILERS

    Ce tome s'occupe des conséquences de ce qui nous a été montré auparavant. Il place plusieurs personnages sur une trajectoire de confrontation et les auteurs n'hésitent pas à sacrifier certains de leurs personnages pour continuer leur intrigue. Bien entendu, les surprises existent et certaines personnes que l'on pensait perdues restent en place. Je pense d'ailleurs que la fin de ce tome pourrait être contredite à l'avenir. De ce point de vue, les auteurs suivent ce qu'ils nous ont promis.

    Je suis tout de même déçu. Le tome 7 semblait montrer une relation en train de se construire entre Mort et Babylone, son fils. Mais nous ne voyions que des extraits. Dans ce tome 8, on en sait un peu plus sur la construction de cette relation et les inquiétudes de Mort en ce qui concerne les actes subis par son fils. Malheureusement, les auteurs ne se concentrent pas assez à mon goût sur leur cheminement. J'aurais préféré que ces deux personnages n'aient pas à entrer si tôt dans le reste du monde et puissent construire une relation mutuelle.

    *
    **
    ***
    **** Déçu que Mort et Babylone ne soient pas au centre de ce tome mais celui-ci reste dans ce qui nous a été promis.
    *****

    Image : Éditeur

    east of west,image comics,hickman,dragotta,martin

  • Descender 6. The machine war par Jeff Lemire et Dustin Nguyen

    Titre : Descender 6. The machine war
    Auteurs : Jeff Lemire et Dustin Nguyen
    Éditeur : Image Comics 19 septembre 2018
    Pages : 120

    Ce volume 6 contient Descender 27-32. Il semble que l'univers entier soit en guerre. Alors que le CGU envoie sa flotte contre la résistance robotique celle-ci débute son assaut sur les mondes organiques. En parallèle, Gnish se prépare à envoyer l'espace du CGU afin de détruire ce qui reste des machines. Les différentes personnes importantes combattent au-dessus d'un monde aquatique. Ce dernier est la maison d'un ancien robot ayant un lien direct avec les Moissonneurs et il souhaite parler avec Tim 21. Chacun des groupes a son propre but et seul Tim 21 pourrait décider qui va gagner. Dans l'ombre, les Moissonneurs se préparent aussi.

    SPOILERS

    Descender est une série que j'apprécie. Elle est très proche de Mass Effect, tout en étant suffisamment différente pour rester intéressante. Ce qui compte est moins une menace que la relation entre robots et humains. Les deux groupes se détestent mais certaines exceptions essaient de travailler ensembles. Il est donc normal que ce tome permettre de relier, enfin, Tim 21 et Andy. Ce dernier décide d'aider Tim 21 ce qui pourrait permettre une pacification de l'univers. De plus, ce tome 6 permet enfin de mieux comprendre ce que sont les Moissonneurs et leurs buts, tout en gardant une grande part de mystère. Là aussi, l'intrigue est logique et suit ce qui a été montré depuis le début.

    Mais ce tome 6 est aussi la fin de la série Descender. Bien que celle-ci soit acceptable, les intrigues principales sont résolues et les questions reçoivent des réponses, on est tout de même frustré. J'ai l'impression que les auteurs se sont dépêchés de terminer leur histoire. Cependant, ils ajoutent aussi des indices concernant la suite, qui se nomme Ascender. La magie prend plus de place tout en restant encore peu connue. Les machines disparaissent. La civilisation organique est détruite avec un grand nombre de morts. Je souhaite donc rapidement pouvoir connaitre la suite dans cette prochaine série.

    *
    **
    ***
    **** Une fin réussie mais aussi particulièrement frustrante
    *****

    Image : Éditeur

    descender,the machine war,image comics,jeff lemire,dustin nguyen

  • Saga 9 par Fiona Staples et Brian K. Vaughan

    Titre : Saga 9
    Auteur-e-s : Fiona Staples et Brian K. Vaughan
    Éditeur : Image Comics 26 septembre 2018
    Pages : 152

    Ce volume 9 contient Saga 49-54. À moins que je ne me trompe, ce volume est le dernier avant un an. La petite famille de Marko et Alana continue leur périple dans l'univers. Illes ont enfin réunis le Robot Prince IV et son fils Ecuyer. Par la même occasion illes ont accepté Ghüs comme baby-sitter et deux journalistes. Bien que personne ne soit en faveurs de raconter leur histoire aux journalistes ces deux hommes ont besoin de protection et de revenir chez eux. Durant le voyage, ils proposent à Marko et Alana d'écrire leur histoire et. En échange, de leur offrir nouvelles identités et nouveaux corps afin de vivre finalement en paix. La proposition est alléchante si elle est possible. Le petit groupe décide donc de se reposer un peu sur une ile en réfléchissant.

    SPOILERS

    Saga est à la fois très commun et magnifiquement écrit et mis en scène. Tout semble très lent et ne concerner que la vie de tous les jours et pourtant on ne sait jamais ce qui va arriver à la prochaine page. Ce tome de Saga, comme d'autres, est pacifique. Le groupe atterrit sur une planète et en profite pour ses ressourcer et permettre à chacun de choisir de partir ou de rester. Et pourtant, en quelques pages les deux auteur-e-s nous font beaucoup de mal !

    Saga volume 9 se termine par la réunion de trois hommes. Le Prince Robot IV, Marko et Le Testament. Ce dernier a besoin de redevenir un indépendant et souhaite venger la mort de son amie. Il a toujours vécu dans la violence et ne comprend pas la possibilité de la paix. Le Prince Robot IV est un soldat aristocratique qui méprise les personnes qu'il considère inférieure. Cependant, il n'a pas hésité à sacrifier sa position pour sauver son fils, et la fille de Marko. C'est un homme en reconstruction qui essaie de se créer une nouvelle vie, se rapprochant de Petrichor comme potentielle compagne. Et enfin nous avons Marko. Il est aussi soldat mais il est en faveurs des solutions pacifiques quand cela est possible. Il ne tue que par nécessité et jamais par colère, par peur de ses propres réactions. Ce n'est pas un positon facile et le personnage est très souvent mis en face de décisions difficiles. La confrontation de ces trois personnages est magnifiquement écrite et prend en compte les caractéristiques de tout le monde. Mais c'est aussi une fin très difficile, d'autant plus lorsqu'on sait que la suite ne sera pas disponible avant longtemps.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** Ce volume fait très mal.

    Image : Éditeur

    saga,image comics,fiona staples,brian k. vaughan

  • Saga 8 par Fiona Staples et Brian K. Vaughan

    Titre : Saga 8
    Auteur-e-s : Fiona Staples et Brian K. Vaughan
    Éditeur : Urban comics 23 février 2018
    Pages : 152

    Ce tome 8 contient Saga 43-48. Alana, Marko, Hazel ainsi que le Prince Robot IV et Petrichor ont réussi à fuir la comète Phang. Mais illes ont eu le temps d'observer ce petit monde être dévoré par l'un des êtres les plus puissants de l'univers, et donc de connaitre la mort horrible subie par les rares habitant-e-s qui restaient encore à sa surface. À la suite de cette aventure, Alana perd son fœtus. Bien qu'il ne soit pas possible de le sauver, sa mort donne quelques pouvoirs à Alana et, surtout, la met en danger si une procédure n'est pas accomplie afin de retirer le fœtus de son corps. Seule une planète est assez discrète pour que cette procédure soit accomplie sans publicité.

    SPOILERS

    Encore une fois, il ne se passe pas grand-chose dans ce tome 9 de Saga. Mais, encore une fois, les épisodes sont si bien écrits que l'on ne voit pas le temps passer. Derrière la visite sur une planète que permet de procédures d'avortement les auteur-e-s posent des questions sur le contrôle des corps mais aussi sur les possibilités données par l'arrivée potentielle d'un bébé, sans jamais donner de réponses. Alors qu'Alana se prépare, ses nouveaux pouvoirs créent son bébé dans quelques années. Loin d'être un moyen de faire lui faire peur, je pense que les auteur-e-s essaient de montrer ce qu'avait imaginé Alana, ce qu'aurait pu être la vie de sa famille avec ce nouvel enfant. Mais celui-ci n'existe pas.

    En ce qui concerne l'intrigue générale, les effets de la famille d'Alana et Marko sur la guerre, elle reste en suspens tant que les problèmes familiaux ne sont pas réglés. Cependant, les auteur-e-s réunissent enfin le Prince Robot IV avec son fils tandis que les journalistes vont rencontrer la famille, pour la première fois. Mais le personnage qui va probablement faire avancer l'intrigue est probablement Le Testament, actuellement torturé par une proche de l'une de ses victimes. Il n'y a plus qu'à attendre le tome 9

    *
    **
    ***
    **** Un tome 8 toujours aussi bien écrit.
    *****

    Image : Éditeur

    saga-tome-8.jpg

  • Paper Girls 3 par Brian K. Vaughan, Cliff Chiang et Matt Wilson

    Titre : Paper Girls 3
    Auteurs : Brian K. Vaughan, Cliff Chiang et Matt Wilson
    Éditeur : Urban Comics 6 octobre 2017
    Pages : 136

    Ce tome 3 contient Paper Girls 11-15. Un matin, le premier novembre 1988, une petite ville des États-Unis a connu des événements extraordinaires. Quatre jeunes filles tentent de comprendre ce qui arrive. Malgré les dangers elles survivent et se retrouvent en 2016. Leur arrivée dans le futur est une source de surprises pour elles, et la version adulte de l'une d'entre-elles. Ce 2016 connait lui aussi des événements extraordinaires alors que des monstres et un zeppelin apparaissent. Les quatre jeunes filles décident de fuir. Et elles se retrouvent dans un lieu paisible sans savoir quelle est l'époque. Il ne faut que peu de temps avant qu'elles ne soient attaquées par une femme et son bébé.

    SPOILERS

    Je ne sais pas comment fait Vaughan pour écrire des séries qui n'avancent pas leurs intrigues mais qui restent intéressantes. Cela fait déjà trois tomes que nous suivons quatre héroïnes sans comprendre ce qui se déroule et pourquoi le temps semble mis à mal, même si l'on ne sait pas vraiment si le temps est blessé. Tout ce que l'on sait, c'est que l'humanité a inventé le voyage dans le temps et décidé qu'il ne fallait rien modifier, même si des actions de réparations semblent possibles. De plus, il semble qu'une génération plus jeune ne soit pas d'accord et souhaite changer l'histoire.

    Ce troisième tome reste dans la veine des précédents. Les quatre héroïnes subissent les événements et ne sont pas encore véritablement capable d'agir. Mais elles commencent à mieux savoir comme réussir à survivre et à accepter une certaine dose de changement. Ce troisième tome est surtout rempli de thématiques féminine, voire féministe. Les jeunes filles, encore préadolescentes, parlent de règles et de l'accès à une éducation sexuelle. La personne qu'elles rencontrent ne souhaite pas laisser son enfant sous le contrôle d'hommes qu'elle considère incapables. Et l'une d'elles pourraient bien être attirée par l'une de ses amies... Ce ne sont que de petites touches mais qui rendent ce tome intéressant.

    *
    **
    ***
    **** Ça n'avance pas et pourtant j'en redemande !
    *****

    Image : Éditeur

    paper-girls-tome-3.jpg

  • Low 4. Derrière le brouillard par Rick Remender et Greg Tocchini

    Titre : Low 4. Derrière le brouillard
    Auteurs : Rick Remender et Greg Tocchini
    Éditeur : Urban comics 23 février 2018
    Pages : 120

    Ce tome contient Low 16-19. La famille Caine est plus divisée que jamais. Stel a réussi à atteindre la surface mais elle a sous-estimé les dangers d'un monde que plus personne ne connait et elle pourrait bien ne pas avoir survécu à ses recherches. Della a abandonné sa sœur afin de détruire la sonde qui donne de l'espoir à sa famille. Tajo est laissée pour morte après sa confrontation avec sa sœur et la fille de son père adoptif. Elle se réveille au sein de Salus, une ville en proie à la mort et au suicide. Mais il semblerait qu'il y ait enfin une possibilité de trouver une nouvelle maison à l'humanité dans une autre galaxie. Il ne reste plus qu'à convaincre le sénat.

    SPOILERS

    La direction prise par ce quatrième tome m'a surpris. Remender se concentre uniquement sur l'une des filles de la famille Caine et laisse les autres personnages en arrière. Alors que je me posais des questions du Della et le destin de la sonde ainsi que de Stel, et surtout de cet être qui détruit la sonde à la fin du tome 3, aucune information ne nous est donnée. Tandis que la série commence par une quête vers la surface ce nouveau tome trouve une information cachée dans les bases de données de la cité de Salus, ce qui rend le voyage de Stel inutile (et justifie l'importance d'engager de bons archivistes). J'ai l'impression que les événements sont précipités mais surtout je me demande pour quelle raison il a été nécessaire de faire revenir Marik ? Je ne sais pas si Remender va revenir aux autres personnages mais je l'espère.

    *
    **
    *** À mon avis le tome le plus faible de la série.
    ****
    *****

    Image : Éditeur

    low-tome-4.jpg

  • Lazarus 6. X+66 par Rucka, Lark et Arcas

    Titre : Lazarus 6. X+66
    Auteurs : Rucka, Lark et Arcas
    Éditeur : Glénat 13 juin 2018
    Pages : 176

    Ce volume 6 contient Lazarus X+66 1-6. Il y a deux ans l'un des fils de Carlyle trahissant. Il y a deux ans ce même fils parti chez la famille Hock, et fut capturé et torturé avant de disparaitre lors d'une réunion diplomatique de toutes les familles. Lors de ce conclave débute la guerre du même nom. Depuis deux ans les familles qui se divisèrent le monde il y a 66 ans luttent les unes contre les autres. Les Carlyle ne sont pas seul-e-s et ce tome nous permet de mieux connaitre la vie de nombreuses autres personnes qui sont aussi impliqué dans cette guerre, que cela soit voulu ou subi.

    SPOILERS

    Cette minisérie est un bon moyen, pour son auteur, d'étendre l'univers créé. Bien que l'on n'en sache que peu sur les événements qui ont mené à cette dystopie, tout au plus sait-on qu'il y a eu une division du monde après la chute des nations, on en sait un peu plus sur le fonctionnement contemporain de cet univers. Ce tome construit sur ce que l'on sait afin de rendre l'intrigue plus riche. Les 6 histoires s'intéressent aussi bien aux Lazares qu'aux serfs ou encore à la possibilité d'une révolte.

    Mieux encore, ces 6 histoires ne font pas qu'étendre l'univers du scénariste, elles préparent la suite. En effet, chacun des personnes que l'on nous présente ou qui gagne en profondeur a un rôle à jouer dans l'intrigue principale. Ces personnages se préparent à changer de métier ou découvrent des informations importantes sur la guerre, par exemple la survie du frère perdu des Carlyle. Il est difficile de savoir ce qui sera conservé pour la série principale mais je pense que plusieurs indices s'y retrouveront. Je suis particulièrement intéressé de voir comment Johannah, Jonah, Forever est une potentielle résistance pourraient se rencontrer.

    *
    **
    ***
    **** Un tome constitué entièrement de standalones qui enrichissent beaucoup l'univers de cette série.
    *****

    Image : Éditeur

    9782344028551-L.jpg

  • East of West. 7 Leçons pour les soumis par Jonathan Hickman, Nick Dragotta et Frank Martin

    Titre : East of West. 7 Leçons pour les soumis
    Auteurs : Jonathan Hickman, Nick Dragotta et Frank Martin
    Éditeur : Urban comics 27 octobre 2017
    Pages : 136
    TW : Tortures, Meurtres

    Ce tome contient East of West 30-34. La dernière rencontre des élu-e-s a eu lieu et s'est mal terminé. Le prophète a combattu Loup tout en promettant la destruction de la Nation Infinie. Les autres personnes élues ont pu s'enfuir mais pas sans combattre l'armée des pèlerins de la fin des temps. Et les cavaliers de l'apocalypse ne sont observés par personne. La guerre de la fin des temps entre dans une nouvelle phase. Des nations vont tomber, plus vite que d'autres, tandis que certains vont révéler leur véritable force. Et, au milieu, il n'y a que de simples humain-e-s.

    SPOILERS

    Ce tome 7 est bien meilleure que le précèdent. Tout d'abord, il nous offre quelques informations sur certains événements passés, parfois proches. On en sait beaucoup plus sur les personnages et les raisons de leur absence ou présence. Ces petites touches de flash backs ne sont pas très développés mais réussissent tout de même à donner une nouvelle profondeur à l'histoire tout en ne dénaturant pas ce que l'on savait déjà.

    Mieux encore, les auteurs développent l'un des personnages les plus intéressant de la série, à défaut d'être sympathique. On pourrait craindre que les révélations n'en fassent qu'un surhomme capable de tout mais elles s'inscrivent bien dans ce que l'on sait de ce personnage. Peu importe l'arme, il est sans pitié et la maitrise à la perfection. Ce développement permet de donner un peu plus d'enjeux à une série qui semblait se concentrer sur des personnages moins intéressants. Ainsi, après un tome 6 un peu mot celui-ci n'hésite pas à détruire et tuer tout en suivant l'intrigue mise en place par les auteurs.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** Après un tome 6 que j'ai trouvé laborieux je retrouve tout ce qui m'a fait aimer cette série, et ça me plait.

    Image : Éditeur

    east-of-west-tome-7.jpg

  • East of west. 6 Psaumes pour les déchus par Jonathan Hickman, Nick Dragotta et Frank Martin

    Titre : East of west. 6 Psaumes pour les déchus
    Auteurs : Jonathan Hickman, Nick Dragotta et Frank Martin
    Éditeur : Urban comics 17 mars 2017
    Pages : 144
    TW : Tortures, Meurtres

    Ce tome contient East of West 25-29. La guerre a commencé. Outre la République du Texas l'une des victimes et le lieu neutre d'Armistice. Les différentes nations se sont préparées et certaines ont lancé des attaques secrètes contre d'autres. Mais avant que tout n'explose il reste une dernière chose à faire. Les personnes élues, ainsi que les cavaliers, sont convié-e-s par Orion le prophète. Bien que les invitations soient toutes acceptées réunir dans un même lieu autant de personnes méfiantes et qui se détestent risque d'être explosif. D'autant qu'Orion a aussi invité des pèlerins. Pendant ce temps Mort continue à chercher son fils. Sa quête doit se terminer le plus rapidement possible car des assassins ont été envoyé pour tuer l'enfant.

    SPOILERS

    Hickman est un scénariste que j'apprécie. J'aime observer ses intrigues se développer sur le long terme, autours de la réaction de ses personnages face à la destruction d'un ouvrage important pour le fonctionnement de l'univers. Dans cette série, Hickamn nous demande ce qui se déroulerait si l'un des cavaliers de l'apocalypse refusait de détruire le monde. Pendant 5 tomes, les auteurs nous dépeignaient un monde en perdition, tenu par une secte élitiste. Ceci en nous promettant une guerre et la destruction du monde.

    Dans cette intrigue ce tome 6 semble presque être un moment de calme entre deux tempêtes. Une partie des personnages importants n'apparaissent pas tandis que la majorité des autres discutent tranquillement autours d'une table du destin du monde et de leur personne. Bien entendu, cela permet de placer une nouvelle intrigue et de préparer la suite de l'histoire mais il ne se passe presque rien en beaucoup de numéros. Les auteurs permettent aussi à Mort de retrouver son fils. Là aussi la fin de cette intrigue me semble un peu précipitée. Après plusieurs tomes de recherches difficiles Mort semble tomber sur son fils au détour du chemin. J'espère que la suite permet de continuer l'intrigue plutôt que e faire une pause.

    *
    **
    *** Un tome qui semble faire une pause dans l'intrigue et que j'ai moins apprécié
    ****
    *****

    Image : Éditeur

    east-of-west-tome-6.jpg

  • Descender 5. Rise of the robots par Jeff Lemire et Dustin Nguyen

    Titre : Descender 5. Rise of the robots
    Auteurs : Jeff Lemire et Dustin Nguyen
    Éditeur : Image comics 10 janvier 2018
    Pages : 120

    Ce volume 5 contient Descender 22-26. Le programme, le CGU et les Gnishiens se préparent à la guerre dans un univers de plus en plus instable. Mais personne ne sait à quel point le programme s'est préparé à celle-ci. En secret, des milliers de robots de guerre ont été construit au sein de leur base. Andy, poursuivant Tim 21, tombe sur eux sans le vouloir et risque bien de ne pas s'en sortir. Le CGU, lui, décide d'envoyer une grande partie de sa flotte s'occuper de qui est considéré comme un mouvement terroriste. Pendant ce temps, Telsa et Quon sont à la recherche de l'ancien professeur de ce dernier, ainsi que du robot découvert par les deux anciens amis. Mais illes ne savent pas que le petit robot qui les accompagne n'est pas Tim 21 mais Tim 22.

    SPOILERS

    Ce volume est considéré comme le premier événement de la série. Celui-ci était l'annonce du soulèvement des machines après 10 ans de destructions. Ce moment est bien mis en scène et la surprise des organiques est totale. D'autant que la flotte de la CGU est détruite par les auteurs. Cependant, les auteurs ne se concentrent pas assez sur ce soulèvement. On ne sait pratiquement rien de celui-ci, si ce n'est quelques images. Pire encore, on ne suit personne qui puisse être un témoin privilégié. On est donc obligé de croire sur parole les personnages lorsqu'illes nous annoncent le danger de ce soulèvement et son caractère global.

    En effet, les auteurs ont préféré se concentrer sur Tim 21 et sa relation avec les moissonneurs. Ces gigantesques robots sont toujours aussi mystérieux et nous ne savons toujours presque rien sur eux. On ne sait rien non plus sur la relation entre Tim 21 et elles, mis à part qu'elle a un lien avec un monde virtuel capable, peut-être, de sauvegarder tous les robots. Le prochain volume est annoncé comme le dernier et j'espère que l'on en saura enfin un peu plus sur cette intrigue !

    *
    **
    ***
    **** Un événement un peu décevant mais les auteurs continuent à capitaliser sur ce qui fonctionne : Tim 21 et son lien avec les Moissonneurs.
    *****

    Image : Éditeur

    Descender_Vol05-1.png

  • Descender 4. Mise en orbite par Jeff Lemire et Dustin Nguyen

    Titre : Descender 4. Mise en orbite
    Auteurs : Jeff Lemire et Dustin Nguyen
    Éditeur : Urban comics 17 novembre 2017
    Pages : 128

    Ce tome 4 contient Descender 17-21 publiés dans Descender vol. 4: Orbital Mechanics. Telsa, Quon et Tim 21 sont sur la lune mécanique, repère de la résistance robotique. Bien que les robots se présentent comme pacifistes Telsa et Quon ne les croient pas, car la résistance possède de nombreux secrets qui pourraient se révéler dangereux pour la vie organique. Tim 21, lui, apprend à connaitre son frère Tim 22. Mais les retrouvailles ne sont pas faciles puisque Tim 22 essaie de détruire Tim 21. La seule solution est la fuite, et le début d'une guerre entre les machines et les organiques. Telsa, elle, souhaite en savoir plus sur le professeur qui a tout appris à Quon. Mais encore faut-il le retrouver.

    SPOILERS

    Encore une fois, comme on en a l'habitude, il ne se passe pas grand-chose dans ce tome même si l'intrigue avance en direction d'une guerre. Les relations entre les différentes factions continuent à se diriger vers une guerre totale, annonçant le prochain arc du comics. Les personnages ne se rencontrent pas encore mais se rapprochent, en particulier en ce qui concerne Andy et Tim 21. Mais, l'intrigue principale n'avance que peu. On ne sait toujours rien des Moissonneurs ni de leur but. Cependant, la série est toujours aussi belle et je suis toujours accroché aux aventures écrites par Lemire.

    *
    **
    ***
    **** L'intrigue principale avance sans avancer, mais j'aime toujours.
    *****

    Image : Éditeur

    descender-tome-4.jpg

  • Descender 3. Singularités par Jeff Lemire et Dustin Nguyen

    Titre : Descender 3. Singularités par
    Auteurs : Jeff Lemire et Dustin Nguyen
    Éditeur : Urban comics 2 juin 2017
    Pages : 120

    Ce tome contient Descender 12-16 publiés dans Descender vol. 3: Singularities. Il y a plus de 10 ans, le cosmos fut attaqué par des machines de la taille d'une planète, les Moissonneurs. Depuis, les mondes civilisés sont dans la tourmente alors que les relations diplomatiques entre les empires sont chaotiques. Cette attaque a aussi lancé un pogrom contre les robots, il s'ensuivit naturellement un mouvement de résistance. Le docteur Quon, Tilsa et le petit robot Tim 21 pourraient être sur la voie permettant de comprendre qui sont les Moissonneurs. Mais illes sont capturés par la résistance robotique, une résistance qui possède un dangereux secret.

    SPOILERS

    Il n'y a pas grand chose à dire sur ce tome 3. En effet, les numéros inclus font une pause avec l'intrigue principale afin de nous présenter les différents protagonistes entre l'attaque et le présent. Dans chacun des cas, on commence il y a 10 ans pour continuer quelques années plus tard et finalement comprendre ce qui a mené les personnages au point actuel. Cela permet de mieux connaitre certains personnages peu développés dans le cadre de l'intrigue principale, à l'instar d'Andy par exemple, mais aussi de mettre en scène le chaos qui a suivi l'attaque des Moissonneurs. Les personnages choisis sont loin d'être inintéressants. J'ai particulièrement apprécié mieux connaitre Andy mais c'est Moissonneur qui m'a le plus intéressé. En effet, depuis le début il se présente comme un tueur sans que jamais cela ne nous soit expliqué. Son numéro donne enfin la réponse, et la raison derrière ses actes.

    *
    **
    *** Une petite pause dans l'intrigue principale, elle n'est pas inintéressante mais pas forcément inoubliable.
    ****
    *****

    Image : Éditeur

    descender-tome-3.jpg

  • Black Science volume 6. Forbidden realms and hidden truths par Rick Remender, Matteo Scalera et Moreno Dinisio

    Titre : Black Science volume 6. Forbidden realms and hidden truths
    Auteurs : Rick Remender, Matteo Scalera et Moreno Dinisio
    Éditeur : Image comics 19 juillet 2017
    Pages : 128

    Ce volume contient Black Science 26-30. Grant McKay est enfin rentré chez lui. Il a ramené sa fille, Pia, avec lui-même si elle aurait préféré se marier avec son divin fiancé. Mais le reste de l'équipe est toujours perdue dans différents univers. Grant ne peut pas les aider. Dans sa terre sa femme l'a quitté au profit de Kadir. Block utilise son invention pour prendre le contrôle du multivers. Et lui-même est considéré comme un meurtrier, enfermé dans un asile. Cependant, Grant ne pensait pas que son fils et son étudiant seraient capables de trouver un moyen de voyager sans aide. Dès que possible, ils rentrent chez eux mais ils ont une mission. En effet, lors de leurs voyages ils ont rencontré un groupe de super héros qui a décidé de suivre un but précis : Sauver le multivers de deux calamités. Les deux approchent de la Terre.

    SPOILERS

    Je ne sais pas exactement combien de numéros contiendra la série. Il me semble que l'on approche de la fin puisque plusieurs intrigues autours de Grant McKay commencent à se relier. En effet, on observe enfin les réelles conséquences du Pilier, que nous n'avions qu'aperçues, sur un monde. La terre de Grant est maintenant sous le contrôle économique d'une seule corporation qui n'hésite pas à utiliser des êtres vivants et univers comme monnaie d'échange. De plus, les différents personnages commencent enfin à se retrouver, ayant changé quelque peu, avec le but commun de sauver le multivers. En effet, les deux menaces que nous avons rencontrées dans les pages de Black Science sont plus puissantes qu'auparavant et les destructions imaginées par les dessinateurs sont impressionnantes. Enfin, plusieurs menaces commencent à être connues, je pense en particulier à la Sorcière qui aura probablement un rôle plus important que je ne le pensais. J'apprécie toujours autant l'intrigue ainsi que les personnages, qui en prennent pour leur grade, mais j'espère que les auteurs sauront terminer leur histoire.

    *
    **
    ***
    **** Ce volume s'amuse un peu plus que le précèdent tout en reliant plusieurs intrigues et menaces. L'équipe est proche d'être enfin réunie et de pouvoir agir pour suivre leur mission initiale.
    *****

    Image : Éditeur

    BlackScience_Vol06-1.png

  • Black Science 5. Le pacte de Circé par Rick Remender, Matteo Scalera et Moreno Dinisio

    Titre : Black Science 5. Le pacte de Circé
    Auteurs : Rick Remender, Matteo Scalera et Moreno Dinisio
    Éditeur : Urban comics 14 avril 2017
    Pages : 104

    Ce tome contint Black Science 22-25 publiés chez Image Comics Black Science vol.5: True Atonement. Pendant trois ans Grant McKay s'est laissé tomber dans le désespoir après avoir perdu ses enfants et son équipe lors du dernier saut du Pilier. Tout le monde est dispersé mais Grant a réussi à reconstruire un vaisseau pilier afin de chercher tous les membres de son équipe, les ramener à domicile et réparer ses erreurs. Son premier voyage a concerné Rebecca dont il a puni la trahison. Maintenant, il est prêt à retrouver sa fille, Pia. Mais celle-ci n'est pas forcément très heureuse de retrouver son père. D'autant que ce dernier met à mal une construction très fragile qu'elle a mis trois ans à mettre en place : la paix entre des êtres divins. De plus, Grant McKay commence à se rendre compte des problèmes que pose le Pilier pour les réalités.

    SPOILERS

    Black Science est l'une des séries que j'ai mis le plus de temps à accepter de lire mais aussi l'une de celles que j'apprécie le plus. Ses personnages sont loin d'être sympathiques et le pire est probablement Grant. Car celui-ci cache ses problèmes derrière une idéologie justifiant ses échecs. Le dernier tome permet de faire grandir le personnage en le confrontant à son passé. Il est donc normal que ce tome 5 confronte ce nouveau Grant à l'une des personnes les plus critique envers lui : sa fille. La rencontre est parfaitement mise en scène et l'on comprend parfaitement pourquoi Pia n'apprécie pas beaucoup son père.

    Mieux encore, ce tome commence à ajouter de véritables menaces. Bien entendu, on a déjà rencontré une race parasite et une race adoratrice de la mort. Mais ce tome met en avant la menace du capitalisme sans limite dans la personne de Block. Ce dernier utilise le Pilier non pour la découverte ou aider l'humanité mais pour son propre bien sans prendre en compte les dégâts causés. Ce personnage est totalement aveugle au danger et ne voit qu'une fortune future pour lui-même. Pire encore, les dégâts des voyages sur les réalités sont de plus en plus apparents et il devient difficile de savoir de quelle manière il est possible de réparer ce qu'a fait Grant. Bref, ce tome permet de continuer sur la lancée du précédent en montrant à quel point Grant McKay s'est trompé et à quel point il est dangereux pour l'univers. Mais il permet aussi un début de réhabilitation pour ce personnage.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** Un tome 5 très court mais toujours aussi bon. Vivement la suite !

    Image : Éditeur

    black-science-tome-5.jpg

  • We stand on guard par Brian K. Vaughan, Steve Skroce, Matt Hollingsworth et Fonografiks

    Titre : We stand on guard
    Auteurs : Brian K. Vaughan, Steve Skroce, Matt Hollingsworth et Fonografiks
    Éditeur : Image comics 5 avril 2017
    Pages : 160

    Ce tome contient We stand on guard 1-6. Dans un siècle les USA sont sous le contrôle d'une présidente. Le pays ne semble pas aller si mal. Cependant, une bombe explose au sein de la Maison Blanche. Le monde entier, et une famille au Canada, se demande quelle est l'organisation responsable et quel pays les USA vont bombarder pour se venger. Tout le monde est surpris alors que les bombes des États-Unis détruisent le Canada tandis que les forces armées des États-Unis détruisent l'armée canadienne. 12 ans plus tard, le Canada est annexé, sous contrôle militaire. Les ressources naturelles sont contrôlées et les prisonniers politiques incarcérés dans des camps de travail après des séances de tortures mentales. Pourtant, un petit groupe continue de résister dans les forêts canadiennes. Et leur combat pourrait bien être plus important que prévu.

    Vaughan est un scénariste que je suis les yeux fermés. J'ai bien aimé Y the last man, Paper Girls est aussi une réussite, j'ai adoré ex Machina et Runaways chez Marvel. Mais c'est surtout Saga dont je souhaite toujours connaitre les suites. Donc lorsque j'ai appris que Vaughan avait décidé de scénariser une minisérie sur l'invasion du Canada je l'ai pratiquement achetée les yeux fermés. Disons-le tout de suite, il y a une grosse imperfection à la série : elle est bien trop courte. Ce n'est pas seulement un souhait personnel de continuer l'histoire. C'est aussi un problème puisque de nombreuses intrigues sont très rapides tandis que des pans entiers de l'univers de We stand on guard sont laissés à l'imagination de la personne qui lit. J'aurais apprécié quelques numéros de plus afin de développer les personnages, les intrigues ainsi que l'univers. Mais, le comics fonctionne tout de même bien en l'état.

    Ce que j'apprécie particulièrement dans ce comics est justement l'un des points négatifs : on ne sait rien. Vaughan ne nous dit pas qui est responsable de l'attaque contre la Maison Blanche. Est-ce réellement le Canada ? Ou alors les Etats-Unis ont-ils utilisé cette attaque pour justifier une invasion ? Ce que l'on voit ce sont les conséquences alors que l'armée des US bombarde des civils, pratique la torture et enferme toutes personnes qui pourraient être des opposants armés ou politiques. Ainsi, les USA ne sont pas montrés sous leurs meilleurs jours mais on ne sait pas non plus si le Canada est responsable, bien que l'on soit bien plus proche des personnages canadiens qui résistent contre l'invasion.

    Mieux encore, les scénaristes décident de broder sur le réchauffement climatique et ses conséquences. Bien que les informations soient éparses, on apprend que les USA sont en besoins de ressources alors que des émeutes ont lieu régulièrement et que les cultures sont de moins en moins abondantes. Dans ce contexte, l'accès à l'eau canadienne est une nécessité. Ce point permet à Vaughan de trouver une explication à l'invasion du Canada par les troupes des États-Unis. Il explique aussi de quelle manière ces ressources sont pillées tandis que les forces américaines parlent de l’égoïsme canadien, leurs politiques ayant refusé de partager l'eau avec leur voisin du sud.

    Tout ceci permet de faire un parallèle évident avec notre époque. Vaughan décrit un pays capable d'attaquer un autre sur des prétextes qui peuvent être réels mais qui servent surtout à atteindre des objectifs économiques et politiques. Il est impossible de ne pas penser à la prise de contrôle des puits de pétrole, ou encore aux sévices mis en place par l'armée des États-Unis dans différents pays du Moyen-Orient. La vision que donne ce comics des États-Unis est loin d'être tendre. On nous montre un pays capable de tout, essayant d'éviter que des informations atteignent les médias ou les Nations Unis et qui n'hésite pas à massacrer des civils si cela peut permettre de vaincre.

    *
    **
    ***
    **** Bien écrit, les scénaristes réussissent à garder le mystère tout en décrivant beaucoup d'actes qui permettent de parler de notre époque, tout en posant la question des effets militaires du réchauffement climatique.
    *****

    Image : Éditeur

    WeStandOnGguard_tpb_cvr.jpg

  • Saga 7

    Titre : Saga 7
    Auteur-e-s : Fiona Staples et Brian K. Vaughan
    Éditeur : Urban comics 19 mai 2017
    Pages : 152

    Ce tome contient Saga 37-42 publiés dans l'édition originale Saga volume six. Pour la première fois depuis longtemps Marko, Alana et Azel sont réunis, ainsi que leur baby sitter fantôme Izabel. Mais la recherche d'Azel a couté cher. La mère de Marko est toujours en prison alors que la famille recueille un nouveau membre en la personne de Petrichor. Mais les changements sont tout aussi nombreux. Il est possible qu'Azel puisse être, prochainement, une grande sœur. Tandis que le robot Prince attend avec impatience de retrouver son fils. Tout irait bien si le vaisseau n'était pas en panne de carburant, forçant un atterrissage sur le pire endroit de la galaxie : Phang.

    Saga est l'un de mes comics préférés pour de nombreuses raisons, que je ne suis pas toujours capable d'exprimer. J'aime suivre cette famille aux problèmes si communs dans une galaxie vivante et diverse mais détruite par une guerre sans fin. Tomes par tomes, les auteur-e-s ajoutent quelques informations, un peu de complexité et enrichissent encore plus ce qu'illes ont créé.

    Saga est aussi une série qui ne s’embarrasse pas de belles histoires et de fins heureuses. Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas de belles histoires. Mais les fins heureuses sont beaucoup moins nombreuses. À mon avis, parfaitement subjectif, ce tome est le pire en ce qui concerne les fins. Rien n'est fait pour épargner les personnes qui lisent la série. Je ne sais pas ce qui m'a le plus touché dans les horreurs et les scènes tristes de ce tome. Plutôt que de sauver tout le monde les auteur-e-s préfèrent prévenir que, dans la vraie vie, des gens meurent, disparaissent et sont cruels. Alors pourquoi raconter un mensonge dans ce comics ?

    *
    **
    ***
    ****
    ***** Un tome toujours aussi bon avec des scènes particulièrement déchirantes

    Image : Éditeur

    saga-tome-7-44033-270x415.jpg

  • Saga 6 par Fiona Staples et Brian K. Vaughan

    Titre : Saga 6
    Auteur-e-s : Fiona Staples et Brian K. Vaughan
    Éditeur : Urban comics 7 octobre 2016
    Pages : 152

    Ce tome contient Saga 31-36 publiés dans Saga Volume 6. Après bien trop longtemps je retourne enfin dans l'univers de Saga ! Lors du tome précèdent Alana et Marko se séparaient. Hazel était enlevée par un citoyen du royaume robot qui voulait l'utiliser afin de créer une révolte contre les deux mondes en guerres que sont Continent et la Lune. Mais, bien entendu, les gens ne sont pas ce qu'illes prétendent être et, après bien des péripéties, Marko retrouve Alana tandis que Hazel disparait avec sa grand-mère. Plusieurs années se déroulent avant que l'on retrouve tout ce beau monde. Hazel est dans un pénitencier destiné aux personnes non combattantes tandis que Marko et Alana essaient de trouver des indices pouvant conduire à leur famille.

    Saga me plait depuis le premier tome. Les péripéties d'une famille qui fuit l'univers entier. Un univers très coloré et varié. Des personnages compliqués et que l'on apprécie même quand ce sont des ordures. Rien n'est simple dans ce comics qui se base pourtant sur la plus vieille histoire du monde : comment devenir une famille qui fonctionne plus ou moins bien. La bonne idée de ce tome, à mon avis, est de repartir plusieurs années après. Cela permet non seulement de faire grandir Hazel mais aussi de créer de nouvelles histoires aux différents personnages. Les auteur-e-s pourront donc nous en apprendre un peu sur les aventures du passé sans donner l'impression de redire des choses. Le comics continue à se lancer dans des thèmes difficiles tandis qu'il s'intéresse à une professeure mais aussi à la quête de vérité de deux journalistes. Quête qui les pousse à faire des sacrifices importants. L'action est rapide et pourtant il ne se passe pas grand-chose dans ce tome. Mais la série fonctionne ainsi depuis le début et ça fonctionne très bien !

    *
    **
    ***
    ***** Saga m'avait manqué, c'est un plaisir d'y revenir.

    Image : Éditeur

    saga-tome-6-39697-270x407.jpg

  • Paper Girls 2 par Brian K. Vaughan, Cliff Chiang et Matt Wilson

    Titre : Paper Girls 2
    Auteurs : Brian K. Vaughan, Cliff Chiang et Matt Wilson
    Éditeur : Urban comics 17 mars 2017
    Pages : 136

    Ce second tome contient Paper Girls 6-10 publiés chez Image Comics. Lors du tome précèdent quatre jeunes filles se levaient afin de livrer des journaux dans leur ville. C'était la fin de la nuit des Morts et elles ont préférés rester ensemble en cas de problèmes. Mais rien ne pouvait les préparer à l'arrivée de gens étrangers et de dinosaures. Après bien des péripéties elles furent envoyées en 2016 juste avant la fameuse élection. Elles souhaitent toujours comprendre ce qui leur est arrivé. Alors pourquoi ne pas se rendre chez leurs versions plus âgées ? Mais seule Erin est resté en ville et le futur de chacune ne semblent pas aussi rose que prévu. Pire encore, une ville est soumise à l'attaque d'êtres venus du futur. Le groupe à peu de temps pour réfléchir et savoir qui est qui. Il faut aller de l'avant.

    Le premier tome m'a beaucoup intrigué. Les auteurs créaient des personnages intéressants et assez différents les uns des autres. L'intrigue était rapide et presque aucunes réponses ne nous était donnée. Je voulais en savoir plus, comprendre ce qui se déroulait et qui étaient les différents groupes qui semblent se battre. Ce second tome permet d'ajouter un peu de mystère tout en répondant à certaines questions. On en sait plus sur la provenance des personnages, voir même l'époque, et leur technologie. On en sait aussi plus sur le fonctionnement de celle-ci dans ce monde précis. Par contre, les causes de la guerre qui semble exister ne sont que peu explicitées. Les auteurs décident aussi d'utiliser l'arc classique de la rencontre entre le passé et le futur des personnages. Bien que l'on puisse craigne le pire, je trouve que celle-ci est assez réussie. Elle permet non seulement de donner des informations sur le futur mais aussi de mieux caractériser chacune des filles. Au final, il ne se passe pas grand-chose et pourtant tout va très vite. Personnellement, je suis toujours accroché et je fais confiance aux auteurs pour la suite.

    *
    **
    ***
    **** Un second tome tout aussi réussi que le premier mais qui se permet de développer un peu le contexte et les personnages.
    *****

    Image : Éditeur

    paper-girls-tome-2-42637-270x408.jpg

  • Paper Girls 1 par Brian K. Vaughan, Cliff Chiang et Matt Wilson

    Titre : Paper Girls 1
    Auteurs : Brian K. Vaughan, Cliff Chiang et Matt Wilson
    Éditeur : Urban comics 7 octobre 2016
    Pages : 160

    Ce tome contient Paper Girls 1-5. 1988, le monde est encore sous la Guerre Froid. Les États-Unis décident si Bush sera président ou non et, dans une petite ville, 4 jeunes filles se réveillent tôt le matin. Leur travail est de s'occuper de la distribution du journal local afin que toutes les personnes abonnées soient servies. Mais c'est aussi le lendemain d'Halloween et il est mieux de travailler en groupe pour éviter les groupes d'adolescent-e-s idiot-e-s et alcoolisé-e-s. Tout se passe bien jusqu'à ce que le groupe soit confronté par deux jeunes en costumes étranges. Rapidement, tout change et la ville, qui était familière, devient un lieu étrange remplis de monstres.

    J'apprécie beaucoup Vaughan. Il est rare que ses histoires me déçoivent et certains des comics dont il est le scénariste sont parmi les meilleurs que je connaisse. Il devient donc difficile de ne pas se jeter sur tout ce qu'il écrit sans même me demande si je vais apprécier ou non. Dans ce comics Vaughan décide de jouer sur la fin des années 80. Une époque souvent mise en scène dans des films classiques de notre enfance. On retrouve donc la formule que l'on connait : un petit groupe d'enfants se retrouve lié à des événements extraordinaires. Mais je ne saurais pas vous dire quels sont ces événements. Les auteurs ne nous offrent aucun indice et nous sommes aussi perdu que les jeunes filles le sont face à tout ce qui se passe.

    Ce que j'apprécie dans Saga se retrouve ici. Il y a une grande diversité dans les personnages. Les couleurs sont vives. On retrouve aussi bien des humain-e-s que des personnages qui nous semble très étrangers. Les auteurs semblent vouloir nous dépayser en créant tout ce que leur imagination peut leur donner. Ainsi, ce n'est presque pas une surprise que de lire que certains monstres sont, en fait, les enfants d'un autre personnage. Ce dépaysement est aussi aidé par la langue (je plains les personnes chargées de la traduction). Outre le "français" il existe deux autres langues. L'une est constituée de signes et je suis incapable de la lire. La seconde semble une version futuriste du "français" que l'on peut comprendre mais qui reste très différent de ce que l'on connait, avec une adjonction de latin de temps en temps. Ce premier tome est intriguant. On ne nous donne presque rien et nous suivons l'intrigue au même rythme que les héroïnes du récit sans savoir si les décisions prises sont les bonnes ou des erreurs.

    *
    **
    ***
    **** Le premier tome est beau, il dépayse fortement mais il ne donne aucun indice. Je me demande comment l'intrigue va continuer et ce qui se déroule.
    *****

    Image : Éditeur

    paper-girls-tome-1-41502-270x416.jpg

  • Low 3. Les rivages de l'espérance par Rick Remender, Greg Tocchini et Dave McCaig

    Titre : Low 3. Les rivages de l'espérance
    Auteurs : Rick Remender, Greg Tocchini et Dave McCaig
    Éditeur : Urban 17 mars 2017
    Pages : 144

    Ce tome 3 contient Low 11-15 publiés dans Low col. 3: Shore of the dying light. Il y a dix ans, une famille était détruite lors d'une attaque pirate. Il y a des milliers d'années, l'humanité s'est réfugiée sous les eaux face à un soleil en expansion. Il ne reste plus que trois cités humaines. La mort est proche et l'espoir presque éteint. Mais une sonde est arrivée d'une autre planète. Il est possible que la vie soit possible. Depuis, Stel Caine a décidé de retrouver cette sonde, d'en faire le but de sa vie, de sauver ce qui reste de l'humanité. Par la même occasion, elle retrouve ses filles qui lui ont été volée il y a longtemps. Et aujourd'hui, Stel Cain a enfin atteint la surface et y trouve une vie nouvelle et différente de tout ce qu'elle a connu. Ses filles, elles, suivent de près. Mais sont-elles identiques aux souvenirs qu'en a Stel ?

    Rick Remender écrit ce comics afin de parler d'espoir. Il met en place plusieurs cités et plusieurs personnages qui se trouvent toujours sur le spectre de l'espoir. Salis est une démocratie condamnée, Paloma une civilisation pirate qui interdit le savoir et Volden une dictature qui tue toutes personnes accusées d'espoir. Stel est l'incarnation de l'espoir tandis que l'une de ses filles croit en l'idéologie de Volden. Avec ces différents personnages et cités Rick Remender nous demande de nos situer nous-même : sommes-nous des optimistes invétérés ou plutôt des pessimistes ?

    De plus, Remender crée des intrigues difficiles pour tous les personnages. Quel que soit le personnage elle se retrouve mêlé à des dangers, à des trahisons et des difficultés extrêmes. Stel garde l'espoir mais elle doit d'abord remonter la pente après la perte de sa famille. Ce changement s'est mis en place durant le second tome face à une cité assombrie peuplée de cannibales. Les autres personnages doivent aussi revenir sur leur passé et réussir à accepter leurs erreurs, voir leurs crimes, pour continuer leur quête. L'intrigue est servie par un art que j'apprécie beaucoup. On sent que les dessinateurs se sont amusés à créer des espèces et des lieux flamboyants.

    *
    **
    ***
    **** Une intrigue global mêlée à quelque chose de plus intime dans un cadre toujours aussi beau.
    *****

    Image : Éditeur

    low-tome-3-42635-270x418.jpg

  • Lazarus 5. Génocide programmé par Greg Rucka et Michael Lark

    Titre : Lazarus 5. Génocide programmé
    Auteurs : Greg Rucka et Michael Lark
    Éditeur : Glénat comics 19 avril 2017
    Pages : 144

    Ce tome contient Lazarus 22-26. Dans le tome précèdent les familles du monde étaient en guerre. Les Carlyle mènent une alliance entre plusieurs familles pour s'attaquer aux Hock. Mais la famille Carlyle est en train de perdre. Car celle-ci a perdu son plus grand atout : le père de la famille. Il avait un plan mais il est mourant. Et ses enfants, filles comme garçons, ne sont pas certain-e-s de pouvoir le suivre ni de gagner la guerre. Heureusement, la famille a un autre atout : son Lazare du nom de Forever. Elle est le fruit d'une histoire secrète. Mais cette histoire est maintenant connue. Forever sait qui elle est. Pire encore, les autres familles savent qui elle est. Les Carlyle seront-illes capable de retrouver la loyauté de leur Lazare ? quel sera l'effet de ces révélations ? Le monde pourra-t-il survivre une nouvelle vague de destruction ?

    Depuis le premier tome j'apprécie cette série. Elle nous envoie dans un monde proche sans trop en dire. Bien que la technologie soit plus avancée que la nôtre elle reste proche. On ne nous dit rien sur les événements qui ont mené le monde à être gouverné par moins d'une vingtaine de familles mais on sait que cela dure depuis moins d'un siècle. On sait aussi que des guerres et des épidémies ont précipité ce que l'on voit dans cette série. De plus, les auteurs ont eu la bonne idée d'avancer lentement. Les premiers tomes s'intéressent d'abord aux Carlyle puis aux relations économiques proches. Ensuite, on apprend comment fonctionnent les relations politiques. Et, enfin, on observe la guerre. Derrière ce premier drame, la mise en place d'un plan qui débouche sur une guerre qui détruit bon nombre de familles, il y a le drame de Forever. Celui-ci est bien plus intime. Forever pense être de la famille mais elle apprend n'être qu'une expérience soumise à un contrôle strict. Alors elle se demande, faut-il rester loyale envers la famille ? Dans ce contexte, le personnage de Johanna est très intéressant. On pense d'abord qu'elle ne veut que manipuler tout le monde pour son propre bien. Mais je me demande, après ce tome, si ses souhaits ne sont pas différents ?

    *
    **
    ***
    ****
    ***** Encore un très bon tome !

    Image : Éditeur

    9782344020180-L.jpg

  • Descender 2. Lune mécanique par Jeff Lemire et Dustin Nguyen

    Titre : Descender 2. Lune mécanique
    Auteurs : Jeff Lemire et Dustin Nguyen
    Éditeur : Urban comics 30 septembre 2016
    Pages : 120

    Ce second tome contient les numéros 7-11 publiés dans Descender Vol. 2 : Machine Moon. Il y a dix ans la galaxie se réveillait face à d'énormes machines, les moissonneurs (non, pas ceux de Mass Effect). Celles-ci ont détruit les mondes majeurs de la galaxie puis sont parties. Il y a dix ans ont commencé des destructions systématiques des robots, les botgroms. La galaxie, depuis, est affaiblie tandis que la peut du retour des moissonneurs est dans tous les esprits. Dix ans plus tard un robot de dernière génération se réveille, Tim 21. La galaxie est immédiatement en état d'alerte car ce robot pourrait bien permettre de comprendre ce que sont les moissonneurs. Immédiatement, plusieurs groupes sont envoyés pour le récupérer, ou le détruire. Tim 21 est rapidement capturé par les Gnishiens mais la résistance robotique le sauve.

    Ce comics tient une place spéciale depuis que je l'ai découvert. Je le trouve tout simplement beau. J'aime énormément les choix graphiques qui sont, à mon avis, très réussis. J'apprécie aussi de découvrir un univers petit à petit sans précipitation. C'est encore plus vrai pour ce second tome qui n'avance pas l'intrigue trop vite tout en offrant des éléments précieux pour celle-ci. Ainsi, nous en savons plus sur le frère de Tim, sur les robots et nous avons des indices sur le prochain récit.

    Je pense que le récit pose la question de l'enfance. Pour cela, les auteurs placent Tim 21 face à Tim 22. Le premier est un robot bourré d'émotions et de tristesses. Le second n'a connu que la curiosité et la jalousie. La différence tient aux personnes qui les ont entourées. Alors que Tim 21 a été entouré de personnes capables de donner de l'amour Tim 22 n'a connu que la solitude. Et ces différents passés ont des impacts très importants sur le fonctionnement des robots dans le présent. Bien entendu, on peut se demander si un robot capable d'apprendre et de changer selon son environnement est réellement une simple machine. J'ai l'impression, que le récit se dirige dans cette direction en offrant des caractéristiques humaines aux robots.

    *
    **
    ***
    **** Un second tome tout aussi beau que le premier et qui avance gentiment.
    *****

    Image : Éditeur

    descender-tome-2-40856-270x433.jpg

  • Black Science 4. Sur les rives du Léthé par Rick Remender, Matteo Scalera et Moreno Dinisio

    Titre : Black Science 4. Sur les rives du Léthé
    Auteurs : Rick Remender, Matteo Scalera et Moreno Dinisio
    Éditeur : Urban comics 26 août 2016
    Pages : 128

    Ce tome contient les numéros 17-21 publiés dans Blackscience vol. 4 : Godworld. Le dernier saut a été particulièrement malheureux. Rebecca, n'écoutant que son désir, a tout fait pour rejoindre un monde dans lequel son frère jumeau est vivant. Mais ses actions ont détruit le pilier et dispersé l'équipe dans plusieurs mondes. Grant a vécu trois ans sans voir ses enfants. Il essaie, tant bien que mal, de construire un pilier. Mais il est proche du désespoir. Et pendant qu'il se morfond son équipe et ses enfants sont en danger. Pire encore, il commence à comprendre à quel point les voyages entre dimensions sont dangereux non seulement à cause des menaces qui se déplacent mais aussi à cause de lui.

    Le thème de ce tome pourrait être la dépression. En effet, nous commençons alors que trois ans ont passé. Mais nous ne l’apprenons pas tout de suite. Car avant de rechercher son équipe et ses enfants Grant doit sortir de son désespoir. La première partie du tome, la plus réussie depuis le début à mon avis, est un plongeon dans la dépression de Grant et les raisons de celle-ci. Pour cela, les auteurs nous montrent le passé de Grant. Celui-ci permet de mieux comprendre certaines décisions mais surtout pourquoi il agit ainsi. Une bonne partie de ce tome est une confrontation entre Grant et son passé. Encore une fois, je trouve que cette mise en scène est très réussie et permet de me dire que ce quatrième tome est le meilleur de la série actuellement.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** Une plongée réussie dans l'esprit de Grant !

    Image : Éditeur

    black-science-tome-4-40554-270x422.jpg

  • Black Science 3. L'impossible odyssée par Rick Remender, Matteo Scalera et Moreno Dinisio

    Titre : Black Science 3. L'impossible odyssée
    Auteurs : Rick Remender, Matteo Scalera et Moreno Dinisio
    Éditeur : Urban comics 15 janvier 2016
    Pages : 136

    Ce tome contient les numéros 12-16 publiés dans Black Science Vol. 3 : Vanishing Pattern. Le dernier saut a été difficile. Un double de Grant est mort et la femme de celui-ci, Sara, est en colère. Dans le même temps, Nate fait une crise par manque d'insuline. Le monde dans lequel le groupe se trouve semble abandonné. Mais une force armée s'y trouve et ressemble étrangement à des romains. Rapidement, le groupe apprend que ce monde avait aussi un groupe chargé de trouver le moyen de traverser les dimensions. Et elleux aussi n'ont amené que la mort. De plus en plus, il apparait que les sauts sont loin d'être aléatoires.

    Remender se calme encore un peu plus. On pourrait diviser le tome en deux intrigues. Premièrement, plusieurs courtes parties des numéros permettent de visiter encore un peu plus le passé des personnages. On en apprend plus sur Pia et sur Shawn mais aussi sur la famille de Grant (ce dernier est toujours un homme particulièrement abject). La seconde partie est la prise de conscience des effets de la technologie qui permet les sauts. Non seulement le pilier suit un chemin déjà tracé mais celui-ci débouche sur des mondes détruits et en guerre. La prise de conscience est rude mais elle permet à Grant de retrouver le but qu'il s'était fixé. Un tome essentiel, donc, pour l'avancée psychologique des personnages et aussi pour continuer à instaurer l'ambiance négative de l'histoire.

    *
    **
    ***
    **** J'apprécie toujours autant l'histoire de Remender même s'il prend son temps pour mettre en place les choses.
    *****

    Image : Éditeur

    black-science-tome-3-36934-270x416.jpg

  • Black Science 2. La boîte de Pandore par Rick Remender, Matteo Scalera et Dean White

    Titre : Black Science 2. La boîte de Pandore
    Auteurs : Rick Remender, Matteo Scalera et Dean White
    Éditeur : Urban 7 mai 2015
    Pages : 136

    Ce second tome contient les numéros 7-11 publiés dans Black Science vol. 2 : Welcome, Nowhere. Dans le tome précédent on apprenait qu'un certain Grant a inventé une machine capable de traverser les murs de la réalité afin de voyager dans ce qu'il nomme l'infinivers. Malheureusement, ce "pilier" est défectueux et le groupe emmené par Grant se perd dans les dimensions parallèles. Certains sont déjà mort-e-s. Grant est même considéré comme mort et sa disparition a mis à mal le groupe. En effet, les enfants de Grant se sont enfuis forçant Kadir à les rechercher. Le groupe est secondé par le chaman kidnappé précédemment. Cependant, dans de multiples univers de nombreux Grant créent des piliers et d'autres personnes essaient de s'en emparer. Il semblerait que la machine soit encore plus dangereuse que prévue.

    Le tome précédent nous jetait dans la piscine en nous intimant de nager. On ouvrait à peine une page qu'une catastrophe se mettait en place. Ce tome permet de mieux construire certains personnages en particulier Grant, Kadir, Nate et Pia. On comprend un peu mieux qui illes sont et quels sont les envies qui leur permettent de survivre. Plus encore, ce tome permet d'introduire la menace posée par le pilier. Le Chaman l'explique précisément mais ce sont certains personnages qui permettent de mieux comprendre pourquoi cette invention est une mauvaise idée. Il faut aussi noter les magnifiques dessins. Remender aime créer des mondes particuliers et chacun sont sublimés par des styles très différents. On passe de rues sortis d'un film noir à une forêt luxuriante. Un bon second tome qui, encore une fois, ne place pas trop d’éléments.

    *
    **
    ***
    **** La surprise passée on se pose un peu mais on ne sait encore presque rien de l'intrigue.
    *****

    Image : Éditeur

    black-science-tome-2-31491-270x393.jpg

  • Black Science 1. De Charybde en Scylla par Rick Remender, Matteo Scalera et Dean White

    Titre : Black Science 1. De Charybde en Scyllablack-science-tome-1-33864-270x445.jpg
    Auteurs : Rick Remender, Matteo Scalera et Dean White
    Éditeur : Urban 13 février 2015
    Pages : 176

    Ce tome contient Black Science vol. 1: How to fall forever (numéros 1-6). J'ai mis longtemps à me décider à lire Black Science. Je connais Remender et j'aime bien son travail. Mais je n'étais pas certain d'apprécier Black Science. Après de longs mois je me suis décidé. Nous sommes à une époque indéterminée. Une bande d'humain-e-s fuient face à des bestioles qui semblent ne pas leur vouloir beaucoup de bien. On apprend qu'il est nécessaire de trouver un ingrédient précis afin de faire fonctionner une machine et de partir dans un autre univers. Car ces humain-e-s sont des membres de la Ligue Scientifique Anarchiste. Ensemble, illes ont réussi à briser la barrière entre les mondes et de voyager entre les univers parallèles. Mais illes ne savent pas comment rentrer et tout semble vouloir les tuer. Non ce n'est pas une adaptation de Sliders. C'est le nouveau comics de Remender !

    Il y a une chose à dire sur Remender : il aime créer des lieux et des univers colorés. Immédiatement, il nous plonge dans l'action sans nous donner beaucoup d'informations. Ce n'est qu'après un ou deux numéros qu'on en sait un peu plus sur les personnages et l'intrigue. Remender ajoute aussi quelques flash backs afin de nous donner un peu d'information sur la raison des problèmes de l'équipe. Bref, concrètement, les voyageurs se trouvent dans l'infinivers. Celui-ci a la forme d'un oignon chaque couche étant un univers complet avec, au centre, la première décision. Tout y est possible. Les personnages sont aussi bien des scientifiques que des enfants ou encore des managers. Pour l'instant, les deux plus importants sont Grant, anarchiste et inventeur de la machine, et Kadir. Bien que l'on puisse être en faveurs de certains personnages Remender réussit à justifier les actions de certain-e-s tout en diminuant la sympathie pour d'autres. Au final, c'est un bon début.

    *
    **
    ***
    **** Une série qui commence bien et qui m'a accroché. Mais comment sera la suite ?
    *****

    Image : Éditeur

  • Low 2. Optimisme de surface par Rick Remender et Greg Tocchini

    Titre : Low 2. Optimisme de surfacelow-tome-2-270x412.jpg
    Auteurs : Rick Remender et Greg Tocchini
    Éditeur : Urban comics 22 avril 2016
    Pages : 120

    Ce second tome contient les numéros 7-10 publiés dans Low vol. 2 : Before the dawn burns us. Le tome précédent présentait les personnages, l'intrigue et plaçait plusieurs événements traumatisants. Ce tome continue sur la lancée de ces même événements. Alors que la scientifique Stel reçoit de plein fouet la douleur des pertes qu'elle a connue récemment et dans le passé son vaisseau continue à monter mais doit se ravitailler dans une ville abandonnée. Cette ville n'est, cependant, pas si déserte que cela. Les humain-e-s qui y vivaient ont changé pour le pire. Parallèlement, on en apprend plus sur ce qui est arrivé à sa seconde fille dans une ville qui criminalise l'espoir et l'art. La seule question importante concerne la capacité des trois personnages de se réunir.

    Je le dis immédiatement, les graphismes sont toujours aussi beaux. J'aime beaucoup l'art de Tocchini et chaque page est un émerveillement alors que ses pinceaux me permettent de plonger sous les océans. L'intrigue, elle, reste plutôt basique. Elle est divisée en deux. La première partie concerne la seconde fille de Stel dont on suit le destin. On apprend qu'elle fait partie d'une force de police chargée de bannir l'art dès les premières pages. Encore une fois, le thème de l'espoir et de ses conséquences est au centre. Mais, cette fois, on nous présente une société militarisée et standardisée à l'extrême. La seconde partie concerne Stel. Remender a la bonne idée de lui faire perdre espoir puis d'essayer d'expliquer pour quelle raison le personnage réagit ainsi et comment s'en sortir. En effet, le personnage donne tout mais ne prend jamais le temps de penser à elle ce qui ne peut que lui faire du mal. Bien que l'intrigue me laisse perplexe j'ai tout de même envie de lire la suite.

    *
    **
    *** Je suis toujours mitigé mais ma curiosité est toujours présente.
    ****
    *****

    Image : Éditeur