internationale

  • Politique de l'Internationale par Michel Bakounine

    Titre : Politique de l'Internationale
    Auteur : Michel Bakounine
    Éditeur : In libro veritas
    Pages : 24

    Il est rare que j'écrive deux notes de suite mais je suis un peu en retard et je tente d'éviter de l'être encore plus. L'Internationale est l'organisation qui regroupe les travailleurs et travailleuses et opposants de tous les pays. Mais quel est son but ? Et, surtout, comment doit-elle réagir face aux autres partis. Pour Bakounine le but est pur et simple : la libération économique des travailleurs et travailleuses. Cependant, certains partis qualifiés de bourgeois par Bakounine tentent d’imiter, à un moindre niveau, une partie des buts de l'Internationale. L'auteur nous met en garde contre ce piège qui n'aboutirait qu'à continuer l'esclavage des masses ouvrières tout en leur offrant un petit peu d'espoir qui, finalement, ne coûte pas grand-chose. Selon Michel Bakounine ces partis et ses défenseurs, les bourgeois, doivent être exclus de l'Internationale et celle-ci doit lutter de toutes ses forces contre ses projets au bénéfice de la libération économique intégrale.

    Je n'ai pas présenté ce texte de manière tout a fait complète. Je me suis contenté des parties qui me semblent les plus importantes pour notre époque. En effet, l'Internationale, la quatrième du nom, est quasiment oubliée. Les partis de gauche ont presque tous abandonnés l'idée de la révolutions après avoir longtemps collaboré avec les parties du centre ou de droite libérale. La chute de l'URSS et la réalité de la Chine n'ont pas été tendres non plus pour l'utopie communiste. Mais ce que beaucoup oublient c'est qu'une révolution n'est pas forcément violente. Bien entendu, les choses vont plus vite quand on fait preuve de violence. Mais il y a deux dangers quand on utilise cet outil. Premièrement, un groupe d'individus se forme qui prend le pouvoir en main au nom de la révolution. Qu'est-ce qui garantit qu'ils l'abandonneront ? Ensuite, je considère, tout comme Sartre, que la violence à a la désagréable capacité de se retourner contre son auteur. Une tentative de révolution violente ne peut donc aboutir que sur une réaction tout aussi violente. La révolution, à mon avis, doit être pacifique et continue. C'est la raison pour laquelle il est nécessaire que des partis révolutionnaires, dans le sens que je viens de définir, puissent s'exprimer et préparer non seulement les esprits à une société différentes mais aussi de manière concrète des essais qui peuvent montrer que le système anarchiste peut réellement fonctionner. Ce n'est pas facile et ça prend du temps mais je pense que c'est une voie qui peut fonctionner et permettre eun réforme en profondeur de la société par l'exemple.

    Texte disponible sur In Libro Veritas sous licence art libre 1.3