11/02/2017

Starfire 2. A matter of time par Amanda Conner, Jimmy Palmiotti, Elsa Charretier et Emanuel Lupacchino

Titre : Starfire 2. A matter of time
Auteur-e-s : Amanda Conner, Jimmy Palmiotti, Elsa Charretier et Emanuel Lupacchino
Éditeur : DC 31 janvier 2017
Pages : 144

Ce volume contient Starfire 7-12. Malheureusement, ce volume est le dernier malgré l'arrivée d'Elsa Charretier sur le titre (connue pour The Infinite Loop dont j'ai déjà parlé). Starfire a des problèmes. Des problèmes avec les hommes. Alors que Sol essaie d'avoir un rendez-vous un ancien ami, supposé mort, arrive dans la petit île à la poursuite d'un engin de destruction massive. De quoi créer quelques tensions avec une personne qu'elle apprécie. Pire encore, elle-même, Atlee et Stella décident de se préparer des vacances entre filles. Bon, d'accord, ces vacances sont probablement positives et ne devraient pas être surprenants. Du moins si elles n'avaient pas lieu dans une ville souterraine emplie du peuple dont est originaire Atlee...

Il y a un léger changement de direction artistique dans ce tome alors qu'Elsa Charretier arrive. Personnellement, j'apprécie sa manière de dessiner qui se trouve dans la ligne de The Infinite Loop. Un autre changement concerne la série même qui est annulée après 12 numéros. Selon plusieurs interviews, la série n'était pas censée dépasser les 12 numéros et ceci a permis au duo de scénaristes de préparer la sortie avec brio. Plutôt qu'une fin avortée (je te vois Nightwing des new 52) ou en pleine vitesse dans un seul numéro les scénaristes préparent la fin en douceur tout en continuant sur les thèmes de la série. La fin est très réussite et permet de ne pas être frustré alors qu'elle s'inscrit parfaitement dans le ton mis en place dès le premier numéro.

Durant la série les personnages parlaient sexualité, attirance romantique et amitié. Starfire est mise en place comme un personnage extérieur qui tente de s'adapter à des normes qu'elle ne comprend pas vraiment. Atlee est presque dans le même cas et cette ressemblance est bien plus visible dans ce second tome. La sexualité, en particulier féminine, est vue positivement. Mais, plus que cela, c'est le rapport envers soi-même et les autres qui me semble au cœur de cette série. Atlee et Starfire sont ouvertes émotionnellement. Aucune des deux ne craint de se montrer vulnérable et les deux sont prêtes à parler ouvertement de leurs émotions et de leurs amitiés. Une bonne partie de ce tome joue sur la proximité émotionnelle des trois personnages féminins, avec Stella. Moins qu'une histoire de super-héroïnes j'y vois plutôt une histoire qui parle d'amitié ouverte et honnête.

*
**
***
**** Je suis déçu que ce soit déjà la fin.
*****

Image : Amazon

51Rg-iFj9DL._SX320_BO1,204,203,200_.jpg

10/02/2017

Starfire 1. Welcome home par Amanda Conner, Jimmy Palmiotti et Emanuela Lupacchino

Titre : Starfire 1. Welcome home
Auteur-e-s : Amanda Conner, Jimmy Palmiotti et Emanuela Lupacchino
Éditeur : DC 29 mars 2016
Pages : 160

Starfire est une alien venue d'une lointaine planète dont elle est la princesse. Mais, après une attaque, elle est expulsée et réduite en esclavage. Ce n'est que tardivement que ses pouvoirs se manifestent et qu'elle s'enfuit pour enfin atterrir sur Terre. Après une période mouvementée (et une garde-robe ridicule qui n'a pu être conçue que par un homme), elle décide de trouver un nouvel endroit pour vivre et apprendre à connaître les humain-e-s et leur manière de vivre. Après avoir demandé l'avis de plusieurs ami-e-s ainsi que de Superman, Starfire décide de se rendre sur une petite île de la Floride. Le soleil, l'eau, le sable, ... tout n'est que parfait et adapté à sa manière de penser le paradis. Starfire fait tout ce qu'elle peut pour s'acclimater, avoir un travail et un lieu pour vivre, avec l'aide d'une policière locale. Malheureusement, les problèmes s'acharnent sur la petite île qui doit survivre aux catastrophes naturelles et à des monstres.

Je n'avais strictement aucune envie de connaître la Starfire qui existait auparavant. Le fait que la série Teen Titans des new 52 n'ait pas bonne presse joue dans mon choix. Mais son costume, horrible, et l'usage du personnage m'ont convaincu de rester très loin de la série (allez voir quelques cases, c'est navrant). Personnellement, je suis habitué à la Starfire de la série animée Teen Titans (non pas celle diffusée actuellement, celle de 2003 à 2006). Starfire y possède la même origine et les mêmes pouvoirs. Elle est dépeinte comme une jeune adolescente un peu naïve mais qui essaie d'aider tout le monde tout en apprenant les coutumes locales. Ce premier tome tente de se rapprocher de la série.

Starfire est, semble-t-il, arrivée très récemment. Plusieurs pages de ce tome montrent l'héroïne qui essaie de comprendre les coutumes et de s'adapter. Personnellement, j'ai beaucoup aimé les petites bulles qui permettent de montrer ce que Starfire imagine quand on lui parle à l'aide d'expressions anglaises. Loin d'être naïve elle ne connaît surtout rien du fonctionnement de la société. Ainsi, elle ne comprend pas pourquoi on lui paie des verres ni pourquoi la nudité choque. Ce dernier point mérite qu'on en parle. En effet, bien que la tenue soit bien plus couvrante que la précédente elle reste très courte et Starfire porte souvent des habits peu couvrants. Bien que plusieurs dialogues montrent que c'est elle qui le souhaite il n'en reste pas moins que son style est expliqué par son origine (une manière un peu simpliste de justifier de dessiner une femme nue, à mon avis). Au moins, les hommes sont montrés comme bêtes face à elle. Mais il est dommage que le comportement masculin soit, ici comme ailleurs, la responsabilité de Starfire qui doit apprendre à se couvrir décemment et à agir de la même manière malgré son incompréhension. Bref, ce n'est pas un comics révolutionnaire mais il a le mérite d'être assez bien écrit, drôle et de faire sourire.

*
**
***
**** Des dessins que j'apprécie, une histoire qui n'est pas révolutionnaire mais assez bien menée. Plutôt sympathique.
*****

Image : Amazon

51yF8ezqOEL._SX322_BO1,204,203,200_.jpg

27/03/2016

Harley Quinn 2. Folle à lier par Amanda Conner, Jimmy Palmiotti et Chad Hardin

Titre : Harley Quinn 2. Folle à lierharley-quinn-tome-2-270x439.jpg
Auteurs : Amanda Conner, Jimmy Palmiotti et Chad Hardin
Éditeur : Urban Comics 12 février 2016
Pages : 232

Ce second tome contient les numéros 9-13, futures end 1, annual 1 et Harley Quinne invades Comic-Con international San Diego publiés dans Harley Quinn : Power outage. Il est difficile de résumer Harley Quinn. Ça part dans tous les sens et, d'ailleurs, ça n'a pas de sens. Ce second tome contient plusieurs courtes intrigues dont certaines n'ont lieu que durant un seul numéro. On retrouve Harley à New York dans son immeuble. Mais elle n'y reste pas longtemps. En effet, elle doit sauver son amie, et amante, Poison Ivy. Celle-ci est enfermée dans Arkham la prison la moins bien gardée du monde. Elle a à peine le temps de rentrer qu'elle est kidnappée par son plus grand fan qui ne veut que l'enfermer dans une cage. Et enfin, elle doit s'occuper de Power Girl. L'amnésie de cette dernière donne l'idée à Harley de lui faire croire qu'elles sont un couple d'héroïnes.

Ce tome, comme le premier, part dans tous les sens. J'ai plutôt bien aimé avoir autant de personnages féminins haut et en couleur qui doivent survivre à des situations abracadabrantes. Il ne faut d'ailleurs pas vraiment chercher de logiques dans les intrigues. J'ai apprécié le futures end qui permet à Harley de retrouver le Joker et de lui rendre la monnaie de sa pièce. Bien que les épisodes autours de Power Girl soient assez drôle je trouve que les blagues autours de la poitrine de Power Girl auraient pu être beaucoup moins nombreuses (voir être absente). Elles sont à la fois lourdes et absolument pas drôle. Ce tome est rempli de références et de bris de quatrième mur ce qui est assez réussi.

*
**
*** Dans l'ensemble j'ai plutôt apprécié mais il manque une véritable intrigue.
****
*****

Image : Éditeur

15/07/2015

Harley Quinn 1 Complétement marteau par Amanda Conner, Jimmy Palmiotti et Chad Hardin

Titre : Harley Quinn 1 Complétement marteauharley-quinn-tome-1-270x422.jpg
Auteurs : Amanda Conner, Jimmy Palmiotti et Chad Hardin
Éditeur : Urban comics 3 juillet 2015
Pages : 23

Ce premier tome (que j'attendais depuis longtemps) contient les numéros Harley Quinn 0, 1-8 et secret origins 4 publiés dans l'édition originale Harley Quinn : hot in the city. Ce gros premier numéro commence alors que le Joker a fait exploser Harley, ses biens et sa planque. Heureusement pour elle Harley survit. Encore mieux, elle apprend qu'elle a hérité d'un immeuble, via un ancien patient, à Coney Island. Mais elle arrive à peine à New York que deux choses se passent. Premièrement, un chien a besoin de son aide. Et ensuite il semblerait que quelqu'un ait passé un contrat sur sa tête. Sa vie va donc se dérouler entre ses nouvelles activités professionnelles, sa lutte quotidienne pour une version folle du "bien" et tuer des assassins envoyés à sa poursuite. Elle vivra tout ceci aux côtés de sa meilleure amie : Ivy 

Je n'avais lu, jusqu'ici, que deux numéros (qui font tous deux parties de ce tome) en version originale. Alors que penser de l’entier ? Eh bien ça commence fort avec un numéro 0 qui place Harley en position de juger les artistes qui pourraient dessiner sa série. Aucun n’est vraiment au goût de Harley et ceci donne une bonne occasion de casser le quatrième mur. Occasion qui se renouvellera de temps en temps (dans une scène spécifique qui dit tout le bien que pensent certaines personnes des relaunch DC). Le reste revient dans la vie de tous les jours. Il y a bien un fil rouge mais rien de très fortement implanté. Pour l'instant chaque numéro est l'occasion de placer Harley face à une situation et de nous montrer comment elle réagit. Souvent c'est plutôt drôle comme, par exemple, l'époque de la Saint-Valentin. Pour l'instant c'est réussi. On verra comment se déroule la suite

*
**
***
****
***** J'aime beaucoup ce personnage et je suis très heureux de n'avoir presque pas de mentions du Joker. Qu'on laisse Harley se créer seule !

Image : Éditeur

20/09/2014

Power Girl 2. Sois belle et bats-toi par Justin Gray, Jimmy Palmiotti et Amanda Conner

Titre : Power Girl 2. Sois belle et bats-toi9782365773935-couv-M200x327.jpg
Auteur-e-s : Justin Gray, Jimmy Palmiotti et Amanda Conner
Éditeur : Urban Comics 12 septembre 2014
Pages : 152

Je n'ai pas résisté. Je me suis tout de suite lancé dans le second tome. Celui-ci regroupe les épisodes 7 à 12 du recueil anglophone Aliens and Apes. Malgré les combats du dernier tome ainsi que la difficulté de faire décoller sa nouvelle entreprise Power Girl alias Kara Zol-L alias Karen Starr (ces multiples identités sont vraiment compliquées) a une belle vie. Ou, du moins, en aurait une si un alien macho au torse poilu et  à la barbe des années 70 ne venait pas sur Terre dans le but de s'accoupler avec Power Girl. Cet alien est le héros de sa propre planète, il se nomme Vartox et il est aussi l'un des mâles les plus exaspérants de la galaxie. Mais Power Girl s'en sortirait sans problèmes si, en plus, l'ex copine de Ultra Humanite ne venait pas en ville pour venger son ex et qu'elle ne devait pas s'occuper d'un maitre chanteur. Pour couronner le tout son chat n'a toujours pas de vrai nom.

Il aurait été possible qu'après un premier tome réussit le second soit moins bon. Il n'en est rien. Celui-ci pourrait même être meilleur. Les ennemis de Power Girl sont toujours aussi drôle et ridicule. Le costume de Vartox, par exemple, est aussi révélateur que celui de Power Girl. Notons aussi l'un des méchants: le bonhomme de neige bleu. Encore une fois, on nous montre une héroïne qui frappe quand elle en a envie mais qui tente aussi d'aider ses ennemis en leur offrant une seconde chance dès que possible malgré tous leurs défauts. Le tome est toujours autant rempli d'humour. On sent que les personnes qui ont travaillé se sont beaucoup amusé et souhaitent nous communique ceci. J'apprécie de plus en plus de suivre ce personnage dans ses aventures et j'attends la suite.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare.

  • À lire.

  • Tolkien. On reste dans le même style et ça marche toujours aussi bien!

Image: éditeur