john romita jr

  • Spider-Man par J. Michael Straczynski 3

    Titre : Spider-Man par J. Michael Straczynski 3
    Auteurs : J. Michael Straczynski, John Romita Jr et Mike Deodato Jr
    Éditeur : Panini comics 14 octobre 2015
    Pages : 376

    Ce troisième et dernier tome contient les numéros 503 à 518 de Amazing Spider-Man. Dans les tomes précédents on apprenait que les pouvoirs de Spider-Man sont plus magiques qu'on ne le pensait. Peter Parker voyait apparaitre des ennemis auxquels il n'était pas habitué et qui voulaient tuer l'araignée. Il rencontrait aussi un homme avec les mêmes pouvoirs que lui mais sans costume. Ce dernier tentait de lui expliquer son origine totémique tout en le mettant en garde. Ce dernier tome contient quelques numéros ayant trait à la magie. Mais seuls ceux concernant Ezekiel sont intéressants. En effet, ils placent Peter et Ezekiel face à face afin de savoir qui est le véritable détenteur du pouvoir. Il suit un arc autours de Gwen Stacy et de ses enfants. Celui-ci place Peter face à son plus grand échec. Enfin, on termine avec 4 numéros qui s'intéressent à un ami d'enfance de Peter. Ce dernier ressemblait à Peter mais sa vie est loin d'être aussi réussie. Cet ami est le miroir de Peter et de ce qu'il aurait pu devenir

    Alors que j'avais beaucoup aimé les premiers et seconds tomes j'ai moins aimé celui-ci. Bien entendu, on retrouve un Peter tel qu'il devrait être : ironique et qui tente toujours d'aider. Mais, les histoires sont moins intéressantes à part celles concernant Gwen et les derniers numéros. On a l'impression que JMS remplit simplement les pages. Plus ennuyeux, les changements précédents ne sont pas utilisés. Ainsi, c'est à peine si on voit Peter enseigner mis à part pour lancer une intrigue. Pourtant, un Peter enseignant était une très bonne idée puisqu'elle permettait de lancer le personnage dans une tentative d'aider des jeunes en construisant plutôt qu'en se battant. Dans le même ordre d'idée, le tome précédent voyait Ezekiel tenter d'aider des personnes après la prison. Peter voulait en faire de même mais on ne voit rien ici. Pour quelles raisons Peter Parker ne fait-il rien ? Bref, ce tome est un peu décevant.

    *
    **
    *** Pas mauvais mais décevant.
    ****
    *****

    Image : Amazon

     

    51OwCcHyNeL._SX331_BO1,204,203,200_.jpg

     

  • Spider-Man 2 par J. Michael Straczynski et John Romita JR

    Titre : Spider-Man
    Auteurs : J. Michael Straczynski et John Romita JR
    Éditeur : Panini 5 novembre 2014
    Pages : 400

    On continue avec les numéros Amazing Spider-Man 46-58 puis 500-502 qui couvrent décembre 2002 à février 2004. Dans le tome précédent on apprenait que les pouvoirs de Spiderman n'étaient pas forcément dû à la simple science mais aussi à un totem. Spiderman est l'incarnation de l'araignée sur Terre et possède autant les caractéristiques humaines qu’arachnéennes. Ceci l'a mené à devoir se battre contre le premier ennemi de l’araignée : Morlun. Plus tard, Ezekiel lui apprend que ce n'est pas le seul prédateur à vouloir le tuer. Et alors que le premier voulait simplement le tuer le second souhaite jouer avec lui et sa réputation.

    Un second tome tout aussi gros que le précédent et que j'aime tout autant. Straczynski continue sur ce qu'il a commencé à construire et nous offre un second ennemi du Totem tout en développant ce qu'il entend par là. Personnellement, j'aime assez bien l'idée. Ce n'est, bien entendu, pas le seul aspect du tome. Spiderman est toujours prof et il tente d'aider ses élèves. Ceci le mène à enquêter sur un disparu qu'il avait envoyé en prison. Son enquête lui permet de mettre en doute ses méthodes et ses résultats en tant que super-héros. L'idée que le travail qu'il accomplit n'est que la moitié de ce qu'il faut faire me semble particulièrement intéressante. En effet, il envoie en prison ses ennemis mais que fait-il pour les aider à changer ? Ce tome est aussi l'occasion de tester les limites de Spiderman aussi bien en direction de l'éthique que du choix de tuer ou non. Straczynski lui offre toujours une parte de sortie mais la question reste : à partir de quand peut-il tuer? Les doutes du personnage nous permettent de faire le choix nous-même plutôt que de suivre le choix de Spiderman. C'est donc un second tome tout aussi bon que le premier. Il n'y a plus qu'à attendre le prochain.

    • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.
    • Papier toilette.
    • Roman de gare.
    • À lire.
    • Tolkien. Aussi bon que le premier. Toujours aussi drôle avec des développements que je trouve intéressant.

    Image : Éditeur

     

    image_gallery?img_id=7408110&t=1416221329687


  • Spider-Man 1 par J. Michael Straczynski et John Romita JR

    Titre : Spider-Man
    Auteurs : J. Michael Straczynski et John Romita JR
    Éditeur : Panini 23 avril 2014
    Pages : 384

    Ce premier tome est un moyen pour Panini de copier urban et leur collection signature nous offrir les runs les plus importants de certains scénaristes qui ont travaillé pour Marvel. Et on commence par le Spider-Man de Straczynski que j'ai déjà lu sur Thor (et apprécié). Ce tome reprend les numéros Amazing Spider-Man (1999) 30-45 (dont un épisode sur le 11 septembre). Et ce cher Spidey a des problèmes. En effet, MJ l'a quitté pour réfléchir de son côté. Il décide donc de se changer les idées en massacrant quelques méchants. C'est là qu'il rencontre un homme qui semble en savoir bien trop sur son identité et ses pouvoirs. Est-il un ami ou un ennemi ? C'est aussi à ce moment qu'il décide de devenir professeur. Mais ce travail est bien plus difficile qu'être un héros.

    Entre Superior Spiderman et ce tome 1 de Marvel Icons je commence à beaucoup aimer ce héros (mais je continue à détester la bestiole). Il y a un grand nombre de choses que j'ai apprécié dans ce tome et le traitement que Straczynski lui offre. Surtout quand il y place des références à son propre travail. Les scènes cultes sont nombreuses. Mais bref, qu'est-ce que j’aime ? Tout d'abord, on a des personnages qui ont une vie difficile mais qui s'apprécient et qui sont capables de rire d'eux-mêmes. L'idée de faire de Peter Parker un enseignant est géniale. Ça colle parfaitement au personnage tel que je l'imagine et ça lui permet de se confronter, et de confronter le héros, à d'autres problèmes. Je note aussi la découverte de Tante May et ses conséquences pour elle et son entourage qui donne lieu à des scènes superbes. Et je termine par la critique de l'industrie du cinéma, et des adaptations comics, que l'on trouve à la fin du tome. Bref, que du bon et je me réjouis de continuer ma lecture avec le second tome

    • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.
    • Papier toilette.
    • Roman de gare.
    • À lire.
    • Tolkien. Drôle, triste, intéressant... Un très bon comics.

    Image : Éditeur

    image_gallery?img_id=6939013&t=1396879324600