05/08/2016

Silhouette (Doctor Who) par Justin Richards

Titre : Silhouette (Doctor Who)
Auteur : Justin Richards
Éditeur : BBC 2014
Pages : 245

Comme d'habitude le Docteur et Clara ne sont pas d'accord. Clara souhaite aller voir le roi Arthur mais le Docteur refuse. Les arguments mutuels sont rapidement oubliés lorsque le TARDIS détecte un pic d'énergie en plein milieu de l'époque victorienne, à Londres. Le Docteur ne peut pas faire autrement que d'enquêter sur ce qui est censé être impossible. Alors que les deux compagnons rencontrent à nouveau la détective Vastra, son assistante Jenny et Strax les coïncidences s'accumulent. De nombreux meurtres ont eu lieu dans des circonstances de plus étranges. Et il semble que tout soit lié au carnaval qui a lieu en ce moment même. Et surtout, un homme semble être au centre de tout. Mais quel est son plan ?

Première chose, ce tome réussi à être souvent drôle. Clara est en plein dans le personnage que l'on connait. Strax est encore mieux réussit tandis que le Docteur est le Docteur. Les autres personnages sont plutôt anecdotiques. L'auteur réussit bien à intégrer des références aux épisodes télévisés sans que cela ne soit trop visible. J'apprécie de retrouver des personnages devenus récurrent-e-s dans la série durant l'ère de Capaldi et Coleman. Malheureusement, le problème essentiel de ce tome est lié, justement, aux personnages. Dans la série on apprend que Strax, Jenny et Vastra sont particulièrement intelligent-e-s et plein-e-s de ressources. C'est aussi le cas de Clara et du Docteur. Mais, dans ce tome, on les observe se heurter encore et encore aux coïncidences et accepter des personnes que nous savons être suspectes. Comment comprendre ce soudain manque de méfiances ? Les personnages ne sont tout simplement pas à la hauteur de leur réputation. Dommage, car mis à part cela on aurait pu avoir une histoire intéressante sur le trafic d'arme et l'éthique (ou plutôt le manque d'éthique) que cela implique.

*
**
*** Drôle avec un thème intéressant mais des personnages auquel on ne croit pas.
****
*****

Image : Éditeur

9780804140881

22/08/2011

Apollo 23 par Justin Richards

Titre: Apollo 239781846072000_125.jpg
Auteur: Justin Richards
Éditeur: BBC 2010
Pages: 248

Cette série à un grand avantage, un peu déloyal, face aux autres séries. Quand l'interprète de l'acteur principal part un nouvel acteur peut l'incarner. Le changement est donc partie intégrante et permet de changer à la fois les personnages et les caractères. Une autre série aurait eu du mal à survivre à un changement d'acteur alors imaginez 10 changements! Bref, voici le premier livre qui implique le Docteur incarné par Matt Smith. Et on peut dire que ça commence fort. A peine le Docteur et Amy sont-ils arrivé dans un restaurant pour déjeuner avant de faire un peu de shopping (l'univers entier et Amy veut faire du shopping...) qu'un mort et un astronaute s’insèrent dans les petits plans des héros. Et c'est la que les conspirationnistes seront heureux car oui il y a que conspiration sur le fait que les USA sont allés sur la Lune. En effet, au lieu de 17 missions apollo il y en a eu 22! Et après cela les USA ont réussis à mettre au point une technologie permettant de passer du Texas à une base secrète sur la face cachée de la Lune. Malheureusement, cette technologie semble avoir eu quelques problèmes récemment. Mais est-ce que c'est dû à la vieillesse des composants ou alors y aurait-il un saboteur? Peut-être même est-ce pire que ça?

J'ai bien aimé ce premier roman de la onzième incarnation du Docteur. Il faut dire qu'il a le mérite de retrouver une compagne durable ce qui m'avait particulièrement manqué dans les derniers romans de la dixième incarnation. Ce retour permet de remettre en place des dialogues plus vifs et plus drôle. Je pense que les meilleurs sont ceux qui suivent une explication entre un policier et le Docteur et aussi le dialogue entre Amy et le Docteur alors que l'un se trouve sur la Lune et l'autre sur la Terre. Cependant ce roman reste un Doctor Who ce qui veut dire que le scénario est assez facile à comprendre. J''ai malheureusement compris les principaux ressors dès les premières cent pages et je m'attendais au reste. Mais je pense tout de même que ce tome est l'un des plus réussis.

Image: BBC

19/07/2011

The darksmith legacy: the planet of oblivion par Justin Richards

Titre: The darksmith legacy: the planet of oblivion120px-DWDL7_Planet_of_Oblivion.jpg
Auteur: Justin Richards
Éditeur: BBC 2009
Pages: 125

On approche petit à petit de la fin de cette saga et on en sait de plus en plus sur l'histoire du cristal éternité. Cette aventure nous emmène, grâce au robot, sur la planète Oblivion. Une planète qui porte mal son nom puisqu'on y voyage pour oublier les soucis et les peurs de la vie moderne et entrant dans un cadre paradisiaque. C'est donc une planète pour touristes stressés. C'est aussi la planète sur laquelle les darksmiths ont rencontré les acheteurs qui ont commandés le cristal et la machine qui va avec. Mais il semble qu'une catastrophe se soit abattue sur la planète. Toutes les villes d'un hémisphères ont été rasées par une attaque éclair et les stations de contrôles ont été détruites. Sauf une qui a réussit à survivre. Pour avoir des indices le Docteur et Gisela doivent donc s'y amarrer. Mais ils ne sont pas seuls. Une autre espèce a offert son aide aux locaux mais le font-ils de gaieté de cœur ou y a t-il quelque chose d'autre derrière leur offre? Il faudra que le Docteur le trouve rapidement puisque l'armée des darksmiths suit de près.

Cette fois l'intrigue principale n'avance pas vraiment et il faudra attendre le prochain tome pour en savoir plus. C'est donc sur l'intrigue secondaire que les efforts de Justin Richards se concentrent. Mais celle-ci ne m'a pas vraiment plut. En fait, je trouve dommage que l'intrigue principale n'avance pas plus et reste au point mort lors de ce tome. Le Docteur aurait pu savoir directement qu'elle est l'espèce qui se cache derrière la commande mais non ils restent caché. Ce qui donne l'impression de rendre artificiellement plus longue la fin de la saga. Heureusement, ce tome est peu décevant sera rattrapé par le prochain qui met en scène un procès.

Image: Tardis Index Files

18/07/2011

The darksmith legacy: the depths of despair par Justin Richards

Titre: The darksmith legacy: the depths of despair113px-DWDL4_Depths_of_Despair.jpg
Auteur: Justin Richards
Éditeur: BBC 2009
Pages: 121

Toujours sur les traces de Varlos nous retrouvons le Docteur dans une jolie petite aventure nommée The Depths of Despair. Si nous croyons le titre l'aventure se trouvera donc sous l'eau et elle ne sera pas très drôle. Le Docteur, après avoir volé des informations sur Varlos et repris l'Eternity Cristal, essaie de retrouver son créateur. Pour cela il doit voyager sur une planète qui a connu un effet de serre catastrophique puisque plus aucune terre émergée n'existe. Mais une équipe tente de comprendre ce qu'il s'est passé en étudiant les profondeurs marines. Leur chef se nomme Gisela et donne l'impression d'avoir à peine onze ans! Mais des créatures commencent à attaquer la station sous-marine et, alors que les Darksmiths retrouvent le Docteur, l'intégrité même de la station est menacée. Mais pourquoi cette attaque et le Docteur réussira-t-il à fuir les soldats des Darksmiths?

Ce quatrième tome ne trahit pas ce que j'avais déjà dit. Un petit livre écrit principalement pour des enfants. Mais je dois avouer que j'ai moins apprécié les intrigues que nous y trouvons. Je trouve que l'intrigue du tome n'est pas assez bien mise en place et j'aurais apprécié en savoir plus. En fait, il semble que ce livre serve surtout à nous donner une information importante puisque nous y trouvons la fille de Varlos. Mis à part les indices qu'elles donne sur son père le Docteur y trouve un nouveau compagnon temporaire qui va voyager quelque temps avec lui. Quand on connait la série on sait ce qu'il peut se passer quand le Docteur est seul...

Image: Tardis Index File

17/06/2011

Martha in the mirror par Justin Richards

Titre: Martha in the mirrorDrWho-MarthaInMirror_125.jpg
Auteur: Justin Richards
Éditeur: BBC 2008
Pages: 245

Le château Extremis: ses donjons, ses couloirs sombres et humides, ses salles majestueuses, son histoire mouvementée par les guerres et les sièges, son jardin qui s'arrête abruptement sur le vide de l'espace. Comment ne pas être attiré par le meilleur parc à thème de la galaxie? Mais il semble que le Docteur et Martha sont arrivés un peu tôt puisque le parc n'est pas ouvert et que le traité qui l'inaugurera, la paix entre deux nations qui ont toujours connu la guerre, est sur le point d'être signé. L'histoire est en marche devant les yeux de nos deux voyageurs. Mais un meurtre remet tout en cause. Un meurtre étrange qui a été accompli à l'aide d'un bras de verre! Il faut donc se poser la question. Qui ne souhaite pas que le traité de paix soit conclu et, surtout, qui a perdu un bras?

Qui ne s'est jamais demandé si il y avait un autre monde à travers le miroir? Un monde inversé dans lequel on pourrait passer voir être enfermer. Cette idée existe depuis longtemps puisque Lewis Carrol lui-même a écrit sur le sujet. Mais si un miroir peut cacher un monde entier avec de nombreux individus comment peut-on le quitter? Bref, c'est un point que j'ai apprécié avec le château que j'adorerais pouvoir visiter si il existait réellement. Mais, encore une fois, l'intrigue est très simple à comprendre. J'ai trouvé le plupart des révélations à partir de la page trente sans faire trop d'effort. Bref, comme d'habitude un livre destiné aux fans de Doctor Who plus qu'à un large panel de lecteurs.

Image: BBC

28/04/2011

The Resurrection Casket par Justin Richards

Titre: The Resurrection Casket0563486422.jpg
Auteur: Justin Richards
Éditeur: BBC 2006
Pages: 246

Le TARDIS ne fonctionne plus. C'est un peu ennuyeux pour le Docteur qui se retrouve coincé avec Rose au cœur de ce qui semble être un holocauste nucléaire. Les deux amis se préparent donc à voir un paysage dévasté dans lequel ils devront trouver un moyen de permettre au TARDIS de fonctionner à nouveau. Mais, surprise, ils se retrouvent dans un port qui semble bizarrement identique aux ports de la terre du XVIIème. Pourtant, la technologie des lieux est plus avancée qu'elle ne semble l'être mais est basée exclusivement sur la vapeur. En fait ils se trouvent dans une zone qui empêche toute technologie avancée de fonctionner. Il n'y a donc qu'une solution: trouver un vaisseau qui puisse pousser le TARDIS hors de la zone d'influence de cette étrange perturbation. Mais comme nous sommes avec le Docteur pourquoi ne pas essayer de retrouver le mythique vaisseau du Capitaine pirate Glint et son trésor? L'ennui c'est qu'ils ne sont pas les seuls à chercher et que certains sont près à maudir pour les stopper.

Encore une fois, j'ai très facilement compris l'intrigue. Même si j'ai, parfois, hésité il m'a fallu relativement peu de temps pour comprendre ou pouvait se trouver Glint et son trésor. Mais ça ne m'a pas empêché d'apprécier cette histoire. Il est vrai que les pirates sont très attirants et qu'imaginer le Docteur à la poursuite d'un trésor était très intéressant. J'ai aussi particulièrement aimé le monstre tueur. Celui-ci a pour caractéristique de s'excuser quand il s'apprête à tuer quelqu'un et de posséder trois Doctorats dont un honoris causa. J'ai donc beaucoup aimé ses conversations avec le Docteur. Il y a aussi quelques références plutôt drôles. Par exemple quand un enfant de dix ans explique qu'il devrait laisser ses figurines dans la boite pour qu'elles gardent leur valeurs mais qu'il préfère jouer avec. le Docteur, bien entendu, est d'accord. Et moi aussi par la même occasion. Quel est l'intérêt d'acheter des jouets si ce n'est pas pour les utiliser? Donc j'ai globalement apprécié cette histoire de pirate.

Image: BBC

14/04/2011

The deviant strain par Justin Richards

Titre: The deviant strain222033.gif
Auteur: Justin Richards
Éditeur: BBC books 2005
Pages: 253

Définitivement ces livres se lisent rapidement même si ils sont écrit en anglais. Ou alors j'ai un meilleur anglais que je le croyais ce qui est tout a fait possible quoique un peu surprenant. Nous retrouvons donc le Docteur mais cette fois nous avons un troisième compagnon qui voyage avec Rose et le TimeLord. C'est, bien entendu, le fameux Capitaine Jack Harkness. L'homme aux milliers de conquêtes autant féminines que masculines, ancien membre de l'Agence du Temps et, surtout, dragueur invétéré. Et comme il ne peut pas s'en empêcher il lance le TARDIS à la réponse d'un appel de détresse. Que ce soit un prince ou un princesse peu importe le héros ne peut que partir l'aide. Les trois compagnons se retrouvent donc sur la Terre à Novrosk. Une terre glaciale, abandonnée de tous avec seulement un village bordant une ancienne base militaire et une station de recherche et des dizaines de sous-marins nucléaires! Et comme nous sommes avec le Docteur il suffit qu'il mette le pied dehors pour qu'il se retrouve en face d'une section d'assaut Russe et d'un corps d'adolescent ayant perdu, semble-t-il, toute force de vie. Il semble qu'un vampire chasse aux alentours de Novrosk.

Le dernier tome m'avait particulièrement surpris même si l'intrigue n'était pas forcément très intéressante. Celui-ci m'a plutôt déçu. Je n'ai pas trouvé l'intrigue particulièrement intéressante d'autant plus que j'avais compris certaines choses bien avant qu'elles soient écrites. Dommage pour le premier tome que j'aie lu qui se déroule ailleurs qu'en Angleterre. Ce qui est assez rare dans le cas de Doctor Who dont les aventures sont assez restreintes géographiquement alors qu'il possède un vaisseau capable de se déplacer n'importe ou. Mais ce qui m'a le plus déçu c'est le traitement des personnages et surtout celui de Jack. Le Docteur et rose ne m'ont pas convaincu mais j'aurais pu passer outre. Mais Jack n'est pas celui auquel je m'attendais. Je vois ce personnage comme optimiste mais aussi vantard et dragueur. Bien que l'on ressente une certaine dose d’optimisme et de vantardise ils ne sont pas assez soulignés. Mais, surtout, on oublie totalement l'aspect dragueur de Jack. A mon avis c'est comme si on oubliait d'offrir une cape rouge au chaperon. Enfin, je n'ai trouvé l'humour que l'on peut avoir dans les tomes précédents. Bref, c'est, actuellement, probablement le plus mauvais tome que j'aie lu si je ne compte pas les quick reads.

Image: BBC

29/03/2011

The clockwise man par Justin Richards

Titre: The clockwise mandrwhoclockwise-4pc.gif
Auteur: Justin Richards
Éditeur: BBC books 2005
Pages: 253

Il y a longtemps que je n'ai pas parlé des livres Doctor Who alors que j'avais montré mon intérêt pour ces dernier. Il est donc temps de réparer cette erreur en présentant le premier livre de la nouvelle série: The clockwise man. Cette aventure se déroule après l'épisode World War Three de la série. Rose et le Docteur viennent, donc, de sauver la Terre des Slitheens. Comme ils souhaitent se reposer un peu ils décident d'aller visiter l'exposition de l'Empire dans le Londres de 1920. Mais à peine sont-ils arrivé qu'ils doivent sauver un homme et que le TARDIS disparaît. Mais quelque chose de plus grave encore va arriver: la veste du Docteur disparaît à son tour (au grand désappointement du Docteur)! Sur fond de révolution, de meurtres et d'hommes mécaniques le Docteur et Rose devront tenter de trouver la vérité dans un écheveau de mensonges et essayer de savoir qui est qui.

L'auteur était le même qui a écrit le quick reads que je préférais. J'étais donc assez optimiste envers la qualité de ce livre. Bon, n’exagérons pas en disant que ce livre est un chef d’œuvre. Il reste destiné à des fans de Doctor Who et ni le style ni l'intrigue ne sont grandiloquents. Ce qui ne veut pas dire qu'il ne soit pas intéressant à lire. Au contraire, je pense que l'histoire pourrait très bien être intéressante dans la littérature policière SF (voir même policière classique) si les aspects Doctor Who n'apparaissaient pas. J'ai eu un certains plaisir à tenter de comprendre quel est l'intrigue et de trouver qui est le vrai méchant. Et, bien que j'aie souvent réussis à comprendre certains points avant les personnages, j'ai été surpris plus d'une fois par un retournement de situation. De plus, on retrouve le Docteur et Rose tels qu'ils sont dans la série. J'ai aussi beaucoup aimé l'humour de ce livre et je donne un bon point pour le personnage très attachant de Freddie. Mis à part ces points j'ai, tout de même, un regret. L'exposition que souhaite visiter le Docteur a connu, et on le retrouve mentionné dans le livre, des zoos humains. Je trouve étrange que le Docteur ne fasse aucune remarque face au traitement de ces êtres humains par les colonisateurs mais se contente de regarder.

Image: BBC books