manifester

  • Manifester: vos droits par Jean-Michel Dolivo et Christophe Tafelmacher

    Titre: Manifester: vos droitsmanifester.jpg
    Auteur: Jean-Michel Dolivo et Christophe Tafelmacher
    Editeur: Editions d'en vas 2003
    Pages: 80

    J'ai participé aux manifestations contre la guerre en Irak et, si j'en avais eu les moyens, j'aurais participé aux manifestations altermondialistes contre le G8. Mais à l'époque, et encore aujourd'hui, je n'avais aucune idée des droits que je possédais lors d'une manifestation. J'ai, bien entendus, des connaissances sur certains droits fondamentaux et des valeurs personnelles qui, je le crois, font de moi un citoyen respectable. Néanmoins, il est toujours possible de se faire dépasser par les évènements et, dans ces cas, il est utile de savoir comment on peut réagir.

    Le livre dont je parle aujourd'hui permet de comprendre quels sont les droits et devoirs de la police et des manifestants dans le cadre d'un mouvement. Les auteurs ne font aucun jugement de valeurs, bien qu'ils déplorent certains points, et donnent simplement les textes de lois sur lesquels sont fondés les comportements des juges et policiers. Grâce à cela nous pouvons avoir, en tant que citoyen, une vision plus claire de nos obligations et de nos droits. De ce coté strictement juridique il est donc très intéressant de lire ce petit livre bien que certains points pourraient être légèrement caducs à cause de l'évolution de la législation.

    Ce n'est pas ce point juridique qui m'a le plus intéressé. A la lecture du texte j'ai été pris de surprise. N'étant pas juriste je ne prétendrais pas mieux comprendre la loi que les experts. Mais il m'a semblé que la législation ne permet une défense du citoyen que postérieurement aux actes de la police. Non pas que la police soit toujours dans l'illégalité, loin de la, mais la police agit, le citoyen obéit et, après, il peut contester. J'ai eu l'impression, un peu effrayante, que la police avait une capacité d'action qu'aucun contrôle préalable n'encadrait. Le citoyen se retrouve comme soumis à des ordres qui peuvent être illégaux ou disproportionnés, heureusement cela n'arrive que rarement, sans possibilités de se défendre sur le moment. J'ai été surpris de cette impression qui, d'ailleurs, me dérange.

    Image: enbas.ch