30/09/2017

Wolverine and the X-Men. La saga des damnés par Jason Aaron, Nick Bradshaw et Pepe Larraz

Titre : Wolverine and the X-Men. La saga des damnés
Auteurs : Jason Aaron, Nick Bradshaw et Pepe Larraz
Éditeur : Panini 1 mars 2017
Pages : 288

Ce dernier tome contient les épisodes 30-35 et 38-42 de Wolverine and the X-Men ainsi que Wolverine and the X-Men annual 1. Le club des damnés à emmener plusieurs élèves de l'école Jean Grey. Pire encore, le club a réussi à implanter un espion dans l'école et à recruter une ancienne professeure. Logan décide qu'il en a marre et envoie tous ses professeur-e-s chasser le club. Illes s'attaquent aux cachettes mais aussi aux différentes entreprises que le club contrôle. Mais personne ne semble savoir où il se trouve. De plus, il se pourrait que la fuite de certain-e-s élèves cache quelque chose de différent. De toute manière, il est l'heure de régler les comptes.

Depuis le début de cette série Aaron s'amuse à placer Logan dans un rôle inattendu. Depuis le début de la série il le fait se poser des questions sur sa capacité à enseigner aux enfants. Aaron ne se pose pas de questions trop importantes et tente de montrer les capacités de Logan en tant que directeur. De plus, il préfère éviter de trop intégrer sa série dans l'univers plus large de Marvel. Ce qui ne l'empêche pas d'être intégrée dans les différents événements qui ont eu lieu. Ainsi, ce dernier tome s'insère entre plusieurs de ces événements, mais aussi un combat entre Logan et Scott Summers, dont les différences idéologiques sont importantes. Au final, cette série n'est pas révolutionnaire, loin de là. Elle divertit, elle imite les séries d'ados qui se déroulent à l'école mais en choisissant des personnages mutants. Il est donc parfaitement adapté de la terminer sur une fin d'année scolaire.

*
**
*** Un divertissement sympathique avec une fin adaptée
****
*****

Image : Éditeur

image_gallery?img_id=9178532&t=1488009201300

29/09/2017

Wolverine and the X-Men. Rentrée des classes par Jason Aaron, Nick Bradshaw et ramón Pérez

Titre : Wolverine and the X-men. Rentrée des classes
Auteurs : Jason Aaron, Nick Bradshaw et Ramón Pérez
Éditeur : Panini 24 août 2016
Pages : 240

Ce troisième tome contient Wolverine and the X-Men 19-29. L'école Jean Grey pour mutant-e-s est à peine née qu'elle a été détruite. Puis un groupe à annoncer vouloir s'en débarrasser. Et enfin elle fut impliquée dans l'événement Avengers VS X-Men. Depuis la fin de Cyclope, les élèves qu'il avait se sont rendus à l'école de Wolverine, tandis que le corps enseignant fait de même. Mais l'école n'a pas été très bien gérée avec ces petites guerres. Il manque de nombreux enseignant-e-s et les élèves semble faire comme bon leur semble. Wolverine décide donc de prendre les choses en main. Mais il aura fort à faire, entre passer des entretiens, organiser une sortie au cirque et un voyage d'étude dans une jungle remplie de dinosaures assoiffés de sang.

Bon, Jason Aaron sait exactement ce qu'il fait. Il écrit quelque chose de divertissant en plaçant l'un des personnes les moins adaptés pour cela à la tête d'une école, puis il explique pour quelle raison c'est le chaos. Le second tome, par contre, était basé sur un événement précis et Aaron devait suivre une certaine logique qui ne dépendait pas de son intrigue, mise en sommeil. Dans ce tome, il reprend ses intrigues et surtout développe l'école. C'est assez plaisant, malgré quelques points peu imaginatifs. On sent aussi que le scénariste a clairement ses personnages préférés et ne s'intéresse pas autant aux autres. De plus, j'ai l'impression qu'il se prépare, petit à petit, à terminer son intrigue et j'espère que ce sera tout aussi plaisant, mais probablement pas extrêmement bon. Ce qui est exactement ce que j'attends.

*
**
*** Divertissant, sans plus.
****
*****

Image : Éditeur

image_gallery?img_id=8873942&t=1470052914000

28/09/2017

Uncanny X-men 6. Le procès de Henry McCoy par Brian M. Bendis, Chris Bachalo et Kris Anka

Titre : Uncanny X-Men 6. Le procès de Henry McCoy
Auteurs : Brian M. Bendis, Chris Bachalo et Kris Anka
Éditeur : Panini 15 mars 2017
Pages : 144

Ce dernier tome contient les numéros 32-35 d'Uncanny X-Men (2013) et 600 d'Uncanny X-Men (1963). Scott Summers a reçu tous les biens de Charles Xavier en héritage. Mais il n'en veut pas et laisse Ororo tout recevoir. Il ferme son école, transfère ses élèves et professeur-e-s chez Ororo et attend de décider quoi faire. L'une de ses idées et de se rendre aux autorités afin de payer pour le meurtre de Charles Xavier. Mais d'autres personnes pourraient vouloir l'arrêter. Car Scott Summers ne s'est jamais expliqué sur ce que signifie sa révolution mutante. Et beaucoup de personnes puissantes l'on soit crainte soit souhaitée. Alors Scott Summers essaie de d'exprimer ce que le terme signifie pour lui. Dans le même temps, d'autres personnages qui l'ont entouré décident d'agir de leur côté et apprennent plusieurs leçons.

Ce tome termine Uncanny X-Men de 2013, et le run de Bendis sur ce titre. Depuis le début, ce dernier essaie de faire de Scott à la fois une menace et un leader dont les idées sont acceptables. C'est difficile, particulièrement parce que ces idées ne sont jamais expliquées et qu'il est exprimé, à plusieurs reprises, que Scott Summers essaie surtout d'échapper à son sentiment de culpabilité, voire à sa dépression. De plus, Bendis essaie de conclure la série tout en replaçant les personnages sur une perspective plus pacifique, et acceptée par les autorités. D'une certaine manière, Bendis ne va pas jusqu'au bout de ses idées, frustre les personnes qui lisent, et j'ai presque l'impression que le scénariste lui-même ne sait pas vraiment ce qu'est cette révolution mutante. Bien que l’explication de Scott Summers soit acceptable dans l'univers marvel. Au final, j'ai plutôt apprécié cette série malgré ses défauts et l'impression que cela n'avance pas toujours en direction d'une conclusion des différentes intrigues mises en place par Bendis.

*
**
***
**** Une fin que j'accepte pour une série qui promet beaucoup, tout en ne donnant que peu de réponses.
*****

Image : Éditeur

image_gallery?img_id=9191220&t=1489069569850

Uncanny X-Men 5. Le mutant oméga par Brian M. Bendi, Chris Bachalo et Kris Anka

Titre : Uncanny X-Men 5. Le mutant oméga
Auteurs : Brian M. Bendis, Chris Bachalo et Kris Anka
Éditeur : Panini 15 février 2017
Pages : 136

Ce tome contient les numéros 26-31 d'Uncanny X-Men (2013). Dans le tome précèdent les mutant-e-s ont écouté le testament de Charles Xavier et apprirent que ce dernier a caché un mutant d'une puissance sans égale. Xavier leur demande de protéger ce mutant et de l'empêcher d'user de ses pouvoirs. Cette information n'aide pas les mutant-e-s à se réunir puisque l'un de leurs héros se révèle plus hypocrite que prévu. Cependant, les mutant-e-s décident d'envoyer un groupe d'intervention, avec l'une des télépathes les plus puissantes du monde, afin de vérifier les dires de Xavier et d'agir si nécessaire. Ce qu'illes ne savent c'est que le mutant est déjà capable d'user de ses pouvoirs et qu'il a tué. Pire, le SHIELD et donc plusieurs pays du monde sont au courant et agissent de la seule manière possible face à ce niveau de puissance : par l'assassinat.

Le tome précèdent lançait deux intrigues et je me demande s'il n'aurait pas été plus logique de relier toutes les histoires concernant ce mutant oméga. Ce dernier est assez bien mis en scène, malgré qu'on ne le connaisse que peu. Mais son écriture se base sur les idées normales de l'entrée en scène des mutant-e-s : l'incrédulité, la perte de contrôle et la peur. Les conséquences, face à son niveau de puissance, sont logiquement des destructions très importantes. Par la même occasion, les réactions des autorités sont tout aussi logiques selon ce que l'on connait du monde des marvel et des X-Men : la peur et la violence face à des personnes capables d'agir sans freins.

Brian M. Bendis ne se contente pas de mettre en avant son nouveau mutant et d'organiser des combats. Il essaie d'user de celui-ci pour avancer son intrigue concernant Scott Summers. En effet, depuis le début de son run sur Uncanny X-Men, Scott Summers annonce une révolution mutante mais on ne nous explique pas ce que cela implique. Cette confrontation permet au scénariste de placer Summers face à un mutant qui est l'équivalent de la bombe nucléaire. Menace d'en faire usage devrait suffire à être écouté et, donc, à tenir l'avenir dans ses mains. Bien entendu, tout n'est pas aussi simple et le prochain tome devrait pouvoir conclure cette intrigue.

*
**
***
**** Un tome plus cohérent que le quatrième, l'écriture est un peu facile sans être inintéressante. J'espère surtout revoir souvent Eva Bell
*****

Image : Éditeur

image_gallery?img_id=9173282&t=1487608834507

25/09/2017

Uncanny X-Men 4. Uncanny X-Men contre le S.H.I.E.L.D par Brian M. Bendis, Chris Bachalo et Kris Anka

Titre : Uncanny X-Men 4. Uncanny X-Men contre le S.H.I.E.L.D
Auteurs : Brian M. Bendis, Chris Bachalo et Kris Anka
Éditeur : Panini 24 aout 2016
Pages : 168

Ce quatrième tome contient Uncanny X-Men (2013) 19-25. Cyclope, Scott Summers, est un homme recherché dans le monde entier. Mais la raison est gardée secrète, bien que la communauté mutante ainsi que les Avengers savent que le principal crime de Cyclope est le meurtre de Charles Xavier. Cependant, Scott c'est échappé de la prison dans laquelle il se trouvait, avec un peu d'aide. Depuis, il annonce une révolution tout en sauvant des mutant-e-s en danger de mort. Mais, depuis le début, ses élèves et lui-même sont attaqué-e-s par des sentinelles. Personne n'accepte la responsabilité mais Scott décide que le SHIELD doit répondre de ces attaques. Cyclope déclare, en direct, la guerre au SHIELD. Bien que ce dernier tente d'user de diplomatie avec l'aide de son agente de liaison les efforts sont inutiles, car cette dernière est kidnappée et remplacée par Mystique.

Cette fois c'est la bonne, Brian M. Bendis se décide enfin à conclure un arc narratif ! Depuis le début, on se demande qu'elle est l'organisation, ou qui, envoie les sentinelles attaquer les mutant-e-s. Beaucoup de possibilités étaient posées sur la table mais il n'y avait presque pas d'indices. La révélation n'est pas celle que j'imaginais, car je ne connais pas le personnage. Je déplore aussi une grande facilité. Pendant trois tomes on ne sait rien et tout est révélé soudainement au bout de quelques numéros. J'aurais préféré un peu de temps qui aurait permis la construction d'une enquête.

Ce tome est aussi constitué d'un arc lié à la saga Original Sin, que je n'ai pas lu. Lors de cet évènement les personnages de l'univers Marvel apprennent des secrets sur plusieurs héro-ïne-s. En ce qui concerne les X-Men, le secret est attaché à Charles Xavier. Bien que nous n'ayons que la première partie de l'intrigue elle me semble tout de même intéressante. En effet, elle permet de remettre en cause un personnage souvent présenté comme sans faille. Mieux encore, il pourrait poser la question de la gestion des pouvoirs d'une personne qui n'a pas de limites, ni de capacités à se contrôler. J'attends de voir de quelle manière Bendis va gérer son intrigue.

*
**
*** Bien que l'un des points de l'intrigue soit résolu celle-ci ne m'a pas convaincu. Cependant, j'apprécie tout de même encore les personnages et leur développement.
****
*****

Image : Éditeur

image_gallery?img_id=8873974&t=1470053858557

22/09/2017

The unworthy Thor par Jason Aaron et Olivier Coipel

Titre : The unworthy Thor
Auteurs : Jason Aaron et Olivier Coipel
Éditeur : Marvel 6 juin 2017
Pages : 112

Ce tome contient les numéros 1-5 de The Unworthy Thor. Depuis les évènements d'Original Sin Thor n'est pas digne de Mjolnir. Même son nom n'est pas le sien et Thor, maintenant Odinson, semble s'être plongé dans le doute alors qu'une nouvelle Thor a pris les cieux. Mais il s'est passé de nombreuses choses depuis Original Sin. Des univers sont morts et de l'un de ces univers un marteau est entré dans le nôtre, s'écrasant sur ce qui était Asgard. Il y a donc un second marteau de Thor dans l'univers et l'Odinson fera tout pour le porter, le protéger, et redevenir digne, redevenir le plus grand des dieux.

Que l'on soit clair, cette minisérie n'apporte pas grand-chose et sert surtout à relier plusieurs points du run de Jason Aaron tout en étant l'occasion de placer Thor dans le cadre de plusieurs bagarres. Ainsi, l'intrigue commence par Thor qui se bat pour atteindre le marteau et se termine par Thor qui se bat pour atteindre le marteau. Bien que cela ne soit pas le plus intéressant, ces combats servent un propos puisque Thor explique être moins puissant qu'avant, avec un statut moindre aussi bien sur Terre que chez les divinités.

Mais cette minisérie permet de faire deux choses. Premièrement, il permet de mieux comprendre ce qu'est devenu ce personnage depuis qu'il a perdu Mjolnir. Il permet aussi de poser la question de ce qu'est être digne tout en répondant enfin au mystère des mots qui ont permis de le faire tomber. Bien que je trouve cette révélation intéressante j'ai l'impression que cela revient sur quelque chose de terminé depuis longtemps. Mais ça reste logique. De plus, cette minisérie permet de relier plusieurs parties des intrigues mises en place par Aaron. Aussi bien le passé, la fin de Secret Wars et la guerre qui est annoncée, que le futur en donnant un premier aperçu d'un nouveau personnage. Je ne sais pas ce que Aaron souhaite faire, mais j'espère que ce sera réussi.

*
**
***
**** Cette minisérie s'adresse principalement aux personnes qui souhaitent continuer le run d'Aaron sur Thor, et mieux comprendre ce qu'il est devenu après être déclaré indigne.
*****

Image : Éditeur

detail.jpg

17/09/2017

Thor vol 1: The Goddess of Thunder par Jason Aaron, Russell Dauterman et Jorge Molina

Titre : Thor vol 1: The Goddess of Thunder
Auteurs : Jason Aaron, Russell Dauterman et Jorge Molina
Éditeur : Marvel 13 mai 2015
Pages : 116

Ce volume contient Thor Vol. 4 1-5. Thor, fils d'Odin, est un grand combattant, un dieu vénéré et un Avengers. Ces derniers temps, il a non seulement stoppé un massacre des divinités commis par un être aux pouvoirs immenses mais il a aussi lutté contre le retour de Malekith, roi des elfes noirs tout en essayant de sauver la Terre de la pollution en s'attaquant à l'entreprise Roxxon. Mais, lors d'un combat sur la Lune, une personne lui a murmuré une phrase à l'oreille. Depuis, Thor ne mérite plus son marteau, Mjolnir, et passe ses journées à tenter de le soulever. Alors qu'il s'absente afin de combattre les géants des glaces une main soulève le marteau et devient Thor, déesse de l'orage. Oui, Thor est maintenant une femme et elle ne compte pas rester dans l'ombre.

Récemment, Marvel a été beaucoup critiqué pour un nombre élevé d'événements et le changement d'identité de plusieurs personnages, considéré comme certains milieux comme du "politiquement correct." Cependant, ces changements d'identités, ces recréations de personnes nouveaux ou anciens, fait partie d'un mouvement pour tenter de se diversifier et de mieux représenter un monde réel. Thor fait partie de ces changements puisque l'ancien Thor devient Odinson et donne son titre à une femme, dont on ne connait pas l'identité. Et celle-ci, écrite par les scénaristes, ne se laisse pas faire. Les dialogues commentent largement son changement de genre et elle répond à coup de marteau. Lors d'un épisode, elle décide même de s'attaquer au gamergate.

De plus, cette nouvelle série reste dans la continuité de l'ancienne. Même sans connaitre Original Sin, qui ne semble pas être très bon, on peut facilement comprendre pourquoi et comment les choses se sont déroulées. Lors des épisodes précèdent Thor était réintégré dans un univers mythique. La nouvelle Thor y reste et continue la lutte contre Roxxon. En gros, ce n'est pas parce qu'un nouveau personnage porte le marteau que l'intrigue va forcément changer. Personnellement, j'ai retrouvé une grande partie de ce qui me fait apprécier le run de Jason Aaron et je me réjouis de lire la suite.

*
**
***
****
***** La continuation d'un run que j'apprécie beaucoup. Vive Thor déesse de l’orage !

Image : Éditeur

detail.jpg

06/09/2017

Secret Wars. Thors par Jason Aaron, Chris Sprouse et Goran Sudzuka

Titre : Secret Wars. Thors
Auteur-e-s : Jason Aaron, Chris Sprouse et Goran Sudzuka
Éditeur : Panini 23 août 2017
Pages : 96

Ce tome contient Thors (2015) 1-4. Le multivers Marvel est détruit, il ne reste qu'un agrégeas qui constitue le Battleworld. Un monde constitué de différents univers, divisé entre différents royaumes se trouvant sous les ordres de Victor von Fatalis. La vie y est difficile. Ce n'est pas un paradis et de nombreux crimes se déroulent qui peuvent mettre à mal le fragile équilibre de l'univers. Alors Fatalis a décidé de créer une force de police. Mais il est nécessaire de trouver les personnes dignes de servir la justice, des personnes capables d'être respectées. Et il se trouve que Fatalis a un certain nombre de Thors a son service. Alors pourquoi ne pas créer une force de police constituée exclusivement de Thors ? tout se passe bien jusqu'à ce que des femmes et des hommes inconnu-e-s et mort-e-s apparaissent subitement. Qui sont ces personnes et pourquoi les avoir tuées ?

J'ai bien apprécié ce tome de Secret Wars et cela parce qu'il est différent des autres que j'ai lu. En effet, lorsqu'on entend parler de Thor on s'attend à des intrigues autours de divinités et de mythes. Les comics réutilisent la mythologie pour créer quelque chose de différent mais toujours lié à un matériel de base supposé connu des lecteurs et lectrices, donc simplifié. Jason Aaron décide de passer totalement de l'autre côté. Il crée une intrigue policière avec des Thors comme force de maintien de l'ordre. La lecture donne l'impression d'un décalage car l'on retrouve des aspects familiers avec une grande différence dans le ton et le fonctionnement de l'intrigue. Bien que l'on pourrait avoir l'impression que cela ne puisse pas fonctionner c'est plutôt réussi.

Mais ce que j'ai surtout apprécié sont les liens que crée Aaron avec l'avant et l'après. Thors n'est pas en dehors de l'intrigue principale de Secret Wars et fonctionne en parallèle sans donner trop d'informations. On peut lire le tome sans connaitre l'évènement principal et ce dernier est enrichi par la lecture de Thors. Les auteur-e-s reprennent des personnages qui sont au même point que là où on les avait laissés dans les séries, ce qui permet de retrouver le Thor indigne mais aussi la Déesse du tonnerre qui a pris sa place. Mieux encore, Aaron décide de créer un lien avec la suite de Secret Wars en plaçant un point central de l'intrigue qui sera probablement utilisé dans la série Thor ultérieure à l'évènement.

*
**
***
**** Décalée, inattendue, et la mise en place de liens avec l'univers Marvel normal... Des raisons qui me font beaucoup apprécier cette lecture
*****

Image : Éditeur

image_gallery?img_id=9244983&t=1500998419977

18/08/2017

Loki agent of asgard 3. Last days par Al ewing et Lee Garbett

Titre : Loki agent of Asgard 3. Last days
Auteurs : Al Ewing et Lee Garbett
Éditeur : Marvel 13 octobre 2015
Pages : 136

Ce volume 3 contient Loki : agent of Asgard 12-17. Nous avions quitté Loki en bien mauvaise posture. Son identité a été détruire, il est banni d'Asgard et considéré comme mort par les divinités. Pire encore, sa seule amie a décidé de l'abandonner. Et tout ceci est causé par le Roi Loki du futur. Mais pourquoi le futur Loki souhaiterait-il détruire son passé ? Comment Loki a-t-il pu changer après être devenu une force bénéfique ? Et surtout, comment Loki peut-il survivre à la fin de tout, au retour du Ragnarök ! Pour réussir à redevenir lui-même Loki devra changer et surtout préserver ce qui fait son essence, même si cela implique de ne jamais être apprécié par ses semblables.

Encore une fois, les auteurs restent dans le même thème : l'importance des histoires. Mais ils utilisent ce thème pour modifier encore un peu leur personnage. Durant le tome précèdent Loki perd sa capacité à mentir et, donc, à raconter des histoires. Il perd aussi son statut de divinité asgardienne. Ce tome est un moyen de lui rendre son identité par des moyens détournés. Pour cela, les auteurs mettent en avant plusieurs choix possibles afin de permettre à Loki de redevenir lui-même. Ce volume est bien meilleur que le second. En effet, ce dernier souffre d'être trop lié à des évènements spécifiques de l'univers Marvel. Celui-ci est lié à la fin de cet univers mais les auteurs décident de ne pas y toucher. Les préparatifs se forment sans le personnage, sauf sa version future, et la fin décide de laisser ouverte la possibilité de retrouver Loki mais sans l'envoyer sur le monde de Doom. C'est, à mon avis, une très bonne idée qui permet de conclure avec élégance cette histoire.

*
**
***
**** Un dernier tome qui reste dans la continuité des autres mais qui réussit là où le second échoue.
*****

Image : Éditeur

detail.jpg

Loki agent of asgard 2. I cannot tell a lie par Al Ewing, Lee Garbett et Jorge Coelho

Titre : Loki agent of asgard 2. I cannot tell a lie
Auteurs : Al Ewing, Lee Garbett et Jorge Coelho
Éditeur : Marvel 12 mai 2015
Pages : 112

Ce volume 2 contient les épisodes 6-11. Loki est le dieu du mensonge et de la tricherie. Il aime mettre en place des plans afin de vaincre ses ennemis d'une manière inattendue. C'est ainsi qu'il a compris que Asgard contient un prisonnier mystérieux. Après avoir réussi à entrer dans les donjons du royaume Loki se rend compte que le prisonnier n'est autre que lui-même. Mais un lui qui provient du futur et qui semble être retourné à l'amour du mal. Au lieu de rester l'agent d'Asgard Loki décide de fuir. Mais il a à peine le temps de réfléchir que le monde est envahi par la vague de haine lancée par le Crâne Rouge puis pas un sort d'inversion lancé par Doom. Loki n'est plus le dieu du mal mais le dieu du bien. Et son plus grand ennemi est Thor, devenu incapable de porter son marteau.

Dès les premières pages de Loki agent of Asgard il est clair que les auteurs s'attachent fortement au thème des histoires. Selon eux, les divinités ne sont rien d'autre que des histoires et la magie implique simplement d'imposer un récit à l'univers. Le premier volume se concentrait sur la réécriture du passé de Loki afin de lui permettre de ne plus être emprisonné par son histoire, connue de tout le monde. Ce second volume s'attache aux histoires que l'on se raconte à nous même. En effet, Loki se ment lorsque le sort d'inversion se met en place. Il n'est pas un héros mais un vilain qui tente de changer. De plus, Loki se ment lorsqu'il pense pouvoir atteindre une forme de rédemption. L'intrigue de ce second volume s'attaque au crime qu'il a commit afin de se recréer et implique des conséquences importantes pour le personnage et ses relations aux autres divinités ainsi qu'aux humain-e-s qui l'entourent.

*
**
*** Bien que j'apprécie beaucoup Loki, et cette série, ce volume est bien trop intégré à l'évènement Axis qui ne nous est pas présenté ainsi qu'à la quête de Thor et de Loki pour retrouver Angela. Sans cela, j'aurais bien mieux apprécié ce volume.
****
*****

Image : Éditeur

detail.jpg

11/08/2017

Superior Spider-Man. Prélude par Dan Slott et Humberto Ramos

Titre : Superior Spider-Man. Prélude
Auteurs : Dan Slott et Humberto Ramos
Éditeur : Panini comics 7 juin 2017
Pages : 136

Ce tome contient Amazing Spider-Man (1963) 698-700. Panini a édité le cycle Superior Spider-Man de Dan Slott en 6 tomes. Ce cycle est l'une de mes premières lectures. J'ai beaucoup apprécié lire les aventures d'un Spider-Man différent, car peu sympathique. Mais de quelle manière Otto Octavius a-t-il réussi à prendre le contrôle du corps de Peter Parker. Et comment Peter a-t-il réussi à garder une certaine forme dans l'esprit d'Otto Octavius ? Ce tome débute alors qu'Otto Octavius est aux portes de la mort, après avoir tenté de détruire le monde. Il est enfermé au Raft mais toute la population craint une possible fuite. Cependant, Otto Octavius a un plan. Et celui-ci lui permet de prendre le contrôle de son pire ennemi. Mais Peter Parker se laissera-t-il faire ?

Il est dommage que Panini n'ait pas édité ces trois numéros, assortis de deux autres histoires, dans le premier tome du Superior Spider-Man. En effet, la surprise est un peu gâchée puisque l'on connait déjà le plan d'Otto Octavius. Cela n'empêche pas le premier numéro d'être une réussite. On suit une journée normale du Spider-Man et ce n'est qu'à la fin que l'on apprend que Peter Parker est déjà vaincu. Plus important, alors que l'esprit d'Otto sera manipulé par les souvenirs de Peter ce tome montrer Peter changé par les souvenirs et la manière de penser d'Otto. Ceci donne un parallèle intéressant avec la suite d l'intrigue. On pourrait presque avoir souhaité un peu plus de numéros pour la confrontation entre ces deux personnages, cependant cela aurait mis à mal le plan d'Otto Octavius. Au final, ce tome est intéressant pour les personnes qui souhaitent compléter le cycle du Superior Spider-Man mais il n'offre pas grand-chose de plus à l'intrigue.

*
**
*** Loin d'être essentiel même s'il lance quelques idées qui seront développées plus loin.
****
*****

Image : Éditeur

image_gallery?img_id=9227663&t=1496740365327

22/07/2017

Secret wars Spider-Man renouveler ses voeux par Dan Slott et Adam Kubert

Titre : Secret Wars Spider-Man renouveler ses vœux
Auteurs : Dan Slott et Adam Kubert
Éditeur : Panini 5 juillet 2017
Pages : 120

Ce tome contient Amazing Spider.Man: renew Your Vows (2015) 1-5. Il y a quelques années J. Michael Straczynski était responsable de la série Spider-Man. Il a mis en place plusieurs idées que j'ai plutôt appréciée. Mais la fin de son run est très controversée. En effet, non seulement il ajoute un élément mythologique à Spider-Man, non seulement il crée un retour de Gwen Stacy (même si pas vraiment) mais en plus, après Civil War, il tue la tante de Peter et force le couple Parker, Peter et MJ, à accepter de n'avoir jamais été marié !

Actuellement, la personne en charge de Spider-Man est Dan Slott, lui a décidé de parler d'un Spider-Man sous le contrôle d'Otto Octavius même si cela est maintenant résolu. Mais, en ce qui concerne Secret Wars, le scénariste a été dans une autre direction. Et si le pacte qui a détruit le mariage entre Peter et MJ n'avait jamais eu lieu ? Le couple a maintenant une fille. Mais les héros ayant des pouvoirs disparaissent un à un. Les Avengers, elleux-même, sont assassinés par un être se nommant le régent, en charge de cette région du monde de Fatalis. Peter Parker, pensant à sa fille, décide de se cacher et de cacher sa famille. Mais est-ce possible de résister à un être tout puissant ? Et que faire de son vœu de ne jamais plus tourner le dos aux personnes dans le besoin ?

J'apprécie beaucoup Dan Slott. J'ai beaucoup aimé Superior Spider-Man. Donc, je me suis dit que prendre ce tome annexe au Secret Wars serait une bonne idée. Dan Slott décide de détruire les Avengers et de cacher Peter Parker. C'est élégant sur deux points. En effet, d'une part les vœux de mariage de Peter et MJ sont renouvelés et, d'autre part, Peter est confronté à son choix d'aider toutes personnes dans le besoin, par sa fille qui a grandi avec les histoires de son père le héros. Plutôt que de mettre en scène une décisions égoïste Dan Slott décide d'en faire une question de famille. De quelle manière les Parker peuvent-illes survivre tout en aidant les autres personnes de la région ? L'intrigue que cela crée est, selon moi, parfaitement en accord avec les personnages mis en scène. Malheureusement, là encore, il est dommage que les conséquences n'existent pas et que la série soit si courte.

*
**
***
**** J'apprécie Dan Slott et ce dernier ne me déçoit pas ici. Bien que je déplore que la série soit courte et qu'elle soit si rapidement oubliée pour le nouvel univers Marvel.
*****

Image : Éditeur

image_gallery?img_id=9237221&t=1499093769087

Secret Wars par Jonathan Hickman et Esad Ribic

Titre : Secret Wars
Auteurs : Jonathan Hickman et Esad Ribic
Éditeur : Panini comics 5 juillet 2017
Pages : 312

Ce tome contient Free comic book day: secret wars (2015) 0 et secret wars (2015) 1-9. Hickman, durant son run sur Avengers, New Avengers et Times runs out a organisé la destruction de l'univers marvel. Lors d'une longue préparation il a patiemment construit son intrigue afin non seulement de rendre les Avengers plus puissants mais aussi de créer une menace telle que l'univers Marvel n'en a jamais connu : la fin de tout. Ce tome clôt cette longue période de préparation. Il ne reste plus que deux univers avant que le multivers et la vie ne soient définitivement détruit. Les deux Terres se préparent à une guerre pour le droit de vivre et pour tuer son adversaire. Après la catastrophe, un nouveau monde est créé. Un patchwork de ce qui a été détruit sous l'égide de Fatalis, devenu un dieu. Personne ne se souvient de rien. Mais il existe des vaisseaux qui ont survécu et dont les passagers pourraient être surpris de ce qu'il est advenu de l'humanité.

J'ai, personnellement, apprécié le run d'Hickman. J'aime les intrigues qui prennent en compte des problèmes complexes à comprendre et à résoudre (ce qui explique pourquoi j'apprécie la saga l'Aube de la nuit de Peter F. Hamilton). Le début de ce tome est spectaculaire alors que nous observons tous les personnages que nous connaissons tenter de se battre ou de se mettre à l’abri. Dans un second temps, Hickman présente le fonctionnement de ce nouveau monde tout en sortant les personnages qu'il a sauvé de leur léthargie. Pour, bien plus tard, créer un combat pour l'avenir du multivers.

Il est difficile de tout comprendre sans avoir lu ce qui se déroulait auparavant. Les personnages font fréquemment mentions aux évènements qui ont déjà eu lieu afin de permettre d'expliquer l'état actuel des choses. De plus, ce tome n'est qu'une partie de l'évènement qui s'inscrit dans de nombreuses autres histoires. Mais il permet de poser les bases puis de passer à l'intrigue proprement dites. Celle-ci est efficace et j'apprécie que l'on prenne le temps de nous expliquer le fonctionnement du monde selon Fatalis. Malheureusement, ce n'est qu'une version alternative et, très rapidement, tout est remis à plat. Bien que cela clôt élégamment les choses je trouve dommage que l'on ne puisse pas rester plus longtemps dans ce monde alternatif afin de réellement le vivre.

*
**
***
**** Un run que j'ai apprécié qui se termine plutôt bien dans ce tome. Même si je trouve dommage que les conséquences soient si facilement effacées et que l'on ne puisse pas explorer le Battleworld plus à fond sur plus de temps. Comme s’il fallait remettre tout en place le plus rapidement possible et, d'une certaine manière, tout effacer.
*****

Image : Éditeur

image_gallery?img_id=9237209&t=1499093421073

28/05/2017

Mockingbird 2. My feminist agenda par Chelsea Cain, Kate Niemczyk, Sean Parsons et Rachelle Rosenberg

Titre : Mockingbird 2. My feminist agenda
Auteur-e-s : Chelsea Cain, Kate Niemczyk, Sean Parsons et Rachelle Rosenberg
Éditeur : Marvel 2 mai 2017
Pages : 120

Ce second tome contient Mockingbird 6-8 et New Avengers (2010) 13-14. Bobbi Morse a besoin de vacances. Après avoir vaincu une armée des morts dans un hôpital secret du SHIELD elle aimerait pouvoir se reposer. Mais Civil War II la rattrape et elle est invitée à participer à une croisière dans les caraïbes. Malheureusement, c'est une croisière durant laquelle a lieu une convention à la gloire de son ex-mari : Clint Barton. Mais elle doit s'y rendre car quelqu'un lui explique posséder une preuve de l'innocence de Clint dans le meurtre dont il est accusé. Alors s'il faut enquêter autant apprécier le moment même si le bateau semble rempli par le passé de Bobbi Morse.

Le second, et dernier, tome de Mockingbird ne contient que 3 épisodes. Les autres sont un retour sur la mort et la résurrection du personnage. Bien qu'ils ne soient pas indispensables ils donnent un peu d'épaisseur au tome et permettent aux personnes qui ne connaissaient pas l'histoire de connaitre le contexte de la résurrection de Bobbi Morse. Malheureusement, ils s'inscrivent aussi dans un contexte plus large de la série New Avengers 2010 et de l'événement Fear Itself, deux histoires que je ne connais pas.

L'intrigue de ce tome es directe au contraire du premier tome qui expliquait le numéro 1 par la suite pour tout remettre en place lors du numéro 5. L'histoire est efficace et directe. Il y a quelqu'un avec des preuves qui peuvent innocenter Clint Barton. Cet homme est assassiné. Il faut enquêter. Il n'y a rien de bien compliqué mais c'est efficace. J'ai aimé suivre les réflexions de Bobbi et on sent que la scénariste est une habituée du thriller. Elle réussit parfaitement à s'adapter au genre des comics et ajoute des références au passé ainsi que des schémas à la fois drôle et adaptés au déroulement de l'intrigue. Tout comme le premier tome, beaucoup de choses ses déroulent dans les détails qu'il faut tenter de trouver et de lire. Encore une fois, il est dommage que cette série soit annulée. Elle était bien partie pour être très bonne si l'on en croit les 8 épisodes que nous possédons.

*
**
***
****
***** Un second tome tout autant réussi que le premier avec une intrigue efficace qui réussit à conclure la série en beauté.

Image : Éditeur

detail.jpg

Mockingbird 1. I can explain par Chelsea Cain, Kate Niemczyk, Ibrahim Moustafa, Joëlle Jones et Rachelle Rosenberg

Titre : Mockingbird 1. I can explain
Auteur-e-s : Chelsea Cain, Kate Niemczyk, Ibrahim Moustafa, Joëlle Jones et Rachelle Rosenberga
Éditeur : Marvel 1 novembre 2016
Pages : 136

Ce tome contient Mockingbird 1-5 et mockingbird. SHIELD 50th anniversary 1. Bobbi Morse est beaucoup de chose. Elle est une super-héroïne, une agente du SHIELD et une biochimiste. Bobbi Morse est l'une des personnes les plus intelligentes de la planète et il n'y a rien qu'elle apprécie plus que de se verser un ver de chardonnay après une dure journée au SHIELD. Bon, elle aime aussi garder ses ex à proximité en cas de besoins. Mais Bobbi Morse est aussi la personne dont le corps est rempli à la fois du sérum du super-soldat, ayant créé Captain America, et l'Infinity Formula, permettant à Nick Furry de ne pas vieillir trop vite. Ces deux cocktails n'ont jamais été utilisé ensemble et personne ne sait ce qui pourrait advenir. Donc, le SHIELD décide de forcer Bobbi Morse à suivre des check-up réguliers et jamais annoncé une fois par semaines. Cependant, la base médicale du SHIELD cache beaucoup de secrets dont un lié à Bobbi Morse.

Mockinbird fut annulé après 8 numéros alors que la scénariste, Chelsea Cain, était la cible d'un harcèlement dû à une couverture ouvertement féministe. Pourtant, la série était très bien notée et, malheureusement, Chelsea Caine a décidé de quitter l'industrie des comics. Acheter les deux tomes de Mockingbird est donc un moyen de soutenir une série qui s'est arrêtée trop tôt et qui possède un ton très particulier. En effet, on suite une super-héroïne plus intelligente que tout le monde, qui aime le sexe et très compétente. De plus, elle revendique son droit à être sur le devant de la scène.

Mockinbird est un comics féministe. Que ce soit le personnage, les situations, les détails ou l'intrigue tout nous le dit. L'intrigue place Bobbi Morse face à une organisation qui souhaite contrôler son corps pour des motifs médicaux. Bien que l'idée de départ soit bienveillante on observe Bobbi Morse perdre le contrôle des informations qu'elle doit donner et de son propre corps qui devient un objet d'expérimentation scientifique désincarné. Outre cette intrigue principale, les autrices placent la personne dans différents contextes à la fois drôle et bien écrit. Que ce soit dans un donjon SM, au milieu d'une catastrophe écologique ou encore face à une jeune préadolescente de 12 ans qui développe des pouvoirs. Je ne saurais dire qu'elle est le meilleur épisode ni la meilleure planche. Toutes sont à observer à la fois dans la totalité et le détail puisqu'on y trouve souvent des références féministes discrètes. L'annulation de cette série est un véritable gâchis et je me réjouis de continuer avec le second et, malheureusement, dernier tome.

*
**
***
****
***** Drôle, militant, bien écrit et qui ne s'excuse pas. Une réussite !

Image : Éditeur

detail.jpg

20/05/2017

Ms. Marvel 5. Guerre civile par Gwendolyn Willow Wilson, Takeshi Miyazawa et Adrian Alphona

Titre : Ms. Marvel 5. Guerre civile
Auteur-e-s : Gwendolyn Willow Wilson, Takeshi Miyazawa et Adrian Alphona
Éditeur : Panini 5 avril 2017
Pages : 136

Ce tome 5 contient Ms. Marvel (2016) 7-12. Lors du tome précédent on observait une forme de tension entre les deux mentors de Kamala Khan. Aussi bien Iron Man que Captain Marvel semblent ne pas apprécier d'être l'un en face de l'autre. Mais ce n'est que dans ce tome que la rupture est consommée après l'apparition d'un Inhumain capable de calculer l'avenir et, donc, d'éviter les crimes et catastrophes futurs. Et Kamala se trouve en plein milieux. Elle ne se bat pas sur le front mais elle est chargée, par Captain Marvel, de gérer la justice prédictive au New Jersey. Kamala croit en Captain Marvel et ne pose aucune question. Mais ses ami-e-s et sa famille n'apprécient pas ce qui est en train de se dérouler sous leurs yeux. Lorsque la poussière retombera il se pourrait que Kamala Khan ait perdu plus qu'elle ne le pense.

Je n'ai pas lu Civil War II et les retours ne sont pas très bons. Avec l'apparition d'Ulysse Marvel a créé deux camps. L'un des camps pense que les prédictions peuvent permettre d'arrêter les personnes avant le crime et, donc, sauver des vies. Le second considère qu'une personne qui n'a pas commis de crime ne devrait pas se trouver en prison. Derrière cette idée on comprend aisément que l'on parle de justice prédictive. Pourquoi ne pas utiliser toutes les ressources à disposition pour éviter des problèmes ? Ce que ce tome montre bien c'est que la justice prédictive ne fonctionne pas. En effet, elle se base sur des interprétations humaines qui peuvent suivre des préjugés. Pire encore, la prison n'est pas forcément une réponse à tout. Dans certains cas, et le tome le montre, il suffit d'être attentif et de communiquer. Ce tome montre Kamala Khan naviguer de l'un à l'autre camp sans réellement savoir que faire ni quelle est la bonne solution.

Les auteur-e-s ont la bonne idée de créer de véritables conséquences pour Kamala Khan. Au lieu de s'attaquer à des inconnus son groupe de justice prédictive impacte directement la vie de Kamala Khan. Ce ne sont pas des vilain-e-s qui sont inquiétés mais de simples citoyen-ne-s emprisonné-e-s illégalement. Il n'est donc pas étonnant que Kamala Khan se retrouve isolée, sans ami-e-s et que sa famille se pose des questions. Au final, Kamala Khan perd tout simplement son identité et cela permet aux auteur-e-s d'écrire un dernier numéro qui permet un retour aux sources.

*
**
***
****
***** Sans juge de l'évènement, ce tome 5 de Ms Marvel est réussi et fonctionne bien.

Image : Éditeur

image_gallery?img_id=9212735&t=1492663342677

19/05/2017

Ms. Marvel 4.Super célébre par Gwendolyn Willow Wilson, Takeshi Miyazawa et Nico Leon

Titre : Ms. Marvel 4. Super célèbre
Auteur-e-s : Gwendolyn Willow Wilson, Takeshi Miyazawa et Nico Leon
Éditeur : Panini 14 septembre 2016
Pages : 144

Ce tome contient Ms Marvel (2016) 1-6. Lors du tome précèdent la fin du monde a eu lieu. Maintenant ça va mieux. Il s'est passé six mois depuis les évènements de Last Days et la reconstruction de l'univers Marvel après l'évènement d'Hickman. Le monde a continué de tourner et Ms Marvel avec. Après avoir beaucoup travaillé, et la permission de sa mère, elle a été acceptée au sein des Avengers. Depuis, elle jongle entre son équipe, sa ville, l'école, ses ami-e-s et sa famille. Elle pense pouvoir tout mener sans problèmes mais lorsque son image est utilisée pour défendre la reconstruction de la ville elle comprend qu'elle a laissé trop de choses de côté. Pire encore, l'homme qu'elle aime est en couple !

Ms Marvel est toujours aussi sympathique. Depuis le début, j'ai beaucoup aimé ce personnage de jeune lycéenne musulmane d'une famille migrante. Elle est drôle, bien écrite et le personnage adore la pop culture et les jeux-vidéos ! Ce tome permet même de faire une référence à Dune (ce qui suffit à le conseiller à tout le monde). Les tomes précédents permettaient de répondre à la recherche d'identité de Kamala Khan. D'où viennent ses pouvoirs ? Qui est-elle et quelle est sa place dans le monde ? Ce nouveau tome donne l'impression que cette quête est terminée. Il donne donc plus de temps à parler de la gestion de son temps par Kamala Khan. Quelles sont ses priorités et ce qu'elle accepte de sacrifier afin de devenir Avengers ? Les premiers numéros parlent aussi de gentrification avec un changement important pour la ville de Ms Marvel. Les auteur-e-s montrent que cette mutation s'accompagne d'une perte d'identité locale, d'emplois mais aussi de loyers élevés et surtout d'une forme de ghettoïsation des riches qui contrôlent les personnes ayant l'accès au quartier à l'aide de vigiles citoyen-ne-s. Pour mieux nous le faire comprendre, l'une des premières victimes est une femme voilée de couleur. Heureusement, le tome célèbre aussi les différentes cultures et le fait grâce à un mariage. Bref, j'apprécie toujours le personnage et les intrigues.

*
**
***
****
***** Ms Marvel est toujours aussi bien écrit et sympathique. Je recommande.

Image : Éditeur

image_gallery?img_id=8928312&t=1472738634740

07/05/2017

Guardians of the galaxy volume II / Les gardiens de la galaxie volume II

Nous avons enfin la suite des Gardiens de la galaxie. Enfin, des questions fondamentales comme le nom du père de Peter ou la vie de Groot dans l'équipage reçoivent une réponse. Les gardiens, depuis les évènements du premier film, sont maintenant connu largement dans toutes la galaxie comme une petite bande que l'on peut payer pour résoudre des problèmes. Illes voyagent sur plusieurs planètes selon les contrats signés ou les problèmes en cours. Mais leur dernier contrat ne tourne pas exactement comme prévu et le groupe se retrouve coursé par une armée entière. Cependant, le père de Peter les sauve. Ce dernier souhaite inviter Peter sur sa planète et lui explique le mystère de ses origines. Mais la fête pourrait bien tourner cours alors que plusieurs armées se rendent sur la même planète afin de tuer les gardiens.

Les films Marvel sont des films Marvel. Ils suivent un but, divertir, et une recette simple et efficace. Il est donc difficile de voir des nouveautés puisque tout est fait pour fonctionner sans prendre de vrais risques. Donc, le premier film marchait sur quelque chose de simple. Un groupe de personnes plus ou moins marginales, voir criminelles, qui décident de travailler ensemble pour vaincre un gros méchant qui est méchant parce que... on ne sait pas il l'est donc il faut le vaincre. Le second film reprend cet humour de base qui fonctionne assez bien. Les personnages se lancent des pics toutes les deux minutes et ça fonctionne assez bien. Cependant, il y a tout de même, parfois, un humour assez limite qui provient, là aussi, du premier film. Le thème du film est aussi assez basique : la famille. Plus exactement, qu'est-ce que la famille et que faire pour en faire partie ? Il y a, d'un côté, la famille que l'on choisit et, de l'autre, celle du sang. Ce thème est au centre des décisions du grand méchant dont je vous laisse découvrir la forme et les raisons par vous-même.

*
**
*** ça fait le job
****
*****

Image : Site officiel

g_guardiansofthegalaxyvol2_01_c9baedab.jpeg?region=0%2C0%2C1200%2C560

24/04/2017

Marvel's Jessica Jones

Jessica Jones est une jeune femme. Elle vit à New York dans un immeuble de bas standing mais pas trop mauvais. Bien qu'elle n'ait jamais réussi à tenir un travail elle est une bonne détective privée. Son boulot ne lui plait pas vraiment et elle en ressort une vision assez pessimiste de la nature humaine. Mais, les rares fois où cela est possible, elle apprécie aider les personnes innocentes. Car Jessica Jones n'est pas une simple humaine. Elle a pensé, pendant un court moment, à devenir une super héroïne. Jessica Jones possède des pouvoirs et elle n'hésite pas à en user pour réussir son métier. Mais elle ne fait pas de publicité non plus. Elle se contente de vivre et personne ne fait réellement attention à elle ni à ses capacités. C'est une période qui n'est pas vraiment bonne mais elle n'est pas mauvaise non plus. Jessica Jones survit. Tout change lorsque des parents décident de l'engager pour retrouver leur fille : Hope. Celle-ci a été kidnappée par une figure du passé proche de Jessica Jones. Et Jessica ne peut plus l'ignorer ni fuir : elle doit attaquer.

Jessica Jones est la seconde série Netflix se déroulant dans l'univers Marvel. La première est Daredevil, très appréciée, la troisième est Luke Cage que j'ai bien aimé et la dernière Iron Fist (je préfère ne pas en parler). Actuellement, ces séries ne sont pas encore fortement reliées entre elles mis à part par quelques personnages et, surtout, les lieux. Les séries Marvel de Netflix, selon moi, ont l'intérêt de posséder une identité visuelle et thématique forte. Daredevil parle de la justice non comme pratique mais comme concept désincarné et son générique est constitué de symbole placé en dehors de leur contexte. Luke Cage parle de communauté et, justement, son générique inscrit l'espace dans lequel joue la série sur le corps même du personnage principal. Jessica Jones est une série qui parle de survie en s'inspirant directement, et fortement, du comics de Brian M. Bendis. Son générique, justement, montre Jessica observant le monde sans en faire partie et se termine sur son nom brisé.

Car Jessica a vécu des événements qui l'ont traumatisée. Dès le début, on nous explique qu'elle est en état e stress post-traumatique qui a nécessité l'aide d'une thérapie. À plusieurs reprises, on observe Jessica Jones être envahie par la panique et suivre ce qu'on lui a appris pour gérer ses émotions. De plus, son histoire elle-même est tragique et crée une impression d'elle-même très négative. Jessica Jones ne s'aime pas, refuse de se lier à des personnes car elle se pense toxique mais souhaite tout faire pour aider les personnes qu'elle aime et les personnes qu'elle pense innocente. Toute la série, à mon avis, est une mise en scène d'un effort de survie après un viol et je doute qu'elle puisse être regardée dans un état émotionnel difficile.

Au lieu de continuer sur un thème qui ne me concerne pas je vais parler de l'autre versant de la série : les hommes. Et, plus précisément, ce que je qualifierais de masculinité toxique. Afin d'être clair et direct je vais immédiatement annoncer qu'il n'y a aucuns hommes dignes de de confiance dans Jessica Jones. Même les plus proches, les alliés pourrait-on dire, trahissent ou font du mal au personnage principal à un moment donné. Ainsi, Luke Cage ne croit pas Jessica Jones puis la blâme. L’officier Simpsons est bien pire. Il commence par s'excuser, explique à quel point il est gentil puis essaie d'expliquer à Jessica Jones ce qu'elle sait mieux que lui, tente de lui voler son leadership puis attaque physiquement Jessica Jones et sa sœur, Trish Walker. L'un échoue comme personne de confiance le second est un homme dangereux caché derrière une façade de nice guy.

Cependant, rien ne vaut Killgrave. Ce dernier est l'incarnation de la masculinité toxique. C'est un homme blanc d'âge moyen qui semble assez riche. Son pouvoir est de manipuler les personnes afin de les obliger à agir d'une certaine manière. Ainsi, et c'est exprimé dans la série, tout le monde est dangereux pour Jessica Jones. Absolument tout le monde pourrait souhaiter lui faire du mal. Mais ce qui rend Killgrave particulièrement horrible c'est sa morale. Il est incapable de comprendre qu'on puisse lui résister. Ainsi, il s'entoure de femmes trophées qu'il habille et coiffe comme de beaux objets. En ce qui concerne Jessica Jones, il la harcèle durant plusieurs jours. Il entre chez elle, il l'espionne, la force à faire des photos après lui demander de sourire, achète sa maison et tout cela n'est que le prélude d'une déclaration d'amour dans une scène absurde au possible. Killgrave ne pense pas être quelqu'un de bien mais ne comprend pas pourquoi Jessica Jones ne pourrait pas l'aimer. L'épisode qui suit, le 8, montre un Killgrave qui refuse toutes responsabilités en matière de viol, organise un chantage affectif et déclare Jessica Jones complice de ce qui lui est arrivé. Bref, Killgrave est l'incarnation de la masculinité toxique et, donc, défend la culture du viol et le patriarcat.

*
**
***
****
***** Une très bonne série à l'identité forte. Elle traite particulièrement bien d'un thème difficile et compliqué. À mon avis, la meilleure série Marvel à l'heure actuelle.

Image : Allociné

Site officiel

464704.jpg

16/04/2017

Jessica Jones: Alias 2. Pourpre par Brian M. Bendis et Michael Gaydos

Titre : Jessica Jones: Alias 2. Pourpre
Auteurs : Brian M. Bendis et Michael Gaydos
Éditeur : Panini comics 4 mai 2016
Pages : 336

Ce second tome contient les épisodes 16-28 d'Alias ainsi que What if Jessica Jones had joined the Avengers 1. Jessica Jones est une détective privée de New York. Elle a eu une courte carrière d'héroïne. Celle-ci s'est brusquement terminée du jour au lendemain. Depuis, Jessica Jones a troqué le costume clinquant avec une veste en cuir et des bottes. Elle s'occupe des petits problèmes du petit monde de la ville sans faire trop de vagues malgré quelques ennuis qu'elle peut avoir de temps en temps. Elle se rapproche aussi bien de Luke Cage, l'homme fourmi ou encore Matt Murdock dont elle est la garde du corps. Cependant, Jessica Jones est de plus en plus connue. Ainsi, on la contacte de plus en plus concernant des affaires étranges. Et, pire encore, alors qu'elle rentre chez elle une jeune femme habillée comme Spider-Man lui demande de l'aide avant de fuir.

L'épisode What If mis à part, ce tome est constitué de trois parties. La première concerne l'enquête sur Spider Woman, la second est l'origine de Jessica Jones et la dernière concerne Killgrave et son lien avec Jessica Jones. Ce second tome continue sur la lancée du premier en étant réaliste. Jessica Jones agit comme une femme réelle et non comme un personnage de comics. Elle jure, elle engueule, elle se bat quand c'est nécessaire mais en détestant cela. Lorsqu'elle se trouve avec un homme les deux adultes sont nus. Bref, c'est un comics qui ne censure pas.

Ce refus de censurer se retrouve dans les intrigues qui sont toutes particulièrement violentes non seulement physiquement mais aussi psychologiquement. Ce second tome est rempli d'abus. Ceux-ci sont aussi bien psychologiques que physiques allant jusqu'aux viols. Donc, si vous souhaitez lire ce comics préparez-vous. Le thème commun des intrigues concerne donc les abus. Et, pour cela, les auteurs (dont aucun n'est de genre féminin) utilisent des personnages masculins abuseurs. Que ce soit des dealers qui utilisent les corps des femmes ou Killgrave qui peut utiliser tout le monde contre leur gré. Ainsi, l'histoire de Jessica Jones est fortement impactée par sa rencontre avec celui-ci. L'écriture de leur histoire commune est particulièrement glaçante.

*
**
***
****
***** Tout aussi bon que le premier tome, des intrigues horribles

Image : Site de l'éditeur

image_gallery?img_id=8858700&t=1469445662327

05/04/2017

Loki Agent of Asgard 1. Trust me par Al Ewing et Lee Garbett

Titre : Loki Agent of Asgard 1. Trust me
Auteurs : Al Ewing et Lee Garbett
Éditeur : Marvel 2 septembre 2014
Pages : 120

Ce premier volume contient Loki : Agent of Asgard 1-5 ainsi que All-New Marvel Now ! Point One 1. Loki est Loki. Un dieu asgardien de la discorde et de la ruse. Dans le cadre de Marvel, il est aussi l'ennemi de Thor et donc, par extension, des Avengers et de la Terre. Mais Loki veut s'échapper de cette histoire. Il souhaite créer une nouvelle réalité pour ce qu'il est. Il souhaite effacer le passé et créer un nouveau Loki toujours aussi rusé mais qui n'est pas le dieu du mal tel qu'il est décrit par tout le monde. Pour retrouver une virginité il accepte de travailler pour la mère de tout : Freyja. Loki est maintenant un agent d'Asgard. Sa mission est simple : retrouver et capturer les dieux asgardiens afin de les ramener à leur place : Asgard. Mais le comportement de Freyja est étrange. Pourquoi souhaite-t-elle, soudainement, ramener les dieux chez elleux ? Que cache-t-elle dans ses cachots ? Et Loki est-il réellement un dieu changé ?

Loki est, dans le Marvel Cinematic Universe, le seul vilain intéressant (en dehors des séries Netflix). Il n'est donc pas étonnant que je l'apprécie. Il est rusé, il aime créer des énigmes, il est capable de se métamorphoser et de changer de sexe. En plus, j'apprécie particulièrement l'histoire des Vikings et la mythologie nordique bien que sa traduction en comics soit peu fidèle. L'idée de faire de Loki un agent chargé des missions en faveurs d'Asgard m’intriguait. Cette identité me semble plus proche du Loki original que du simple vilain dieu du mal que nous voyons dans les autres histoires. Dans le cadre de ce premier volume, Loki est aussi rajeuni, rendu plus "beau" et plus drôle et sympathique.

Bien qu'il ne soit pas forcément utile de chercher trop loin, il me semble que l'histoire parle d'identité. Ayant lu un certain nombre de livres de Pratchett dernièrement il n'est pas surprenant que ce thème me reste en tête. Loki, dans ce volume, essaie d'échapper au destin des dieux asgardiens et surtout à son destin. Il veut oublier son identité passée et se créer une nouvelle identité. Pour cela il accepte un pacte : une bonne action efface un crime passé. Car, selon Loki, les anciennes histoires ont du poids et cela pourrait le faire retomber dans son identité passée. Un thème assez pratchettien en quelque sorte. Sans être flamboyante, l'intrigue est bien menée, drôle et plaisante à lire. J'ai particulièrement apprécie le second épisode qui se déroule en plein milieu d'un speed dating !

*
**
***
**** Pas de grandes réflexions mais une intrigue plutôt bien menée pour un personnage que j'apprécie.
*****

Image : Éditeur

detail.jpg

04/04/2017

Captain America Sam Wilson 1. Not my Captain America par Nick Spencer, Daniel Acuña, Paul Renaud et Joe Bennett

Titre : Captain America Sam Wilson 1. Not my Captain America
Auteurs : Nick Spencer, Daniel Acuña, Paul Renaud et Joe Bennett
Éditeur : Marvel 3 mai 2016
Pages : 136

Ce premier volume contient les numéros 1-6 de Captain America, Sam Wilson. Suite à une aventure que je n'ai pas lue le Captain America n'est plus le même. Steve Rogers, après des années de service et un bon moment passé au froid, est vieux. Il est trop vieux pour prendre le bouclier et défendre les valeurs des États-Unis. Il décide donc de nommer un successeur. Celui-ci n'est autre que l'un de ses amis les plus proches : Sam Wilson alias le Faucon. Sam Wilson change le style de Captain America. IL peut voler, il utilise des oiseaux et surtout il décide de quitter le gouvernement et le SHIELD afin d'aider les personnes qu'il pense pouvoir aider au lieu de suivre des ordres qu'il n'accepte pas toujours. Ce choix l'amène à prendre des positions qui ne sont pas populaires et, rapidement, la question Captain America devient brulante au niveau politique. Sam Wilson serait un traitre et il est de moins en moins apprécié.

Captain America, et particulièrement Steve Rogers, n'est pas le personnage qui m'intéresse le plus. Il est l'étendard des valeurs des États-Unis et, en tant que tel, est plus un symbole lointain plutôt qu'un personnage réel. Pour moi, le Captain America a autant d'intérêt que Superman en tant que symbole : pas grand-chose. Bien entendu, il y a eu des histoires intéressantes avec Steve Rogers. Mais ce run avec un Captain tenu par un nouveau personnage me semble bien plus intéressant. En effet, dès le début Sam Wilson, et donc les auteurs, explique qu'il souhaite s'impliquer de manière bien plus importante en politique. Cela conduit Sam Wilson à dénoncer des politicien-ne-s ainsi qu'à s'attaquer directement au SHIELD. La rupture est mise en scène lors d'une confrontation avec un-e whistleblower qui dévoile des secrets militaires (hello Snowden).

Mais ce qui change rend ce volume vraiment intéressant est la manière dont l'intrigue est menée. Il est dommage que celle-ci soit coupée par la transformation de Captain en loup mais ce n'est qu'un détail. Les auteurs ont décidé de s'attaquer directement aux discours politiques actuels aux USA et l'ombre de Donald Trump est très proche. Ainsi, le premier groupe de vilain-e-s est une milice citoyenne qui patrouille sur la frontière entre les USA et le Mexique. Captain est confronté à un groupe raciste, qualifié d'imbéciles par Steve Rogers, qui prétend défendre le pays face à la criminalité et la maladie. On trouve bel et bien l'idée que "l'étranger" est responsable de tous les malheurs depuis le chômage jusqu'à la nécessité de choisir sa langue lorsqu'on contacte l'administration. Les auteurs vont encore plus loin, en effet, ils décident de confronter le Captain à un groupe industriel qui finance et utilise les milices citoyennes dans le but de faire de l'argent. Ici, Sam Wilson se retrouve au centre de la bourse de New York et ses combats sont entrecoupés par des prédictions sur l'effet qu'ont les actions de Sam Wilson sur la bourse.

Au final, ce premier volume consacre un nouveau Captain aux buts bien plus proches des problèmes actuels. Tellement proche que seule le contexte Trump peut expliquer l'intrigue dépeinte par les auteurs. Ceux-ci, à mon avis, réussissent leur pari mais cela n'a pas dû plaire à tout le monde. Les dessins, eux, sont plutôt à mon goût dans un style que j’apprécie particulièrement pour les 3 premier épisodes. Je suis curieux de voir la suite.

*
**
***
**** Un premier volume que j'ai apprécié. Ce ne sera pas le cas de tout le monde.
*****

Image : Éditeur

detail.jpg

07/11/2016

Doctor Strange

New-York, la ville des Avengers mais aussi la ville de l'un des neurochirurgiens les plus talentueux du monde. Son talent est aussi impressionnant que son ego et son arrogance. Oui, je parle du docteur Stephen Strange. Mais alors qu'il utilise son natel en conduisant une voiture de sport, dépassant la vitesse autorisée, afin de se rendre à une conférence il est responsable d'un accident. Apparemment, le génie n'implique pas d'être responsable en conduisant. Ses mains sont détruites et donc sa carrière est terminée en l'état. Rien ne semble pouvoir réparer les dégâts dont il est responsable. Strange pourrait bien sombrer dans la folie et le désespoir s'il n'avait pas entendu parler d'une guérison miraculeuse. Celle-ci le conduit à pourchasser une rumeur : Kamar-Taj.

Pour l'instant, le MCU est resté scientifique. Tous les humain-e-s (on attend toujours la première femme à posséder un film la concernant) ont des habilités qui requièrent une explication scientifique. Même Thor est présenté comme le représentant d'une civilisation scientifiquement avancée et non comme l'incarnation d'un mythe. De plus, le MCU a créé un style particulier, efficace, mais qui commence à fatiguer. Heureusement, marvel et disney ont réussi, de temps en temps, à nous surprendre que ce soit avec Guardian of the Galaxy ou Ant-Man. Ce film propose de mettre en avant le côté magique du MCU en se basant sur l'un des personnages les plus puissants de l'univers Marvel : Doctor Strange. Malheureusement, ce personnage est aussi très dangereux, narrativement parlant, du point de vue de l'appropriation culturelle. Et je pense, sans n’être concerné ni expert, que ce film entre entièrement dans le piège sans même le questionner. Je pense en particulier au whitewhasing du Ancient One joué par Tilda Swinton. Mais ce n'est pas le seul aspect et je préfère vous envoyer vers un article du site The Mary Sue qui en parle certainement mieux que je ne le pourrais jamais.

Est-ce que j'ai aimé le film ? Je dirais que oui. Je l'ai trouvé visuellement beau. Bien que cela ne soit pas révolutionnaire après un Inception (que je devrais regarder un jours). J'ai beaucoup aimé les acteurs et actrices. Tilda Swinton est des plus talentueuses comme d'habitude tandis que Cumberbatch (et son torse, et sa voix) est toujours aussi charismatique à l'écran. Les autres personnages sont bien choisis. Mordo est plutôt intéressant et j'espère qu'il sera plus développé à l'avenir. C'est aussi le cas pour le vilain du film dont les motivations sont compréhensibles mais pas assez bien décrites pour qu'on le comprenne réellement. Ce qui en fait un vilain Marvel générique au même titre que tous les autres. Le propos sur la nécessité des règles et la nécessité de savoir quand les briser n'est pas inintéressant mais manque de profondeur. J'ai tout de même été très positivement surpris par la volonté de Strange de ne pas tuer (même s'il échoue). Si je me souviens bien, c'est la première fois qu'un héros marvel l'énonce si clairement. Les autres films montrent des meurtres à foison dans une esthétique qui fait oublier ce que l'on regarde. Outre les scènes d'action, je pense aussi en particulier à l'usage des drones dans Civil War. J'espère que cet aspect sera concrétisé et plus important à l'avenir.

*
**
***
**** Pas aussi bon que je ne le pensais mais plutôt beau. Et il y a Tilda Swinton. Et il y a Cumberbatch.
*****

Image : Site officiel

4.jpg

09:10 Écrit par Hassan dans Comics, Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : doctor strange, marvel, mcu | | | |  Facebook

15/10/2016

Daredevil saison 1

Avant la série il y avait le film. Ce film avait fait un gros flop. Avant la série il y avait le Marvel Cinematic Universe. Celui-ci fonctionne assez bien malgré un manque flagrant d'enjeux. Il existait aussi l'idée de créer des séries qui s'y inscrivent. Outre Agent Carter les personnes qui prennent les décisions ont laissé Agent of Shield qui est censée être une sorte de colonne vertébrale chargée de remplir le vide entre les films. Cependant, ces mêmes personnes ont aussi décidé de mandater Netflix. La première série sortie de leurs cartons est Daredevil. Elle est suivie par Jessica Jones, une réussite, et maintenant Luke Cage puis, bientôt, Iron Fist et Defenders. Comme vous le savez, ou pas, la particularité de Netflix est de diffuser tous les épisodes en même temps ce qui permet de faire du binge watching tout en n'ayant pas à attendre la suite semaines après semaines.

Matt Murdock et Foggy Nelson viennent de quitter un cabinet prestigieux et un avenir radieux de fortune et de réussite sociale. Leur but est de créer un cabinet chargé de défendre les personnes qui n'ont rien. De leur donner une chance dans la dure jungle de la loi. Pour cela ils ouvrent dans un milieu pauvre et rempli de criminalité : Hells Kitchen. Bien que les deux avocats travaillent de jours Matt, lui, travaille aussi de nuit. En effet, la nuit il porte un costume entièrement noir et s'attaque aux criminels et aux brutes du quartier. Mais Matt se rend rapidement compte que son combat le mène à se heurter à un milieu très bien organisé. Car le quartier est sous le contrôle d'un conglomérat de quatre groupes criminels sous la direction d'un certain Wilson Fisk. Mais qui est cet homme ? Quel est son but ? Et comment vaincre quelqu'un qui contrôle tout ?

Cette série place deux personnes face à face : Matt Murdock et Wilson Fisk. À leur côté il y a d'autres personnages mais ce sont ces deux personnes qui sont importantes car elles sont semblables sur de nombreux points. En effet, aussi bien Murdock que Fisk souhaitent changer leur quartier. Le premier répond à la corruption par le combat anonyme, le fait de devenir un justicier. Le second essaie de contrôler les institutions afin de reconstruire la ville à son image et selon ses souhaits. Ce qui change est la méthode. Le premier tente de combattre et le second tente de contrôler la criminalité en lui offrant un cadre et, surtout, de l'argent. La série pose donc la question de la légitimité du combat de Murdock face à un monde tout aussi illégitime. Bien que Daredevil soit très réussi il y a plusieurs problèmes. Tout d'abord, je trouve dommage que les autres personnages restent dans l'ombre de la stature de Murdock et de Fisk. Ce ne sont presque que des figurants dans un drame plus important. Pourtant, j'aurais aimé en savoir plus sur un grand nombre d'entre elleux comme Vanessa et Wesley pour n'en citer que deux. Ensuite, la ville est singulièrement vide. On ne sait rien sur elle ni sur ses habitant-e-s sauf quelques rares exceptions. On a l'impression que le quartier n'est que le décor d'un affrontement et non un lieu de vie qui subit où se modifie. J'espère que ces quelques problèmes seront corrigés dans la saison 2 et la 3 qui n'est pas encore diffusée.

*
**
***
**** Une série intéressante, bien mise en scène et bien plus intéressante que les films du Marvel Cinematic Universe.
*****

Image : Site officiel marvel

54ef7706b5128.jpg

11:27 Écrit par Hassan dans BD/Comics, Comics, Marvel, série | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : daredevil, marvel, netflix | | | |  Facebook

10/09/2016

Avengers : Time runs out. 2 Tu ne peux pas gagner par Jonathan Hickman, Stefano Caseli, Mike Deodato JR et Kev Walker

Titre : Avengers : Time runs out. 2 Tu ne peux pas gagner
Auteurs : Jonathan Hickman, Stefano Caseli, Mike Deodato JR et Kev Walker
Éditeur : Panini 6 juillet 2016
Pages : 128

Ce second tome contient les épisodes 26-28 de New Avengers (2013) et 38-39 d'Avengers (2013). Depuis que Steve Rogers a décidé de poursuivre les illuminatis les Avengers se sont divisés en trois camps : Steve Rogers et le Shield, les Illuminatis et les Avengers. Le monde entier observe Steve Rogers utiliser le Shield afin de faire tomber les Illuminatis. Et ces derniers essaient de lui échapper tout en cherchant une solution au problème. Le troisième groupe, lui, a envoyé une mission d'exploration et de combat dans le multivers. Mais ses membres se posent des questions. Ils ont rejoint les Avengers afin de s'unir en cas de besoin. Mais leurs amis, des fondateurs des Avengers, se combattent au lieu de s'unir. Ne serait-il pas temps de faire entrer un troisième joueur dans la petite guerre de Steve Rogers ?

Hickman semble avoir décidé de s'intéresser exclusivement au problème des incursions. Bien que la majeure partie de ce tome soit consacrée aux plans des différentes factions on en apprend aussi beaucoup plus sur un protagoniste jusqu'ici mystérieux : les prêtres. Apparemment, Hickman a décidé qu'il était temps pour les personnes qui le lise de mieux comprendre ce qu'il écrit. A mon avis, les prochains tomes permettront de nous expliquer la raison précise des Incursions et de la mort de tout. Parallèlement, il continue de mettre à mal l'union - ou plutôt la désunion - des Avengers. Ce moment atteint son plan haut niveau à la fin du tome. Une fin que j'ai beaucoup aimée. Il ne reste plus que deux tomes et je me réjouis de les lire.

*
**
***
**** Bien que ce tome soit une transition un peu plus faible que les autres je l'ai tout de même apprécié car il est moins ambitieux en termes d'événements et de personnages.
*****

Image : Éditeur

image_gallery?img_id=8823248&t=1467822452217

09/09/2016

Avengers: Time runs out. 1 La Cabale par Jonathan Hickman, Stefano Caseli, Mike Deodato JR et Kev Walker

Titre : Avengers : Time runs out. 1 La Cabale
Auteurs : Jonathan Hickman, Stefano Caseli, Mike Deodato JR et Kev Walker
Éditeur : Panini 4 mai 2016
Pages : 144

Ce tome contient les numéros 35-37 d'Avengers (2013) et 24-25 de New Avengers (2013). 8 mois ont passé. Les Avengers ne sont plus ce qu'illes étaient. Le divorce est consommé. Une partie des Avengers a rejoint le Shield sous la direction de Steve Rogers. Ce dernier est plus têtu que jamais et fait tout ce qui est en son pouvoir pour mettre en prison les personnes qu'il considère mériter sa colère. Sous son égide, le Shield use de tous les moyens pour traquer et emprisonner. Les Illuminatis, elleux, sont forcés de se cacher. Le groupe est affaibli car autant Tony Stark que le roi d'Attilan ont disparu. Enfin, un troisième groupe essaie aussi d'enquêter en entrant dans le multivers. Face à eux il n'y a rien de moins que la fin de tout et un groupe sanguinaire proclamé protecteur de la Terre.

À mon avis, Hickman a eu une très bonne idée en créant un saut de 8 mois. Cela lui permet de reprendre de nouveaux statuts quo aussi bien connus qu'inconnus tout en évitant de devoir trop se lier aux événements Marvel. De plus, cela permet d'intéresser les lecteurs et lectrices qui se demandent comment les choses ont pu dégénérer à ce point et ce qui est arrivé aux différents personnages. Dans ce premier tome, Hickman pose les bases tout en commençant à faire agir les différents groupes selon leur logique propre. Bien que certains choix soient surprenants je suis convaincu par ceux-ci. Enfin, je trouve Captain America très intéressant dans cette version impitoyable et, surtout, particulièrement en colère.

*
**
***
**** Bien que ce tome soit une transition un peu plus faible que les autres je l'ai tout de même apprécié car il est moins ambitieux en termes d'événements et de personnages.
*****

Image : Éditeur

image_gallery?img_id=8674712&t=1462270894307

Avengers 6. Le dernier Avenger par Jonathan Hickman et Leinil Francis Yu

Titre : Avengers 6. Le dernier Avenger
Auteurs : Jonathan Hickman et Leinil Francis Yu
Éditeur : Panini 2 mars 2016
Pages : 144

Ce dernier tome contient les épisodes 29-34 d'Avengers (2013). Dans la saga New Avengers Captain America fait partie des Illuminatis. Un groupe de personnes qui se chargent de prendre des décisions difficiles pour l'avenir de la Terre. Il s'est reformé suite à la menace des incursions afin d'y trouver une solution avant que la Terre ne soit détruite. Mais le Captain en est exclu et sa mémoire est effacée. Pas pour longtemps, car, durant l'événement Original Sin, la mémoire lui revient. Le Captain est furieux (bien plus que durant Civil War). Il souhaite immédiatement s'expliquer avec Tony Stark et, pour cela, emmène les gros calibres. Mais la discussion tourne mal et après plusieurs menaces mutuelles le groupe est envoyé dans le futur par la gemme du temps. Là, le Captain va enfin mieux comprendre ce qui est en train de se dérouler.

Vous aimiez les Avengers ? Vous allez aimer leur destruction. Comme je l'ai dit dans un autre épisode, les éléments ont été progressivement mis en place par Hickman afin d'aboutir au point mis en place dans ce tome. L'histoire a commencé avec la mise en place d'une machine Avengers capable de vaincre les plus gros problèmes. Parallèlement, les Illuminatis gèrent les incursions. Il était inévitable que ces deux groupes et ces deux intrigues se rencontrent. Bien que certains tomes soient plus faibles que d'autres j'ai, globalement, bien aimé le travail d'Hickman. Mais il demande un certain investissement. En effet, l'intrigue se déroule sur deux séries. L'une donne de nombreuses informations sur l'univers Marvel tandis que l'autre présente un grand nombre de personnages. Il est parfois difficile de s'y retrouver. Personnellement, j'attends de voir comment la suite, qui prend un nouveau nom, est écrite.

*
**
***
**** Bien que ce tome soit une transition un peu plus faible que les autres je l'ai tout de même apprécié car il est moins ambitieux en termes d'événements et de personnages.
*****

Image : Éditeur

image_gallery?img_id=8532073&t=1456911780737

08/09/2016

Avengers 5. Planète vagabonde par Jonathan Hickman, Salvador Larroca et Esad Ribic

Titre : Avengers 5. Planète vagabonde
Auteurs : Jonathan Hickman, Salvador Larroca et Esad Ribic
Éditeur : Panini 6 janvier 2016
Pages : 136

Ce tome contient les numéros 24-28 d'Avengers (2013). La nouvelle version, plus puissante et étendue, des Avengers a fonctionné. Non seulement la Terre est sauve. Mais les Avengers sont célébrés dans l'univers entier pour leur courage et leur victoire contre les Bâtisseurs. Ils ont même réussi à capturer Thanos. Mais bien qu'il soit l'heure des célébrations cela ne veut pas dire que la Terre est définitivement sauvée. Au moment même d'un barbecue géant (avec des tartes et des burgers végétariens) une planète est lancée sur une trajectoire de collision avec la Terre. Pire encore, des Avengers maléfiques se dirigent vers New York.

Je n'avais pas beaucoup aimé le tome précèdent. L'histoire était très compliquée et j'ai eu du mal à y entrer. Ce tome est un peu moins intégré dans la tapisserie d'Hickman. On pourrait penser qu'il fait office de transition avant de repartir de plus belle. Cela permet aux auteurs de commencer à mettre en place des liens pour la suite. Ainsi, on commence à voir le secret des incursions se fissurer. On en apprend un peu plus sur les Cartographes qui ne sont pas aussi étrange que je le pensais. En ce qui concerne les personnages, j'ai bien aimé découvrir ces Avengers maléfiques. Malheureusement, le tome ne donne pas assez de temps pour en apprendre plus sur elleux. À peine sont-illes arrivé-e-s qu'illes repartent. J'aurais apprécié quelque chose d'un peu plus élaboré sur plus de numéros.

*
**
***
**** Bien que ce tome soit une transition un peu plus faible que les autres je l'ai tout de même apprécié car il est moins ambitieux en termes d'événements et de personnages.
*****

Image : Éditeur

image_gallery?img_id=8398881&t=1451672678250

29/08/2016

Amazing Spider-Man 1. Une chance d'être en vie par Dan Slott et Humberto Ramos

Titre : Amazing Spider-Man 1. Une chance d'être en vie
Auteurs : Dan Slott et Humberto Ramos
Éditeur : Panini 8 juin 2016
Pages : 152

Ce tome contient les numéros 1-6 d'Amazing Spider-Man (2014). C'est fait, Otto Octavius n'est plus dans le corps de Peter Parker. Il s'est suicidé afin de permettre à son ennemi de réparer ses erreurs en tant que Superior Spider-Man. Et elles sont nombreuses. Peter comprend que son alter ego est bien plus détesté qu'auparavant. Personne ne lui fait confiance. Peter doit aussi gérer les nombreuses différences que sa vie connait après le passage d'Otto. Non seulement il a son doctorat mais il possède une entreprise et Otto a débuté une relation avec une génie. Bref, il va falloir travailler pour retrouver la confiance de la ville. Et ça risque d'être difficile lorsqu'un super-vilain souhaite tuer Spider-Man.

J'ai apprécié ce nouveau départ. J'avais beaucoup aimé la période sous Otto Octavius. Le scénariste plaçait son personnage face à de nouveaux choix et de nouvelles idées. Mais Otto n'est pas Peter. Et Peter n'accepte pas tout ce qu'a fait Otto même si certains changements sont bénéfiques. Le tome est bien rythmé entre les problèmes intimes, industriels et de super-héros. Mais, il me semble qu'il y a trop pour un seul tome. En quelques pages on nous introduit un nouveau personnage, l'entreprise, le héros et on évacue les problèmes avec les Avengers. Tout ceci aurait mérité un développement sur un plus long terme afin de mieux présenter les événements. On a presque l'impression que tout est trop facile pour Peter alors que ce ne devrait pas être le cas.

*
**
***
**** Un peu trop de contenus, un peu trop rapide et un peu trop facile. Mais j'ai bien aimé
*****

Image : Éditeur

image_gallery?img_id=8758666&t=1465311101103

27/08/2016

All-New X-Men 6. Un de moins par Brian M. Bendis et Stuart Immonen

Titre : All-New X-Men 6. Un de moins
Auteurs : Brian M. Bendis et Stuart Immonen
Éditeur : Panini 4 mai 2016
Pages : 152

Ce tome contient All-New X-Men 25-30 (2013). Entre ce tome et le précèdent il s'est déroulé un enlèvement. Les premiers X-Men se sont retrouvés dans l'espace et Jean a subi un procès et s'est découvert un nouveau pouvoir. Cyclope a retrouvé son père et il le suit dans l'espace. Tout ceci est expliqué dans un tome dédié lié aux Gardiens de la Galaxie. Ce tome est divisé en deux parties. Le premier est un moyen, pour Bendis, d'expliquer un peu mieux ce qu'il souhaite écrire à l'aide d'un dialogue entre deux personnages. La seconde place les premiers X-Men face à la Confrérie du Futur. Mais bien que le combat soit difficile on apprend rapidement que les choses ne sont pas ce qu'elles paraissent. Est-il seulement possible de les vaincre ?

Que penser de ce tome ? J'ai un peu l'impression que Bendis s'est un peu enfermé dans une intrigue qu'il ne maitrise pas totalement. Cette impression pourrait expliquer pour quelle raison les choses sont un peu lentes. Ainsi, on parle encore du problème du voyage dans le temps et de ses effets. Mais rien n'est fait pour expliquer la raison de la présence des premiers X-Men dans le présent. Heureusement, Bendis répare l'une de ses erreurs en expliquant un peu mieux qui sont les membres de la Confrérie du futur. Lors de l’événement de la Bataille de l'Atome on en savait très peu et j'étais très confus. Les informations données par Bendis sur certains personnages clés sont donc bienvenues. Mis à part les problèmes de continuités avec le tome précèdent ce tome est tout de même intéressant. Je me suis bien amusé et je me demande de quelle manière l'histoire va continuer.

*
**
***
**** Un peu confus, par ma faute, puisque le tome fait suite à un autre que je n'ai pas lu. Mais ça reste sympathique à lire.
*****

Image : Éditeur

image_gallery?img_id=8674705&t=1462270706023