29/04/2017

Lazarus 5. Génocide programmé par Greg Rucka et Michael Lark

Titre : Lazarus 5. Génocide programmé
Auteurs : Greg Rucka et Michael Lark
Éditeur : Glénat comics 19 avril 2017
Pages : 144

Ce tome contient Lazarus 22-26. Dans le tome précèdent les familles du monde étaient en guerre. Les Carlyle mènent une alliance entre plusieurs familles pour s'attaquer aux Hock. Mais la famille Carlyle est en train de perdre. Car celle-ci a perdu son plus grand atout : le père de la famille. Il avait un plan mais il est mourant. Et ses enfants, filles comme garçons, ne sont pas certain-e-s de pouvoir le suivre ni de gagner la guerre. Heureusement, la famille a un autre atout : son Lazare du nom de Forever. Elle est le fruit d'une histoire secrète. Mais cette histoire est maintenant connue. Forever sait qui elle est. Pire encore, les autres familles savent qui elle est. Les Carlyle seront-illes capable de retrouver la loyauté de leur Lazare ? quel sera l'effet de ces révélations ? Le monde pourra-t-il survivre une nouvelle vague de destruction ?

Depuis le premier tome j'apprécie cette série. Elle nous envoie dans un monde proche sans trop en dire. Bien que la technologie soit plus avancée que la nôtre elle reste proche. On ne nous dit rien sur les événements qui ont mené le monde à être gouverné par moins d'une vingtaine de familles mais on sait que cela dure depuis moins d'un siècle. On sait aussi que des guerres et des épidémies ont précipité ce que l'on voit dans cette série. De plus, les auteurs ont eu la bonne idée d'avancer lentement. Les premiers tomes s'intéressent d'abord aux Carlyle puis aux relations économiques proches. Ensuite, on apprend comment fonctionnent les relations politiques. Et, enfin, on observe la guerre. Derrière ce premier drame, la mise en place d'un plan qui débouche sur une guerre qui détruit bon nombre de familles, il y a le drame de Forever. Celui-ci est bien plus intime. Forever pense être de la famille mais elle apprend n'être qu'une expérience soumise à un contrôle strict. Alors elle se demande, faut-il rester loyale envers la famille ? Dans ce contexte, le personnage de Johanna est très intéressant. On pense d'abord qu'elle ne veut que manipuler tout le monde pour son propre bien. Mais je me demande, après ce tome, si ses souhaits ne sont pas différents ?

*
**
***
****
***** Encore un très bon tome !

Image : Éditeur

9782344020180-L.jpg

11/05/2016

Lazarus 4. Poison par Greg Rucka et Michael Lark

Titre : Lazarus 3. Conclave9782344015988-L.jpg
Auteurs : Greg Rucka et Michael Lark
Éditeur : Glénat 4 mai 2016
Pages : 160

Ce tome contient les numéros 16-21. Les problèmes sont plus que nombreux pour la famille Carlyle. Le patriarche de la famille a été empoisonné par le Docteur Hock suite au procès par combat engagé, et perdu, par ce dernier. La conclusion n'a donc pu être que la guerre entre les familles qui gouvernent le monde. Mais sans le patriarche la famille Carlyle est-elle capable de vaincre ses nombreux ennemi-e-s? Ses allié-e-s sont de moins en moins nombreux et de plus en plus inquiets. La guerre semble être en passe d'être perdue. Seule Forever pourrait modifier le cours de celle-ci en allant directement sur le terrain. Mais elle pourrait bien ne pas en revenir.

Bien que les scènes d'action soient nombreuses ce tome est, étrangement, une forme de répit dans l'intrigue. En effet, les questions posées dès le premier tome sont laissées de côté. Les explications sur ce monde dystopique sont aussi abandonnées. Ces manques se font au profit de la guerre et des liens que la famille Carlyle entretien avec ses allié-e-s. Alors que, d'une part, on nous montre que personne ne peut prendre le flambeau chez les enfants de l'autre on nous présente un petit groupe de soldat-e-s mené-e-s par Forever. D'une part nous avons une intrigue politique sommaire et de l'autre l'intrigue d'un film de guerre classique. Le tome est réussi mais on espère rapidement en savoir plus. Par contre, le premier numéro sort clairement du lot. Celui-ci nous fait lire le journal d'une espionne au service des Carlyle. Le numéro est particulièrement bien réussi et intéressant.

*
**
***
****
***** Un tome un peu moins bons que les précédents mais toujours aussi intéressant.

Image : Éditeur

07/05/2016

Lazarus 3. Conclave par Greg Rucka et Michael Lark

Titre : Lazarus 3. Conclave9782344011010-L.jpg
Auteurs : Greg Rucka et Michael Lark
Éditeur : Glénat 25 novembre 2015
Pages : 160

Ce tome contient les numéros 10-15. Il y a quatre mois l'un des fils Carlyle, Jonah, a trahi sa famille. Il s'est enfui en direction du territoire Hock mais les choses ne se sont pas déroulées comme prévu. Alors que Forever parlementait avec les Morray et qu'elle stoppait une attaque terroriste contre sa famille son frère vivait en captivité. Il est drogué et charcuté afin de découvrir les secrets des Carlyle. Mais le temps du secret est terminé. Les Hock annoncent officiellement détenir Jonah. Face à cette révélation il n'y a que peu de choix. L'un de ceux-ci est la convocation d'un conclave de toutes les familles afin de régler le problème. Mais ces événements, sous leurs dessous aristocratiques, cachent trahisons et complots. La guerre pourrait bien découler des décisions des familles réunies et de leurs Lazares.

Greg Rucka est un scénariste génial. Les tomes précédents ont donné des aperçus de son univers. On apprenait comment fonctionne la famille ainsi que leurs possessions. Le tome 2 permettait de mieux comprendre le quotidien des déchets et des serfs. Bien que ce troisième tome explique comment fonctionne une famille concurrente - et celui-ci est loin d'être sympathique - l'intrigue se déroule principalement dans un lieu unique. On reçoit peu d'informations sur les relations entre familles car Forever, l'héroïne, et est exclue comme les autres Lazares. Ceci permet de mieux peindre la relation que les Lazares entretiennent. Bien qu'ils et elles soient des allié-e-s ou des ennemi-e-s ces personnes se traitent de manière respectueuses en tant qu'égale. Il est troublant de voir des ami-e-s discuter calmement de la possibilité d'une lutte à mort future. Ce tome permet aussi de comprendre un peu mieux le fonctionnement global de la dystopie mise en place par Rucka. On apprend que les familles sont liées par les termes d'un accord qui défend les intérêts économiques de tout le monde. On savait que le monde appartenait à l'argent et maintenant on comprend mieux le fonctionnement des relations entre les familles. Bref, Rucka donne toujours des miettes tout en réussissant à créer une impression d'un monde bien plus vaste et compliqué mais dont on comprend les règles sans qu'elles soient toujours expliquées. Ce comics est probablement l'un des meilleurs du moment et je ne peux presque pas attendre de lire la suite.

*
**
***
****
***** L'un des meilleurs comics en cours selon moi. J'aime tout et tous les personnages. Vive Greg Rucka.

Image : Éditeur

07/09/2015

Lazarus 2. Ascension par Greg Rucka, Michael Lark et Santi Arcas

Titre : Lazarus 2. Ascension 9782344009253-L.jpg
Auteur : Greg Rucka, Michael Lark et Santi Arcas
Éditeur : Glénat 26 août 2015
Pages : 128

Ce second tome contient les numéros 5-9 publiés dans Lazarus vol. 2. Dans le volume précèdent on apprenait à connaitre Forever : une jeune femme chargée de la sécurité de la famille Carlyle dans un futur sans états. Dans ce tome nous avons trois intrigues. La première nous montre quel fut l'enfance de Forever. On observe son entrainement alors que son père se prépare à lui offrir l'épée de la famille. Dans la seconde intrigue on suit une famille de déchets qui tente de se rendre à Denver pour participer à la montée et devenir serfs. Dans la troisième Forever met au jour l'existence d'une cellule terroriste qui pourrait faire exploser une bombe. Elle est chargée à la fois de la sécurité et de trouver le terroriste.

Le volume précédent ouvrait le bal et donnait quelques informations de base sur ce monde futuriste. Ce volume permet de broder dessus en offrant plusieurs points de vue. Tout d'abord, la condition de déchet n'est pas, comme je le croyais, celle de simples inutiles. On peut travailler pour la famille mais sans droits ni réelles richesses. Mieux, il est possible de monter en grade selon ses capacités afin de recevoir les bons soins de la famille. Suivre les déchets permet de mieux se rendre compte du fonctionnement de ce monde et de ses dangers. On apprend aussi qu'il existe des groupes qui tentent de résister. On ne sait pas grand-chose sur ceux-ci mais leur existence est suffisante pour que l'on ne tienne plus pour acquise la domination des Carlyle. Le message que l'on lisait à la fin du tome 1 est, par contre, laissé de côté. Bien que je sois toujours très intéressé par ce comic je me demande comment Rucka va développer tout cela et dans quelle direction.

*
**
***
****
***** Très bon comic avec un personnage principal très intéressant. On en apprend plus sur le monde décrit ainsi que sur son fonctionnement.

Image : Éditeur

17/04/2015

Lazarus 1. Pour la famille par Greg Rucka, Michael Lark et Santi Arcas

Titre: Lazarus 1. Pour la famille9782344008621-L.jpg
Auteurs: Greg Rucka, Michael Lark et Santi Arcas
Éditeur: Glénat comics 15 avril 2015
Pages: 112

Ce premier tome contient les numéros 1-4 ainsi que le prélude. Nous sommes dans le futur. Les frontières politiques telles que nous les connaissons n'existent plus. A la place se sont élevées des familles basées sur la puissance économique. Il n'y a plus de citoyens il y a des serfs et des déchets. Pour se défendre ces familles se reproduisent et font de l'un des leurs ce que l'on nomme un Lazarus. Ce terme décrit un être contrôlé chargé de défendre la famille et de combattre pour la famille. Ils sont améliorés au maximum afin d'être les combattants parfaits. Ils ne peuvent pas trahir. Cette histoire porte sur le Lazare de la famille Carlyle : Forever.

Les 4 épisodes qui sont édités ici ne font que commencer l'intrigue. On apprend ce qu'est un Lazarus, comment fonctionne le monde et les problèmes qui existent dans la famille Carlyle. Bien que peu d’éléments nous soient donnés on sait déjà qu'il y a trahison dans la famille et que Forever n'est pas ce qu'elle semble être. J'imagine qu'on en apprendra plus par la suite. Rucka réussit aussi, avec ses capacités habituelles, à mettre en place un monde dont on connait peu de choses et qui est déjà conséquent et logique. Les relations à l'intérieur et entre les familles sont très protocolaires alors que les autres êtres humains sont des ressources dont on peut disposer sans état d'âme. Ce qui décrit un monde fortement stratifié socialement dans lequel la vie ne vaut que ce qu'elle peut rapporter économiquement. J'aimerais bien en savoir plus et J'attends la suite avec un grand intérêt.

*
**
***
**** Un univers que Rucka semble maitriser sans trop nous en donner. Une histoire qui commence tout juste à se dévoiler. On veut la suite.
*****

Image : Éditeur

31/10/2014

Gotham Central 2 par Ed Brubaker, Greg Rucka, Michael Lark, Brian Hurtt, Stefano Gaudiano et Greg Scott

Titre : Gotham Central 29782365775571-couv-M200x327.jpg
Auteurs : Ed Brubaker, Greg Rucka, Michael Lark, Brian Hurtt, Stefano Gaudiano et Greg Scott
Éditeur : Urban Comics octobre 2014
Pages : 296

Ce second tome regroupe les épisodes 11-22 publiés dans Gotham Central book tow : Jokers and madmen. Il contient 4 affaires. La police s’en est plutôt bien sortie la dernière fois. Par là j’entends qu’elle a attrapé les personnes responsables. Cependant, les pertes sont importantes même avec l’aide du Batman (aide qui n’est pas souhaitée). Mais les heures de congratulations se terminent avec un coup de feu qui tue le maire quelques jours avant noël. Un second magistrat est bientôt trouvé mort. La presse est directement sur les lieux. Tout va vraiment commencer à déraper lorsque le tireur sera identifié comme le Joker. Alors que la presse et le Joker considèrent la police comme d’inutiles marionnettes cette dernière fera tout ce qu’elle peut pour stopper les morts. Dans une seconde enquête c’est le chapelier fou qui se trouve mêlé à une vieille histoire de bombe. Mais pourquoi a-t-il lancé celle-ci contre des sportifs adolescents ?

Comme pour le premier tome les histoires de policiers ne m’intéressent pas trop. Mais on ne peut pas critiquer sans connaître un minimum. Et, même si mon intérêt personnel n’est pas très haut, encore une fois il faut se rendre compte que ce comic est particulièrement bien écrit. En fait, je l’ai même mieux apprécié que le premier. Probablement parce que mettre le Joker face à la police avec un Batman encombrant était une bonne idée. En peu de cases on nous montre la panique que peut créer la simple mention du nom de Joker. Aussi bien dans la population que dans la police qui n’hésite pas à allumer le signal devant la presse. On observe une ville prise en otage dans un combat entre le Batman et le Joker avec une police presque impuissante et frustrée de son inhabilité alors que la presse critique l’enquête. La seconde enquête est moins entraînante mais permet de revenir sur le passé d’un super vilain et, plus important, sur l’évolution d’Harvey Bullock depuis qu’il a quitté la police. Un second tome tout aussi intéressant que le premier.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare.

  • À lire. De nouvelles enquêtes dont une concernant le Joker avec une intimité encore plus grande dans la vie des policiers de Gotham. Ce comic est aussi bien écrit que le premier tome.

  • Tolkien.

Image : Éditeur

30/10/2014

Gotham Central 1 par Ed Brubaker, Greg Rucka et Michael Lark

Titre : Gotham Central 19782365775212-couv-M200x327.jpg
Auteurs : Ed Brubaker, Greg Rucka et Michael Lark
Éditeur : Urban Comics 25 avril 2014
Pages : 256

Ce premier tome regroupe les épisodes 1-10 publiés dans l’édition originale Gotham central book one : in the line of duty. Nous connaissons tous Batman et ses alliés. Mais nous connaissons moins la police de Gotham. Comment est leur quotidien de policiers dans la ville la plus corrompue et la plus dangereuse du monde ? Comment font-ils pour combattre les criminels que connaît Gotham ? Et, surtout, quel est leur sentiment face au Batman. Un héros qui ne fait que montrer à tout le monde leur incapacité à gérer certains des plus gros événements de la ville. Ce tome 1 se place juste après la reconstruction de Gotham après le tremblement de Terre qui l’avait ravagée et la période no man's land qui ne fut guère moins difficile. Gordon est parti suite à une tentative de meurtre sur sa personne. Mais son unité est toujours présente. Dans ce recueil elle enquête sur trois affaires qui ne sont pas toujours ce qu’elles semblent être. Ces enquêtes mèneront ces policiers face à deux des plus dangereux super vilains du monde. Comment s’en sortiront-ils ?

Bien que je n’aie, personnellement, pas apprécié ces histoires (une obscure raison liée à mon peu d’intérêt aux histoires de policiers et policières) je suis tout de même obligé de largement recommander cette série (deux tomes sont actuellement publiés chez Urban). En effet, elle est tout simplement superbement bien écrite. On observe la police de Gotham dans tous ses problèmes ainsi que ses frustrations lorsqu’elle doit demander l’aide du Batman ou quand celui-ci trouve les éléments d’une enquête avant. Tout est montré, aussi bien la méthode d’enquête que le travail de tous les jours où la vie personnelle. Le Batman, lui, apparaît peu mais est toujours remarqué et rencontre la méfiance. Ce premier tome nous montre aussi une histoire fondamentale sur Renee Montoya qui se termine en confrontation avec un vilain particulièrement dangereux. Bref, il y a beaucoup de bon et très peu de mauvais.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare.

  • À lire. Trois chapitres pour trois enquêtes qui nous placent dans la vie des policiers de Gotham avec tout ce que cela implique.

  • Tolkien.

Image : Éditeur