31/07/2017

Raising Steam (Discworld 40, Moist von Lipwig 3) par Terry Pratchett

Titre : Raising Steam (Discworld 40, Moist von Lipwig 3)
Auteur : Terry Pratchett
Éditeur : Corgi books 2013
Pages : 474

Moist Von Lipwig est un escroc. Mais un escroc utile à la société depuis que Vetinari lui a mis la main dessus afin de le condamner à mort, puis de lui expliquer que sa survie ne dépend que de ses capacités à suivre les ordres. Mais Moist von Lipwig découvre qu'il apprécie son nouveau travail. Non seulement il peut user de toutes ses capacités peu légales mais, en plus, il est apprécié et aide l'État à fonctionner. Ses plus grandes réussites, la poste et la banque, ne sont maintenant guère plus que des formulaires à signer tandis que Moist tente de se faire apprécié par les employé-e-s. Mais quelqu'un se prépare à tout changer. Après plusieurs siècles un ingénieur a finalement réussi à utiliser la vapeur comme moyen de propulsion. Ce n'est, pour l'instant, qu'un jouet. Cependant Vetinari, Harry King, Moist von Lipwig et Simnel ont des plans importants. Bientôt le train couvrira le territoire entier et va permettre des relations diplomatiques simplifiées et rapides. Du moins si un groupe de traditionalistes ne tentent pas de tout détruire.

Je pense que ce tome est parfait pour illustrer ce qui était en train d'arriver à Pratchett. Bien entendu, les quelques tomes précèdent en sont aussi des exemples. Mais j'ai l'impression que celui-ci montre particulièrement bien les symptômes d'un grand écrivain malheureusement malade (Terry Pratchett meurt deux ans plus tard). Tout d'abord, l'intrigue est étrange. On se trouve dans une forme de mélange entre une intrigue d'avancée scientifique et sociale, telle que le cycle Moist von Lipwig en traite, et une intrigue politique sur fond de culture telle qu'on en retrouve dans le cycle de la garde. Le lien n'est pas, bien entendu, innocent et les bonnes idées sont nombreuses. Ainsi, les traditionalistes fonctionnement parfaitement dans l'univers créé par Pratchett. Ils s'insèrent dans un contexte connu dont on connait les changements. Mieux encore, Pratchett essaie de montrer ce que la "modernité" implique pour certains peuples et factions qui perdent en pouvoir et en statut et qui luttent pour garder un pied dans le monde. Cette perte de pouvoir et de statut ne peut, comme le monde l'auteur, déboucher que sur une forme de violence et de replis sur les traditions ou sur un changement majeur du fonctionnement de la société. Mais cette intrigue est doublée de celle du train qui me semble bien moins intéressante malgré les nombreuses références et bonnes idées. Pratchett donne l'impression de coller une idée sur le Disque-Monde sans vraiment se poser de questions puis de dessiner quelque chose autours.

Pire, les personnages sont de moins en moins fidèles à ce que Pratchett a créé. Je ne dis pas qu'il y a une évolution qui pose problème. Les personnages du Disque-Monde ont changé et fonctionnent très bien pour autant. Car ce changement était logique et en accord avec leur fonctionnement. Tout comme le tome précèdent, le symptôme est particulièrement fort chez Vetinari et Vimes, mais Moist von Lipwig n'est pas en reste. Ces trois personnages, et les secondaires ainsi que celleux plus importants, sont extrêmement bavards et explicitent toutes leurs actions. Pratchett a réussi a créé des personnages qui savent ce qu'illes font et n'ont pas besoin d'en parler, c'est une part de leur identité. Dans ce tome, et le précèdent, illes expliquent tout. Il n'est pas rare de lire Moist décrire son fonctionnement pour expliquer ses idées et ses réussites en tant qu'escroc. Vetinari est passé d'un tyran de génie à une sorte d'enfant qui refuse les explications et se vexe lorsque des mots-croisés lui résistent. Vimes n'est plus un policier qui cache son côté sombre et doute de l'existence d'un être de vengeance pour l'utiliser explicitement face aux nain-e-s, un problème déjà vu dans le tome 39. Les personnages perdent en subtilité et en identité. Ce qui faisait leur charme, la capacité à reconnaitre les règles non écrites de leur univers de fiction, disparait et se change en un explicite beaucoup moins intéressant.

*
**
*** ceci était l'avant-dernier tome de la série. De nombreux problèmes vu précédemment sont exacerbés et cela me donne des craintes pour le tome final que Pratchett n'a pas réellement pu terminer comme il le souhaitait.
****
*****

Image : Site officiel

raising_steam1.jpg

17/05/2017

Making Money (Discworld 36, Moist Von Lipwig 2) par Terry Pratchett

Titre : Making Money (Discworld 36, Moist Von Lipwig 2)
Auteur : Terry Pratchett
Éditeur : Corgi 13 février 2014
Pages : 480

Pour la première fois depuis des années la poste d'Ankh-Morpork fonctionne à la perfection. Non seulement elle est rapide et efficiente mais elle a à cœur les besoins des client-e-s ainsi que la sécurité des colis et des lettres. Même le bâtiment a retrouvé sa gloire d'antan alors que les employé-e-s sont en nombre de plus en plus important. Moist Von Lipwig peut être fier de son œuvre. Mais il s'ennuie. Et il trompe son ennui en revenant à de vieilles habitudes dangereuses. Mais la poste crée un problème. Elle fonctionne tellement bien que les banques ont perdu la confiance que les citoyen-ne-s avaient en elles au profit des timbres, devenus la monnaie non-officielle de la ville. Vetinari a donc une idée. Pourquoi ne pas faire nommer Moist Von Lipwig à la tête de l'une des plus grandes banques privées de la ville ? Piégé, Moist n'a pas le choix. Et, rapidement, il comprend que devenir banquier peut être mortel... mais pas à cause des chiffres... à cause de la possibilité d'une mort rapide.

Ce tome 36 pose une question importante : qu'est-ce que l’argent ? Comment peut-on croire en l’argent ? L'argent, pour Pratchett et beaucoup de personnes, est un mensonge. Un mensonge auquel tout le monde croit ce qui lui permet de fonctionner. Ainsi, dans ce livre Moist essaie d'écrire une nouvelle histoire. Au lieu de la valeur d'un "simple accident géologique" Moist Von Lipwig essaie de placer la valeur de l'argent sur la ville même. Dit comme cela on pourrait croire que l'histoire est un peu naïve. Après tout, il y a une raison derrière l'usage de l'or comme référence (même si on l'a abandonné). Mais l'histoire est un peu plus subtile. En effet, derrière ce changement de paradigme Pratchett essaie de penser l'économie. Selon lui, si je l'ai bien compris, ce qui compte pour donner de la valeur à de l'argent est la force de travail que le montant garanti. Ainsi, derrière l'idée de garantir la monnaie par la ville se cache l'idée de garantir la monnaie derrière la capacité de travail de la ville entière. D'une certaine manière, on pourrait parler d'une économie réelle, basée sur les industries et services ainsi que les personnes qui travaillent.

De manière obligatoire, ce livre nous parle aussi de capitalisme. En effet, derrière la création de monnaie il y a tout un système économique qui fonctionne plus ou moins bien (durant l'un des chapitres un économiste un peu fou explique pourquoi un événement particulier peut avoir des conséquences catastrophiques pour la ville). Il y a une logique, en effet, depuis le début de la série, Ankh-Mopork s'est beaucoup développée. Elle a un nombre de plus en plus important de citoyen-ne-s et de services. Les organismes de l’État sont eux-mêmes de plus en plus importants (comme la poste ou la garde). De plus, Vetinari a des projets ambitieux. Il y a un besoin d'argent. Il y a donc besoin d'une économie qui fonctionne et de banques en pleine santé. La réforme mise en place par Lipwig s'inscrit donc dans le développement de la série qui, elle-même, montre une ville en développement dans le cadre d'une économie libre. Pratchett nous montre donc de quelle manière fonctionne une société de capitalisme à la fois libre et fermée, par l'existence de guildes qui contrôlent fortement les activités des professions. Sans aller dans les détails, Pratchett décrit aussi les conséquences de l'argent sur une famille. Celle-ci possède une origine de piraterie et de vols mais s'est convertie dans la banque (une autre forme de piraterie). Mais les membres de la famille ne sont plus capables de gérer leur banque ni de prendre des risques. Ils sont décrits comme arrogants, prétentieux et surtout intéressés uniquement par leur propre richesse. Ce n'est pas un hasard si, à quelques reprises, les membres de cette famille regrettent les anciens temps de la garde lorsqu'elle était corrompue. Pratchett nous montre une famille qui est toujours aussi riche mais qui a perdu en pouvoir au fur et à mesure du développement de la puissance de l’État. Pour cette famille, la loi leur appartient et il est exclu que l’État s'intéresse à la gestion des banques au prix d'une perte plus importante encore de leur pouvoir.

Encore une fois, Pratchett est ambitieux. En un seul livre il essaie d'analyser le fonctionnement de l'économie et de la monnaie tout en nous faisant rire. Il est dommage que ce livre démarre un peu laborieusement. Le début du livre n'est pas très bon mais, heureusement, cela s'améliore au fil des pages. Cependant, Pratchett réutilise un bon nombre de ficelles utilisées auparavant. Ainsi, Moist Von Lipwig est mis en danger de mort après une nomination volontaire qu'il ne peut refuser, il doit réformer une institution qui ne fonctionne plus et, pour cela, se heurte à des personnes riches qui ne souhaitent pas le voir réussir pour éviter que leur corruption ne soit connue de tout le monde. Heureusement, l'intrigue fonctionne assez bien et les personnages sont toujours aussi savoureux. J'aime beaucoup Moist Von Lipwig ainsi qu'Adora Belle Dearheart. Mr. Bent, à l'histoire tragique, donne une atmosphère étrangement légère.  C'est aussi un livre très sombre. En particulier pour un personnage qui perd de plus en plus au fur et à mesure du développement de l'intrigue. Son histoire et le dénouement sont tragiques.

*
**
***
**** Un peu laborieux mais, au final, ça fonctionne très bien.
*****

Image : Site officiel

making_money1.jpg

01/04/2017

Going postal (Discworld 33, Moist von Lipwig 1) par Terry Pratchett

Titre : Going postal (Discworld 33, Moist von Lipwig 1)
Auteur : Terry Pratchett
Éditeur : Corgi 13 février 2014
Pages : 496

Moist von Lipwig n'est qu'un nom. Un nom inconnu car son détenteur a utilisé de nombreux alias durant sa carrière d'escroc. Mais la justice du Patriciens, et la garde, l'ont rattrapé. Après plusieurs mois dans un cachot à creuser le mur avec une cuillère il est enfin soumis à la mort par pendaison pour ses nombreux crimes et les dégâts qu'il a commis. Mais, le Patricien a d'autres plans. Après avoir sauvé la vie de Moist von Lipwig il lui soumet un choix: prendre la tête de la poste d'Ankh-Morpork ou prendre la porte (suivie d'une chute fatale). Ce que Moist von Lipwig ne sait pas c'est que la poste n'est plus qu'une coquille vide. Le bâtiment est en déliquescence, ses biens ont été volés, il n'y a plus que deux employés ainsi qu'un chat et les couloirs sont remplis de lettres qui n'ont pas été acheminées! Relancer la poste est un travail qui pourrait bien ne se terminer qu'à la mort. De plus, les citoyen-ne-s de la ville font maintenant confiance aux Clacks pour acheminer leur message en vitesse et en sécurité bien que le réseau soit de plus en plus cher et de moins en moins fiable. Comment une poste qui peut mettre plusieurs mois à donner une lettre peut-elle concurrencer un service quasiment instantané?

Encore une fois, on retrouve le thème favori de Pratchett: les histoires et leur pouvoir. Deux personnages dans ce roman utilisent des histoires afin de gagner de l'argent et de l'influence sur les autres personnes. Ce sont Moist von Lipwig et Reacher Gilt. Les deux expliquent que leur réussite ne dépend pas de leur capacité mais de leur réussite à vendre une histoire. Ainsi, ce tome est, en quelque sorte, une confrontation entre deux histoires construites et mise en scène par deux escrocs. Cependant, à mon avis, le thème principal de ce tome, premier de son cycle mais que l'on pourrait relier à Industrial revolution, est le capitalisme. En effet, les clacks sont une invention d'un groupe de personnes qui essaient de nouvelles choses. Dans ce tome, il est expliqué que ces personnes ont été volées par un consortium de financiers qui ont manipulé les chiffres en grands maîtres. Les capitalistes sont dépeints comme des ignorants imbéciles qui ne comprennent pas le système qu'ils possèdent mais qui ne souhaitent que créer de l'argent. Ainsi, on peut voir dans la seconde privatisation des Clacks une forme de privatisation d'un bien public. Il y a un réseau qui demande de la maintenance et un service impeccable. À partir du moment où des privés achètent le tout, la maintenance est mise à l'arrêt tandis que le service devient de moins en moins bon au service d'un profit plus important. Ainsi, Pratchett décrit ce qui arrive quand on privatise un réseau.

Bien entendu, on ne peut pas ne pas voir une lutte entre l'internet et la poste. Bien que les Clacks ressemblent bien plus au télégraphe qu'à l'internet le fonctionnement est proche du WEB. Ainsi, l'un des groupes se nomme GNU. Pratchett serait-il linuxien? Ce même groupe aime pirater le système afin d'y implanter ses propres codes et d'en vérifier le fonctionnement. Les employé-e-s des Clacks sont elleux-même des passionné-e-s qui bricolent quand cela est possible. On pourrait même penser que le fonctionnement des codes des Clacks est proche du fonctionnement de l'Internet avec des messages clairs et accessibles et tout un univers sombre qui permet au web de fonctionner. La lutte avec la poste est aussi celle entre l'efficacité et la rapidité et l'univers plus charnel des lettres. Moist von Lipwig joue, bien entendu, avec les problèmes des Clacks mais il démontre aussi que les lettres ont des effets bien plus intenses qu'un message virtuel. Ainsi, les premières lettres délivrées dans le tome crée des drames qu'ils soient romantiques ou des émeutes! Au final, Pratchett signe ainsi une forme d'ode aux lettres tout en ne descendant par l'internet en flammes.

*
**
***
****
***** Encore une fois, un tome qui s'inscrit dans un Disque-Monde mature qui permet de s'intéresser à son fonctionnement réel tout en faisant le lien avec notre propre monde.

Image: Site officiel

going_postal1.jpg