mortal engines

  • Mortal Engines

    1000 se sont passés depuis ce qui est nommé la guerre de 60 minutes. En une heure, le monde a changé. Des bombes ont détruit non seulement les grandes villes mais aussi la technologie et l'écorce terrestre. Au début, les petites communautés se sont repliées en elles-mêmes afin de récolter et de défendre les ressources nécessaires à la survie. Mais, petit à petit, une nouvelle forme d'habitat fut créée. Des villes devinrent mobiles et s'attaquèrent aux autres communautés qu'elles absorbent pour être capable de survivre et de continuer la chasse. Mais un homme souhaite changer ce système.

    SPOILERS

    Le film commence parfaitement bien. On est pris dans l'urgence d'une petite communauté minière qui tente de fuir face à l'arrivée de la ville de Londres. Alors que les londonien-ne-s applaudissent la chasse, le film met en scène une poursuite que j'imagine basée sur les combats navals. Ce début est magnifique et augurait du bon. J'adorais l'idée de la poursuite, d'une forme de piratage entre villes. D'une manière générale, ce film est beau. L'image, les décors et les costumes sont magnifiques et l'on sent une histoire derrière chaque décor. Le mur est aussi particulièrement bien réussi et tente de nous faire probablement penser à la Grande Muraille. Malheureusement, le film perd rapidement de son intérêt pour deux raisons.

    Premièrement, le world building est insuffisant. On ne comprend ni les motivations des personnages ni leur place dans cet univers. On comprend qu'il existe des factions mais on ne connait ni leurs idéologies ni leurs chef-fe-s. Bien qu'il ne soit pas forcément utile de refaire toute l'histoire, il aurait fallu au moins expliciter les enjeux. Ainsi, on ne sait pas pourquoi deux personnages travaillent ensemble au sein de Londres, pour ne plus vraiment apparaitre. On ne sait pas pourquoi il y a un mur ni pour quelle raison Londres devrait l'attaquer. Tout se passe comme si la réalisation nous demande simplement de suivre les événements en donnant la promesse qu'il existe une raison derrière les décisions des personnages, mais sans jamais nous l'expliciter.

    Ensuite, les personnages ne sont pas intéressants (c'est à peine si je me souviens des noms). Hester Shaw aurait pu être sympathique. Mais elle devient simplement une survivante un peu bourrue qui tombe amoureux d'un homme après l'avoir connu à peine trois secondes. Celui-ci aurait pu être intéressant, mais il est simplement quelqu'un d'incapable de survivre sans aides et on se demande fréquemment pour quelle raison il est accepté. Il y en a d'autres qui ont le potentiel de devenir cultures, mais qui ne sont pas assez construits. Même le grand antagoniste n'est qu'un simple homme avide de pouvoir. De plus, il y a le problème de Shrike. Il apparait sans explication, et prend du temps d'écran via des flash-back sans ajouter une once d'information utile à l'intrigue. D'ailleurs, il disparait aussi soudainement qu'il est apparu. Ce film aurait pu être bon, si la réalisation avait décidé de s'intéresser à plus que la photographie.

    *

    ** Une grande déception

    ***

    ****

    *****

    Image : Site officiel

    2488_TP2_00126R.jpg